Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2022La région thébaineDeir el-Médina (2021)

2022
La région thébaine

Deir el-Médina (2021)

Mission d’étude et de restauration
Responsable d’opération : Cédric Larcher
Notice rédigée avec Marie-Lys Arnette, Andreas Dorn, Kathrin Gabler, Cédric Gobeil, Dominique Lefevre, Elena Panaite, Renaud Pietri, Stéphane Polis, Anne-Claire Salmas et Claudia Widow

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2021 (5 janvier-5 mars)

Autorité nationale présente : Dr Mohamed Yehia, directeur général des Antiquités de Haute Égypte ; Fathy Yasin Abd el‑Karim, directeur général de la rive ouest de Louqsor ; Ramadan Ahmed Ali Ahmed, directeur général des missions étrangères de la rive ouest de Louqsor ; Mahmud Moussa, directeur de la zone sud de la rive ouest de Louqsor ; Ahmed Nazeer Askr, inspecteur en chef de la rive ouest de Louqsor ; et les inspecteurs Mohamed Ahmed Selim, Hassan Youssef Mohamed, Wagdi Ahmed Ismail et Ahmed el‑Tayed Mahmud représentaient le ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17148 – Deir el-Médina, mission d’étude et de restauration du mobilier et des monuments

Composition de l’équipe de terrain : Cédric Larcher, égyptologue (Ifao) ; Florence Albert, égyptologue (Ifao) ; Marie‑Lys Arnette, égyptologue (Universität Freiburg) ; Martin de Courcy, élève‑stagiaire (ENSAV La Cambre) ; Andreas Dorn, égyptologue (Uppsala Universitet) ; Omaïma El‑Shal, égyptologue (MUST) ; Gersande Eschenbrenner‑Diemer, égyptologue (Universidad de Jaén) ; Mazen Essam, assistant (Ifao) ; Andrea Fanciulli, égyptologue (Museo Egizio di Torino) ; Kathrin Gabler, égyptologue (Universität Basel) ; Cédric Gobeil, égyptologue (Museo Egizio di Torino) ; Ahmed Hossam, égyptologue (MUST) ; Jules Jacquemet, topographe (indépendant) ; Matjaz Kacicnik, photographe (indépendant) ; Dominique Lefevre, égyptologue (université de Genève) ; Manon Lefevre, restauratrice‑conservatrice (indépendante) ; Mélie Louys, égyptologue‑anthropologue (école du Louvre‑Muséum national d’histoire naturelle de Paris) ; Bianca Madden, restauratrice‑conservatrice (indépendante) ; Ihab Ibrahim Mohamed, photographe (Ifao) ; Huzeifa Magdy Ahmed, égyptologue (MUST) ; Younis Ahmed Mohamadein, restaurateur‑conservateur (Ifao) ; Eugénie Ollier, élève‑stagiaire (ENSAV La Cambre) ; Elena Panaite, égyptologue (Ifao) ; Renaud Pietri, égyptologue (université de Liège) ; Stéphane Polis, égyptologue (FNRS‑université de Liège) ; Colin Quentinet, photographe (indépendant) ; Marianne Rochebeuf, restauratrice‑conservatrice (indépendante) ; Aliénor Roussel, égyptologue (Sorbonne‑Université) ; Anne‑Claire Salmas, égyptologue (AUC) ; Besnike Saraishta, élève‑stagiaire (ENSAV La Cambre) ; Isabelle Vranckx, restauratrice‑conservatrice (ENSAV La Cambre) ; Mohamed Youssef Sedek, restaurateur‑conservateur (MUST) ; Claudia Widow, archéologue (Universität Bonn).

Partenariats institutionnels :
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– Universidad de Jaén
– université de Genève
– Museo Egizio di Torino
– université de Bâle
– université de Liège
– Fonds de la recherche scientifique (FNRS)
– Uppsala Universitet
– École nationale supérieure des arts visuels (ENSAV) La Cambre
– université de Fribourg, ERC « Locus Ludi » (ADG n° 751520)
– Misr University for Science and Technology (MUST)

Organismes financeurs :
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– Fonds Khéops pour l’archéologie
– Fondation Gandur pour l’art
– Mécénat privé (crowdfunding)
– Freiwillige Akademische Gesellschaft (FAG), Basel

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​archeologie/​deir-el-medina/​

1La campagne 2021 de la mission Ifao à Deir el‑Médina s’est déroulée du 5 janvier au 5 mars sous la direction de Cédric Larcher. Une partie des missions prévues n’a pas pu avoir lieu, les chercheurs en charge des opérations de terrain n’ayant pas réussi à se rendre en Égypte à cause des restrictions imposées par leur pays de résidence ou leur université de rattachement en raison de la pandémie de Covid‑19. Par ailleurs, la situation sanitaire a nécessité une organisation particulière pour chaque équipe fondée sur le respect de mesures strictes de distanciation, notamment dans les espaces clos.

1. Restauration et étude de monuments de la nécropole de l’ouest

1.1. TT 216 : la tombe de Néferhotep (ii)

2La mission 2021 s’est déroulée du 10 janvier au 25 février. L’équipe était constituée de Cédric Larcher, Dominique Lefèvre, Manon Lefevre, Isabelle Vranckx, Marianne Rochebeuf, Besnike Saraishta, Eugénie Ollier, Martin de Courcy et Mohamed Omar.

3Afin d’éviter les concentrations de personnes en un même endroit, différents secteurs ont été traités, tant dans la tombe qu’à l’extérieur de celle‑ci. Plusieurs parois de la salle transversale et du couloir longitudinal ont été consolidées et nettoyées. Dans le même temps, des rebouchages de fractures plus ou moins profondes ont permis d’améliorer la lisibilité et le rendu visuel de certaines scènes. Une équipe « sculpture » a également été détachée au dépôt d’antiquités de la rive ouest de Louqsor (magasin Carter) où sont conservées une partie des statues et plusieurs tables d’offrandes provenant de la TT 216. Le rapport d’intervention complet, accompagné de photographies, a été déposé au service des Archives et collections de l’Ifao.

1.1.1. Restauration des peintures

4Les zones d’intervention ont été plus nombreuses et les interventions plus ponctuelles par rapport à celles de l’année dernière. Dans la salle transversale sont concernées les parois constituant l’angle sud‑ouest, la paroi est (section nord), la paroi nord, la paroi ouest (section nord), ainsi que les faces des piliers avec du décor préservé. Certains secteurs des parois nord et sud du couloir longitudinal ont aussi été traités.

1.1.1.1. Angle sud‑ouest de la salle transversale

5Dans la continuité des travaux débutés en 2020, l’extrémité ouest de la paroi sud a bénéficié de nouvelles actions de sauvegarde. Il a été important de tenir compte des différents traitements afin de parvenir à un résultat homogène dans l’ensemble de la tombe. Dans un premier temps, on a procédé au fixage des zones pulvérulentes de la couche picturale et de la mouna sous‑jacente, au moyen d’injections et de la pose de solins. Ce travail de consolidation a précédé le nettoyage mécanique permettant d’ôter les coulées de plâtre dues aux anciennes restaurations et les nids de guêpes maçonnes. Enfin, l’utilisation de batonnêts de fibre de verre et de gomme Wishab© avait pour objectif de réduire l’encrassement de la couche picturale. Outre ces opérations, la paroi ouest a également bénéficié de rebouchages pour atténuer les lacunes profondes.

6L’ensemble de ces interventions a permis de mieux lire certains détails de la scène montrant la vache Hathor abritée dans une chapelle, émergeant de la montagne thébaine sur une barque. Le motif du sistre ornant le montant arrière du naos a ainsi pu être précisé, de même qu’a été confirmée la présence des jambes du roi peint sous le museau de la vache. Dans la même zone, une partie du décor du plafond, menaçant de tomber du fait d’un défaut d’adhésion à la roche, a été consolidée et préservée.

1.1.1.2. Paroi est, section nord et paroi nord

7Suite aux opérations de consolidation et de fixage effectuées lors de la mission 2018, certaines zones appartenant aux registres médian et inférieur de la paroi est ont été nettoyées. La présence d’un badigeon ocre inégalement réparti et lié à la couche picturale, elle‑même irrégulièrement dégradée, a constitué une difficulté supplémentaire pour les restaurateurs. Il a fallu moduler l’intervention selon les endroits et prévenir un retrait de la couche picturale.

8Sur la paroi nord, un fixage a été réalisé au registre inférieur. La consolidation par la pose de solins et des injections a précédé le début d’un nettoyage qui a permis de révéler de nouveaux détails iconographiques. Le nettoyage de cette paroi sera poursuivi en 2022.

1.1.1.3. Paroi ouest

9Les causes de dégradation de cette paroi sont multiples. La mouna y est très friable et la couche picturale est écaillée. L’ensemble est fragilisé par de nombreuses galeries d’insectes. Enfin, la peinture est occultée par de la suie, une couche ocrée et des coulures d’un ancien mortier de restauration. La pose de solins, des fixages et des injections ont précédé un nettoyage mécanique mais également des interventions ponctuelles utilisant du Culminal MC2000© dilué sur du papier japon.

1.1.1.4. Piliers et couloir longitudinal

10Finalisée lors des missions précédentes, la consolidation des piliers a permis le nettoyage de chacune des faces décorées. Outre un dépoussiérage mécanique, des bouchages visuels améliorent la lisibilité des scènes.

11Les nombreuses lacunes de la couche picturale et des couches préparatoires sous‑jacentes sur la paroi nord du couloir laissent à nu la roche. Ces altérations présentent paradoxalement l’avantage de permettre le relevé des nombreuses marques de taille à l’encre rouge que l’on peut observer dans toute la tombe, tant dans la chapelle que dans les espaces souterrains conduisant à la chambre funéraire. Toutes les marques rouges observées sont ainsi localisées sur un plan d’ensemble qui autorisera peut‑être dans l’avenir une recherche approfondie sur les techniques de taille et la conception des hypogées. La frise de khekerou de la paroi sud a été consolidée et nettoyée. Sur la paroi nord, on a observé des différences de traitement présidant à la préparation de la surface à peindre, en fonction des zones et accidents lors de la taille de la roche. On a constaté en effet que, selon les strates géologiques, la pierre a pu être plus ou moins finement taillée, exigeant une adaptation constante des artisans pour le lissage des parois. D’un endroit à l’autre du couloir, les techniques de bouchage, d’aplanissement et de lissage changent. Dans la partie gauche de la paroi, on note ainsi la présence de deux couches d’enduit de lissage, au‑dessus de bouchages à la mouna quand cela l’exige. Au contraire, dans la partie droite de la même paroi, la couche préparatoire extrêmement fine, à même la roche, précède immédiatement la mise en couleur.

12L’ensemble des observations sur cette paroi a permis de reconnaître une inscription secondaire passée jusque‑là inaperçue. Sur les plis rouges d’un pagne blanc, quelques signes tracés à l’encre rouge en hiéroglyphes cursifs fournissent l’identité d’un personnage de la procession funéraire sur la paroi sud du couloir : « Sa fille, Nedjem[…] ».

1.1.1.5. Sols

13En fin de mission, la moitié sud du sol de la salle transversale a été nettoyée jusqu’au sol natif. De même, l’entrée de la chapelle a été nettoyée, révélant un dallage en calcaire qui semble s’achever au début de la salle transversale et, dans l’embrasure de la porte, des dalles de calcaire posées en délit. Fragilisées, elles ont été consolidées.

14Les travaux de restauration des peintures de la TT 216 sont en voie d’achèvement. La finalisation du nettoyage est prévue pour 2023. Il reste notamment à traiter le plafond du couloir longitudinal et quelques zones ponctuelles de la salle transversale. C’est dans un échange constant entre restaurateurs et égyptologues que progresse ce travail minutieux. Dans un monument dont le décor est aussi dégradé que celui de la tombe de Néferhotep, chaque détail lisible est susceptible d’améliorer la compréhension du programme iconographique de la tombe. En témoigne la découverte d’une inscription secondaire dans le couloir longitudinal.

15La paroi sud de la salle transversale est maintenant consolidée et nettoyée, de même que les piliers soutenant le plafond. Le traitement de la paroi nord est en bonne voie et devrait être finalisé en 2022. La paroi est demande sans doute encore quelques interventions, notamment au niveau du registre supérieur.

1.1.2. Restauration du mobilier et des décors en pierre

16La consolidation des trottoirs devant la façade de la chapelle s’est poursuivie cette année, notamment sur une pierre adjacente au dallage de l’entrée et sur une grande dalle dont la dégradation progressait dangereusement. De même, quelques nouvelles interventions sur le bas‑relief situé au sud de l’entrée permettent d’envisager la fin prochaine du travail sur cette dalle rapportée et finement gravée.

17Un nouveau chantier a été lancé au magasin Carter sur des objets provenant de la TT 216 : la seconde statue porte‑enseigne de Pashed, la statue stéléphore de Néferhotep (ii) et les tables d’offrandes.

1.1.2.1. La seconde statue porte‑enseigne de Pashed

18Suite au constat d’état et à l’analyse de la statue porte‑enseigne de Pashed restée dans la TT 216 lors de la mission précédente, deux restaurateurs ont effectué le même travail sur le pendant de cette statue conservée actuellement dans le magasin Carter.

19Cette statue présente quelques différences de conception par rapport à celle présente dans la TT 216. Une forme ébauchée de figure féminine de petite taille est encore visible à senestre de la jambe et du pagne de Pashed. C’est un des seuls endroits où l’on observe la présence de mortier de modelage, ce qui permet d’envisager ici un repentir du sculpteur. Cette ébauche semble relever d’un projet initial, abandonné rapidement pour réaliser dans un second temps la figure féminine, plus grande que la première, située à dextre de Pashed. Bien qu’elle soit plus visible que l’ébauche initiale, cette dernière est également inachevée : la perruque est lissée mais le reste de la figure montre encore des traces d’outils. En outre, si l’ensemble du relief est recouvert d’une couche blanche monochrome, aucune trace de polychromie n’a été relevée.

