Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2022Grèce centraleDelphes : les vestiges sur la ter...

2022
Grèce centrale

Delphes : les vestiges sur la terrasse de Marmaria, 2017‑2021

Responsables d’opération : Sandrine Huber et Didier Laroche
Notice rédigée avec Manon Bublot et Anne Jacquemin

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2017, 2018, 2019, 2021

Lieux :

Delphes, Marmaria
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération :
30 août-22 septembre 2017
20 août-15 septembre 2018
18‑31 août et 15 septembre-15 octobre 2019
5‑31 octobre 2020
16‑29 août et 27 septembre-31 octobre 2021

Autorité nationale présente : Athanasia Psalti, Éphore de Delphes

Numéro de mission : D28

Composition de l’équipe de terrain : Marion Aubry (Université de Lorraine, stagiaire en archéologie) ; Lya D’Habit (Université de Lorraine, stagiaire en archéologie), Lionel Fadin (EFA, topographe), Aristophanis Konstantatos (EFA, restaurateur), Coralie Leblan (École Supérieure des Géomètres et Topographes [ESGT] du Mans, stagiaire en topographie), Laura Lemaire (École de Condé [Paris], stagiaire en restauration), Anna Papadopoulou (Université de Strasbourg et École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, stagiaire en archéologie et architecture), Tristan Raynal (École Supérieure des Géomètres et Topographes [ESGT] du Mans, stagiaire en topographie), Nada Wehbe (Université de Strasbourg et École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, stagiaire en archéologie et architecture)

Partenariats institutionnels : UMR 8164 HALMA (Université de Lille, CNRS, MC), EA 1132 HisCAnt-MA (Université de Lorraine)

Établissement éditeur : EFA

Établissements porteurs de l’opération : EFA

Texte intégral

Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier chaleureusement les collaborateurs de l’Éphorie des antiquités de Phocide, qui nous ont toujours soutenus dans notre programme, les gardiens du site archéologique de Marmaria et du musée archéologique de Delphes, qui ont facilité l’accès aux objets de nos recherches et nous ont aidés dans notre récolement, ainsi que les collaborateurs de l’École française d’Athènes concernés par la bonne réalisation de nos missions, notamment au Service des archives : Marie Stahl, Calliopi Christophi et Elpida Chairi.

Données scientifiques produites :
Versement aux archives : 2018022, 2019027, 2020011, 2021018
Mission de terrain de l’EFA : Les abords sud-est de la ville : les vestiges de Marmaria 2017-2019
Mission de terrain de l’EFA : Delphes, les vestiges de Marmaria

Chroniques de l’EFA :
https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=8602

Introduction

  • 1 Huber, Jacquemin, Laroche 2020.

1Ce rapport présente une synthèse de nos travaux sur la terrasse dite de Marmaria (fig. 1) durant le contrat quinquennal 2017-2021, qui a enrichi nos connaissances sur son occupation antique et sur son état de conservation. Dans le prolongement du programme que nous avons conduit sur les sacrifices à Delphes entre 2012 et 20161, il constitue le point de départ du programme qui sera mené sur le terrain dans le cadre du contrat 2022-2026.

Fig. 1. La terrasse de Marmaria vue depuis la chaîne du Kirphis, au Sud.

Fig. 1. La terrasse de Marmaria vue depuis la chaîne du Kirphis, au Sud.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Manon Bublot.

2L’étude de la terrasse de Marmaria a pour objectif de mieux connaître l’occupation du versant des Phédriades à l’est du ravin de Castalie et d’appréhender les aménagements aux abords du grand sanctuaire d’Apollon : les deux ensembles du sanctuaire d’Athéna Pronaia et du Gymnase, orientés vers la vallée du Pleistos, constituent un ancrage essentiel dans la topographie delphique, tant pour le grand sanctuaire que pour la ville, ses limites et ses systèmes défensifs. L’articulation avec les programmes « La ville de Delphes » (https://journals.openedition.org/​baefe/​4464), « L’eau à Delphes » et « Fortification de Delphes » faisait sens. L’équipe a également eu des échanges fructueux avec Marilou de Vals, Isabelle Moretti et Tommy Vettor, membres du programme « La pierre à Delphes », qui ont pratiqué des analyses de fluorescence X sur un certain nombre d’éléments architectoniques en marbre sur la terrasse de Marmaria ; il sera intéressant de croiser leurs résultats, une fois qu’ils seront exploités, avec nos recherches.

3Les activités ont été concentrées sur la terrasse de Marmaria et constituaient quatre volets :

  1. couverture photographique et relevé photogrammétrique ;
  2. récolement des mobiliers conservés au musée archéologique de Delphes ;
  3. rassemblement de la documentation scientifique ;
  4. inventaire exhaustif des blocs errants et réexamen des monuments.
  • 2 Aubry 2016 et 2017. Ces travaux universitaires ont bénéficié en 2016 d’un stage aux archives scien (...)

4Le travail a été préparé en amont, entre 2015 et 2017, par deux mémoires de master 1 et 2 soutenus à l’Université de Lorraine2 et au travers d’une révision des relevés topographiques sur la terrasse, sur laquelle aucun contrôle n’avait été réalisé depuis les dernières investigations.

Couverture photographique et relevé photogrammétrique

5Deux campagnes de prises de vues avec drone ont été conduites le jeudi 31 août et vendredi 1er septembre 2017, de 6h 30 à 8h du matin, soit avant l’ouverture du site archéologique de Marmaria à 8 heures. Y ont participé, sous la direction de Lionel Fadin et Sandrine Huber, Marion Aubry, Lya D’Habit, Coralie Leblan et Tristan Raynal. La mission a été réalisée au bénéfice des autorisations octroyées par l’aviation civile grecque, l’Éphorie des antiquités de Phocide et la police municipale d’Amphissa. Les logiciels mis en œuvre ont été Pix4D drone et Photoscan. Le 31 août, 4 vols (durée de chaque vol : 12 mn) ont été entrepris avec le drone de modèle Fox6 à 6 rotors, nécessaires à la réalisation du relevé orthophotographique du site de Marmaria (fig. 2‑3).

Fig. 2. Station de contrôle et de conduite du drone, 31 août 2017.

Fig. 2. Station de contrôle et de conduite du drone, 31 août 2017.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.

Fig. 3. Orthophotographie du site de Marmaria à Delphes et de son environnement, 31 août 2017.

Fig. 3. Orthophotographie du site de Marmaria à Delphes et de son environnement, 31 août 2017.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, cl. Lionel Fadin.

6Le 1er septembre 2017, un vol a été réalisé avec un drone de modèle Phantom4 à 4 rotors, pour assurer une couverture photographique zénithale précise et de trois‑quarts des principaux monuments et secteurs du site de Marmaria (fig. 4).

Fig. 4. Clichés zénithaux des six édifices majeurs, 1er septembre 2017.

Fig. 4. Clichés zénithaux des six édifices majeurs, 1er septembre 2017.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Lionel Fadin et Sandrine Huber.

7La production de ces documents était nécessaire pour mettre en œuvre l’état des lieux. La documentation livrée par ces travaux photogrammétriques peut être exploitée à la lumière des archives scientifiques portant sur la terrasse de Marmaria désormais rassemblées (v. infra, § 3), dans un double objectif scientifique et patrimonial.

Récolement des mobiliers au musée archéologique de Delphes

8Au musée archéologique de Delphes, Sandrine Huber, Marion Aubry, Lya D’Habit et Laura Lemaire ont réalisé, du 30 août au 22 septembre 2017, le récolement des mobiliers archéologiques qui ont pu être définis comme provenant de la terrasse de Marmaria. L’objectif était de constituer un état des lieux des mobiliers archéologiques découverts durant toutes les interventions archéologiques conduites sur la terrasse de Marmaria jusqu’à aujourd’hui. Le travail a concerné plusieurs étapes qui ressortissent de la régie des collections et de l’inventaire :

  • le dépouillement des livres d’inventaire du musée archéologique de Delphes : 25.000 entrées ont été consultées sur un total de 34.786 objets inventoriés au musée de Delphes jusqu’en 2017 ;
  • la conception d’une base de données gestionnaire sur le logiciel Filemaker Pro® et son renseignement avec la description des mobiliers, leur constat d’état, des clichés photographiques ;
  • l’identification et la géolocalisation, dans l’exposition permanente et dans les réserves du musée archéologique de Delphes, des trouvailles de Marmaria ;
  • la couverture photographique des objets et la gestion des clichés photographiques.

9Aristophanis Konstantatos a participé à l’organisation du travail la première semaine.

10Les mobiliers recensés concernent la terre cuite (céramique, lampes, statuettes, éléments architectoniques), les métaux (or, bronze, fer, plomb), le verre, la faïence (matières siliceuses), l’ivoire et l’os, la pierre (marbre, tuf, serpentine, stéatite, silex, obsidienne). Ils relèvent de catégories diverses : vaisselle, ex‑voto, parures, objets de toilette, armes de chasse et de guerre, outils lithiques, instruments liés au travail du bois et de la pierre, instruments liés au travail du métal, instruments liés au travail du textile, instruments de musique, sceaux, statuaire, éléments architecturaux (à l’exception des éléments conservés dans la réserve d’architecture où le recensement a été entamé lors de la dernière campagne), etc. Au total, 357 fiches ont été renseignées, représentant chacune un objet ou fragment d’objet ; certains objets ont été rassemblés en lots (21 lots numérotés de A à T), lorsqu’ils constituaient des ensembles classés ensemble dans une caisse ou un sac en papier, tels que lorsqu’ils sont entrés dans les réserves du musée. Certains ensembles avaient été conservés dans leur conditionnement d’origine depuis leur entrée au musée dans les années 1900 et 1920 (fig. 5).

Fig. 5. Conditionnements anciens et identification des trouvailles.

Fig. 5. Conditionnements anciens et identification des trouvailles.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.

11Tous les mobiliers attestés dans les publications n’ont pu encore être identifiés ; ils le seront au fur et à mesure des campagnes d’étude de mobiliers à partir de 2022. Tous les objets identifiés ont été conditionnés selon leur matériau constitutif et leur fragilité, réunis avec l’accord de l’Éphorie des antiquités de Phocide et des gardiens du musée dans une vitrine réservée (vitrine 13, réserve 5 « métaux ») afin d’en faciliter l’étude.

Documentation scientifique portant sur les investigations sur le site de Marmaria

12L’état des lieux comprend un travail important sur les archives des anciens voyageurs, sur les études et les fouilles conduites sur la terrasse depuis le xixe siècle, au travers des publications et des archives scientifiques (manuscrites, graphiques et photographiques). La documentation réunie en cinq ans est importante et comprend des plans, des photographies et des rapports inédits. La réflexion conduite sur l’ensemble des données laisse présager des travaux futurs, qui contribueront à préciser l’histoire des vestiges et des mobiliers mis au jour sur le site de Marmaria.

