Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2022Le désert oriental et le littoral...Ouadi el‑Jarf (2021)

2022
Le désert oriental et le littoral de la mer Rouge

Ouadi el‑Jarf (2021)

Responsable d’opération : Pierre Tallet
Notice rédigée avec Damien Laisney et Séverine Marchi

Entrées d’index

Établissement éditeur :

IFAO

Année de lʼopération :

2021

Lieux :

Mer Rouge

Anthroponymes :

Chéops

Nature de l'opération :

fouille
Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2021 (14 mars-20 avril et 12 septembre-15 octobre)

Autorité nationale présente : Aïd Mohamed Ahmed (inspectorat de Suez) représentait le ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17132 – Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf

Composition de l’équipe de terrain : Pierre Tallet, égyptologue, chef de mission (Sorbonne‑Université) ; Séverine Marchi, archéologue (CNRS‑UMR 8167 Orient & Méditerranée) ; Damien Laisney, topographe (CNRS‑Maison de l’Orient et de la Méditerranée) ; Aurore Ciavatti, égyptologue (Ifao) ; Adeline Bats, égyptologue (Sorbonne‑Université) ; Marie‑Hélène Barrière, dessinatrice (UMR 5189 HiSoMA) ; Hasan Mohamed Ahmed, restaurateur (Ifao) ; Ihab Mohamed Ibrahim, photographe (Ifao) ; Adel Farouk, intendant de chantier (MoTA)

Partenariats institutionnels :
– Sorbonne‑Université/CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe – Mondes pharaoniques
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– université d’Assiout
– Association Amers
– Institut universitaire de France (IUF)

Organismes financeurs :
– ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE)
– Honor Frost Foundation
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée/Sorbonne‑Université
– mécénat de la société Colas Rail

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​recherche/​archeologie/​ouadi-el-jarf/​

1La onzième campagne de la mission archéologique du Ouadi el‑Jarf s’est déroulée en deux phases : du 14 mars au 20 avril, puis du 12 septembre au 15 octobre 2021. L’équipe de 58 ouvriers de Gourna a été dirigée par le raïs Gamal Nasr al‑Din. En raison de la crise sanitaire, le nombre d’intervenants a encore dû être réduit au minimum cette année, et plusieurs études qui avaient été programmées (notamment celle des bois de bateaux et celle des tissus anciens) ont dû être reportées, ainsi que les expérimentations sur la chaîne opératoire des blocs de calcaire par Franck Burgos et Emmanuel Laroze.

2Trois zones du site ont malgré tout pu faire l’objet d’une fouille et d’une documentation détaillée au cours de ces deux opérations de terrain successives : le secteur des galeries G18‑G28, dans le prolongement du travail effectué depuis 2017 ; la zone littorale (zone 6), qui a fait l’objet de dernières vérifications, et la zone du « bâtiment intermédiaire », dont la documentation a été poursuivie. Parallèlement, l’étude des papyrus découverts sur le site a continué, et la préparation de deux monographies concernant deux composantes du site a considérablement progressé, l’une d’entre elles ayant été remise en septembre 2021 au pôle éditorial de l’Ifao.

1. Le travail dans la zone des galeries‑magasins

3L’intervention dans la zone des galeries‑magasins G18‑G28, placée sous la responsabilité de Séverine Marchi (CNRS, UMR 8167), s’est déroulée entre le 21 mars et le 20 avril 2021, puis du 15 septembre au 15 octobre. Le secteur, dont la fouille a débuté en 2017, compte 11 galeries, dont une double (G28A et B), aménagées dans le fond et en bordure orientale d’un ouadi situé au sud du système de magasins G1‑G17.

4Les travaux ont concerné cinq galeries (G24, G25, G26, G28A et B), dont les entrées et le système de fermeture avaient été fouillés en 2019 et 2020 (fig. 1).

Fig. 1. Ensemble des galeries du deuxième système de magasin, état de la fouille en avril 2021 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

Fig. 1. Ensemble des galeries du deuxième système de magasin, état de la fouille en avril 2021 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

© Ifao. 17132_2021_NDMCN_001

5La fouille de l’ensemble de ces magasins a été achevée et les dépôts anthropiques témoignant du dernier état d’occupation ont pu être analysés dans leur totalité. La fouille des magasins G27 et G18 s’est par ailleurs poursuivie par le dégagement de l’épaisse couche de colluvions qui recouvre les niveaux archéologiques, afin de préparer leur étude au cours de la prochaine campagne de mars‑avril 2022. Deux campagnes supplémentaires pourraient être à présent suffisantes pour achever la reconnaissance de l’ensemble des galeries‑magasins du site.

