Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2022La Moyenne ÉgypteHatnoub (2021)

2022
La Moyenne Égypte

Hatnoub (2021)

Une carrière d’albâtre calcite en Moyenne Égypte
Responsable d’opération : Yannis Gourdon
Notice rédigée avec Samah Abd El-Monem Goher, Ninon Blond, Maël Crépy, Dominique Farout, Mohammed Gaber, Olivier Lavigne, Valérie Le Provost, Sameh Michel, Vincent Morel, Thomas Sagory et Benoît Touchard

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2021 (24 août-17 septembre)

Autorité nationale présente : Farid Fathy représentait le ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17134 – Les carrières d’albâtre calcite d’Hatnoub

Composition de l’équipe de terrain : Samah Abd el‑Monem Abd el‑Aziz Goher, dessinatrice (MoTA) ; Younis Ahmed Mohamadein, conservateur‑restaurateur (Ifao) ; Ninon Blond, géomorphologue (ENS de Lyon) ; Maël Crépy, géomorphologue (Ifao) ; Hassan El‑Amir, conservateur‑restaurateur (Ifao) ; Dominique Farout, égyptologue (école du Louvre, Institut Khéops) ; Mohamed Gaber, topographe (Ifao) ; Yannis Gourdon, égyptologue (université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA) ; Olivier Lavigne, tailleur de pierre (indépendant) ; Valérie Le Provost, céramologue (indépendante) ; Vincent Morel, égyptologue (indépendant) ; Thomas Sagory, photographe (ministère de la Culture) ; Benoît Touchard, photographe (Summum 3D).

Partenariats institutionnels :
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– CNRS, UMR 5189 Histoire et sources des mondes antiques (HiSoMA)
– université Lumière Lyon 2

Organismes financeurs :
– Institut français d’archéologie orientale (Ifao)
– CNRS, UMR 5189 Histoire et sources des mondes antiques (HiSoMA)
– fonds Khéops pour l’archéologie

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​recherche/​archeologie/​hatnoub/​

Introduction

1La neuvième campagne de la mission conjointe de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et de l’université de Liverpool à Hatnoub a eu pour objectif :

  1. La poursuite du dégagement du dispositif de halage des blocs mis au jour à la toute fin de la saison 2018 dans les parties haute et basse de la descenderie de la carrière P.
  2. La poursuite de l’étude des inscriptions et leur restauration.
  3. La poursuite de la prospection géomorphologique des environs de la carrière P, en lien avec la prospection archéologique du plateau.
  4. Les relevés topographiques de la carrière P et de ses proches environs.
  5. L’analyse céramologique des tessons découverts dans et autour des structures à proximité de la carrière P.
  6. Une enquête ethno‑géomorphologique sur les carriers modernes.

2En raison des restrictions anti‑Covid‑19 imposées en Angleterre, Roland Enmarch, co‑directeur de la mission (103904905, égyptologue, université de Liverpool), n’a pas pu participer à cette campagne.

3Notre absence sur le terrain en 2020 en raison de la crise sanitaire a favorisé le pillage partiel du site. Grâce aux efforts déployés par l’inspectorat de Mallawi, les voleurs ont été rapidement identifiés et arrêtés par la police, évitant ainsi de plus amples destructions. Face à la menace qui pèse sur la carrière P et en accord avec l’inspectorat de Mallawi et l’Ifao, nous avons engagé deux gardes à l’année sur le site.

1. Les travaux dans la carrière P

1.1. Le dégagement de la voie de halage

Yannis Gourdon, Sameh Michel, Hassan El‑Amir et Farid Fathy

4Nous avons poursuivi l’évacuation des débris contenus à l’intérieur de la carrière P, tant dans la partie supérieure de la descente que dans sa partie inférieure qui a été perturbée par un trou de voleur. Celui‑ci a complètement détruit le trou de poteau qui était partiellement visible dans la coupe à la toute fin de la campagne 2019 (fig. 1a‑b).

