Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2022Les cités vésuviennesPompéi – Nécropole romaine de Por...

2022
Les cités vésuviennes

Pompéi – Nécropole romaine de Porta Nocera : la campagne 2021

Responsable d’opération : William Van Andringa
Notice rédigée avec Henri Duday

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFR

Année de lʼopération :

2021
Haut de page

Notes de l’auteur

Programme de recherche de l’École française de Rome sous la direction de William Van Andringa (École Pratique des Hautes Études, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc, Université PSL et Institut Universitaire de France) et Henri Duday (UMR 5199 du CNRS PACEA), avec la collaboration de l’École Pratique des Hautes Études (UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc, Université PSL), l’UMR 5199 du CNRS PACEA et le Parco Archeologico di Pompei, et le soutien de l’Institut Universitaire de France et de la Fondation Simone et Cino Del Duca (Grand Prix de l’Archéologie 2021). L’équipe était composée d’Antoine Boisson, Philippe Brunner (UMR 5140 ASM Montpellier), Anselme Cormier (CHUS, Université Catholique de l’Ouest, Angers), Sandra Dal Col (Eveha), Elsa Dias (Archeodunum), Jean-Patrick Duchemin (Université de Lille), Henri Duday (UMR 5199 du CNRS PACEA, université de Bordeaux), Aude Durand (Université de Lille, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Anaïs Du Fayet de la Tour (UMR 5199 du CNRS PACEA), François Fouriaux (Eveha, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Flore Giraud, Eliza Orellana Gonzales (UMR 5199 du CNRS PACEA), Johannes Laiho, Tuija Lind, Paloma Lorente Sebastian (Université de Navarra), Adrien Malignas (Mosaïques Archéologie, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Véronique Matterne (CNRS / MNHN), Victor Adrian Morcillo Millan (Universidad Autonoma de Madrid), Letizia Nonne (Restauratrice FAW&B), Laura Noviello (Université de Naples), Julie Pérez (Université de Toulouse), Emilie Portat (Direction de l’Archéologie, Chartres Métropole, UMR 7041 ArScAn), Malina Robert (Université de Nantes), Laudine Robin (Éveha), Audrey Roger (École pratique des hautes études), William Van Andringa (École pratique des hautes études, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc et Institut Universitaire de France).

Date précise de l’opération : 30 août-14 octobre 2021

Autorité nationale présente : Parco archeologico di Pompei

Numéro de mission : Concession n. 435 dell’11.05.2021

Composition de l’équipe de terrain : Antoine Boisson, Philippe Brunner (UMR 5140 ASM Montpellier), Anselme Cormier (CHUS, Université Catholique de l’Ouest, Angers), Sandra Dal Col (Eveha), Elsa Dias (Archeodunum), Jean‑Patrick Duchemin (Université de Lille), Henri Duday (UMR 5199 du CNRS PACEA, université de Bordeaux), Aude Durand (Université de Lille, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Anaïs Du Fayet de la Tour (UMR 5199 du CNRS PACEA), François Fouriaux (Eveha, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Flore Giraud, Eliza Orellana Gonzales (UMR 5199 du CNRS PACEA), Johannes Laiho, Tuija Lind, Paloma Lorente Sebastian (Université de Navarra), Adrien Malignas (Mosaïques Archéologie, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc), Véronique Matterne (CNRS / MNHN), Victor Adrian Morcillo Millan (Universidad Autonoma de Madrid), Letizia Nonne (Restauratrice FAW&B), Laura Noviello (Université de Naples), Julie Pérez (Université de Toulouse), Emilie Portat (Direction de l’Archéologie, Chartres Métropole, UMR 7041 ArScAn), Malina Robert (Université de Nantes), Laudine Robin (Éveha), Audrey Roger (École Pratique des Hautes Études), William Van Andringa (École Pratique des Hautes Études, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc et Institut Universitaire de France).

Établissements porteurs de l’opération et partenariats : École française de Rome, École Pratique des Hautes Études (UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc, Université PSL) Parco Archeologico di Pompei, Fondation Simone et Cino Del Duca, Institut Universitaire de France, UMR 5199 du CNRS PACEA.

