Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2022CycladesEspaces de production et histoire...

2022
Cyclades

Espaces de production et histoire des techniques à Délos (II) : fouleries, meuneries, boulangeries et autres activités de production

Responsables d’opération : Enora Le Quéré et Nicolas Monteix

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Lieux :

Délos
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de la l’opération : 5‑23 mai 2021

Autorité nationale présente : Dimitris Athanasoulis, Éphorie des Cyclades

Composition de l’équipe : La campagne s’est déroulée sous la responsabilité de Enora Le Quéré (Université de Rouen-Normandie ; GRHis) et de Nicolas Monteix (Institut Universitaire de France ; GRHis), accompagnés de deux étudiantes en Master d’Archéologie, Andromeda Liberiou (Université de Leyde) et Christina Siali (Université de Tübingen).

Partenariats institutionnels : École française de Rome, École française d'Athènes, Soprintendenza di Pompei, Éphorie des Cyclades, Institut universitaire de France, GrHis (Université de Rouen).

Établissements porteurs de l’opération : EFA

Texte intégral

Remerciements : Nous remercions l’Éphorie des Cyclades (Εφορεία Αρχαιοτήτων Κυκλάδων) pour nous avoir permis de travailler dans les meilleures conditions, et tout particulièrement M. Dimitris Athanasoulis, Éphore des Cyclades.
Cette campagne d’étude s’inscrit dans un projet plus large (« DELPO : Espaces urbains de production et histoire des techniques à Délos et à Pompéi ») faisant partie des programmes de recherche quinquennaux de l’École française d’Athènes et de l’École française de Rome. Elle a pu se dérouler également grâce au soutien financier de l’Institut Universitaire de France et du Groupe de Recherche d’Histoire (GRHis) de l’Université de Rouen-Normandie.

Données scientifiques produites :
Délos par l’EFA
DELPO par le RESEFE

1Dans la lignée des opérations que nous avons menées précédemment, cette campagne 2021 de nettoyages de surface et de relevés visait à analyser plus précisément deux types d’activités présentes sur l’île, à travers l’étude des espaces urbains liés à la production textile d’une part, et de ceux liés à la production alimentaire d’autre part. Il s’agissait enfin d’étudier les vestiges de différents types de fours repérés sur l’île, afin de tenter d’en préciser les fonctions.

La foulerie de la pièce k de la maison III K

Description

  • 1 Chamonard 1922, p. 42, 183 ; Chamonard 1924, p. 238, 309.
  • 2 Trümper 1998, no 61 p. 275‑276.
  • 3 Trümper 1998, p. 276.
  • 4 Bouet (éd.) à paraître, no L48.

2La Maison III K a été dégagée au tout début du xxe siècle, lors des grandes fouilles entreprises dans le Quartier du Théâtre (fig. 1)1. Dans sa forme actuelle, cette maison est le résultat de l’intégration de plusieurs constructions précédentes et échelonnées dans le temps. M. Trümper en a restitué l’évolution générale et établi une chronologie relative pour les murs et les groupes de pièces qui la constituent, ce qui lui a permis de déterminer cinq états successifs s’échelonnant dans le temps entre le iiie et la fin du iie ou le début du ier s. av. J.‑C.2. Dans le cinquième et dernier état, la maison fut agrandie – elle atteignit alors une surface de 420 m² – par l’ajout du vestibule k s’ouvrant sur une ruelle nord (fig. 2). Ce vestibule, d’une surface de 13 m², a été construit en même temps que celui de la Maison III L voisine, ouvrant lui aussi sur la même ruelle. À la même époque, la cour f fut réduite en surface par la construction de la pièce i, qui pourrait être une exèdre, et les seuils de différentes pièces furent considérablement relevés3. Avec ce vestibule k, la Maison III K gagna non seulement une seconde entrée – l’entrée principale, à l’est du vestibule a, ouvre sur la ruelle au sud de la Maison de Cléopâtre (fig. 1) – mais également des latrines, disposées dans le renfoncement sud de ce dernier. Ces latrines ont été étudiées de manière exhaustive par A. Bouet, à la notice duquel nous renvoyons4.

Fig. 1. Plan de la Maison III K du Quartier du Théâtre et emplacement de la pièce k.

Fig. 1. Plan de la Maison III K du Quartier du Théâtre et emplacement de la pièce k.

Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.

Fig. 2. Plan du vestibule k de la Maison III K.

Fig. 2. Plan du vestibule k de la Maison III K.

Échelle : 1/20.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

  • 5 Sur ce point, voir aussi les remarques de Bouet (éd.) à paraître, no L48.

3Le sol du vestibule est dallé de gneiss. On remarque cependant une différence entre la partie nord, couverte de grandes dalles, et le renfoncement sud dans lequel sont installées les latrines, dont les dalles sont de dimensions plus modestes5. De même, le niveau constitué par les grandes dalles est surélevé de quelque 8 cm par rapport à celui de la partie sud ; un décrochement est par ailleurs très nettement visible sur le côté oriental de la grande dalle la plus méridionale (fig. 2). Ces différences de niveaux et de mise en œuvre du dallage pourraient traduire la présence d’une cloison intermédiaire, probablement en bois.

4Au nord de l’égout des latrines, un bassin maçonné est aménagé contre la paroi occidentale du vestibule. Creusé dans le sol, il présente un plan grossièrement quadrangulaire (0,76 x 0,70 m) et une profondeur de 0,56 m. Il est délimité par des parois verticales montées en petits moellons de gneiss, à l’exception de celle du nord, constituée de deux dalles de gneiss superposées, disposées de chant (fig. 3). Ces parois étaient recouvertes d’un mortier de tuileau de 2 à 3 cm d’épaisseur – bien conservé à l’ouest et seulement réduit à l’état de traces ailleurs –, destiné à les imperméabiliser. Un mortier de même nature avait été appliqué sur le mur ouest, dont des traces sont encore visibles jusqu’à environ 0,30 m au‑dessus du bassin. Dans le fond de ce bassin, une vasque en marbre blanc (diam. int. 0,42 m ; prof. 0,40 m), d’une capacité de 31,30 litres, est encastrée et entourée d’un sol en béton de tuileau, très mal conservé, destiné à l’étanchéifier (fig. 4). L’ensemble de la structure, d’une profondeur totale de 0,96 m, avait une contenance de 0,23 m3.