Fig. 1a‑b. Vues de la rampe dans la carrière P : a. partie haute ; b. partie basse (Y. Gourdon).

Fig. 1a‑b. Vues de la rampe dans la carrière P : a. partie haute ; b. partie basse (Y. Gourdon).

© Ifao. 17134_2021_NDMPF_001 et 17134_2021_NDMPF_002

1.2. L’étude des installations de la voie de halage et de la rampe

Olivier Lavigne

5De nouveaux éléments liés à la voie de halage étaient apparus à la fin de la campagne 2019 et d’autres ont été découverts cette année. Dans le secteur haut de la rampe, on comptabilise désormais sept trous de poteaux : quatre au sud et trois au nord ; le plus bas au nord (PS‑4) n’a pas pu être étudié. Mais c’est surtout dans la partie basse que s’est concentrée la majeure partie de nos travaux de dégagement de la rampe, secteur dans lequel se situait le trou de poteau que nous avions partiellement dégagé à la toute fin de la campagne 2019 et qui a été éventré par une petite galerie de pillage (PN‑A). Nous y avons aussi mis au jour deux nouveaux trous de poteau (PS‑C et PN‑C) avec leurs encoches latérales et supérieures (TS‑C, TN‑C et EN‑C). Nous avons donc toujours affaire au même système de halage des blocs, mais il apparaît que :

- les trous de poteaux sont différents, tout comme les encoches basses et hautes ;

- les marches d’escalier, visibles en haut de la volée nord, ne le sont pas au sud ;

- le secteur est grandement perturbé par de nombreuses veines et très fracturé ;

- les traces de taille avec des outils en pierre ne sont visiblement pas des traverses ; par contre, elles peuvent remplacer les marches et servir de point d’appuis.

6Ce dernier point est important, car il implique que les équipes de halage ne descendent pas, mais restent fixes et prennent appui pour haler les blocs, ce qui produit plus de force. De plus, cela leur évite d’avoir à enjamber les cordages des autres équipes.

7Le trou de poteau le plus haut au sud (TS‑A) est inachevé et n’est associé à aucune encoche, ni haute ni basse. Ceci révèle le mode opératoire de ces installations : le trou de poteau est creusé en premier, puis les encoches sont taillées.

8La nomenclature provisoire des trous et encoches a été reprise selon leur position dans les parties haute ou basse de la descenderie. Les éléments de la partie haute sont classés selon un système alphanumérique, tandis que ceux de la partie basse suivent un système alphabétique. Chaque élément est identifié par rapport au trou de poteau qui sert de référent. Ainsi PN‑3 désigne, dans la partie haute de la descenderie, le troisième poteau nord en partant du haut, TN‑3 et EN‑3 désignant respectivement les encoches basse et haute qui lui sont associées. Nous pouvons donc facilement comparer les installations les unes avec les autres, d’autant que les mesures de chaque élément ont aussi été prises.

9En 2019, nous avions observé dans la voie de halage la présence de sapinières, de rampes en bois et de passerelles, mais la question se posait pour la fosse. Nous avons donc observé longuement à la jumelle les fronts de taille afin de vérifier leur existence ou non. Ce travail a été aussi l’occasion de relever d’éventuelles traces de taille de ces fronts. Deux zones ont fourni des éléments intéressants :

- Toute la hauteur du secteur nord de la fosse a été purgée avec des outils en pierre, depuis l’inscription de Zébi jusqu’à une grande fissure à l’est. Dans cette partie, nous supposons la présence d’une première sapinière à droite de la galerie la plus haute creusée dans la paroi. Mais c’est surtout à l’aplomb de la seconde galerie que les choses sont plus claires : une seconde sapinière est visible là où tout le front a été retaillé pour hisser les déchets d’extraction. Des terrasses – au moins deux – y ont aussi été aménagées, ainsi que quelques rampes (trois marches sont observables).

