Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2022Les cités vésuviennesModes d’habiter à Pompéi à l’époq...

2022
Les cités vésuviennes

Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum

La campagne 2021 - Recherches en VI 11, 11‑12/7
Responsables d’opération : Dora D’Auria et Pascale Ballet
Notice rédigée avec Alessandro Russo

Entrées d’index

Établissement éditeur :

CJB

Année de lʼopération :

2021

Lieux :

Pompéi

Peuples :

Samnites, Romains
Haut de page

Notes de l’auteur

Tous les relevés, à l’exception de la fig. 1, sont de Guilhem Chapelin.

Date précise de l’opération : 7 juin-16 juillet 2021

Autorité nationale présente : Parco Archeologico di Pompei – MiC

Numéro de mission : Concession MIBACT DGABAP Prot. n. 0019331 du 26/06/2020

Composition de l’équipe de terrain : Pascale Ballet, Université Paris Nanterre, archéologue ; Guilhem Chapelin, Centre Jean Bérard (USR 3133, CNRS‑EFR), architecte ; Dora D’Auria, Università degli studi di Napoli L’Orientale, archéologue ; Claire Joncheray, archéologue indépendante. Étudiants, docteurs et doctorants des universités Paris Nanterre et L’Orientale di Napoli : Clément Bady, Paris Nanterre, docteur ; Louise Berginc, Paris Nanterre, doctorante ; Maissane Bakhouche, Paris Nanterre, étudiante ; Léo Bayel, Paris Nanterre, étudiant ; Martina Chiusolo, L’Orientale, étudiante ; Julie D’Arrigo, Paris Nanterre, étudiante ; Carmela Esposito, L’Orientale, étudiante ; Charles Pourcel, Paris Nanterre, étudiant ; Jules Varé, Paris Nanterre, étudiant.

Partenariats institutionnels : CJB, Université Paris Nanterre, Università degli studi di Napoli L’Orientale, Parco Archeologico di Pompei

Établissement éditeur : CJB

Établissements porteurs de l’opération : CJB, Université Paris-Nanterre

Texte intégral

Remerciments : Nous remercions le directeur du Parco Archeologico di Pompei, Gabriel Zuchtriegel, d’avoir accueilli favorablement notre projet de recherche et les fonctionnaires Silvia Martina Bertesago et Luana Toniolo pour leur appui. Nous souhaitons également exprimer notre gratitude à toute l’équipe du Centre Jean Bérard pour leur précieux soutien et remercier les participants à la fouille, étudiants, docteurs et doctorants des universités de Paris Nanterre et de L’Orientale de Naples, pour l’enthousiasme et la rigueur qui ont accompagné leur travail.
Précieux a été l’apport professionnel et humain de Guilhem Chapelin et Claire Joncheray.

Données scientifiques produites :
Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum
Dora D’Auria, Pascale Ballet, Marcella Leone, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum. La campagne 2020 – recherches en I 16, 5 », BAEFE Italie

Chroniques de l’EFR :
http://journals.openedition.org

1En 2021, dans le cadre du projet « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine, la maison à atrium testudinatum »1, la domus VI 11, 11‑12/7 a fait l’objet d’une campagne de fouille. Les activités ont eu une durée de six semaines et se sont déroulées du 7 juin au 16 juillet (fig. 1).

Fig. 1. Vue zénithale du modèle digital 3D, depuis photogrammétrie aérienne, de la maison VI 11, 11‑12/7.

Fig. 1. Vue zénithale du modèle digital 3D, depuis photogrammétrie aérienne, de la maison VI 11, 11‑12/7.

R. Valentini, CISA, UNIOR, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

2Pour identifier les premières phases de construction et d’occupation de la maison, dans le secteur le plus ancien, celui correspondant au quartier de l’atrium de l’unité 12, et comprendre comment les aménagements précoces associés à l’atrium testudinatum ont été mis en place, trois sondages ont été effectués (fig. 2) :

3S1 : le sondage a été réalisé dans le secteur méridional de la pièce (3) et au niveau du passage de cet espace à l’atrium (2). La stratigraphie ancienne est apparue largement touchée par des activités d’époque contemporaine.

4S2 : le sondage 2 a concerné un espace comprenant le secteur oriental du tablinum (5), ainsi que le secteur central et partie du secteur septentrional de l’atrium (2). Dans le secteur correspondant au tablinum, les opérations de fouille n’ont pas pu atteindre le même niveau d’investigation que la partie restante du sondage, à cause du bon état de conservation du sol de cette pièce, mis au jour en‑dessous de la couverture moderne.

5S3 : le sondage a été ouvert pendant la dernière période de la campagne de fouille, dans le secteur oriental de la pièce (6). Le but était de vérifier l’existence d’un sol dans cette pièce, afin de programmer les opérations des années à venir. Le nettoyage des structures couvertes par les couches modernes et la fouille partielle d’une fosse localisée au milieu de la pièce ont néanmoins fourni des données nous permettant d’avancer des premières hypothèses sur les phases de construction de cette pièce.

Fig. 2. Localisation des sondages.

Fig. 2. Localisation des sondages.

G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

6Les données produites par ces trois sondages et celles extraites de l’étude des superstructures de la pièce (16), effectuée en 20192, nous permettent d’avancer des premières hypothèses sur les phases d’occupation de l’espace correspondant à la maison VI 11, 12 :

I – Avant l’édification de la domus VI 11, 12, la stratigraphie des âges du Bronze et du Fer
II – La construction de la maison à atrium testudinatum
III – La période du Ier style
IV – Les réaménagements d’époque impériale
V – Avant l’éruption
VI – Les activités de la période contemporaine

Les phases d’occupation

I – Avant l’édification de la domus VI 11, 12, la stratigraphie des âges du Bronze et du Fer

7Les sondages 1 et 2 ont fourni des données sur la période précédant la construction de la maison à atrium testudinatum.

  • 3 Cette stratigraphie a été analysée et interprétée par le géologue Giovanni Di Maio.
  • 4 US 102184, cote 38,60 (N) / 38,54 (S) m.
  • 5 Respectivement US 102183, cote 38,62-38,54 (S) / 38,62 (N) et US 102182, cote 38,84-38,74 (S) / 38 (...)
  • 6 US 102181, cote 39,06 (S) / 39,12 (N) m et 102176, cote 39,22 (S) / 39,32 (N) m.