Inventaire exhaustif des blocs errants et réexamen des monuments

Inventaire des blocs errants

13Le volet préalable de l’étude architecturale des vestiges est la réalisation d’un inventaire des blocs errants conservés sur la terrasse de Marmaria et ses abords (fig. 6). Si une partie des blocs avait été relevée et étudiée dans le cadre des études monographiques des bâtiments principaux de la terrasse, de nombreux autres ne figurent pas dans les publications. En l’absence d’inventaire, même l’emplacement actuel des uns comme des autres n’était pas connu. Les objectifs de cet inventaire étaient donc multiples :

  • retrouver les blocs déjà relevés et étudiés parmi les dépôts actuels (dont beaucoup ont été modifiés dans le cadre de travaux successifs de présentation du site) ;
  • identifier les blocs inédits, qui ne semblent appartenir à aucun édifice connu de la terrasse, ou qui manquent aux monographies des monuments étudiés ;
  • évaluer le pourcentage de blocs conservés des différents monuments de la terrasse (notamment dans la perspective d’anastylose) ;
  • gérer les déplacements de blocs nécessités par les fouilles prévues dans le prochain quinquennal.

Fig. 6. Travaux d’inventaire architectonique sur la terrasse, 2018.

Fig. 6. Travaux d’inventaire architectonique sur la terrasse, 2018.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.

14À l’issue de la campagne 2021, l’ensemble des blocs situés dans les limites connues du téménos (à l’exception de la partie sud‑est du sanctuaire, qui demeure un terrain privé, terrain M. Sakellariou) ont été inventoriés. Ce premier volet d’inventaire a permis de définir le cadre et la méthodologie pour procéder à l’inventaire général d’un corpus aujourd’hui estimé à environ 2200 blocs et fragments.

15À l’intérieur du téménos, treize dépôts de blocs architectoniques (A‑M) ont été définis selon des critères exclusivement topographiques et fonction de l’organisation actuelle du site, l’objectif étant de pouvoir rapidement retrouver les blocs étudiés d’une année sur l’autre. L’orthophotographie aérienne de la terrasse réalisée en 2017 (fig. 3) a servi de support pour identifier les dépôts et les photographies aériennes par drone pour reporter la position des blocs inventoriés pour chaque dépôt (fig. 7). Les matricules attribués aux blocs sont internes au programme d’étude : ils reprennent le nom du secteur concerné et suivent une numérotation continue. Le support d’inventaire est un document Excel, compatible avec le logiciel Filemaker Pro® ; le tableur reprend les catégories du fichier Filemaker Pro® utilisées pour l’inventaire des blocs errants de l’ensemble du site de Delphes, dans l’attente d’un dépôt des informations dans le SIG à l’échelle du site de Delphes3. En parallèle du fichier d’inventaire, nous avons créé un tableur pour chacun des cinq monuments publiés de la terrasse de Marmaria ; réalisés à l’aide des publications, ils renseignent par type de bloc leurs dimensions (hauteur et profondeur), leurs particularités (scellements, décor), ainsi que le nombre de blocs restitués dans les publications. Les données statistiques de l’inventaire sont mises en parallèle à ce document, afin notamment de rendre compte du pourcentage de blocs conservés par rapport au nombre de blocs restitués, cela pour chaque type de bloc4. En plus de permettre d’évaluer les différentes possibilités d’anastylose, ces données nous conduisent à revoir certains éléments des restitutions proposées.

Fig. 7. – Étude des blocs errants sur la terrasse de Marmaria (dépôt J).

Fig. 7. – Étude des blocs errants sur la terrasse de Marmaria (dépôt J).

EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Didier Laroche.

16Ce premier volet d’inventaire a nécessité quatre campagnes sur le terrain d’un mois chacune, en 2018, 2019, 2020 et 2021 (fig. 710). Le corpus des blocs sur la terrasse de Marmaria, dans l’enceinte du mur de péribole, atteint le nombre de 1834 blocs :

Dépôt A Dépôt B Dépôt C Dépôt D Dépôt E Dépôt F Dépôt G Dépôt H Dépôt I Dépôt J Dépôt K Dépôt L Dépôt M Total
177 127 300 455 10 49 194 103 229 112 5 11 62 1834
  • 5 Se référer à la fig. 9 pour la numérotation des structures.
  • 6 Michaud 1977.
  • 7 Publié dans Fomine, Lauritzen, pl. I.
  • 8 Ce bloc a été publié et étudié par Robert Demangel, Demangel 1926, p. 64.

Dépôt A : 177 blocs. Situé à proximité des monuments SD 44 et SD 435, le dépôt comporte une grande majorité de blocs appartenant à l’édifice SD 43. Il comprend essentiellement les blocs d’euthynteria et de krepis, dont certains figurent dans la publication6, ainsi que les fragments de l’architrave et de la frise ioniques (ordre intérieur), et quelques blocs du tympan nord, dessinés par Hans Jakobsen et Jean Blécon.

Dépôt B : 127 blocs. Situé à l’intérieur et aux abords du « Temple en calcaire » (SD 43), ce dépôt comporte essentiellement des blocs appartenant à ce dernier monument ; quelques blocs issus du mur d’analemma SD 39 situé en amont du monument, ainsi que quelques blocs de la Tholos (SD 40) tiennent lieu d’exception.

Dépôt C : 300 blocs. Plus hétéroclite, le dépôt comporte de nombreux fragments de blocs, parfois difficilement identifiables. L’essentiel du corpus appartient à l’édifice SD 43. On y trouve également une trentaine de blocs d’analemma grossièrement taillés en calcaire local ; ils pourraient appartenir au mur de péribole situé à proximité du dépôt.

Dépôt D : 455 blocs. Il s’agit du dépôt le plus étendu. La partie occidentale, située en face du « Temple en calcaire » (SD 43), comprend essentiellement des blocs de ce dernier, alors que la partie orientale, en face de la Tholos (SD 40), contient la grande majorité des blocs lui appartenant. Les vestiges de deux constructions adossées au mur de péribole SD 20 (représentées sur le plan dessiné par Y. Fomine en 19257) sont encore visibles parmi les blocs parqués.

Dépôt E : 10 blocs. Il s’agit de blocs provenant du support du dallage dans la cella de la Tholos. L’étude de ces blocs par Anna Papadopoulou en 2018, détaillé plus bas dans le paragraphe sur la Tholos, démontre que ces blocs peuvent être restitués à l’intérieur de l’édifice.

Dépôt F : 49 blocs. Ce dépôt contient des blocs appartenant aux trois monuments en marbre de la terrasse et quelques blocs provenant du Temple en tuf (SD 29) dans sa partie Est. Six blocs de ce dépôt ont été remployés dans le mur de soutènement moderne situé en amont du dépôt et construit lors des premières fouilles conduites au début du xxe siècle ; seuls les blocs remarquables appartenant à ce mur ont été inventoriés, mais il nous importera peut‑être d’ajouter d’autres blocs d’origine antique remarqués dans l’appareil de ce mur moderne, notamment les blocs en travertin visibles dans la partie Est du mur.

Dépôt G : 197 blocs. Ce dépôt, situé aux alentours et sur les fondations des deux petits édifices de la terrasse (SD 32 et SD 33), contient, dans sa partie Ouest, des blocs appartenant à ces deux monuments et, dans sa partie Est, des blocs appartenant au « Temple en tuf » (SD 29), ainsi qu’au mur de terrasse en appareil polygonal qui le protège au nord (SD 28). Ce dernier a été démonté au début des années 1980 dans le cadre d’une restauration par l’Éphorie des antiquités de Phocide ; les numéros qui ont servi alors au remontage de cet analemma sont encore visibles, mais s’effacent avec le temps.

Dépôt H : 103 blocs. Ce dépôt, situé aux alentours et sur les fondations du « Temple en tuf » (SD 29), contient exclusivement des blocs appartenant au temple (SD 29) et au mur d’analemma au nord (SD 28). Parmi les blocs appartenant au temple, on trouve également des blocs remployés qui appartenaient à un édifice antérieur : onze chapiteaux archaïques, un tambour de colonne retaillé, un orthostate et peut‑être quelques autres, moins bien conservés et plus difficiles à interpréter. Dans le projet d’aménagement de nouveaux dépôts d’éléments architectoniques que nous projetons dans le cadre du contrat quinquennal prochain (2022-2026), il nous paraît important de protéger ces blocs très anciens qui se dégradent rapidement sous l’effet des intempéries.

Dépôt I : 229 blocs. Très hétéroclite, le dépôt comporte des blocs des cinq monuments publiés de la terrasse de Marmaria. Parmi les blocs remarquables, il est important de mentionner les fûts de colonnes archaïques en tuf retaillés qui ont servi de soubassement au parvis du Trésor SD 33. Parmi les blocs inventoriés appartenant à la Tholos (SD 40), l’un d’entre eux, dont le parement intérieur concave est conservé, porte la trace de l’appui d’une colonne.

Dépôt J : 112 blocs. Ce dépôt, situé entre les murs SD 20 et SD 24, en contrebas de la terrasse actuelle, contient des blocs appartenant aux trois monuments en marbre de la terrasse (SD 32, 33, 40). Les blocs sont en moins bon état que ceux des autres grands dépôts ; certains n’ont pu être identifiés mais présentent un intérêt du fait de leurs particularités. Une série de blocs, dont les parements sont grossièrement dressés, pourraient appartenir aux linteaux de la porte de la Tholos ; cette hypothèse devra être vérifiée par des relevés. D’autres blocs appartenant à la Tholos présentent un intérêt remarquable : des parpaings, dont le parement intérieur est partiellement conservé du fait de l’appui des colonnes intérieures qui l’ont protégé lorsqu’un incendie, à une date qui reste à déterminer, a ravagé la cella.

Dépôt K : 5 blocs provenant de deux monuments. Une interprétation plus détaillée de ces blocs est donnée plus loin, au paragraphe « Fondation du sud ».

Dépôt L : 11 blocs. Ce dépôt, situé au sud‑est du Temple en tuf (SD 29), contient des blocs qui ne proviennent pas des édifices principaux de la terrasse et dont l’origine est incertaine. Quelques‑uns retiennent l’attention. Deux blocs (L‑07 et L‑09) en calcaire gris portant des scellements en gamma doivent être rapprochés des deux blocs de même nature dans le dépôt K (K‑04 et K‑05). Deux beaux blocs (L‑10 et L‑11) sont probablement des blocs d’euthynteria appartenant à un même monument isolé dont l’emplacement reste à déterminer.
Enfin, un bloc (L‑08) de base isolée (?) est travaillé sur ses quatre côtés mais ne porte aucun scellement.

Dépôt M : 62 blocs. Ce dépôt, situé à l’extrémité est de l’enceinte, contient exclusivement des blocs de murs d’analemma. La plupart proviennent du parement intérieur (en brèche) et extérieur (en calcaire) du mur de soutènement du ive siècle situé en amont (SD 12). Quelques-uns sont des blocs d’un mur en appareil polygonal en calcaire, peut‑être le mur de péribole qui délimite l’enceinte à l’est (SD 13) ; il faudra intégrer à l’inventaire le bloc de linteau de la porte Est (SD 11) qui a dévalé la pente et se trouve aujourd’hui en dehors du site archéologique, dans le terrain privé M. Sakellariou, au sud du dépôt M8. Au milieu des blocs errants, nous avons identifié une structure inédite en place : deux blocs en calcaire au travail soigné et parfaitement jointifs ; il pourrait s’agir du vestige d’un mur est‑ouest délimitant deux terrasses dans cette zone du sanctuaire aujourd’hui très bouleversée.

Fig. 8. Localisation des dépôts de l’inventaire des blocs errants.

Fig. 8. Localisation des dépôts de l’inventaire des blocs errants.

EFA / mission Delphes‑Marmaria, Manon Bublot.