- Le front de taille côté ouest, à gauche du débouché de la voie de halage dans la fosse, est aussi prometteur. Même si les traces sont nettement moins bien visibles car la paroi est grandement altérée, nous pouvons y envisager l’existence d’une sapinière avec palier et retours de volée.

10Ces installations utilisées pour évacuer les déchets d’extraction expliquent la présence, tout autour de la fosse, des très nombreux tas formés de tels déchets. Nous avons également observé qu’au‑dessus du premier secteur évoqué plus haut, des déchets de taille reposent sur des déchets d’extraction, ce qui conduit à penser que le façonnage de calcite se faisait sur place et que le transport concernait principalement des objets finis ou semi‑finis.

11Toujours dans la fosse, seuls ces deux secteurs possèdent des traces d’outils et d’installations. Nous n’en voyons ni au sud‑est, ni au sud, ni au sud‑ouest. Ces secteurs, au‑dessus desquels des déchets d’extraction sont pourtant visibles, ont perdu leurs fronts de taille parce qu’une partie de la roche s’est détachée du substrat.

12L’observation des parois s’est également portée sur la voie de halage et plus spécialement sur la paroi sud de la partie basse de la descenderie. Nous y avons observé de très nombreux trous de poteaux et passerelles terrasses, mais aussi des installations provisoires utilisées pour faire les panneaux des inscriptions tels que des échafaudages, etc. Cependant la compréhension de l’ensemble est complexe car plusieurs systèmes se superposent au même endroit.

13Enfin, des travaux d’archéologie expérimentale ont été menés sur site afin d’alimenter les données qui seront présentées lors de l’exposition sur la carrière d’Hatnoub, qui se tiendra au Musée gallo‑romain de Saint‑Romain‑en‑Gal du 17 juin au 6 novembre 2022.

1.3. L’étude et la restauration des inscriptions

Yannis Gourdon, Samah Abd el‑Monem Abd‑el Aziz Goher, Hassan El‑Amir, Younès Ahmed Mohamadein

14Cette année n’a pas été particulièrement prolifique en inscriptions. Nous avons toutefois trouvé plusieurs traces de lignes à l’encre rouge (de 5 cm à environ 5 m de long) indiquant la pente de la rampe, ainsi que quatre marques de carrière mentionnant un nombre de coudées. Certaines données chiffrées ne sont pas claires mais au moins pour deux d’entre elles, inscrites l’une au‑dessus de l’autre, la distance entre deux lignes est bien de 52 cm, soit une coudée. Leur étude permettra sans doute de comprendre de quelle manière la rampe fut installée dans la descenderie.

15L’inscription la plus intéressante que nous ayons trouvée (fig. 2) a été rédigée en hiéroglyphes cursifs à l’encre rouge et mentionne une « équipe d’escorteurs ». Si le nom de cette équipe demeure incertain en raison de signes encore difficiles à identifier, elle mentionne sans nul doute Chéphren. C’est la première fois que le nom de ce pharaon apparaît dans le contexte d’une carrière. Cette inscription apporte un important indice relatif à la datation du système de halage des blocs de la carrière P. En effet, la proximité de cette inscription avec l’escalier nord (1 m environ), le fait qu’il s’agisse d’une marque d’équipe, ainsi que son association à un tracé de contrôle montrent sans aucune ambiguïté que l’achèvement de la rampe, du moins dans la partie basse de la descenderie, a été réalisé sous Chéphren.

Fig. 2. Nouvelle inscription au nom d’une « équipe d’escorteurs » de Chéphren (DN 11, photo traitée avec DStretch (Y. Gourdon).

Fig. 2. Nouvelle inscription au nom d’une « équipe d’escorteurs » de Chéphren (DN 11, photo traitée avec DStretch (Y. Gourdon).