20Les deux problèmes fondamentaux que posent ces deux statues porte‑enseigne de Pashed sont leur destination initiale et la méthode d’encastrement dans les socles qui les soutenaient. Il est peu probable qu’elles aient été conçues pour l’emplacement où elles ont été retrouvées par Bernard Bruyère dans les années 1920. Sans doute intégrées dans la maçonnerie (d’une autre tombe ?), elles ont dû être déplacées pour une raison inconnue pour être installées de part et d’autre du passage menant au couloir longitudinal.

1.1.2.2. La statue stéléphore de Néferhotep (ii)

21Représentant le propriétaire de la TT 216 agenouillé et présentant devant lui une stèle gravée d’un hymne au dieu Rê, la statue stéléphore en calcaire thébain est constituée de treize fragments brûlés et noircis, totalisant environ 40 % de l’objet original. Ces différents éléments constitutifs ont été retrouvés par B. Bruyère au fond du puits de la TT 216 en 1924. Elle est haute de 87 centimètres, sans la tête, manquante comme celles des deux groupes statuaires du propriétaire et sa femme conservés dans la tombe. Structurellement stable, elle conserve des traces de polychromie sur les carnations (brun‑rouge), le collier de récompense, le vêtement et les inscriptions du pilier dorsal (rehauts rouges), le tout sur fond blanc. Seul le bas de la stèle est toujours présent.

22Les restaurateurs ont pu déceler trois campagnes de restauration antérieures. La première, conduite par l’équipe de B. Bruyère dans les années 1920, avait pour objectif de réassembler les fragments et de procéder à des reconstitutions formelles en gypse. Durant la seconde campagne de restauration, les derniers bouchages, peu esthétiques, ont été à nouveau travaillés pour être lissés, mis en retrait et recouverts d’un badigeon beige débordant imitant la teinte de la pierre. Dans un troisième temps, un badigeon noir a été appliqué de manière extensive, avec l’objectif probable d’unifier chromatiquement les fragments noircis par le feu et les comblements modernes. Ce badigeon noir a pu être retiré et un nettoyage commencé. D’autres interventions sont à prévoir dans les années à venir.

1.1.2.3. Les tables d’offrandes de la TT 216

23Trois tables d’offrandes provenant de la TT 216 sont conservées au magasin Carter. Dans le cadre d’un réaménagement de la salle où elles sont conservées, il a été possible de retrouver quelques fragments manquants. C’est notamment le cas pour la table d’offrandes au nom d’Amennakht dont B. Bruyère avait retrouvé douze fragments. L’ensemble de ces fragments, dont il manquait quelques‑uns, ont pu être relocalisés et documentés. Un projet de remontage est envisageable dans les années à venir.

1.2. TT 217 : la tombe d’Ipouy (i)

  • 1 For correcting the English of this section, we would like to thank D. Waller.

24In January and February 2021, Kathrin Gabler directed a pilot season in tomb TT 217 located in the upper terrace of Deir el‑Medina’s Western necropolis, (Fig. 1). In addition to K. Gabler, the team on this campaign (13/01 to 25/02/2021) consisted of Matjaz Kacicnik and Ali Diehab. They began collecting relevant data, both on‑site and in magazines, in order to gain an overview of the structure and relevant objects and to develop research questions and a research plan for future work. Initial documentation of the primary source – the tomb – was also begun.1

Fig. 1. View of the tomb of Ipuy located on the upper terrace (M. Kacicnik).

Fig. 1. View of the tomb of Ipuy located on the upper terrace (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_001

1.2.1. Its history and archival research

  • 2 Del Vesco, Poole 2018, pp. 98–100, fig. 1.
  • 3 Scheil 1894, pp. 604–612.

25The tomb TT 217 can be assigned to the sculptor Ipuy (i) and his family. Built in the first half of the reign of Ramesses II, the first room of the tomb – the chapel – features polychrome wall paintings that depict scenes from daily life and various professional contexts. These scenes are therefore exceptional within Deir el‑Medina. The tomb consists of a courtyard and (at least) ten rock‑cut rooms and is located on the upper terrace of the Western necropolis.2 It was built using local limestone, which is rather fragile; as a result, the chapel’s roof had collapsed, probably in antiquity. Its current ceiling is a modern construction, installed initially by Norman de Garis Davies and renewed by the Supreme Council of Antiquities. When Jean‑Vincent Scheil first investigated the tomb in 1890 for Ifao, the decorated chapel was open to the sky.3

  • 4 This scene, painted on the eastern wall of the chapel, is not preserved anymore, though some fragm (...)
  • 5 Del Vesco, Poole 2018, p. 128. I am grateful to T. Montonati (Museo Egizio di Torino) for providin (...)
  • 6 Davies 1927.

26Scheil’s short 1894 publication, including drawings, is our primary source of scholarly information about TT 217. Among the water‑colour copies of the tomb’s paintings presented in his publication is the famous gardener scene depicting the technique of watering with a shaduf.4 An Italian team directed by Ernesto Schiaparelli subsequently (but probably only partially) investigated TT 217 during their 1908‑1909 season. Archival notes kept in the Museo Egizio di Torino provide insights into their work. Among the preserved documents are 13 black and white photos, the earliest taken from the chapel, that show its previous condition, as well as some copies of inscriptions.5 Shortly after, N. de Garis Davies became interested in the tomb. He was shocked by the poor condition of the chapel and the lack of protection afforded to its decorations (of which some polychrome scenes had already disappeared). He decided to clear the painted chapel in 1912 and the court in 1920; to document and protect the hall with a new roof; and to publish the structure.6

  • 7 Davies 1927, p. 34, pl. XX–XLII.
  • 8 The museum possesses further documentation and objects from TT 217, e.g. Wine Jar Label 22.4.329b; (...)
  • 9 Ifao MS_2009_00498, MS_2004_0147_024 till_026, e.g. the pyramidion of Ipuy and further architectur (...)
  • 10 Austin 2014.
  • 11 Černý 1949, pp. 110–112.

27Davies’ publication includes the only available plan and section of TT 217 until now. He labelled the rock‑cut chambers from I to X, but his publication lacks a detailed discussion of the chronology and building phases of the rooms. While investigating the area, N. de Garis Davies discovered hundreds of painted wall fragments (mainly in the courtyard), though he failed in many cases to place them in context.7 Most of these finds remained in the tomb/on‑site (see below), though some are now kept in the Carter Magazine (on the Westbank of Luxor), while others went to the Metropolitan Museum of Art (New York) in the 1920s.8 In January 1924 and 1926, B. Bruyère reinvestigated TT 217 and its surroundings and his team discovered some more objects linked to the tomb.9 Since then, the structure has been used as magazine; numbered 15 and known as the mummy magazine. It has been used to store human remains from various parts of the site; these remains are under study by A. Austin.10 In 1949, Jaroslav Černý published the preserved hieroglyphic texts from the chapel.11 Jean‑Pierre Corteggiani sorted the painted muna fragments into three wooden boxes in 1986, according to their motifs and topics. In the 2000s, the chapel and its paintings were restored and a new roof installed.

28Building on this earlier work, the new project initiated by K. Gabler began work in 2020. So far, it has identified over 30 objects connected to TT 217 and its owner Ipuy, distributed in collections and museums worldwide.12 Fresh research on the tomb aims at the complete reinvestigation, documentation, and publication of TT 217 and the linked objects according to modern standards.

1.2.2. The new project “TT 217 – The Tomb of the Sculptor Ipuy in Context”: results of the pilot season

29The pilot season aimed to achieve the following five goals:

– Archaeological and architectural survey of the accessible parts of TT 217.

Generally speaking, the chapel/room I is in good condition, as shown in the assessment report by Bianca Madden (assessment conducted in 2019).13 Rooms II, IV, VI, VII and IX serve as the aforementioned mummy magazine. Rooms V and X are visible from the other chambers, but are not accessible due to debris, while room VIII is completely blocked by stones. The clearing and cleaning of all rooms is a priority for any proper survey; this needs to be done in close cooperation with the relevant anthropologists and in consultation with a geologist in order to judge the current condition of the rock in the inner chambers and the ceilings in particular. The ancient floor level/s is/are hidden under a thick layer of debris – a mix of rock, stones, dust, and various ancient and modern objects and fragments spread across each of the chambers, except the chapel (Figs. 2‑3).

Fig. 2. The decorated chapel of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

Fig. 2. The decorated chapel of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_002

Fig. 3. The deeper chamber of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

Fig. 3. The deeper chamber of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_003

A proper reinvestigation will enable accurate plans of the entire structure (including the entrance and courtyard), though many details of the original/primary phase, as well as subsequent use phases, were already observed as part of the pilot season: the original (wooden) door poles at the entrance and at the door leading to room II, construction lines at the linked doorsteps, mudbrick walls and vaults built within the rock‑cut chambers (in particular rooms II, III, IX), plaster layers on various walls, etc. These observations reveal several use phases and changes made after the time of Ramesses II. Future archaeological, architectural, and geological study and documentation will allow the creation of new plans according to modern technical and interdisciplinary standards, as well as a reconstruction of the biography of the tomb, including its use phases as well as insights into the building processes.

– Photographic documentation of the current condition of TT 217: entire structure, surrounding, as well as discovered objects (see below).

To document the starting condition of the tomb, high‑resolution photos of all accessible rooms were produced – for the first time in the case of most of the chambers. Except for the chapel, all of these rooms are undecorated, though in several cases, the remains of plaster on the walls and ceilings are observable. The new photos allow a detailed study of the chapel’s preserved paintings, including stylistic and iconographical analysis. In several cases, faded inscriptions (in particular on the northern and northern part of the eastern wall) were discovered using the D‑Stretch software.

– Rediscovery and documentation of various objects belonging to TT 217.

  • 14 Davies 1927, pp. 33–34, pl. XLI–XLII, further fragments are included in the wall plans, see pl. XX (...)
  • 15 Research concerning the history of the boxes and their way to Deir el‑Medina is on‑going.

The fragments collected by N. de Garis Davies, which were partly published as drawings14 and which were re‑sorted by J.‑P. Corteggiani (see above), were found in three wooden boxes in room IX, located by the wall leading to room X. The boxes themselves are of interest for the modern history of TT 217. Two of the boxes reveal information about their original function: they served as containers for bottles, including the name and logo of the drinks’ companies (Campari Milano and Champagne Charles Heidsieck Reims). The boxes were used to transport their contents to Egypt, and were labelled with the contents’ dates of production, their amount, and production or delivery in 1911, via Cairo and Alexandria (Fig. 4).15

Fig. 4. Box used as storage for the painted fragments (M. Kacicnik).

Fig. 4. Box used as storage for the painted fragments (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_001

Each box contained several layers of objects (separated by newspaper from 1986) with a preliminary total of 975 painted muna fragments, all of which were photographed (Fig. 5). Their size varies from tiny fragments of some centimeters to bigger pieces up to 20 cm across; their condition ranges from good/stable to very fragile. Proper conservation will thus take place next season in addition to their detailed documentation. After an initial survey that dealt with their identification and possible relocation, a first estimate indicates that 80 % of these fragments belong to the chapel of TT 217 (direct joins possible), while 20 % may belong to another room/s, though they seem to be rather similar in style and iconography. The photos taken in 2021 will serve as the basis for further research, including digital epigraphy.

Fig. 5. Painted fragments from the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

Fig. 5. Painted fragments from the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_002

  • 16 Davies 1927, pp. 36–37.

In addition, 42 fragments of two life‑size muna statues (briefly described by N. de Garis Davies but not recorded at all)16 were discovered in the chapel; these were stored on top of the reconstructed western wall, in the corner leading to room II. The standing statues probably depict the deceased Ipuy (i) (beige skin, wearing a long‑folded kilt, partly inscribed with white ink?) (Fig. 6) and his wife Duaemerres (i) (red‑brownish skin, wearing a long white dress, with long black hair including a colored garland and flowers). They were produced in an unusual technique: modelled partly out of the mud bricks and mud connected to the western walls (even by mudbricks) and covered by linen and plaster (similar to the process of making cartonnage) which was again modelled and painted. The fragments reveal various insights into their construction. These wall and statue fragments (amounting to 1004 fragments) and additional (funerary) objects (e.g. at least 31 bigger fragments of cartonnage and 16 fragments of coffins) stored in the tomb need to be studied in subsequent seasons.

Fig. 6. Part of the muna statue of Ipuy (M. Kacicnik).

Fig. 6. Part of the muna statue of Ipuy (M. Kacicnik).

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_003

  • 17 Carter Magazine, A 8 (the door jamb is to be found in Davies 1927, pl. XL, 4, as drawing), 11A and (...)

Further to this, more objects belonging to TT 217 or mentioning Ipuy (i) and his family were identified during work in the Carter magazine: a door jamb and three stone fragments worked in relief.17

– Creation of a 3D photogrammetric model of the chapel/room I and the façade.

The condition of the chapel in its current well‑preserved state do not permit the physical restoration and reconstruction of the abovementioned wall fragments; the only exception may be the southern part of the eastern wall which is nevertheless almost 80 % lost. In order to reconstruct and publish the chapel, a 3D photogrammetric model was created. This will serve in the first place as a working tool for the digital relocation of the fragments benefitting from digitized archival documents (see above) and for the creation of new wall plans. In a second step, the model will function as an open‑access online publication that will make the tomb accessible to a worldwide audience of researchers and any interested persons. Photogrammetric work will continue over the next seasons in the other (accessible and cleaned) rooms in order to construct a model of the entire structure and to preserve the current condition of TT 217 and the linked objects. Besides the model of the chapel, a model of the façade and the courtyard was also realized.

– Initial cleaning of the courtyard.

  • 18 Davies 1927, pp. 35–36; Bruyère 1939, pl. VII.
  • 19 Davies 1927, pl. XXI; Ifao MS_2009_00498.