Fig. 3. Bassin maçonné et vasque en marbre. Vue de l’est.

Fig. 3. Bassin maçonné et vasque en marbre. Vue de l’est.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-059.

Fig. 4. Coupe sud‑nord sur la latrine et les bassins du vestibule k.

Fig. 4. Coupe sud‑nord sur la latrine et les bassins du vestibule k.

Échelle : 1/20.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

5Immédiatement au nord se trouve une autre structure quadrangulaire creusée dans le sol (0,59 x 0,40 m), délimitée au sud par les dalles de gneiss posées de chant, les autres parois étant là encore montées en petits moellons de gneiss (fig. 2‑4). Aucune trace de mortier de tuileau n’est à ce jour visible sur ces parois. Nous avons pu nettoyer cette structure jusqu’à une profondeur de ca. 0,50 m, sans toutefois pouvoir en atteindre le fond. En effet, elle est aujourd’hui en grande partie recouverte par le dallage et du béton moderne qui en empêchent l’étude complète.

6Cette disposition résulte des restaurations du sol qui ont suivi la fouille, et il est probable qu’il y ait eu dans le prolongement, le long du mur ouest du vestibule, d’autres structures identiques. En effet, sur le plan publié par J. Chamonard, aucun de ces aménagements n’apparaît, pas même le bassin avec la vasque en marbre, ce qui est pour le moins surprenant (fig. 5). En revanche, il a fait figurer, le long du mur ouest, deux traits parallèles en pointillés, coupés à environ 1,10 m du seuil par ce qui semblerait être une dalle posée de chant, qui pourrait alors correspondre à la limite nord d’un troisième bassin. À l’endroit où J. Chamonard fait figurer cette cloison, subsistent aujourd’hui deux encoches quadrangulaires creusées dans la dalle située au nord (fig. 2), pouvant éventuellement correspondre aux vestiges de cet aménagement. Notons par ailleurs que les dalles de gneiss de la partie orientale du vestibule, telles qu’elles sont représentées sur ce plan, ne correspondent plus du tout à l’état du sol tel que l’on peut l’observer actuellement. Il apparaît donc clairement qu’une grande partie du dallage de la pièce a été restaurée après les fouilles, comme le prouve par ailleurs l’usage d’une chape de béton moderne le long du mur ouest.

Fig. 5. Le vestibule k sur le plan de J. Chamonard.

Fig. 5. Le vestibule k sur le plan de J. Chamonard.

D’après Chamonard 1922, pl. V‑VI.

  • 6 Bouet (éd.) à paraître, no L48.

7En l’état actuel, il est impossible de savoir si les structures mises au jour étaient recouvertes dès l’Antiquité par le dallage de gneiss, qui aurait alors été retiré par les fouilleurs puis en partie de nouveau restauré, ou bien si elles étaient découvertes et recouvertes ensuite seulement au moment de la restauration. Dans le cadre de la première hypothèse, comme l’a fait remarquer A. Bouet, on pourrait se trouver en présence d’un « repentir architectural »6 : c’est‑à‑dire qu’une rangée de trois bassins avait été prévue et construite, mais que seul l’un d’entre eux – le plus méridional – aurait véritablement été terminé, aménagé et utilisé, les autres étant finalement recouverts par le dallage. Dans la seconde hypothèse, un ou deux bassins rectangulaires se trouvaient au nord de celui encore visible, hypothèse qui pourrait être corroborée par le fait que l’on observe des traces de mortier de tuileau sur le mur ouest, à ca. 0,25 m au‑dessus de l’éventuel troisième bassin. Seule une reprise des fouilles dans ce secteur pourrait éventuellement permettre d’aller plus loin dans les observations.

Interprétation

8L’architecture générale du bassin et de la vasque conservés, ainsi que le souci d’étanchéité dont témoignent le béton de tuileau et l’enduit hydraulique, correspondent en tout point aux aménagements que nous avons observés ailleurs à Délos lors des campagnes précédentes, et qui appartenaient à des ateliers de foulons (« boutique » 1 de la Rue 1 du Théâtre, « boutique » 1 de la Rue supérieure du Théâtre, « boutique » 4 de la Rue du Théâtre)7. Nous pouvons donc considérer avoir ici également les vestiges d’une stalle de foulerie, la hauteur entre le fond de la vasque et le sommet des parois du bassin permettant au foulon d’y appuyer ses avant‑bras8. Comme dans les trois autres fouleries déliennes, on constate qu’un point d’approvisionnement en eau se situe à proximité immédiate de la stalle, permettant au foulon de puiser l’eau nécessaire à ses activités : il s’agit ici du puits encastré dans le mur nord de la pièce i, donnant sur le petit couloir séparant le vestibule k de la cour (fig. 1).

  • 9 Le cas de la foulerie de la Rue 1 du Théâtre est plus problématique, car il n’est pas possible de (...)
  • 10 Siebert 2001, p. 56.

9Quelques différences sont à souligner néanmoins par rapport aux trois autres fouleries repérées jusqu’à présent à Délos. L’une tient tout d’abord au nombre de stalles : les autres ateliers du Quartier du Théâtre possèdent en effet deux ou trois stalles, tandis qu’il semble n’y en avoir eu qu’une seule dans le vestibule k, bien que la construction de deux autres ait pu être prévue. Surtout, les trois autres fouleries constituaient des espaces de production séparés, donnant sur la rue mais non liés à un espace domestique, ce qui leur a d’ailleurs valu l’appellation traditionnelle de « boutiques » ou d’« ateliers-boutiques »9. Dans le cas présent, la stalle est installée dans le vestibule d’une vaste demeure, donnant certes sur une ruelle, mais placée aux côtés de latrines et en contact direct avec la cour principale de la maison. Ces observations seront à approfondir dans le cadre d’une publication ultérieure, dans la mesure où l’on touche ici à des problématiques très intéressantes concernant aussi bien la typologie des ateliers, que leur capacité de production ou encore le rapport entre lieu de production et habitat. Contentons‑nous de souligner pour le moment qu’une autre structure tout à fait similaire – vasque en marbre encastrée dans un bassin quadrangulaire délimité par une dalle posée de chant, le tout étanchéifié par du mortier et du béton de tuileau et accolé à un autre bassin quadrangulaire recouvert d’enduit hydraulique – a été repérée à l’est de la pièce EM de l’Habitation I de l’Îlot des Bronzes (Quartier du Lac), occupée par des latrines10. Le nettoyage et l’étude de cet aménagement lors de notre prochaine campagne permettront d’affiner ces observations.