Établissement éditeur : EFR

Texte intégral

Données scientifiques produites :
Rapport d’opération (W. Van Andringa et H. Duday (dir.), Pompéi – Fouille de la nécropole romaine de Porta Nocera : campagne 2021, Rapport final d’opération, Pompéi, 2021)

Chroniques de l’EFR :
2021 (2020) : https://journals.openedition.org/​baefe/​3218
2020 (2019) : https://journals.openedition.org/​cefr/​4663
2019 (2018) : https://journals.openedition.org/​cefr/​3937
2018 (2017) : https://journals.openedition.org/​cefr/​1702
2017 (2016) : https://journals.openedition.org/​cefr/​1702
2016 (2015) : https://journals.openedition.org/​cefr/​1528
2015 (2014) : https://journals.openedition.org/​cefr/​1352

Problématique et méthode

  • 1 Concession n. 435 dell’11.05.2021. Cette notice est rédigée à partir du rapport publié après la ca (...)

1Pourquoi fouiller la nécropole de Porta Nocera1 ? Parce que ce sont les nécropoles qui peuvent révéler la manière dont les vivants géraient culturellement et au quotidien la disparition de leurs proches, alimentant ainsi une « chronique pompéienne de la mort ordinaire » (par opposition aux morts extraordinaires liées à l’éruption). Jusqu’à une date récente, on n’en connaissait guère que les monuments conservés le long des voies partant de la cité et les inscriptions qu’ils portaient. Or les enclos funéraires de Pompéi offrent une opportunité exceptionnelle et même unique à une telle échelle, celle d’observer non seulement la partie profonde des tombes, objet habituel de l’archéologie funéraire, mais aussi les sols que l’éruption a figés en 79 apr. J.‑C., préservant ainsi les niveaux de circulation avec notamment les structures liées à la crémation des corps et les traces des gestes commémoratifs.

  • 2 Voir Van Andringa 2021.

2Une multitude de traces témoignant de l’activité funéraire des Pompéiens peuvent ainsi être enregistrées. Le temps des funérailles est documenté par des aires de crémation en place, sur lesquelles les officiants ont brisé les objets du rite (flacons à parfum, gobelets, lampes à huile), marquant ainsi la fin d’une séquence que l’on peut restituer. En rapport avec les amas osseux et les résidus de bûcher contenus dans les tombes, on peut reconstruire avec une surprenante précision la manière dont les os brûlés, qui définissent la sépulture, ont été collectés sur l’aire de crémation. Les modes opératoires de la constitution des sépultures sont aussi décrits en détail, comparés d’un défunt à l’autre, de telle sorte que l’on peut mettre en évidence l’organisation des coutumes locales. Enfin, les objets fragmentés laissés sur les tombes autorisent la présentation des rites de commémoration et de leur variété. Les résultats obtenus confirment que l’archéologie est pleinement capable, lorsque les vestiges sont suffisamment documentés, de restituer des comportements ou des pratiques2. Certes, il manque la prière adressée aux mânes et à l’âme du mort ou la reconnaissance précise des officiants, mais ces lacunes sont largement compensées par les informations que l’analyse des données apporte sur les séquences funéraires, leur constance comme leur variabilité. En d’autres termes, l’archéologie funéraire complète de manière décisive les sources textuelles. Ces dernières définissent le contexte culturel général mais elles ne permettent pas d’aborder les pratiques funéraires, notamment dans leur plasticité liée aux choix particuliers des communautés locales.

  • 3 Voir Van Andringa, Duday, Lepetz 2013.

