Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2022Italie centraleLe Paléolithique ancien des March...

2022
Italie centrale

Le Paléolithique ancien des Marches (Italie)

2ème mission : prospections, cartographie et études en musées
Responsables d’opération : Elisa Nicoud, Valentina Villa et Marco Peresani

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFR

Année de lʼopération :

2021

Lieux :

Marches, Cingoli
Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches 2021 sur le Paléolithique ancien des Marches sont financées par l’École française de Rome et le laboratoire CNRS CEPAM UMR 7264.

Date précise de l’opération :13 septembre-18 septembre 2021

Numéro de mission : 2e mission

Composition de l’équipe de terrain : Elisa Nicoud (CR CNRS UMR 7264 CEPAM), Valentina Villa (Post-doctorante Université Côte d’Azur, UMR 7264 CEPAM), Marco Peresani (Professeur, Università degli studi di Ferrara)

Partenariats institutionnels : École française de Rome, CNRS CEPAM UMR 7264, Università degli studi di Ferrara, Soprintendenza archeologia Marche

Établissement éditeur : EFR

Établissements porteurs de l’opération : EFR

Texte intégral

Nos remerciements les plus sincères sont adressés à Paola Mazzieri (Soprintendenza archeologia belle arti e paesaggio Marche), à Amanda Zanone (conservatrice, Museo Nazionale di Archeologia di Ancona), à Mauro Esposto (magasinier MN A A), au Museo archeologico di Numana, au Museo civico archeologico « Giuseppe Moretti » de San Severino Marche et au Museo di Cingoli

L’Italie centrale, un réservoir de sites du Paléolithique ancien

  • 1 Le lecteur peut notamment se référer aux Chroniques archéologiques de l’École française de Rome de (...)

1Dix ans de recherche sur et autour du gisement archéologique du Pléistocène moyen de Valle Giumentina, situé dans le Parc national de la Maiella, reconnu Géoparc UNESCO en 2021, nous ont laissé entrevoir tout le potentiel de la région des Abruzzes mais aussi de celle des Marches qui la jouxte au nord, en matière de conservation non seulement de sites du Paléolithique inférieur et moyen mais aussi d’archives sédimentaires anciennes dilatées1.

2Or, il est une nécessité pour la connaissance des sociétés du Paléolithique inférieur et du Paléolithique moyen ancien de renouveler le corpus de données primaires, par de nouvelles découvertes livrant du mobilier archéologique en contexte stratigraphique affiné et dans un bon état de conservation. Que l’on veuille établir une cartographie dynamique des premiers peuplements de l’Europe, appréhender les modes de vie des groupes humains, tant d’un point de vue technique, cognitif ou économique, ou observer les adaptations humaines au milieu physique et cerner les éventuels effets des glaciations et réchauffements climatiques sur les populations, il convient de s’assurer de la qualité des données analysées. Cette assertion nous semble valable tant pour les industries lithiques, les restes fauniques et autres vestiges archéologiques que pour les séquences sédimentaires et les divers marqueurs environnementaux et chronologiques qu’elles peuvent contenir.

3Toutes deux localisées sur le versant adriatique de la péninsule italienne, Abruzzes et Marches partagent certaines caractéristiques géologiques, géomorphologiques, climatiques et environnementales qui offrent aux observations déjà réalisées plus au sud à Valle Giumentina un nouveau cadre interprétatif et comparatif pertinent. Moins accidentées, les Marches sont bordées par les Apennins à l’ouest et s’ouvrent également sur la mer à l’est. La topographie variée et le contexte hydrogéomorphologique des Marches en particulier, ainsi que les découvertes réalisées depuis plus d’un siècle en font un réservoir de sites de la Préhistoire ancienne, encore largement inexploré, que ce soit par des prospections systématiques ou par une fouille extensive.

  • 2 Leonardi, Peretto 1980 ; Peresani 2003 ; Broglio et al. 2005.
  • 3 Leonardi 1960.
  • 4 Leonardi et al. 1964.
  • 5 Silvestrini et al. 2001 ; Nicoud 2013.
  • 6 Broglio et al. 2005.

4Les indices de sites sont toutefois nombreux en particulier depuis les opérations de terrain menées par les chercheurs de l’Université de Ferrare depuis les années 19602. Elles visaient à identifier les sédiments du Pléistocène pouvant contenir, in situ, des industries lithiques du Paléolithique ancien. Celles‑ci sont en effet abondantes dans les lits des cours d’eau et affleurements de talus. Plusieurs découvertes ont ainsi été signalées3 ainsi qu’un premier bilan géomorphologique4. Dans les Marches, seuls deux sites ayant livré des pièces bifaciales ont fait l’objet d’une fouille fine et présentent un contexte stratigraphique : celui de Boccabianca à Cupra Marittima et celui de Monte Conero, au sud d’Ancône. Le premier est attribué au MIS 5e d’après la position stratigraphique de la terrasse alluviale contenant les vestiges et par affinités typologiques avec d’autres sites d’Italie centrale5. Le second est attribué au MIS 6 d’après l’alternance climatique reconnue dans les sédiments qui emplissent des dolines et selon les ressemblances typologiques avec d’autres industries6.

