Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2021Grèce centraleProgramme « Ville de Delphes »

2021
Grèce centrale

Programme « Ville de Delphes »

Campagne d’inventaire des murs
Responsable d’opération : Jean-Marc Luce

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2021

Lieux :

Delphes

Chronologie :

âge du Fer
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 2‑15 août 2021, puis 15‑21 août 2021

Autorité nationale présente : Athanasia Psalti, Éphore de Delphes

Numéro de mission : D10

Composition de l’équipe de terrain : Ont participé à la campagne, outre le responsable de la mission, Frédérique Baltzinger, archéologue bénévole, Lara Sageaux, jeune doctoresse de l’Université de Toulouse Jean‑Jaurès, Julian Brouet, doctorant à l’Université Toulouse Jean‑Jaurès, Charlotte Goulet, stagiaire topographe-architecte.

Partenariats institutionnels : CRATA Culture, Représentations, Archéologie, Textes Antiques (Unité de recherche PLH- Université Toulouse Jean Jaurès)

Établissement éditeur : EFA

Établissements porteurs de l’opération : EFA

Texte intégral

Chroniques de l’EfA :
Delphes. La ville 2019
Delphes. La ville 2017

1La campagne 2021 consacrée au programme Ville de Delphes s’est déroulée en deux phases, la première, du 2 au 15 août, avec petite équipe dynamique de cinq personnes, et une semaine supplémentaire à deux pour compléter les photos et quelques descriptions et relevés. Organisée par l’EFA, la mission a été soutenue par l’équipe de recherche CRATA (Unité de recherche PLH- Université Toulouse Jean Jaurès). L’emprise de la campagne a concerné l’espace entre le péribole Ouest du sanctuaire d’Apollon et le quartier de l’hérôon de Blum (fig. 1).

2Les objectifs étaient de poursuivre l’inventaire des murs du site dans une zone qui est l’une des moins étudiées de Delphes et d’en faire un relevé au 1 :50. Elle se subdivise, sur le plan géomorphologique, de trois secteurs. Le premier (zone 1), en partant de l’Est, est inséré dans une zone qui se trouve à peu près au même niveau que le sanctuaire, avec une pente assez raide, sur du flysch, avec de grandes accumulations de terre, la second (zone 2), plus à l’Ouest, est une hauteur constituée principalement d’un substrat en conglomérat avec des rochers en calcaire gris tombés dessus, voire dedans. La troisième zone (zone 3), encore plus à l’Ouest, retrouve les niveaux du sanctuaire, à nouveau sur un substrat en flysch.

Fig. 1. Espace entre le péribole Ouest du sanctuaire d’Apollon et le quartier de l’hérôon.

Fig. 1. Espace entre le péribole Ouest du sanctuaire d’Apollon et le quartier de l’hérôon.

En couleurs les structures relevées en 2021.

Charlotte Goulet, Julian Brouet et JeanMarc Luce.

3Nettoyages, descriptions et relevés nous ont permis de compléter les plans existants et de faire quelques nouvelles identifications :

La nécropole mycénienne

4La Grande fouille avait mis au jour plusieurs tombes mycéniennes dans les zones 2 et 3 qui sont mentionnées dans Perdrizet 1908, p. 5‑6, d’autres sont entièrement inédites, mais mentionnées dans l’article de Müller 1992, p. 493‑94. On trouve aussi dans cet article un plan très général, avec les emplacements des tombes indiqués par des cercles (fig. 2).

Fig. 2. Plan des vestiges mycéniens dressé par Sylvie Müller.

Fig. 2. Plan des vestiges mycéniens dressé par Sylvie Müller.

Müller 1992, p. 456, fig. 5.

5Le travail que nous avons fait a permis :

  1. de constituer un plan général de la nécropole mycénienne (fig. 9), en y plaçant les tombes dont on peut voir encore aujourd’hui les vestiges, et celles sur la localisation desquelles on ne dispose que d’information générale sur la localisation. Ont pu être identifiées sur le terrain les tombes suivantes (avec notre numérotation) :
  • La tombe O‑515 (fig. 3), au pied de la zone 2, tombe rupestre, avec chambre secondaire à l’Ouest, creusée dans le substrat en conglomérat1. La cavité creusée dans le substrat en conglomérat s’est conservée.