1.1. La galerie G24

6La galerie G24 est longue de 27 m pour une largeur de 3,10 m en moyenne. Son couloir d’accès, large de 1,45 m, dessert un palier et un escalier de cinq marches creusées dans le substrat rocheux sur toute la largeur de la galerie. Une première phase d’occupation, qui succède directement au creusement du magasin, a été reconnue à l’entrée de celui‑ci. Elle se caractérise par l’aménagement de trois dépressions circulaires de 0,70 m de diamètre en moyenne et surcreusées en leurs centres. Les traces d’un dépôt d’argile brune ont été observées au fond de chaque dépression et sur le pourtour de l’une d’entre elles. Des aménagements comparables ont déjà été observés dans plusieurs galeries du système G1‑G17 et interprétés comme des emplacements destinés à accueillir des tours de potiers en céramique, dont des exemplaires ont été retrouvés en nombre sur le site. Les dépressions servaient à enchâsser un pivot sur lequel pouvaient être adaptés des tours de même diamètre. L’entrée du magasin, éclairée et à l’abri des vents dominants, offrait des conditions de travail idéales pour les potiers qui fabriquaient les grandes jarres de stockage découvertes sur le site, et dont plusieurs centaines ont déjà été mises au jour en place dans les galeries G22 et G23. L’hypothèse d’une production de récipients à l’entrée de la galerie G24 est également appuyée par la présence, dans les remblais de pente déposés entre les systèmes de fermeture de G24 et G19, d’une épaisse couche de fragments de panses et de bords non cuits ainsi que d’éléments provenant du raclage des pots en cours de fabrication. Notons par ailleurs qu’un nombre important de coquilles de petits gastéropodes provenant de mer Rouge, probablement des Nerita sanguinolenta, ont été découvertes au fond des trois dépressions. L’une d’entre elles en contenait 205, de tailles variées, associés à un Trochus erithreus et à une coquille de bivalve indéterminé. Qu’ils aient été déposés volontairement ou abandonnés dans les trous avant l’utilisation de la galerie comme espace de stockage, la fonction de ces coquillages reste à déterminer. Leur concentration à ces emplacements précis laisse penser qu’ils ont néanmoins pu être utilisés lors du processus de fabrication des céramiques.

7Le mobilier archéologique découvert dans le niveau d’abandon consiste essentiellement en jarres de stockage qui étaient relativement bien préservées dans les huit premiers mètres du magasin. Le reste du dépôt est très fragmenté dans une couche de sédiment poudreux brun foncé résultant vraisemblablement de la décomposition des bois et des tissus déposés avec les céramiques. Environ 60 grandes jarres de stockage produites localement ont été dénombrées. Elles portent, pour la majorité d’entre elles, la formule « Grand est le Lion » (wr mȝj) mais plusieurs étaient inscrites au nom de l’équipe « Les connus du Double Horus d’or » (rḫw bjkwy nbw). En dehors de quelques fragments de cordes et de tissus imprégnés, le seul objet mis au jour dans ce niveau est une corne de bovidé travaillée pour être emmanchée. Elle porte une marque incisée en forme de L et les traces des pigments rouges qui devaient recouvrir sa surface à l’origine.

1.2. La galerie G26

8Long de 28 m et large de 3 m à 3,50 m, le magasin G26 contenait peu de mobilier en dehors du matériel nautique (bois de bateau, cordages et tissus imprégnés), d’un pic à gorge et de déchets de production céramique abandonnés près de l’escalier d’accès. Quelques jarres, dont deux seulement portaient une inscription rouge (un cercle contenant trois lignes horizontales pour l’une et la formule « Grand est le Lion » pour l’autre), ainsi qu’une grande céramique à large ouverture et fond plat, importée de la Vallée du Nil, étaient abandonnées dans la première moitié de la galerie (fig. 2).

Fig. 2. Céramiques dans la galerie G26 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

Fig. 2. Céramiques dans la galerie G26 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

© Ifao. 17132_2021_NDMPF_001

9Plusieurs fragments de tissus et de filets bien préservés complètent l’inventaire du mobilier jusqu’à présent découvert. Il faut également noter la présence, sur le sol, de deux zones cendreuses correspondant à des foyers circulaires et de plusieurs blocs de calcaire qui ont pu être utilisés pour surélever les pièces de bateau stockées à l’origine dans ce magasin.

1.3. La galerie G28B

10Les galeries G28A‑G28B forment un système comparable aux magasins G1A‑G1B et G15A‑G15B. La galerie principale G28A mesure 28,50 m. L’accès à l’annexe G28B s’ouvre dans sa paroi nord à 5 m de l’entrée et le sol du magasin se situe à environ 0,30 m au‑dessus du niveau de creusement de G28A. Un vestibule de 3 m de long creusé perpendiculairement à G28A dessert l’espace de stockage de 17 m de long pour 3,10 m de large, orienté vers le nord‑est. Le sol du magasin était entièrement recouvert de tessons appartenant à plus de 200 grandes jarres de stockage de production locale, la plupart portant la formule « Grand est le Lion ». Quelques exemplaires ont également livré la formule la plus souvent représentée sur le site « L’uræus <de Chéops> est <sa> proue » (mȝ wrr).