5Les rares fouilles manuelles réalisées par le passé ne sauraient apporter de contexte environnemental et chronologiques précis aux vestiges découverts, en particulier aux emblématiques outils de pierre taillée que sont les bifaces, lesquels présentent des états de conservation très variés. Certains ont fait l’objet d’une première étude techno-morpho-fonctionnelle aux musées d’Ancona et de Numana durant la mission réalisée du 13 au 18 septembre 2021. Ces travaux exploratoires ont été retardés par la pandémie de la COVID‑19. Une première brève mission en novembre 2019 nous avait déjà permis de confirmer la présence d’industries lithiques supposément anciennes à Cingoli Casa Battaglia, en province de Macerata.

Contexte géologique et géomorphologique des Marches

Les grandes structures géologiques des Marches

6La région des Marches s’étend sur un territoire aux caractéristiques géologiques et géomorphologiques variées, de la chaine apennine à l’ouest aux collines du piémont et à la côte adriatique à l’est.

  • 7 e.g. Deiana 2009 ; Guerrera, Tramontana 2012.
  • 8 Calamita et al. 1991.

7Les Apennins sont constitués d’une succession de calcaires et calcaires marneux d’âge Miocène recouverts par des formations évaporitiques et terrigènes (Fig. 1). Les reliefs s’articulent en une série de dorsales et dépressions topographiques subparallèles orientées selon un axe NO‑SE qui, de façon générale, correspondent respectivement aux principaux anticlinaux calcaires et synclinaux terrigènes7. La dynamique tectonique qui a guidé l’émersion progressive de la chaine apennine a engendré cette configuration au cours des trois derniers millions d’années8.

  • 9 Galdenzi 2004.
  • 10 Galdenzi, Menichetti 1990.
  • 11 Galdenzi 1996.

8Des formes karstiques sont présentes dans l’ensemble des formations calcaires de l’Apennin. Les secteurs où les calcaires nus affleurent en surface sont rares, et ils sont le plus souvent recouverts par des épaisses couches détritiques et des sols récents. Ainsi, les formes de dissolutions superficielles sont généralement peu représentées. Ce n’est que dans la zone méridionale de l’Apennin ombro-marchesan que l’on trouve des zones endoréiques au sein de dépressions structurelles (Piani di Montelago, Piani di Colfiorito, Piani di Castelluccio) où les eaux de ruissellement sont drainées par des soutirages karstiques9. Les formes du karst souterrain sont plus développées, notamment dans la formation jurassique du Calcare Massiccio, mais leur répartition au sein du territoire de la région est très hétérogène. Les grottes les plus célèbres sont certainement celles de Frasassi qui comprennent plusieurs systèmes de passages hypogés s’étendant sur une longueur de plus de 30 km10. Les secteurs de Monte Cucco, Monte Nerone et Acquasanta Terme sont également caractérisés par des réseaux karstiques très étendus. Dans les autres secteurs (e.g. Piani di Montelago, à proximité de Fabriano et Matelica ou encore dans le bassin versant du fleuve Metauro) on retrouve plutôt des cavités de petites dimensions formées au sein des formations de Maiolica, de Scaglia Bianca et de Scaglia Rosata11.

  • 12 Bigi et al. 1996.

9Vers l’est, le piémont correspond à la transition du front de la chaîne vers le bassin d’avant-fosse. Ici, le paysage est caractérisé par une série de collines aux sommets arrondis qui ne dépassent que rarement les 500 mètres d’altitude dans les zones internes et les 200 mètres à proximité de la côte. Elles sont constituées de dépôts d’âge plio-pléistocène, notamment de pélites interstratifiées à des unités gréseuses et plus rarement à des conglomérats12 (Fig. 2). Ensuite, le secteur côtier est formé de plaines alluviales et côtières, actives et fossiles.

10La continuité latérale de cette succession de dépôts marins et continentaux est interrompue par la succession calcaire de la dorsale du Monte Conero, d’âge crétacé supérieur à miocène inférieur. Orientée NNO‑SSE et partiellement enfouie sous les formations plus récentes, elle s’étend vers le nord jusqu’à Fano et vers le sud jusqu’à Porto Recanati. De la même façon que dans les dorsales apennines, les processus karstiques ont affecté les formations calcaires du Monte Conero et produit des rares formes de dissolution superficielles.

11La partie submergée des dépôts côtiers correspond à une plateforme sableuse et argileuse qui atteint 50 à 70 m de profondeur sous le niveau de la mer. Cette faible profondeur a causé l’émersion du fond marin lors des fluctuations eustatiques liées aux cycles climatiques quaternaires13. Ainsi, au cours des périodes glaciaires, les plaines côtières des Marches sont devenues à plusieurs reprises une extension de la plaine du Pô.

Fig. 1. Carte géologique simplifiée des Marches.

Fig. 1. Carte géologique simplifiée des Marches.

La localisation de la dorsale de Cingoli (Ci) et de Monte Conero (MtC) est précisée sur la carte (DAO : V. Villa).

D’après Nesci et Savelli, 2003.

Le réseau hydrographique et le système d’étagement des terrasses alluviales

  • 14 Nesci, Savelli 2003.

12Ces trois grands ensembles géomorphologiques sont parcourus par un réseau hydrographique constitué de drainages principaux subparallèles qui recoupent les dorsales montagneuses et s’écoulent vers le nord‑est, de façon globalement perpendiculaire à la chaine apennine. La disposition des affluents des drainages majeurs est différente et beaucoup plus complexe car ils se sont adaptés aux structures géologiques et aux lithologies des différentes formations et des dépôts quaternaires14.

