Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2022La région thébaineAssassif (2021)

2022
La région thébaine

Assassif (2021)

La construction d’une rampe à la XVIIIe dynastie pour niveler une paléo‑rivière pléistocène
Responsables d’opération : Frédéric Colin et Cassandre Hartenstein
Notice rédigée avec Victoria Asensi Amorós, Christian Dupuis, Sylvie Marchand, Samuel Mérigeaud, Antoine Micheau, Baptiste Mulot et Simone Nannucci

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2021

Autorité nationale présente : Hanan Hassan et Kerolos Wagdi (inspecteurs des antiquités), ainsi que Mohamed Ahmed Aly (restaurateur) représentaient le ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17147 – Archéologie contextuelle du temple funéraire de Padiaménopé dans l’environnement de l’Assassif

Composition de l’équipe de terrain : Frédéric Colin, égyptologue (université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède) ; Mohamed Abdou Hussein, intendant de chantier (Ifao) ; Younis Ahmed Mohamadeyn, restaurateur (Ifao) ; Victoria Asensi Amorós, spécialiste du bois (Xylodata) ; Maud Bello, égyptologue (université de Strasbourg) ; Christian Dupuis, géologue (faculté polytechnique de Mons) ; Mohamed Gaber, topographe (Ifao) ; Cassandre Hartenstein, égyptologue, ingénieure de recherche USIAS (université de Strasbourg, UMR 7044) ; Ayman Hussein, dessinateur (Ifao) ; Nada Khattab, égyptologue (université de Strasbourg) ; Sylvie Marchand, céramologue (Ifao) ; Samuel Mérigeaud, radiologue et spécialiste de l’imagerie des momies (Tridilogy) ; Antoine Micheau, radiologue (indépendant) ; Sayed Mohamed Abd el‑Rahim, raïs ; Baptiste Mulot, vétérinaire (ZooParc de Beauval) ; Simone Nannucci, archéologue (université de Strasbourg, UMR 7044) ; Mohamed Ali Zeinelabdein, égyptologue (université de Louqsor, UMR 7044).

Partenariats institutionnels :
University of Strasbourg Institute for Advanced Studies (USIAS)
– UMR 7044 Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée‑Europe (Archimède)

Organismes financeurs : 
– UMR 7044 Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée‑Europe (Archimède)
University of Strasbourg Institute for Advanced Studies (USIAS)
– Arpamed
– fonds Khéops pour l’Archéologie
– réseau de radiologie Vidi

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://clae.hypotheses.org/​category/​assassif.
https://www.facebook.com/​French-Archaeological-Mission-in-Asasif-FAMA-112898546850848/​.
https://sketchfab.com/​IES.

1. Objectifs

1Les deux premières campagnes de fouille dans l’Assassif (2018 et 2019) ont révélé un gisement intact de la XVIIIe dynastie au nord de la dépression donnant accès à la tombe de Padiamenopé, dans une zone où les propositions de restitution publiées supposaient la présence de superstructures appartenant à la TT 33. Les indices observés dans un sondage (opération A) nous ont invités à comprendre l’assemblage comme un contexte mixte, funéraire et de travaux publics, où des inhumations secondaires furent enfouies dans un terrassement mis en place à l’occasion de la construction de la chaussée menant au temple Djeser‑akhet de Thoutmosis III, à Deir el‑Bahari. Étant donné l’importance de ces résultats pour l’histoire de l’aménagement de la nécropole, la campagne 2021 avait pour objectif majeur de consolider cette interprétation, qui se fondait initialement sur une fenêtre d’observation limitée à une vingtaine de mètres carrés dans l’épaisseur de l’ouvrage. En outre, il s’agissait de collecter les nombreux dépôts secondaires enfouis dans les remblais de construction, afin d’éclairer les circonstances dans lesquelles fut construite la chaussée. Dans quelle mesure les travaux de la voirie ont‑ils perturbé, modifié, exproprié, déplacé ou protégé les sépultures, les monuments et les dépôts de mobilier qui occupaient la nécropole avant la transformation de l’espace public ? L’origine des artefacts enterrés en position secondaire est‑elle homogène, spatialement et chronologiquement, ou les translations d’objets et de matériaux procèdent‑elles de plusieurs foyers ?

2En outre, nous voulions déterminer si la construction de la XVIIIe dynastie a protégé des niveaux plus anciens et s’il est possible d’y accéder. Enfin, nous nous attendions à ce que ces enquêtes permettent, dans le même temps, de préciser la façon dont les constructeurs de la TT 33 durent composer avec les contraintes du terrain préexistant, tout en clarifiant la disposition des structures aériennes du mausolée de Padiamenopé.

2. Méthode

3Les travaux se sont concentrés autour de l’opération A, qui a été élargie et approfondie suivant deux lignes directrices. Sur une surface d’environ 230 m2, les colluvions qui glissaient sur la pente au nord de la « première cour » supposée de la TT 33 ont été ôtées (fig. 1). Comme ces couches ont commencé à se former lorsque les ouvriers de Padiamenopé talutèrent ce versant et entassèrent en amont les déblais de creusement des salles souterraines, leur retrait devait révéler un état du site globalement contemporain de la tombe (de sa construction à son abandon).

Fig. 1. Vue générale du site à la fin de la campagne 2021, vers l’ouest (F. Colin).

Fig. 1. Vue générale du site à la fin de la campagne 2021, vers l’ouest (F. Colin).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_001

4D’autre part, sur une surface d’un peu plus de 50 m2, les remblais composant le terrassement de la XVIIIe dynastie ont été fouillés dans l’ordre stratigraphique inverse sur une profondeur échelonnée entre quelques dizaines de cm et près de 3,8 m, afin de mettre en évidence la structure interne de l’ouvrage et de prélever le mobilier réinhumé.

5Selon une procédure désormais bien rodée, 44 relevés photogrammétriques géolocalisés et 18 modèles numériques d’artefacts (outre les dessins manuels) ont été produits pour enregistrer les données mises au jour par ces opérations.

3. Résultats

3.1. Identification de travaux archéologiques antérieurs

6Une fosse (FS 1434) large de 4,44 m en son plus grand diamètre et profonde de plus de 4 m, installée dans la pente du talus nord, entamait toutes les couches du terrassement de la XVIIIe dynastie (fig. 2). Pour maintenir la sécurité de la fouille, elle n’a pas été vidée jusqu’au fond, mais il est probable qu’elle descende jusqu’au substrat rocheux, environ un mètre plus bas. Dans la partie supérieure de son comblement ont été prélevés des fragments de journaux, dont un était daté du 11 octobre 1932.

Fig. 2. Plan des opérations A et B en fin de campagne 2021 : mise en évidence des principales phases stratigraphiques et ombrage du relief d’après le modèle numérique d’élévation AS‑2021.2‑P‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

Fig. 2. Plan des opérations A et B en fin de campagne 2021 : mise en évidence des principales phases stratigraphiques et ombrage du relief d’après le modèle numérique d’élévation AS‑2021.2‑P‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_001

Fig. 3. Hypothèse de restitution d’un mur au nord de la première cour (Eigner 1984) (dessin F. Colin, 2022).

Fig. 3. Hypothèse de restitution d’un mur au nord de la première cour (Eigner 1984) (dessin F. Colin, 2022).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_002

  • 1 Colin 2019, note 8.
  • 2 Voir l’hypothèse de restitution sur le plan 1, dans Eigner 1984.
  • 3 Bietak, Reiser‑Haslauer 1978, p. 31‑32.

7Il est intéressant de s’interroger sur l’ampleur et la position de ce sondage irrégulier, creusé dans un terrain instable, à flanc de pente, loin de tout affleurement de structure susceptible d’éveiller une curiosité exploratoire. La logique de cette opération ancienne ne paraît pas liée aux caractéristiques immédiates du sol et du relief. En revanche, l’étude bibliographique de l’évolution, depuis le xviiie siècle, des hypothèses de restitution du plan de la TT 33 révèle probablement la forme de rationalité qui a pu sous‑tendre ces travaux infructueux, autant que coûteux en temps et en main‑d’œuvre. La fosse 1434 est en effet située exactement à l’aplomb du tracé hypothétique d’un mur en briques crues (comparer les fig. 2 et 3), dont les travaux de synthèse sur la « stratigraphie horizontale »1 de l’Assassif ont supposé l’existence au xxe siècle, sur la foi de relevés publiés au siècle précédent – dont les conventions de dessin ne faisaient pas explicitement la part entre les restitutions et l’état des lieux observé. Cette structure d’orientation est‑ouest se serait appuyée sur le premier pylône et aurait marqué la limite nord des deux cours à ciel ouvert de la TT 332. Le sondage ancien (FS 1434) était suffisamment large pour rencontrer ce mur, s’il avait existé, mais probablement beaucoup trop limité pour comprendre que la stratigraphie intacte affleurant à cet endroit remontait en fait à la XVIIIe dynastie – ce qui signifie que les fouilleurs se trouvaient déjà sous les niveaux recherchés de la XXVIe dynastie et qu’il était impossible qu’un mur ait jamais été bâti par Padiamenopé à cet emplacement (voir ci‑dessous § 3.3.3). Cette enquête menée dans la première moitié du xxe siècle est restée inédite, alors que la question soulevée à cette époque a acquis une importance majeure dans la seconde moitié du siècle, quand les scénarios construits pour établir la chronologie relative des grandes tombes de la Basse Époque ont été fondés en partie sur l’existence supposée de ce mur hypothétique3.

3.2. Structure du mausolée de Padiamenopé

8La fouille de la zone de contact entre le môle nord du pylône et le mur d’enceinte de Padiamenopé, menée sur une surface de 30 m2, avait un triple objectif :

  1. Déterminer la chronologie de la construction de ces deux structures majeures de la TT 33 ;
  2. Comprendre les anomalies détectées lors du relevé géomagnétique ;
  3. Contribuer à la conservation de cette partie du pylône, conformément aux recommandations du MoTA.
  • 4 Nous remercions Matthieu Vanpeene pour ses idées sur cette question, discutée lors de la visite de (...)

9Nous avons ainsi pu observer le mur d’enceinte sur toute sa largeur, alors que l’emplacement de son parement oriental et son contact avec le pylône étaient jusqu’ici restés invisibles, malgré des tentatives de dégagement au xxe siècle attestées par des fosses dans cette zone. Le mur, large de 3,13 m à la hauteur de son arase, s’appuie sur le môle nord (7,7 m de large à l’arase) sans lui être chaîné, selon un mode de construction habituel pour stabiliser ces structures massives tout en leur permettant de se déformer individuellement selon leurs caractéristiques volumiques propres4. Aucun indice d’une éventuelle construction en deux temps n’a été constaté, contrairement à une hypothèse parfois envisagée dans la bibliographie. Par ailleurs, la maçonnerie de l’enceinte, comme celle du pylône, comprend régulièrement des briques crues estampillées et marquées du même texte : Image.

10La cartographie des anomalies du champ magnétique présentait une particularité intrigante dans la zone de contact entre l’enceinte et le pylône, car les contrastes d’intensité manifestaient une discontinuité entre les deux structures, ce qui pouvait suggérer la présence d’un vide (fig. 4).

Fig. 4. Zone de contact entre le môle nord du pylône de Padiamenopé et son enceinte, carte d’intensité du champ magnétique (B. Gavazzi et S. Brahimi, 2017).