  • 11 Trümper 1998, p. 276 ; Bouet (éd.) à paraître, no L48.

10L’état 5 de la Maison III K, et donc la construction du vestibule avec ses latrines et sa stalle de foulerie, ne sont pas datés avec précision, mais seraient à replacer dans la toute fin du iie s. ou au début du ier s. av. J.‑C.11.

De nouvelles meuneries et boulangeries déliennes

Les meuneries et meuneries-boulangeries situées le long de la Rue du Théâtre

Les « boutiques » 27, 33 et 50 : des meuneries

  • 12 Chamonard 1922, p. 209‑211.

11Ces trois « boutiques », situées le long de la Rue du Théâtre (fig. 6), ont été dégagées à la fin du xixsiècle et au tout début du xxe siècle12. Leur nettoyage fut relativement aisé car leur sol a été presque entièrement bétonné lors de travaux de restauration, ce qui limite malheureusement les observations et les interprétations possibles.

Fig. 6. Emplacement des boutiques 27, 33, 41, 49 et 50 le long de la Rue du Théâtre.

Fig. 6. Emplacement des boutiques 27, 33, 41, 49 et 50 le long de la Rue du Théâtre.

Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.

12La « boutique » 27 est composée de deux pièces en enfilade (et b), accessibles depuis la rue par une porte située juste en face de la petite entrée de la Maison du Dionysos (GD 120) (fig. 6 et 7). Dans la première pièce, d’une surface de 16,7 m², le seul vestige encore visible est une immense scorie de fer qui a été déposée sur le sol bétonné. On accédait à la seconde pièce depuis la première par une porte aménagée dans son mur ouest, mais également depuis la ruelle dallée située au nord, par l’intermédiaire de deux portes ouvertes dans son mur septentrional. On ne peut toutefois déterminer si ces deux entrées étaient contemporaines ou si elles relèvent de deux états successifs. Au fond de cette pièce, d’une surface de 26 m², un grand puits quadrangulaire (0,71 x 0,70 m), entouré de dalles de gneiss et de marbre blanc, est creusé contre son mur ouest. Au sol, les restes d’un dallage de gneiss formant un quart de cercle sont visibles contre le mur sud, juste en face de la première porte. Bien qu’ils soient ici très mal conservés, il faut reconnaître dans ces vestiges les restes d’un dallage en forme d’anneau (fig. 7). Ce type d’installation, que l’on retrouve dans de nombreux locaux à Délos et dont nous avons déjà étudié plusieurs exemplaires lors des campagnes précédentes, indique l’emplacement d’un moulin rotatif, probablement de type délien13. Le diamètre externe restituable de cet anneau de gneiss est d’environ 3,20 m : il occupait ainsi les deux tiers ouest de l’atelier. Notons que dans la partie orientale de la pièce, en face de la deuxième porte septentrionale et du seuil reliant les pièces a et b, une rangée de six dalles de gneiss est conservée, indiquant que cette partie de l’atelier était probablement également dallée.

Fig. 7. Plan de la meunerie 27.

Fig. 7. Plan de la meunerie 27.

Échelle : 1/50.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

13La « boutique » 33, située à une vingtaine de mètres au nord de la précédente était, elle aussi, accessible depuis la Rue du Théâtre, mais également depuis la ruelle sud, par l’intermédiaire d’une porte ouverte dans le renfoncement du mur sud de la pièce principale (fig. 6 et 8). D’une surface de 36 m², elle était dotée d’une petite arrière-boutique ou pièce de stockage (?) de 3 m², à laquelle on accédait par l’intermédiaire d’une baie ouverte dans son mur occidental. Cette petite pièce possédait également une porte qui donnait au sud sur la ruelle et la petite cour adjacente, mais elle fut bouchée à une époque que l’on ne peut déterminer. Le tiers occidental de la pièce est occupé par un dallage de gneiss en forme d’anneau (diam. ext. 3,10 m ; diam. int. 1,40 m), parfaitement conservé. Là encore, ces vestiges indiquent l’emplacement d’un moulin rotatif. Notons que des dalles de plus petites dimensions ont également été disposées dans l’angle sud-ouest de la pièce, tandis que l’angle nord-ouest, en l’état actuel, en est dépourvu (fig. 8). Deux fragments d’une table ronde en marbre blanc sont également actuellement déposés sur le sol, pouvant éventuellement être mis en relation avec les activités de production qui se déroulaient dans cet espace.

Fig. 8. Plan de la meunerie 33.

Fig. 8. Plan de la meunerie 33.

Échelle : 1/50.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

14Enfin, la « boutique » 50, d’une surface de 20 m², située à l’angle de la Rue du Théâtre et de la Rue 5, était accessible depuis ces deux voies par une porte ouverte dans ses murs ouest et sud (fig. 6 et 9). Les murs nord et est de la pièce étant très arasés, il n’est pas possible de déterminer si elle communiquait également avec d’autres pièces adjacentes. Une grande niche rectangulaire est néanmoins conservée dans la partie occidentale de son mur sud. Le quart nord-est de la pièce est occupé par un dallage de gneiss en forme d’anneau (diam. ext. 2,70 m ; diam. int. 1,50 m), indiquant là encore l’emplacement d’un moulin rotatif (fig. 9). En son centre a été déposé un grand mortier en marbre blanc veiné de gris, à pied tronconique et possédant deux oreilles quadrangulaires opposées, dont l’une est brisée (fig. 10). Si cet objet a bien été retrouvé dans cette pièce lors des fouilles et non déposé là par hasard ultérieurement, il serait alors à mettre en relation avec les activités de mouture qui s’y déroulaient.

Fig. 9. Plan de la meunerie 50.

Fig. 9. Plan de la meunerie 50.

Échelle : 1/50.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

Fig. 10. Mortier en marbre déposé dans la meunerie 50.

Fig. 10. Mortier en marbre déposé dans la meunerie 50.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-112.