8La fosse creusée au milieu de l’atrium (2), en phase V, a coupé une stratigraphie beaucoup plus ancienne, composée de couches d’origine volcanique3. La plus basse des couches identifiées, à une cote de 38,42/38,54 (S/N) m, est une terre pyroclastique contenant de petites ponces de fallout de l’éruption plinienne de Mercato (8000 y.B.P.). Sur cette couche, un niveau de terre pyroclastique avec des remaniements anthropiques de l’âge du Bronze Ancien est reconnaissable4. Suit un niveau associé au cycle explosif protohistorique du Somma-Vesuvio et le paléosol de l’âge du Bronze5, dans lequel on reconnaît des traces d’activités agricoles. Cette stratigraphie est scellée par deux couches de scories et de petites pierres ponces, produit du cycle explosif protohistorique du Somma-Vesuvio6. La dernière de ces couches est entamée par les travaux de construction de l’atrium.

  • 7 L’US 103186 est située à une cote de 38,93 m et couvre un niveau compact, formé d’un sédiment brun (...)

9Dans la pièce (3), en‑dessous du mur (M3), appartenant à la phase II, une couche, remontant à l’âge du Fer, a été identifiée. Compacte et de couleur blanchâtre, elle est composée d’un sédiment fin, argilo-sableux, dans lequel sont présents du charbon et un matériau très dégradé, semblable à de la terre cuite émiettée de couleur orange vif. La cote à laquelle cette couche a été retrouvée, les éléments qui la composent et notamment le mobilier céramique7, nous poussent à proposer une datation du premier âge du fer.

II – La construction de la maison à atrium testudinatum

  • 8 Cette chronologie est suggérée par les fragments de céramique provenant des US coupées par la cons (...)
  • 9 L’opus africanum de la maison VI 11, 12 appartient au type C de la classification de K. Peterse, c (...)

10Au courant du IIIe siècle av. J.‑C., probablement vers sa moitié8, la maison VI 11, 12 est édifiée. Pour la construction du mur de façade (M1), la technique de l’opus quadratum est utilisée (fig. 3). La tranchée de fondation, identifiée dans le sondage 1, a des parois verticales et une largeur modeste, comprise entre 0,17 et 0,21 m. L’élévation est composée de parpaings de calcaire du Sarno, disposés en carreaux. Dans le mur, s’ouvrent la porte d’entrée à la maison et des petites fenêtres meurtrières qui donnent de la lumière aux pièces (3) et (16). Les autres murs de la maison sont édifiés avec la technique de l’opus africanum9, composée de chaînes en blocs de calcaire et d’un remplissage de petits moellons de calcaire, en forme de parallélépipèdes irréguliers, auxquels sont mélangés, en faible quantité, de gros moellons irréguliers de téphrite à leucites.

Fig. 3. Photogrammétrie de la façade est de la maison VI 11, 12.

Fig. 3. Photogrammétrie de la façade est de la maison VI 11, 12.

G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

  • 10 C’est le cas, par exemple, de l’atrium de la Casa delle Amazzoni (VI 2, 14), où la margelle a été (...)
  • 11 La présence d’un escalier situé dans le secteur de l’atrium est récurrente dans les atria testudin (...)
  • 12 Il s’agit des US 103127 et 103129.

11L’atrium est de type testudinatum, de forme rectangulaire et peu profond (fig. 1). Dès cette première phase, dans ce secteur prend place la margelle d’une source d’eau, située – comme d’habitude dans ce genre d’atrium10 – près du montant de l’une des portes des pièces qui entourent l’espace central, et plus précisément, près du montant nord de l’entrée au tablinum (5). Cette margelle est aménagée en tranchant dans le sol vierge et ses parois sont composées de moellons de lave, de calcaire et de téphrite à leucites, matériaux non liés par du mortier (fig. 4). La surface intérieure de la structure est revêtue d’un enduit de tuileau, la surface extérieure d’un enduit non décoré et celle de la partie sommitale d’une couche de mortier de tuileau. Après la construction de la margelle, un sol en terre battue est aménagé dans l’atrium et au rez‑de-chaussée de la cage d’escalier qui, pendant cette première phase, est localisée dans le secteur méridional de la pièce (3). Les murs qui délimitent cet espace sont le mur sud (M2) de la pièce (3) et un mur (M3) parallèle à ce dernier qui sera détruit dans une phase ultérieure. De cette première phase du mur (M2), il ne reste que l’extrémité ouest, constituée d’une chaîne de blocs de calcaire et correspondant au montant sud de l’ouverture de la cage d’escalier11, puisque la partie restante du mur sera rebâtie dans une phase ultérieure. Le mur (M3), qui délimite au nord la cage d’escalier, a été édifié en creusant une fosse large 0,66 m et profonde 0,40 m, qui entame les niveaux de l’âge du Fer. Les fondations sont immédiates et continues et composées de blocs de calcaire et d’éléments de remplissage (fig. 5). Parmi ces derniers, ont été retrouvés des moellons de calcaire, des blocs de lave et quelques fragments de tuile, dont l’un d’entre eux porte un décor incisé avant cuisson, représentant un combattant casqué, avec lance et bouclier (fig. 6). L’élévation du mur a été retrouvée écroulée, car elle a été détruite dans une phase postérieure à la phase II. De nombreux moellons de calcaire, en forme de parallélépipèdes irréguliers, et de gros moellons de téphrite à leucites en faisaient partie. Il s’agit du même type de matériau qui compose les murs en opus africanum de la maison, ce qui nous invite à supposer que M3 avait été réalisé avec cette même technique. De l’autre côté du mur, dans la pièce (3), le sol n’a pas été identifié, mais deux couches, retrouvées à l’est et l’ouest de la fosse de la phase V12, pourraient représenter le remblai sur lequel le sol avait été aménagé.

Fig. 4. Le puits mis au jour dans l’atrium (2).

Fig. 4. Le puits mis au jour dans l’atrium (2).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

Fig. 5. Les fondations du mur (M3) mises au jour dans la pièce (3).

Fig. 5. Les fondations du mur (M3) mises au jour dans la pièce (3).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

Fig. 6. Fragment de tuile avec combattant.

Fig. 6. Fragment de tuile avec combattant.

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

  • 13 Il s’agit des décorations de Style Zero avec socle noir, bande avec le motif des postes et élévati (...)

12Pendant cette première phase, les parois de la maison, ou du moins dans quelques‑unes de ses pièces, devaient être peintes. Cela est attesté par le revêtement de la partie basse des parois de l’atrium qui est de couleur noire et qui, au niveau du montant nord de la porte du tablinum (5), est caractérisé par une couche de stuc noir, en forme de pilastre engagé (fig. 7). L’utilisation d’une couleur foncée pour le revêtement de la zone 1 du schéma décoratif n’est pas courante dans les peintures de Ier style, mais c’est une particularité d’une mode décorative plus ancienne, attestée à Pompéi au IIIe siècle av. J.‑C.13. À cette phase décorative antérieure au Ier style, remontent aussi les fragments d’enduits mis au jour dans la pièce (6), en‑dessous des niveaux tardo-samnites. Ils sont à fond blanc – un des fragments présente un motif figuré brun – et ont une composition comparable au revêtement blanc des parois de la fenêtre meurtrière de la pièce (16), bouchée à l’occasion d’une réfection de la décoration en Ier style (phase III).