3D’emblée, nos recherches à Pompéi ont été conçues dans la double perspective d’une étude des gestes et d’un approfondissement méthodologique, ce qui nous a conduits à mettre en place un enregistrement « maximaliste » des moindres vestiges, qu’il s’agisse d’objets manufacturés, de restes végétaux (grains et fruits carbonisés, bois utilisés pour le bûcher), d’os d’animaux et naturellement des vestiges humains. Vingt années de terrain ont ainsi permis de construire une herméneutique de la pratique, déclinée dans le contexte spécifique d’un lieu dédié aux morts3. Les techniques de terrain déployées ont progressivement dévoilé l’ampleur des traces laissées par les Pompéiens dans leur fréquentation régulière voire quotidienne des terrains funéraires, invitant à amender progressivement les protocoles d’enregistrement et les questionnements pour remonter progressivement la chaîne matérielle des pratiques et des séquences gestuelles.

La campagne de fouille 2021

4En septembre 2021, nous avons travaillé sur trois secteurs (fig. 1). Une première équipe a continué de fouiller trois aires funéraires du Fondo Pacifico ou Porta Nocera Est, un tronçon de la nécropole situé à 200 mètres de la Porta Nocera, le long de la route de Nuceria ; une seconde a commencé à fouiller l’enclos 9ES à Porta Nocera ouest, dédié à une famille d’affranchis et une dernière a travaillé sur deux sondages implantés dans l’enclos situé à l’arrière du monument de Tullius.

Fig. 1 – Plan des secteurs étudiés.

Fig. 1 – Plan des secteurs étudiés.

F. Fouriaux.

  • 4 La méthode déployée sur cette aire funéraire sert d’assise à une thèse de doctorat de François Fou (...)

5Dans le secteur de Fondo Pacifico (Porta Nocera Est), la fouille de l’aire 1J, commencée en 2018, a été poursuivie (F. Fouriaux, Éveha, V. Adrian Morcillo Millan, Universidad Autonoma de Madrid et L. Noviello, Université de Naples). Ce secteur situé entre les enclos 1F et 1G a servi à la fois à la circulation et à l’implantation de trois tombes et d’un bûcher. La bonne conservation du mobilier en place a motivé le déploiement d’un projet méthodologique sur les sols funéraires : une analyse spatiale micro-stratigraphique est menée dans le but de documenter la fréquentation d’une aire funéraire avec une précision jamais atteinte, avec une étude approfondie sur le geste, les modalités de fragmentation des objets et la constitution des sols en milieu funéraire4. En 2021, 4 passes de fouille ont pu être effectuées sur une épaisseur moyenne de 4 cm, soit environ 1 cm par passe. Depuis le début de l’enquête en 2018, 32 passes ont ainsi pu être réalisées pour une épaisseur moyenne totale de 18 cm. En 2021, ce sont 1034 objets et fragments d’objets qui ont pu être relevés et inventoriés, portant le nombre total à 4837 depuis le début de l’investigation, et à 5041 (fig. 2) en ajoutant les fragments repérés lors d’un sondage effectué en 2017.

Fig. 2 – Répartition des fragments et objets en 1J.

Fig. 2 – Répartition des fragments et objets en 1J.

F. Fouriaux.

6Parallèlement à la dissection de la couche d’occupation, le tamisage systématique du sédiment par passe et par carré de 1 m² a été poursuivi. La maille de 1 mm nous permet de récupérer les éléments qui n’auraient pas été repérés à la fouille ; elle est adaptée notamment à la récupération des esquilles osseuses et de tout type de mobilier : céramique, charbons de bois, os ouvragés, etc. Après le tri des refus de tamis, les artéfacts et écofacts récoltés permettent de compléter les données et de préciser la localisation de certaines pratiques.

7Comme les années précédentes, une recherche des liaisons par recollages du mobilier, essentiellement céramique a été effectuée (fig. 3). 67 objets ont ainsi pu être identifiés depuis le début de l’étude (A. Malignas, UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc). Outre les 12 balsamaires en verre, la couche qui recouvre l’aire funéraire contenait 12 coupes en céramiques, 14 gobelets en paroi fine, une lampe à huile quasiment complète (et un fragment d’une autre lampe), 24 unguentaria en céramique, un plat, deux cruches et 3 bols. La visualisation des liaisons et des motifs de répartition, en plan ou en 3D, permet de mieux comprendre les gestes de commémoration ayant conduit à leur bris. L’étude est encore en cours, mais nous avons déjà pu voir des concentrations particulières de types d’objets autour des stèles et de l’aire de crémation AC4.