In order to achieve the photogrammetric documentation, an initial cleaning of the courtyard was accomplished. Some of the features described and mapped by N. de Garis Davies and B. Bruyère were still visible (e.g. a “brick bench” in front of the Southern part of the façade and an “oblong mastaba”), while others (e.g. the shafts 1019, 1018, 1020, and 1021) are covered by debris and modern installations.18 Cleaning of the entire courtyard will be needed in order to relocate and document all its structures, and to discuss their function, especially because an initial comparison of the published plan by N. de Garis Davies differs somewhat from the unpublished sketch by B. Bruyère.19

1.3. TT 214 : la tombe de Khaouy

30Du 25 janvier au 8 février 2021, le projet d’étude et de restauration de la TT 214 appartenant au gardien Khaouy s’est poursuivi pour une deuxième saison. Mené en collaboration avec le Museo Egizio di Torino, le projet avait cette année pour objectif d’établir un bilan détaillé de l’état de conservation de la chapelle gravée et du caveau peint. Il est à noter que le caveau peint, ayant été inaccessible pendant plusieurs décennies, n’a jusqu’ici jamais fait l’objet d’aucune restauration majeure, si l’on se fonde sur les rapports rédigés à l’époque. Cette année, au vu de la situation sanitaire compliquée, seuls deux membres de l’équipe ont pu se rendre sur place : Cédric Gobeil et Bianca Madden.

31Les objectifs de cette année étaient les suivants :

- diagnostiquer et évaluer l’état actuel et les facteurs de détérioration à l’intérieur et à l’extérieur de la tombe et identifier les principales menaces ;

- étudier le contexte, les matériaux d’origine et la structure de la décoration de la tombe ;

- identifier les (éventuelles) interventions précédentes ;

- dresser un plan de traitement de conservation fondé sur les résultats de ce bilan.

32La méthodologie du bilan et du projet de conservation combinait :

- une évaluation visuelle de la tombe et de ses environs ;

- une analyse visuelle de la couche picturale et des couches d’enduits à l’aide d’un éclairage perpendiculaire et, ensuite, à la lumière rasante ;

- un examen poussé à la loupe et avec des rayons UV pour comprendre la structure des couches et des éléments venus se déposer sur la couche picturale dans un second temps.

33Les menaces pesant sur la tombe TT 214 se répartissent en trois catégories : celles liées à l’état géologique naturel de la nécropole et à la détérioration des matériaux utilisés, à l’activité biologique et, enfin, aux dommages causés par l’homme (fig. 7).

34Les facteurs de risques naturels comprennent le mouvement géologique de la roche à l’intérieur de laquelle la tombe est creusée, la perte et le détachement des couches d’enduits suite à cela, ainsi que le vieillissement naturel des matériaux au fil du temps, qui a également conduit à la rupture des couches intermédiaires de liaison des couches picturales.

Fig. 7a‑b. L’enduit est tombé et la couche picturale est craquelée (a) ; la couche picturale est écaillée et partiellement tombée (b) (C. Gobeil).

Fig. 7a‑b. L’enduit est tombé et la couche picturale est craquelée (a) ; la couche picturale est écaillée et partiellement tombée (b) (C. Gobeil).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_004 et 17148_2021_NDMPF_005

35Parmi ces facteurs de détérioration, les plus importants sont toutefois les dommages causés par l’homme. Il s’agit notamment des détériorations causées par un incendie survenu durant l’Antiquité – qui a entraîné un changement des couleurs d’origine des pigments dans la chambre funéraire, la perte d’une partie de la teneur en paille des enduits et aussi du linteau en bois au‑dessus de l’entrée, des dommages sur la surface picturale, des fissures dans les couches d’enduits, et enfin la fragilisation générale de la structure sous‑jacente en briques crues. La seconde cause de détérioration majeure provoquée par l’homme est constituée par les grandes trouées qui se trouvent sur les murs sud et nord de la chambre funéraire, certainement ouvertes par des voleurs à la recherche d’autres chambres funéraires qui auraient pu avoir été cachées par la structure en briques crues de la TT 214 (fig. 8).

Fig. 8a‑b. Les grandes trouées ouvertes dans les murs sud (a) et nord (b) (C. Gobeil).

Fig. 8a‑b. Les grandes trouées ouvertes dans les murs sud (a) et nord (b) (C. Gobeil).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_006 et 17148_2021_NDMPF_007

36Ces pertes de matériaux, y compris la perte du linteau de bois au‑dessus de l’entrée, ont entraîné de nombreuses et profondes craquelures sur les parois de la pièce, et ont causé le détachement de grandes parties d’enduits peints qui risquent de tomber à tout moment (fig. 9).

Fig. 9. Les dommages au‑dessus de l’entrée de la chambre funéraire causés par la disparition du linteau de bois. L’ensemble encore en place, à présent détaché du reste de la voûte, risque de tomber sous l’effet de son propre poids (C. Gobeil).

Fig. 9. Les dommages au‑dessus de l’entrée de la chambre funéraire causés par la disparition du linteau de bois. L’ensemble encore en place, à présent détaché du reste de la voûte, risque de tomber sous l’effet de son propre poids (C. Gobeil).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_008

37Contrairement à la chambre funéraire, la chapelle de la TT 214 possède un décor gravé qui est malheureusement resté inachevé. Ici aussi les couches d’enduits se sont détachées en partie et menacent de tomber. Ceci est particulièrement inquiétant dans le cas des enduits utilisés pour remplir les surfaces inégales de calcaire dans les zones sculptées en relief. Les surfaces, en général, sont également sales, fissurées et abrasées. Les principales détériorations des éléments décoratifs de la chapelle sont :

- les dommages causés par le sable éolien et par les petits mammifères et les oiseaux, qui peuvent entrer dans la chapelle bien que la porte soit fermée ;

- le détachement des couches d’enduits dans les zones sculptées en relief ;

- le détachement des couches d’enduits dans les zones non sculptées ;

- l’exposition des reliefs gravés situés à l’extérieur de la chapelle aux éléments climatiques.

38Le principe des travaux de conservation proposés est, de concert avec l’éthique actuelle de la conservation, un principe d’intervention minimale. Ces interventions devront se limiter au minimum nécessaire pour stabiliser les matériaux et ralentir la progression des détériorations. Les travaux de conservation envisagés pour la TT 214 sont :

- les réparations structurales de la chambre funéraire là où il y a eu des pertes importantes et où elles représentent un facteur de détérioration ou de déstabilisation de la structure générale ;

- les réparations des couches décoratives autour de l’entrée et des grandes trouées ;

- un léger nettoyage des surfaces peintes pour éliminer au maximum la poussière et les saletés ;

- la stabilisation des enduits présentant un grand risque de détachement ;

- la stabilisation des couches picturales écaillées et/ou présentant un grand risque de détachement ;

- la consolidation des pigments poudreux ;

- la réduction des dépôts de surface ;

- la réduction ou l’élimination des zones où des matériaux secondaires ont été appliqués sur les surfaces d’origine et qui obscurcissent la décoration d’origine, quand leur présence représente un facteur de détérioration aggravé ;

- l’entreposage approprié des vestiges archéologiques qui se trouvent actuellement dans la chapelle et la chambre funéraire de la tombe, de façon à ce qu’ils soient adéquatement nettoyés de la saleté et de la poussière, triés, et étiquetés.

39Parallèlement à l’examen de l’état de conservation de la tombe, cette mission a été l’occasion de vérifier l’inventaire des objets mis au jour lors du nettoyage de la tombe effectué durant la campagne 2020. Durant cette étape, aucune erreur n’a été relevée. L’ensemble de ces objets seront étudiés plus en détail lors d’une prochaine mission.

40Cédric Gobeil a aussi profité de son séjour sur place pour reconditionner dans des boîtes plastiques les objets découverts lors de précédentes opérations de terrain, notamment le nettoyage du village en 2012 et la fouille devant le temple ptolémaïque en 2017. Toutes ces nouvelles boîtes ont été déposées à l’intérieur du magasin 12 situé sur le site de Deir el‑Médina.

41L’an prochain, grâce au rapport d’expertise établi par Bianca Madden, les opérations de restauration de la TT 214 pourront être entamées.

1.4. TT 2 : la tombe de Khâbekhenet (i)

42La mission d’étude et de restauration de la tombe TT 2‑2B, édifiée à l’initiative des artisans Khâbekhenet (i) et Khonsou (ii), fils de Sennedjem (i), s’est tenue du 8 au 29 janvier 2021.

43En raison de motifs impérieux, Alexandra Winkels (Diploma Conservator affiliée au département d’archéométrie et de conservation de l’Académie des Beaux‑Arts de Dresde) n’a pas été en mesure de se rendre sur le terrain. Elle poursuivra néanmoins son travail de conservation dans la chambre funéraire décorée (TT 2B) durant les prochaines saisons.

44Anne‑Claire Salmas a poursuivi l’étude des décors de la chapelle décorée (TT 2), qui est à présent pratiquement achevée.

1.4.1. Nettoyage de surface de l’ensemble des superstructures et couverture photographique

45Comme chaque année, l’ensemble des superstructures du monument (cour, chapelle décorée TT 2 et chapelle « annexe » au‑dessus du caveau décoré TT 2B) a été nettoyé. Cette opération, qui contribue à une meilleure préservation de la tombe, était d’autant plus importante cette année qu’Ihab Mohamed, photographe de l’Ifao, a réalisé la couverture photographique du monument et de ses décors entre la fin du mois de janvier et le début de février. Ces clichés en haute définition des scènes et inscriptions faciliteront le travail d’étude des quelques décors encore à analyser et permettront de faire les dernières vérifications nécessaires avant la remise du manuscrit au service des publications de l’Ifao, fin 2022.

1.4.2. Étude structurelle de la chapelle TT 2 et de ses décors

46Une analyse pointue des supports de la chapelle TT 2, réalisée par Isabelle Vranckx et Marianne Rochebeuf, a permis de mieux comprendre la structure du monument et l’influence qu’elle avait pu avoir dans l’implantation des décors, ainsi que dans le choix des techniques.

47Comme cela avait été souligné par Christian Dupuis (géologue, université de Mons) durant la mission 2019, la cour et les superstructures de la tombe TT 2‑ 2B ont été creusées dans une couche de brèche formée durant le Quaternaire à partir de l’écoulement de sédiments et de pierres d’éboulis provenant du basculement d’un bout de bloc de calcaire de la montagne thébaine : la roche qui en résulte est composée de fragments anguleux cimentés entre eux par des dépôts minéraux. En raison de sa composition qui présente des différences importantes de granulométrie, avec la présence de gros éclats, de silex notamment, la brèche est difficile à travailler. La nature du support explique par conséquent l’alternance des techniques utilisées dans la décoration. La majorité des décors a été sculptée sur un enduit de couleur ocre‑rose, dont l’épaisseur varie d’une zone à l’autre, selon la qualité de la roche sous‑jacente et des défauts que les ouvriers ont pu rencontrer. Le choix de la couleur de l’enduit – la même que celle du badigeon – demeure sujet à questionnement : la teinte semble avoir été obtenue naturellement (et délibérément ?) et ne semble donc pas résulter d’un phénomène extérieur, comme un feu. En d’autres endroits, le décor a été sculpté à même la roche préalablement lissée. Cette observation a conduit à une réévaluation d’un « matériau » de couleur gris foncé, longtemps considéré comme une couche de ciment et associé à une phase ancienne de restauration (fig. 10).

Fig. 10. Vue de la chapelle TT 2 vers le sud : mur sud avec le « matériau » de couleur gris foncé qui correspond au substrat rocheux (I. Mohamed).

Fig. 10. Vue de la chapelle TT 2 vers le sud : mur sud avec le « matériau » de couleur gris foncé qui correspond au substrat rocheux (I. Mohamed).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_009

48Après une analyse minutieuse de ce « matériau », presque exclusivement situé sur la paroi sud et la moitié sud de la paroi est, il s’avère qu’il s’agit en réalité du substrat rocheux dans lequel le monument a été taillé et sur lequel le décor a directement été sculpté. M. Rochebeuf a suggéré d’associer la (dé)coloration de la pierre à un incendie qui se serait produit dans le puits situé à proximité. La couche de badigeon ocre‑rose manque, soit qu’elle n’a jamais été posée, soit qu’elle a disparu avec le temps. Enfin, dans la partie médiane de la paroi nord du couloir d’entrée, un pan entier de décor a été soigneusement taillé sur des blocs de calcaire fin, lesquels ont été rapportés a posteriori : il ne subsiste qu’un seul bloc décoré, mais les restes de mortier de liaison des autres blocs sont encore visibles (fig. 11, en bleu). Il est fort probable qu’ayant rencontré d’importants défauts dans la paroi rocheuse, les artisans aient été forcés de faire preuve d’inventivité.

Fig. 11. Vue de la paroi nord du couloir d’entrée de la chapelle TT 2. En bleu : bloc de calcaire fin décoré et rapporté. En rouge : gravure d’un « diabolo », vraisemblablement une « marque identitaire » d’ouvrier (photographie et assemblage I. Mohamed).

Fig. 11. Vue de la paroi nord du couloir d’entrée de la chapelle TT 2. En bleu : bloc de calcaire fin décoré et rapporté. En rouge : gravure d’un « diabolo », vraisemblablement une « marque identitaire » d’ouvrier (photographie et assemblage I. Mohamed).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_010

1.4.3. Étude des différentes interventions dans la chapelle TT 2

49Durant la mission, A.‑C. Salmas s’est essayée à l’élaboration d’une chronologie relative des différentes opérations de consolidation/conservation/restauration effectuées au sein de la chapelle TT 2, en étudiant et comparant l’état actuel du monument, celui documenté par des photographies d’archives et les observations de B. Bruyère dans ses carnets et rapports. Certaines opérations sont clairement antiques, comme le démontrent des restes de l’enduit ocre‑rose passant par‑dessus les pierres de blocage (fig. 12) : ceci indique clairement que la structure du monument était déjà fragilisée au moment de – ou juste après – sa conception. D’autres opérations datent, quant à elles, de l’époque de B. Bruyère : elles sont repérables en particulier grâce aux raccords au plâtre blanc, typiques des interventions réalisées par l’archéologue et Émile Baraize (parois du couloir d’entrée ; reconstruction des groupes statuaires par exemple).