11Contrairement au magasin principal G28A à l’entrée duquel ont été mises au jour des pièces de bois appartenant à un bateau démonté, cette annexe semble avoir été exclusivement consacrée au stockage de jarres, tout au moins dans sa dernière phase d’utilisation. La galerie G28B, dont le dégagement a été finalisé en septembre, contenait également un dépôt important de ces jarres de stockage, très concentré dans les premiers mètres du magasin, puis devenant plus diffus dans l’extension de celle‑ci. Les marques qu’elles portent sont identiques à celles que portent les céramiques de la galerie adjacente G28A.

1.4. La galerie G25

12La galerie G25 renfermait dans ses premiers mètres d’importantes quantités de tissus, de bois de cordes et de filets. Elle contient également un dépôt de céramique, dont le lot est encore en cours d’étude et d’analyse. Longue de 28 m, elle est équipée dans son extension de deux petits murets de pierre accolés à sa paroi sud, disposés à 8 m l’un de l’autre, qui étaient probablement destinés à servir de support à des planches de bois de bateaux qui y étaient entreposées. Ce système – sans doute destiné à protéger ces dépôts de l’eau de ruissellement qui pourrait pénétrer dans la galerie – a déjà été reconnu à plusieurs reprises dans le complexe des galeries G1‑G17, mais c’est la première fois qu’il est mis en évidence dans ce deuxième ensemble de magasins.

1.5. Étude des céramiques de stockage

13Marie‑Hélène Barrière et Adeline Bats ont commencé cette année l’étude spécifique du mobilier céramique découvert dans l’ensemble de ce groupe de galeries ; celle‑ci doit se poursuivre au cours des prochaines campagnes de fouille. Essentiellement composé de grandes jarres de stockage (il a été possible d’en dénombrer plus d’un millier dans ce seul groupe de 12 galeries, l’ensemble n’ayant pas encore été fouillé), ce corpus permet de proposer une étude technique et fonctionnelle de ces contenants qui ont joué un rôle central dans l’approvisionnement du site et des expéditions qui en partaient. Cette étude s’insère également dans une nouvelle recherche développée par Adeline Bats sur les céramiques de stockage en Égypte et au Soudan ancien durant l’Ancien et le Moyen Empire. Pour le site du Ouadi el‑Jarf, l’étude de ce lot de jarres est absolument essentiel : il s’agit très probablement d’un « trousseau » équipant le site, qui a été renouvelé à trois reprises au cours de son histoire, comme en témoignent les marques que portent ces récipients, et qui avait pour but de constituer une vaste réserve d’eau artificielle permettant à des équipes nombreuses de travailler plusieurs mois dans ce complexe portuaire. Une meilleure appréhension de la chaîne opératoire ayant permis de les produire, des modalités exactes de leur transport et de leur utilisation, ainsi que l’estimation globale du volume qu’elles peuvent collectivement représenter sont donc des données fondamentales pour la compréhension du site.

2. Étude de la zone littorale du site

14Au cours de la campagne de mars‑avril 2021, une dernière série de vérifications a été effectuée sur les camps du bord de mer, qui avaient essentiellement été fouillés au cours des campagnes de 2013 et 2014. La documentation des ancres de bateau, qui ont été laissées en dépôt entre les bâtiments en peigne nord et sud de cette partie du site, a été sensiblement améliorée par la vérification systématique des inscriptions et marques de contrôles que celles‑ci portaient. L’étude qui découle de l’ensemble de cette documentation épigraphique a permis de bien mieux comprendre le processus mis en œuvre pour nommer les embarcations royales qui fréquentaient la côte : si celles‑ci portent individuellement des noms qui rappellent des épithètes royales, l’ensemble des noms des bateaux de la flotte constitue à son tour un programme extrêmement élaboré.

15L’ensemble des ancres a été restauré et systématiquement pesé – leur poids moyen est de 200 kg, avec une grande disparité entre les individus dont la masse varie entre 50 et 350 kg. Le poids total représenté par le dépôt est de l’ordre de 20 tonnes (soit 5 tonnes pour chacun des quatre navires que l’épigraphie nous a permis d’identifier), ce qui rapproche le poids embarqué par chacun d’entre eux de celui que l’on relève dans l’épave d’Ulu Burun, un bateau bien plus tardif mais construit selon les mêmes principes que ceux de l’Ancien Empire égyptien. La fouille des pièces dans lesquelles se trouvaient les ancres a permis de compléter notre connaissance des niveaux d’occupations datés de Chéops, avec la mise au jour de nombreux foyers alimentaires, d’outils, d’empreintes de sceaux, ainsi que celle d’un ostracon comptable qui avait été remployé dans la maçonnerie de l’un des murs (fig. 3).