Fig. 3 – Fragmentation d’un plat en rouge pompéien.

Fig. 3 – Fragmentation d’un plat en rouge pompéien.

L’étude spatiale fine de la répartition des objets et sa comparaison avec des données d’archéologie expérimentale a permis de montrer que le plat a été cassé sur la stèle.

Document F. Fouriaux.

8La fouille fine à plat a permis de mettre en évidence une variation des objets utilisés dans le cadre des commémorations au cours de la constitution de la couche 8002. En effet, les objets les plus anciennement déposés découverts à ce jour sont majoritairement des coupes en céramique fine. Dans une deuxième phase, les commémorations emploient des gobelets à paroi fine et des unguentaria en céramique, alors que dans une troisième phase des balsamaires en verre font leur apparition aux côtés des balsamaires en terre cuite. Un autre apport de cette méthode est la détection d’autres objets probablement brisés selon les mêmes procédés et donc en rapport avec les gestes d’activités funéraires. L’étude plus fine des répartitions permettra de préciser cela, mais pour l’heure nous avons pu identifier un plat et des cruches brisées sur place. Une autre précision pour cet espace a pu être mise en évidence. Deux lampes à huile ont été identifiées dans l’espace, l’une quasiment complète et l’autre représentée seulement par 3 fragments. L’ensemble de ces fragments est localisé au plus proche de l’aire de crémation AC4. Ceci indiquerait pour l’espace 1J une utilisation des lampes à huile uniquement dans le cadre des activités de crémation. Cette étude a également permis de repérer des gestes de bris particuliers, comme des écrasements et des bris jetés. Autrement dit, il est désormais possible, grâce à l’enregistrement maximal mis en place, de retrouver la façon dont certains objets ont été cassés, le bris clôturant en principe la séquence rituelle. Les premières observations conduites sur les liaisons en trois dimensions de cet ensemble permettent de voir que des surfaces de dépôts peuvent être identifiées à partir des fragments. Il existe certes quelques perturbations que l’on peut détecter par la situation de quelques fragments éloignés du groupe formé par des tessons rapprochés.

9Dans ce secteur de la nécropole, nous avons également complété la fouille de deux aires funéraires situées sur la terrasse. En 3D, nous avons terminé la fouille de 13 sépultures aménagées dans 9 mètres carrés (T. Lind et É. Portat, Direction de l’Archéologie, Chartres Métropole, UMR 7041 ArScAn), notamment l’enregistrement de la sépulture 3D1 qui est la première de l’aire funéraire et qui peut être considérée comme la tombe fondatrice, la plus monumentale et située face à la route (fig. 4). L’amas osseux est disposé dans un coffre constitué de grandes dalles de calcaire de Sarno. Un tube à libations en plomb permettait de verser du parfum dans une urne en plomb. Cette aire funéraire est très intéressante dans le sens où elle permettra de comparer les modes opératoires de l’aménagement des 13 tombes des membres d’une même famille et de définir, par le concret de l’action révélé par l’archéologie, ce qu’est une tradition familiale, cela sur le temps court puisque le lotissement de l’espace s’est effectué dans le cours d’une génération au maximum. Relevons par exemple que l’un des membres de la famille qui n’est pas le défunt enterré dans la tombe principale a bénéficié d’hommages réguliers, mais singuliers : 43 balsamaires déposés sur l’amas osseux par le tube à libations témoignent d’honneurs réguliers. Une étude fine des microcouches sédimentaires entre les flacons a montré que l’officiant est revenu à plusieurs reprises sur la tombe : l’enregistrement précis du dépôt a ici permis de reconnaître le nombre et la régularité des visites faites au défunt (fig. 5).

Fig. 4 – La tombe fondatrice de l’enclos 3D.

Fig. 4 – La tombe fondatrice de l’enclos 3D.

Cliché F. Giraud.

Fig. 5 – Relevé 3D de l’intérieur de la sépulture 3D9.

Fig. 5 – Relevé 3D de l’intérieur de la sépulture 3D9.