17Si cet inventaire a permis de terminer le recensement des blocs errants conservés à l’intérieur du péribole (fig. 910), il reste à compléter le catalogue par :

  • 9 Bousquet 1989, nos 67 à 72.
  • 10 Marcadé 1953, 51, pl. X.1.
  • 11 Michaud 1977.

les blocs conservés au musée archéologique de Delphes (réserves d’architecture et d’épigraphie) ; ce travail a été entamé en 2021 et il apparaît que de nombreux blocs pourraient encore être identifiés comme provenant de Marmaria. Dans la réserve 10 d’épigraphie, il nous a été possible d’identifier trois fragments conservés des blocs qui formaient un enclos autour de SD 32 et SD 33 et portant les inscriptions relatives aux baux des propriétés devenues sacrées à la suite de confiscations9. Dans la réserve 11 d’épigraphie, nous avons réexaminé la première inscription trouvée lors des fouilles de 1901 à Marmaria : la base de statue portant la signature du sculpteur Céphisodote (dédicace à Athéna Pronaia)10. Enfin, nous avons entamé le long travail d’inventaire des blocs entreposés dans la réserve d’architecture (21 blocs inventoriés en 2021) ;

les blocs entreposés sur la terrasse voisine du Gymnase ; nous avons pu intégrer à notre catalogue 6 blocs importants de SD 43 qui sont situés sur la terrasse en contrebas du Gymnase. Il faudra intégrer à notre inventaire la quinzaine de blocs se trouvant aujourd’hui dans les dépôts sur le Gymnase et appartenant aux autres monuments de Marmaria ;

les nombreux fragments (de plus petites tailles) rassemblés dans des pierriers et caisses-palettes grillagées à l’ouest et au sud du mur de péribole SD 20 ;

le linteau de la porte Est (SD 11), voir supra ;

les blocs qui se trouvent sur le versant en contrebas du site ; un premier repérage montre la nécessité d’une exploration systématique qui ferait suite aux prospections conduites par les architectes danois dans les années 1920 et Jean Bousquet entre 1938 et 1943, voir infra ;

les blocs qui se trouvent dispersés ailleurs dans le site archéologique ; en 2021, deux blocs appartenant à SD 43 et situés aujourd’hui à proximité du musée archéologique de Delphes ont été ajoutés à l’inventaire. L’un d’entre eux appartient à l’une des colonnes ioniques engagées de SD 43 et ne figure pas dans la publication du monument11.

Fig. 9. Distribution des blocs errants sur la terrasse de Marmaria par monument.

Fig. 9. Distribution des blocs errants sur la terrasse de Marmaria par monument.

Vert : SD 43 ; bleu : SD 40 ; rose : SD 33 ; violet : SD 32 ; rouge : SD 29 ; gris : monuments indéterminés.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Manon Bublot (fond de carte Youri Fomine, 1925).

Fig. 10. Plan des vestiges sur la terrasse de Marmaria avec la numérotation des structures (numérotation complétée en rouge, ajoutée lors de la mission 2018) (SD = Guide de Delphes2 2015).

Fig. 10. Plan des vestiges sur la terrasse de Marmaria avec la numérotation des structures (numérotation complétée en rouge, ajoutée lors de la mission 2018) (SD = Guide de Delphes2 2015).

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Manon Bublot (fond de carte Youri Fomine, 1925).

Révision des restitutions des monuments de la terrasse de Marmaria

18Le travail d’inventaire permet de croiser nos observations sur le terrain avec les restitutions proposées dans les publications antérieures, afin d’identifier les blocs mais aussi de vérifier, compléter, voire modifier les restitutions existantes.

19La discussion qui suit respecte l’ordre de traitement des dépôts de blocs, d’ouest en est, sur la longueur de la terrasse de Marmaria.

L’édifice à deux pièces ouvrant sur entrée (SD 44)

20De nombreuses hypothèses ont été avancées quant à la destination de cet édifice. Nous avons pu vérifier que la proposition d’hestiatorion, par Nancy Bookidis12, convenait parfaitement aux dimensions et aux particularités de l’édifice : les deux pièces carrées mesurent 6,28 m de côté, ce qui correspond à trois longueurs et une largeur de banquette mesurant 1,80 par 0,88 m. Le désaxement des portes est expliqué par la disposition de ces banquettes, comme c’est le cas dans beaucoup d’autres salles de banquet connues sur d’autres sites.

21Nous nous interrogeons encore sur l’éventuelle coexistence de cet édifice et de son voisin (SD 43). L’état de conservation de l’édifice, qui possède son assise d’orthostates complète du mur ouest, et partielle des murs nord et sud, nous interdit de penser qu’il ait pu être invisible lorsque fut édifié le « Temple en calcaire ». Diverses hypothèses peuvent être avancées : soit l’édifice a été transformé pour n’avoir plus qu’une seule pièce, soit il a été remanié afin d’accoler le nouvel édifice, soit il est demeuré à l’état de ruine à proximité de celui‑ci. La moitié est des vestiges étant invisible, l’examen sur le terrain est vain et nous devons nous en remettre aux observations et relevés des premiers fouilleurs dans l’attente de futures investigations sur le terrain.

Le « Temple en calcaire » SD 43

22Le monument communément appelé « Temple en calcaire » constitue une énigme archéologique, son attribution n’ayant pour le moment fait l’objet d’aucun consensus. La fondation a été dépouillée de tous ses blocs en calcaire : seuls subsistent les blocs de fondations et de soubassement, en conglomérat pour la plupart. Pourtant, les lambourdes in situ qui supportaient le dallage du pronaos se trouvent à un niveau plus élevé que les assises disparues de l’euthynteria et des trois degrés de krépis (fig. 11).

Fig. 11. Coupe nord-sud des vestiges de SD 43

Fig. 11. Coupe nord-sud des vestiges de SD 43

EFA / Henri Ducoux, inédit (date précise inconnue, entre 1938 et 1941) [EFA, planothèque 30809].

  • 13 Voir notamment une lettre de Jean Bousquet à Robert Demangel, alors directeur de l’École française (...)

23Sur les très nombreux blocs inventoriés, aucun scellement en place n’a été retrouvé et quelques-uns seulement comportent encore du plomb. Par ailleurs, les cassures des blocs autour des mortaises des crampons en Π et des goujons sont systématiques (fig. 12). Ces observations nous incitent à penser que le monument a été intégralement démonté dans le but de récupérer le métal des scellements. Une fois dépossédés de leurs scellements, les blocs en calcaire sont demeurés à proximité de la fondation, lorsqu’ils n’ont pas été remployés dans la construction récente des murs de terrasses modernes en contrebas, où Jean Bousquet a retrouvé de nombreux blocs inédits lors de prospections entre 1938 et 194313.

Fig. 12. Blocs de SD 43 (dépôt I) : cassures autour des scellements disparus.

Fig. 12. Blocs de SD 43 (dépôt I) : cassures autour des scellements disparus.

EFA / Mission Delphes-Marmaria.

24Nous ajoutons deux remarques sur la technique : la présence de nombreuses réparations, d’une qualité remarquable, sans doute dues à la nature cassante du calcaire de Saint‑Élie ; la présence de goujons en pierre sur plusieurs parpaings qui témoigne d’une innovation constructive ou alors d’une pénurie momentanée de métal.

  • 14 Michaud 1977.
  • 15 Ce calcul prend en compte un dallage sur toute la surface du temple, dallage restitué par Jean‑Pie (...)
  • 16 Ce pourcentage est approximatif dans la mesure où il faut prendre en compte qu’une part importante (...)

25Jean‑Pierre Michaud et Jean Blécon ont proposé une restitution architecturale de l’édifice en 197714. Cette étude avait déjà permis de montrer que, malgré la disparition de son élévation, il subsiste un grand nombre de blocs épars. La mission d’inventaire nous a permis d’identifier 712 blocs et fragments appartenant avec certitude au monument, auxquels peuvent s’ajouter 34 blocs dont l’attribution est plus douteuse. D’après la restitution proposée, l’édifice devait comporter un nombre total de 1117 blocs en calcaire de Saint‑Élie, entre l’assise d’euthynteria et les blocs sommitaux15 ; le pourcentage de blocs inventoriés aujourd’hui s’élève aux alentours de 50 % du nombre total de blocs que devait comporter le monument16. D’autres blocs situés en dehors du téménos et au musée viendront compléter ce premier recensement.

26Nous avons affaire à l’un des édifices les mieux conservés de Delphes. Une anastylose, même partielle, de SD 43, permettrait de valider les résultats obtenus d’un point de vue théorique et de valoriser le site archéologique, dont la perception pour les visiteurs est aujourd’hui réduite aux trois colonnes remontées de la Tholos.

27Comme signalé précédemment, l’un des objectifs de cet inventaire est également de parvenir à retrouver les blocs relevés par Hans Jackobsen et Jean Blécon au cours des années 1970 : la publication offre 60 planches de 119 relevés de blocs errants caractéristiques de l’édifice. Notre inventaire a permis de retrouver 72 de ces blocs étudiés (soit environ un tiers des blocs reproduits dans la publication).

28L’inventaire des nombreux blocs du monument nous a conduits à revoir différents éléments de la restitution proposée.

  • 17 Michaud 1977, p. 24.

29Tout d’abord, il s’agit de trouver une place dans la restitution à trois blocs d’une hauteur de 50 cm. Dans la publication, Jean‑Pierre Michaud explique qu’un « bloc de nature incertaine » n’a pas trouvé de place dans la restitution alors que toutes ses caractéristiques (scellements, traitement des surfaces) nous empêchent d’y voir un bloc appartenant à un autre monument ; il a été identifié dans le dépôt I (I‑071) et doit être rapproché de deux autres tout à fait semblables, C‑032 (fig. 13) et C‑246, identifiés lors de la mission d’inventaire. La face arrière brute des blocs permet d’affirmer que leur parement intérieur était non visible. Par ailleurs, les blocs présentent une largeur importante qui interdit de les restituer dans les parties supérieures du monument ; cette assise appartient donc vraisemblablement au soubassement du monument. Dans la publication, Jean‑Pierre Michaud envisage de restituer cette assise à la place des deux premières assises de krepis du mur nord de la cella, invoquant une « économie de travail »17 qu’il explique difficilement.

Fig. 13. Bloc du « Temple en calcaire » SD 43 (C‑032) incompatible avec la restitution publiée par J.‑P. Michaud et J. Blécon.

Fig. 13. Bloc du « Temple en calcaire » SD 43 (C‑032) incompatible avec la restitution publiée par J.‑P. Michaud et J. Blécon.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Nada Wehbé.

30Une autre série de blocs identifiée dans la publication a retenu notre attention : ce sont les « socles d’orthostates » que Jean‑Pierre Michaud restitue comme première assise des murs de la cella, sous les orthostates. Ces blocs présentent la même hauteur que les blocs du troisième degré de la krepis et des caractéristiques communes avec les blocs appartenant à l’assise de 50 cm de hauteur :

  • leur parement intérieur est grossièrement dressé en partie basse et lisse en partie haute ; ceci nous invite à penser que, comme les blocs d’euthynteria, leur parement intérieur n’était que partiellement visible ;
  • leur parement extérieur est finement piqueté et comporte un listel périphérique lisse, comme tous les blocs des assises supérieures.

31Ces informations nous invitent à prolonger la réflexion engagée par Jean‑Pierre Michaud. Nous pensons que ces deux assises se substituent aux trois degrés sous les murs de la cella : les « blocs de nature incertaine » remplacent les deux premières assises de krepis et les « socles d’orthostate » font office de toichobate. La krepis se limite au pronaos de l’édifice, là où s’effectue l’accès au monument. Nous aurions alors la disposition suivante (fig. 14) :

Fig. 14. Restitutions comparées du soubassement du « Temple en calcaire » (SD 43).