© Ifao. 17134_2021_NDMCN_001

16La restauration de toutes les inscriptions découvertes jusqu’à présent ayant été effectuée lors des missions précédentes, les travaux de Hassân El‑Amir et Younis Ahmed Mohamadein se sont principalement concentrés sur les nouvelles inscriptions, notamment celles de l’équipe d’escorteurs de Chéphren, et les marques de contrôle à l’encre rouge (lignes et mesures en coudées) que nous avons découvertes cette année.

17Par ailleurs, Samah Abd El‑Monem Goher a été chargée de la conception assistée par ordinateur (CAO) des huit inscriptions à l’encre rouge datant de la VIe dynastie, qui se situent sur le mur nord de la descente (DN 1‑8). Elles ont été traitées à l’aide du plugin DStretch, puis modifiées et compilées, pour certaines d’entre elles, dans le logiciel Photoshop. Ces textes ont été dessinés avec Illustrator, en utilisant quatre calques : le premier montre les bords de la pierre sur laquelle l’inscription est dessinée ; le deuxième, les restes de signes encrés en rouge ; le troisième, la coloration de ces restes en rouge ; et le quatrième, la restauration de ces restes. Chaque texte a été contrôlé par Yannis Gourdon, responsable de l’édition des inscriptions de l’Ancien Empire.

2. Les travaux sur le plateau d’Hatnoub

2.1. Le bâtiment SW1 au sud‑ouest de la carrière P

Yannis Gourdon, Vincent Morel, Sameh Michel et Younès Ahmed Mohamadein

18Aucun travail n’était prévu cette saison à l’intérieur du bâtiment SW1, dont nous avons commencé le nettoyage et le dégagement il y a deux ans. Toutefois, comme les voleurs y ont creusé plusieurs trous, nous avons décidé d’utiliser celui qui a éventré la pièce située au nord de l’entrée du bâtiment pour en observer la stratigraphie. Ainsi, nous pouvions non seulement avoir une idée de la stratigraphie du monument et des couches antérieures, qui passent sous ses murs, mais aussi faire de nombreux prélèvements qui seront analysés au 14C, tant elles étaient riches en matières organiques (charbons de bois, os, arêtes, nattes, etc.). La présence de quelques tessons de céramique prélevés à l’intérieur de ces niveaux devrait permettre de fournir des éléments de datation pour le bâtiment SW1.

2.2. La topographie et la photogrammétrie du site

Mohamed Gaber, Thomas Sagory et Benoît Touchard

19Cette année, Mohamed Gaber (Ifao) a rejoint l’équipe et a commencé la carte topographique générale du plateau de Hatnoub. Son travail s’est principalement concentré sur la carrière P elle‑même et le Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad (fig. 3), qui pourrait être détruit l’année prochaine si une nouvelle route déjà en construction devait traverser le plateau de Hatnoub. M. Gaber a également travaillé en collaboration avec B. Touchard et T. Sagory, afin d’utiliser les modèles 3D qu’ils ont réalisés pour créer des cartes.

20Les relevés photogrammétriques menés par B. Touchard et T. Sagory ont pour but de générer des modèles tridimensionnels, géo‑référencés et multi‑échelles des structures et des sites de l’ensemble de la carrière et ses environs, ainsi que des points d’intérêt sur les parois de la carrière, notamment des gravures, des inscriptions et des marques d’outils. Les prises de vue photogrammétriques générales ont couvert l’ensemble de la carrière P. Les plus importantes se sont concentrées sur les nouvelles inscriptions après leur traitement par les restaurateurs, principalement sur les parois nord et sud de la descenderie. Toutes ces images doivent être traitées afin de produire des modèles à l’échelle et/ou géo‑référencés en haute définition, une décimation pour la communication et la publication, et des ortho‑projections en haute et moyenne définition. Toutes les données collectées à partir de ces prises de vue photogrammétriques devront être analysées dans les prochains mois afin de générer des modèles 3D, regroupant toutes les prises de vue des années 2016, 2017, 2018, 2019 et 2021, permettant de répondre aux besoins de la recherche à plusieurs échelles.