Fig. 3. Tombe O115.

Fig. 3. Tombe O‑115.

Cl. JeanMarc Luce.

  • La tombe rupestre O‑522 (fig. 4)2. Le départ de la voûte, creusée également dans le substrat.

Fig. 4. Tombe rupestre O‑522 et la fontaine à l’arrière.

Fig. 4. Tombe rupestre O‑522 et la fontaine à l’arrière.

Cl. JeanMarc Luce.

  • La grande tombe à dromos O‑800 (fig. 5 et 6)3. Un puits avait été creusé à l’Ouest du dromos près du stomion. Le blocage des très grosses pierres qui fermait l’entrée du dromos est encore en place et bien visible, ainsi que le puits (plus de cinq mètres de profondeur). Le mur Sud‑Est du dromos est également visible. Pour le reste, on ne devine que la forme de la tombe, les parois, creusées dans le flysch, s’étant désintégrées. Une sorte de grotte est apparue à l’arrière de la tombe, bien visible depuis la voie actuelle inférieure, mais n’est peut‑être qu’un développement récent dû à l’érosion. La matière est en effet très friable, ce qui explique l’effondrement de la voûte très peu de temps après la fouille. La chambre est aujourd’hui recouverte de pierres tombées des soutènements modernes au‑dessus, en partie effondrés.

Fig. 5. Plan de la tombe, selon Perdrizet.

Fig. 5. Plan de la tombe, selon Perdrizet.

Perdrizet 1908, fig. 15.

Fig. 6. Dromos de la tombe O800 vue du Nord.

Fig. 6. Dromos de la tombe O‑800 vue du Nord.

Cl. JeanMarc Luce.

Fig. 7. Départ d’une voûte de tombe mycénienne renforcée par un fragment de pithos.

Fig. 7. Départ d’une voûte de tombe mycénienne renforcée par un fragment de pithos.

Cl. JeanMarc Luce.

6Perdrizet mentionne cinq tombes « à peu de distance les unes des autres », mais ne publie les plans que de trois d’entre elles (=O‑800, O‑522, O‑515). Pour situer les deux autres, nous en sommes réduits aux hypothèses. Toutefois, deux creusements dans le flysch bordent la tombe au dromos, l’un vers l’Est, incertain toutefois (O‑806), l’autre vers l’Ouest (O‑801), pourraient appartenir aux tombes mycéniennes manquantes. Si ce n’est pas le cas, la forme des creusements suggère néanmoins que ce sont les vestiges de tombes mycéniennes, au moins celle de l’Ouest. Contre la paroi de flysch, le départ d’une voûte a même été renforcé par un gros fragment de pithos (fig. 7). Des tessons à l’intérieur pourraient être mycéniens.

7Le long de la voie de l’Hérôon, un long mur O‑704 construit à diverses époques (voir ci‑dessous) longe une zone légèrement en hauteur, qui s’élève sur un substrat principalement en flysch, en conglomérat à l’Ouest, bordant au Sud le quartier de l’Hérôon de Blum. Cette voie existait à l’époque mycénienne, car elle relie les tombes O‑515 et O‑522 aux tombes découvertes sous le musée. Or, cette bordure, offrant une sorte de front de taille rocheux, dans la roche particulièrement tendre du flysch, se prête au creusement de chambres funéraires. Comme nous avons affaire à une nécropole et non à des tombes isolées, il paraît légitime de rechercher les traces éventuelles d’autres tombes mycéniennes. Pour les découvrir, nous disposons d’un indice : le mur, à partir de 704.5, est en moellons, mortier et fragments de terre cuite architecturale. Or par endroits, cet appareil laisse la place à de gros blocs sans parement, sans mortier, sans terres cuites dans les joints. Quand il y a un creusement dans le roc derrière, on peut y voir les blocs de fermeture de chambres funéraires. Nous proposons ainsi d’identifier trois nouvelles tombes :

  • Tombe O‑709 (fig. 8) : trois gros blocs, dont un tombé au Nord, et dans la foulée à l’ouest, un appareil de type mycénien (taille des blocs absence de parement). Derrière le roc est creusé pour former une chambre.