Fig. 14. Restitutions comparées du soubassement du « Temple en calcaire » (SD 43).

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Manon Bublot.

32Cette disposition, qui règle un certain nombre de difficultés signalées dans la publication, reste à confirmer. Pour cela, nous projetons de vérifier notre hypothèse lors des futures missions sur le terrain.

33L’agencement du mur de refend présenté dans la publication comme une triple baie ionique ouverte sur la cella nous a également interpellés. En plus de constituer un hapax architectural, la restitution proposée dans cet ouvrage présente des impossibilités qui invitent à reconsidérer le système d’ouverture entre le pronaos et la cella. L’aspect des faces latérales des colonnes-pilastres contredit la restitution d’un encadrement en bois et d’une grille. Les indices matériels (blocs conservés avec leurs mortaises de goujons) plaident en faveur d’une simple ouverture centrale à l’image de la façade de l’oikos d’Attale Ier à Delphes même (SD 402) : il faut restituer au‑dessus de la moulure attique, attestée dans les entraxes latéraux, des cloisons pleines entre les pilastres et trois fenêtres en partie haute. La restitution d’une porte à encadrement est nécessaire dans l’entrecolonnement central et conduit à y restituer un passage de dimensions réduites.

34Ces deux considérations sur la restitution nous invitent à en avancer une troisième. La restitution des blocs de toichobate (partiellement ravalés à l’arrière) une assise en dessous de ce que proposaient Jean‑Pierre Michaud et Jean Blécon, ainsi que l’absence de lambourdes et de traces de dalle contre les substructions de l’exèdre installée au fond de la cella nous conduisent à penser que l’intérieur de la cella n’était pas dallé comme le propose la publication.

  • 18 Michaud 1977, p. 103‑119.
  • 19 Les scellements en Π n’apparaissent que dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.
  • 20 Les blocs du pilier des Rhodiens, daté de ca 323, sont techniquement en tous points identiques à c (...)

35Enfin, plusieurs caractéristiques architecturales invitent à reconsidérer la fonction de l’édifice. L’absence totale de décors (tympans et frise muets) sculptés ou peints ainsi que les dimensions réduites de la porte nous paraissent incompatibles avec l’hypothèse d’un temple et correspondent plutôt à une fonction de lieu de réunion. Le synédrion des Amphictions est le meilleur candidat pour cette construction soignée, datable de la deuxième moitié du ive siècle. En effet, l’observation des caractéristiques techniques des blocs remet en cause la datation proposée dans la publication. Les raisons invoquées par Jean‑Pierre Michaud pour une date haute sont discutables et d’ailleurs présentées avec réserve18. Or le travail de la pierre, les dimensions et les formes des scellements19 sont tout à fait semblables à d’autres monuments connus à Delphes, notamment le pilier des Rhodiens. Celui‑ci étant daté de ca 32320, nous proposons d’abaisser la date de l’édifice en calcaire (SD 43) à la deuxième moitié du ive siècle.

L’exèdre du « Temple en calcaire » SD 43

  • 21 Michaud 1977, p. 10.
  • 22 Notons le désarroi de Susanne Freifrau von Thüngen sur la datation de l’exèdre, von Thüngen 1994, (...)
  • 23 Une étude plus approfondie des blocs des fondations permettrait d’identifier d’éventuels réemplois

36Le bloc B‑044 (fig. 15) appartient à l’exèdre qui se trouve in situ parmi les fondations du monument. Ce bloc est brièvement mentionné dans la monographie21, sans être accompagné d’aucun relevé ou restitution graphique de sa place sur l’exèdre. En bon état de conservation, ce grand bloc d’orthostate est finement travaillé dans la partie orientale et laissé brut dans la partie occidentale de son parement. Cette particularité permet de restituer avec certitude son emplacement : il s’agit du bloc situé à l’extrémité occidentale de l’exèdre contre lequel s’appuyait perpendiculairement un autre bloc, formant le court retour vers le sud. La redécouverte de ce bloc a permis de s’interroger à nouveau sur cette exèdre, qui, postérieure à l’édifice, n’a pas vraiment retenu l’attention de Jean‑Pierre Michaud22. Un état des lieux de la documentation a montré que les relevés existants de l’exèdre (réalisés par Henri Ducoux, Hans Jakobsen, Jean Blécon, Youri Fomine) représentent des informations souvent imprécises et parfois contradictoires, notamment concernant les scellements sur le lit d’attente des blocs en place. Datée avec grande probabilité du iiie ou iie siècle av. J.‑C., l’exèdre a pris place au fond de l’édifice encore debout. Elle repose sur un massif de terre mêlée de petits cailloux et comporte trois rangées de fondations en brèche et en calcaire du Parnasse23. Son niveau restitué correspond au niveau de sol restitué de l’intérieur de la cella du temple. L’emplacement de l’exèdre correspond au fond de la cella, mais elle est désaxée : elle se trouve un peu décalée vers l’est.

Fig. 15. Bloc B‑044 : dossier de l’exèdre.

Fig. 15. Bloc B‑044 : dossier de l’exèdre.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Anna Papadopoulou.

  • 24 von Thüngen 1994.

37Un relevé des vestiges du « Temple en calcaire » réalisé par Joseph-Albert Tournaire en 1903 montre que l’extrémité occidentale de l’exèdre est située dans l’alignement d’une structure découverte lors des premières fouilles sous les niveaux de fondation du temple. L’exèdre pourrait‑elle alors être l’évocation d’une structure plus ancienne, antérieure à la construction de l’édifice en calcaire ? Son architecture rappelle également une exèdre trouvée à Thermos24, capitale de l’Étolie, et pourrait donc être associée avec la domination étolienne sur l’amphictionie tout au long du iiie siècle. La poursuite de toute hypothèse nécessite une étude plus approfondie de cette structure très peu commentée.

38Notre attention s’est portée plus précisément sur l’agencement du mur de refend présenté dans la publication de Jean‑Pierre Michaud et Jean Blécon comme une triple baie ionique ouverte sur la cella. Des impossibilités dans la restitution proposée dans cet ouvrage invitent à reconsidérer le système même d’ouverture entre le pronaos et la cella. L’aspect des faces latérales des colonnes-pilastres contredit la restitution d’un encadrement en bois et d’une grille. Les indices matériels (blocs conservés avec leurs mortaises de goujons) plaident en faveur d’une simple ouverture centrale à l’image de la façade de l’oikos d’Attale Ier à Delphes même (SD 402) : il faut restituer au‑dessus de la moulure attique, attestée dans les entraxes latéraux, des cloisons pleines entre les pilastres et trois fenêtres en partie haute. La restitution d’une porte à encadrement est nécessaire dans l’entrecolonnement central et conduit à y restituer un passage de dimensions réduites, incompatibles avec l’hypothèse d’un temple, mais correspondant plutôt à une fonction de lieu de réunion. Comme indiqué dans un rapport précédent, le synédrion des Amphictions est le meilleur candidat pour cette construction soignée, datable de la deuxième moitié du ive siècle.

La « Tholos » SD 40

  • 25 Nous continuons, ici, à utiliser le mot tholos, pour signifier l’édifice circulaire de marbre de M (...)

39La Tholos25 est sans doute le monument le mieux connu de la terrasse de Marmaria. Monument célèbre, elle a fait l’objet de plusieurs études, depuis les premières fouilles de la terrasse et jusqu’à très récemment. Notre inventaire a permis d’identifier 421 blocs appartenant avec certitude au monument (auquel nous pouvons ajouter 16 blocs plus incertains) ; mise à part quelques fragments mal conservés (seuls 25 fragments n’ont pas pu être identifiés), la majorité des blocs sont aisément identifiables et leur emplacement peut être restitué avec certitude.

  • 26 Ces fragments ont été assemblés de sorte à former deux murettes qui rendent leur observation diffi (...)
  • 27 Marcadé 1979, p. 153.

40Le travail d’inventaire nous conduit à constater l’état de conservation relatif des édifices SD 43 et SD 40. Contrairement aux blocs en calcaire de Saint‑Élie dont beaucoup sont intacts, les blocs courbes en marbre pentélique de la Tholos (SD 40) ont été concassés et brisés en de très nombreux fragments, dont un grand nombre est aujourd’hui conservé dans le dépôt F26. Nous avons observé à diverses reprises des traces de coins, destinés à faire éclater les blocs du monument ; ces observations confirment l’hypothèse déjà avancée27 selon laquelle les blocs de la Tholos ont été massivement fragmentés pour fournir des moellons ou passer au four à chaux.

  • 28 Une légère incertitude lors de la mesure de la corde et de la flèche, due à l’état de conservation (...)

41L’étude des blocs du dépôt E a permis d’avancer l’hypothèse d’une restitution de neuf blocs supplémentaires à la Tholos. Disposés en arc de cercle au pied du monument depuis vingt ans au moins, ces quelques blocs n’avaient jamais fait l’objet d’aucune étude et leur appartenance à la Tholos n’est nulle part mentionnée. Pourtant, leur emplacement, leur parement courbe et la nature de la pierre (calcaire) permettaient aisément de faire ce rapprochement. En effet, une assise de support du dallage du sekos, visible in situ, présente un travail similaire aux neuf blocs du dépôt E et demeure incomplète. Afin de vérifier cette hypothèse, le relevé de l’ensemble des blocs a été effectué. Parmi les dix blocs disposés, l’un (E‑003) doit être écarté du reste : ses faces perpendiculaires et sa mince épaisseur ne fournissent pas d’indices suffisants pour son identification. Les neufs autres (fig. 16) présentent tous une hauteur similaire (entre 21,7 et 22,9 cm) ; leur relevé a permis le calcul du diamètre correspondant à la courbure des faces antérieures, qui oscille entre 6,40 et 8,08 m28, pour un diamètre intérieur de la cella de la Tholos de 6,99 m. Le travail des blocs est tout à fait similaire : un lit d’attente finement piqueté et, sur la face antérieure, un cadre d’anathyrose en Π surmontant une large entaille le long de l’arête inférieure.

Fig. 16. Relevé et remise en place des neuf blocs du socle intérieur de la Tholos (SD 40).

Fig. 16. Relevé et remise en place des neuf blocs du socle intérieur de la Tholos (SD 40).

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Anna Papadopoulou.

42C’est cette entaille qui a permis d’identifier avec assurance l’emplacement des blocs dans le monument. Le sol du sekos de la tholos comporte cinq assises : deux assises de fondations en poros (à l’exception de trois blocs de l’assise supérieure situés devant la porte qui sont en calcaire), puis deux assises en calcaire et, enfin, l’assise du dallage. Les blocs inventoriés semblent appartenir à la première assise des blocs en calcaire, dont l’entaille inférieure sert à l’encastrement des dalles adjacentes du toichobate. La longueur d’arc manquante à cette assise est de 6,49 m, soit six blocs d’une longueur d’arc de 1,08 m (ce qui correspond aux mesures des blocs in situ). Sans restitution des parties disparues, la longueur d’arc cumulée des blocs du dépôt E est de 5,55 m.

  • 29 Les autres tentatives de rapprochement réalisées ne permettaient pas d’obtenir six blocs, et about (...)