La « boutique » 41 : une grande meunerie-boulangerie

15La « boutique » 41, située à une vingtaine de mètres au nord de la meunerie 33 et à une quarantaine de mètres au sud de la meunerie 50, est composée de deux pièces en enfilade (et b) accessibles depuis la Rue du Théâtre (fig. 6 et 11). Une porte, ouverte dans la partie sud du mur occidental de a – bouchée à une époque indéterminée – mettait à l’origine les deux pièces en relation. Dans le mur ouest de b, une porte ouvre sur une petite pièce trapézoïdale (6 m²), au sol en terre battue, qui communiquait avec la cour de la Maison III X. Cette pièce a éventuellement pu faire office d’arrière-boutique ou de pièce de stockage.

Fig. 11. Plan de la meunerie-boulangerie 41.

Fig. 11. Plan de la meunerie-boulangerie 41.

Échelle : 1/50.

EFA / mission DELPO, relevé, dessin E. Le Quéré.

16On retrouve dans la pièce b, d’une surface de 30 m², toutes les caractéristiques permettant d’identifier cet espace comme étant une meunerie. En effet, deux dallages de gneiss en forme d’anneaux sont conservés, placés en diagonale, l’un dans le quart nord‑est de la pièce (diam. ext. 3,40 m ; diam. int. 2,00 m), l’autre dans le quart sud‑ouest (diam. ext. 3,50 m ; diam. int. 2,10 m) (fig. 11‑12). Cette meunerie était donc dotée de deux moulins rotatifs vraisemblablement contemporains, puisque l’on s’est efforcé pour les installer de « rentabiliser » l’espace disponible dans l’atelier.

Fig. 12. La meunerie 41. Vue du sud-ouest.

Fig. 12. La meunerie 41. Vue du sud-ouest.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-096.

17Les vestiges conservés dans cette meunerie permettent d’observer un détail supplémentaire très intéressant. Au centre de chacun des deux anneaux se trouve une structure délimitée par trois dalles de gneiss disposées en triangle (fig. 12). Celle située au nord‑est, dont seules deux dalles subsistent, ne peut plus être observée en détail car elle fut bétonnée lors des travaux de restauration. En revanche, celle située au sud‑ouest a été conservée. Il s’agit d’une cavité quadrangulaire (0,18 x 0,17 m) construite à l’aide de quatre assises de petits moellons de gneiss, fermées au sommet, au niveau du sol, par les trois dalles de gneiss susmentionnées, disposées en triangle (fig. 13). On avait coulé au fond de cette cavité, d’une profondeur de 0,20 m, du mortier dont on peut encore observer quelques traces. Tout laisse penser qu’il s’agit ici d’un système permettant de fixer l’axe vertical, en bois ou en métal, du moulin rotatif. C’est ce même aménagement qu’il faut également restituer au centre du dallage nord‑est. Ce système, d’un type encore inédit à Délos, fera prochainement l’objet d’une étude plus approfondie dans le cadre d’une synthèse sur les meuneries et les moulins déliens.

Fig. 13. Système de fixation au centre du dallage sud-ouest et détail du mortier coulé au fond.

Fig. 13. Système de fixation au centre du dallage sud-ouest et détail du mortier coulé au fond.

EFA / mission DELPO, clichés E. Le Quéré). N967-097 et N967-098.

18Enfin, dans l’angle nord‑ouest de l’atelier, cinq blocs de poros disposés de chant sont placés en arc‑de‑cercle, fermant ainsi l’angle de la pièce (fig. 14). Trois autres blocs, aujourd’hui disposés à l’arrière des précédents, devaient former une deuxième assise. Il faut très vraisemblablement reconnaître dans cette structure le même type d’aménagements que ceux que nous avons mis en évidence lors des campagnes précédentes dans les meuneries du Quartier du Lac. Il s’agirait des vestiges d’une plateforme en quart de cercle construite dans l’angle de l’atelier, qui permettait l’installation d’un moulin à trémie dit « d’Olynthe », le levier étant dans ce cas fixé dans un trou du mur à l’angle de la pièce14. Cela prouve encore une fois que deux types de moulins – à trémie de type olynthien et rotatif de type délien –, et par conséquent deux types de moutures, pouvaient être utilisés conjointement au sein d’un même atelier. Des fragments de meules en basalte provenant de moulins rotatifs de type délien et de moulins à trémie, peut‑être retrouvés dans cette pièce, sont par ailleurs déposés sur le sol.

Fig. 14. Muret en arc de cercle dans l’angle nord‑ouest de la meunerie 41. Vue du sud‑est.

Fig. 14. Muret en arc de cercle dans l’angle nord‑ouest de la meunerie 41. Vue du sud‑est.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-093.

  • 15 Chamonard 1906, p. 589 ; Chamonard 1922, p. 212.
  • 16 Chamonard 1922, p. 212.

19La porte permettant d’accéder à la pièce a n’est pas située au centre du mur mais décalée vers le sud, ce qui tend à prouver qu’à un moment donné de leur histoire, ces deux pièces communiquaient : on s’est efforcé de placer le passage dans le seul espace laissé libre après l’installation des deux moulins. Dans la pièce a, d’une surface de 35 m², les fouilleurs ont retrouvé deux très grandes tables en marbre15. L’une, intacte, en marbre blanc (1,50 x 0,66 m), à bordure saillante et percée d’un trou d’écoulement dans l’un des angles, est aujourd’hui déposée dans la boutique 39 adjacente. L’autre, brisée en six fragments (restaurés depuis), en marbre gris (2,12 x 1,07 m), est encore visible dans la pièce a, ainsi que les deux pieds quadrangulaires en basalte qui la supportaient. Elle présente en son centre un creusement dû au frottement. C’est également dans cette pièce que fut retrouvé, dans une niche creusée dans le mur nord, un bas‑relief représentant Hermès à la tête de bélier16. Notons enfin que l’angle nord‑ouest de la pièce est couvert d’un dallage de gneiss.