  • 15 Bigi et al. 1996 ; D’Agostino et al. 2001.
  • 16 Cantalamessa et al. 1986.
  • 17 Dramis, 1992.
  • 18 Nesci, Savelli 2003 ; Nesci et al. 2012.

13Cette organisation du réseau hydrographique est l’aboutissement d’une évolution longue et complexe qui a été guidée à la fois par l’émersion progressive du versant oriental des Apennins (à partir du Messinien et jusqu’au Pléistocène inférieur), par un basculement régional vers le nord‑est15 ainsi que par des transgressions et régressions marines successives16. L’orientation définitive des vallées principales se dessine à partir du Pliocène supérieur, puis, au cours du Pléistocène inférieur débute la formation des systèmes de terrasses. Les surface érosives anciennes sont encore visibles sur les parties sommitales des versants des vallées, où elles forment plusieurs replats disloqués par la tectonique17. Quant aux terrasses, elles s’organisent généralement en quatre niveaux principaux (Tabl. 1). Chacun d’entre eux témoigne de processus d’aggradation alluviale au cours d’une période glaciaire suivis par une phase d’incision et contraction des plaines alluviales pendant la transition vers la période interglaciaire suivante18. Les dépôts alluviaux sont conservés essentiellement en rive gauche des cours d’eaux, sur le versant septentrional des vallées, en raison de l’orientation du soulèvement tectonique qui favorise l’érosion des berges méridionales.

  • 19 Nesci et al. 2010.
  • 20 Bisci, Dramis, 1991.
  • 21 Deiana 2009 ; Guerrera, Tramontana 2012.

14Dans les grandes vallées, la présence d’affluents a déterminé également la formation de larges cônes alluviaux qui souvent recouvrent les dépôts issus de l’écoulement de la vallée principale19. En raison de la poursuite du soulèvement tectonique, l’ensemble des terrasses se situe à des altitudes très élevées, comprises entre 200 m et un peu plus de 2 m au‑dessus des talwegs actuels20. De façon générale, leur chronologie s’étale de la moitié du Pléistocène inférieur jusqu’à l’Holocène21.

Tableau 1 : Unités géologiques de référence, altitude et hypothèse de chronologie des terrasses alluviales des Marches.

Ordre

Unité géologique

Altitude au‑dessus
du thalweg actuel

Âge

f1

Urbisaglia

Jusqu’à 200 m

Deuxième partie du Pléistocène inférieur – début Pléistocène moyen

f2

Selvatorta/Colle
Ulivo-Colonia Montani

Jusqu’à 100 m
(40 – 60 m)

Pléistocène moyen

f3

Matelica

Jusqu’à 40 m
(10‑30 m)

Pléistocène Supérieur

f4

Fiume Musone

Entre 3 et 10 m

Holocène

  • 22 e.g. Coltorti 1981 ; Coltorti, Nanni 1986.

15Cette attribution chronologique demeure très imprécise car aucune datation radiométrique n’a été effectuée à ce jour. Elle se fonde essentiellement sur l’étude des horizons de sols de rang interglaciaire qui se développent au sommet des dépôts alluviaux et sur les caractéristiques typologiques des vestiges paléolithiques livrés par ces derniers ou ramassés en surface22. En effet, des industries attribuées d’une part à « l’Acheuléen ancien » et d’autre part à « l’Acheuléen récent » et au « Moustérien » ont été retrouvées respectivement au sommet des unités d’Urbisaglia et de Selvatorta/Colle Ulivo-Colonia Montani.

Les dépôts de pente

16Les dépôts de pente sont également très diffus dans le territoire des Marches. Ils se trouvent souvent à l’amont de petites vallées et gorges ou aux pieds des versants et/ou des escarpements produits par des glissements de terrain, à différentes altitudes. Trois générations de dépôts de versants ont été reconnues, attribuées au Pléistocène moyen et supérieur. En particulier, les datations obtenues par les méthodes radiocarbone et U/Th sur la dernière génération de dépôts de versant des bassins supérieurs de l’Esino et du Potenza permettent de corréler précisément leur mise en place avec les phases stadiaires du Pléniglaciaire moyen et supérieur23. Épaisses jusqu’à 30‑40 m, ces formations scellent parfois et/ou sont recouvertes par des paléosols développés au cours des phases d’amélioration climatique (interstadiaires et interglaciaires) au sein desquels plusieurs niveaux archéologiques attribués à l’Acheuléen et au Moustérien sont conservés24. C’est le cas à Ponte di Crispiero.

17Ainsi, si la chronologie des occupations archéologiques du Pléistocène supérieur est bien établie, celle des niveaux plus anciens n’a pas encore été précisée.

Reconnaissance des sites sur le terrain et études des industries en musées

La mission de septembre 2021

18Afin d’appréhender au mieux la géomorphologie régionale, les différents contextes sédimentaires susceptibles de contenir des gisements du Paléolithique ancien, et pour mieux évaluer les possibilités de mener prochainement des opérations archéologiques (prospections, sondages, fouilles), nous avons réalisé une série de visites de sites et d’affleurements géologiques (Fig. 2). Nous avons notamment parcouru la large vallée de l’Esino et certains de ces affluents qui incisent les anciennes terrasses du fleuve, ainsi que celle du Potenza jusqu’à la coupe stratigraphique de Ponte di Crispiero ayant livré des industries du Paléolithique moyen et supérieur. Nous avons rejoint également le Monte Conero ainsi que Cingoli. Nous avons pu étudier des collections conservées au Musée d’Ancône, à Numana, à Cingoli et à San Severino Marche. Les industries font l’objet d’analyses technologique et technico-fonctionnelle.