43Une première tentative de restitution a permis le rapprochement de plusieurs fragments : les fragments E‑005 et E‑008 peuvent constituer un bloc, les fragments E‑006 et E‑010 un autre, et le fragment E‑009, dont seul subsiste la courbure intérieure, peut être associé à E‑00229. Nous obtenons alors six blocs qui pourraient tout à fait correspondre aux blocs manquants de l’assise étudiée. Ces résultats, obtenus en fin de mission, nécessitent d’être confirmés (ou infirmés) lors de la prochaine campagne d’étude. Ces résultats nécessitent d’être confirmés. Néanmoins, si l’hypothèse avancée s’avère pertinente, l’étude pourrait déboucher sur un projet d’anastylose permettant de compléter cette assise du sekos.

44Un projet de restauration de la ruine telle qu’elle se présente à l’heure actuelle (remontage de 1938) est envisagé, rendu possible par le nombre de pièces conservées : 113 blocs et fragments des tambours de colonnes et 106 blocs du mur de la cella ont été recensés dans l’inventaire. Il concernerait les dalles de la cella et une extension de la colonnade, voire du mur de la cella. Une étude statique préalable du monument et du terrain est toutefois nécessaire en amont, en accord avec la Direction d’anastylose des monuments anciens auprès du ministère grec de la Culture.

  • 30 Guide de Delphes2 2015, p. 85‑86, 87 fig. 13.
  • 31 Hellmann 2006, p. 315‑316.

45La restitution du système de couvrement de l’édifice reste mystérieuse ; les précédentes tentatives de restitution n’ont jamais réussi à donner une solution convaincante ou reposaient sur des hypothèses inexactes (double ordre intérieur). Une suggestion, due à l’architecte italien Attilio Pizzigoni, qui a fait un séjour de recherche à Delphes en octobre 2021, est intéressante : l’édifice n’aurait pas comporté de charpente, mais aurait été entièrement en pierre. Le terme même de tholos renvoie à la forme de sa couverture, qui a fait, dans ce cas, l’objet d’un dessin exceptionnel si l’on en juge par les tuiles d’arêtier, très complexes, retrouvées. Le principe de la « forme en tente » pour la couverture de tuile, récemment adopté pour l’édifice de Marmaria30, est maintenant connu par de nombreux exemples découverts ou étudiés ces dernières décennies, principalement dans des tombes31.

  • 32 Schleif 1944 ; Herrmann 2013, p. 76‑99.
  • 33 Robert 1939, p. 413.

46Nous avons engagé une collaboration avec Philippe Jockey, qui prépare la publication du décor sculpté de la Tholos du ive siècle dans les Fouilles de Delphes IV, afin de valider l’hypothèse que la rotonde delphique soit l’équivalent du Philippeion d’Olympie, avec lequel elle partage, mais de façon plus luxueuse, de nombreuses caractéristiques architecturales32. La date plus basse que nous assignons à la rotonde de Delphes s’accorde parfaitement à ce rapprochement, que Fernand Robert avait déjà évoqué en son temps33.

Les « Trésors » (SD 33 et SD 32)

  • 34 Daux 1923.

47Le « Trésor ionique » et son voisin le « Trésor dorique » ont fait l’objet de la première publication de trésors dans la collection des Fouilles de Delphes34. Nous constatons une disparité entre l’étude du « Trésor ionique », plus concise, et celle de l’autre édifice, plus complète et plus rigoureuse. Sur certains points, les deux trésors en marbre témoignent d’une mise en œuvre et d’un état actuel comparables. D’une part, les blocs des deux monuments ont été largement remployés et, comme pour la Tholos, beaucoup comportent des traces de débitage. D’autre part, les assises de parpaings sont de dimensions semblables, le travail des parements est identique et les scellements horizontaux sont en queue d’aronde ; à côté de la largeur des murs, seules les longues mortaises de scellements verticaux et les canaux de coulée verticaux des blocs du « Trésor dorique » permettent de les distinguer aisément.

  • 35 Ito 1997.

48Comme la Tholos voisine, les deux édifices avaient également fait l’objet d’un rapport de travail de l’équipe d’architectes de l’université de Kumamoto (Japon), rapport qui n’a jamais été pris en compte du côté français, malgré le soin apporté au relevé des structures existantes en place et de certains blocs errants35.

Le « Trésor ionique » (SD 33)

49De toutes les constructions de la terrasse, SD 33 est celle qui a fait l’objet d’une réutilisation la plus systématique de ses blocs durant la période byzantine, en particulier pour le décor des églises.

  • 36 Rappelons que cette identification, qui ne repose que sur des présomptions, s’appuie en partie sur (...)

50Malgré le caractère concis de la publication, le travail sur le terrain ne nous a pas conduits à revoir la restitution de cet édifice, traditionnellement désigné comme « Trésor de Marseille »36. Ce monument a fait l’objet de plusieurs études inédites depuis sa première publication, notamment par Didier Laroche et Hélène Tavernier, et l’examen des blocs dans le cadre de l’inventaire ne nous a pas apporté d’informations supplémentaires (56 blocs ont été recensés). Ce sont les aménagements liés à cet édifice qui ont particulièrement retenu notre attention.

  • 37 Daux 1923.

51Nous nous sommes notamment intéressés à la marche d’accès au pronaos, qui n’est que brièvement mentionnée dans la publication. Le bloc en deux parties (inventaire G‑040 et G‑041) est entièrement conservé. Sa position « nous est donnée par un redan qui correspond à la saillie de la première assise de la krepis sur la seconde »37. On peut également observer sa trace sur la face sud de la krepis. Par ailleurs, les blocs du stylobate sont particulièrement usés à l’endroit où s’effectuait le passage, ce qui nous invite à penser qu’à une certaine époque l’édifice était fréquemment visité. Pourtant, comme le fait remarquer Georges Daux, le travail de parement de la krepis se poursuit en cet endroit, ce qui invite à penser que la marche n’est pas d’origine ou, du moins, qu’elle n’était pas intégrée dans la conception de l’édifice. La question, non résolue, de l’accès à cet édifice nous paraît primordiale pour en comprendre sa nature et sa fonction.

Le « Trésor dorique » (SD 32)

52La nécessité de reprendre l’étude architecturale de l’édifice a été renforcée par les nouveaux blocs enregistrés, qui montrent un taux assez élevé de blocs conservés ; 100 blocs auxquels peuvent s’ajouter 8 de nature plus douteuse et 35 blocs qui appartiennent soit à cet édifice, soit à son voisin. Cela est normal puisque l’édifice, contrairement à son voisin dépecé pour les besoins des édifices chrétiens, a été réutilisé à basse époque comme local artisanal, comme en témoigne le pithos – probablement un élément de pressoir à huile – retrouvé en 1901 dans la cella38. Cette réutilisation a pu entraîner des modifications ou même des reconstructions de la toiture notamment, car la charpente restituée dans la publication présente des singularités pour le moins curieuses.

53Nous sommes convaincus qu’il faut revoir l’emplacement du beau décor d’anthémion qui se trouvait dans la cella, non au‑dessus des orthostates, mais plutôt à hauteur du linteau de la porte, comme au trésor des Athéniens. Georges Daux avance peu d’arguments en faveur de sa restitution et les hauteurs d’assises restituées nous permettent aisément d’intervertir la première et la neuvième assise de parpaings (celle du linteau de la porte). La restitution de la polychromie à l’intérieur de cet édifice est sans doute aussi à corriger.

  • 39 Roux 1984, p. 156‑157.

54Enfin, nous avons longuement étudié les entailles verticales se trouvant au joint de nombreux blocs. Dans la publication, Georges Daux avance l’hypothèse qu’il s’agit de canaux de coulée pour les scellements verticaux ; néanmoins, comme lui‑même le fait remarquer, ces « canaux » ne correspondent pas aux goujons portés par les lits d’attente et le travail peu soigné des bords ne permet pas d’imaginer qu’ils aient servi à couler du plomb. Nous pensons qu’ils ont pu servir à déverser un mortier liquide (procédé dit de « coulinage » dans l’architecture traditionnelle) qui remplissait l’intervalle entre les anathyroses des faces de joint. Cette interprétation vient s’ajouter à d’autres faites ailleurs (Mausolée de Bélévi39) susceptibles de remettre en cause l’idée selon laquelle la réalisation d’assemblages à joint vif dans l’architecture grecque antique exclurait l’utilisation d’un liant.

Identification des deux monuments

  • 40 C’est l’interprétation qu’avait donnée Hans Pomtow lors des premières fouilles, désignant ces deux (...)

55Nous privilégions de plus en plus l’idée que les prétendument trésors étaient des temples. L’interprétation de trésor nous paraît avoir été influencée par la proximité du grand sanctuaire oraculaire où les offrandes sont nombreuses. En comparaison, on compte peu d’offrandes à Marmaria et la fonction de trésor est plus difficilement explicable dans ce sanctuaire. La question des accès aux édifices respectifs nous paraît déterminante dans l’interprétation de leur fonction. Or, la marche d’accès à l’édifice ionique ainsi que l’interruption de la clôture périphérique en face des portes des deux bâtiments indiquent un aménagement de leur accès et plaident plutôt en faveur de leur identification comme temples40.

  • 41 Travlos 1971, p. 121‑123.

56D’après la restitution proposée et à laquelle notre campagne d’étude n’a pas suggéré de modifications, le « Trésor ionique » présente une hauteur importante, presque équivalente à celle du Temple en tuf voisin (SD 29) dont il est contemporain (fig. 17). L’édifice dorique se caractérise essentiellement par sa ressemblance avec le Trésor des Athéniens, raison pour laquelle son interprétation comme un trésor n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune remise en cause. Néanmoins ce type de plan est attesté pour de nombreux édifices cultuels dans la Grèce antique. Le temple d’Artémis Aristoboulé érigé par Thémistocle à Athènes, par exemple, est très comparable41. Pour cette raison, nous considérons que l’on peut, une fois encore, faire confiance à Pausanias, lorsqu’il parle de « temples » et non de « trésors » à propos des quatre édifices qu’il mentionne brièvement à l’entrée de la ville de Delphes.

Fig. 17 : Élévations comparées des « trésors » et du Temple en tuf.

Fig. 17 : Élévations comparées des « trésors » et du Temple en tuf.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Didier Laroche.

57Plusieurs observations montrent que les édifices ont fait l’objet d’un ou plusieurs remaniements : installation d’une base monumentale au fond de la cella de SD 33 (datée du ive siècle av. J.‑C.), mise en place d’un dallage dans la cella de SD 32 (postérieur à la construction de l’édifice comme en témoignent les lambourdes qui ne présentent pas de fondations et s’ajustent aux blocs de krepis). Mais certains aménagements (présence d’une terrasse faite de colonnes archaïques remployées devant la façade, établissement d’une clôture de pierre périphérique l’associant à son voisin, etc.) ne sont pour l’instant pas datables et il est difficile de déterminer s’ils sont contemporains ou non de la construction des temples. Nous attendons beaucoup des fouilles à venir pour préciser la chronologie des différentes constructions et aménagements.

  • 42 Laroche 2021, p.  201‑212.

58Des résultats obtenus dépendra l’interprétation de leur destination, plusieurs hypothèses pouvant être avancées. Construit par des Phocéens (de Phocée ou de Marseille), le « petit » édifice ionique pourrait être le temple d’Artémis, déesse tutélaire de la colonie marseillaise, que l’on a vainement tenté d’identifier jusqu’à présent parmi les autres édifices de la terrasse (« Temple en calcaire » ou Tholos)42. Quant au « Trésor dorique », s’agirait‑il d’un second temple d’Artémis ou d’un temple d’Apollon Délien, que les Athéniens avaient toutes raisons d’honorer après la fondation de la Ligue de Délos en 477 ? Apollon retrouverait ici sa sœur jumelle, qui ne l’accompagnait pas dans le sanctuaire principal.