Fig. 4. Zone de contact entre le môle nord du pylône de Padiamenopé et son enceinte, carte d’intensité du champ magnétique (B. Gavazzi et S. Brahimi, 2017).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_003

La fouille a déterminé une origine possible de ce phénomène, car, dans le secteur concerné, elle a révélé que la maçonnerie de l’enceinte fut démontée assez profondément sous le niveau ancien du sol, jusqu’à près de 1,1 m sous la surface, avant que cette excavation soit à nouveau comblée de matériaux meubles dans la suite des opérations de démontage (fig. 5). Il est possible que, plus vers le nord, le niveau de l’arase soit conservé plus près de la surface actuelle, ce qui expliquerait la meilleure visualisation géophysique du mur grâce à son contraste d’aimantation avec les matériaux environnants. On voit clairement comment les récupérateurs de matériaux ont travaillé systématiquement, à une époque apparemment plus ancienne que les explorations modernes. Ils démontaient les assises par rangées en commençant au nu de l’extrémité nord du pylône et en s’éloignant ensuite vers le nord, pour déboîter ainsi facilement les adobes. Au niveau des parements, des deux côtés, ils laissaient quelques assises en place pour étayer les matériaux à l’ouest et à l’est et éviter que les remblais comblant la tranchée de fondation s’effondrent vers l’intérieur (fig. 5).

Fig. 5. Zone de contact entre le mur d’enceinte et le môle nord du pylône de la TT 33. Orthophotographie en plan horizontal et coupe, d’après le modèle 3D AS‑2021‑G‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

Fig. 5. Zone de contact entre le mur d’enceinte et le môle nord du pylône de la TT 33. Orthophotographie en plan horizontal et coupe, d’après le modèle 3D AS‑2021‑G‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_004

11Ces données nouvelles, démontrant le systématisme de la démolition volontaire de l’enceinte, permettent de comprendre les processus qui effacèrent du paysage archéologique les superstructures de la TT 33, avant que les explorateurs, dès le xviiie siècle, en établissent les premiers relevés. L’époque de ces travaux n’est pas encore déterminée par des critères de datation absolue, mais les tessons les plus récents contenus dans les couches de débris associées à cette (peut‑être longue) phase de destruction remontent à l’époque byzantine (notamment des fragments d’amphores égyptiennes Late Roman 7, voir ci‑dessous § 4.3.2).

12La découverte de plusieurs dizaines de fragments de tissus de lin sur la surface de travail du chantier de récupération de matériaux a également révélé que, parallèlement au démontage des briques, une entreprise de pillage de tombes et probablement de déballage de momies à la recherche d’objets précieux était également en cours. Parmi les fragments se trouvait une belle bandelette de lin fin inscrite d’un texte issu du chapitre 101 du Livre des morts, au nom d’un certain Ouen (Image). Outre l’établissement du texte en vue de la publication, une étude en post‑fouille a documenté la qualité du tissage de ce tissu, que le chapitre 101 qualifie de « lin royal », par contraste avec les autres fragments de textile provenant manifestement de composants plus ordinaires de la momie.

3.3. Le paysage antérieur à la tombe de Padiamenopé

3.3.1. Géologie de l’Assassif

13Les observations conduites par Christian Dupuis se sont partagées entre le diagnostic lithologique de matériaux prélevés lors de la fouille et l’étude de la géologie de l’Assassif, avec une attention particulière sur les phases pléistocènes, qui ont modelé l’état récent du paysage naturel dans lequel la nécropole s’est ensuite installée.

Paleogene Substratum

14The geological substratum of the TT 33 area is divided in two parts. The oldest is the Paleocene‑Eocene marine succession exposed in the Theban Mountain as a glimpse of the bedrock of the occidental Libyan plateau. The younger are the Pleistocene surficial deposits related to the field geomorphology and the recent history of the landscape. They are respectively several 10My and some 10Ky older than the archeological strata.

15The Assassif valley is incised in the horizontally‑lying Paleocene‑Eocene Formations, i.e., in the stratigraphic order, the Tarawan Limestone (TAL), the Esna Shale (ES), and the Thebes Limestone (TEL). To the northwest, upstream and laterally, the valley sides are cut in the ES and over hanged by the main cliff that draws the amphitheater surrounding the Hatshepsut temple. This tremendous about 100 m cliff coincides with the thick basal unit A of the TEL. At the other extremity, the TAL crops out in the hollows towards the alluvial plain of the Nile. The so‑called ‘first courtyard’ of the Padiamenope tomb occupies an intermediate position in the valley, tight between the Khokha hill to the south and the Dra Abu el‑Naga slopes to the north. The deep bedrock is made of the TAL in which the around 18 m in elevation two levels tomb of Padiamenope occupies nearly all the available limestone thickness (~20 m). This limestone and the lowermost beds of ES are the basement of all the area delimited by the pylon and the four walls.

Pleistocene deposits

16Pleistocene deposits are sandwiched between TAL and archaeological strata. The oldest Quaternary deposit currently observed is a one meter thick weathered profile developed in TAL. It is preserved on the northern side of the collapsed (and so‑called) “Lichthof” and interpreted as a gypcrete‑like paleosol characterized by millimetric gypsum crystal deposited in relation with up and down vertical sulfate‑saturated water movements during an arid climate. Three horizons provisionally named A to C in ascending order, are distinguished. Horizon A consists in a 30‑50 cm thick interval of TAL affected by nearly horizontal flat cracks (m), vertically spaced (some to 10 cm) and slightly open (some mm) extensively infilled with gypsum crystallites. Horizon B is made of horizontal thin (some cm) and long platelets of limestone (10‑50 cm) separated by voids of equivalent dimensions partially infilled/covered by gypsum fibrous needles and exhibiting a gross lamellar structure. Horizontally thin zoned half centimeter thick ribbons in a medial position into the voids are formed by palisades of mm sized crystals. This documents the progressive opening of the fractures while the mineralization is progressing in relation with the pedologic activity. In horizon C, the size and the thickness of the lamellas rapidly decrease upwards up to few millimeters giving its upper interval a fine granulated texture in where the horizontal anisotropy tends to vanish. Thin gypsum cemented planar discontinuities of diverse orientations give the uppermost part of horizon C a 10 cm sized boxwork‑like structure that could indicate more surficial pedological effects, such as desiccation cracks or root bioturbations? All these weathering imprints must probably be laterally traced over the Paleogene substratum as a marker of a significant step in the Assassif landscape evolution.

17A second Quaternary deposit is composed of some meters of fluviatile gravel sequences exposed on both sides of the ‘Lichthof’ and as a thin remnant below the south wall. This gravel rests on an erosional surface postdating the gypcrete-like paleosol preserved on the northern side of the ‘Lichthof’ and cutting down into the unaltered TAL. The elevation of the base of the alluvium gradually decreases from the northern side outcrop, to the southern one and reaching its local lower level below the southern wall. This suggests a south‑east slope of the riverbed towards the Nile flood plain. Preliminary surveys in the lower Assassif valley have allowed to observe some sparse occurrences of coarse gravel that confirm our hypothesis. Westwards, upstream towards the Sheikh Abd el‑Qurnah hill, stratified gravel occurrences were recognized that could complete uphill tracing the Assassif river. Alluvial material is mainly composed of slightly rounded limestone fragments, flints of diverse kinds, and chips and debris of shales of upslope origin. It forms stratified 10 cm thick alternations dominantly coarse grained intercalated with few sandier intervals. Obliquely stratified beds also evidence the high competency of the river flow and the availability of important and fluctuating quantities of running water. This completes and confirms the plausible scheme of a river flowing the axis of the Assassif valley and points to a regional humid climatic event postdating the aridity event of the gypcrete-like paleosol. Downslope, this ‘Padiamenope gravel’ run at a lower elevation than the nearby Khokha hill. As this hill is a part of the last giant landslipped slab of the area (running on the southeastern side of the Theban Mountain, from the Queen Valley to Sheikh Abd el‑Qurnah) the incision of the ‘Padiamenope gravel’ postdates this sliding episode evidencing a more recent humid climate fluctuation.

3.3.2. Les crues éclairs d’époque pharaonique

  • 5 Colin et al. 2020, § 20.
  • 6 Biston‑Moulin 2015, p. 46‑49 et la bibliographie note 57. La nouvelle discussion que méritent déso (...)
  • 7 Vandersleyen 1967 ; Vandersleyen 1968.
  • 8 Ritner, Moeller 2014a ; Ritner, Moeller 2014b.

18Dans un environnement désormais aride et contemporain du fonctionnement de la nécropole, l’opération B menée en 2018 et 2019 avait mis en évidence une série d’au moins sept dépôts successifs de crues éclairs, advenues peut‑être dans un laps de temps court5. La datation de cet épisode était fondée sur la chronologie relative, car les dépôts d’alluvions, reposant sur l’excavation d’une carrière de calcaire – et contenant un cône funéraire du Moyen Empire en position secondaire –, étaient par ailleurs coupés par la tranchée de fondation du pylône de Padiamenopé. L’extension de l’opération A a révélé que cette séquence apparaît en affleurement dans le talus nord et que la base du terrassement de la XVIIIe dynastie est installée sur ce niveau alluvial (fig. 2). Les conclusions chronologiques de cette nouvelle observation sont capitales pour chercher à situer l’épisode météorique dans le cadre historique de la nécropole thébaine. En effet, le terminus ante quem de cet événement remonte aux environs de la fin du règne de Thoutmosis III (construction de la chaussée), ce qui le rapproche sensiblement du début de la dynastie. On peut donc envisager désormais sérieusement que tout ou partie de la séquence de crues archivée dans la stratigraphie corresponde au phénomène qui inspira les tableaux catastrophiques décrits dans la stèle d’Ahmosis Ier dite de la tempête6. Dans cette hypothèse, qu’il conviendra d’approfondir, les résultats de la fouille procureraient un fondement matériel à l’interprétation classique de ce texte, selon laquelle celui‑ci évoquerait un orage7 plutôt que l’explosion du Santorin8.

3.3.3. La construction d’une rampe pour la chaussée menant au temple de Thoutmosis III

  • 9 Colin et al. 2020, fig. 1.