Fig. 3. Ostracon comptable remployé dans l’un des murs du bâtiment nord des camps du littoral (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

Fig. 3. Ostracon comptable remployé dans l’un des murs du bâtiment nord des camps du littoral (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).

© Ifao. 17132_2021_NDMPM_001

3. Étude du bâtiment intermédiaire et de la zone 5

  • 1 https://journals.openedition.org/baefe/2674

16La fouille du bâtiment intermédiaire, qui avait été poursuivie lors de la campagne d’octobre‑novembre 20201, a été suspendue cette année, la priorité ayant été accordée à une série de vérifications sur le site du littoral, en cours de publication (voir supra). Il a néanmoins été possible de réaliser en septembre 2021 la fouille d’une petite station intermédiaire, située à équidistance des deux sites (1,1 km du bâtiment intermédiaire, 1,07 km du littoral). Les trois installations sont par ailleurs parfaitement alignées, comme si leur position avait été déterminée par une visée. Il s’agit d’un bâtiment réalisé de façon très soignée en pierres liaisonnées à l’argile, dont la technique de construction est très proche de celle du bâtiment intermédiaire. Fermé au nord et ouvert à son extrémité sud, il mesure 14,6 m de long (dans son extension nord‑sud) et 6,80 m de large (dans son extension est‑ouest). La fouille a révélé la présence d’un sol d’argile encore visible au nord du bâtiment, sous l’effondrement du mur nord. Le matériel qui y a été recueilli est très modeste : il est uniquement constitué d’une dizaine de tessons ayant appartenu à des grosses jarres de fabrication locale, mais assure néanmoins la contemporanéité de cette installation avec le reste des vestiges du site (règne de Chéops).

17Une saison est encore nécessaire pour fouiller les abords du bâtiment intermédiaire, sur la limite ouest et la limite sud du bâtiment, pour compléter la reconnaissance des niveaux les plus anciens de l’occupation de la zone, que l’on peut dater du règne de Snéfrou. La préparation de la publication de ce secteur a débuté.

Perspectives et publications en cours

18Si l’évolution de la crise sanitaire le permet, la mission archéologique du Ouadi el‑Jarf devrait retrouver son rythme normal au printemps 2022, pour sa 12e saison sur le terrain. La fouille des galeries‑magasins pourra ainsi se poursuivre, avec le dégagement des magasins G27 et G18, dont la préparation à la fouille a été engagée dès cette campagne de 2021. Une saison supplémentaire devrait parallèlement permettre de finaliser la fouille du bâtiment intermédiaire (dégagement de ses abords à l’ouest et au sud) et d’en entamer rapidement la publication. Enfin, les expérimentations menées par E. Laroze et F. Burgos dans la zone des carrières du site, pour restituer la chaîne opératoire de la production et du transport des blocs de fermeture des galeries, devraient également se poursuivre.

19La publication finale du rapport archéologique concernant la fouille des vestiges de la zone 6, réalisée par P. Tallet, G. Marouard et D. Laisney, intitulée Ouadi el‑Jarf I. Les installations du littoral, a été remise à l’Ifao en septembre 2021. Un deuxième volume (P. Tallet, G. Marouard, D. Laisney, S. Marchi, A. Ciavatti, Ouadi el‑Jarf II. Le premier système de galeries‑magasins [G1‑G17]), a pris un peu de retard par rapport à nos prévisions, mais devrait être finalisé et remis à l’Ifao dans le courant de l’année 2022.

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/baefe/2674

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ensemble des galeries du deuxième système de magasin, état de la fouille en avril 2021 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).
Crédits © Ifao. 17132_2021_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5504/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 2. Céramiques dans la galerie G26 (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).
Crédits © Ifao. 17132_2021_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. Ostracon comptable remployé dans l’un des murs du bâtiment nord des camps du littoral (Mission archéologique du Ouadi el‑Jarf).
Crédits © Ifao. 17132_2021_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Tallet, Damien Laisney et Séverine Marchi, « Ouadi el‑Jarf (2021) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/5504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.5504

Haut de page

Auteurs

Pierre Tallet

Égyptologue, chef de mission (Sorbonne‑Université)

Articles du même auteur

Damien Laisney

Topographe (CNRS‑Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

Articles du même auteur

  • Ouadi el-Jarf (2020) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Désert Oriental (2020) [Texte intégral]
    Stathmoi et metalla. Exploiter et traverser le désert Oriental à l’époque ptolémaïque
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Séverine Marchi

Archéologue (CNRS‑UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Tallet

Égyptologue, chef de mission (Sorbonne‑Université)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search