Le « Trophée des Perses » (SD 34)

  • 43 Le fait qu’Hérodote ne mentionne pas le trophée pourrait s’expliquer par une réalisation ultérieur (...)

59Cette nouvelle interprétation des dits « trésors » de Marmaria nous a amenés à nous intéresser à une structure (SD 34) située devant les deux trésors et longtemps qualifiée de « Trophée des Perses ». Cette identification, souvent considérée avec circonspection, ne reposait sur rien d’autre que le désir de situer une offrande mentionnée par Diodore de Sicile (XI,14,4). De plus, le tropaion marque l’endroit où l’ennemi a battu en retraite : placer un trophée devant les trésors dans le téménos va à l’encontre du fait que les Perses auraient été mis en déroute avant d’entrer dans le sanctuaire d’Athéna Pronaia43.

  • 44 Est‑ce le support d’un décor métallique formant enveloppe au sommet de la dernière assise en marbr (...)
  • 45 Si de telles traces apparaissent sur certains relevés, c’est que le travail du marbre se confond i (...)

60On pourrait penser davantage à une base de statue. Néanmoins, la profondeur des degrés, le système tout à fait particulier d’encastrement des assises, la présence d’une feuillure44 et l’absence de mortaise45 sur le lit supérieur de la dernière assise conservée constituent autant d’éléments qui surprennent dans le cas d’une base ordinaire de statue. En revanche, ces mêmes particularités prennent tout leur sens dans le cas d’un autel : marches d’accès et dispositif sommital rapporté permettant de contenir les éléments propres à une table d’autel. L’encastrement du bloc supérieur de marbre sur l’assise en calcaire, unique en son genre, peut s’expliquer par la volonté d’assujettir solidement les blocs superposés sans recours à des scellements métalliques sensibles à la chaleur, en particulier les enrobages de plomb.

  • 46 Rousset 2002.

61Ce monument est orienté vers le sommet des montagnes qui font face à Delphes, au sud (massif du Kirphis). Ces montagnes étaient, comme l’a montré Denis Rousset46, partie intégrante de la « terre sacrée » d’Apollon. Aurait‑on affaire à un autel d’Artémis, déesse des sommets, ou bien d’Apollon et Artémis réunis (voir supra) ? Il conviendra de revoir son assise au sol, qui semble se faire par l’intermédiaire d’un rocher.

La « Fondation du sud » (SD 30)

  • 47 Ces blocs ont été mentionnés plus haut dans la description du dépôt K.
  • 48 Elles n’ont jamais été déplacées par la suite, mais recalées selon l’orientation des murs 20 et 24

62Au sud du Temple en tuf (SD 29), cinq blocs d’euthynteria sont disposés entre les deux murs de péribole (SD 20 et 24)47. Les trois premiers (K‑001, K‑002 et K‑003), découverts lors des premières fouilles du sanctuaire en 190148, forment une assise complète (fig. 18) ; ils sont appelés dans la suite du texte « Fondation du sud ». Les deux autres blocs (K‑004 et K‑005), sans doute déplacés à proximité lors des travaux récents d’aménagement de la terrasse de Marmaria, font partie d’une autre assise de fondation non identifiée et partiellement disparue. L’ensemble des blocs a été relevé en vue d’un sondage archéologique prévu à cet emplacement lors du prochain contrat quinquennal de l’École française d’Athènes.

Fig. 18. Relevé de la « Fondation sud » (SD 30).

Fig. 18. Relevé de la « Fondation sud » (SD 30).

EFA / Mission Delphes-Marmaria, Nada Webbe.

63L’étude des anciens documents photographiques et graphiques montrent que les fouilles des couches archéologiques contenues entre les deux murs SD 20 et SD 24 ont été interrompues à l’ouest et à l’est à l’aplomb de la « Fondation du sud », ménageant un témoin stratigraphique dont les parois occidentale et orientale ont été consolidées par des murets de pierres sèches. La fouille de ce témoin, qui paraît intact sous la fondation, pourra préciser les chronologies relative et absolue de la construction des deux murs de péribole, ainsi que leur histoire.

  • 49 Demangel 1926, p. 86 et fig. 93 p. 85.

64L’ancienneté de sa découverte et le fait qu’elle soit complète a retenu notre attention. La « Fondation du sud » n’est évoquée ni dans le journal de la Grande Fouille, ni par aucun chercheur, excepté Robert Demangel qui la mentionne brièvement49, ne la considérant pas en place, car les trois larges blocs reposent seulement sur quelques moellons portant directement sur la terre ; il semblerait qu’ils aient glissés ensemble en aval de leur position initiale, peut‑être lors du même incident qui fit glisser de plusieurs mètres le Temple en tuf (SD 29) situé en amont (voir infra). Les trois dalles en calcaire, de dimensions importantes, sont posées en boutisse et liées par des scellements en double T (l’un d’entre eux subsiste) qui permettent de dater la structure autour de 500 av. J.‑C. Seuls les lits d’attente sont finement travaillés de sorte à recevoir une assise supérieure aujourd’hui disparue ; les autres faces, non visibles, sont brutes de carrière. Le travail du lit d’attente, finement dressé à la gradine en périphérie et plus grossier au centre, permet de restituer une assise supérieure d’orthostates, dont la largeur ne devait pas excéder une trentaine de centimètres. Cette dernière observation nous permet d’avancer une nouvelle interprétation. Si l’on restitue l’assise supérieure d’orthostates minces, la forme générale de cette structure évoque une sorte d’enclos ou de construction vide dont il restera à déterminer la nature. Nous espérons que nous serons en mesure d’identifier des restes de l’assise d’orthostates lors de la poursuite de l’inventaire des blocs errants.

Une base de statue fragmentaire (F‑024)

65Parmi les blocs inventoriés, mentionnons le bloc F‑024 (fig. 19), qui présente une grande mortaise destinée à l’encastrement du pied d’une statue. De grandes dimensions, il est conservé dans sa hauteur, mais brisé dans sa profondeur et sa longueur. Le parement antérieur est finement piqueté et présente un tenon non ravalé ; sous le tenon, on distingue très bien l’encoche destinée à recevoir un outil pour faire levier. Le parement latéral est aussi finement piqueté. L’arête inférieure du parement antérieur est complètement cassée mais le lit de pose, lisse, est bien conservé ; il comporte une petite mortaise pour goujon de type hellénistique dans l’angle. Enfin, la surface supérieure semble altérée par les intempéries, sauf autour de la mortaise de statue : cette observation nous amène à penser que cette base se trouvait à l’extérieur, et non à l’intérieur, d’un monument.

Fig. 19. Croquis du bloc fragmentaire F‑023 et restitution de la base de statue.

Fig. 19. Croquis du bloc fragmentaire F‑023 et restitution de la base de statue.

EFA / Mission Delphes-Marmaria, croquis Manon Bublot ; photomontage Didier Laroche.

  • 50 Nous avons bénéficié d’un premier avis, avant examen du bloc lui‑même, de Rachel Nouet, qui a nota (...)

66D’après la position du tenon en façade, le bloc devait être environ deux fois plus long. Pour la profondeur, il faut restituer la partie manquante de la mortaise du pied et une deuxième mortaise selon la disposition courante. Ces deux indications nous invitent à restituer un bloc qui devait avoir une longueur de 176 cm et une largeur voisine de 95 cm. La longueur du bloc semble suggérer qu’il portait deux statues qui, d’après les dimensions de la mortaise conservée, devaient être au moins une fois et demie plus grande que nature (donc des statues divines)50.

67Ce bloc n’a jamais été mentionné dans les publications relatives à Marmaria, mais un croquis inédit de Joseph Replat (fig. 20) nous révèle qu’il le connaissait ; sur ce croquis, le bloc est restitué en couronnement du socle situé au fond de la cella du « Trésor ionique » (SD 33). Cette disposition est impossible pour trois raisons : 1) les dimensions du bloc en longueur ne correspondent pas à celles que l’on attend pour la base ; 2) le scellement au lit de pose est d’une nature différente ; 3) comme nous l’avons écrit précédemment, l’état de la surface supérieure du bloc indique que la base se trouvait à l’extérieur.

Fig. 20 – Coupe sur le socle situé au fond de la cella du « Trésor ionique » (SD 33), restituant le bloc F‑023 à l’assise supérieure.

Fig. 20 – Coupe sur le socle situé au fond de la cella du « Trésor ionique » (SD 33), restituant le bloc F‑023 à l’assise supérieure.

EFA / Jean Replat (1920), inédit [EFA, planothèque 2722].

Le « Temple en tuf » (SD 29)

68Cet édifice a subi un glissement de terrain durant l’Antiquité, qui témoigne des risques que comporte la construction de tels édifices à Delphes. La catastrophe a généré une déformation importante des fondations du temple et séparé l’angle nord-ouest du péristyle du reste du monument. Les quatre colonnes (1‑4) se trouvent environ 2,50 m en arrière des colonnes 5 et 6, et leur stylobate 1,50 m plus haut.

  • 51 EFA, archives manuscrites DELPHES 1‑1924.
  • 52 « L’angle N.‑O. du péristyle a été brutalement rejeté à 2,50 m en arrière ; le stylobate s’est tro (...)

69Dans une lettre datée du 13 octobre 1923 et adressée à Charles Picard, directeur de l’École française d’Athènes, Joseph Replat explique très bien ce phénomène : « à mon avis tous les monuments de ce sanctuaire ont subi, comme ceux du sanctuaire d’Apollon, un mouvement de glissement plus ou moins prononcé du nord au sud ; ce glissement, étant donné la nature du sous‑sol, a occasionné aux édifices des affaissements inégaux »51. Ces explications ne sont pas celles qui figureront dans la publication, parue postérieurement52. Pourtant ces interprétations sont essentielles dans la compréhension de la topographie du sanctuaire. Nous constatons par exemple que les glissements de terrains sont extrêmement localisés ; alors que le Temple en tuf a glissé sur 3,75 m, les deux « trésors » voisins (SD 32‑33), ainsi que le mur de terrasse ancien qui protège au nord la terrasse des autels (SD 22) semblent tout à fait intacts.

  • 53 Ce dispositif n’est conservé aujourd’hui qu’à l’angle nord‑est du monument, mais une photographie (...)

70Suite à cet incident, un mur d’entrecolonnement a été bâti entre toutes les colonnes de la façade nord du temple, ainsi qu’entre les deux premières colonnes des façades est et ouest, afin de consolider l’extrémité nord du péristyle53. L’appareil à joints droits, parfois obliques, est très soigné. Les arêtes du parement sont chanfreinées, comme on le voit sur beaucoup de murs d’analemma du ive siècle. Les blocs sont en tuf, alors que ceux du temple sont extraits d’une dune oolitique. Les blocs du mur d’entrecolonnement épousent parfaitement les cannelures des colonnes, qui n’ont pas été retaillées mais laissées intactes (fig. 21). Par endroit, le mur n’épouse pas seulement le galbe de la colonne, mais aussi son dévers, causé par le glissement de terrain. Cette observation nous permet de dater l’incident qui a ruiné le temple au ive siècle, d’après l’aspect de taille des blocs du mur.