L’espace entre les balsamaires a permis de distinguer plusieurs phases de dépôt. Un visiteur est venu honorer le défunt à plusieurs reprises, en répétant un geste très spécial, puisqu’il glissait les flacons vides dans la sépulture après usage.

Document F. Fouriaux.

10L’aire funéraire mitoyenne est l’aire 3E où 7 campagnes de fouille ont permis d’enregistrer 17 sépultures et les bûchers dans lesquels les défunts ont été brûlés. La campagne de 2021 a confirmé que l’aire de crémation AC16, située au centre de l’enclos contient plusieurs zones de crémations et plusieurs bûchers (S. Dal Col, Éveha et P. Lorente Sebastian, Université de Navarra). Pour le moment six bûchers ont été repérés au sein d’au moins trois grosses structures (fig. 6). Une première fosse est identifiée au sud, à proximité immédiate des sépultures ; elle contient au moins les restes de deux individus, l’un immature et l’autre adulte. Une autre fosse de crémation est attestée au niveau de l’entrée nord de l’enclos. Par la suite une très grande fosse munie de banquettes, vient s’installer au centre du dispositif existant. Pour celle‑ci, deux séquences de crémation ont été perçues sur le terrain ; un bûcher contenant un lit funéraire reconnu grâce à de nombreux fragments d’os ouvragés est également réalisé. La zone de crémation centrale de l’enclos semble avoir un fonctionnement collectif, de même que celle située au sud. En est‑il de même pour la fosse au nord ? Les trois structures suivent la même orientation et respectent un axe est‑ouest, probablement plus pratique pour des questions de logistique dans un espace aussi exigu que l’enclos. De la même façon, les trois structures sont comblées et rebouchées. Les analyses des structures et les interprétations seront approfondies une fois les études engagées en 2023.

Fig. 6 – Plan de l’aire funéraire 3E.

Fig. 6 – Plan de l’aire funéraire 3E.

Document F. Fouriaux et S. Dal Col.

11L’étude de l’enclos 9ES de la nécropole de Porta Nocera intervient dans le cadre d’un programme post-doctoral sur les affranchis et la mort mené par Aude Durand (Université de Lille) qui en dirige également la fouille ; l’équipe était complétée pour 2021 par J.‑P. Duchemin (Université de Lille) et A. Roger (École Pratique des Hautes Études) (fig. 7). Situé à une centaine de mètres à l’est de la Porta Nocera, au sud de la route menant à la ville voisine de Nuceria, l’enclos funéraire 9ES fut construit par C. Munatius Faustus. La dédicace (titulus) du tombeau explique que cet augustalis et paganus réalisa le monument à la suite d’un décret des décurions, pour lui‑même et sa compagne Naevoleia Tyche. L’originalité de ce couple tient notamment au fait qu’il disposait de deux tombeaux dans la proche périphérie pompéienne : outre l’enclos 9ES, un monumentum imposant fut construit par l’affranchie Naevoleia Tyche, pour elle, son époux et leurs affranchis dans la nécropole septentrionale de Porta Ercolano. Les huit stèles de l’enclos, aujourd’hui disparues, portent toutes une épitaphe, de sorte que le recrutement funéraire est connu d’une manière beaucoup plus précise que pour les autres aires funéraires où le pourcentage des stèles inscrites est faible ou inexistant ; autre originalité, la proportion de jeunes enfants y est très élevée (quatre sur huit). Cet enclos se différencie donc par de nombreux aspects de ceux que nous avons précédemment fouillés ; il permet ainsi de réfléchir sur la structure d’une famille d’affranchi et les gestes particuliers de mémoire mis en œuvre dont témoigne la tombe de Caius Munatius qui a été retrouvée vide : était‑il mort en 79 ? Auquel cas sa tombe aurait été programmée. Ou a‑t‑il été enterré dans le tombeau de la porte d’Herculanum ? Auquel cas on a voulu matérialiser sa présence dans l’enclos de la porte de Nocera par une stèle inscrite le montrant ainsi parmi les membres de sa famille. Le sondage effectué à l’aplomb de cette tombe sans dépôt funéraire a permis d’identifier une couche cendreuse contenant des esquilles d’os humains brûlés attribuable à une occupation funéraire antérieure à Faustus. L’enclos a ainsi une histoire plus longue que celle de la famille considérée. Dans le même sondage, deux couches ont été interprétées comme étant des remblais liés à l’installation du tombeau de Faustus. Toutes les structures funéraires de l’enclos 9ES ont été associées, pour le moment, à une seule et même phase. Il s’agit des sépultures SP 1, SP 2, SP 3, SP 4, SP 5, SP 7, SP 8 (qui correspondent sans doute aux huit stèles inscrites enlevées) et des structures ST 951, ST 952 et ST 953. Enfin, d’autres US (notamment l’amphore 9548) peuvent faire songer à de nouvelles sépultures. Ces structures semblent implantées dans le nécrosol de l’enclos ; l’important mobilier funéraire retrouvé dans cette couche témoigne de l’intensité des funérailles et des activités de commémoration au sein de l’enclos. Notons qu’aucune aire de crémation n’a été, pour l’heure, mise au jour.