Fig. 7. Phase II. Revêtement d’enduit peint de la paroi ouest de l’atrium (2).

Fig. 7. Phase II. Revêtement d’enduit peint de la paroi ouest de l’atrium (2).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

III – La période du Ier style

13Cette phase se caractérise par une restructuration de la maison qui comporte une rénovation de la décoration et un léger rehaussement des niveaux de circulation.

  • 14 D’après Laidlaw 1985, p. 171 sur le mur sud, il y aurait eu à l’origine deux panneaux, restaurés i (...)
  • 15 Cf. Laidlaw 1985, p. 21 et pl. 34b. Sur les peintures en Ier style de la maison, voir ibid., p. 17 (...)

14Dans l’atrium, le niveau de circulation est rehaussé de 0,2/0,3 m. Dans la pièce (16), l’ancienne fenêtre meurtrière est bouchée et remplacée par une ouverture de plus grandes dimensions et, en même temps, on renouvelle la décoration avec un sol en mortier de tuileau et, sur les murs, des peintures de Ier style (fig. 8). Ces dernières sont encore présentes sur les parois est, sud et ouest, mais dans un mauvais état de conservation. Le schéma décoratif se compose d’une zone inférieure avec plinthe jaune et bandeau rouge, d’une zone médiane à panneaux horizontaux noirs14, et d’une partie supérieure avec une assise d’appareil isodome à bossage – aujourd’hui disparue – couronnée d’une corniche. Cette dernière est réalisée avec une technique peu courante, appropriée à des corniches en forte saillie, qui consiste à fixer l’élément dans le mur au moyen de tuiles15.

Fig. 8. Décor en Ier style de la paroi sud de la pièce (16).

Fig. 8. Décor en Ier style de la paroi sud de la pièce (16).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

  • 16 D’après Mau 1882 (p. 85), le bandeau était de couleur jaune.
  • 17 Le mur de séparation entre les pièces (5) et (6) semble ne pas appartenir, du moins dans la partie (...)
  • 18 Des vestiges de la plinthe jaune ont été mis au jour, grâce à la fouille, sur les parois nord, sud (...)
  • 19 L’espace entre une tesselle et l’autre est de 5 cm. Elles ont une coupe irrégulière, leurs dimensi (...)

15Une décoration du Ier style est réalisée également dans d’autres salles situées autour de l’atrium : des vestiges du bandeau16 et de la corniche de la zone de couronnement sont encore aujourd’hui visibles sur la paroi sud du tablinum (5), tandis que dans l’oecus (6) on reconnaît l’ensemble du schéma décoratif17. Il est constitué d’une plinthe jaune surmontée d’un bandeau rouge, de panneaux horizontaux en zone 2 et de deux assises d’appareil isodome à bossage, surmontées par deux bandeaux progressivement plus en saillie et par une moulure, en zone 3 ; la zone de couronnement est caractérisée par un bandeau et une corniche18. Le sol de cette pièce est un mortier de tuileau rouge décoré avec un semis régulier parallèle et orthogonal de tesselles blanches19 (fig. 9). L’analyse des rapports stratigraphiques a permis de restituer les phases de chantier suivies pour la réalisation des revêtements de la pièce : on a d’abord mis en œuvre la préparation du sol, puis on a revêtu les parois d’enduit et enfin on a réalisé la couche de finition du pavement et peint sa surface avec de la couleur rouge qui a laissé une trace à la base de la plinthe jaune des peintures de Ier style.

Fig. 9. Le sondage 3 dans la pièce (6).

Fig. 9. Le sondage 3 dans la pièce (6).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

IV – Les réaménagements de l’époque impériale

16Plus tard, au courant de la première moitié du Ier siècle apr. J.‑C., de nouveaux travaux sont réalisés dans la maison. Les murs des fauces sont refaits en opus incertum de calcaire. Pour cette opération, on tranche le sol en mortier de tuileau de la pièce (16), qui ne sera plus restauré. Le sondage 1 nous a permis d’observer les nouvelles fondations du mur (M2) dans la pièce (3). La tranchée a été creusée du côté des fauces, tranchée dans laquelle sont édifiées des fondations formées de moellons de calcaire et de quelques tuiles, liés par une abondante quantité de mortier.

  • 20 La couche qui remplit la tranchée de fondation est couverte d’une poudre de calcaire, matériau à i (...)

17La cage d’escalier est supprimée et, pour ce faire, on détruit le mur (M3), en démantelant son élévation. Le bloc de calcaire situé à son extrémité ouest reste in situ, mais il est dégrossi de la moitié de son épaisseur. La destruction de ce mur comporte une restauration du mur de façade, lui servant d’appui, ce dont témoigne le creusement d’une nouvelle tranchée de fondation20. La destruction de cette structure est enfin scellée par un rite : en correspondance de la partie de M3 appuyée contre le mur de façade et qui a été détruite, une amphore, coupée au niveau de l’épaule, est insérée en position verticale dans la couche de destruction du mur (fig. 10). À l’intérieur se trouvaient quelques moellons de calcaire et, au fond, des rameaux de végétaux carbonisés.

Fig. 10. Sondage 1 dans la pièce (3) : couche de destruction du mur (M3) et, au nord, le sol de la cage d’escalier.

Fig. 10. Sondage 1 dans la pièce (3) : couche de destruction du mur (M3) et, au nord, le sol de la cage d’escalier.

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

  • 21 Cf. Mau 1882, p. 85 et PPM V, p. 72 (V. Sampaolo).
  • 22 Avellino 1843a, p. 66 mentionne des parois peintes à « scompartimenti di varii colori ornati di al (...)
  • 23 Avellino 1843b, p. 73 : « augelli su rami graffiti con ferro o chiodo ».

18Dans le tablinum, on réalise de nouveaux revêtements. Au sol, on installe un pavement en mortier de tuileau et, sur les parois, on détruit les peintures d’époque samnite, épargnant seulement la corniche et le bandeau de couronnement. Afin de préparer la paroi pour le nouveau revêtement, on n’enlève pas l’ancien mortier, opération coûteuse, mais on se contente de le piqueter afin de faciliter l’accrochage des nouvelles couches d’enduit. La nouvelle décoration est en IIIe style21, avec plinthe et partie médiane rouges et articulées en panneaux aux couleurs variées22. Au moment de la découverte de la maison, sur ces peintures étaient visibles des graffitis représentant des oiseaux sur les branches23.