19Dans la vaste dépression généralement identifiée comme la « première cour » de la TT 33, la lisibilité du plan des structures composant l’accès au mausolée est inégale dans l’état actuel du site9. Sur le versant sud, la limite du monument est facile à fixer, car l’épais mur méridional de l’enceinte du complexe mortuaire y a toujours été visible, depuis les premières explorations par des archéologues jusqu’à aujourd’hui. En revanche, le profil relativement informe du talus nord, qui constitue son pendant symétrique, a continuellement posé des difficultés, depuis le xviiie siècle, pour relever l’état des lieux ou pour restituer la disposition ancienne des structures (voir, par exemple, ci‑dessus § 3.1). La prospection géophysique, en 2017 et 2018, et les fouilles de 2018 à 2021 ont progressivement révélé pourquoi les caractéristiques du terrain le rendaient objectivement compliqué à interpréter. D’abord, il fallait constater que dans cette zone l’altitude du sol précédant les travaux de la TT 33 (ca. 101,53 m, à l’aplomb de la mesure suivante), sur lequel les ouvriers de Padiamenopé évacuèrent les déblais de creusement, est assez élevée par rapport au substrat rocheux en place (ca. 95,88 m) – et, par conséquent, que la surface de circulation fut surélevée artificiellement à un moment de l’histoire de l’Assassif. Ensuite, on devait chercher la date de ce rehaussement, dont notre fouille a montré d’après le mobilier prélevé qu’il remonte à la XVIIIe dynastie, c’est‑à‑dire longtemps avant la construction du mausolée. Enfin, il s’agissait de combiner les données de cette chronologie et de la topographie locale, pour comprendre deux caractéristiques du terrain, qui en complexifient l’interprétation :

  1. Mis à part les monceaux de déblais sommitaux (les déblais de carriers de la Basse Époque), les strates situées en hauteur sont plus anciennes (XVIIIe dynastie) que les dépôts occupant le fond de la dépression (XXVIe dynastie et plus récent).
  2. Alors que le talutage opéré par les architectes de Padiamenopé confère au relief actuel une forte pente du nord vers le sud, la plupart des couches archéologiques des remblais de nivellement tranchés par le talus suivent une pente inverse, du sud vers le nord (fig. 6). Une observation limitée à l’affleurement visible sans fouille, même complétée d’un sondage localisé (cf. FS 1434, § 3.1), ne permettait pas de conceptualiser cette disposition géométrique, ni de reconstituer la séquence des événements qui la mirent en place.

Fig. 6 : La rampe en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).

Fig. 6 : La rampe en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_002

  • 10 Colin et al. 2020, § 17.

20Les données issues des deux premières campagnes de fouille invitaient à proposer un scénario de remblaiement (construction de la chaussée, XVIIIdynastie) et de déblaiement (creusement de la TT 33, Padiamenopé) successifs et de supposer « qu’au moins une partie de la dépression située dans l’axe d’entrée de la TT 33 ait été creusée par l’érosion naturelle du ouadi au Quaternaire »10. En 2021, le décapage extensif des éboulis glissés sur la pente du talus et l’examen géologique des affleurements ont permis de confirmer et de préciser cette hypothèse, puisqu’ils ont révélé le passage d’un ou plusieurs cours successifs d’une paléorivière traversant l’enceinte de Padiamenopé en biais par rapport à son orientation cardinale. Le cours d’eau est d’abord matérialisé par des dépôts de graviers archivés sous le mur d’enceinte sud de la TT 33 et, dans la stratigraphie du talus symétrique, sous une partie des fondations de la rampe de la XVIIIdynastie (graviers de Padiamenopé, GP). L’affleurement visible sur le flanc nord du « Lichthof » expose une structure intéressante pour caractériser le mode de sédimentation d’une partie au moins de ces graviers fluviatiles. Le contact basal de l’ensemble est marqué par la succession latérale de lentilles dissymétriques, d’extension métrique à demi‑métrique. La partie amont de chaque lentille s’inscrit dans une encoche décimétrique qui entame l’horizon supérieur du paléosol en fossilisant une microfalaise concave. Les lentilles se succèdent d’aval en amont, la partie aval plus mince et moins grossière recouvrant la partie amont de la précédente. Dans la partie la plus aval de l’affleurement (c’est‑à‑dire la partie la plus proche du passage de la rampe de la XVIIIe dynastie), deux ou trois de ces lentilles sont principalement formées de graviers grossiers (éléments subarrondis centimétriques à décimétriques), qui pourraient marquer la proximité du chenal de fond. La granularité des lentilles érosives prises dans leur ensemble, tendrait à diminuer d’aval en amont, chacune conservant toutefois un granoclassement subhorizontal. Sous réserve d’un examen plus poussé, un tel dispositif suggère une érosion de la berge du cours d’eau (en l’occurrence du paléosol) par étapes remontantes et aggradantes accompagnant l’élévation progressive et saccadée du niveau de l’eau, la place de ce processus sédimentaire dans le système des graviers restant à établir.

21Dans la partie ouest de la fouille, les graviers de Padiamenopé (GP) se biseautent rapidement vers l’est en passant sous les couches archéologiques pour ne plus subsister que sur quelques décimètres d’épaisseur. Le recreusement est d’abord occupé par des éboulis et des colluvions partiellement naturels, eux‑mêmes recouverts par les couches archéologiques qui par définition le comblent. Une géométrie symétrique se lit sous le mur sud dont les briques se fondent sur les graviers GP. À l’aplomb de sa plus grande hauteur, l’épaisseur de ces derniers est réduite par l’érosion à quelque vingt à trente centimètres. Vers l’ouest, la base du mur s’élève en s’appuyant sur les graviers qui retrouvent leur épaisseur maximum au flanc sud du « Lichthof ». Il est clair que l’allure courbe de la sole du mur sud se calque sur la même surface érosive entaillant les graviers. Par interpolation, son intersection complète l’image de la surface d’érosion en fond de bateau, mise au jour au cours du creusement de la TT 33, utilisée d’une part, pour fonder le mur sud et d’autre part enjambée au nord par les remblais de la rampe de la XVIIIdynastie. La morphologie actuelle du substrat naturel de l’assise de la rampe ainsi que du mur sud, est donc liée à une dynamique fluviatile un peu compliquée guidée par le thalweg de l’Assassif. Nos observations suggèrent qu’un premier épisode d’abord érosif puis aggradant ait été suivi d’une phase essentiellement érosive. Sa résultante finalement soustractive a très probablement amené l’incision à se rapprocher du substrat rocheux, voire à l’entamer. Le premier épisode relève d’un niveau de base élevé alors que le second traduit son abaissement drastique. L’ampleur du laps de temps séparant les deux phases fluviatiles, en relation probable avec l’évolution du Nil, nous échappe pour l’instant.

  • 11 Arnold 1971, p. 17.

22La combinaison des observations archéologiques et géologiques permet de reconstituer les contraintes topographiques que durent résoudre les bâtisseurs de la chaussée menant au temple de Thoutmosis III. Dans notre zone d’étude, ils furent confrontés à un ravin creusé par l’érosion d’une paléorivière, qu’ils franchirent en construisant la rampe repérée par notre prospection géophysique. Dans d’autres secteurs de l’Assassif, ils durent au contraire araser les proéminences pour maintenir une pente régulière sur toute la longueur de la voie sacrée. Ils écrêtèrent par exemple le substrat rocheux11 vers l’aval, à l’approche de la tombe d’Antef (TT 386), au sud‑est de la TT 33.

  • 12 Sur cette question, voir aussi le scénario présenté dans Colin 2021, p. 42, que la campagne 2021 a (...)

23La nature des débris déversés dans les remblais de construction de la rampe indique clairement que pour niveler le trajet de la chaussée les ingénieurs firent transporter vers les dépressions les déblais produits par l’ablation des reliefs12. L’écrasante majorité des débris est composée de graviers de shale de la formation d’Esna (fragments entre 0,2 et 2 cm), avec quelques cailloux de shale de plus gros module, mêlés à des sédiments sablo‑limoneux peu abondants. L’absence d’apports éoliens significatifs, qui impliqueraient une longue exposition des débris à l’air libre (on constate seulement une faible quantité de sédiments fins et la rareté et la finesse des particules végétales), suggère que ces matériaux ont été transportés dans le remblai peu de temps après avoir été concassés à leur emplacement géologique d’origine. La lame brisée d’une houe en bois (AS‑2021‑1334‑1), abandonnée dans les niveaux de shale sommitaux de la rampe, doit avoir été employée à ce travail, soit pour disloquer des morceaux de roche à leur affleurement, soit pour niveler les dépôts de gravier à l’endroit où nous l’avons trouvée (fig. 7).

Fig. 7. Lame brisée d’une houe en bois (AS‑2021‑1334‑1), in situ (F. Colin, 2021).

Fig. 7. Lame brisée d’une houe en bois (AS‑2021‑1334‑1), in situ (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_003

24La prédominance des shales s’explique par l’omniprésence des affleurements de la formation d’Esna dans l’Assassif, vers l’amont et vers l’aval. D’autres roches sont cependant aussi employées dans certaines strates du terrassement, telles que des éclats de calcaire de Tarawan ou des galets roulés provenant de dépôts fluviatiles, mais avec une fréquence moindre et de façon très localisée, du moins dans les niveaux actuellement atteints par la fouille. Enfin, d’autres couches de remblai se caractérisent par une composition beaucoup plus hétérogène, lorsqu’une matrice abondante de sédiment fin (limon, sable fin en proportions diverses) englobe quelques éclats de roche dispersés (entre 0,2 et 20 cm) et de petits artefacts en nombre signifiant, ainsi que des débris d’ossements humains en position secondaire. Par exemple, l’unité stratigraphique 1227 (fig. 6), dont la matrice limoneuse (10 Y/R 7/2 light gray) contenait comparativement peu de débris géologiques (du calcaire principalement, un peu de shale), mais une quantité sensible de macrorestes et de carporestes, a produit le catalogue suivant : éclats de briques crues et de mortier de terre, morceau de cône funéraire, fragments de calcaire peint et gravé, d’enduit peint, de bois sculpté et peint, d’albâtre, de charbon, de bouchon, de cordes, de tissus (lin), un hameçon, une perle en cornaline, une feuille d’or, un bloc de pâte à scellés en terre crue, des tessons résiduels ou de grande dimension, plus nombreux que dans les autres couches du remblai (voir ci‑dessous § 4.3.4.), dont une panse remployée comme palette à mortier, sept coprolithes, des restes de nid alvéolaire de guêpe ou d’abeille (qu’on peut supposer issus du nettoyage d’un contexte primaire à l’air libre) et des ossements humains fragmentés, dont certains étaient brûlés. Ces objets déplacés proviennent manifestement d’un dépôt primaire formé par l’interaction d’agents naturels récents (sédiments éoliens et/ou alluviaux) et d’activités anthropiques à connotation notamment funéraire. On en déduira qu’en l’occurrence, les ouvriers ne prélevèrent pas ces matériaux sur un affleurement géologique, mais sur un sol archéologique de la nécropole.

  • 13 Colin 2021, p. 21.

25Sur le plan structurel, la progression de la fouille a largement amélioré notre compréhension de l’organisation et de l’agencement du réseau cellulaire mis en œuvre pour stabiliser la rampe. Les hagues13 qui composent le squelette du terrassement, formées de briques crues, de pierres sèches, d’artefacts divers remployés (cônes funéraires, vases complets, planche de sarcophage démembré, fragments d’enduit peint provenant d’une tombe) ou d’une combinaison de ces unités de base, sont orientées soit longitudinalement, dans le sens de la pente de la rampe, soit transversalement et appuyées à angle droit contre les premières (fig. 2, 6, 8‑15).

Fig. 8. Vue générale en perspective de la rampe en cours de fouille, vers le sud, et mise en évidence des hagues, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, 2021‑2022).

Fig. 8. Vue générale en perspective de la rampe en cours de fouille, vers le sud, et mise en évidence des hagues, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, 2021‑2022).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_005

Fig. 9. Élévation et coupe le long de la hague longitudinale de la rampe, et localisation des dipinti hiératiques et des vases complets, vue vers le sud‑ouest, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

Fig. 9. Élévation et coupe le long de la hague longitudinale de la rampe, et localisation des dipinti hiératiques et des vases complets, vue vers le sud‑ouest, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_006

Fig. 10. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).

Fig. 10. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_004

Fig. 11. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).

Fig. 11. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_005

Fig. 12. Hagues sous la surface de la rampe et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).