Fig. 7 – L’enclos 9 ES en cours de fouille.

Fig. 7 – L’enclos 9 ES en cours de fouille.

Cliché F. Giraud.

12Une étude concerne également le monument funéraire de M. Tullius (nécropole de Porta Stabia) dans le cadre d’une enquête visant à compléter l’enquête effectuée sur le temple de Fortune Auguste au nord du forum (E. Dias, Archeodunum et W. Van Andringa, École Pratique des Hautes Études). Nous avons en effet clairement, dans le temple et la tombe de M. Tullius, deux monuments qui permettent d’approcher de manière inédite l’organisation du pouvoir municipal au début du Principat, fondé sur un échange de bons procédés entre la cité qui organise la mort publique des meilleurs de ses citoyens et les notables qui s’investissent dans le bon fonctionnement de la respublica. De là l’organisation, complètement nouvelle, de l’entrée de la ville pour exposer la mémoire publique de ses notables. À quelle époque ? Et dans quelles circonstances ? C’est ce que nous essayons de savoir avec la fouille de l’enclos de Tullius qui a révélé une série de remblais reposant sur une aire de combustion augustéenne antérieure au monument et identifiée à une aire rituelle où l’on a brûlé notamment du porcelet et des fruits, où l’on a versé un liquide avant de casser les gobelets sur les résidus de crémation (fig. 8‑9). Cette aire rituelle semble liée à l’installation du monument de M. Tullius. Au‑dessous, on trouve des remblais républicains bien datés de 120‑70 av. J.‑C., avec des fosses détritiques contenant, l’une des rejets d’artisanat d’orfèvrerie, l’autre de tabletterie, qui montrent qu’à l’époque de la fondation de la colonie, la porte de Stabies n’est pas un espace funéraire, mais un lieu progressivement envahi par les poubelles urbaines.

Fig. 8 – Coupe axonométrique des sondages à l’arrière du monument de M. Tullius.

Fig. 8 – Coupe axonométrique des sondages à l’arrière du monument de M. Tullius.

Document J. Laiho.

Fig. 9 – L’aire rituelle augustéenne située derrière le monument de Tullius.

Fig. 9 – L’aire rituelle augustéenne située derrière le monument de Tullius.

Cliché F. Giraud.

Session d’études spécialisées et de tri de sédiments

13La campagne de fouille (30 août-25 septembre 2021) a été immédiatement suivie par une session d’études spécialisées qui s’est déroulée du 26 septembre au 15 octobre. Celles‑ci visaient avant tout à faire progresser la préparation de la série de publications sur laquelle nous nous sommes engagés, à la fois dans le cadre du projet quinquennal de l’EFR et dans le dossier que nous avons déposé au début de l’année 2021 auprès de la fondation Simone et Cino Del Duca. Notre candidature auprès de celle‑ci a été couronnée de succès : le Grand Prix d’Archéologie 2021 a été attribué au projet Porta Nocera et nous a été remis sous la coupole de l’Institut de France le 2 juin 2021.