Fig. 8. Tombe O709.

Fig. 8. Tombe O‑709.

Creusement derrière de très gros blocs. Probablement une chambre funéraire mycénienne derrière le comblement qui en fermait l'entrée.

Cl. JeanMarc Luce.

  • O‑713 : creusement du rocher juste à l’Ouest de O‑709.
  • Tombe 707.2. Gros blocs avec un prolongement de blocs de type mycénien à l’Est. Le creusement derrière n’est pas visible.

8À ces tombes, s’ajoutent celles dont aucune trace n’est aujourd’hui visible, mais qui sont situées grossièrement sur le plan (fig. 9) :

  • La tombe de la tranchée près du théâtre : tombe à chambre avec long dromos4.
  • La tombe dite de « Pylaea » à l’Ouest de l’Hérôon de Blum, aujourd’hui recouverte par des remblais de fouilles5.
  • Les tombes découvertes sous le musée6.

Les voies mycéniennes

9Les deux premières tombes qui, selon Perdrizet, étaient dépourvues de dromos (mais ce dernier a pu disparaître à l’occasion des remaniements plus tardifs), longeaient la voie actuelle, qui sort de la porte A’ du sanctuaire, au pied de la colline en conglomérat du secteur 2. Cette voie devait donc déjà exister à l’époque mycénienne et relier la nécropole Ouest (une tombe à chambre a été trouvée par P. Amandry près de Marmaria). En revanche, la tombe au dromos et les deux qui l’entourent se situent plus haut dans le secteur 3. Elles étaient donc accessibles par une rue montant depuis un point légèrement à l’Ouest de la tombe O‑515. Cette rue n’avait jamais été identifiée, mais nos nettoyages et observations ont permis de la retrouver, car elle est en grande partie conservée (fig. 10 et 12). Elle partait en oblique, rejoignant l’entrée de la tombe 800, marquée clairement par le blocage du dromos, et se poursuivait vers le Nord‑Ouest. Le soutènement Sud comporte encore à l’Est (O‑524.1) quatre blocs en place d’un appareil cyclopéen très similaire à celui de la fortification de Chrysso. Après un tronçon remanié à plusieurs époques et reconstruit légèrement en avant, on retrouve à l’Ouest un gros bloc et un mur de facture mycénienne. Le soutènement Nord est conservé sur environ 7,40 m. Au‑delà de la tombe 801, le chemin se poursuivait, mais on ne suit pas les restes de l’appareil mycénien.

Fig. 9. Plan de la nécropole mycénienne Ouest.

Fig. 9. Plan de la nécropole mycénienne Ouest.

La voie mycénienne conservée en vert.

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

Fig. 10. La voie mycénienne.

Fig. 10. La voie mycénienne.

Cl. JeanMarc Luce.

Fig. 11. Voie mycénienne, soutènement sud.

Fig. 11. Voie mycénienne, soutènement sud.

Appareil cyclopéen à droite.

Cl. JeanMarc Luce.

Fig. 12. Soutènement Nord de la voie mycénienne.

Fig. 12. Soutènement Nord de la voie mycénienne.

Cl. JeanMarc Luce.

Période archaïque à paléochrétienne

10La campagne d’inventaire a permis d’identifier les murs qui peuvent remonter à l’époque archaïque (fig. 13 et 14). Il s’agit principalement de constructions en appareil polygonal à joints courbes, certaines en grand appareil lesbien. Nous sommes donc dans la seconde moitié du vie s., ou au début du ve s. av. J.‑C. L’apport le plus important de notre recherche concerne les murs O‑704 et O‑703 qui délimitent, au Sud du quartier de l’Hérôon de Blum la voie qui lui donnait accès (fig. 1316). Celle‑ci était maintenue au Sud par O‑523, puis, à l’époque paléochrétienne, par le O‑707 et O‑708, tandis que la bordure Nord, sur laquelle s’appuyaient les maisons étaient délimitée par O‑701, puis 704 (1 à 5), enfin O‑707. Comme vu ci‑dessus, cette rue remonte à l’époque mycénienne, et manifestement, certaines tombes ouvraient sur elle. Si aucune trace ne remonte à l’époque géométrique ni au début de l’époque archaïque, O‑703 et le soubassement de O‑704 (= O‑704.1 et 3) datent manifestement de la fin de l’époque archaïque.