Fig. 12. Exemple de restauration antique dans la seconde pièce de la chapelle TT 2 (mur sud) au niveau d’une importante fracture. Des traces d’enduit et de badigeon sont encore visibles au‑dessus des blocs de bouchage. Au niveau du plafond, exemple de restauration récente au ciment gris (A.‑C. Salmas).

Fig. 12. Exemple de restauration antique dans la seconde pièce de la chapelle TT 2 (mur sud) au niveau d’une importante fracture. Des traces d’enduit et de badigeon sont encore visibles au‑dessus des blocs de bouchage. Au niveau du plafond, exemple de restauration récente au ciment gris (A.‑C. Salmas).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_011

50Enfin, des phases de consolidation/conservation/restauration, dont on ne peut déterminer le nombre avec précision, datent d’une époque plus récente. Elles ont consisté d’une part au bouchage des grandes fractures qui entaillent la chapelle TT 2 (avec morceaux de calcaire local liés par du plâtre et une fermeture au ciment gris clair ; voir fig. 12), d’autre part en l’application d’une couche de ciment gris visant à colmater et consolider les zones les plus abîmées du décor (voir fig. 10). La plupart de ces opérations ont été conduites après 1974, car elles n’apparaissent pas sur la couverture photographique du monument réalisée cette année‑là. On se demande si cette phase ne correspond pas à celle durant laquelle la couverture en bois « Bruyère‑Baraize » du couloir d’entrée a été remplacée par une couverture en ciment, en raison de la similarité du matériau utilisé.

1.4.4. Poursuite de l’étude égyptologique des décors de la chapelle TT 2

51L’étude égyptologique des décors de la chapelle TT 2 s’est poursuivie durant la mission et est pratiquement achevée. A.‑C. Salmas s’est concentrée sur la décoration du mur sud, de la moitié sud de la paroi est, ainsi que des groupes statuaires. En dépit d’importantes lacunes sur le mur sud, il a été possible de reconstruire de larges sections de décor très détériorées, en se fondant sur des parallèles au sein du monument. De manière générale, l’attention a été portée sur l’étude de plusieurs thèmes décoratifs importants :

- La litanie généalogique des membres de la famille étendue de Sennedjem (i), père de Khâbekhenet (i) et Khonsou (ii) (fig. 13) (mur sud, premier registre ; mur sud, troisième registre, troisième scène et, vraisemblablement, cinquième scène ; mur est, moitié sud, troisième registre, scènes nord et sud ; côtés latéraux des groupes statuaires nord et sud). L’ensemble des scènes et textes analysés durant la mission a, une nouvelle fois, offert un tableau relativement détaillé de la famille étendue de Sennedjem (i) et de deux de ses fils. Les informations recueillies ont été croisées avec celles fournies par d’autres éléments du décor de la TT 22‑2B et par des éléments du décor de la tombe de Sennedjem (i).

- Aperçu de la communauté des artisans au moment de l’érection de la tombe TT 2‑2B (mur sud, troisième registre, quatrième scène ; mur est, moitié sud, second registre, scènes nord et sud). Une partie des décors des murs sud et est (moitié sud) consiste en la représentation d’autres membres de la communauté. Ils sont à mettre en relation avec des représentations similaires au mur sud, moitié nord, et peuvent être interprétés comme des hommages – au moins pour les membres influents de la communauté comme le chef d’équipe Qaha (i) – ou comme la volonté de préserver pour l’éternité le souvenir de liens particuliers entre Khâbekhenet (i) et Khonsou (ii), propriétaires de la chapelle TT 2, et leurs collègues.

- La représentation du temple de Mout et de la navigation sacrée de la déesse. Cette représentation, qui se trouve aujourd’hui dans un état de conservation médiocre, constitue sans nul doute l’une des scènes les plus importantes de la chapelle TT 2. Jamais publiée dans son intégralité, elle est connue par un croquis reproduit dans le Répertoire onomastique de Jaroslav Černy, partiellement révisé par Agnès Cabrol (Cahiers de Karnak 10, 1995). Jacques Jean Clère avait entrepris dans les années 1920 de publier le tableau, mais il dut abandonner le projet au profit de Charles Kuentz. Ce dernier ayant finalement renoncé à la publication, J.J. Clère en reprit l’étude quelque cinquante ans plus tard, sans toutefois l’achever. J’ai pu trouver dans les archives Clère, conservées au Griffith Institute (University of Oxford), un dossier comprenant nombre de notes détaillées et de sections rédigées, ainsi qu’un relevé complet de la scène. Mon étude de la scène doit beaucoup aux analyses pertinentes de J.J. Clère et A. Cabrol.

Fig. 13. Litanie généalogique sur le côté latéral sud du groupe statuaire nord (I. Mohamed).

Fig. 13. Litanie généalogique sur le côté latéral sud du groupe statuaire nord (I. Mohamed).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_012

52Outre l’étude des décors « originaux » de la chapelle TT 2, la mission a également été consacrée au relevé et à l’analyse des inscriptions secondaires situées à différents endroits du monument. L’une d’entre elles, localisée dans la partie inférieure de la paroi nord du couloir d’entrée, se présente sous la forme d’un « diabolo » (fig. 11, en rouge). En dépit de sa simplicité, la gravure est digne d’intérêt, puisque le symbole appartient au répertoire des marques identitaires des « ouvriers de la Tombe ». En me fondant sur l’étude menée par Daniel Soliman, j’ai pu établir que cette marque pourrait être celle d’un descendant de Khâbekhenet (i) et Khonsou (ii), et pourrait par conséquent être un témoignage d’une part d’une visite à un monument familial, d’autre part du fonctionnement continu du monument sur plusieurs générations. D’autres inscriptions secondaires – des dipinti à l’encre rouge – ont également été relevées (fig. 14 pour un exemple), mais leur interprétation est plus ardue.

Fig. 14. Exemple de dipinto à l’encre rouge (paroi est, moitié sud, deuxième registre, tableau nord) (A.‑C. Salmas).

Fig. 14. Exemple de dipinto à l’encre rouge (paroi est, moitié sud, deuxième registre, tableau nord) (A.‑C. Salmas).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_013

53En conclusion, l’ensemble des chapitres du premier volume de la publication, consacré à la présentation architecturale et l’étude des décors des superstructures, est pratiquement rédigé. Quelques éléments de décoration restent encore à étudier (scènes relatives aux funérailles sur les derniers petits registres des murs est, moitié sud, et sud de la chapelle TT 2 ; hymnes solaires dans le couloir menant à la seconde pièce de la chapelle TT 2 ; groupe statuaire anépigraphe de la seconde pièce de la chapelle TT 2 ; fragment de montant à l’entrée de la chapelle annexe ; décors anépigraphes sur le mur ouest de la chapelle annexe ; graffiti sur le mur sud de la chapelle annexe) avant de procéder aux vérifications finales. Le dépôt du manuscrit est prévu pour la fin de l’année 2022.

1.5. La chapelle d’Amennakhte (v) et l’étude des puits afférents (P. 1335, 1336a, 1336b, 1337, 1338, 1340)

54L’équipe était composée d’Andreas Dorn, Renaud Pietri, Stéphane Polis et Claudia Widow. Pour leur première mission sur le site, l’équipe était présente du 13 au 25 février 2021.

  • 20 L’identification des individus suit, sauf mention contraire, Davies 1999. Sur ce scribe, voir Dorn (...)

55L’objectif du projet est de mieux comprendre le complexe funéraire situé dans le cimetière de l’ouest de Deir el‑Médina qui fut attribué au scribe Amennakhte (v)20 par B. Bruyère et de voir si, parmi les puits associés à cette structure, il est toujours possible d’identifier des fragments de papyrus ramessides permettant d’éclairer l’histoire des archives manuscrites de la famille de ce scribe de la XXe dynastie.

1.5.1. Identification des structures et attribution à Amennakhte (v)

  • 21 https://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?id=MS_2004_0154_007 et suivants.
  • 22 Bruyère 1937, p. 72‑80.
  • 23 On soulignera qu’une autre structure (P. 1343) est également mentionnée comme pouvant potentiellem (...)

56Déjà dans son Journal de fouilles de la saison 1932‑1933 à Deir el‑Médina21, puis dans son rapport de l’année 1933‑193422, B. Bruyère attribue une structure du cimetière de l’ouest, qui est orientée nord‑sud (fig. 15), au scribe de la Tombe Amennakhte (v)23. L’identification de cette structure à un bḫn – terme qui est traduit « mausolée » ou « cour terrasse fermée d’un pylône » par B. Bruyère – et l’attribution de celle‑ci au scribe de la XXe dynastie reposent sur une série d’indices que l’on peut résumer comme suit :

  • 24 Bruyère 1937, p. 76‑77.

- Des blocs jalonnant le Chemin 298, qui mène à ladite structure depuis le village, portaient plusieurs inscriptions hiératiques24. Ces inscriptions (a) donnent le nom d’Amennakhte (v) fils d’Ipouy (ii) et de plusieurs de ses fils et petits‑fils et (b) mentionnent la fondation du bḫn d’Amennakhte (v) le 24e jour du deuxième mois de Péret, durant la troisième année d’un règne (qui est vraisemblablement celui de Ramsès IV).

  • 25 P. Turin Cat. 1885 (voir Carter, Gardiner 1917 ; Badawy 1948, p. 235‑241 ; Arnold 1991, p. 8‑10 ; (...)

- Dans les structures souterraines associées à P. 1336, 1337 et 1340, B. Bruyère a découvert : (a) des vases en terre cuite (amphores ovoïdes apodes à large col remplies de chiffons maculés et de déchets d’embaumement) portant sur la panse l’inscription sš‑nsw n nb tȝ.wy Jmn‑nḫt « le scribe royal du maître des deux terres, Amennakhte » (P. 1337 et 1340) ; (b) des fragments de vases décorés de peinture et marqués sš-nsw n nb tȝ.wy Jmn‑nḫt mȝʿ‑ḫrw « le scribe royal du maître des deux terres, Amennakhte, juste de voix » (P. 1340) ; (c) des fragments de papyrus appartenant au plan de la tombe de Ramsès IV (P. 1336, 1337 et 1340), papyrus qui porte sur son verso un partage des biens du scribe Amennakhte (v) après sa mort25.

Fig. 15. Plan du secteur concerné dans le Journal de fouilles avec l’indication de l’emplacement des blocs d’Amennakhte (v).

Fig. 15. Plan du secteur concerné dans le Journal de fouilles avec l’indication de l’emplacement des blocs d’Amennakhte (v).

© Ifao. 17148_2021_NDLAD _001

1.5.2. Localisation de l’archive de papyrus d’une lignée de scribe

  • 26 Černý 1973, p. 339‑383.
  • 27 Voir D. Soliman dans Hagen 2018, p. 150‑152 ; Demarée, Dorn, Polis 2020, p. 181‑183.

57Au‑delà du plan de la tombe de Ramsès IV (P. Turin Cat. 1885), il est vraisemblable que ces structures souterraines aient été le lieu de conservation de nombreux rouleaux de papyrus ayant appartenu au scribe Amennakhte (v) et à ses descendants, véritable dynastie de scribes à Deir el‑Médina26. Cette hypothèse est supportée par plusieurs éléments27 :

  • 28 Koenig 1981 associe ce passage à la collection des papyrus Chester Beatty, mais ces derniers – bie (...)

- Un premier élément dans ce dossier est la lettre du P. BM EA 10326 (ro 19‑vo 1 = LRL 18,14‑19,2) envoyée par le scribe Djéhoutymose (ii) à son fils Boutehamon (i) : « en ce qui concerne les documents sur lesquels il a plu dans l’habitation du scribe Horsheri, mon (grand‑père), tu les as sortis, et nous avons constaté qu’ils n’étaient pas effacés. Je t’ai dit : ‘Je les déroulerai à nouveau’. Tu les as amenés en bas, et nous les avons déposés dans la tombe d’Amennakhte, mon (arrière‑grand) père. » Dans ce texte, il est donc fait mention explicite de papyrus déposés dans la tombe (mʿḥʿ.t) d’Amennakhte (v) par ses descendants28.

  • 29 Borgi, Donatelli 2019.
  • 30 Töpfer 2018, § 4.

- Les fragments du plan de la tombe de Ramsès IV (P. Turin Cat. 1885) trouvés dans les structures souterraines associées aux P. 1336‑1337, 1340 montrent que les agents de Bernardino Drovetti ont dû visiter ces puits lorsqu’ils collectaient les papyrus ensuite vendus au musée de Turin29. Les papyrus portant un numéro ‘Cat.’ remontent en effet à cette première vente30.

- Ces mêmes structures furent très vraisemblablement visitées par l’équipe turinoise d’Ernesto Schiaparelli lors de ses missions à Deir el‑Médina. En effet, toujours dans son journal de la saison 1932‑1933, B. Bruyère rapporte, en date du samedi 14 janvier : « [...] Dans 1336 et 37 on recueille quelques fgts de papyrus hiératiques que J. Černý pense appartenir au plan de la tombe de Ramsès IV du musée de Turin. [...] On ouvre 1138‑40‑42.3.4. Dans 1343 on trouve fgt de journal italien du 7 février 1909. » Dans la mesure où le caveau de P. 1343 communique avec les structures susmentionnées, il paraît assuré qu’E. Schiaparelli et ses hommes ont, bien après B. Drovetti, accédé aux mêmes tombes que ce dernier.

  • 31 Polis et al. 2020.