19Enfin, à cette époque, on aménage dans le secteur occidental du mur nord de la pièce (6), un encaissement de lit qui est revêtu d’une couche d’enduit (fig. 11).

Fig. 11. Détail de l’encaissement de lit bouché du mur sud de la pièce (6).

Fig. 11. Détail de l’encaissement de lit bouché du mur sud de la pièce (6).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

V – Avant l’éruption

  • 24 Avellino 1843a, p. 66.
  • 25 Ce médaillon pourrait correspondre à celui, représentant une nature morte, que Helbig 1868 réfère (...)
  • 26 Avellino 1843a, p. 66 : « un ponte sul quale sono varie figure, ed una di queste è curva in atto, (...)

20À cette phase, remontent une réfection des revêtements de la pièce (3), de l’atrium (2) et de la pièce (6), ainsi que le creusement de grandes fosses au milieu de ces mêmes espaces. La chronologie relative de ces activités n’est pas la même dans toutes les pièces concernées. En effet, dans la pièce (3), la réfection du sol suit le creusement de la fosse, alors que dans la salle (6), c’est l’inverse, et dans l’atrium il n’y a pas de rapports stratigraphiques entre les US associées à ces activités. Dans la pièce 3, le pavement réalisé est non pas un mortier de tuileau, mais un sol moins résistant, avec une préparation composée de fragments d’enduit. Dans l’atrium, un pavement en mortier de tuileau est aménagé, dont subsistaient des fragments mis au jour près de l’entrée conduisant à la pièce (3) et dans le secteur septentrional. Avant la réalisation du pavement, la margelle est partiellement démantelée et le réservoir d’eau qu’elle dessert est comblé et n’est plus utilisé. À cette phase, on peut attribuer le renouvellement de la décoration pariétale dans le secteur septentrional de l’atrium, avec des peintures du IVe style, enrichies de petits tableaux de « vases, de fruits et de petits villages24 ». Même si ces peintures sont dans un mauvais état de conservation, on distingue encore aujourd’hui le contour d’un petit tableau sur la paroi nord et d’un médaillon25 ainsi que d’un autre petit tableau sur la paroi est. Dans celui au milieu de la paroi septentrionale, prenait place un paysage avec barques et pêcheurs, décrit par Francesco Maria Avellino26.

  • 27 Elle est formée d’un mortier gris, de moellons de calcaire, de tessons et de fragments du sol de p (...)
  • 28 PPM V, p. 72‑73 (V. Sampaolo).
  • 29 Avellino 1843a, p. 66.

21Dans la pièce (6), l’encaissement de lit est bouché et de nouveaux revêtements sont réalisés. Pour la réfection du sol, l’ancien pavement en mortier de tuileau est piqueté de manière à assurer un bon accrochage des nouvelles couches. Ce sol, dont il reste principalement la préparation27, n’était pas en mortier de tuileau, mais, comme dans la pièce (3), il devait constituer un niveau formé de mortier battu (fig. 12). La décoration pariétale est rénovée sur la paroi sud et au niveau des zones 1 et 2 de la paroi nord, avec des peintures en IVe style28, caractérisées par panneaux aux bords rouges, à l’intérieur desquels étaient figurés des oiseaux et d’autres animaux sur un fond blanc29.

Fig. 12. Couche de préparation du sol de phase V de la pièce (6).

Fig. 12. Couche de préparation du sol de phase V de la pièce (6).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

  • 30 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 1,05 m.
  • 31 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 1,27 m. Le diamètre de la partie fouillée est de 1,5 (...)
  • 32 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 0,2 m.
  • 33 Sur les fosses de décharge creusées dans le sol des maisons de Pompéi, voir Esposito 2008.
  • 34 Cf. les considérations au paragraphe suivant.
  • 35 Dans la couche de remblai, mise en œuvre en phase VI dans l’atrium, le pivot de la porte d’entrée (...)
  • 36 Nombreux les exemples dans la Casa del Granduca Michele (VI 5, 5) et dans la Casa del Centauro (VI (...)
  • 37 La monnaie a été étudiée par Saverio De Rosa : D/[GE]RMANICUS CAESAR TI AVGVST F DIVI A[VG N]. Têt (...)

22Au milieu de chacune de ces trois pièces, une vaste fosse est creusée. Dans la pièce (3), la partie de la fosse dégagée lors du sondage a une forme hémisphérique (d. 1,22 m) et des parois qui, verticales à la partie supérieure (H. 0,9 m), s’évasent dans la partie inférieure30. Dans l’atrium, une grande fosse aux parois verticales a été identifiée (fig. 13). Elle a été partiellement concernée par les opérations de fouille de cette campagne, ce qui nous empêche d’en restituer précisément la forme31. En effet, elle se compose d’une partie circulaire dans la partie fouillée du sondage 2 et se prolonge par un appendice vers l’est. Au milieu de la pièce (6), une troisième fosse rentrait partiellement dans le sondage 3 et a été seulement superficiellement touchée par la fouille32. Ces fosses ont été remplies de gravas (débris d’opus caementicium, de sols en mortier de tuileau, moellons de calcaire, tuiles) et de céramiques. Parmi les matériaux les plus représentés, les fragments d’enduits appartenant à des revêtements de paroi et de plafond. Il est donc probable que ces fosses aient été fouillées après le tremblement de terre de 62 apr. J.‑C. et avec un double objectif : jeter les matériaux issus de la destruction de structures et de revêtements et chercher le sable le plus adapté à la production du mortier pour les nouvelles constructions. Des fosses de ce genre ne sont pas rares dans les maisons de Pompéi. Elles appartiennent à différentes époques et sont généralement localisées dans des espaces larges et souvent ouverts comme les jardins et les péristyles33. Dans certains cas, ces fosses sont présentes dans plusieurs pièces de la maison, où elles sont fermées mais non scellées comme en VI 11, 12. Un exemple en est fourni par la Casa dell’Ara Massima (VI 16, 15‑16), où des fosses coupent les sols de trois pièces – (F), (G) et (I) – sans que les pavements n’aient été jamais réparés. Dans le cas de la domus VI 11, 12, il est probable que les fosses ont été fouillées à plusieurs reprises lors des phases ultimes d’occupation de la maison, quand l’édifice n’avait désormais plus le même statut qu’à l’époque samnite. Le soin et la richesse qui étaient propres à la maison des IIIe et IIe siècle av. J.‑C., avec ses pièces d’apparat et ses décorations soignées, semblent désormais un vague souvenir. Les décorations, quand elles sont présentes, sont maintenant d’une mauvaise qualité, comme en témoignent les peintures de la pièce (6), les revêtements de sol semblent le fruit d’un travail sommaire, comme dans les pièces (3) et (6), et on laisse à l’incurie des espaces auparavant très soignés comme la pièce (16), dont on ne répare même pas le sol, coupé pour la reconstruction des murs des fauces. Le seul secteur qui semble garder encore un peu de l’élégance d’antan est la partie septentrionale de l’atrium, avec des peintures en IVe style et un sol en opus tessellatum34. Ce tableau d’un général appauvrissement est exacerbé par l’absence de seuils en pierre – à l’exception de celui de la porte d’entrée35 –, fait plutôt rare dans les maisons de Pompéi, qui nous laisse suspecter qu’elles aient été enlevées. En effet, des fosses de spoliation ont été identifiées au niveau de l’entrée aux pièces (6) et (16). Dans les deux cas, on a retrouvé à leur intérieur une monnaie, déposition rituelle courante dans les opérations de récupération des seuils des ouvertures intérieures à l’espace domestique36. La monnaie de la fosse de spoliation de l’oecus (6) est illisible, celle du cubiculum (16) est un as de Caligula, daté de 37‑38 apr. J.‑C.37 (fig. 14), fournissant un terminus post‑quem pour l’enlèvement du seuil.