Fig. 12. Hagues sous la surface de la rampe et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_006

Fig. 13. Hagues vers la base de la rampe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).

Fig. 13. Hagues vers la base de la rampe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_007

Fig. 14. Témoin de la surface de la rampe et hagues mises en évidence dans le cœur de la structure, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).

Fig. 14. Témoin de la surface de la rampe et hagues mises en évidence dans le cœur de la structure, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_008

  • 14 Colin 2020, fig. 8.
  • 15 Voir par exemple Wieczorek 2008, p. 207‑209, fig. 4 et 6 ; et Wieczorek 2015, fig. 1 i.
  • 16 Sur l’unité du dispositif cultuel (temple haut, chaussée, probable temple bas), sous le nom de Dje (...)

26Ces empilements de maçonnerie vernaculaire atteignent parfois des dimensions importantes, en hauteur et/ou en longueur, que nous avons pu observer, par exemple, sur la hague transversale 1050 (fig. 6, 9, 11, 13) et sur la structure bâtie longitudinale 1039 (+ 1291 + 1359 + 1405 + 1413 + 1332, fig. 9), toutes deux apparues dès le premier sondage en 201814. La première s’élève sur 3,24 m, de sa base à son assise la plus élevée. La seconde, perpendiculaire, forme une dorsale le long d’un tracé probablement proche de l’axe central de la voie, d’après sa distance aux deux bords restitués de la chaussée. Nous avons pu la suivre sur une longueur de plus de 15 m, et elle continue en amont et en aval au‑delà de la surface fouillée. En trois emplacements de sa face nord (fig. 9, 15‑18), un signe hiératique à l’encre noire paraît servir de point de repère, apposé à chaque fois en amont d’une hague transversale, vers la partie supérieure de la structure (une fois Image, deux fois Image). Ces signes ne sont pas sans rappeler les marques de contremaître de chantier (Building dipinti), bien attestées sur des blocs maçonnés dans les temples d’Hatchepsout et de Thoutmosis III à Deir el‑Bahari15 – ce qui procure un indice supplémentaire de l’unité de conception reliant, d’une part, la construction de la chaussée et de sa rampe et, d’autre part, les édifices cultuels du fond de la vallée16.

Fig. 15. Détail de la hague 1359 et localisation de deux marques de contremaître en hiératique, vue vers le sud‑ouest (F. Colin, 2021).

Fig. 15. Détail de la hague 1359 et localisation de deux marques de contremaître en hiératique, vue vers le sud‑ouest (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_009

Fig. 16. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).

Fig. 16. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_010

Fig. 17. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).

Fig. 17. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_011

Fig. 18. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 et d’un vase en place dans la hague 1336 (F. Colin, 2021).

Fig. 18. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 et d’un vase en place dans la hague 1336 (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_012

  • 17 Mesures prises sur un modèle numérique d’élévation (MNE) exporté au départ du modèle AS‑2021.2‑P‑1
  • 18 D’après un MNE exporté au départ du modèle AS‑2021‑L‑1.

27Il n’est pour l’instant pas possible d’observer sur une distance significative le profil du terrain préexistant sur lequel est élevée la hague longitudinale, mais la pente de son assise supérieure atteint environ 19,5 % – une valeur probablement déjà atténuée par rapport à la base de la structure17. Les hagues transversales, qui s’appuient par‑dessus cet axe directeur, ainsi que la disposition progressive des apports de remblai ont ensuite permis aux ingénieurs de fixer la pente de la surface de la chaussée à moins de 3 % (entre 2,6 et 2,8 % environ, fig. 9)18. Nous avons effectué cette mesure sur un lit d’attente composé de gravier fin de shale tassé et partiellement décomposé, tel qu’il était exposé à l’air au moment où les constructeurs de la tombe de Padiamenopé ont commencé leurs travaux, mais il est vraisemblable que la voie sacrée était dallée de matériaux qui furent récupérés par la suite. Ce pavement final ajustait peut‑être encore la correction de l’inclinaison obtenue grâce au gros œuvre du terrassement.

28L’ordre régulier dans lequel les hagues ont été élevées et la direction de l’inclinaison des couches indiquent clairement que, dans l’axe de la chaussée (profil en long), les remblaiements ont été apportés de l’amont vers l’aval. Les hagues transversales sont pourvues d’un fruit important dans le sens contraire à la pente compensée, en sorte qu’elles s’appuient sur les couches déjà installées en amont en segmentant et en stabilisant progressivement la mise en place du remblai. Dans la portion que nous avons fouillée, les strates du profil en travers de la chaussée sont sensiblement inclinées depuis le sud‑ouest vers le nord‑est (fig. 6), c’est‑à‑dire vers l’extérieur de la voie (l’axe central se situait sans doute légèrement au sud‑ouest de la surface étudiée). Le monument est cependant incomplet et ne peut s’observer sur toute sa largeur, puisque le creusement du talus de Padiamenopé l’a détruit sur son versant sud. Il est possible que le flanc disparu s’appuyât sur le bas‑côté nord de la voie de Montouhotep II, parallèle.

29L’épaisseur de la rampe doit évidemment varier selon l’altitude du relief sous‑jacent et selon la position de l’observation le long de son axe. Dans un segment où le dégagement des colluvions couvrant le talus a permis un examen direct depuis le sol antérieur au terrassement jusqu’à sa surface actuelle, les remblais s’élèvent sur 4,86 m. Ils couvrent un sol, seulement observé en coupe, où sont vraisemblablement archivés des vestiges du paysage de l’Assassif vers la fin du règne de Thoutmosis III.

30La diversité des débris géologiques composant les niveaux de remblai (prédominance de graviers homogènes de shale, mais aussi occurrence de couches de calcaire de Tarawan, de galets roulés et de sédiments caractéristiques de sols archéologiques) traduit un chantier de construction à grande échelle, dont les sources d’approvisionnement en matériaux sont multipolaires. La nature et la datation des artefacts enfouis dans la rampe, intégrés dans la maçonnerie des hagues ou noyés dans les remblais, confirme que les ouvriers les prélevaient simultanément dans plusieurs secteurs de la nécropole, dont les sols et monuments gardaient le souvenir des principales périodes d’occupation représentées dans l’Assassif au moment de la construction. Les tessons prélevés ont notamment pu être attribués aux XIIe, XIIIe et XVIIe dynasties, ainsi qu’à la première partie de la XVIIIe dynastie (avant les règnes de Thoutmosis III/Amenhotep II), qui a livré les individus les plus nombreux dans les remblais (voir ci-dessous § 4.3.4).

  • 19 Voir aussi le modèle en ligne AS‑2021.2‑B‑1, Colin 2022.

31Au moins une tombe monumentale du Moyen Empire a fourni aux terrassiers une collection importante de cônes funéraires anépigraphes (fig. 19), dont une série avait été remise en place dans une hague (SB 1340) pour former une sorte de frise informelle (fig. 11‑12, 2019) ; leur association avec quelques éclats de liant de terre (mouna) indique, d’après les empreintes préservées dans l’argile, que ces objets ornaient à l’origine une façade sur deux rangées superposées.

Fig. 19. Assemblage de cônes funéraires du Moyen Empire provenant des hagues et des remblais de la rampe (F. Colin, 2021).

Fig. 19. Assemblage de cônes funéraires du Moyen Empire provenant des hagues et des remblais de la rampe (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPM_001

Fig. 20. Frise informelle de cônes funéraires du Moyen Empire remployés dans la hague 1340, in situ, en cours de démontage de la hague (F. Colin, 2021).

Fig. 20. Frise informelle de cônes funéraires du Moyen Empire remployés dans la hague 1340, in situ, en cours de démontage de la hague (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_013

  • 20 Les mesures de largeur et d’épaisseur sont prises in situ sur un petit nombre de briques provenant (...)
  • 21 Arnold 1971, p. 11‑12, 14‑15, 17, voir en particulier la morphologie des briques de la phase C : é (...)
  • 22 Voir Colin 2021.

32La plupart des briques crues, de couleur gris clair, ont un module de petites dimensions (échantillon de mesures : L. entre 28,1 et 31,8 cm ; l. entre 14 et 16 cm, ép. entre 5,3 et 8 cm20). Pauvres en dégraissant végétal, mais englobant régulièrement des galets roulés (indices possibles d’une confection dans un environnement proche de la nécropole, hors de la plaine alluviale du Nil), elles sont régulièrement pourvues de traces digitées sur leur face supérieure. Ce type est comparable, par exemple, aux formats et à la composition des briques provenant des superstructures de la tombe d’Antef (TT 386, XIe dynastie), qui était d’ailleurs elle‑même décorée de cônes funéraires en façade21. D’autres briques, moins nombreuses et de plus grand module, proviennent d’un monument de la nécropole bâti au nom du roi Ahmosis Ier, identifié sous son nom d’Héqataoui22. Un nouvel exemplaire s’est ajouté aux neuf individus mis au jour en 2019.

33Outre les cinq sarcophages précédemment découverts, dont l’assemblage cohérent du début de la XVIIIe dynastie constituait une véritable inhumation secondaire accompagnée de mobilier, plusieurs pièces d’équipement funéraire ont été découvertes dans des contextes dissociés du reste de la sépulture originelle : une sandale au milieu de débris de shale (fig. 21), une grande planche de sarcophage (fig. 13) et deux vases complets de la XVIIIe dynastie (fig. 9, 12‑13 et ci‑dessous § 4.3.4, AS‑2021‑1336‑1, 2 et 3), remployés dans la maçonnerie d’une hague. Également insérés dans une structure en pierres sèches et en briques crues, deux fragments d’enduit peint (fig. 22) comportant des impacts de percussion procèdent manifestement de la destruction volontaire d’une chapelle funéraire décorée [un plafond étoilé, une probable scène de traction de la momie du défunt par des bovinés, avec une mention de la « tombe » (ỉs)].

Fig. 21. Détail d’une sandale en cuir 1363‑1, in situ dans un gravier de shale en remblai dans la rampe (F. Colin, 2021).

Fig. 21. Détail d’une sandale en cuir 1363‑1, in situ dans un gravier de shale en remblai dans la rampe (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_014

Fig. 22. Deux fragments d’enduit peint, in situ dans la hague 1082 (F. Colin, 2021).

Fig. 22. Deux fragments d’enduit peint, in situ dans la hague 1082 (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_015

  • 23 Voir Colin 2020 et Colin 2021, fig. 4.

34Ces différents indices de l’expropriation de monuments appartenant à des ancêtres assez récents concordent avec le remploi, dans une hague, de la stèle du scribe Tétiânkh, qui vécut jusque sous le règne de Thoutmosis III (campagne 201823). Au même titre que les tombes du Moyen Empire découvertes, au siècle dernier, ensevelies sous les remblais des chaussées de la XVIIIe dynastie, ils témoignent des transformations radicales opérées sous ce roi, comme auparavant sous Hatchepsout, pour réaménager la vallée cultuelle. Enfin, les restes humains sont relativement rares et éparpillés en position secondaire dans les sédiments provenant de sols archéologiques. Certains avaient été brûlés partiellement, peut‑être à l’occasion de pillages de tombes intervenus avant l’époque de la construction de la rampe.