- Ils ont de la sorte pu collecter des fragments de papyrus qui complétaient directement le fonds du Museo Egizio et contribué à rassembler à Turin des fragments appartenant au même lot de papyrus, celui mentionné dans la lettre de Djehoutymose (II) à son fils. Le nombre de documents du Museo Egizio pouvant être associé à cette dynastie de scribes est très important et la reconstruction de cette archive est en cours dans le cadre du projet Crossing Boundaries31. Nos travaux dans le cadre de la mission de l’Ifao à Deir el‑Médina pourraient apporter de nouvelles informations concernant l’une des plus importantes archives papyrologiques d’Égypte et sa provenance si des fragments pouvaient encore être trouvés in situ.

58On constate donc à quel point ce secteur de la nécropole de l’ouest de Deir el‑Médina est le nœud d’enjeux archéologiques autant que philologiques. Nous détaillons ci‑dessous les observations que nous avons effectuées lors de cette première mission concernant le bḫn extérieur. Dans un second temps, nous présentons brièvement les fragments de papyrus qui ont été collectés dans le P. 1335 de A. Nous décrivons ensuite les structures souterraines accessibles via les puits 1336b et 1338. Enfin, les travaux de restauration en cours sont présentés ainsi que les projets en la matière pour la prochaine saison.

1.5.3. Le bḫn d’Amennakhte (v) : problématique et observations archéologiques

59B. Bruyère a proposé trois plans différents du bḫn attribué à Amennakhte (v). Les deux premiers, dans son Journal de fouille (1932‑1933, face à p. 4 et 6), correspondent vraisemblablement à deux moments successifs de ses fouilles et témoignent d’une évolution de son interprétation des structures en question (fig. 16a‑b). Le troisième (fig. 16c) est le plan publié dans son rapport (Bruyère 1937, pl. II).

Fig. 16a c. Comparaison des trois plans du bḫn par B. Bruyère.

Fig. 16a c. Comparaison des trois plans du bḫn par B. Bruyère.

© Ifao. 17148_2021_NDLAD_002, 17148_2021_NDLAD_003 et 17148_2021_NDLAD_004

  • 32 Pour la numérotation des puits, nous suivons les planches de B. Bruyère (fig. 16c). On notera que (...)

60Par commodité, nous avons donné sur le plan final (fig. 16c) les étiquettes ‘A’ (avec les pièces latérales ‘A1’, ‘A2’ et ‘A3’), ‘B’, ‘C1’, ‘C2’, et ‘C3’ aux pièces du bḫn discutées ci‑dessous. Les différences les plus notables entre les trois plans sont les suivantes32 :

- Les voûtes des pièces C1, C2, et C3 ne sont postulées et dessinées que sur le plan final (fig. 16c).

- Le mur entre C2 et C3 est une addition postérieure sur la fig. 16a, et va de pair avec l’ajout d’une ouverture entre B et C3.

- La partie supérieure gauche (nord‑ouest) de B change de plan en plan : dans un premier temps, B. Bruyère semble y avoir vu une sorte de banc encastré entre trois murs (fig. 16a) ; cette partie devient ensuite un passage vers l’ouest, zone où sont situés les P. 1333‑1334 (fig. 16b) ; B. Bruyère remplace enfin ce passage par un mur de bloc (fig. 16c), avec un ressaut qui n’est pas présent sur les plans antérieurs où les murs ouest de B et C1 étaient dans le même axe.

- Dans B, il n’y a que deux piliers centraux sur les plans initiaux (fig. 16a‑b) : deux piliers additionnels sont ajoutés sur le plan final (fig. 16c), symétriques aux deux premiers piliers.

- En outre, sur fig. 16a‑b, deux piliers in antis sont présents au sud de B et alignés sur les deux autres piliers. Ces piliers disparaissent du plan final, mais un pilier in antis est ajouté au nord‑est de B.

- Le mur nord de A3, esquissé sur fig. 16a et dessiné sur fig. 16b disparaît presque entièrement du plan final (fig. 16c).

  • 33 Deux modèles 3D du site ont été réalisés par Jules Jacquemet au début et à la fin des travaux ains (...)

61Au moment de commencer notre mission, nous avons en outre constaté les différences suivantes par rapport au plan publié33 :

- un seuil en calcaire était posé aux entrées de C2 et C3 ;

- un mur de brique, avec un ressaut haut sous forme de banc étroit, était monté le long du mur de pierre à l’ouest de B ;

- seuls les puits 1336b et 1338 étaient ouverts ; les autres puits (P. 1335, 1336a, 1337 et 1340) étaient tous comblés et invisibles.

62Le nettoyage et l’analyse des structures pharaoniques du bḫn ont commencé par les pièces C1, C2 et C3, qui étaient passablement abîmées et demandaient à être restaurées en priorité (fig. 17).

Fig. 17. Vue est‑ouest de C2 (premier plan) et C1 (second plan) avant nettoyage (A. Dorn).

Fig. 17. Vue est‑ouest de C2 (premier plan) et C1 (second plan) avant nettoyage (A. Dorn).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_014

63Les murs de C1‑3 (à la fois les structures anciennes et les restaurations modernes) ont été documentés (plan au 1:20) et un plan en élévation des quatre murs de C1 a été réalisé. Le sol de C1 a également été nettoyé jusqu’à atteindre le gebel, quelques centimètres sous les remblais modernes ; le sol ancien n’était conservé que sur quelques centimètres le long du mur ouest. Les remblais contenaient du matériel archéologique typique de la nécropole (débris de céramique, fragments de sarcophage, os, bandages de momies, etc.) mêlé à des déchets modernes (journaux, cigarettes et boîtes à tabac, bouteilles en plastique).

64Ce nettoyage a permis de comprendre comment le sol avait été nivelé dans l’antiquité pour compenser la pente du gebel qui descend de l’ouest vers l’est (fig. 18). Sur la surface du gebel (fig. 18a, n° 1), des pierres de la taille d’un poing (fig. 18b) sont agencées pour pallier l’essentiel de la dénivellation (fig. 18a, n° 2), puis couverte d’une couche de taffle (fig. 18a, n° 3) provenant directement des structures souterraines creusées alentours. C’est sur cette couche de taffle, fonctionnant comme assise, que sont construits les murs et sols anciens. Le seuil ancien de C1 était toujours en place, formé d’une série de blocs bruts grossièrement agencés et posés sur la couche de taffle susmentionnée (fig. 18a, n° 4).

Fig. 18a‑b. Identification des couches de nivellement dans C1 (vue sud‑nord) et pierres de nivellement (couche 2) (A. Dorn).

Fig. 18a‑b. Identification des couches de nivellement dans C1 (vue sud‑nord) et pierres de nivellement (couche 2) (A. Dorn).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_015 et 17148_2021_NDMPF_016

65Dans la pièce B, directement au sud du seuil de C1, nous avons identifié en deux endroits les restes du sol pharaonique (dakka) posé directement sur le taffle (fig. 19). Ce sol suit une pente montante régulière vers l’ouest, ce qui semble suggérer que le plan de B. Bruyère de la fig. 16b était correct, avec un passage vers la zone ouest (où l’on trouve les puits 1333‑1334), tandis que les deux autres interprétations (qui supposent un mur continu à l’ouest de B) seraient erronées. En sus, les dégagements de cette zone n’ont révélé aucune trace de piliers (ou de fondation pour ces derniers) dans la partie nord de B : on peut donc supposer qu’ils ont été ajoutés sur le plan final (fig. 16c) par souci de symétrie pour suggérer une pièce couverte à piliers, mais les données archéologiques ne supportent pas cette reconstruction. Comme le montre la fig. 19, cette porte – ou ce passage vers l’ouest – est aujourd’hui bloquée par un mur de soutènement moderne.

Fig. 19. Sols pharaoniques dans le coin nord‑ouest de B (vue sud‑est – nord‑ouest) (A. Dorn).

Fig. 19. Sols pharaoniques dans le coin nord‑ouest de B (vue sud‑est – nord‑ouest) (A. Dorn).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_017

66Dans la partie sud de B, en revanche, les deux piliers étaient bien présents dès l’antiquité : les briques de ces derniers reposent directement sur la couche ancienne de taffle non perturbée. La fin du nettoyage de cette zone B lors de la saison 2022 (en particulier toute la zone est) devrait permettre de mieux comprendre son architecture et sa fonction.

1.5.4. Le puits 1335 de A

67Comme nous l’avons précisé plus haut, dans la pièce A, seul le puits 1338 était ouvert, les puits 1335 et 1336a ayant été comblés par B. Bruyère et l’ensemble de la pièce ayant été couverte du même type de remblais que dans C1. Nous avons dégagé la zone nord‑ouest de A afin de localiser ces deux puits avec précision et avons commencé à vider le P. 1335, car les déblais anciens de la partie supérieure de ce puits étaient plus nombreux et qualitativement plus intéressants que ceux du P. 1336a. Le matériel ayant servi à combler P. 1335 a été systématiquement tamisé (comme celui de la pièce C1) et, à une profondeur d’environ 40 cm sous le niveau de sol de A (135,08 m), des premiers fragments de papyrus ont été trouvés. Ils venaient confirmer l’hypothèse selon laquelle, malgré les fouilles successives, du matériel papyrologique pouvait toujours être retrouvé sur le site et potentiellement apporter des réponses concernant la nature des documents appartenant à l’archive de la famille d’Amennakhte (v).

  • 34 En dehors du plan de la tombe de Ramsès IV, voir le Papyrus des mines d’or (Harrell, Brown 1992) e (...)

68Au total, ce sont près de 800 fragments qui ont été collectés et conservés sous verre, mais ils sont tous de très petite taille (les plus grands mesurent c. 2 × 2 cm). En dehors des nombreux fragments anépigraphes et de fragments de Livre des Morts, ils montrent cependant que des documents hiératiques ramessides font assurément partie du lot (fig. 20). Parmi ces derniers, les fragments peints en rose et portant des points noirs ou du texte hiératique rappellent inévitablement les différents plans conservés au Museo Egizio di Torino34 et provenant probablement, pour tout ou partie, de l’archive de la famille d’Amennakhte (v). Le nettoyage du puits 1335 a été arrêté à hauteur du dessus de la porte conduisant aux structures souterraines associées à ce puits (elles aussi comblées) et reprendra lors de la saison 2022.

Fig. 20. Fragments de papyrus hiératiques ramessides et fragments colorés (gebel rose avec points et texte hiératique, en haut à gauche) (S. Polis).

Fig. 20. Fragments de papyrus hiératiques ramessides et fragments colorés (gebel rose avec points et texte hiératique, en haut à gauche) (S. Polis).

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_004

1.5.5. Les structures souterraines : description et contenus

  • 35 Bruyère 1937, p. 72‑84.

69La saison 2021 a également été l’occasion d’explorer une partie des structures souterraines précédemment fouillées par B. Bruyère et décrites dans un de ses Rapports35. L’objectif de cette saison était de comprendre et de vérifier les plans publiés par B. Bruyère (fig. 21) et de constater l’état actuel de ces structures afin d’en préparer au mieux l’étude à partir de la saison prochaine. Nous nous sommes concentrés sur les ensembles accessibles via les puits 1336b et 1338. Ces puits étant restés ouverts depuis l’époque de B. Bruyère, l’accès aux substructures était possible à l’aide d’une simple échelle, en prenant soin de ne pas endommager les parois pharaoniques en briques crues encore très bien conservées.

70Le puits 1336b est situé dans l’angle sud‑ouest de la pièce A2 (fig. 16c). Il s’agit d’un puits de plan rectangulaire aux parois plaquées de briques crues, d’une profondeur de 4,50 m. Le fond du puits et l’entrée de la salle attenante vers l’ouest étaient jonchés de déchets modernes qui ont été évacués en début de saison.

71À mi‑hauteur du puits 1336b est visible sur la paroi nord un blocage de pierres et de briques crues qui vient combler une brèche (signalée par B. Bruyère) qui donne sur le caveau associé au P. 1335. Une rapide vérification a permis de constater que l’espace situé derrière ce blocage était actuellement rempli de déblais des fouilles de B. Bruyère.

Fig. 21. Plan des structures souterraines associées aux puits 1336b et 1338
(Bruyère 1937, p. 73, fig. 35).

Fig. 21. Plan des structures souterraines associées aux puits 1336b et 1338 (Bruyère 1937, p. 73, fig. 35).

© Ifao. 17148_2021_NDMDM_001

72Le puits 1336b donne accès à une structure souterraine qui consiste, suivant les hypothèses de B. Bruyère, en trois tombes imbriquées, l’une de la XVIIIe dynastie, les deux autres d’époque ramesside (fig. 22). Les parois de ces tombes ne sont pas décorées.

Fig. 22. Plan schématique des structures souterraines accessibles via le puits 1336b.

Fig. 22. Plan schématique des structures souterraines accessibles via le puits 1336b.

© Ifao. 17148_2021_NDMDM_002

73La tombe anonyme de la XVIIIe dynastie consiste en une salle (fig. 22, 1.A). Sur le plan fourni en fig. 22, cette salle est isolée pour des raisons de clarté, mais elle vient en fait surmonter en partie 2.A et 2.C et se rattache au P. 1337. Son sol s’est partiellement effondré lors de la construction de la tomb  ramesside attribuée par B. Bruyère à Houy en raison d’objets inscrits qu’il y a trouvés (fig. 22, 2). À la suite de son effondrement, cette salle se présente actuellement sous la forme d’une niche dans laquelle on trouve des restes humains conséquents, qui y ont sans doute été déposés à l’époque moderne. L’accès originel à cette tombe se faisait, toujours d’après B. Bruyère, par le puits 1337, situé dans la pièce A1 (fig. 16c) et actuellement fermé par un blocage de pierres et comblé.