Fig. 13. Secteur occidental du sondage 2 en fin de fouille.

Fig. 13. Secteur occidental du sondage 2 en fin de fouille.

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

Fig. 14. As de Caligula retrouvé dans la pièce (6).

Fig. 14. As de Caligula retrouvé dans la pièce (6).

D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

VI – Les activités de la période contemporaine

  • 38 Avellino 1843a, p. 65.

23La domus VI 11, 12 a été mise au jour entre la fin 1841 et octobre 184238. Les opérations de fouille et certains des travaux qui ont été réalisés par la suite ont laissé des traces dans la stratigraphie identifiée lors de cette campagne.

  • 39 Avellino 1843a, p. 66.

24Dans le secteur central de l’atrium (2), les fouilleurs, probablement à la recherche d’un pavement comme celui mis au jour dans le tablinum, sont descendus davantage que dans la pièce (5). Ils ont également vidé une partie de la couche remplissant le puits, descendant de 0,6 m. Dans la partie nord de l’atrium, ils ont détecté un sol en mortier de tuileau, décrit comme un « grazioso pavimento signino con disegni di bianche petruzze39 », puisqu’il devait présenter une décoration obtenue utilisant des tesselles blanches. Dans la pièce 3, ils ont atteint le niveau de l’US (phase IV) qui scelle les travaux de démantèlement de la cage d’escalier, emportant probablement aussi une partie du sol de phase V. Dans l’oecus (6), ils sont descendus jusqu’au sol de la phase III, emportant probablement ici aussi une partie du sol de phase V.

25Après la fouille, les couches mises au jour sont couvertes par un remblai d’une épaisseur comprise entre les 0,08 et les 0,14 m, formé d’une terre mélangée à une quantité importante des lapillis qui, avant la fouille, couvraient la maison. Le sol du tablinum est laissé découvert.

  • 40 Avellino 1843b, p. 73.

26Dans l’atrium (2) et dans la pièce (3), on a pu identifier les traces de travaux qui sont réalisés plus tard. Au milieu de l’atrium, on creuse une fosse dans laquelle on fait un feu, et, plus au nord, on creuse une seconde fosse qui entame une fosse ancienne et, dans laquelle, on retrouve une grosse quantité de tesselles isolées et de groupes de tesselles encore jointoyées. Ces éléments pourraient avoir fait partie de la décoration du sol au moment de la découverte de la maison, dont le mortier de tuileau de la phase V pourrait constituer la préparation. De plus, on a retrouvé aussi des pierres colorées qui pourraient avoir appartenu au sol du triclinium (4) qui, d’après Avellino40, était un « pavimento signino adorno di linee di pietruzze bianche, e di pezzetti di marmo di varii colori », donc un sol en mortier de tuileau décoré d’un semis de tesselles blanches et de pierres colorées. Dans la pièce (3), des travaux de restauration du montant sud de la porte sont à l’origine du creusement d’un trou de poteau de forme circulaire (d. 0,18 m). Sur la surface de l’atrium (2), du tablinum (5) et de la pièce (3), on étend une nouvelle couche de terre, dans laquelle on retrouve aussi des morceaux de plastique et d’aluminium.

Le mobilier issu des sondages de la campagne 2021

Le mobilier céramique

27Il convient de distinguer les céramiques liées à l’occupation de la maison et de son environnement (céramique de table, céramique de cuisson, vases à liquides, conteneurs) de celles qui ont été utilisées comme éléments de construction (consolidation des parements de murs). L’étude qui a débuté lors de cette campagne a, notamment, pour objectif de restituer le répertoire des groupes de production locaux et régionaux qui constituent la majorité du mobilier qu’accompagnent quelques importations en provenance de la Méditerranée orientale (amphores égéennes et Eastern Sigillata A, ES A).

  • 41 Type 3113a 1, Morel 1981.

28Sur le plan de la stratigraphie et de la datation, il est prématuré de présenter des données définitives. Néanmoins, dans les US 102.138 (558 tessons), 102.145 (36 tessons) et 102.162 (405 tessons), qui remplissaient les fosses de la phase V, dans l’atrium, on note la présence d’un mobilier céramique hétérogène, puisqu’il comprend aussi bien des vernis noirs campaniens, tel le canthare 102.145.01 (IIIe siècle av. J.‑C.)41 (fig. 15), des amphores Dressel 1B (Ier siècle av. J.‑C.), des « paroi fine » de fabrication locale et du nord de l’Italie (Ier siècle av. J.‑C. – première moitié du Ier siècle apr. J.‑C.) et des sigillées de la baie de Naples et d’Arezzo datables de la fin du règne d’Auguste au milieu du Ier siècle apr. J.‑C. Étonnamment, les amphores Dressel 2‑4 campaniennes sont peu représentées dans cet ensemble. Il semble donc que la majorité des céramiques constituant ces niveaux de la phase V, et plus spécifiquement des fosses qui en sont l’une des interventions les plus notables, correspondent à des occupations et des états plus anciens de la domus VI 11, 11‑12/7, témoignant ainsi des divers réaménagements dont elle a fait l’objet.

Fig. 15. Canthare campanien 102145.01 (IIIe s. av. J.-C.).

Fig. 15. Canthare campanien 102145.01 (IIIe s. av. J.-C.).