Fig. 2. Localisation des sites archéologiques paléolithiques identifiés dans la région des Marches et des vallées alluviales.

Fig. 2. Localisation des sites archéologiques paléolithiques identifiés dans la région des Marches et des vallées alluviales.

Les sites dont les vestiges ont fait l’objet d’études en musées ainsi que les secteurs prospectés sont indiqués sur la carte (fond de carte géologique au 1/100 000ème ; Regione Marche, 2017).

Cingoli, Casa Battaglia

  • 25 Silvestrini, Peresani 2000-2001.
  • 26 Découverte déclarée à la Surintendance archéologique des Marches en novembre 2019.

19Des reconnaissances sur le terrain ont pris place de nouveau à Cingoli, au lieu‑dit Casa Battaglia, où nous nous étions déjà rendus en 2019 (Fig. 3). Ce site se trouve dans les terres, en domaine collinaire, à 28 km à l’ouest de la côte adriatique actuelle, à une altitude de 170 m slm environ, sur la commune de Cingoli, au nord‑est de la vieille ville. Le lieu‑dit Casa Battaglia, toponyme fréquent dans les alentours, lui a été assigné en 2001 lors de la découverte d’industries lithiques par M. Silvestrini et M. Peresani25. Deux bifaces, plusieurs éclats Levallois et un nucléus ont été récoltés alors. La découverte fortuite d’une pièce bifaciale en silex de type « scaglia rossa » par V. Villa en 2019, en surface du champ labouré, confirme la présence d’industries paléolithiques en cet endroit26. Le site se trouve sur la rive droite du cours d’eau de la Saltregna, affluent du Fiumicello, encaissé dans les formations argileuses du Miocène. La présence de galets sur ce versant ouvert à l’est, à 90 m de distance de la rivière actuelle et 20 m au‑dessus de celle‑ci, laisse entendre qu’un lambeau de terrasse alluviale serait encore présent, couvert d’une fine épaisseur de colluvions argileuses. En outre, en novembre 2019, nous avions pu observer des affleurements de silex dite « Scaglia variegata » au sein de la dorsale calcaire de Cingoli (Fig. 3C).

Fig. 3. Cingoli Casa Battaglia.

Fig. 3. Cingoli Casa Battaglia.

A. Vue du site de Cingoli Casa Battaglia et de la ville de Filottrano, à l’arrière-plan, en direction de l’est. Le substrat de ce paysage vallonné est composé d’argiles, incisées ici par le cours d’eau de la Saltregna, affluent du Fiumicello. B. Pièce bifaciale en silex « scaglia rossa » découverte en 2019 en surface du champ. C. Affleurement de silex de type « scaglia variegata » dans les formations calcaires de la dorsale de Cingoli.

E. Nicoud/EFR.

Terrasses de l’Esino autour de Jesi

  • 27 Colrti et al. 1980.

20De nombreuses découvertes ont été réalisées dans la large vallée de l’Esino par le passé27. Nous avons suivi et reconnu les différentes terrasses alluviales étagées en rive gauche de la vallée (Fig. 4). Des dépôts alluviaux en pente régulée sont clairement visibles dans les champs labourés, caractérisés par la présence de galets de calcaire et de silex.

Fig. 4. Terrasse alluviale ancienne de l’Esino.

Fig. 4. Terrasse alluviale ancienne de l’Esino.

Reconnaissances effectuées à proximité de Jesi, au lieu‑dit Pantiere, à une altitude relative de +65 m au‑dessus du fleuve.

E. Nicoud/EFR.

Monte San Vito (Vallée de l’Esino)

  • 28 Coltorti et al. 1979.

21En rive gauche de la vallée de l’Esino, sur une terrasse de deuxième ordre, à proximité de l’embouchure, des vestiges du Paléolithique ont été découverts au lieu‑dit Monte San Vito. Ils proviennent de ramassage lors de suivis de travaux agricoles28. Les quelques bifaces et racloirs récoltés sont d’âge incertain. Ils sont conservés au Museo Archeologico Nazionale à Ancône (Fig. 5).

Fig. 5. Pièces bifaciales de Monte San Vito, Vallée de l’Esino.

Fig. 5. Pièces bifaciales de Monte San Vito, Vallée de l’Esino.

DAO et Crédits : E. Nicoud/EFR/Museo Archeologico Nazionale delle Marche.

Ponte di Crispiero et la vallée du Potenza

22Sur la rive gauche du Potenza, la séquence stratigraphique de Ponte di Crispiero, puissante de 8 m, est hélas moins accessible que lors des sondages réalisés en 1978. Située à l’orée d’une carrière de matériaux pour la construction, celle‑ci n’est pas entretenue (Fig. 6). Toutefois, des paléosols alternants avec des dépôts de versant sont encore observables et accessibles pour de futurs prélèvements et analyses. La vallée du Potenza présente par ailleurs une série de terrasses alluviales en contexte rural qui nous paraissent particulièrement favorables à la conservation d’occupations paléolithiques.

Fig. 6. Coupe stratigraphique de Ponte di Crispiero.

Fig. 6. Coupe stratigraphique de Ponte di Crispiero.