74La première tombe ramesside, que B. Bruyère attribue à Houy et dont le puits 1336b est l’accès d’origine, est constituée de quatre salles. La première salle (2.A) avait pour plafond la salle susmentionnée (1.A) de la tombe de la XVIIIe dynastie. Une deuxième salle (2.B) au sud de la première est associée d’après B. Bruyère à cette tombe ramesside, mais il s’agit là d’un axe secondaire ; le sol de cette salle 2.B est couvert de restes humains, de bandages de momies, de tessons de poteries et de pierres. Dans l’axe principal de la tombe orienté est‑ouest, une troisième salle (2.C) donne accès au caveau final (2.D) à partir d’un puits‑escalier aménagé dans son angle sud‑ouest. La paroi ouest de cette dernière salle est ouverte d’une brèche qui conduit directement au caveau principal d’une autre tombe ramesside. Cette brèche semble avoir été comblée d’un blocage de pierres aujourd’hui éboulées et encore visibles sur le sol de la pièce 2.D. Les salles de cette tombe ne comportent que de rares vestiges en surface, consistant en quelques restes humains et tessons de poterie.

75La seconde tombe ramesside est celle qui a été attribuée par B. Bruyère à Amennakhte (v), sur la base notamment des découvertes effectuées dans les deux caveaux voûtés en enfilade vers l’ouest qu’elle comporte. Son accès principal est le puits 1340, actuellement situé sous la route qui passe au sud du complexe (fig. 16c). Cet accès est condamné également de l’intérieur par un blocage de pierre situé dans la paroi est de la première salle de la tombe (3.A). On ne trouve dans cette première salle que de rares vestiges, restes humains et tessons de poteries, ainsi que quelques pierres entassées dans l’angle sud‑ouest. L’angle nord‑est est percé d’une brèche qui relie une première fois les deux tombes d’époque ramesside. Dans l’angle nord‑ouest, un escalier grossier mène à une seconde salle voûtée (3.B), le caveau final de cette seconde tombe ramesside (fig. 23). Ce sont cet escalier et l’entrée de la deuxième salle qui pénètrent la paroi ouest du caveau de la première tombe ramesside. Le sol du caveau final est rempli, sur une hauteur conséquente, de restes humains mêlés à des bandelettes de momies, de tessons de poterie et de pierres de tailles variables, appartenant à l’origine à des blocages des portes dans la tombe.

Fig. 23. Vue générale du caveau (3.B) de la tombe attribuée à Amennakhte (v).

Fig. 23. Vue générale du caveau (3.B) de la tombe attribuée à Amennakhte (v).

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_018

  • 36 Contrairement à ce que laisse penser le plan publié par B. Bruyère (fig. 21), la salle A est direc (...)

76Le puits 1338 est quant à lui situé plus ou moins au centre de la cour A (fig. 16c). Son architecture est tout à fait comparable au puits 1336b décrit plus haut, avec un parement de brique parfaitement conservé. Il mesure 5,40 m de profondeur et mène à une tombe ramesside constituée de quatre salles disposées en « L » (fig. 24)36 : les trois premières (A, B, C), en enfilade, sont orientées est‑ouest, l’accès à la dernière (D) se faisant par le mur nord de la troisième (C).

Fig. 24. Plan schématique de la structure souterraine accessible via le puits 1338.

Fig. 24. Plan schématique de la structure souterraine accessible via le puits 1338.

© Ifao. 17148_2021_NDMDM_003

  • 37 Bruyère 1937, p. 77.

77Ces quatre salles ne sont pas décorées et actuellement vides, mis à part quelques intrusions de déchets modernes dans la salle A, ainsi que des restes humains et tessons de poterie en quantité limitée dans chacune d’entre elles. Une brèche dans le coin nord‑est de la salle A relie via un couloir en arc de cercle les substructures associées au P. 1338 à la TT 355. Un muret moderne de quelques assises de briques crues bloque actuellement en partie ce couloir. B. Bruyère signale dans son Rapport que les salles associées au puits P. 1338 « ont été nettoyées en 1932 et que les découvertes faites sont indiquées […] sous la rubrique Tombe n° 355 »37, une indication qui prête à confusion concernant la provenance précise des objets mentionnés.

78L’exploration des structures souterraines accessibles par les puits 1336b et 1338 en 2021 a permis de constater d’une part la nécessité d’effectuer un nouveau relevé architectural précis de ces salles, d’autre part celle d’une collaboration future avec un ostéo‑anthropologue afin d’étudier les nombreux restes humains qui y sont actuellement conservés. Les niveaux situés sous les ossements, tessons et pierres jonchant encore le sol de plusieurs salles souterraines sont susceptibles de ne pas avoir été systématiquement fouillés par nos prédécesseurs et de contenir encore des informations sur les propriétaires des différentes tombes enchevêtrées et la chronologie de cette partie de la nécropole de Deir el‑Médina.

1.5.6. Restauration : les murs des pièces C1‑3 et projet pour 2022

79La restauration s’est concentrée cette année sur les murs des pièces C1‑3 en raison de l’effondrement du mur nord de C1 et de la partie nord du mur entre C1 et C2 (voir fig. 17), et du mauvais état général de ces structures. Les murs ont été remontés en pierre (mur nord de C1) et en brique crue (mur entre C1 et C2) et réparés où nécessaire. La couronne murale a ensuite été protégée par une assise de brique crue et couverte d’une couche de mouna mélangée à de la paille (fig. 15, partie supérieure). Cette technique est celle qui a déjà été employée lors de la restauration des murs des maisons du village lui‑même.

Fig. 25. Orthophotographie du bn d’Amennakhte à la fin du chantier (J. Jacquemet).

Fig. 25. Orthophotographie du bḫn d’Amennakhte à la fin du chantier (J. Jacquemet).

© Ifao. 17148_2021_NDMCN_001

80Le processus de restauration continuera dans les pièces A et B en 2022, mais il conviendra dans un premier temps de construire un mur de soutènement permettant de retenir les terres dans la partie est de ces deux pièces. Comme le montre la fig. 26, le mur surplombant l’entrée de TT 355 en contre‑bas s’est effondré, et cette partie doit être consolidée et reconstruite avant que la restauration finale des pièces A et B puisse avoir lieu.

Fig. 26a‑b. Sols et murs effondrés à l’est des pièces A et B.

Fig. 26a‑b. Sols et murs effondrés à l’est des pièces A et B.

© Ifao. 17148_2021_NDMPF_019 et 17148_2021_NDMPF_020

2. Études du mobilier

81Plusieurs équipes ont poursuivi le travail d’inventaire et de documentation des objets conservés dans les magasins du site et les magasins du ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) situés sur la rive ouest de Louqsor, dits « magasins Carter ».

2.1. Mission d’étude du matériel ludique et d’inventaire du P. 1022 (cartonnages, linceuls, objets en cuir)

82L’équipe était composée de Marie‑Lys Arnette, Omaïma El‑Shal, Florence Albert et Mélie Louys. La mission a travaillé cette année dans la tombe P. 1022 (magasin 12) où sont entreposés des milliers d’objets provenant des fouilles de B. Bruyère. Classés par types, il s’agit principalement de fragments de sarcophages, de cartonnages et de linceuls, d’oushebtis, de fragments de mobilier en bois, d’éléments d’architecture en pierre provenant du village (bases de colonnes, montants de portes, etc.), de vases en pierre, d’objets du quotidien (plateaux de jeux, meules, outils en silex, vases en terre cuite, etc.). Ces objets, organisés au début des années 1950 par Jean Yoyotte et Pierre du Bourguet, nécessitent d’être nettoyés, parfois restaurés, documentés et étudiés, pour une meilleure compréhension de la vie quotidienne et des pratiques funéraires à Deir el‑Médina.

83Le travail a commencé par l’établissement d’un rapport de l’état actuel du magasin, comparé avec le dernier rapport rédigé en 1970 par J. Yoyotte. L’un des photographes de la mission, Colin Quentinet, a assuré la couverture complète de la tombe et de son contenu – pour une modélisation 3D – avant que les objets ne soient déplacés (fig. 27).

Fig. 27. Détail du modèle 3D du magasin 12 localisé sur le site de Deir el‑Médina (C. Quentinet).

Fig. 27. Détail du modèle 3D du magasin 12 localisé sur le site de Deir el‑Médina (C. Quentinet).

© Ifao. 17148_2021_NDMCN_002

  • 38 À comparer avec les plateaux récemment publiés dans Collombert 2021, p. 81‑92.

84Dans la mesure où M.‑L. Arnette mène des recherches sur les pratiques ludiques des habitants de Deir el‑Médina, le travail d’inventaire a commencé par les plateaux de jeu, 34 au total. Certaines pièces se sont révélées tout à fait exceptionnelles, tels des plateaux de senet à la morphologie inédite, un siège de calcaire provenant de la station du col ou d’une chapelle dite de confrérie gravé d’un jeu de « 20 cases » (fig. 28), ou encore des plateaux accompagnés de ce qui semble correspondre à des comptes de points38. Il est apparu que le jeu des 20 cases, d’origine orientale, est largement majoritaire parmi les plateaux utilisés au quotidien – ceux figurant sur des ostraca – c’est‑à‑dire que la pratique des habitants ne correspond pas aux représentations que l’on trouve dans les tombes du site. En effet, toutes les scènes ludiques y montrent au contraire des parties de senet, notamment en lien avec le chapitre 17 du Livre des Morts.

Fig. 28. Plateau de jeu, inv. DeM_2021_M12_032 et DeM_2021_M12_033.

Fig. 28. Plateau de jeu, inv. DeM_2021_M12_032 et DeM_2021_M12_033.

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_005

85Ces objets, ainsi que les autres plateaux et la centaine de pions et jetons repérés l’année dernière dans les magasins 23 et 25, seront le sujet d’un article de synthèse (M.‑L. Arnette, « A Community Of Players. Gameboards at Deir el‑Medina », dans V. Dasen, A. Pace, T. Penn, U. Schädler (éd.), The Archaeology of Play: Material Approaches to Games and Gaming in the Ancient World, Instrumentum Monograph Series, en préparation). Ils devraient par la suite être publiés sous la forme d’un catalogue exhaustif, dont le manuscrit sera présenté au comité éditorial de l’Ifao au cours de l’année 2022.

86Une fois le matériel ludique entièrement enregistré, l’équipe a poursuivi le travail d’inventaire des objets de la tombe : près de 450 fragments de cartonnages et de linceuls peints, datés du Nouvel Empire à la période gréco‑romaine, ainsi que des objets en cuir (notamment plusieurs chaussures et sandales complètes), ont ainsi été enregistrés et reconditionnés, en établissant de nombreux raccords entre les fragments.

87L’équipe poursuivra son travail d’inventaire lors de la mission 2022.

2.1.1. Figurines satiriques de singes en calcaire peint

88La saison 2021 a permis à Renaud Pietri de retrouver dans le magasin 25 un lot de petites figurines en calcaire peint découvertes à l’époque de B. Bruyère. Mentionnées de manière allusive dans les Rapports39, ces figurines sont, pour une grande part d’entre elles, dessinées dans les Journaux de fouilles40. Elles représentent des singes imitant des activités humaines : musiciens, danseurs, auriges, etc. Les croquis de B. Bruyère, précis et annotés – notamment avec des indications sur leurs dimensions et les couleurs préservées –, ont permis d’identifier un total de 27 figurines qui ont été documentées et reconditionnées. Au moins l’une de ces figurines, inachevée, était totalement inédite (fig. 29).

Fig. 29. Figurine inachevée représentant un singe char, inv. DeM_2021_M25_0052.

Fig. 29. Figurine inachevée représentant un singe char, inv. DeM_2021_M25_0052.

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_006

89Chaque figurine s’est vue attribuer un numéro d’inventaire en « DeM_2021_M25_XXX », de _0044 à _0070. Après documentation, marquage et prises de vue photographiques, ces figurines, protégées par une mousse au pH neutre, ont été placées dans une boîte en plastique numérotée « DeM_2021_M25_B01 », elle‑même déposée dans le magasin 25. La figurine DeM_2021_M25_0044 a nécessité un nettoyage particulier qui a été réalisé par Younis Ahmed Mohamadein (fig. 30).

Fig. 30. Figurine représentant un singe char après nettoyage, inv. DeM_2021_M25_0044.

Fig. 30. Figurine représentant un singe char après nettoyage, inv. DeM_2021_M25_0044.

© Ifao. 17148_2021_NDMPM_007

90La nature et la fonction de ces figurines satiriques d’époque ramesside sont discutées, mais la présence de perforations permettant d’y rapporter des roues et des cordelettes pour en assurer la traction incite à y voir des jouets, découverts aussi bien en contexte funéraire qu’en contexte domestique. Des objets comparables ont été trouvés sur d’autres sites archéologiques, datés du Nouvel Empire (dès la fin de la XVIIIe dynastie), notamment à Amarna. Des représentations satiriques similaires sont attestées sur d’autres supports, tels que les ostraca figurés ou certains papyri.

  • 41 Ce corpus a d’abord été étudié dans le cadre d’une thèse de doctorat, cf. Pietri 2017, vol. 1, p.  (...)

91Parmi les activités humaines les plus représentées, la conduite d’un char tiré par deux chevaux – et parfois d’autres animaux tels que des lions ou des singes – est notable : cette iconographie illustre bien à quel point la réception culturelle du char et des chevaux, importés tardivement en Égypte, est achevée à l’époque ramesside. Ce corpus en particulier a fait l’objet d’une étude détaillée dont la publication, imminente, a grandement bénéficié des redécouvertes de la saison 202141.

92Certaines figurines de singes dessinées par B. Bruyère restent à identifier parmi les objets de calcaire conservés dans les magasins du site. Par ailleurs, un ensemble apparenté de figurines satiriques représentant des singes, mais aussi des chars et des chevaux, cette fois‑ci en terre cuite ou crue, attend également d’être étudié dans le magasin 23.