P. Ballet, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

Le mobilier non céramique

29Le petit mobilier, en dehors de la céramique, est peu abondant. Il se compose de pesons de métiers à tisser en terre cuite, d’une fibule en métal, de quelques éléments en verre moulé – chatons de bague ou pions de jeu –, d’une perle en faïence, d’une pièce fragmentaire en os ou en ivoire à décor incisé. Les contextes 102.138 et 102.162, dont proviennent certains de ces objets, correspondent à la phase V des sondages effectués dans l’atrium (fosses) dont la datation est à inscrire globalement à l’époque impériale, voire post-sismique.

  • 42 À comparer à un graffito sur enduit de Pompéi, conservé au Museo Archeologico Nazionale, Naples, i (...)

30Outre les très nombreux fragments de tuiles retrouvés dans bon nombre de contextes, l’un d’entre eux porte un décor incisé (103.169.01), partiellement conservé, reproduisant la tête, la lance et le couvre-chef d’un combattant, voire d’un gladiateur, et peut‑être la partie supérieure de son bouclier42 (fig. 6).

I materiali del Saggio 1 (A. Russo)

31Per le fasi più antiche di occupazione dell’area sia in relazione allo studio delle fasi di ristrutturazione della Casa sia di quelle ad essa precedenti, si rivela di particolare interesse il Saggio 1. Posizionato tra il settore meridionale dell’ambiente (3) e l’atrio (2), ha restituito materiali costituiti essenzialmente da scarti di rivestimento ad intonaco grezzo, laterizi, ceramica comune da mensa, dispensa e trasporto e pochi frammenti di ceramica fine da mensa. I materiali ceramici emersi sono quantitativamente esigui e, all’interno di questi, in percentuale molta bassa sono i diagnostici. Tali materiali si distribuiscono lungo un arco cronologico che va dall’Età del Ferro, fino al I sec. d.C.

  • 43 US 103186, frammenti ricostruibili dello stesso individuo in US 103185; cfr. Bartoli 2012, p. 139, (...)
  • 44 US 103121, coppa carenata in bucchero tipo 18 B, Livadie 1979, p. 249‑264.
  • 45 US 103142, parete di forma aperta.
  • 46 US 103141, due pareti di forma chiusa; produzioni diffuse a Fratte di Salerno, cfr. Pontrandolfo 1 (...)
  • 47 1 individuo US 103142, serie 4373; 2 individui US 103145, serie 4373 e 4340, Morel 1981. Dall’US 1 (...)
  • 48 1 individuo US 103158 serie 2686; 1 individuo US 103129 – strato di riempimento funzionale alla me (...)
  • 49 Individuo con puntale tronco e senza orlo US 103133 (anfora inglobata nello strato di distruzione (...)
  • 50 US 103115: 1 individuo, sigillata italica forma 6; 1 individuo, sigillata della baia di Napoli for (...)

32La stratigrafia indagata ha restituito una successione di piani di frequentazione, a volte tagliati da fosse, scanditi da strati di riempimento e livellamento dell’area, fino al paleosuolo dell’Età del Ferro. Quest’ultimo restituisce alcuni frammenti di uno scodellone a labbro arrotondato di forma tronco conica ed ansa a bugna d’impasto, assimilabile ad un tipo noto dal territorio43 (fig. 16). Dagli strati di riempimento più antichi, in relazione alle strutture della casa, provengono un frammento di coppa carenata in bucchero44, un frammento di ceramica attica a figure nere45 e un frammento di ceramica a fasce46 databili tra la fine del VI ed il V sec a.C., associati a skyphoi47 e coppe48 a vernice nera di IV e III sec. a.C. Da strati più recenti, riferibili alla fase IV, provengono invece ceramiche comuni da mensa, ceramiche da fuoco, un’anfora Dressel 149, alcuni frammenti di piatti in ceramica sigillata italica50 che ci orientano verso un orizzonte cronologico compreso entro la metà del I sec. d.C. L’esiguità dei materiali ceramici, il loro stato estremamente frammentario e la presenza di elementi residuali più antichi, frequenti nelle azioni di riempimento e livellamento subite dalle abitazioni pompeiane nel corso del tempo, non permettono un’analisi crono-tipologica esaustiva per calibrare le datazioni degli strati, tuttavia forniscono informazioni che ben si integrano all’analisi delle fasi architettoniche del costruito e contribuiscono a delinearne l’evoluzione.

Fig. 16. Scodellone d’impasto dal saggio 1.

Fig. 16. Scodellone d’impasto dal saggio 1.

A. Russo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés

33Les données récoltées lors des campagnes de 2019 et 2021 nous ont donc permis de proposer une première interprétation des contextes stratigraphiques et du mobilier qui leur est associé. Particulièrement intéressantes ont été la découverte d’une couche anthropisée d’époque protohistorique, d’âge du Fer, et l’obtention de données sur la phase de fondation de la maison, concernant sa chronologique et l’organisation des espaces. Ces résultats restent pourtant provisoires et seront, nous l’espérons, enrichis et vérifiés par les recherches futures. Il sera essentiel, notamment, de comprendre l’organisation des pièces au fond de l’atrium et l’extension maximale de la maison au IIIe siècle, époque de sa construction.

Haut de page

Bibliographie

Avellino 1843a
Francesco Maria Avellino, « Scavi di Pompei del 1842 », Bullettino archeologico Napoletano 9, maggio 1843, p. 65‑70.

Avellino 1843b
Francesco Maria Avellino, « Scavi di Pompei del 1842 », continuazione e fine dell’articolo inserito nel numero precedente, Bullettino archeologico Napoletano 10, giugno 1843, p. 73‑75.

Bartoli 2012
Caterina Cicirelli, Claude Arbore Livadie, L’abitato Protostorico di Poggiomarino: località Longola. Campagne di scavo 2002-2004, I, Rome, « L'Erma » di Bretschneider, Studi della Soprintendenza archeologica di Pompei 32, p. 135‑141.

Brun 2008
Jean‑Pierre Brun, « Uno stile zero? Andron e decorazione pittorica anteriore al primo stile nell’Insula I 5 di Pompei », in Pier Giovanni Guzzo, Maria Paola Guidobaldi (éd.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006). Atti del Convegno Internazionale (Roma 1-3 Febbraio 2007), Rome, « L'Erma » di Bretschneider, Studi della Soprintendenza archeologica di Pompei 25, 2008, p. 61‑70.

Conspectus
Elisabeth Ettlinger et al. (éd.), Conspectus formarum terrae sigillatae italico modo confectae, Bonn, Materialien zur römisch-germanischen Keramik 10, Habelt, 1990.

D’Auria 2020
Dora D’Auria, Rileggere Pompei VI. Ricerche nella Casa del Granduca Michele (VI,5,5-6/21) e sulle abitazioni di livello medio in età sannitica, Studi e ricerche del parco archeologico di Pompei 41, Bari, « L'Erma » di Bretschneider, 2020.