20Mais c’est surtout une autre installation – mentionnée par J. Chamonard uniquement dans sa publication de 1906, représentée sur le plan qu’il a publié en 1922-1924, mais pas dans l’Atlas de Délos – qui a retenu notre attention17. En effet, à l’angle nord‑est de la pièce, se trouve un aménagement circulaire, dont il ne reste presque rien aujourd’hui, mais qui était beaucoup mieux conservé au moment de sa découverte, comme le prouve la photographie publiée par J. Chamonard (fig. 15). Son sol, situé au même niveau que le sol aujourd’hui bétonné, était composé d’un cercle de 0,91 m – dont seule la moitié occidentale est conservée – revêtu d’un dallage de gneiss18. Tout autour, sur les trois quarts de sa surface, s’élevaient des parois – conservées aujourd’hui sur quelques centimètres seulement – construites en terre mêlée à des fragments de tuiles de grande dimension et à des petites pierres (fig. 16). Le quart oriental de cette installation était en revanche libre de toute élévation. D’après ce qu’il reste in situ et ce que l’on peut observer sur la photographie prise au moment des fouilles, cette construction était à l’origine entourée d’un muret en moellons de gneiss s’appuyant directement sur le mur nord de la pièce. Sur la photographie, une fine couche de terre cuite recouvrant les parois internes de la maçonnerie est également visible. Tout indique qu’il s’agit ici d’un four de type klibanos, d’une construction proche de celui que nous avons étudié dans la meunerie-boulangerie 34 de l’édifice commercial au nord du Lac19. Dans ces fours, la sole est verticale car constituée par les parois internes : la pâte à cuire est plaquée sur la paroi de terre préalablement chauffée par un foyer situé sur le fond du four. Immédiatement à l’ouest de ce four, un récipient en terre cuite était enfoncé dans le sol.

Fig. 15. La pièce 41a au moment des fouilles, avec les vestiges du klibanos au premier plan.

Fig. 15. La pièce 41a au moment des fouilles, avec les vestiges du klibanos au premier plan.

D’après Chamonard 1922, fig. 93.

Fig. 16. Le four (klibanos) situé dans l’angle nord‑est de la pièce 41a. Vue du sud.

Fig. 16. Le four (klibanos) situé dans l’angle nord‑est de la pièce 41a. Vue du sud.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-086.

21Tout porte ainsi à croire que nous sommes ici en présence d’une boulangerie. Les tables en marbre, si elles sont contemporaines de l’utilisation du klibanos, ont pu être utilisées pour certaines activités de boulangerie (pétrissage, formation des pâtons ou galettes, etc.). Ainsi, les pièces a et b pourraient faire partie d’un même atelier, plus grand que les précédents au vu de l’espace (65 m² au total) et des installations artisanales disponibles, qui concentrait dans une pièce les activités de mouture et dans l’autre celles de cuisson.

Quelques remarques interprétatives

22Dans les ateliers décrits comme dédiés aux seules activités de mouture, on ne peut exclure que des activités de cuisson y eussent également lieu. En effet, dans l’édifice commercial au nord du Lac, nous avons observé dans plusieurs cas, dans la même pièce, la présence d’un moulin rotatif et, dans l’angle opposé, celle d’un klibanos20. C’est le cas également dans la meunerie-boulangerie 7 de la Rue Supérieure du Théâtre, où un klibanos est conservé dans l’angle nord‑est tandis que le moulin se trouvait dans l’angle sud‑ouest. Il en allait de même, d’après le plan publié par J. Chamonard, dans la « boutique » 26 de la Rue du Théâtre, où un klibanos – bien plus certainement qu’un pithos – fut découvert dans l’angle sud‑ouest, tandis qu’un moulin occupait l’angle nord‑ouest de l’atelier (fig. 17)21. En raison de leur très grande fragilité et de la méconnaissance de ces structures, ces fours sont souvent passés inaperçus ou n’ont pas survécu au passage du temps – comme le prouve l’état de celui de la boulangerie 41. Il est donc possible que les meuneries 27, 33 et 50 aient également accueilli des activités de boulangerie, mais dont il ne reste aucune trace aujourd’hui.

Fig. 17. Plan de la pièce 26 au moment de la fouille.

Fig. 17. Plan de la pièce 26 au moment de la fouille.

D’après Chamonard 1906.

23Par ailleurs, il conviendra, dans une étude à venir, de synthétiser toutes ces données afin d’en tirer quelques conclusions aussi bien en termes de techniques, qu’en termes d’histoire économique et sociale ou encore d’urbanisme. On remarque par exemple que tous ces ateliers possédaient à la fois une grande porte donnant sur la rue, sans doute réservée à l’accès de la clientèle, et une ouverture donnant sur une ruelle ou une cour arrière, à chaque fois située au même niveau que les moulins, qui pouvait correspondre à une entrée de service, pour l’accès du personnel et l’approvisionnement en matières premières. Il conviendra également, tout comme dans le cas de la foulerie susmentionnée, d’analyser le rapport ou non de ces ateliers avec les espaces domestiques. En effet, par exemple, la meunerie-boulangerie 41 communique directement avec la Maison III X, par l’intermédiaire de la petite pièce b, et la meunerie 33 avec la Maison III I, avant que la porte de la petite pièce arrière ne soit bouchée (fig. 6). En revanche, les espaces de production 27 et 50 semblent avoir été indépendants.

La meunerie-boulangerie de la Maison des Sceaux

24Notre travail de nettoyage des pièces orientales (η, ζ, ν, π, ρ, σ, τ, υ et ω) de la Maison des Sceaux (GD 59D) (fig. 18), située dans le Quartier de Skardhana, fera l’objet d’une analyse détaillée (architecture, phases de construction, fonction et destination des pièces, etc.) dans une publication ultérieure. Dans la perspective qui est la nôtre ici, à savoir l’étude des espaces liés à la production alimentaire, nous nous contenterons de faire deux remarques préliminaires.

Fig. 18. Emplacement des pièces étudiées dans la Maison des Sceaux.

Fig. 18. Emplacement des pièces étudiées dans la Maison des Sceaux.

Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.

  • 22 Siebert 1988 ; Brunet 1997 ; Siebert 2001, p. 88‑89. Voir aussi Trümper 1998, p. 209‑210, no 21.
  • 23 Siebert 1988, p. 757. Voir aussi Brunet 1997, p. 31‑32 ; Siebert 2001, p. 88.
  • 24 Brunet 1997, p. 31‑32.