A. Vue de la coupe en septembre 2021. B. Vue de la coupe stratigraphique dans les années 1990 (in Lollini non daté, p. 35). C. Vue de détail de la coupe comportant deux paléosols

E. Nicoud/EFR.

Monte Conero

  • 29 Broglio, Leonardi 1963.

23Nous présentons ici le gisement en nous appuyant notamment sur la publication de 1966 de G. Bartolomei, A. Broglio et P. Leonardi. Découvert fortuitement en 1963 lors de travaux dans l’enceinte du centre de la RAI au lieu‑dit « Il Pantano », à 300 m au sud‑ouest du sommet de l’imposant promontoire rocheux, le site du Monte Conero a fait l’objet de fouilles en 196329, 1964 et 1965 (Fig. 7). Seuls sept gisements à pièces bifaciales en contexte stratigraphique existaient alors en Italie. Sa découverte a revêtu une importance majeure pour l’étude du Paléolithique inférieur dans la péninsule. Il se situe dans une dépression d’origine karstique (doline) ayant conservé au moins deux épaisses couches argileuses à industries lithiques distinctes au sein d’une stratigraphie découpée en sept ensembles principaux. La couche argileuse rouge-brune I à galets portant des traces de thermoclastie englobe l’industrie attribuée au Paléolithique inférieur, qui comprend notamment une douzaine de pièces bifaciales. La couche G, argilo-sableuse brune contient des nodules calcaires dans sa partie supérieure, associée à de l’industrie du Paléolithique moyen (débitage Levallois). Le Paléolithique supérieur ne semble pas représenté.

24L’industrie du niveau I est réalisée tant sur des nodules de silex d’aspect frais que sur ceux présents naturellement dans la couche I, très altérés et patinés de couleur rouge. Des patines post-dépositionnelles blanchâtres ou rouge sont présentes, ainsi que des concrétions calcaires ou ferromanganiques. Les tranchants des vestiges lithiques des couches I, G ou B et A restent tout de même vifs, indiquant un faible transport au sein de la doline. Pour l’industrie des niveaux I et G, la matière première utilisée est le silex ou le calcaire siliceux local, disponible au alentours du site sur le Monte Conero dans les formations du Sénonien inférieur (Crétacé supérieur).

25L’industrie se compose de macro-outils façonnés dans du matériau à grains épais, dont 12 bifaces (Fig. 7B et C), des polyèdres, des galets aménagés et des coins. Les pièces bifaciales nous semblent très hétérogènes : l’une d’entre elle est façonnée sur tout son pourtour, les autres ont une base réservée. La partie apicale et un bord adjacent peuvent être minces (40°). Une composante d’éclats débités est présente. Ils ont souvent un talon lisse, large et incliné. Les nucléus sont peu nombreux. 70 éclats retouchés sont présents, souvent en racloirs, denticulés, coches. N’ayant pu observer tous les éclats de la série, nous ne saurions dire s’ils proviennent du façonnage des macro-outils ou s’ils ont été importés sous forme finie. L’industrie du Paléolithique moyen (couche G) compte 173 pièces (92 lames ou éclats, 57 outils, 24 nucléus), se caractérise par la présence de nombreux éléments issues d’un débitage de concept Levallois, tant dans les produits (pointes, lames, éclats) que les nucléus, et d’un débitage discoïde. Un biface est apparu, recyclant peut‑être un nucléus Levallois d’après les premiers auteurs. Sa base est corticale.

  • 30 Peretto, Scarpante 1982.

26L’industrie a été réétudiée ultérieurement selon la typologie laplacienne30 afin de mieux caractériser l’industrie sur éclat. Un tri des pièces selon l’émoussé des tranchants a été réalisé. Les décomptes présentés confirment les premières observations et mettent bien en lumière plusieurs aspects de l’industrie de la couche I : l’angle de chasse ouvert des éclats, le fait que la moitié d’entre eux sont partiellement corticaux et l’allongement fréquent des produits. Les différences typo-techniques sont nettes avec la couche G, qui a livré peu d’éclats portant du cortex, des produits peu épais issus d’une production Levallois ou Discoïde.

  • 31 Bartolomei et al. 1966.
  • 32 Coltorti 1981.
  • 33 Broglio et al. 2005.

27L’aire de fouille est divisée en secteurs. Le secteur I a été fouillé en 1963 et les secteurs I à VII en 1964, à l’intérieur du centre de la RAI. Les secteurs VIII à XII ont été fouillés en 1965 à l’extérieur de l’enceinte. À l’aide des plans de fouille, nous avons pu identifier l’emplacement des anciennes tranchées de fouille, encore légèrement marquées (Fig. 7A). Faute de matériaux pouvant faire l’objet de datations « absolues », l’âge des vestiges reste incertain. La mise en place de la sédimentation comprenant les industries lithiques est attribuée soit au Mindel et au Riss-Würm31, soit à des interstades du Riss32 selon les étages de la chronologie alpine. En dernier lieu, sans étude complémentaire, une attribution de la couche I au MIS 6 est proposée33. Les avancées en matière de datations des sédiments et de caractérisation des sols nous invitent à réévaluer prochainement l’âge et l’état de conservation des vestiges au moyen d’un sondage.

Fig. 7. Monte Conero.

Fig. 7. Monte Conero.