Fig. 21 – Photographie du joint entre les blocs du mur d’entrecolonnement et les fût des colonnes du Temple en tuf (SD 29).

Fig. 21 – Photographie du joint entre les blocs du mur d’entrecolonnement et les fût des colonnes du Temple en tuf (SD 29).

EFA / Mission Delphes-Marmaria, cl. Manon Bublot.

  • 54 Discussion du contexte et renvois bibliographiques dans Ducat 1967, p. 231‑233.
  • 55 Le fait que les colonnes n’aient pas été retaillées pourrait laisser penser qu’il s’agissait d’une (...)

71La découverte de fragments de sculpture architecturale en terre cuite lors des fouilles de 1901 au nord du monument54, alors même que les blocs du tympan nord du monument ne présentent pas de sculpture, pourrait s’expliquer par l’accident qui a ruiné le temple : lors de sa construction, le tympan nord, comme le tympan sud, était orné de sculptures, mais, suite à l’incident, il aurait été reconstruit plus rapidement et sans sculpture. Cette hypothèse, encore fragile, nécessite d’être approfondie : comment se présentait la partie supérieure (architrave, frise et toiture) de l’édifice à la suite de l’incident ? Le mur d’entrecolonnement était‑il un étaiement provisoire, dans l’attente d’une réfection complète, qui a fini par durer55 ? Ces questions restent en suspens.

72L’inventaire a révélé que de nombreux blocs de ce temple sont encore en bon état et qu’une nouvelle restauration est envisageable. Néanmoins, l’exemple d’un nouvel accident survenu en 1905 (chute de rochers), après une restauration importante réalisée vers 1902, montre qu’il serait inconséquent de réitérer des travaux dans cette zone sans procéder préalablement à une mise en sécurité au travers de murs de protection et de terrasses pouvant stopper de nouvelles chutes de rochers. Des recherches tectoniques et statiques font sens dans cette perspective, en adéquation avec les réflexions menées par l’Éphorie des antiquités de Phocide sur la conservation du site archéologique et sa mise en valeur.

La « zone des autels »

73Notre attention s’est également portée sur les autels et aménagements traditionnellement interprétés comme autels dans le secteur à l’est du Temple en tuf.

  • 56 Demangel 1925.
  • 57 Voir notamment Bommelaer 1996, fig. 11 p. 29, pl. H.T. 4.
  • 58 Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, p. 40 nos 11–12.

74Les fouilleurs de 1901, mais surtout Robert Demangel dans son étude topographique générale de Marmaria en 192556, ont rattaché au culte d’Athéna Pronaia plusieurs structures basses se trouvant à l’Est du temple, en en faisant des autels successifs de la déesse. Cette interprétation, reprise dans plusieurs restitutions graphiques successives57est sujette à caution, d’une part du fait de la présence d’autres cultes dans ce secteur, notamment celui d’Ilithyie, dont le nom (SD 26) est gravé sur la paroi du mur polygonal (SD 22) qui protège le secteur au nord, exactement dans l’axe de la structure la plus occidentale traditionnellement considérée comme un autel (SD 27), d’autre part par l’aspect de la structure principale (SD 25, souvent désigné comme « grand autel ») qui s’accorde mal avec l’hypothèse d’un autel construit. Il convient de réétudier avec grande attention ce secteur, en particulier la grande plate-forme SD 25 en élargissant son champ d’interprétation : structure sacrificielle, enclos, socle d’une construction ? Une chronologie relative, voire absolue, permettrait de mieux comprendre cette région qui semble plus ancienne que l’installation du Temple en tuf d’Athéna (SD 29), même si certaines inscriptions gravées sur des cippes en calcaire trouvés là datent du début du ve siècle58. Là aussi fouilles et sondages apporteront, espérons‑le, des informations nouvelles.

Conclusion

75Le réexamen des structures en place et des blocs errants (le catalogue de ces derniers est achevé, mais nécessite de revoir beaucoup de blocs) confirme tout l’intérêt d’avoir repris le dossier de la Terrasse de Marmaria, dont l’interprétation avait peu changé depuis les publications des années 1920. Nous constatons l’importance de relier les problèmes soulevés par chacun des édifices, ce que le mode de publication traditionnel n’avait pas permis de faire. Seul Robert Demangel avait tenté d’avoir un regard transversal et historique, mais sa retranscription des fouilles qu’il a menées dans les années 1920 est mal documentée, que ce soit par le dessin, les photographies ou le texte ; elle nécessite des investigations archéologiques complémentaires. Le fait de disposer à ce stade d’une documentation exhaustive du matériel architectural sur l’ensemble du site de Marmaria constitue un atout qui avait manqué à nos prédécesseurs.

76À l’issue du contrat quinquennal 2017-2021, les résultats obtenus par l’état des lieux de l’ensemble de la documentation relative à la terrasse de Marmaria impressionnent par leur rentabilité. C’est la première fois, à Delphes, qu’une étude envisage les données relatives à l’ensemble des vestiges mis au jour dans leur globalité. L’idée de remettre sur le métier l’étude de la vaste terrasse à l’est du ravin de Castalie pour faire suite au programme sur les sacrifices à Delphes et lui donner une étude de cas se révèle concluante et les résultats dépassent nos attentes.

  • 59 La question du tracé de la route antique par exemple, mais aussi la prise en compte des risques na (...)

77De nombreuses questions soulevées à Marmaria se posent également dans le secteur du Gymnase59, ce qui ne saurait surprendre compte tenu de la proximité des deux zones, ce que confirment les discussions avec Guy Ackermann qui a repris, en collaboration avec l’Éphorie des antiquités de Phocide, l’étude du Gymnase ; on ne peut donc que se féliciter de la reprise concomitante de l’étude de ces deux ensembles.

78Les nombreuses observations consignées entre 2017 et 2021 et les questionnements qu’elles ont suscités servent de base à l’élaboration d’un projet d’investigations sur le terrain que nous proposons à partir de 2022 ; Pierre Amandry écrivait déjà en 1981 : « l’École française peut envisager de nouveau le projet, dont l’exécution est depuis longtemps différée, de compléter la fouille du sanctuaire, dont elle sait qu’elle n’est pas achevée »60. L’enquête n’est pas terminée, elle arrive à une étape où des vérifications sur le terrain deviennent nécessaires, dans un triple objectif : 1) établir une séquence stratigraphique en plusieurs points de la terrasse de Marmaria, absente des fouilles conduites jusqu’à ce jour dans le secteur ; 2) compléter l’étude architecturale des monuments qui ont été édifiés sur la terrasse entre le vie siècle et le ive siècle avant J.‑C. ; 3) assurer la sauvegarde des vestiges et leur intégration dans le paysage archéologique, mais aussi environnemental et touristique.

Haut de page

Bibliographie

Amandry 1981
Pierre Amandry, « Chronique delphique », BCH 105.2, 1981, p. 673‑769.

Aubry 2016-2017
Marion Aubry, « Le sanctuaire d’Athéna Pronaia à Delphes : un état des lieux et historique des investigations sur le terrain (1838-2016) », Mémoires de master 1 et 2 sous la direction de Sandrine Huber, Université de Lorraine, 2016 et 2017, inédits.

Bommelaer 1996
Jean-François Bommelaer (dir.), Marmaria. Le sanctuaire d’Athéna à Delphes, Athènes, EFA, SitMon 16, 1996.

Bookidis 1983
Nancy Bookidis, « The priest’s house in the Marmaria at Delphi », BCH 107.1, 1983, p. 149‑155.

Bousquet 1984
Jean Bousquet, « L’atelier de la Tholos de Delphes », BCH 108, 1984, p. 199‑206.

Bousquet 1989
Jean Bousquet, CID II. Les comptes du quatrième et du troisième siècle, Athènes, EFA, 1989.

Daux 1923
Georges Daux, FD II. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia (Marmaria), chapitre deuxième : Les deux trésors. Relevés et restaurations par M. Y. Fomine et M. W. Lauritzen, Paris, de Boccard, 1923.

Demangel 1923
Robert Demangel, FD II. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia (Marmaria), Les temples de tuf. Relevés et restaurations par M. Y. Fomine et M. W. Lauritzen, Paris, de Boccard, 1923.

Demangel 1926
Robert Demangel, FD II. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia, 3. Topographie du sanctuaire, Paris, de Boccard, 1926.

Ducat 1967
Jean Ducat, FD II. La sculpture décorative en terre cuite, Paris, de Boccard, 1967, p 29‑269.

Fomine, Lauritzen 1925
Youri Fomine, Wilhelm Lauritzen, FD II. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia. 1er fascicule (planches), relevés et restaurations, Paris, de Boccard, 1925.

Guide de Delphes2 2015
Jean‑François Bommelaer, Guide de Delphes, dessins de Didier Laroche, 2e éd., Athènes, EFA, SitMon 7, 2015.

Hellmann 2006
Marie‑Christine Hellmann, L’architecture grecque, 2. Architecture religieuse et funéraire, Paris, Éditions A. et J. Picard, 2006.

Herrman 2013
Klaus Herrmann « Restaurierungsarbeiten am Zeustempel und Philippeion », in Helmut Kyrieleis (éd.), XIII. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Tübingen / Berlin, 2013, p. 51‑99.

Huber, Jacquemin, Laroche 2020
Sandrine Huber, Anne Jacquemin, Didier Laroche, « Sacrifices à Delphes », Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Grèce 2020 : https://journals.openedition.org/baefe/1319#tocto1n5

Ito 1997
Juko Ito, Architectural Measurements of the Sanctuary of Athena Pronaia in Delphi 1994-1996, Kumamoto University, Architectural Mission to Delphi, 1997, inédit.

Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012
Anne Jacquemin, Dominique Mulliez, Denis Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, Athènes, EFA, Études épigraphiques 5, 2012.

Laroche 2021
Didier Laroche, « Le temple d’Artémis à Delphes », in Hélène Aurigny, Cécile Durvye (dir.), Artémis près d’Apollon. Culte et représentation d’Artémis à Délos, Delphes, Claros et Didymes, Liège, PU, Kernos Suppl. 37, 2021, p. 201‑212.

Le Roy 1977
Christian Le Roy, « Pausanias à Marmaria (XXVIII) », in Études delphiques, Athènes, EFA, BCH Suppl. 4, 1977, p. 247‑271.

Le Roy, Schvoerer 1978
Christian Le Roy, Max Schvoerer, « Pausanias à Marmaria (XXIX) : une datation par thermoluminescence », BCH 102, 1978, p. 243‑261.

Marcadé 1953
Jean Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, I, Paris, de Boccard, 1953.

Marcadé 1979
Jean Marcadé, « Les métopes mutilées de la Tholos de Marmaria à Delphes », CRAI 123‑2, 1979, p. 151‑170.

Michaud 1977
Jean‑Pierre Michaud, FD II. Le sanctuaire d’Athéna Pronaia (Marmaria), Le temple en calcaire. Relevés et restaurations par Hans Jakobsen et Jean Blécon, Paris, de Boccard, 1977.

Pomtow 1913
Hans Pomtow, « Die beiden Bußtempel zu Delphi als Musterbeispiele altionischer und altdorischer Marmorarchitektur », Klio 13, 1913, p. 199‑248.

Robert 1939
Fernand Robert, Thymélé. Recherches sur la signification et la destination des monuments circulaires dans l'architecture religieuse de la Grèce, Paris, de Boccard, BEFAR, 1939.