D’Auria, Ballet 2020
Dora D’Auria, Pascale Ballet, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine. Diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome. Les cités vésuviennes, en ligne, http://journals.openedition.org/cefr/4796, consulté le 1er novembre 2020.

D’Auria, Ballet 2021
Dora D’Auria, Pascale Ballet, Marcella Leone, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum. La campagne 2020 – recherches en I 16, 5 », BAEFE Italie, en ligne, URL : http://journals.openedition.org/baefe/2126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.2126, consulté le 3 juin 2021.

Esposito 2018
Domenico Esposito, « La polvere sotto il tappeto. Considerazioni sul problema dello smaltimento dei rifiuti a Pompei », in Raffaella Bosso, Elsa Nuzzo (éd.), Symplegmata. Studi di archeologia dedicati a Simona Minichino, Napoli, Giannini, 2018, p. 191‑233.

Greco, Pontraldolfo 1979
Giovanna Greco, Angela Pontrandolfo (éd.), Fratte: un insediamento etrusco-campano, Modena, Ed. Panini, 1979.

Helbig 1868
Wolfgang Helbig, Die Wandgemälde der von Vesuv verschütteten Städte Campaniens, Leipzig, Breitkopf und Härtel, 1868.

Laidlaw 1985
Anne Laidlaw, The First Style in Pompeii: painting and architecture, Rome, Giorgio Bretschneider, Archaeologica 57, 1985.

Livadie 1979
Claude Albore Livadie, « Le Bucchero nero en Campanie : notes de typologie et chronologie », in Le Bucchero nero étrusque et sa diffusion en Gaule méridionale, Bruxelles, Latomus 160, 1979, p. 249‑264.

Mau 1882
August Mau, Geschichte der decorativen Wandmalerei in Pompeji, Leipzig, G. Reimer, 1882.

Morel 1981
Jean‑Paul Morel, Céramique campanienne : les formes, de Boccard, BEFAR 244, Rome 1981.

Peterse 1999
Kees Peterse, Steinfachwerk in Pompeji: Bautechnik und Architektur, J.C. Gieben, Circumvesuviana 3, Amsterdam 1999.

PPM V
Pompei. Pitture e Mosaici, V, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, 1993.

Sutherland 1991
Ian Mc Spadden Sutherland, Colonnaded Cenacula in Pompeian Domestic Architecture, Ann Arbor, Diss. Duke University North Caroline 1990, 1991.

RIC I
Harold Mattingly, Edward Allen Sydenham, The Roman Imperial coinage, I, Londres, Spink & Son, 1923.

Varone 2005
Antonio Varone, « Il progetto di scavo e pubblica fruizione dell’insula pompeiana dei Casti Amanti (Insula IX 12) », in Pier Giovanni Guzzo, Maria Paola Guidobaldi (éd.), Nuove ricerche archeologiche a Pompei ed Ercolano. Atti del Convegno Internazionale (Roma 28-30 Novembre 2002), Naples, « L'Erma » di Bretschneider, Studi della Soprintendenza archeologica di Pompei 10, 2005, p. 191‑199.

Haut de page

Notes

1 Sur les problématiques, les objectifs du programme et son déroulement, voir : D’Auria, Ballet 2020 ; D’Auria, Ballet 2021.

2 D’Auria, Ballet 2020.

3 Cette stratigraphie a été analysée et interprétée par le géologue Giovanni Di Maio.

4 US 102184, cote 38,60 (N) / 38,54 (S) m.

5 Respectivement US 102183, cote 38,62-38,54 (S) / 38,62 (N) et US 102182, cote 38,84-38,74 (S) / 38,86 (N) m.

6 US 102181, cote 39,06 (S) / 39,12 (N) m et 102176, cote 39,22 (S) / 39,32 (N) m.

7 L’US 103186 est située à une cote de 38,93 m et couvre un niveau compact, formé d’un sédiment brun foncé avec des pierres ponces blanches, semblable à l’US 102184. Ces données sont en accord avec la chronologie fournie par l’étude du mobilier retrouvé dans cette US. Également la présence d’une substance semblable à de la terre cuite émiettée nous pousse en cette direction. En effet, dans une couche détectée par le carottage (S4) effectué par la Soprintendenza Archeologica di Pompei, dans la rue entre les insulae 11 et 12 de la Regio IX, dans l’un des niveaux de sédiments pyroclastiques – la deuxième des trois strates qui ont été identifiées sous la couche anthropisée d’époque historique – a été retrouvé un dépôt d’éléments hétérogènes avec une substance de même type, qui a été comparé à un sédiment anthropisé repéré à Longola et daté à une période comprise entre l’âge du Bronze Final et le début de l’âge du Fer. Cf. Varone 2005, p. 192, 199.

8 Cette chronologie est suggérée par les fragments de céramique provenant des US coupées par la construction des structures de la pièce (3) : US 103142, 103145, 103158. Une autre couche utile à établir la chronologie de la phase II est l’US 103185. Elle a été produite par les travaux réalisés pour la construction du mur (M3), lesquels ont entamé l’US 103186.

9 L’opus africanum de la maison VI 11, 12 appartient au type C de la classification de K. Peterse, cf. Peterse 1999, p. 129‑130, 133‑134, 140, 174, fig. 11 et pl. 52‑54.

10 C’est le cas, par exemple, de l’atrium de la Casa delle Amazzoni (VI 2, 14), où la margelle a été retrouvée grâce à un sondage, ou de ceux de I 7, 10 et de I 21, 5. Pour ces atria testudinata et d’autres pourvus d’un puits, voir D’Auria 2020.

11 La présence d’un escalier situé dans le secteur de l’atrium est récurrente dans les atria testudinata. Ici, en effet, l’espace au rez‑de-chaussée étant réduit, on exploite l’étage pour l’aménagement de pièces supplémentaires, parfois d’apparat, comme les cenacula à colonnes. Sur ce genre de pièce voir Sutherland 1991, sur les attestations d’époque samnite dans des maisons à atrium testudinatum, voir D’Auria 2020.

12 Il s’agit des US 103127 et 103129.

13 Il s’agit des décorations de Style Zero avec socle noir, bande avec le motif des postes et élévation blanche, cf. Brun 2008 et D’Auria 2020, p. 247‑250.

14 D’après Laidlaw 1985, p. 171 sur le mur sud, il y aurait eu à l’origine deux panneaux, restaurés incorrectement comme un seul panneau en 1969.