A. Vue du site en septembre 2021, au‑devant du centre de la RAI. Les tranchées des fouilles des années 1964 et 1965 sont encore discernables (en tirets). B. Pièce bifaciale issue des fouilles n°RAI I 36901. C. Pièce bifaciale n°36902.

DAO et crédits: E. Nicoud/EFR/Museo Archeologico Nazionale delle Marche.

Perspectives

28Ces premières reconnaissances tant dans les musées que sur le terrain nous encouragent vivement à développer de nouveaux travaux dans la région des Marches à la recherche de nouveaux sites du Paléolithique inférieur et de nouvelles séquences stratigraphiques du Pléistocène. Dans un premier temps, l’École française de Rome devrait intégrer la convention existante entre l’Université de Ferrare et la Surintendance des Marches autorisant les études en musée et soutenant les futures opérations de terrain. Nous souhaiterions obtenir au plus tôt des autorisations de sondages notamment au Monte Conero, à Ponte di Crispiero, à Cingoli Casa Battaglia et dans la vallée du Potenza aux environs de San Severino Marche. Concernant cette dernière zone, nous réaliserons d’abord une mission en archives prévue en janvier 2022 pour découvrir les nombreux carnets de Domenico Pascucci (1838-1911), médecin et archéologue amateur de San Severino Marche, qui récolta plus de 2000 objets archéologiques de toutes périodes dans la vallée. Des études technologiques et technico-fonctionnelles des industries lithiques des divers gisements présentés ci‑dessus sont en cours.

Haut de page

Bibliographie

Bartolomei et al. 1966
Giorgio Bartolomei, Alberto Broglio, Piero Leonardi, « Le industrie del Paleolitico inferiore e medio raccolte in situ sul Monte Conero presso Ancona (Marche) » dans Atti X Riunione Scientifica Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 1966, p. 23‑39.

Bigi et al. 1996
Sabina Bigi, Gino Cantalamessa, Ernesto Centamore, Petros Didaskalou, Francesco Dramis, Piero Farabollini, Bernardino Gentili, et al., « La Fascia Periadriatica Marchigiano-Abruzzese Del Pliocene Medio Ai Tempi Attuali: Evoluzione Tettonico-Sedimentaria e Geomorfologica », Studi Geologici Camerti 1, 1996, p. 37‑49.

Bisci, Dramis 1991
Carlo Bisci, Francesco Dramis, « La Geomorfologia Delle Marche », in L’ambiente Fisico Delle Marche, Reg. Marche-Giunta Regionale, Assessorato Urbanistica e Ambiente, Firenze, S.E.L.C.A., 1991, p. 81‑113.

Broglio et al. 2005
Alberto Broglio, Mauro Coltorti, Marco Peresani, Mara Silvestri, « La Preistoria delle Marche », in Atti XXVIII Riunione Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2005, p. 25‑51.

Broglio, Leonardi 1963
Alberto Broglio, Piero Leonardi, « Industria acheuleana in situ sul Monte Conero », Rivista di Scienze Preistoriche XVIII, 1963, p. 25‑40.

Calamita et al. 1991
Fernando Calamita, Giovanni Deiana, Chiara Invernizzi, Alberto Pizzi, « Tettonica », in L’ambiente Fisico Delle Marche, Regione Marche-Giunta Regionale, Assessorato Urbanistica e Ambiente, Firenze, S.E.L.C.A., 1991, p. 69‑80.

Cantalamessa et al. 1986
Gino Cantalamessa, Ernesto Centamore, Ugo Chiocchini, Maria Luisa Colalongo, Alessandro Micarelli, Torquato Nanni, Giancarlo Pasini, Maria Potetti, Franco Ricci Lucchi. « Il Plio-Pleistocene Delle Marche », in Ernesto Centamore, Giovanni Deiana (éd.) La Geologia Delle Marche, Studi Geologici Camerti, Special Publication, 1986, p. 61‑81.

Coltorti 1981
Mauro Coltorti, « Lo stato attuale delle conoscenze sul Pleistocene e il Paleolitico inferiore e medio della regione marchigiana », in Atti 1° Convegno Beni Culturali e Ambientali Delle Marche, Numana, 8‑10 Maggio 1981, Pesaro, Paleani, 1981, p. 63‑122.

Coltorti et al. 1979
Mauro Coltorti, « Reperti litici del Paleolitico inferiore come contributo alla datazione delle alluvioni terrazzate del F. Esino (Ancona) », dans Studi Geologici Camerti 5, 1979, p. 7‑16.

Coltorti et al. 1980
Mauro Coltorti, Mauro Cremaschi, Carlo Peretto. « Industria di facies Levallois a Ponte di Crispiero (Marche) », in Atti della XXIII Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 1980, p. 415‑427.

Coltorti, Dramis 1995
Mauro Coltorti, Francesco Dramis, « The Chronology of Upper Pleistocene Stratified Slope-Waste Deposits in Central Italy », Permafrost and Periglacial Processes 6, no. 3, 1995, p. 235‑242. https://doi.org/10.1002/ppp.3430060304.

Coltorti, Nanni 1986
Mauro Coltorti, Torquato Nanni. « La Bassa Valle Del Fiume Esino: Geomorfologia, Idrogeologia e Neotettonica », Bollettino Della Società Geologica Italiana 106, 1986, p. 35‑51.

D’Agostino et al. 2001
Nicola D’Agostino, James A. Jackson, Francesco Dramis, Renato Funiciello, « Interactions between Mantle Upwelling, Drainage Evolution and Active Normal Faulting: An Example from the Central Apennines (Italy) », Geophysical Journal International 147, no. 2, 2001, p. 475‑497.