4. Études post‑fouilles

35Pendant une semaine avant le début de la fouille, puis quelques jours à la fin de la mission, Victoria Asensi, Frédéric Colin, Cassandre Hartenstein, Ayman Hussein, Sylvie Marchand, Samuel Mérigeaud, Antoine Micheau et Baptiste Mulot ont procédé à des études et relevés post‑fouille au magasin Carter et au Musée archéologique de Louqsor.

4.1. Radiologie et premier examen bioarchéologique

36Du 7 au 15 octobre, une équipe composée des docteurs S. Mérigeaud (radiologue, Groupe CRP/Vidi, Castelnau‑le‑Lez, directeur de Tridilogy, Montpellier), A. Micheau (radiologue, Groupe CRP/Vidi) et B. Mulot (vétérinaire, ZooParc de Beauval) a réalisé des radiographies des momies découvertes en 2018 et 2019 (fig. 23). L’opération s’est articulée en deux temps, tout d’abord au magasin Carter où se trouvent les sarcophages SA 1070 et 1090, puis au musée de Lousqor, où les trois cercueils SA 1244, 1245 et 1246 avaient été déplacés depuis la dernière mission de 2019. Les prises de vues radiologiques ont été réalisées à partir d’un matériel portable prêté par la société SIS‑FAS, sans manipulation des corps laissés dans les cuves. Les clichés ont été pris à partir des points de vue latéral, antéropostérieur et parfois oblique.

Fig. 23. Assemblage de radiographies antéro‑postérieures des momies AS‑2018‑1090‑1, AS‑2018‑1070‑1, AS‑2019‑1244‑1, AS‑2019‑1245‑1 et AS‑2019‑1246‑1, de gauche à droite (S. Mérigeaud et B. Mulot, 2021).

Fig. 23. Assemblage de radiographies antéro‑postérieures des momies AS‑2018‑1090‑1, AS‑2018‑1070‑1, AS‑2019‑1244‑1, AS‑2019‑1245‑1 et AS‑2019‑1246‑1, de gauche à droite (S. Mérigeaud et B. Mulot, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPM_002

37Un premier examen des images permet de synthétiser les résultats comme suit :

  • AS‑1070 : le corps repose sur le dos, les bras le long du corps et les mains sur le pubis. On note une grande édentation maxillaire, seules quelques dents saines sont encore en place. La présence d’arthrose du rachis cervical et surtout du rachis lombaire indique que le sujet de sexe féminin devait avoir au moins 50 ans au moment du décès. On note la présence d’un objet de forme ovale sur la main gauche.
  • AS‑1090 : la momie est allongée sur le dos. Le squelette est très bien conservé, avec de multiples signes d’arthrose diffuse au niveau de la colonne vertébrale, de l’épaule gauche, des hanches ou des mains. L’épaule droite est disloquée et remonte jusqu’au niveau du crâne. L’état dentaire altéré (plusieurs dents sont manquantes avec une importante usure dentaire diffuse et de multiples caries) indique un âge relativement avancé au moment du décès (au moins 60 ans) chez un sujet féminin.
  • AS‑1244 : le corps est allongé sur le dos, légèrement de trois quarts à gauche, la tête légèrement tournée vers la droite. Le bras gauche remonte complètement le long du corps alors que le bras droit est étendu avec la main droite devant la hanche. On note de multiples luxations osseuses (mandibulaire, côtes, sternum, 10e vertèbre thoracique, épaule droite et coude). L’observation de l’aspect squelettique penche en faveur d’un adulte d’âge moyen compris entre 25 et 45 ans pour lequel il est difficile de déterminer le sexe de manière formelle (type plutôt féminin ?). La parure de la momie est très riche avec une perruque et un collier fait de petites perles tubulaires, et on compte plus de 120 perles de quatre types différents, visibles sur tout le corps avec notamment une perle scaraboïde ovale à côté de la poitrine. On observe également la présence de bracelets sur les deux poignets, orné de motifs géométriques très denses évoquant un fil métallique (or ?).
  • AS‑1245 : La momie est allongée sur le dos, légèrement de trois quarts à gauche, les bras le long du corps, les mains devant le pubis (main droite appuyée sur la main gauche). L’état dentaire est très bon. Le squelette est en très bon état, mis à part la luxation de plusieurs vertèbres cervicales et thoraciques. Il s’agit d’un jeune adulte de moins de 30 ans, probablement une femme.
  • AS‑1246 : Le squelette est en très mauvais état, fortement disloqué, avec une large fracture de la voûte crânienne gauche. Quelques vertèbres dorsales et lombaires semblent manquer. En revanche, l’état dentaire est parfait, indiquant un âge relativement jeune au moment du décès (moins de 30 ans). Il est difficile de déterminer précisément le sexe, la luxation rendant difficile l’analyse des os (plutôt féminin ?). L’ampleur des luxations articulaires et le déplacement de presque tous les os donnent l’impression d’une momie préparée à partir de restes humains déjà réduits en partie à l’état de squelette, partiellement disloqué puis assemblé secondairement et maintenu par des textiles. La décomposition devait cependant être incomplète au moment de ce réassemblage, comme le montrent en particulier les connexions anatomiques labiles bien conservées au niveau des pieds, contrairement à d’autres connexions pourtant réputées persistantes. La suite de l’étude cherchera à déterminer si ce faciès de dislocation en ordre paradoxal24 pourrait avoir été induit par une séquence 1. momification, 2. reprise de la décomposition, 3. nouvelle manipulation du corps, par exemple à l’occasion de la réinhumation dans la rampe, dont la fouille a démontré le caractère secondaire.

4.2. Xylologie

38Parallèlement à l’étude bioarchéologique des corps, Victoria Asensi (Xylodata) a mené du 10 au 15 octobre une opération d’étude sur le bois des sarcophages et des objets qu’ils contenaient (trois chevets, deux cuillères « à fard », un étui à rasoirs, une canne et un bâtonnet à khôl). Les résultats montrent la présence d’une majorité d’espèces indigènes à la flore égyptienne.

39Les cercueils sont en bois de figuier sycomore‑Ficus sycomorus (planches ou troncs évidés) avec des assemblages de tamaris‑Tamaris type tetragyna et Tamaris type aphylla et acacia‑Acacia sp. bois. Les essences locales ont également été utilisées pour fabriquer la plupart des objets associés aux cercueils : figuier sycomore, tamaris et acacia sont présents, mais on note également la présence du persea‑Mimusops laurifolia ou des espèces importées comme l’ « ébène des pharaons »‑Dalbergia melanoxylon.

4.3. Céramologie

Sylvie Marchand

40La mission d’étude des céramiques de la fouille s’est déroulée du 5 au 12 décembre 2021 avec la collaboration d’Ayman Hussein, dessinateur à l’Ifao (fig. 24). L’étude du mobilier céramique de la campagne 2021 a été entièrement terminée. Elle concerne quatre contextes de la zone fouillée : les niveaux de décapage de surface, les niveaux du démontage du pylône, les niveaux associés au chantier de la tombe TT 33 et enfin les niveaux de construction de la rampe pendant le règne de Thoutmosis III.

Fig. 24. Laboratoire du chantier, dessin de céramiques par Ayman Hussein (F. Colin, 2021).

Fig. 24. Laboratoire du chantier, dessin de céramiques par Ayman Hussein (F. Colin, 2021).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPE_001

4.3.1. Niveaux de décapage de surface

41Ces niveaux ont été simplement évalués. On constate que les couches sont généralement hétérogènes. Elles associent des céramiques du Nouvel Empire, de la Basse Époque et des époques ptolémaïque et romaine (IIe s. apr. au plus tard).

4.3.2. Niveaux du démontage du pylône

42Les couches archéologiques correspondant au démontage du pylône avant le XIXsiècle sont hétérogènes et le mobilier céramique est très résiduel. On identifie quelques tessons de petite taille datés du Nouvel Empire. Les marqueurs reconnus les plus récents s’inscrivent tous dans l’époque byzantine, avec des fragments d’amphores égyptienne Late Roman 7.

4.3.3. Niveaux contemporains de la tombe TT 33

43Les couches archéologiques associées sont peu nombreuses avec un mobilier céramique peu abondant. Ces unités stratigraphiques (AS‑2021‑1323, AS‑2021‑1312, AS‑2021‑1317, AS‑2021‑1320) contiennent des marqueurs céramiques bien connus datés de la Basse Époque, plutôt au début de la XXVIe dynastie.

4.3.4. Niveaux de construction de la rampe pendant le règne de Thoutmosis III (terminus ante quem)

44La stratigraphie sous la rampe comprend des niveaux scellés et tout à fait intéressants pour l’étude céramologique comme pour l’ensemble du matériel. Comme pour les années précédentes, c’est le secteur qui a livré le plus grand nombre de couches archéologiques cette saison. Cependant, la densité de matériel céramique reste faible et les marqueurs reconnus par couche excèdent rarement trois individus. À l’exception notable d’une couche AS‑2021‑1227 (NMI = 15), plus riche, qui possède un répertoire de formes variées, ce qui traduit vraisemblablement un déplacement de cet assemblage jusque dans le remblai au départ d’un sol archéologique (voir ci‑dessus § 3.3.3.).

45Dans ce secteur, une découverte importante en contexte archéologique a été celle de deux vases complets intacts pris dans le muret AS‑2021‑1336. Le premier vase est une « beer‑jar » en pâte alluviale (1336, 2, fig. 25), le second est une jarre à col ovoïde (1336, 1, fig. 27).

46On peut résumer comme suit le faciès céramique de ces couches. D’abord, un mobilier céramique peu abondant et souvent hétérogène. On observe la présence récurrente de tessons datés du Moyen Empire, de la XIIe dynastie (bols hémisphériques en pâte alluviale très fine à liseré rouge sur la lèvre, groupe 57, AS‑2021‑1363‑1), de la XIIIe dynastie et enfin de la fin de la Deuxième Période intermédiaire, à la XVIIe dynastie. Cependant, le matériel dominant de l’ensemble des couches archéologiques étudiées date du Nouvel Empire, plus précisément des débuts de la XVIIIe dynastie avant les règnes de Thoutmosis III/Amenhotep II.

47Un autre fait marquant pour caractériser le faciès céramique de ces couches est la faible variété dans le répertoire des formes céramiques. On trouve principalement, pour les formes ouvertes, des assiettes à engobe rouge poli, parfois avec rehaut peint en noir ou rehaut peint en rouge (groupe 105A, AS‑2021‑1330‑1 ; AS‑2021‑1356‑1 ; groupe 105 (1)), des coupes à lèvre à section triangulaire (groupe 75, 135). Pour les catégories des jarres, le vase le plus courant est l’emblématique « beer‑jar » (cf. fig. 25‑26, groupe 133 Nile B1 à surface « chamois », AS‑2021‑1336‑2, AS‑2021‑1423‑1). Les autres catégories céramiques comprennent d’abord des jarres et sont nettement moins nombreuses, avec des jarres à col à parois fines (cf. fig. 27, groupe 130 en pâte calcaire fine à surface blanche lissée, AS‑2021‑1336‑1 ; groupe 132 en pâte alluviale Nile B1 à engobe rouge) et quelques jarres de stockage de plus grande taille (groupe 156), quelques bouteilles (groupe 154A, 160), quelques fragments de supports de jarres et au moins un vase miniature en pâte calcaire (fig. 28, groupe 149, AS‑2021‑1227‑1). Enfin, il ne faut pas oublier la série archéologique des bouchons de jarres de grande taille en terre crue coniques ou ronds (groupes 36A‑B), toujours associés au matériel de ce secteur et qui sont à comptabiliser et à étudier l’année prochaine.