2.1.2. Sièges de pierre de Deir el‑Médina

93Dans le cadre de sa thèse portant sur les chapelles non funéraires de Deir el‑Médina, menée à Sorbonne‑Université sous la direction de Chloé Ragazzoli, Aliénor Roussel a participé à l’inventaire du magasin 12 (P. 1022) et plus particulièrement de la salle 5, où est stocké le « mobilier de pierre » selon le rapport sur « L’état des magasins en octobre 1970 » rédigé par J. Yoyotte. Cette salle contenait, le long de la paroi nord, de nombreux objets majoritairement fragmentaires, parmi lesquels se trouvaient des sièges.

94Ces derniers, originellement déposés dans le « magasin Vandier » (TT 336, chapelle de Neferrenpet) en tant que « mobilier ethnographique », puis triés et déplacés par Pierre du Bourguet et J. Yoyotte en 1955‑1956, proviendraient de la station du col, et peut‑être de certaines chapelles non funéraires du site. Ainsi, lors de la campagne de 2021, 149 objets complets et fragmentaires ont été documentés et photographiés, après s’être vus attribuer un numéro d’inventaire. Parmi ces 149 objets, 111 sont très certainement des sièges de pierre : à savoir, 100 fragments et 11 sièges complets, présentant des altérations mineures (cassures, éclats) ou étant suffisamment bien conservés pour ne pas être considérés comme des fragments proprement dits. Quant aux objets restants, ils doivent être étudiés de manière plus approfondie afin de les identifier clairement : 25 sont sans doute des sièges et 13 appartiennent probablement à d’autres catégories de mobilier archéologique, voire de décor.

95Majoritairement anépigraphes, quelques sièges portent cependant des hiéroglyphes ou des colonnes incisés. D’autres arborent des marques de fouilles datant vraisemblablement des différentes campagnes de B. Bruyère. Une partie d’entre eux, notamment certains exemples inscrits, ont bénéficié d’une restauration (nettoyage).

96La publication des exemplaires du magasin 12 permettra de compléter les différents travaux qui ont déjà été effectués sur les sièges de pierre de Deir el‑Médina, et qui se sont concentrés sur le matériel inscrit. Leur étude sera également l’occasion de mieux appréhender la fonction de la station du col, et, éventuellement, le rôle des chapelles non funéraires et leur importance au sein de la communauté des artisans du Nouvel Empire. En effet, la présence de ces sièges, notamment dans les chapelles, implique des pratiques sociales spécifiques et collectives, des rites religieux et informels dont la teneur reste mal connue.

2.1.3. Les fragments de la grande stèle de Qaha

97The epigraphic study of the southern stela of the foreman Qaha continued this year with a short mission of ten days in February in the Carter Magazine by Elena Panaite. The stela has the inventory numbers A 807 and A 808 and is preserved in small fragments in 13 boxes.

98The limestone stela was found by B. Bruyère in 1930 at the time of the excavation of the chapels and tombs TT 360 (Qaha) and 361 (Huy), at the back of the peristyle courtyard built by Qaha, embedded in the wall. At the time of its discovery the stela was completely destroyed and many fragments were already missing. A part of them have been photographed and drawn for the report published by B. Bruyère in 1933. It is possible that the stela itself was part of a bigger structure consisting of a table placed on pillars, a structure similar to an altar according to its discoverers.

99The main goal of this mission was to identify the fragments represented on the facsimile made by J.J. Clère in 1930. According to his reconstitution, the stela has mostly preserved the first and second registers. The first register had a champlevé bas‑relief divided into two symmetrical halves showing twice the dedicant Qaha praising several gods. The second register, carved in hollow, was the most complete at the time of its discovery. It shows a particular scene of the “Opening of the mouth” ritual.

100The study of the fragments in the Carter Magazine lasted eight days. The fragments have variable sizes, from more than 10 cm to less than 2 cm. The polychromy on a white background is well preserved on most of the pieces. Some while on others the colors are poorly preserved. Therefore, the state of conservation of the various fragments is not homogeneous. The study found the major part of the drawn fragments, but not all of them. It is likely that some of them have since broken even more and are no longer recognizable at the present time. We have indeed noted losses since the black and white photographs taken for the inventory of the magazines in the 1980/1981. Some parts seen on the photos have not been found during this research. It is thus necessary to conclude the study in order to keep a trace of this stela as complete as possible. Moreover, it is also possible that some fragments inventoried with the number A 807 do not belong to the stela. A close study of each fragment is still to be done.

101The stone restorer from the Ifao, Younes Ragab, joined the mission on the 4th day in order to help to identify the fragments and glue them back together. He was able to glue together several fragments (50), some of which already showed traces of older collages that did not last. These fragments come from the first and second registers of the stela and from a cornice and a torus. The latter must have been either above the stela or below at the top of the table that was supporting the whole structure. Furthermore, several fragments from the third register that has not been drawn by J.J. Clère have been identified. They suggest the standard decoration pattern with the Qaha’s family gathered together to honor the deceased like we can see on many others Deir el‑Medina stelae. We noted that the facsimile of J.J. Clère likely contains a number of errors and needs to be rectified.

102Finally, the fragments were reorganized in the boxes according to their original location in the decoration of the stela. The fragments of the second and third registers, the edges of the cornice, the fragments of pillars, the edges of the stela and the texts have been grouped together. In order to better preserve the fragments, three additional boxes numbered A 807/808‑1, A 807/808‑2 and A 807/808‑3 have been created. The first two contain fragments from the 1st and 2nd registers, including those glued by Younis Ahmed Mohamadein. The third box contains the small fragments of texts which will be studied next season.

Publications

103M.‑L. Arnette, « Deux jeux, un astre, les yeux : sur un plateau de senet biface inédit », BIFAO 121, 2021, p. 23‑63.

104M.‑L. Arnette, « Faisons les comptes ! Deux plateaux de jeu de vingt cases à Deir el‑Médina », Instrumentum 54, 2021, p. 15‑19.

105M.‑L. Arnette, « Une communauté de joueurs. Jeux de plateau à Deir el‑Medina (Égypte) », dans V. Dasen, A. Pace, T. Penn, M. Schädler (éd.), The Archaeology of Play. Material Approaches to Games and Gaming in the Ancient World, Intrumentum Monograph Serie, en cours de publication.

106M.‑L. Arnette, A. Austin, « Of Ink and Clay: Tattooed Mummified Human Remains and Female Figurines from Deir el‑Medina », soumis au JEA et accepté pour publication (21 p.).

107B.J.J. Haring, « ‘Afraid of What?’ A Soothing Letter to Pharaoh’s Workmen », dans J.V. Stolk, G.A.J.C. van Loon (éd.), Text Editions of (Abnormal) Hieratic, Demotic, Greek, Latin and Coptic Papyri and Ostraca. Festschrift in Honour of Francisca A.J. Hoogendijk, Leyde, 2021, p. 3‑12.

108B.J.J. Haring, « The Survival of Pharaonic Ostraca: Coincidence or Meaningful Patterns? », dans C. Caputo, J. Lougovaya (éd.), Using Ostraca in the Ancient Work. New Discoveries and Methodologies, Materiele Textkulturen 32, 2021, p. 89‑108, https://doi.org/​10.1515/​9783110712902-005.

109K. Gabler, « News from TT 217 – The Tomb of the Sculptor Ipuy incl. a Limestone Block Depicting a Royal Nursing Scene from the Ptah-Meretseger Sanctuary », dans Z. Vasaros, B. Tihany (éd.), Memorial Volume Dedicated to Gabor Schreiber, Budapest, 2022 (article soumis, 16 p.).

110K. Gabler, « Zwei Holzkisten aus TT 217 im historischen und aktuellen Diskurs », dans A. Verbovsek et al. (éd.), “Diskurs: Akteure – Gegenstand – Beziehungen”, Beiträge des elften Berliner Arbeitskreises Junge Aegyptologie 6; 6-8.5.2021, GOF IV/Ägypten, Wiesbaden, 2022 (article soumis, 15 p.).

Conférences

111K. Gabler, « TT 217 – Das Grab des Reliefbildhauers Ipuy im Kontext Deir el‑Medines », Forum der Freunde des Ägyptologischen Instituts der Universität Heidelberg, le 12/11/2020.

112S. Vuilleumier, « Quel devenir pour le site de Deir el‑Médina après le Nouvel Empire ? », Société d’égyptologie de Genève, le 05/05/2021.

113K. Gabler, « Zwei Holzkisten aus TT 217 im historischen und aktuellen Diskurs », BAJA 11, HU Berlin, le 06/05/2021.

114C. Larcher, « La recherche en cours sur le site de Deir el‑Médina », Les rendez‑vous de l’archéologie, Ifao‑IFE, Le Caire, le 15/06/2021.

115S. Vuilleumier, « Rediscovering Graeco‑Roman Deir el‑Medina: work in progress », University College, Oxford, le 15/06/2021.

116D. Lefevre, « Histoires de famille dans un village égyptien sous les Ramsès », cours publics du département des sciences de l’antiquité de l’université de Genève, le 05/10/2021.

117K. Gabler, « TT 217: Neues aus dem Grab des Reliefbildhauers Ipuy im Kontext Deir el-Medines », Ägyptologie‑Forum Zurich, le 04/11/2021.

Haut de page

Bibliographie

Arnold 1991
D. Arnold, Building in Egypt: Pharaonic Stone Masonry, New York, Oxford, 1991.

Austin 2014
A.E. Austin, Contending with Illness in Ancient Egypt: A Textual and Osteological Study of Health Care at Deir el‑Medina, unpublished PhD Thesis, University of California, Los Angeles, 2014.

Badawy 1948
A. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Égyptiens : étude comparative des représentations égyptiennes de constructions, Le Caire, 1948.

Borgi, Donatelli 2019
E. Borgi, L. Donatelli (éd.), Quando l’Egitto venne a Torino. La Collezione, il Viaggio, gli Uomini e l’Accademia delle Scienze, Turin, 2019.

Bruyère 1937
B. Bruyère, Rapport sur les fouilles de Deir el‑Medineh (1933‑1934), Première partie : la nécropole de l’ouest, FIFAO 14, Le Caire, 1937.

Bruyère 1939
B. Bruyère, Rapport sur les fouilles de Deir el‑Médineh (1934‑1935), Troisième Partie : le Village, les Décharges publiques, la Station de Repos du Col de la Vallée des Rois, FIFAO 16, Le Caire, 1939.

Bruyère 1953
B. Bruyère, Rapport sur les fouilles de Deir el‑Médineh (années 1948 à 1951), FIFAO 26, Le Caire, 1953.

Cabrol 1995
A. Cabrol, « Une représentation de la tombe de Khâbekhenet et les dromos de Karnak‑sud : nouvelles hypothèses. Les béliers du dromos du temple de Khonsou et l’intérieur de l’enceinte du temple de Mout », CahKarn 10, 1995, p. 33‑63.

Carter, Gardiner 1917
H. Carter, A.H. Gardiner, « The tomb of Ramesses IV and the Turin plan of a royal tomb », JEA 4, 1917, p. 130‑158.

Černý 1949
J. Černý, Répertoire onomastique de Deir el‑Médina, DFIFAO 12, Le Caire, 1949, p. 110‑112.

Černý 1973
J. Černý, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, BiEtud 50, Le Caire, 1973.

Collombert 2021
P. Collombert, « Circulations et jeux de senet dans la nécropole de Pépi Ier à Saqqara », dans R. Legros (éd.), Dans les pas d’Imhotep. Mélanges offerts à Audran Labrousse, Orient & Méditerranée 36, Louvain, Bristol (CT), 2021, p. 81‑92.

Davies 1927
N. de Garis Davies, Two Ramesside Tombs at Thebes, New York, 1927.

Davies 1999
B. Davies, Who’s Who at Deir el‑Medina: A Prosopographic Study of the Royal Workmen’s Community, Egyptologische Uitgaven 13, Leyde, 1999.

Del Vesco, Poole 2018
P. Del Vesco, F. Poole, « Deir el‑Medina in the Egyptian Museum of Turin: An Overview, and the Way Forward », dans A. Dorn, S. Polis (éd.), Out of the Box: Selected Papers from the Conference “Deir el-Medina and the Theban Necropolis in Contact”, Liège, 2729 October 2014, Aegyptiaca Leodiensia 11, Liège, 2018, p. 98‑100.

Demarée, Dorn, Polis 2020
R. Demarée, A. Dorn, S. Polis, « Les listes de maisonnées de Deir el‑Médina (« Stato civile ») : nouveaux fragments de l’Ifao et localisation de l’archive d’une ligne de scribes », BIFAO 120, 2020, p. 171‑220.

Demichelis 2004
S. Demichelis, « Le projet initial de la tombe de Ramsès IV ? Papyrus de Turin CGT 55002 », ZÄS 131, 2004, p. 114‑133.

Demichelis 2007
S. Demichelis, « Il progetto originario della tomba di Ramesse IV (KV2) : una nuova attestazione torinese (papiro CGT 55003 recto) », Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte 22, 2007, p. 45‑60.

Demichelis 2016
S. Demichelis, « Ricomporre frammenti: lavori in corso tra i papiri del Museo Egizio di Torino », dans E. Ciampini, S. Demichelis (éd.), Dal Po al Nilo: studi di filologia ed epigrafia egizia, Turin, 2016, p. 3‑44.

Dorn, Polis 2019
A. Dorn, S. Polis, « Le scribe de la tombe Amennakhte : deux nouveaux documents remarquables dans le fonds de l’Ifao », dans F. Albert, A. Gasse (éd.), Études de documents hiératiques inédits : les ostraca de Deir el-Medina en regard des productions de la Vallée des Rois et du Ramesseum, Travaux de la première Académie hiératique – Ifao (27 septembre‑1er octobre 2015), BiGen 56, CENiM 22, Le Caire, 2019, p. 15‑35.

Hagen 2018
F. Hagen (with a contribution by D. Soliman), « Archives in ancient Egypt, 2500‑1000 BCE. », dans A. Bausi, C. Brockmann, M. Friedrich, S. Kienitz (éd.), Manuscripts and Archives: Comparative Views on Record‑keeping, Berlin, Boston, 2018, p. 71‑170.