Fig. 13. Plan des vestiges de la zone à l'époque archaïque.

Fig. 13. Plan des vestiges de la zone à l'époque archaïque.

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

Fig. 14. Partie Est du quartier de l'hérôon de Blum, avec les soutènements archaïques de la rue au Sud (O704 et O703).

Fig. 14. Partie Est du quartier de l'hérôon de Blum, avec les soutènements archaïques de la rue au Sud (O‑704 et O‑703).

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

11À l’époque classique, le mur O‑704 a été reconstruit dans un bel appareil trapézoïdal (O‑704.2, fig. 15‑18). La tête du mur à l’Ouest correspond exactement à la limite Ouest des murs classiques dans le quartier de l’hérôon de Blum (fig. 18). On peut en déduire que ce point correspond à la limite extrême de ce quartier à l’époque archaïque et classique, et que les prolongements vers l’Ouest sont plus récents. Ils se sont faits en au moins deux phases, l’une marquée par un appareil régulier en blocs de conglomérat, l’autre en un appareil de moellons pris dans du mortier de chaux avec des fragments de terre cuite architecturale. Il s’agit donc d’un prolongement de l’époque romaine et paléochrétienne, dont la première étape était sans doute la construction de l’hérôon de Blum, rejoint dans un second temps par la ville, à l’époque romaine tardive ou à l’époque paléochrétienne (voir ci‑dessous).

Fig. 15. La rue desservant le quartier de l’hérôon de Blum (Est).

Fig. 15. La rue desservant le quartier de l’hérôon de Blum (Est).

Au premier plan le soutènement sud de la voie, archaïque, et derrière le soutènement Nord, avec la partie Est restée dans l’état archaïque.

Cl. JeanMarc Luce.

Fig. 16. Élévation de la partie Est du mur O704, avec l'état archaïque et l'état classique dessus.

Fig. 16. Élévation de la partie Est du mur O‑704, avec l'état archaïque et l'état classique dessus.

Frédérique Baltzinger.

Fig. 17. La zone étudiée à l'époque classique-hellénistique.

Fig. 17. La zone étudiée à l'époque classique-hellénistique.

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

Fig. 18. L'Est du quartier de l'Hérôon de Blum.

Fig. 18. L'Est du quartier de l'Hérôon de Blum.

Dans le mur O704, en rouge les blocs archaïques, en bleu foncé, les blocs de calcaire de l’époque classique, à bleu clair à l’Ouest, les blocs de conglomérat de la phase 3 (hellénistique ou romain). Le mur se poursuit vers l’Ouest à l’époque romaine et paléochrétienne. La partie classique, en bleu s’interrompt là où les murs classiques du quartier, derrière le mur, s’interrompent également. Toute la partie Ouest est romaine-paléochrétienne.

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

Fig. 19. Plan de la zone avec la fontaine rupestre et les rochers entaillés.

Fig. 19. Plan de la zone avec la fontaine rupestre et les rochers entaillés.

JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.

12Cette rue longeant le Sud du quartier de l’Hérôon permettait aussi, durant l’époque historique, de s’approvisionner en eau. En effet, le long de la voie, entre les tombes mycéniennes O‑516 et O‑522, le roc a été entaillé, en sorte qu’il présente une paroi verticale en arrière d’une banquette (fig. 19‑20). Au pied de cette dernière, un nettoyage a fait apparaître un bassin enduit. Il s’agit donc d’une fontaine dont la banquette devait supporter un réservoir entièrement taillé dans le roc (sauf peut‑être la face Sud). Mais les parois Ouest, Sud et une partie de la paroi Ouest ont été rabattues à une époque ultérieure, peut‑être à l’époque où l’on construisit le mur en appareil polygonal à joints droits O‑523, juste à l’Ouest, dont on peut voir un encastrement contre la face Ouest du réservoir de la fontaine. Dans ce cas, la fontaine serait antérieure, mais cela reste à confirmer.