Fig. 25. Beer‑jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑2. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

Fig. 25. Beer‑jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑2. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_001

Fig. 26. Beer-jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1423‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

Fig. 26. Beer-jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1423‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_002

Fig. 27. Jarre à col en pâte calcaire fine à surface blanche lissée. Groupe 130. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

Fig. 27. Jarre à col en pâte calcaire fine à surface blanche lissée. Groupe 130. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_003

Fig. 28. Vase miniature en pâte calcaire. Groupe 149. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1227‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

Fig. 28. Vase miniature en pâte calcaire. Groupe 149. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1227‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).

© Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_004

48Afin d’en terminer avec le faciès céramique de ce secteur, un matériel spécifique lié à un contexte funéraire a été clairement identifié. Il s’agit d’une petite série d’encensoirs. Ils sont tous usagés, brûlés à cœurs et portent les traces de suie habituelles (groupe 45, AS‑2021‑1331‑1). Un d’entre eux a été réutilisé pour un deuxième usage. En effet, il contenait encore de l’ocre rouge en poudre à l’intérieur (groupe 45, AS‑2021‑1347‑1). On a également comptabilisé à au moins quatre reprises la présence de grands tessons clairement utilisés pour servir d’outils, comme une pelle, au moment du travail de réaménagement des espaces (groupe 139, AS‑2021‑1348, AS‑2021‑1145 et deux individus AS‑2021‑1334‑1).

  • 25 Bourriau 2010.
  • 26 Parmi les nombreuses contributions de l’auteur, les plus récentes concernent directement notre pér (...)
  • 27 Rose 2007. Voir en dernier lieu Hope à paraître.
  • 28 Faciès céramique reconnu dans les fondations du temple de Ptah à Karnak : cf. Marchand 2018, p. 14 (...)
  • 29 Cf. Holthoer 1977.
  • 30 Pour une présentation des fours et des céramiques qui y sont produites, voir en dernier lieu Barah (...)
  • 31 Cf. Bourriau 2010, p. 81.

49En guise de conclusion pour ce secteur, revenons sur la chronologie du mobilier céramique provenant des niveaux de construction de la rampe du règne de Thoutmosis III. Rappelons que nous travaillons pour la céramique du Nouvel Empire en suivant les principales catégories de productions céramiques (Formes/Wares/Fabrics/Décors), elles‑mêmes divisées en suivant les séquences chronologiques du Nouvel Empire établies par les auteurs spécialistes de cette période, avec Janine Bourriau25, David Aston26, Colin Hope et Pamela Rose27. La première séquence chronologique ou « Nouvel Empire Phase 1 » est une phase de transition qui comprend la fin de la Deuxième Période intermédiaire, à la XVIIe dynastie, et le début de la XVIIIe dynastie28. Pour la céramique du début de la XVIIIe dynastie, un ouvrage ancien est toujours très utile29, et il convient de mentionner les fouilles récentes de l’Ifao à Médamoud, qui ont mis au jour des ateliers de potiers datés de la fin de la XVIIe au début de la XVIIIe dynastie avec exclusivement des productions en pâte calcaire locale (Marl A2, Marl A4 et Marl B)30. Ensuite, nous pouvons définir une deuxième séquence ou « Nouvel Empire Phase 2 », que l’on peut situer à partir des règnes de Thoutmosis III/Amenhotep II. Le milieu de la dynastie, avec le début du règne d’Amenhotep II, voit l’apparition du marqueur sans doute le plus emblématique de la céramique du Nouvel Empire, avec la céramique bleue peinte (ou Blue Painted Pottery). Cette phase donne naissance au « Style Nouvel Empire » qui marque un changement de faciès important dans le répertoire technique, décoratif et formel du mobilier céramique égyptien, surtout en Haute Égypte, région d’origine du « Style Nouvel Empire classique » diffusé sur tout le territoire égyptien31. On distingue enfin une dernière séquence ou « Nouvel Empire Phase 3 », qui se situe à la fin de la XVIIIe dynastie, que nous ne décrirons pas dans ce rapport car aucun de nos contextes archéologiques ne donne, dans l’état actuel de nos connaissances, du matériel céramique daté des XIXe‑XXe dynasties.

  • 32 Cf. Aston 2006.
  • 33 Cf. Aston 2006 ; Bader, Seco Alvarez 2016.
  • 34 Sur la chronologie de cette production, cf. Aston 2021, p. 89.
  • 35 Pour la discussion de l’apparition de la Blue Painted Pottery à partir du milieu de la XVIIIe dyna (...)

50Revenons sur le meilleur marqueur chronologique – ou le plus confortable – mais non exclusif, qui est la céramique décorée. Dans l’état actuel de l’avancée des travaux, seules deux techniques décoratives sont attestées dans le matériel céramique de la construction de la rampe, qui ont effectivement cours au début de la XVIIIe dynastie. Il s’agit d’abord des rehauts peints en noir sur les lèvres des assiettes confectionnées en pâte alluviale à engobe rouge poli (groupe 105, AS‑2021‑1356‑1). Cette technique décorative est classique selon les auteurs à partir de la fin XVIIe dynastie, mais de manière certaine à partir du début de la XVIIIe dynastie. Le second marqueur est le fameux Splash Painted Decoration32, mais il n’a été reconnu qu’une seule fois dans le matériel à l’intérieur d’un fond d’assiette à fond plat en pâte alluviale (groupe 158, AS‑2021‑1364‑1). D’autres marqueurs sont totalement absents, comme la céramique peinte Bichrome Red and Black Painted Style, qui est une marque de la céramique thoutmoside33. Il n’y a pas le moindre fragment dans notre matériel pouvant appartenir à des jarres en pâte calcaire à décor peint géométrique Bichrome Red and Black Painted Style, qui est bien attestée au milieu de la XVIIIe dynastie (Thoutmosis III/Amenhotep II)34. Mais c’est l’absence totale de l’emblématique Blue Painted Pottery35 qui est la plus significative, même si un raisonnement par l’absence n’est pas forcément rédhibitoire ; cela conforte l’appartenance de notre matériel céramique à la Phase céramique 1 du Nouvel Empire, c’est‑à‑dire avant les règnes de Thoutmosis III/Amenhotep II.

4.4. Petit mobilier

51F. Colin et C. Hartenstein ont continué de documenter (description, photographie, modélisation photogrammétrique) l’assemblage du mobilier d’accompagnement de la ré‑inhumation multiple simultanée mise au jour dans la construction de la rampe en 2018 et 2019.

5. Conclusion

52Au moment où s’achève le projet quinquennal de l’Ifao (2017‑2021), la méthode interdisciplinaire et la perspective globale et diachronique adoptées pour l’étude du terrain contenu dans l’enceinte de Padiamenopé, à la différence d’une simple monographie de tombe, ont fait la preuve de leur efficacité en procurant des résultats importants pour l’histoire de l’ensemble de la vallée funéraire et cultuelle reliant Deir el‑Bahari à la plaine alluviale du Nil. Elles ont montré notamment comment les interventions publiques d’aménagement de la voirie sacrée ont dû composer avec les caractéristiques paysagères héritées du Pléistocène, puis comment les ingénieurs de Padiamenopé durent démonter les tonnes de matériaux accumulés sous la XVIIIe dynastie avant de pouvoir accéder eux‑mêmes aux niveaux géologiques exploitables pour son projet de palais funéraire souterrain. Enfin, les travaux post‑fouille, archéométrie, xylologie, radiologie de terrain accomplis lors de la campagne 2021 permettront de valoriser de façon exhaustive le dossier des ré‑inhumations multiples simultanées du début de la XVIIIe dynastie, en complétant le volet bioarchéologique de l’étude.

53Les derniers jours de la campagne ont révélé le sommet d’une excavation rectiligne du substrat rocheux (taillée dans le calcaire de Tarawan et dans les « graviers de Padiamenopé »), d’orientation globalement est‑ouest, à la base du talus nord, dans un secteur où l’on pourrait s’attendre à trouver la limite septentrionale de la « première cour » de la TT 33 (fig. 1‑2). Cette structure n’est pas encore datée de façon absolue, mais il est clair qu’à un moment de son histoire, elle a fonctionné avec le complexe de Padiamenopé (son sommet et la base du talus paraissent ajustés l’un à l’autre). L’état de surface de cette paroi encore largement enfouie suggère une finition moins avancée que dans le « Lichthof », où les murs, majoritairement non décorés, sont pourtant eux aussi inachevés. La continuation de la fouille permettrait de vérifier cette première impression et de déterminer si les ingénieurs de Padiamenopé furent les premiers concepteurs de cette structure ou s’ils héritèrent, au moins partiellement, d’un aménagement antérieur du site. L’état présent de l’étude montre en tout cas, contrairement aux principales hypothèses de restitution en plan publiées jusqu’ici, que si cette excavation appartient bien à la « première cour » de Padiamenopé, celle‑ci ne se développait pas de façon rectiligne jusqu’au nu du pylône, car au nord‑ouest du passage de la porte d’entrée, des niveaux antérieurs à la rampe de la XVIIIe dynastie sont toujours en place au‑dessus du substrat rocheux (fig. 2).

6. Autres résultats et productions scientifiques

6.1. Publications

54F. Colin, « The Mortuary Stela of Tetiankh. Family Piety and Social Network », BIFAO 120, 2020, p. 129‑170 (article sélectionné par le Comité scientifique du rapport annuel du CNRS Alsace comme événement marquant pour l’année « 2020, une année avec le CNRS en Alsace »).

55F. Colin, « Un miroir hathorique en contexte au début de la 18e dynastie (Assassif, 2019) », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 2020, p. 1‑16, https://clae.hypotheses.org/​1041.

56F. Colin « Un exercice de sculpteur associé à l’inhumation d’un chien au temps de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 2021, https://clae.hypotheses.org/​2513.

57F. Colin « Les briques estampillées du pylône de Padiamenopé », Carnet de laboratoire en archéologie égyptienne, 2021, https://clae.hypotheses.org/​1856.

58F. Colin, « Un édifice au nom du roi Héqataoui (Ahmosé Ier) dans la nécropole thébaine », Polish Archaeology in the Mediterranean 30/1, 2021, p. 17‑48.

59F. Colin, « Sous la chaussée de Thoutmosis III à Thèbes. Les surprises de l’enceinte de Padiamenopé », Archéologia 606, 2022, p. 65.

60F. Colin, G. Clapuyt, C. Dupuis, B. Gavazzi, C. Hartenstein, S. Marchand, F. Mi, S. Nannucci, H. Smets, « Assassif (2019) », BAEFE, 2020, http://journals.openedition.org/​baefe/​985 ; https://doi.org/​10.4000/​baefe.985.

61F. Colin, C. Dupuis, C. Hartenstein, « Assassif (2020). Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole », BAEFE, 2021, http://journals.openedition.org/​baefe/​2895 ; https://doi.org/​10.4000/​baefe.2895.

62C. Hartenstein, F. Colin, « Deux saisons dans l’Assassif. Résultats des campagnes de 2018 et 2019 », Chroniques d’Archimède 2, 2021, p. 11‑13, https://archimede.unistra.fr/​les-chroniques-darchimede/​.