14Notre programme prévoit un ouvrage de synthèse qui sera précédé de monographies par enclos ou par groupe d’enclos, dans l’ordre suivant : enclos 1F (zone B), enclos 25C et 26A (zone A), enclos 1C-1D‑1E (zone B), enclos 3E (zone B) et enclos 3D (zone B). La priorité a donc été donnée à l’achèvement de l’étude des différentes catégories de vestiges pour les enclos 1F et 25C‑26A (reprise de l’étude des os ouvragés par A. Cormier, avec la recherche systématique des liaisons entre fragments appartenant à différentes structures et US ; étude des objets en verre par L. Robin) ; l’étude des restes humains (H. Duday), des os animaux (F. Decanter), des monnaies (J.‑P. Duchemin), de la céramique (A. Malignas) et des vestiges carpologiques (V. Matterne) at été menée à terme en 2020 pour ces deux secteurs de la nécropole.

15Une mention toute particulière doit être réservée à l’étude des mobiliers métalliques pour l’analyse desquels nous avions accumulé un retard certain. Celui‑ci a pour une large part été résorbé grâce à la participation de M. Robert, doctorante à l’Université de Nantes, qui a par ailleurs bénéficié de la présence d’une autre nouvelle venue dans notre équipe, L. Nonne, restauratrice-archéologue de l’Université Libre de Bruxelles. Ont ainsi été traités et étudiés les vestiges provenant des enclos 1F, 25C‑26A, mais aussi 1C et 1D. Un résultat tout à fait remarquable réside dans l’identification, dans le matériel de ces différents enclos, de plusieurs pièces d’armement en fer qui n’ont pu être reconnues qu’après enlèvement de la gangue de corrosion qui les entourait, et qui sont liées non pas à la fonction funéraire de la nécropole mais à un épisode nettement plus ancien, à savoir le siège de 89 av. J.‑C. : armature de trait de catapulte (scorpio), pointe de flèche ou de javeline à tête foliacée, talons de lance ou de javeline. C’est à notre connaissance la première fois que des vestiges en relation avec l’épisode qui a amené la conquête de Pompéi par Rome sont découverts au sud de la cité.

16Par ailleurs, M. Robert a commencé l’analyse des vestiges métalliques provenant du monument de M. Tullius (Porte de Stabies), et V. Matterne a réalisé l’analyse carpologique des sédiments issus de ce même secteur.

17En ce qui concerne les études anthropologiques, plusieurs actions ont été menées :

  • enregistrement de la pathologie osseuse sur trente tombes d’adultes de la nécropole de Porta Nocera (enclos 21, 23‑25, 25C et 26A pour la zone A, enclos 1F pour la zone B) dans le cadre d’une recherche doctorale portant sur l’intoxication par le fluor contenu dans les eaux de boisson dans l’arc volcanique campanien (comparaisons Cumes/Pompéi, E. Orellana Gonzales, EFR et UMR PACEA, Bordeaux) ;
  • recherches sur les méthodes d’identification des os humains brûlés et de dénombrement des individus à partir de ceux‑ci, dans la perspective d’une application aux investigations médico-légales (A. Du Fayet de la Tour, Institut Médico-Légal de Limoges et UMR PACEA, Bordeaux), avec notamment une révision détaillée des pièces qui ont servi à l’établissement de liaisons ostéologiques et de relations d’exclusion ;
  • sélection d’échantillons destinés à des analyses physico-chimiques sur os humain brûlé (K. Salesse, Université Libre de Bruxelles) ;
  • étude des tombes SP 5 et SP 8 de l’enclos 1E (Ph. Brunner et H. Duday) ;
  • étude des restes humains brûlés des structures de l’enclos 1C (H. Duday). L’étude de cet enclos est d’un intérêt primordial car il permet de documenter la dégradation des processus funéraires à la toute fin de l’histoire de Pompéi, entre le séisme de 62 et l’éruption de 79. Il s’agit d’un ensemble complexe comportant d’une part le dépôt des restes brûlés d’un adulte âge dans l’angle sud‑est de l’enclos (SP 1C‑1) et d’autre part, immédiatement en avant du mur sud, une aire de crémation qui a livré les restes d’au moins trois autres sujets, un adulte âgé (sujet A), un adolescent de 14 à 17 ans et un enfant beaucoup plus jeune (environ 5 à 7 ans ?). Les restes de ces trois sujets ont été recouverts par les deux moitiés placées bout à bout d’une amphore qui avait été soigneusement découpée dans le sens de la longueur.