15 Cf. Laidlaw 1985, p. 21 et pl. 34b. Sur les peintures en Ier style de la maison, voir ibid., p. 171‑172.

16 D’après Mau 1882 (p. 85), le bandeau était de couleur jaune.

17 Le mur de séparation entre les pièces (5) et (6) semble ne pas appartenir, du moins dans la partie visible, à la phase de fondation de la maison. Il est probable que l’organisation des espaces du fond de l’atrium, avec tablinum central au milieu de deux oeci, soit le résultat d’une restructuration remontant à la phase III.

18 Des vestiges de la plinthe jaune ont été mis au jour, grâce à la fouille, sur les parois nord, sud et est ; celle de la paroi ouest est conservée, avec des lacunes, sur toute sa hauteur. En effet, sur cette paroi, le schéma est présent de la zone 1 à la zone 3 ; sur la paroi nord, restent in situ les zones supérieure et de couronnement. A. Laidlaw (Laidlaw 1985, p. 171) rapporte que la couleur des bandeaux – aujourd’hui estompée – était rouge foncé pour celui de la zone 1 et respectivement rouge foncé et jaune pour les deux bandeaux de la zone 3.

19 L’espace entre une tesselle et l’autre est de 5 cm. Elles ont une coupe irrégulière, leurs dimensions varient : 1x1,3 cm ; 0,7x1 cm ; 1,2x1,2 cm.

20 La couche qui remplit la tranchée de fondation est couverte d’une poudre de calcaire, matériau à interpréter comme les déchets des travaux de restauration.

21 Cf. Mau 1882, p. 85 et PPM V, p. 72 (V. Sampaolo).

22 Avellino 1843a, p. 66 mentionne des parois peintes à « scompartimenti di varii colori ornati di alcuni rabeschi ».

23 Avellino 1843b, p. 73 : « augelli su rami graffiti con ferro o chiodo ».

24 Avellino 1843a, p. 66.

25 Ce médaillon pourrait correspondre à celui, représentant une nature morte, que Helbig 1868 réfère à ce secteur de l’îlot : cf. p. 406, n° 1668.

26 Avellino 1843a, p. 66 : « un ponte sul quale sono varie figure, ed una di queste è curva in atto, come sembra, di gettare una rete nell’acqua, per la quale veggonsi andar due barchette ».

27 Elle est formée d’un mortier gris, de moellons de calcaire, de tessons et de fragments du sol de phase III.

28 PPM V, p. 72‑73 (V. Sampaolo).

29 Avellino 1843a, p. 66.

30 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 1,05 m.

31 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 1,27 m. Le diamètre de la partie fouillée est de 1,54 m.

32 La fosse a été fouillée sur une profondeur de 0,2 m.

33 Sur les fosses de décharge creusées dans le sol des maisons de Pompéi, voir Esposito 2008.

34 Cf. les considérations au paragraphe suivant.

35 Dans la couche de remblai, mise en œuvre en phase VI dans l’atrium, le pivot de la porte d’entrée à la maison a été retrouvé.

36 Nombreux les exemples dans la Casa del Granduca Michele (VI 5, 5) et dans la Casa del Centauro (VI 9, 3), cf. D’Auria 2020, p. 50‑51.

37 La monnaie a été étudiée par Saverio De Rosa : D/[GE]RMANICUS CAESAR TI AVGVST F DIVI A[VG N]. Tête de Germanicus à gauche. R/[C CAESAR] AVG GERMANICVS PON M TR [POT]. Au milieu :S•C. Æ, as, Rome (RIC I, n. 35, p. 110).

38 Avellino 1843a, p. 65.

39 Avellino 1843a, p. 66.

40 Avellino 1843b, p. 73.

41 Type 3113a 1, Morel 1981.

42 À comparer à un graffito sur enduit de Pompéi, conservé au Museo Archeologico Nazionale, Naples, inv. 4697.

43 US 103186, frammenti ricostruibili dello stesso individuo in US 103185; cfr. Bartoli 2012, p. 139, fig. 250, tipo SC 4.

44 US 103121, coppa carenata in bucchero tipo 18 B, Livadie 1979, p. 249‑264.

45 US 103142, parete di forma aperta.

46 US 103141, due pareti di forma chiusa; produzioni diffuse a Fratte di Salerno, cfr. Pontrandolfo 1979, p. 291‑300.

47 1 individuo US 103142, serie 4373; 2 individui US 103145, serie 4373 e 4340, Morel 1981. Dall’US 103127, strato in relazione con la prima fase di frequentazione della casa, proviene 1 individuo non identificato.

48 1 individuo US 103158 serie 2686; 1 individuo US 103129 – strato di riempimento funzionale alla messa in opera del primo pavimento dell’ambiente (3) –, serie 2714, Morel 1981.

49 Individuo con puntale tronco e senza orlo US 103133 (anfora inglobata nello strato di distruzione del muro M3); frammenti ricostruibili dello stesso individuo in US 103115.

50 US 103115: 1 individuo, sigillata italica forma 6; 1 individuo, sigillata della baia di Napoli forma 2; Conspectus.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 1. Vue zénithale du modèle digital 3D, depuis photogrammétrie aérienne, de la maison VI 11, 11‑12/7.
Crédits R. Valentini, CISA, UNIOR, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Titre Fig. 2. Localisation des sondages.
Crédits G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 3. Photogrammétrie de la façade est de la maison VI 11, 12.
Crédits G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Fig. 4. Le puits mis au jour dans l’atrium (2).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 5. Les fondations du mur (M3) mises au jour dans la pièce (3).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 6. Fragment de tuile avec combattant.
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 7. Phase II. Revêtement d’enduit peint de la paroi ouest de l’atrium (2).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 8. Décor en Ier style de la paroi sud de la pièce (16).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 9. Le sondage 3 dans la pièce (6).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 10. Sondage 1 dans la pièce (3) : couche de destruction du mur (M3) et, au nord, le sol de la cage d’escalier.
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 11. Détail de l’encaissement de lit bouché du mur sud de la pièce (6).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 12. Couche de préparation du sol de phase V de la pièce (6).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 13. Secteur occidental du sondage 2 en fin de fouille.
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 14. As de Caligula retrouvé dans la pièce (6).
Crédits D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 15. Canthare campanien 102145.01 (IIIe s. av. J.-C.).
Crédits P. Ballet, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 16. Scodellone d’impasto dal saggio 1.
Crédits A. Russo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4812/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dora D’Auria, Pascale Ballet, Alessandro Russo, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 29 janvier 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/4812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.4812

Haut de page

Auteurs

Dora D’Auria

Università degli studi di Napoli L’Orientale

Articles du même auteur

Pascale Ballet

Université Paris Nanterre, UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Articles du même auteur

Alessandro Russo

archéologue indépendant

Haut de page

Responsables d’opération

Dora D’Auria

Università degli studi di Napoli L’Orientale

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pascale Ballet

Université Paris Nanterre, UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search