Deiana 2009
Giovanni Deiana (éd), « Note Illustrative Della Carta Geologica d’Italia Alla Scala 1:50.000, Foglio 302 Tolentino », 2009.

Dramis 1992
Francesco Dramis, « Il Ruolo Dei Sollevamenti Tettonici a Largo Raggio Nella Genesi Del Rilievo Appenninico », Studi Geologici Camerti Special Volume 1992, no. 1, 1992, p. 9‑15.

Galdenzi 1996
Sandro Galdenzi, « Il Carsismo Profondo Nell’Appennino Umbro Marchigiano (Italia) », in Proceedings of the International Congress « Alpine Caves: Alpine Karst Systems and Their Environmental Context », Asiago 1992, 1996, p. 229‑242.

Galdenzi 2004
Sandro Galdenzi, « Il Carsismo nella regione marchigiana », in Sandro Galdenzi (éd), Frasassi 1989-2004: gli sviluppi nella ricerca, 2004, p. 6‑20.

Galdenzi, Menichetti 1990
Sandro Galdenzi, Marco Menichetti (éd), « Il Carsismo Della Gola Di Frasassi », in Memorie dell’Istituto Italiano di Speleologia II 4, 1990.

Guerrera, Tramontana 2012
Francesco Guerrera, Mario Tramontana (éd), « Note Illustrative Della Carta Geologica d’Italia Alla Scala 1:50.000, Foglio 292 Jesi », 2012.

Leonardi 1960
Piero Leonardi, « Notizie preliminari sul Paleolitico inferiore e medio delle Marche», Rivista di Scienze Preistoriche 15, 1960.

Leonardi et al. 1964
Piero Leonardi, Alberto Broglio, Alfonso Bosellini, « Nuovi contributi alla conoscenza del Paleolitico inferiore e medio delle Marche », Emilia Preromana 5, 1964, p. 93‑106.

Leonardi, Peretto 1980
Piero Leonardi, Carlo Peretto, « Le Paléolithique inférieur de l’Italie du nord‑est et des Marches », L’Anthropologie 18, 2/3, 1980, p. 225‑235.

Nesci, Savelli 2003
Olivia Nesci, Daniele Savelli, « Diverging Drainage in the Marche Apennines (Central Italy) », Quaternary International 101, 2003, p. 203‑209.

Nesci et al. 2010
Olivia Nesci, Daniele Savelli, Francesco Troiani, « Late Quaternary Alluvial Fans in the Northern Marche Apennines: Implications of Climate Changes », Il Quaternario, Italian Journal of Quaternary Sciences 23, 1, 2010, p. 145‑156.

Nesci et al. 2012
Olivia Nesci, Daniele Savelli, Francesco Troiani, « Types and Development of Stream Terraces in the Marche Apennines (Central Italy): A Review and Remarks on Recent Appraisals », Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement 18, 2, 2012, p. 215‑238, https://doi.org/10.4000/geomorphologie.9838.

Nicoud 2013
Elisa Nicoud, « Le paradoxe acheuléen », Rome-Paris, BEFAR, 356 – CTHS Documents préhistoriques 32, 2013.

Nicoud et al. 2020
Elisa Nicoud, Valentina Villa, Gourguen Davtian, Juliette Guibert-Cardin, « Valle Giumentina (Abruzzes), Huitième mission : étude des comportements techno-économiques au Pléistocène moyen », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2020 [en ligne], http://journals.openedition.org/cefr/4206.

Peretto, Scarpante 1982
Carlo Peretto, L. Scarpante, « Le industrie del Paleolitico inferiore di Monte Conero (Ancona) », in Atti XXIII Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria: “Il Paleolitico inferiore in Italia”, Florence, mai 1980, 1982, p. 361‑382.

Peresani 2003
Marco Peresani, « Una rassegna bibliografica commentata sul Paleolitico e sul Mesolitico delle Marche », Rivista di scienze preistoriche 53, 2003, p. 581‑595.

Ridente et al. 2009
Domenico Ridente, Fabio Trincardi, Andrea Piva, Alessandra Asioli, « The Combined Effect of Sea Level and Supply during Milankovitch Cyclicity: Evidence from Shallow-Marine Δ18O Records and Sequence Architecture (Adriatic Margin)  », Geology 37, 11, 2009, p. 1003‑1006. https://doi.org/10.1130/G25730A.1.

Trincardi, Correggiari 2000
Fabio Trincardi, Annamaria Correggiari, « Quaternary Forced Regression Deposits in the Adriatic Basin and the Record of Composite Sea-Level Cycles », Geological Society, London, Special Publications 172, 1, 2000, p. 245‑269: https://doi.org/10.1144/GSL.SP.2000.172.01.12.

Silvestrini et al. 2001
Mara Silvestrini, Michele Bassetti, Paolo Boscato, Mauro Coltorti, Daniela Esu, Cristina Lemorini, Mauro Magnatti, Marco Peresani, Patrizia Rossetti, 2001, « An Acheulean site of the last Interglacial at Boccabianca (Cupra Marittima, Marche) », Rivista di Scienze Preistoriche 51, 2001, p. 21‑71.