25Tout d’abord, la pièce τ abritait un moulin rotatif de type délien, comme cela est bien connu depuis la fouille de la maison par G. Siebert et l’étude du moulin par M. Brunet22. La pièce τ, d’une surface de 12 m², est en effet entièrement dallée de gneiss, à l’exception d’une dépression ovale au centre, aujourd’hui remplie de terre (fig. 19). C’est là que furent retrouvées in situ une meule active et une meule dormante en basalte, formées de pièces détachées, constituant un moulin de type délien. De même, au moment de la fouille, cette zone « était jonchée de bois carbonisé dont certains fragments, disposés circulairement, adhéraient par du ciment au bord interne du dallage périphérique »23. Ces vestiges autorisent M. Brunet à restituer au centre du dallage, sous le moulin, une cuve en bois maçonnée au sol, délimitée par un muret et recouverte d’un enduit, qui permettait de récupérer le produit de la mouture24. Il ne fait donc aucun doute que la pièce τ était destinée à des activités de meunerie.

Fig. 19. Plan des pièces orientales (η, ζ, ν, π, ρ, σ, τ, υ et ω) de la Maison des Sceaux.

Fig. 19. Plan des pièces orientales (η, ζ, ν, π, ρ, σ, τ, υ et ω) de la Maison des Sceaux.

Échelle : 1/50.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

26En revanche, les vestiges retrouvés contre le mur nord de la pièce ω n’ont jusque‑là pas été bien compris. Ils ne sont plus visibles aujourd’hui car recouverts de terre et entourés d’un muret à la suite de travaux de restauration, mais sont représentés sur le plan dressé par G. Siebert. Voici la description qu’il en fit :

  • 25 Siebert 1988, p. 758 et n. 18. Voir aussi Siebert 2001, p. 88.

Deux cuves en argile crue, avec leur soubassement, sont maçonnées contre le mur nord, la plus grande des deux mesurant 80 cm de diamètre à l’ouverture. Une brique en forme de parallélépipède servait de marchepied pour remplir les récipients ou y puiser. Au voisinage de la meule en τ on peut admettre qu’il s’agissait d’une réserve de grain. Contre le mur est du cellier ω était appuyée une grande jarre en terre cuite (diam. embouchure = 40 cm), calée par deux parpaings. Son couvercle en marbre était posé à côté d’elle sur un lit de décombres. […] Le contenu des cuves n’a pas pu être vérifié au cours de la fouille. Trop fragiles pour être complètement dégagées sans être simultanément consolidées, elles ont été remises en terre, dans l’attente de leur restauration in situ25.

27En réalité, grâce aux photographies prises au moment de la fouille (fig. 20‑21), on peut reconnaître dans ces éléments en argile crue non pas des « cuves » – l’utilisation de terre crue pour des vases de stockage n’est d’ailleurs pas appropriée –, mais des fours (klibanoi), intacts encore au moment de la fouille, du même type que ceux que nous avons étudiés dans les meuneries-boulangeries de l’édifice commercial au nord du Lac et dans celle à l’est de l’Établissement des Poseidoniastes26. Deux exemplaires intacts, en tout point similaires, se trouvent également dans la meunerie-boulangerie fouillée par P. Chatsidakis au nord‑est de la Maison du Diadumène (GD 61), malheureusement restée encore inédite à ce jour. Sur les clichés pris par G. Siebert, on distingue en effet des parois circulaires en argile, appliquées sur une construction en terre et reposant sur le sol, ainsi qu’un petit évent semi-circulaire aménagé en leur fond. De fait, pour la construction de ces fours, une armature en terre était préalablement réalisée, sur laquelle on appliquait une couche relativement fine d’argile crue qui séchait et/ou cuisait au fur et à mesure de la cuisson des pains. Cela explique son caractère friable et sa fragilité, d’ailleurs bien notés par le fouilleur. La « brique en forme de parallélépipède [servant] de marchepied » permettait en réalité d’atteindre le sommet du four afin d’y plaquer la pâte à cuire contre la paroi d’argile préalablement chauffée par le foyer situé sur le fond du four. La grande jarre en terre cuite retrouvée juste à côté, contre le mur est de la pièce, a alors pu servir à entreposer la pâte avant cuisson, de l’eau ou tout autre substance utile aux activités de boulangerie.

Fig. 20. Le klibanos occidental et la grande jarre en terre cuite au moment des fouilles.

Fig. 20. Le klibanos occidental et la grande jarre en terre cuite au moment des fouilles.

D’après Siebert 1988, fig. 20.

Fig. 21. Détail des deux klibanoi et du marchepied au moment des fouilles.

Fig. 21. Détail des deux klibanoi et du marchepied au moment des fouilles.

D’après Siebert 1988, fig. 21.

28Ces remarques préliminaires permettent de démontrer que la Maison des Sceaux n’abritait pas seulement une meunerie, mais également une boulangerie, ce qui conduira à revoir certaines des interprétations proposées par G. Siebert quant aux fonctions et destinations des pièces orientales de cette habitation.

Deux fours « tardifs » dans le quartier du théâtre

Un four rectangulaire dans la boutique 49 de la Rue du Théâtre

  • 27 Chamonard 1906, p. 599, n. 1 : « Dans les deux salles [ie 47 et 49], à une basse époque, on a cons (...)

29Le long de la Rue du Théâtre, dans la boutique 49 (fig. 6), se trouve une structure construite contre le mur est, que J. Chamonard ne mentionne que dans une note et qu’il identifie à un « bassin rectangulaire »27. Conservée sur une hauteur maximale de 1,50 m, large de 2,80 m et profonde de 2,00 m, cette structure est érigée entre 10 et 15 cm au‑dessus du sol restauré, adossée contre le mur oriental de la boutique, avec un appareil mélangeant moellons de poros et de gneiss assemblés à la terre (fig. 22). Les quatre parois, dont l’épaisseur varie de 0,28 à 0,56 m, définissent un quadrilatère irrégulier d’une largeur maximale de 1,42 m, d’une largeur minimale de 0,93 m, pour une aire de 1,20 m² (fig. 23‑24). Une ouverture, large de 0,61 m, est ménagée au milieu du côté occidental. La surface contenue par ces parois est difficile à percevoir car elle a été très fortement restaurée. Certains moellons des parements internes présentent une teinte rougeâtre liée aux effets de la chaleur. Dans la paroi méridionale est ménagée une cheminée de plan quasi circulaire, d’un diamètre d’environ 0,22 m.

Fig. 22. Le four de la boutique 49, le long de la Rue du Théâtre. Vue de l’ouest.

Fig. 22. Le four de la boutique 49, le long de la Rue du Théâtre. Vue de l’ouest.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-184.

Fig. 23. Plan du four de la boutique 49.