18Enfin, la session d’étude a donné lieu à une activité soutenue de tri de sédiments (J. Perez et V. Morcillo) en prévision des analyses anthracologiques que doit conduire C. Cenzon-Salvayre (chercheuse associée au Centre Camille Jullian, Aix‑en-Provence) : achèvement du traitement des sédiments de l’enclos 1F, sédiments de l’enclos 1E.

Haut de page

Bibliographie

Van Andringa 2021
W
illiam Van Andringa, Archéologie du geste. Rites et pratiques à Pompéi, Paris, Hermann, 2021.

Van Andringa, Duday, Lepetz 2013
William Van Andringa, Henri Duday, Sébastien Lepetz (dir.), Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), Rome, École française de Rome, Coll. l’EFR 468, 2013.

Van Andringa, Duday 2022
William Van Andringa, Henri Duday (dir.), Pompéi. Fouille de la nécropole romaine de Porta Nocera. La campagne 2021, Rapport d’opération, Pompéi, 2022, 433 p.

Haut de page

Notes

1 Concession n. 435 dell’11.05.2021. Cette notice est rédigée à partir du rapport publié après la campagne par l’ensemble de l’équipe. Il s’agit évidemment d’un travail collectif : Van Andringa, Duday 2022.

2 Voir Van Andringa 2021.

3 Voir Van Andringa, Duday, Lepetz 2013.

4 La méthode déployée sur cette aire funéraire sert d’assise à une thèse de doctorat de François Fouriaux, actuellement en cours à l’École Pratique des Hautes Études (université PSL) sous la direction de W. Van Andringa : L’espace d’un instant. Une nouvelle méthode d’analyse spatiale tridimensionnelle pour la compréhension microstratigraphique de la constitution des niveaux archéologiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des secteurs étudiés.
Crédits F. Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 2 – Répartition des fragments et objets en 1J.
Crédits F. Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 3 – Fragmentation d’un plat en rouge pompéien.
Légende L’étude spatiale fine de la répartition des objets et sa comparaison avec des données d’archéologie expérimentale a permis de montrer que le plat a été cassé sur la stèle.
Crédits Document F. Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Fig. 4 – La tombe fondatrice de l’enclos 3D.
Crédits Cliché F. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 5 – Relevé 3D de l’intérieur de la sépulture 3D9.
Légende L’espace entre les balsamaires a permis de distinguer plusieurs phases de dépôt. Un visiteur est venu honorer le défunt à plusieurs reprises, en répétant un geste très spécial, puisqu’il glissait les flacons vides dans la sépulture après usage.
Crédits Document F. Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 6 – Plan de l’aire funéraire 3E.
Crédits Document F. Fouriaux et S. Dal Col.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 7 – L’enclos 9 ES en cours de fouille.
Crédits Cliché F. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 8 – Coupe axonométrique des sondages à l’arrière du monument de M. Tullius.
Crédits Document J. Laiho.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 9 – L’aire rituelle augustéenne située derrière le monument de Tullius.
Crédits Cliché F. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6049/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Van Andringa, Henri Duday, « Pompéi – Nécropole romaine de Porta Nocera : la campagne 2021 » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6049

Haut de page

Auteurs

William Van Andringa

École Pratique des Hautes Études, Paris

Articles du même auteur

Henri Duday

UMR 5199 du CNRS PACEA

Haut de page

Responsable d’opération

William Van Andringa

École Pratique des Hautes Études, Paris ; UMR 8546 CNRS ENS-Paris AOrOc et IUF

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search