Fig. 20. Zone des rochers entaillés, avec restitution des voies de circulation.

Fig. 20. Zone des rochers entaillés, avec restitution des voies de circulation.

Au Nord de la voie la plus au Nord, des encastrements de poteaux ont été décelés, mais n’ont pu être relevés.

Cl. JeanMarc Luce.

13C’est aussi durant l’époque historique, probablement durant l’époque classique, qu’ont été creusés une série d’encastrements dans la zone II, dans la colline entre les terrasses proches du péribole et le quartier de l’hérôon de Blum (fig. 19, 20). Ils se répartissent sur trois terrasses superposées. Les encastrements O‑628 (non relevé) et O‑629 de la terrasse supérieure, étant alignés, doivent correspondre à un mur de terrasse ou à la façade d’une construction. Devant ces derniers, de petits encastrements indiquent la présence de poteaux devant le mur (fig. 21). Nous avons donc affaire à un appentis ou à une maison à pastas (si le mur O‑628‑629 était la façade d’une construction et non le simple mur arrière de l’appentis). La terrasse moyenne montre aussi des espaces aménagés dans le roc, deux au moins (0‑626.1 et 2, qui ouvraient sur un espace). Plus au Sud, un encastrement dans le rocher O‑623 (non relevé) supportait aussi un poteau en bois, mais la relation avec O‑626 est incertaine, car il ne se trouve pas au même niveau. La terrasse inférieure (O‑620 et O621), et le mur O‑619 qui rejoignait l’encastrement O‑622 forment un ensemble de l’époque paléochrétienne. Le creusement O‑620 en baignoire rectiligne, orienté Est‑Ouest, était recouvert d’un enduit peint avec des bandeaux rouges verticaux. Il s’agit probablement d’une tombe.

Fig. 21. Rochers taillés pour recevoir un mur.

Fig. 21. Rochers taillés pour recevoir un mur.

Cl. JeanMarc Luce.

Fig. 22. Encastrement d’un pilier en bois taillé dans le roc.

Fig. 22. Encastrement d’un pilier en bois taillé dans le roc.

Cl. JeanMarc Luce.

14Quoi qu’il en soit, tous ces creusements étaient nécessairement accessibles par des passages Est Ouest. On accédait à ce quartier par deux voies conservées sur le terrain. La première, à l’Est, était bordée par le mur O‑508. L’autre était une voie avec des marches d’escalier, montant depuis le Sud Est.

Fig. 23. L’escalier conduisant à l’Hérôon de Blum.

Fig. 23. L’escalier conduisant à l’Hérôon de Blum.

La porte de fer ouverte est la trappe fermant la chambre funéraire.

Cl. JeanMarc Luce.

15Enfin signalons, à l’extrémité Ouest, le relevé de l’escalier qui, depuis la rue de l’hérôon, conduisait à son monument éponyme, le dit « Hérôon de Blum », ce tombeau du ier siècle de notre ère, à l’élévation semblable à celle d’un temple. Comme l’accès au monument depuis le quartier dont il occupe l’extrémité Ouest était limité à 35 cm, du moins à l’époque paléochrétienne, on peut penser que cet escalier constituait l’accès principal. Il était bordé à l’Est d’un caniveau creusé dans le roc.

Conclusion

16Cette campagne courte (trois semaines dont seulement deux avec une équipe complète) a permis de dresser un plan bien plus précis de la zone étudiée, à l’échelle 1:50, d’apporter d’importants compléments à ceux dont on disposait déjà. Nous pouvons ainsi proposer un plan de la nécropole Ouest de l’époque mycénienne, qui contenait probablement beaucoup plus de tombes que ne l’avait imaginé Perdrizet. Les phases d’extension du quartier de l’hérôon de Blum ont pu être précisées.

17La campagne a également permis de faire de nouvelles découvertes, les unes assurées, d’autres plus hypothétiques :

  • La rue mycénienne reliant deux tombes de cette époque, étonnamment bien conservée ;
  • L’identification de nouvelles tombes mycéniennes, encore hypothétique, mais très probable pour certaines d’entre elles ;
  • La découverte d’une fontaine rupestre ;
  • La découverte de structures avec une galerie ouverte : appentis ou maison(s) ;
  • Plusieurs rues archaïques et classiques ont pu être identifiées.
Haut de page

Bibliographie

Müller 1992
Sylvie Müller, « Delphes et sa région à l’époque mycénienne », BCH 116.2, 1992, p. 445‑496.