Fig. 23. Plan du four de la boutique 49.

Échelle : 1/20.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

Fig. 24. Coupe nord‑sud sur le four de la boutique 49.

Fig. 24. Coupe nord‑sud sur le four de la boutique 49.

Échelle : 1/20.

EFA / mission DELPO, relevé, dessin E. Le Quéré.

30L’ensemble paraît former les vestiges d’une structure de combustion, probable four dont un seul volume est conservé – la chambre de chauffe, sans préjudice de son utilisation également comme chambre de cuisson –, probablement disposé à la même altitude que le niveau de circulation en usage à ce moment, qui a été détruit lors de la fouille ou de la restauration. Aucun parallèle satisfaisant ne peut être dressé avec des types de fours connus. On exclura cependant les « pains », la céramique et le verre comme produits possibles dans cette structure.

Le four de la cour à péristyle de la Maison VI N

31Dans le Quartier du Théâtre, la Maison VI N était accessible par la Rue 4 ; en longeant le couloir a, on accédait ensuite à la cour à péristyle d (fig. 25). À une époque que l’on ne peut déterminer avec précision, la cour fut transformée pour y accueillir des activités de production. En effet, dans son angle sud‑ouest, une structure maçonnée fut construite entre le stylobate de la colonnade et le mur ouest, sur lequel elle s’appuie de biais, rendant ainsi plus complexe l’accès aux pièces e‑f. Présentant un plan quadrilatéral dont les côtés varient de 1,59 m à 1,82 m, cette structure est conservée sur 1,05 m de haut (fig. 26‑30). Ses parois, larges de 0,38 à 0,41 m, délimitent un espace hexagonal irrégulier large de 1,23 m et profond de 0,85 m. Sur le côté nord, une ouverture, large de 0,52 m, profonde de 0,37 m et haute de 0,25 m, est percée, à 0,45 m du sol actuel. Les parements internes de cet espace, réalisés en moellons de gneiss assemblés à la terre, présentent une teinte rougeâtre à la suite du contact avec une source de chaleur.

Fig. 25. Emplacement du four dans la cour à péristyle de la Maison VI N.

Fig. 25. Emplacement du four dans la cour à péristyle de la Maison VI N.

Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.

Fig. 26. Le four de la cour à péristyle de la Maison VI N. Vue du nord‑ouest.

Fig. 26. Le four de la cour à péristyle de la Maison VI N. Vue du nord‑ouest.

EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-116.

Fig. 27. Plan du four de la cour à péristyle de la Maison VI N.

Fig. 27. Plan du four de la cour à péristyle de la Maison VI N.

Échelle : 1/20.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

Fig. 28. Coupe est‑ouest sur le four de la Maison VI N.

Fig. 28. Coupe est‑ouest sur le four de la Maison VI N.

Échelle : 1/10.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

Fig. 29. Coupe nord‑sud sur le four de la Maison VI N.

Fig. 29. Coupe nord‑sud sur le four de la Maison VI N.

Échelle : 1/10.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

Fig. 30. Coupe est‑ouest sur l’angle sud‑ouest de la cour, au nord du four.

Fig. 30. Coupe est‑ouest sur l’angle sud‑ouest de la cour, au nord du four.

Échelle : 1/10.

EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.

32Comme précédemment, l’ensemble paraît constituer une structure de combustion tout autant si ce n’est plus complexe à interpréter. En effet, le sol interne de la structure, qui présente des traces de carbonisation, se situe 0,37 m en dessous du niveau inférieur de l’ouverture – de la gueule (?). Seules les traces de chauffe observées sur les moellons de gneiss permettent de considérer que le volume dans lequel le combustible était brûlé a été conservé. La différence de niveau entre la base de la gueule et le sol interne laisse perplexe tant cet arrangement semble peu pratique pour mener une combustion. De nouveau, aucun parallèle satisfaisant ne peut être dressé avec des types de fours connus.

Haut de page

Bibliographie

Bouet (éd.) à paraître
Alain Bouet (éd.), Les latrines de Délos. Hygiène, salubrité et environnement d’une ville des Cyclades, Bordeaux, Ausonius, Mémoires, à paraître.

Brunet 1997
Michèle Brunet, « Le moulin délien », in Dimitri Meeks, Dominique Garcia (éd.), Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l’innovation, Paris, Errance, 1997, p. 29‑38.

Chamonard 1906
Joseph Chamonard, « Fouilles de Délos. Fouilles dans le Quartier du Théâtre », BCH 30, 1906, p. 485‑606.

Chamonard 1922
Joseph Chamonard, EAD 8. Le quartier du théâtre : étude sur l’habitation délienne à l’époque hellénistique 1, Athènes‑Paris, EFA, Exploration archéologique de Délos 8, 1922.

Chamonard 1924
Joseph Chamonard, EAD 8. Le quartier du Théâtre : étude sur l’habitation délienne à l’époque hellénistique. Construction et technique 2, Athènes‑Paris, EFA, Exploration archéologique de Délos 8, 1924.

Le Quéré, Monteix, Zanella 2020
Enora Le Quéré, Nicolas Monteix, Sandra Zanella, « Espaces de production et histoire des techniques à Délos : fouleries, teintureries, meuneries et boulangeries. Rapport sur les campagnes 2018 et 2019 », BAEFE 2020, en ligne, http://journals.openedition.org/baefe/1313, consulté le 7 février 2021.

Siebert 1988
Gérard Siebert, « Rapport sur les travaux de l’école française en Grèce en 1987. Délos, Quartier de Skardhana », BCH 112.2, 1988, p. 754‑767.

Siebert 2001
Gérard Siebert, EAD 8. L’îlot des bijoux, l’îlot des bronzes, la maison des sceaux, Athènes, EFA, Exploration archéologique de Délos 38, 2001.

Trümper 1998
Monika Trümper, Wohnen in Delos. Eine baugeschichtliche Untersuchung zum Wandel der Wohnkultur in hellenistischer Zeit, Rahden, Marie Leidorf, Internationale Archäologie 46, 1998.

Haut de page

Notes

1 Chamonard 1922, p. 42, 183 ; Chamonard 1924, p. 238, 309.

2 Trümper 1998, no 61 p. 275‑276.

3 Trümper 1998, p. 276.

4 Bouet (éd.) à paraître, no L48.

5 Sur ce point, voir aussi les remarques de Bouet (éd.) à paraître, no L48.

6 Bouet (éd.) à paraître, no L48.

7 Le Quéré, Monteix, Zanella 2020.

8 Sur l’hypothèse qui consisterait à voir dans ce bassin les vestiges d’un urinoir, voir Bouet (éd.) à paraître, Chap. 3.