6.2. Modèles 3D publiés en ligne

63F. Colin, « Asasif 2018, Operation A, Grave of a Dog in a Late Period Backfill », Artifact Survey AS‑2018‑H‑3, Strasbourg, 2021, ID : 10.34847/nkl.03f80271.

64F. Colin, « Asasif 2018, Operation A, Rishi Coffin, inv. AS‑2018‑1090‑01 », Artifact Survey AS‑2018‑OBJ‑C‑2, Strasbourg, 2022, ID : 10.34847/nkl.1c658247.

65F. Colin, « Asasif 2021, Ramp of Thutmosis III, Structure 1340, Digging Stage », Field Survey AS‑2021.2‑B‑1, Strasbourg, 2022, ID : 10.34847/nkl.4a9c9ngt.

66H. Smets, F. Colin, « Asasif 2018, Operation A, Fragment of Foot Carved in Limestone, inv. AS‑2018‑1033‑01 », Artifact Survey AS‑2019‑OBJ‑A‑4, Strasbourg, 2021, ID : 10.34847/nkl.421fxqxp/41e086ce36d74f7b8807d369f457bf2b907d58e8.

67H. Smets, B. Wallior, F. Colin, « Asasif 2019, Operation A, Late Period Limestone Oil Lamp, inv. AS‑2019‑1137‑01 », Artifact Survey AS‑2019‑OBJ.2‑H‑2, Strasbourg, 2021, ID : 10.34847/nkl.aa414y1k.

6.3. Conférences et valorisation

68F. Colin, « Early 18th Dynasty Burials at Al-Asasif, Luxor », workshop organisé par Dr. Mohamed Ali Zeinelabdein, Upper Egypt: The Last Five Years of Archaeological Discovery, université de Louqsor, le 06/09/2020.

69F. Colin, « Sarcophages en contexte : étude multiscalaire d’un dépôt funéraire au début de la 18e dynastie », Les rendez‑vous de l’archéologie, Ifao/IFE, le 29/11/2020.

70F. Colin, « Digital Archaeology in the Cemetery of the Royal Court in Thebes, Egypt », séminaire interdisciplinaire des Fellows de l’USIAS, MISHA, le 26/04/2022.

71F. Colin et C. Hartenstein, « Dernières nouvelles de Thèbes : les fouilles de l’Université de Strasbourg et de l’Institut français d’archéologie orientale dans la nécropole de l’Assassif », Jardin des sciences, université de Strasbourg, le 09/05/2022.

72F. Colin, encadrement de huit stages de formation à la modélisation sur les données des campagnes 2018‑2021, dont une partie des résultats est destinée à être diffusée sur la plateforme Pount (« Plateforme ouverte numérique transdisciplinaire ») en cours de développement à l’université de Strasbourg. Second semestre 2021‑2022.

6.4. Financements extérieurs et contrat

73La mission a bénéficié du soutien en 2021 du fonds Arpamed pour un projet intitulé « Étude d’un cimetière inviolé au début de la 18e dynastie (XVIe‑XVsiècles avant J.‑C.) », https://www.arpamed.fr/​projets/​projets-2022/​tombe-de-padiamenope/​.

74Elle a aussi bénéficié en 2021 du soutien de l’University of Strasbourg Institute for Advanced Research pour un projet intitulé « Archéologie numérique dans une nécropole monumentale à Thèbes d’Égypte », https://www.usias.fr/​fr/​fellows/​fellows-2019/​frederic-colin/​#c104619.

75Cassandre Hartenstein a obtenu un CDD de 2 ans comme assistante de recherche (niveau Ingénieur de recherche) sur le projet de l’USIAS, université de Strasbourg.

Haut de page

Bibliographie

Arnold 1971
D. Arnold, Grabung im Asasif 1963‑1970, I: Das Grab des Jnj-jtj.f: Die Architektur, ArchVer 4, Mayence, 1971.

Aston 2003
D. Aston, « New Kingdom Pottery Phases as Reavealed through Well‑Dated Tomb Contexts », dans M. Bietak (éd.), The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean in the Second Millenium BC, vol. II. Proceedings of the SCIEM 2000: EuroConference – Haindorf, 2nd of May‑7th of May 2001, Vienne, 2003, p. 135‑162.

Aston 2006
D. Aston, « Making a Splash. Ceramic Decoration in the Reigns of Thoutmosis III and Amenophis II », dans E. Czerny (éd.), Timelines: Studies in Honour of Manfred Bietak, OLA 149, Louvain, 2006, p. 65‑74.

Aston 2020
D. Aston, « Pottery from the New Kingdom: A study Eighteenth Dynasty Nile Clay Storage Jars from the Valley of the Kings », dans A.R. Warfe, J.C.R. Gill, C.R. Hamilton, A.J. Pettman, D. Stewart (éd.), Dust, Demons and Pots: Studies in Honour of Colin A. Hope, OLA 289, Louvain, 2020, p. 1‑25.

Aston 2021
D. Aston, « The Pottery from KV 32 », dans H. Jenni, A. Dorn, E. Paulin‑Grothe, D. Aston (éd.), Das Grab der Königin Tiaa im Tal der Könige (KV 32), Bâle, 2021, p. 69‑89.

Bader, Seco Alvarez 2016
B. Bader, M. Seco Alvarez, « Results of Five Years of Pottery Analysis in the Temple of Millions of Years of Thutmosis III in Western Thebes (2011‑2015) », Egypt and Levant 16, 2016, p. 157‑262.

Barahona‑Mendieta et al. 2019
Z. Barahona‑Mendieta, F. Relats‑Montserrat, R. Séguier, « Nouvelles données sur un four à céramique des XVIIe‑XVIIIe dynasties à Médamoud », BCE 29, 2019, p. 165‑230.

Bietak, Reiser‑Haslauer 1978
M. Bietak, E. Reiser‑Haslauer, Das Grab des ʿAnch-Hor Obersthofmeister der Gottesgemahlin Nitokris, vol. I, UZKÖAI 4, Vienne, 1978.

Biston‑Moulin 2015
S. Biston‑Moulin, « À propos de deux documents d’Ahmosis à Karnak. Karnak Varia (§ 1‑2) », CahKarn 15, 2015, p. 39‑49.

Bourriau 1990
J. Bourriau, « The Pottery », dans P. Lacovara, Deir el‑Ballas: Preliminary Report on the Deir el-Ballas Expedition, 1980‑1986, ARCE Report 12, Winoma Lake, 1990, p. 15‑22.

Bourriau 2010
J. Bourriau, The Survey of Memphis IV. Kom Rabia: The New Kingdom Pottery, EES‑ExcMem 93, Londres, 2010.

Colin 2019
F. Colin, « Archéologie urbaine dans une nécropole monumentale : Assassif 2017‑2018 (Ifao/Université de Strasbourg) », BSFE 201, 2019, p. 121‑147.

Colin 2020
F. Colin, « The Mortuary Stela of Tetiankh. Family Piety and Social Network », BIFAO 120, 2020, p. 129‑170.

Colin 2021
F. Colin, « Un édifice au nom du roi Héqataoui (Ahmosé Ier) dans la nécropole thébaine », PAM 30 (= Deir el‑Bahari Studies 3), 2021, p. 17‑48.

Colin 2022
F. Colin, « Asasif 2021, Ramp of Thoutmosis III, Structure 1340, Digging Stage », Field Survey AS‑2021.2‑B‑1, Strasbourg, 2022, DOI: 10.34847/nkl.4a9c9ngt.

Colin et al. 2020
F. Colin, G. Clapuyt, C. Dupuis, B. Gavazzi, C. Hartenstein, S. Marchand, F. Mi, S. Nannucci, H. Smets, « Assassif (2019) », BAEFE, 2020, http://journals.openedition.org/baefe/985.

Eigner 1984
D. Eigner, Die monumentalen Grabbauten der Spätzeit in der thebanischen Nekropole, UZKÖAI 6, Vienne, 1984.

Holthoer 1977
R. Holthoer, New Kingdom Pharaonic Sites: The Pottery, The Scandinavian Join Expedition to Sudanese Nubia 5/1, Lund, 1977.

Hope 1987
C. Hope, « Innovation in the Decoration of Ceramics in the Mid-18th Dynasty », CCE 1, 1987, p. 97‑122.

Hope 2016
C. Hope, The Survey of Memphis X. Kom Rabia: The Blue Painted Pottery, EES‑ExcMem 116, Londres, 2016.

Hope à paraître
C. Hope, Blue Painted Pottery: Karnak Nord, FIFAO, Le Caire, à paraître.

Lipińska 1977
J. Lipińska, The Temple of Tuthmosis III: Architecture, Deir el‑Bahari 2, Varsovie, 1977.

Marchand 2018
S. Marchand, « Matériel céramique de la fosse de fondation », dans G. Charloux et al., « Le temple “primitif” de Ptah à Karnak », BIFAO 117, 2018, p. 139‑146.

Maureille, Sellier 1996
B. Maureille, P. Sellier, « Dislocation en ordre paradoxal, momification et décomposition : observations et hypothèses », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 8/3‑4, 1996, p. 313‑327.

Ritner, Moeller 2014a
R.K. Ritner, N. Moeller, « The Ahmose ‘Tempest Stela’, Thera and Comparative Chronology », JNES 73 (1), 2014, p. 1‑19.

Ritner, Moeller 2014b
R.K. Ritner, N. Moeller, « The Ahmose Tempest Stela: an Ancient Egyptian Account of a Natural Catastrophe », dans G. Capriotti Vittozzi (éd.), Egyptian Curses 1: Proceedings of the Egyptological Day held at the National Research Council of Italy (CNR), Rome, 3rd December 2012, in the International Conference “Reading catastrophes: Methodological Approaches and Historical Interpretation. Earthquakes, Floods, Famines, Epidemics between Egypt and Palestine, 3rd-1st Millennium BC. Rome, 3rd‑4th December 2012, Rome, 2014, p. 63-81.

Rose 2007
P. Rose, The Eighteenth Dynasty. Pottery Corpus from Amarna, EES‑ExcMem 83, Londres, 2007.

Takahashi 2021
K. Takahashi, « Simplification in Production Technology of Blue Painted Pottery in New Kingdom Egypt », BCE 30, 2021, p. 5‑33.

Vandersleyen 1967
C. Vandersleyen, « Une tempête sous le règne d’Amosis », RdE 19, 1967, p. 123‑159.

Vandersleyen 1968
C. Vandersleyen, « Deux nouveaux fragments de la stèle d’Amosis relatant une tempête », RdE 20, 1968, p. 127‑134.

Wieczorek 2008
D.F. Wieczorek, « Building Dipinti in the Temple of Hatshepsut. Documentation Work, Season 2007/2008 », PAM 20, 2008 (2011), p. 203‑211.

Wieczorek 2015
D.F. Wieczorek, « Building Dipinti in the Hatshepsut and Thutmose III Temples at Deir el‑Bahari. Summarising four seasons of work (2006, 2008, 2009, 2011) », dans J. Budka, P. Andrássy, S. Rzepka (éd.), Non‑textual Marking Systems in Ancient Egypt (and Elsewhere), Lingua Aegyptia Studia Monographica 16, Hambourg, 2015, p. 49‑57.