Rousset 2002
Denis Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, Athènes, EFA, BEFAR 319, 2002.

Roux 1984
Georges Roux, « Trésors, temples, tholos », in Georges Roux (dir.), Temples et sanctuaires, Séminaire de recherche 1981-1983, Lyon, MOM, Travaux de la Maison de l’Orient 7, 1984, p. 153‑171.

Schleif 1944
Hans Schleif, « Das Philippeion. Baubeschreibung », in Olympische Forschungen 1, Berlin, De Gruyter, 1944, p. 1‑24, pl. 1‑21.

Travlos 1971
John Travlos, Bildlexikon zur Topographie des antiken Athen, Tübingen, E. Wasmuth, 1971.

von Thüngen 1994
Susanne Freifrau von Thüngen, Die frei stehende griechische Exedra, Mayence, Philipp von Zabern, 1994.

Haut de page

Notes

1 Huber, Jacquemin, Laroche 2020.

2 Aubry 2016 et 2017. Ces travaux universitaires ont bénéficié en 2016 d’un stage aux archives scientifiques de l’École française d’Athènes, sous la coordination d’Anne Rohfritsch, Calliopi Christophi et Elpida Chairi et, en 2017, d’un stage de récolement des mobiliers archéologiques, sous la direction de Sandrine Huber.

3 En dernier lieu : https://www.efa.gr/fr/recherche/activites-de-l-efa/1783-mission-d-etude-de-l-efa-sig-de-delphes-2020

4 Cependant il faut prendre en compte qu’une part importante des blocs inventoriés ne sont pas complets et que certains fragments doivent s’assembler. Ce paramètre fausse notre calcul, qui nous permet néanmoins d’avoir un ordre d’idée.

5 Se référer à la fig. 9 pour la numérotation des structures.

6 Michaud 1977.

7 Publié dans Fomine, Lauritzen, pl. I.

8 Ce bloc a été publié et étudié par Robert Demangel, Demangel 1926, p. 64.

9 Bousquet 1989, nos 67 à 72.

10 Marcadé 1953, 51, pl. X.1.

11 Michaud 1977.

12 Bookidis 1983 ; contra Bousquet 1984.

13 Voir notamment une lettre de Jean Bousquet à Robert Demangel, alors directeur de l’École française d’Athènes, datée du 6 août 1941 (archives manuscrites de l’EFA dossier Delphes 1‑1941).

14 Michaud 1977.

15 Ce calcul prend en compte un dallage sur toute la surface du temple, dallage restitué par Jean‑Pierre Michaud et Jean Blécon, mais selon une hypothèse qui est contestée dans la suite de ce rapport.

16 Ce pourcentage est approximatif dans la mesure où il faut prendre en compte qu’une part importante des blocs inventoriés ne sont pas complets et que certains fragments doivent s’assembler. Ce paramètre fausse notre calcul, qui permet néanmoins d’avoir un ordre d’idée.

17 Michaud 1977, p. 24.

18 Michaud 1977, p. 103‑119.

19 Les scellements en Π n’apparaissent que dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.

20 Les blocs du pilier des Rhodiens, daté de ca 323, sont techniquement en tous points identiques à ceux de SD 43.

21 Michaud 1977, p. 10.

22 Notons le désarroi de Susanne Freifrau von Thüngen sur la datation de l’exèdre, von Thüngen 1994, p. 168.

23 Une étude plus approfondie des blocs des fondations permettrait d’identifier d’éventuels réemplois.

24 von Thüngen 1994.

25 Nous continuons, ici, à utiliser le mot tholos, pour signifier l’édifice circulaire de marbre de Marmaria. Cependant, Fernand Robert, dans sa thèse sur les « thymélés » (Robert 1939, p. 413, 416), avait bien expliqué que ce terme renvoie à un système de couverture qui peut être en coupole, à l’intérieur et au‑dessus de l’espace considéré, et « en forme de tente » à l’extérieur. Nous suggérerons, dans une étude plus détaillée à venir, de qualifier tout simplement cet édifice de rotonde.

26 Ces fragments ont été assemblés de sorte à former deux murettes qui rendent leur observation difficile ; ces fragments n’ont donc pas été intégrés à l’inventaire des blocs.

27 Marcadé 1979, p. 153.

28 Une légère incertitude lors de la mesure de la corde et de la flèche, due à l’état de conservation des blocs, provoque des variations, pour le calcul du rayon, assez importantes.

29 Les autres tentatives de rapprochement réalisées ne permettaient pas d’obtenir six blocs, et aboutissaient à une longueur d’arc trop importante ; c’est pourquoi seule cette hypothèse de restitution a été retenue.

30 Guide de Delphes2 2015, p. 85‑86, 87 fig. 13.

31 Hellmann 2006, p. 315‑316.

32 Schleif 1944 ; Herrmann 2013, p. 76‑99.

33 Robert 1939, p. 413.

34 Daux 1923.

35 Ito 1997.

36 Rappelons que cette identification, qui ne repose que sur des présomptions, s’appuie en partie sur l’existence des lettres ΣΣΑΛ sur une architrave retrouvée à l’ouest de Castalie, mais qui ne saurait constituer un reste de dédicace originale.

37 Daux 1923.

38 Le Roy 1977 ; Le Roy, Schvoerer 1978.

39 Roux 1984, p. 156‑157.

40 C’est l’interprétation qu’avait donnée Hans Pomtow lors des premières fouilles, désignant ces deux édifices comme deux chapelles, Pomtow 1913.

41 Travlos 1971, p. 121‑123.

42 Laroche 2021, p.  201‑212.

43 Le fait qu’Hérodote ne mentionne pas le trophée pourrait s’expliquer par une réalisation ultérieure du monument, par exemple au Ve s. av. J.‑C., mais l’emplacement reste cependant incongru.

44 Est‑ce le support d’un décor métallique formant enveloppe au sommet de la dernière assise en marbre ?

45 Si de telles traces apparaissent sur certains relevés, c’est que le travail du marbre se confond ici avec les cassures des lits, parfaitement parallèles aux surfaces de pose et d’attente.

46 Rousset 2002.

47 Ces blocs ont été mentionnés plus haut dans la description du dépôt K.

48 Elles n’ont jamais été déplacées par la suite, mais recalées selon l’orientation des murs 20 et 24.

49 Demangel 1926, p. 86 et fig. 93 p. 85.

50 Nous avons bénéficié d’un premier avis, avant examen du bloc lui‑même, de Rachel Nouet, qui a notamment travaillé sur les mortaises de statues en bronze à Delphes.

51 EFA, archives manuscrites DELPHES 1‑1924.

52 « L’angle N.‑O. du péristyle a été brutalement rejeté à 2,50 m en arrière ; le stylobate s’est trouvé reporté dans le talus N. à près de 1,50 m plus haut que celui qui est resté en place. » Demangel 1923, p. 4.

53 Ce dispositif n’est conservé aujourd’hui qu’à l’angle nord‑est du monument, mais une photographie datée des premières fouilles nous a permis d’observer que le même dispositif existait au nord et à l’ouest.

54 Discussion du contexte et renvois bibliographiques dans Ducat 1967, p. 231‑233.

55 Le fait que les colonnes n’aient pas été retaillées pourrait laisser penser qu’il s’agissait d’une intervention provisoire. Néanmoins, il pourrait également s’agir d’un souci de construction, l’étaiement étant nettement plus efficace s’il épouse parfaitement les colonnes sinistrées.

56 Demangel 1925.

57 Voir notamment Bommelaer 1996, fig. 11 p. 29, pl. H.T. 4.

58 Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, p. 40 nos 11–12.

59 La question du tracé de la route antique par exemple, mais aussi la prise en compte des risques naturels (chutes de rochers et glissements de terrain) dans les deux cas.

60 Amandry 1981, p. 711.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La terrasse de Marmaria vue depuis la chaîne du Kirphis, au Sud.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Manon Bublot.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 2. Station de contrôle et de conduite du drone, 31 août 2017.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 3. Orthophotographie du site de Marmaria à Delphes et de son environnement, 31 août 2017.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, cl. Lionel Fadin.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 4. Clichés zénithaux des six édifices majeurs, 1er septembre 2017.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Lionel Fadin et Sandrine Huber.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Fig. 5. Conditionnements anciens et identification des trouvailles.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 6. Travaux d’inventaire architectonique sur la terrasse, 2018.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Sandrine Huber.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 7. – Étude des blocs errants sur la terrasse de Marmaria (dépôt J).
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, cl. Didier Laroche.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 8. Localisation des dépôts de l’inventaire des blocs errants.
Crédits EFA / mission Delphes‑Marmaria, Manon Bublot.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 9. Distribution des blocs errants sur la terrasse de Marmaria par monument.
Légende Vert : SD 43 ; bleu : SD 40 ; rose : SD 33 ; violet : SD 32 ; rouge : SD 29 ; gris : monuments indéterminés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 10. Plan des vestiges sur la terrasse de Marmaria avec la numérotation des structures (numérotation complétée en rouge, ajoutée lors de la mission 2018) (SD = Guide de Delphes2 2015).
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Manon Bublot (fond de carte Youri Fomine, 1925).
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 11. Coupe nord-sud des vestiges de SD 43
Crédits EFA / Henri Ducoux, inédit (date précise inconnue, entre 1938 et 1941) [EFA, planothèque 30809].
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 12. Blocs de SD 43 (dépôt I) : cassures autour des scellements disparus.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 13. Bloc du « Temple en calcaire » SD 43 (C‑032) incompatible avec la restitution publiée par J.‑P. Michaud et J. Blécon.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Nada Wehbé.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Titre Fig. 14. Restitutions comparées du soubassement du « Temple en calcaire » (SD 43).
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Manon Bublot.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 15. Bloc B‑044 : dossier de l’exèdre.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Anna Papadopoulou.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 16. Relevé et remise en place des neuf blocs du socle intérieur de la Tholos (SD 40).
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Anna Papadopoulou.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Fig. 17 : Élévations comparées des « trésors » et du Temple en tuf.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Didier Laroche.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 18. Relevé de la « Fondation sud » (SD 30).
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, Nada Webbe.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 19. Croquis du bloc fragmentaire F‑023 et restitution de la base de statue.
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, croquis Manon Bublot ; photomontage Didier Laroche.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 20 – Coupe sur le socle situé au fond de la cella du « Trésor ionique » (SD 33), restituant le bloc F‑023 à l’assise supérieure.
Crédits EFA / Jean Replat (1920), inédit [EFA, planothèque 2722].
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Fig. 21 – Photographie du joint entre les blocs du mur d’entrecolonnement et les fût des colonnes du Temple en tuf (SD 29).
Crédits EFA / Mission Delphes-Marmaria, cl. Manon Bublot.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5278/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Huber, Didier Laroche, Manon Bublot et Anne Jacquemin, « Delphes : les vestiges sur la terrasse de Marmaria, 2017‑2021 » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 25 juillet 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/5278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.5278

Haut de page

Auteurs

Sandrine Huber

Université de Lille, UMR 8164 HALMA

Didier Laroche

ENSAS, UMR 7044 ARCHIMEDE

Manon Bublot

architecte DE

Anne Jacquemin

Université de Strasbourg, UMR 7044 ARCHIMEDE

Haut de page

Responsables d’opération

Sandrine Huber

Université de Lille, UMR 8164 HALMA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Didier Laroche

ENSAS, UMR 7044 ARCHIMEDE

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search