9 Le cas de la foulerie de la Rue 1 du Théâtre est plus problématique, car il n’est pas possible de restituer les niveaux de circulation et donc son éventuelle insertion dans la Maison II B.

10 Siebert 2001, p. 56.

11 Trümper 1998, p. 276 ; Bouet (éd.) à paraître, no L48.

12 Chamonard 1922, p. 209‑211.

13 Chamonard 1906, p. 565 ; Brunet 1997, p. 31‑32 ; Le Quéré, Monteix, Zanella 2020.

14 Le Quéré, Monteix, Zanella 2020, avec bibliographie afférente.

15 Chamonard 1906, p. 589 ; Chamonard 1922, p. 212.

16 Chamonard 1922, p. 212.

17 Chamonard 1906, p. 589 ; Chamonard 1922, pl. V-VI.

18 Chamonard 1906, p. 589 : « À l’angle Nord-Est, près de la rue, est un four en brique, aux trois quarts détruit (diam. int. 90,83 cm) ; un peu en arrière, une amphore enfoncée en terre ».

19 Le Quéré, Monteix, Zanella 2020, avec bibliographie afférente.

20 Le Quéré, Monteix, Zanella 2020.

21 Chamonard 1906, p. 591‑592 : « À l’angle sud-ouest, est enfoui dans le sol un pithos en terre cuite. L’angle nord-ouest est occupé par un cercle de dalles qui révèle l’existence d’un moulin » ; Chamonard 1922, p. 211‑212. Le sol de cette pièce est à présent entièrement bétonné ; même le dallage de gneiss a disparu.

22 Siebert 1988 ; Brunet 1997 ; Siebert 2001, p. 88‑89. Voir aussi Trümper 1998, p. 209‑210, no 21.

23 Siebert 1988, p. 757. Voir aussi Brunet 1997, p. 31‑32 ; Siebert 2001, p. 88.

24 Brunet 1997, p. 31‑32.

25 Siebert 1988, p. 758 et n. 18. Voir aussi Siebert 2001, p. 88.

26 Le Quéré, Monteix, Zanella 2020.

27 Chamonard 1906, p. 599, n. 1 : « Dans les deux salles [ie 47 et 49], à une basse époque, on a construit, avec des matériaux réemployés, tuf et marbre, des bassins rectangulaires ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de la Maison III K du Quartier du Théâtre et emplacement de la pièce k.
Crédits Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 2. Plan du vestibule k de la Maison III K.
Légende Échelle : 1/20.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 3. Bassin maçonné et vasque en marbre. Vue de l’est.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-059.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 4. Coupe sud‑nord sur la latrine et les bassins du vestibule k.
Légende Échelle : 1/20.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 5. Le vestibule k sur le plan de J. Chamonard.
Crédits D’après Chamonard 1922, pl. V‑VI.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 6. Emplacement des boutiques 27, 33, 41, 49 et 50 le long de la Rue du Théâtre.
Crédits Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 7. Plan de la meunerie 27.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 8. Plan de la meunerie 33.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 9. Plan de la meunerie 50.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 10. Mortier en marbre déposé dans la meunerie 50.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-112.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 11. Plan de la meunerie-boulangerie 41.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 12. La meunerie 41. Vue du sud-ouest.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-096.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 13. Système de fixation au centre du dallage sud-ouest et détail du mortier coulé au fond.
Crédits EFA / mission DELPO, clichés E. Le Quéré). N967-097 et N967-098.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 14. Muret en arc de cercle dans l’angle nord‑ouest de la meunerie 41. Vue du sud‑est.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-093.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 15. La pièce 41a au moment des fouilles, avec les vestiges du klibanos au premier plan.
Crédits D’après Chamonard 1922, fig. 93.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 16. Le four (klibanos) situé dans l’angle nord‑est de la pièce 41a. Vue du sud.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-086.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 17. Plan de la pièce 26 au moment de la fouille.
Crédits D’après Chamonard 1906.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 18. Emplacement des pièces étudiées dans la Maison des Sceaux.
Crédits Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 19. Plan des pièces orientales (η, ζ, ν, π, ρ, σ, τ, υ et ω) de la Maison des Sceaux.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 20. Le klibanos occidental et la grande jarre en terre cuite au moment des fouilles.
Crédits D’après Siebert 1988, fig. 20.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 21. Détail des deux klibanoi et du marchepied au moment des fouilles.
Crédits D’après Siebert 1988, fig. 21.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 22. Le four de la boutique 49, le long de la Rue du Théâtre. Vue de l’ouest.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-184.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 23. Plan du four de la boutique 49.
Légende Échelle : 1/20.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 24. Coupe nord‑sud sur le four de la boutique 49.
Légende Échelle : 1/20.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 25. Emplacement du four dans la cour à péristyle de la Maison VI N.
Crédits Plan d’après https://sig-delos.efa.gr.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 26. Le four de la cour à péristyle de la Maison VI N. Vue du nord‑ouest.
Crédits EFA / mission DELPO, cliché E. Le Quéré. N967-116.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 27. Plan du four de la cour à péristyle de la Maison VI N.
Légende Échelle : 1/20.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 28. Coupe est‑ouest sur le four de la Maison VI N.
Légende Échelle : 1/10.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 29. Coupe nord‑sud sur le four de la Maison VI N.
Légende Échelle : 1/10.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 30. Coupe est‑ouest sur l’angle sud‑ouest de la cour, au nord du four.
Légende Échelle : 1/10.
Crédits EFA / mission DELPO, relevé N. Monteix, dessin E. Le Quéré.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/5560/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enora Le Quéré, Nicolas Monteix, « Espaces de production et histoire des techniques à Délos (II) : fouleries, meuneries, boulangeries et autres activités de production » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/5560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.5560

Haut de page

Auteurs

Enora Le Quéré

Articles du même auteur

Nicolas Monteix

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d’opération

Enora Le Quéré

Université de Rouen - Normandie, GRHis EA 3831

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nicolas Monteix

Institut Universitaire de France, GRHis EA 3831

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search