Haut de page

Notes

1 Colin 2019, note 8.

2 Voir l’hypothèse de restitution sur le plan 1, dans Eigner 1984.

3 Bietak, Reiser‑Haslauer 1978, p. 31‑32.

4 Nous remercions Matthieu Vanpeene pour ses idées sur cette question, discutée lors de la visite de l’équipe du CFEETK pendant la campagne.

5 Colin et al. 2020, § 20.

6 Biston‑Moulin 2015, p. 46‑49 et la bibliographie note 57. La nouvelle discussion que méritent désormais ces questions sera développée dans une autre publication.

7 Vandersleyen 1967 ; Vandersleyen 1968.

8 Ritner, Moeller 2014a ; Ritner, Moeller 2014b.

9 Colin et al. 2020, fig. 1.

10 Colin et al. 2020, § 17.

11 Arnold 1971, p. 17.

12 Sur cette question, voir aussi le scénario présenté dans Colin 2021, p. 42, que la campagne 2021 a largement confirmé sur ce point.

13 Colin 2021, p. 21.

14 Colin 2020, fig. 8.

15 Voir par exemple Wieczorek 2008, p. 207‑209, fig. 4 et 6 ; et Wieczorek 2015, fig. 1 i.

16 Sur l’unité du dispositif cultuel (temple haut, chaussée, probable temple bas), sous le nom de Djeser‑Akhet, voir Lipińska 1977, p. 61‑62.

17 Mesures prises sur un modèle numérique d’élévation (MNE) exporté au départ du modèle AS‑2021.2‑P‑1.

18 D’après un MNE exporté au départ du modèle AS‑2021‑L‑1.

19 Voir aussi le modèle en ligne AS‑2021.2‑B‑1, Colin 2022.

20 Les mesures de largeur et d’épaisseur sont prises in situ sur un petit nombre de briques provenant des remblais, mais les longueurs (souvent perdues sur les fragments projetés) sont mesurées sur des pièces en place dans des hagues, sur le modèle AS‑2021‑H‑1. De nombreuses briques complètes provenant de structures démontées ont été préservées en vue de l’étude.

21 Arnold 1971, p. 11‑12, 14‑15, 17, voir en particulier la morphologie des briques de la phase C : ép. entre 5,5 et 7 cm × l. entre 15,5 et 16,5 cm × L. entre 31 et 32 cm, (les briques) « zeigen an der Oberfläche gelegentlich fünf, durch Entlangstreichen mit den Fingern entstandene Längsfurchen, ein Werkstattzeichen, das auch bei den Ziegeln der Phase B vorkommt » (p. 14). Pour la composition, voir la description des adobes de la phase A : « (...) aus hellgrauen, mit kleinen Steinchen, aber ohne Häcksel gemagerten Ziegeln (...) » (p. 11). À propos des cônes funéraires de la TT 386, où ils auraient aussi été disposés en une frise de deux rangées : p. 17, note 40.

22 Voir Colin 2021.

23 Voir Colin 2020 et Colin 2021, fig. 4.

24 Maureille, Sellier 1996.

25 Bourriau 2010.

26 Parmi les nombreuses contributions de l’auteur, les plus récentes concernent directement notre période, cf. Aston 2020. Sur la céramique de la XVIIIe dynastie de la tombe de Tiaa dans la Vallée des Rois (faciès céramique Amenhotep II/ Thoutmosis IV), cf. Aston 2021.

27 Rose 2007. Voir en dernier lieu Hope à paraître.

28 Faciès céramique reconnu dans les fondations du temple de Ptah à Karnak : cf. Marchand 2018, p. 140. Pour la fin de la XVIIe dynastie, cf. Bourriau 1990.

29 Cf. Holthoer 1977.

30 Pour une présentation des fours et des céramiques qui y sont produites, voir en dernier lieu Barahona‑Mendieta et al. 2019.

31 Cf. Bourriau 2010, p. 81.

32 Cf. Aston 2006.

33 Cf. Aston 2006 ; Bader, Seco Alvarez 2016.

34 Sur la chronologie de cette production, cf. Aston 2021, p. 89.

35 Pour la discussion de l’apparition de la Blue Painted Pottery à partir du milieu de la XVIIIe dynastie, avec le règne d’Amenhotep II, jusqu’à la XXe dynastie, avec le règne de Ramsès IV, cf. Hope 2016 ; Bourriau 2010, p. 84, après Hope 1987 ; Aston 2003. On consultera avec profit l’article de Takahashi 2021, sur l’utilisation fréquente (mais pas exclusive) des pâtes calcaires pour la Blue Painted Pottery jusqu’au règne d’Amenhotep III, pour arriver ensuite à l’emploi unique de la pâte alluviale. L’auteur décrit les styles et motifs décoratifs, qui se simplifient plus on avance dans le temps. David Aston, qui a vérifié la validité de nombreux assemblages céramiques provenant des fouilles anciennes de tombes du Nouvel Empire (cf. infra, Aston 2003), affirme clairement qu’aucune céramique bleue peinte n’existe de façon sûre avant le début du règne d’Amenhotep II. Contra Hope 1987, p. 111 : « …that there is one very peculiar jar with a post‑fired incised cartouche of Tuthmosis III with post‑fired blue paint… A blue painted vessel from Deir Rifeh tomb 192, which Petrie dated to the reign of Tuthmosis III ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue générale du site à la fin de la campagne 2021, vers l’ouest (F. Colin).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 2. Plan des opérations A et B en fin de campagne 2021 : mise en évidence des principales phases stratigraphiques et ombrage du relief d’après le modèle numérique d’élévation AS‑2021.2‑P‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3. Hypothèse de restitution d’un mur au nord de la première cour (Eigner 1984) (dessin F. Colin, 2022).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. Zone de contact entre le môle nord du pylône de Padiamenopé et son enceinte, carte d’intensité du champ magnétique (B. Gavazzi et S. Brahimi, 2017).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 5. Zone de contact entre le mur d’enceinte et le môle nord du pylône de la TT 33. Orthophotographie en plan horizontal et coupe, d’après le modèle 3D AS‑2021‑G‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : La rampe en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 7. Lame brisée d’une houe en bois (AS‑2021‑1334‑1), in situ (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Titre Fig. 8. Vue générale en perspective de la rampe en cours de fouille, vers le sud, et mise en évidence des hagues, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, 2021‑2022).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 9. Élévation et coupe le long de la hague longitudinale de la rampe, et localisation des dipinti hiératiques et des vases complets, vue vers le sud‑ouest, état vers la fin de la campagne 2021, d’après le modèle 3D AS‑2021.2‑F‑1 (relevé et dessin F. Colin, topographie C. Hartenstein, 2021‑2022).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMCN_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre Fig. 10. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11. Réseau cellulaire de hagues, sous la surface de la rampe, coupé par le talus de Padiamenopé, et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers l’ouest (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 12. Hagues sous la surface de la rampe et remblais en coupe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 13. Hagues vers la base de la rampe, en cours de fouille, vue légendée, vers le nord‑ouest (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Titre Fig. 14. Témoin de la surface de la rampe et hagues mises en évidence dans le cœur de la structure, en cours de fouille, vue légendée, vers le sud‑est (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Titre Fig. 15. Détail de la hague 1359 et localisation de deux marques de contremaître en hiératique, vue vers le sud‑ouest (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_009
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Fig. 16. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Fig. 17. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_011
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 18. Détail d’une marque de contremaître en hiératique sur la hague 1359 et d’un vase en place dans la hague 1336 (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_012
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 19. Assemblage de cônes funéraires du Moyen Empire provenant des hagues et des remblais de la rampe (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 20. Frise informelle de cônes funéraires du Moyen Empire remployés dans la hague 1340, in situ, en cours de démontage de la hague (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_013
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 21. Détail d’une sandale en cuir 1363‑1, in situ dans un gravier de shale en remblai dans la rampe (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_014
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Titre Fig. 22. Deux fragments d’enduit peint, in situ dans la hague 1082 (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPF_015
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 23. Assemblage de radiographies antéro‑postérieures des momies AS‑2018‑1090‑1, AS‑2018‑1070‑1, AS‑2019‑1244‑1, AS‑2019‑1245‑1 et AS‑2019‑1246‑1, de gauche à droite (S. Mérigeaud et B. Mulot, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 24. Laboratoire du chantier, dessin de céramiques par Ayman Hussein (F. Colin, 2021).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMPE_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 25. Beer‑jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑2. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 26. Beer-jar en pâte alluviale Nile B1/2 à surface « chamois ». Groupe 133. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1423‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 27. Jarre à col en pâte calcaire fine à surface blanche lissée. Groupe 130. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1336‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 28. Vase miniature en pâte calcaire. Groupe 149. Contexte : niveaux de construction de la rampe de Thoutmosis III, AS‑2021‑1227‑1. Datation : Nouvel Empire, XVIIIe dynastie (A. Hussein).
Crédits © Ifao/université de Strasbourg. 17147_2021_NDMDM_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6128/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Colin, Cassandre Hartenstein, Victoria Asensi Amorós, Christian Dupuis, Sylvie Marchand, Samuel Mérigeaud, Antoine Micheau, Baptiste Mulot et Simone Nannucci, « Assassif (2021) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6128

Haut de page

Auteurs

Frédéric Colin

Égyptologue (université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède)

Articles du même auteur

  • Assassif (2022) [Texte intégral]
    Une « Lost tomb ». Du nouveau sur les contemporains de Tétiky (TT 15), sous la chaussée de Thoutmosis III
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2020) [Texte intégral]
    Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Cassandre Hartenstein

Égyptologue, ingénieure de recherche USIAS (université de Strasbourg, UMR 7044)

Articles du même auteur

  • Philadelphia (2022) [Texte intégral]
    Kūm al-Ḫarāba al-Kabīir Ǧirza
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2022) [Texte intégral]
    Une « Lost tomb ». Du nouveau sur les contemporains de Tétiky (TT 15), sous la chaussée de Thoutmosis III
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2020) [Texte intégral]
    Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Philadelphie (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Victoria Asensi Amorós

Spécialiste du bois (Xylodata)

Christian Dupuis

Géologue (faculté polytechnique de Mons)

Articles du même auteur

  • Assassif (2020) [Texte intégral]
    Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deir el-Médina (2020) [Texte intégral]
    Mission d’étude et de restauration
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deir el-Médina (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Sylvie Marchand

Céramologue (Ifao)

Articles du même auteur

Samuel Mérigeaud

Radiologue et spécialiste de l’imagerie des momies (Tridilogy)

Antoine Micheau

Radiologue (indépendant)

Baptiste Mulot

Vétérinaire (ZooParc de Beauval)

Simone Nannucci

Archéologue (université de Strasbourg, UMR 7044)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d’opération

Frédéric Colin

Égyptologue (université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Assassif (2022) [Texte intégral]
    Une « Lost tomb ». Du nouveau sur les contemporains de Tétiky (TT 15), sous la chaussée de Thoutmosis III
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2020) [Texte intégral]
    Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Cassandre Hartenstein

Égyptologue, ingénieure de recherche USIAS (université de Strasbourg, UMR 7044)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Assassif (2022) [Texte intégral]
    Une « Lost tomb ». Du nouveau sur les contemporains de Tétiky (TT 15), sous la chaussée de Thoutmosis III
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2020) [Texte intégral]
    Géoarchéologie des rebuts d’atelier de sculpture dans la nécropole
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search