Perdrizet 1908
Paul Perdrizet, FD V. Monuments figurés : petits bronzes, terres cuites, antiquités diverses, Athènes, Paris, EFA, 1908.

Haut de page

Notes

1 Perdrizet, 1908, p. 6‑7, fig. 16 ; Müller 1992, p. 493, n° 25

2 Perdrizet 1908, p. 6‑7, fig. 17 ; Müller 1992, p. 493, n° 25

3 Perdrizet 1908, p. 6‑7, fig. 15, qui en a donné un plan détaillé ; Müller 1992, p. 493, n° 25

4 Müller 1992, p. 493, n° 26.

5 Müller 1992, p. 493, n° 27.

6 Müller 1992, p. 493, n° 28 et 29.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Espace entre le péribole Ouest du sanctuaire d’Apollon et le quartier de l’hérôon.
Légende En couleurs les structures relevées en 2021.
Crédits Charlotte Goulet, Julian Brouet et JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 2. Plan des vestiges mycéniens dressé par Sylvie Müller.
Crédits Müller 1992, p. 456, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 3. Tombe O115.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 4. Tombe rupestre O‑522 et la fontaine à l’arrière.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 5. Plan de la tombe, selon Perdrizet.
Crédits Perdrizet 1908, fig. 15.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 6. Dromos de la tombe O800 vue du Nord.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 7. Départ d’une voûte de tombe mycénienne renforcée par un fragment de pithos.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 8. Tombe O709.
Légende Creusement derrière de très gros blocs. Probablement une chambre funéraire mycénienne derrière le comblement qui en fermait l'entrée.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 9. Plan de la nécropole mycénienne Ouest.
Légende La voie mycénienne conservée en vert.
Crédits JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 10. La voie mycénienne.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 11. Voie mycénienne, soutènement sud.
Légende Appareil cyclopéen à droite.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 12. Soutènement Nord de la voie mycénienne.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 13. Plan des vestiges de la zone à l'époque archaïque.
Crédits JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 14. Partie Est du quartier de l'hérôon de Blum, avec les soutènements archaïques de la rue au Sud (O704 et O703).
Crédits JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 15. La rue desservant le quartier de l’hérôon de Blum (Est).
Légende Au premier plan le soutènement sud de la voie, archaïque, et derrière le soutènement Nord, avec la partie Est restée dans l’état archaïque.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 16. Élévation de la partie Est du mur O704, avec l'état archaïque et l'état classique dessus.
Crédits Frédérique Baltzinger.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 17. La zone étudiée à l'époque classique-hellénistique.
Crédits JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 18. L'Est du quartier de l'Hérôon de Blum.
Légende Dans le mur O704, en rouge les blocs archaïques, en bleu foncé, les blocs de calcaire de l’époque classique, à bleu clair à l’Ouest, les blocs de conglomérat de la phase 3 (hellénistique ou romain). Le mur se poursuit vers l’Ouest à l’époque romaine et paléochrétienne. La partie classique, en bleu s’interrompt là où les murs classiques du quartier, derrière le mur, s’interrompent également. Toute la partie Ouest est romaine-paléochrétienne.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 19. Plan de la zone avec la fontaine rupestre et les rochers entaillés.
Crédits JeanMarc Luce, Charlotte Goulet et Julian Brouet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Fig. 20. Zone des rochers entaillés, avec restitution des voies de circulation.
Légende Au Nord de la voie la plus au Nord, des encastrements de poteaux ont été décelés, mais n’ont pu être relevés.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 21. Rochers taillés pour recevoir un mur.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 22. Encastrement d’un pilier en bois taillé dans le roc.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 23. L’escalier conduisant à l’Hérôon de Blum.
Légende La porte de fer ouverte est la trappe fermant la chambre funéraire.
Crédits Cl. JeanMarc Luce.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4464/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Luce, « Programme « Ville de Delphes » » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 20 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/4464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.4464

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Luce

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search