Silvestrini, Peresani 2000-2001
Mara Silvestrini, Marco Peresani, « Cingoli – Loc. Casa Battaglia (Prov. di Macerata) », Rivista di Scienze Preistoriche 50, 2000-2001, p. 487‑488.

Villa et al. 2021
Valentina Villa, Elisa Nicoud, Fabio Fusco, « Valle Giumentina (Abruzzes), neuvième mission : étude paléoenvironnementale des occupations humaines du Pléistocène moyen », Bulletin archéologique des École françaises à l’Etranger, 2021 [en ligne], https://doi.org/10.4000/baefe.1247.

Haut de page

Notes

1 Le lecteur peut notamment se référer aux Chroniques archéologiques de l’École française de Rome de 2012 à 2020 et au Bulletin des activités archéologiques des EFE 2021 concernant Valle Giumentina : ainsi Nicoud et al. 2020, Villa et al. 2021.

2 Leonardi, Peretto 1980 ; Peresani 2003 ; Broglio et al. 2005.

3 Leonardi 1960.

4 Leonardi et al. 1964.

5 Silvestrini et al. 2001 ; Nicoud 2013.

6 Broglio et al. 2005.

7 e.g. Deiana 2009 ; Guerrera, Tramontana 2012.

8 Calamita et al. 1991.

9 Galdenzi 2004.

10 Galdenzi, Menichetti 1990.

11 Galdenzi 1996.

12 Bigi et al. 1996.

13 Trincardi, Correggiari 2000 ; Ridente et al. 2009.

14 Nesci, Savelli 2003.

15 Bigi et al. 1996 ; D’Agostino et al. 2001.

16 Cantalamessa et al. 1986.

17 Dramis, 1992.

18 Nesci, Savelli 2003 ; Nesci et al. 2012.

19 Nesci et al. 2010.

20 Bisci, Dramis, 1991.

21 Deiana 2009 ; Guerrera, Tramontana 2012.

22 e.g. Coltorti 1981 ; Coltorti, Nanni 1986.

23 Coltorti , Dramis 1995.

24 Coltorti et al. 1980.

25 Silvestrini, Peresani 2000-2001.

26 Découverte déclarée à la Surintendance archéologique des Marches en novembre 2019.

27 Colrti et al. 1980.

28 Coltorti et al. 1979.

29 Broglio, Leonardi 1963.

30 Peretto, Scarpante 1982.

31 Bartolomei et al. 1966.

32 Coltorti 1981.

33 Broglio et al. 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte géologique simplifiée des Marches.
Légende La localisation de la dorsale de Cingoli (Ci) et de Monte Conero (MtC) est précisée sur la carte (DAO : V. Villa).
Crédits D’après Nesci et Savelli, 2003.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 2. Localisation des sites archéologiques paléolithiques identifiés dans la région des Marches et des vallées alluviales.
Légende Les sites dont les vestiges ont fait l’objet d’études en musées ainsi que les secteurs prospectés sont indiqués sur la carte (fond de carte géologique au 1/100 000ème ; Regione Marche, 2017).
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 3. Cingoli Casa Battaglia.
Légende A. Vue du site de Cingoli Casa Battaglia et de la ville de Filottrano, à l’arrière-plan, en direction de l’est. Le substrat de ce paysage vallonné est composé d’argiles, incisées ici par le cours d’eau de la Saltregna, affluent du Fiumicello. B. Pièce bifaciale en silex « scaglia rossa » découverte en 2019 en surface du champ. C. Affleurement de silex de type « scaglia variegata » dans les formations calcaires de la dorsale de Cingoli.
Crédits E. Nicoud/EFR.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 4. Terrasse alluviale ancienne de l’Esino.
Légende Reconnaissances effectuées à proximité de Jesi, au lieu‑dit Pantiere, à une altitude relative de +65 m au‑dessus du fleuve.
Crédits E. Nicoud/EFR.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 5. Pièces bifaciales de Monte San Vito, Vallée de l’Esino.
Crédits DAO et Crédits : E. Nicoud/EFR/Museo Archeologico Nazionale delle Marche.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Fig. 6. Coupe stratigraphique de Ponte di Crispiero.
Légende A. Vue de la coupe en septembre 2021. B. Vue de la coupe stratigraphique dans les années 1990 (in Lollini non daté, p. 35). C. Vue de détail de la coupe comportant deux paléosols
Crédits E. Nicoud/EFR.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 7. Monte Conero.
Légende A. Vue du site en septembre 2021, au‑devant du centre de la RAI. Les tranchées des fouilles des années 1964 et 1965 sont encore discernables (en tirets). B. Pièce bifaciale issue des fouilles n°RAI I 36901. C. Pièce bifaciale n°36902.
Crédits DAO et crédits: E. Nicoud/EFR/Museo Archeologico Nazionale delle Marche.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/4831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Nicoud, Valentina Villa, Marco Peresani, « Le Paléolithique ancien des Marches (Italie) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 03 février 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/4831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.4831

Haut de page

Auteurs

Elisa Nicoud

CNRS UMR 7264 CEPAM

Articles du même auteur

Valentina Villa

Université Côte d’Azur UMR 7264 CEPAM

Articles du même auteur

Marco Peresani

Università degli studi di Ferrara

Haut de page

Responsables d’opération

Elisa Nicoud

CNRS UMR 7264 CEPAM

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Valentina Villa

Université Côte d’Azur UMR 7264 CEPAM

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Marco Peresani

Università degli studi di Ferrara

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search