Harrell, Brown 1992
J. Harrell, A. et V. M. Brown, « The oldest surviving topographical map from ancient Egypt (Turin Papyri 1879, 1899, 1969) », JARCE 29, 1992, p. 81‑105.

Kitchen 1980
K.A. Kitchen, Ramesside Inscriptions, Historical and Biographical, vol. III, Oxford, 1980.

Kitchen 1983
K.A. Kitchen, Ramesside Inscriptions, Historical and Biographical, vol. VI, Oxford, 1983.

Koenig 1981
Y. Koenig, « Notes sur la découverte des papyrus Chester Beatty », BIFAO 81, 1981, p. 41‑43.

Madden 2020
B. Madden, « Constat d’état des tombes de la nécropole », dans « Deir el‑Médina (2019), mission d’étude et de restauration », BAEFE, 2020, https://journals.openedition.org/baefe/996.

Pestman 1982
P.W. Pestman, « Who were the owners, in the “community of workmen”, of the Chester Beatty Papyri », dans R. Demarée, J.J. Janssen (éd.), Gleanings from Deir el‑Medîna, Egyptologische Uitgaven 1, Leiden, 1982, p. 155‑172.

Pietri 2017
R. Pietri, Le char dans la pensée égyptienne. Recherches sur la réception culturelle du char de guerre dans l’Égypte ancienne, thèse inédite, université Paul Valéry‑Montpellier 3, 2017.

Polis et al. 2020
S. Polis, K. Gabler, C. Greco, E. Hertel, A. Loprieno, M. Müller, R. Pietri, N. Sojic, S. Töpfer, S. Unter, « Crossing boundaries: understanding complex scribal practices in ancient Egypt (with a 2019 progress report) », Rivista del Museo Egizio 4, 2020, DOI: 10.29353/rime.2020.2952.

Porter, Moss 1960
B. Porter, R. Moss, Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings, I: The Theban Necropolis, Part 1: Private Tombs, Oxford, 1960, p. 315‑317.

Rossi 2004
C. Rossi, Architecture and Mathematics in Ancient Egypt, Cambridge, 2004.

Scheil 1894
V. Scheil, Tombeaux Thebains de Mai, des graveurs, Rat’eserkasenb, Pari, Djanni, Apoui, Montou-m-hat, Aba, MMAF 5/4, Paris, 1894, p. 604‑612.

Töpfer 2018
S. Töpfer, « The Turin Papyrus Online Platform (TPOP): an introduction », Rivista del Museo Egizio 2, 2018, DOI: 10.29353/rime.2018.1916.

Wilkinson, Hill 1983
C.K. Wilkinson, M. Hill, Egyptian Wall Paintings: The Metropolitan Museum of Art’s Collection of Facsimiles, New York, 1983.

Haut de page

Notes

1 For correcting the English of this section, we would like to thank D. Waller.

2 Del Vesco, Poole 2018, pp. 98–100, fig. 1.

3 Scheil 1894, pp. 604–612.

4 This scene, painted on the eastern wall of the chapel, is not preserved anymore, though some fragments were identifiable during the pilot season; see below.

5 Del Vesco, Poole 2018, p. 128. I am grateful to T. Montonati (Museo Egizio di Torino) for providing access to the archival material. See TT217, tomb of Ipuy (museoegizio.it).

6 Davies 1927.

7 Davies 1927, p. 34, pl. XX–XLII.

8 The museum possesses further documentation and objects from TT 217, e.g. Wine Jar Label 22.4.329b; Jar 22.3.329a, Openwork body fragment 22.3.355 and 357; see https://www.metmuseum.org/search-results#!/search?q=tt%20217. Norman de Garis Davies also produced copies of many scenes/entire walls of the chapel. These drawings usually include the name “N. de Garis Davies,” which might indicate his wife Nina. Some of the tempera on paper paintings that record TT 217 are on display; others are in storage. See https://www.metmuseum.org/art/collection/search/557816; Wilkinson, Hill 1983.

9 Ifao MS_2009_00498, MS_2004_0147_024 till_026, e.g. the pyramidion of Ipuy and further architectural and funerary objects. See https://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?sujet=Tombe+n%C2%B0+5.+Tombes+n%C2%B0+8%2C+339.+Kom+216.+3+loges.+Ani.+Smen%2C+217%2C213%2C4%2C267&os=1.

10 Austin 2014.

11 Černý 1949, pp. 110–112.

12 See https://www.ifao.egnet.net/bases/archives/ttdem/?tt=217. For an overview, see Porter, Moss 1960, pp. 315–317; Kitchen 1980, pp. 660–666.

13 Madden 2020, pp. 15, 19, https://doi.org/10.4000/baefe.996.

14 Davies 1927, pp. 33–34, pl. XLI–XLII, further fragments are included in the wall plans, see pl. XXVII, XXVIII, XXX, XXXVI.

15 Research concerning the history of the boxes and their way to Deir el‑Medina is on‑going.

16 Davies 1927, pp. 36–37.

17 Carter Magazine, A 8 (the door jamb is to be found in Davies 1927, pl. XL, 4, as drawing), 11A and B, A 114.

18 Davies 1927, pp. 35–36; Bruyère 1939, pl. VII.

19 Davies 1927, pl. XXI; Ifao MS_2009_00498.

20 L’identification des individus suit, sauf mention contraire, Davies 1999. Sur ce scribe, voir Dorn, Polis 2019 avec la littérature antérieure.

21 https://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?id=MS_2004_0154_007 et suivants.

22 Bruyère 1937, p. 72‑80.

23 On soulignera qu’une autre structure (P. 1343) est également mentionnée comme pouvant potentiellement appartenir à Amennakhte (v), voir Bruyère 1937, p. 77.

24 Bruyère 1937, p. 76‑77.

25 P. Turin Cat. 1885 (voir Carter, Gardiner 1917 ; Badawy 1948, p. 235‑241 ; Arnold 1991, p. 8‑10 ; Rossi 2004, p. 146 ; Kitchen 1983, p. 58‑60, 223‑224, 371, 424).

26 Černý 1973, p. 339‑383.

27 Voir D. Soliman dans Hagen 2018, p. 150‑152 ; Demarée, Dorn, Polis 2020, p. 181‑183.

28 Koenig 1981 associe ce passage à la collection des papyrus Chester Beatty, mais ces derniers – bien que trouvés non loin de la tombe attribuée à Amennakhte (v), entre les chapelles des puits 1165 et 1666 – appartiennent à une autre archive, celle de la famille du scribe Qenherkhepeshef (Pestman 1982 ; Demarée, Dorn, Polis 2020, p. 176 et n. 13).

29 Borgi, Donatelli 2019.

30 Töpfer 2018, § 4.

31 Polis et al. 2020.

32 Pour la numérotation des puits, nous suivons les planches de B. Bruyère (fig. 16c). On notera que cette numérotation diffère de la numérotation du Journal de fouilles (comparer avec fig. 16a‑b à fig. 16c) ainsi que des figures (voir fig. 21) et du texte au sein du Rapport, ce qui prête à confusion.

33 Deux modèles 3D du site ont été réalisés par Jules Jacquemet au début et à la fin des travaux ainsi que des orthophotographies (voir fig. 25).

34 En dehors du plan de la tombe de Ramsès IV, voir le Papyrus des mines d’or (Harrell, Brown 1992) et les différents plans publiés par Demichelis 2004 ; Demichelis 2007 ; Demichelis 2016, p. 4‑6, 33‑35 et 38‑43).

35 Bruyère 1937, p. 72‑84.

36 Contrairement à ce que laisse penser le plan publié par B. Bruyère (fig. 21), la salle A est directement connectée au P. 1338.

37 Bruyère 1937, p. 77.

38 À comparer avec les plateaux récemment publiés dans Collombert 2021, p. 81‑92.

39 Bruyère 1953, p. 37.

40 Voir http://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?id=MS_2004_0164_038.

41 Ce corpus a d’abord été étudié dans le cadre d’une thèse de doctorat, cf. Pietri 2017, vol. 1, p. 323‑332 ; vol. 2, p. 679‑721. Une version revue et augmentée de ces pages a ensuite été présentée à l’occasion du colloque international « Deir el‑Medina Through the Kaleidoscope », qui s’est tenu au Museo Egizio di Torino en octobre 2018. La version finale de cette étude sera publiée dans les actes de ce colloque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. View of the tomb of Ipuy located on the upper terrace (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Titre Fig. 2. The decorated chapel of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Fig. 3. The deeper chamber of the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 4. Box used as storage for the painted fragments (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 5. Painted fragments from the tomb of Ipuy (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Fig. 6. Part of the muna statue of Ipuy (M. Kacicnik).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Fig. 7a‑b. L’enduit est tombé et la couche picturale est craquelée (a) ; la couche picturale est écaillée et partiellement tombée (b) (C. Gobeil).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_004 et 17148_2021_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8a‑b. Les grandes trouées ouvertes dans les murs sud (a) et nord (b) (C. Gobeil).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_006 et 17148_2021_NDMPF_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9. Les dommages au‑dessus de l’entrée de la chambre funéraire causés par la disparition du linteau de bois. L’ensemble encore en place, à présent détaché du reste de la voûte, risque de tomber sous l’effet de son propre poids (C. Gobeil).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 10. Vue de la chapelle TT 2 vers le sud : mur sud avec le « matériau » de couleur gris foncé qui correspond au substrat rocheux (I. Mohamed).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_009
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 11. Vue de la paroi nord du couloir d’entrée de la chapelle TT 2. En bleu : bloc de calcaire fin décoré et rapporté. En rouge : gravure d’un « diabolo », vraisemblablement une « marque identitaire » d’ouvrier (photographie et assemblage I. Mohamed).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Titre Fig. 12. Exemple de restauration antique dans la seconde pièce de la chapelle TT 2 (mur sud) au niveau d’une importante fracture. Des traces d’enduit et de badigeon sont encore visibles au‑dessus des blocs de bouchage. Au niveau du plafond, exemple de restauration récente au ciment gris (A.‑C. Salmas).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_011
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 13. Litanie généalogique sur le côté latéral sud du groupe statuaire nord (I. Mohamed).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_012
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14. Exemple de dipinto à l’encre rouge (paroi est, moitié sud, deuxième registre, tableau nord) (A.‑C. Salmas).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_013
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Fig. 15. Plan du secteur concerné dans le Journal de fouilles avec l’indication de l’emplacement des blocs d’Amennakhte (v).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDLAD _001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 16a c. Comparaison des trois plans du bḫn par B. Bruyère.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDLAD_002, 17148_2021_NDLAD_003 et 17148_2021_NDLAD_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 17. Vue est‑ouest de C2 (premier plan) et C1 (second plan) avant nettoyage (A. Dorn).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_014
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Fig. 18a‑b. Identification des couches de nivellement dans C1 (vue sud‑nord) et pierres de nivellement (couche 2) (A. Dorn).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_015 et 17148_2021_NDMPF_016
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 19. Sols pharaoniques dans le coin nord‑ouest de B (vue sud‑est – nord‑ouest) (A. Dorn).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_017
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 971k
Titre Fig. 20. Fragments de papyrus hiératiques ramessides et fragments colorés (gebel rose avec points et texte hiératique, en haut à gauche) (S. Polis).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 21. Plan des structures souterraines associées aux puits 1336b et 1338 (Bruyère 1937, p. 73, fig. 35).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMDM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 22. Plan schématique des structures souterraines accessibles via le puits 1336b.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMDM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 23. Vue générale du caveau (3.B) de la tombe attribuée à Amennakhte (v).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_018
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 24. Plan schématique de la structure souterraine accessible via le puits 1338.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMDM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 25. Orthophotographie du bn d’Amennakhte à la fin du chantier (J. Jacquemet).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Titre Fig. 26a‑b. Sols et murs effondrés à l’est des pièces A et B.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPF_019 et 17148_2021_NDMPF_020
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 27. Détail du modèle 3D du magasin 12 localisé sur le site de Deir el‑Médina (C. Quentinet).
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 28. Plateau de jeu, inv. DeM_2021_M12_032 et DeM_2021_M12_033.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 29. Figurine inachevée représentant un singe char, inv. DeM_2021_M25_0052.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 30. Figurine représentant un singe char après nettoyage, inv. DeM_2021_M25_0044.
Crédits © Ifao. 17148_2021_NDMPM_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6243/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Larcher, Marie-Lys Arnette, Andreas Dorn, Kathrin Gabler, Cédric Gobeil, Dominique Lefevre, Elena Panaite, Renaud Pietri, Stéphane Polis, Anne-Claire Salmas et Claudia Widow, « Deir el-Médina (2021) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6243

Haut de page

Auteurs

Cédric Larcher

Égyptologue (Ifao)

Articles du même auteur

Marie-Lys Arnette

Égyptologue (Universität Freiburg)

Articles du même auteur

  • Deir el-Médina (2020) [Texte intégral]
    Mission d’étude et de restauration
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Andreas Dorn

Égyptologue (Uppsala Universitet)

Kathrin Gabler

Égyptologue (Universität Basel)

Cédric Gobeil

Égyptologue (Museo Egizio di Torino)

Articles du même auteur

  • Coptos (2021) [Texte intégral]
    Pôle urbain, religieux et économique de Haute Égypte
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Coptos (2020) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deir el-Médina (2020) [Texte intégral]
    Mission d’étude et de restauration
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Coptos (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Dominique Lefevre

Égyptologue (université de Genève)

Articles du même auteur

Elena Panaite

Égyptologue (Ifao)

Articles du même auteur

Renaud Pietri

Égyptologue (université de Liège)

Stéphane Polis

Égyptologue (FNRS‑université de Liège)

Anne-Claire Salmas

Égyptologue (AUC)

Articles du même auteur

Claudia Widow

archéologue (Universität Bonn)

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Larcher

Égyptologue (Ifao)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search