Fig. 3. Carte du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad (M. Gaber).

Fig. 3. Carte du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad (M. Gaber).

© Ifao. 17134_2021_NDMCN_002

21Enfin, des données photographiques classiques ont été produites pour documenter les résultats des découvertes dans la carrière. Certaines de ces images seront également traitées dans DStretch.

2.3. La prospection des structures le long de la voie antique menant à la carrière P

Dominique Farout, Vincent Morel et Sameh Michel

22La campagne de prospection des structures du plateau de Hatnoub a été poursuivie cette année par D. Farout, S. Michel et V. Morel. Motivée par l’approche d’une route en construction se dirigeant sur le site archéologique, elle a eu pour objectif de porusuivre la prospection préventive de sauvetage débutée en 2019. Nous avons documenté une zone d’environ 4 km2, située au nord et au sud du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad (fig. 4). Dans cet espace, 53 structures antiques – d’un simple muret à d’anciennes installations de type cabane – ont été mises au jour, associées à des exploitations de divers matériaux : albâtre, calcaire, gypse, ocre et silex. En plusieurs endroits, au pied du gebel Chakl el‑Haram et ailleurs sur le plateau, nous avons trouvé de petites mines modernes de calcite.

Fig. 4. Carte de la zone prospectée, d’après une vue Google Earth (V. Morel).

Fig. 4. Carte de la zone prospectée, d’après une vue Google Earth (V. Morel).

Légende : fronts de taille de silex (tracés pointillés jaunes) ; voie périphérique d’Akhetaton, ou « ring road » (tracé orange) ; voie menant à la carrière P (tracé vert) ; secteurs explorés en 2021, à l’exception du secteur D (encadrés noirs) ; tracé potentiel de la route (flèche noire pointillée).

© Ifao. 17134_2021_NDMCN_003

2.3.1. Carrière Ra

23Lors d’une visite à la carrière Ra, nous avons enregistré deux petites zones d’installations sur le plateau qui la surplombe. La seconde correspond à l’exploitation de la couche supérieure du plateau, qui a de ce fait entièrement disparu. Il n’en reste que les pierres utilisées pour la construction des abris. Des blocs ont été fabriqués à partir de cette couche de calcaire cristallin granuleux, suivant une chaîne opératoire identique à ce qui avait été observé en 2018 au sud‑ouest de la carrière P. Les céramiques relevées sont caractéristiques de l’Ancien et du Moyen Empire.

2.3.2. Ouadi Challalat (secteur A)

24En compagnie de la céramologue V. Le Provost, nous sommes retournés documenter le grand ensemble d’installations du Genan el‑Gamila, trouvé en 2019. Il s’avère que les structures contiennent de la céramique majoritairement datable du début et de la fin de l’Ancien Empire, mais aussi du Moyen Empire. Bien que nous pensions que le versant sud n’avait pas été occupé, nous y avons découvert cette année deux petites installations (A.1 et A.2).

2.3.3. Installations au nord de la route (secteur B)

25Nous avons enregistré une partie d’un ensemble de structures situé au nord de la route menant à la carrière P, à l’est du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad et au nord‑ouest du Ouadi Challalat. Elles contiennent de la céramique caractéristique de l’Ancien Empire. Dans cette zone, comme au Genan el‑Gamila, nous n’avons repéré aucune céramique du Nouvel Empire.

2.3.4. Zone d’exploitation amarnienne (secteur C)

26Au nord du monticule qui surplombe le Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad, nous avons prospecté une zone d’un demi kilomètre est‑ouest sur 350 mètres nord‑sud, couverte de jarres et d’amphores d’époque amarnienne. Il s’y trouve peu de structures. Nous y avons trouvé des surfaces circulaires au sol blanc, sans aucune pierre oxydée par le soleil. Il s’agit des fosses d’extraction de gypse étudiées par J. Harrell en 2016 (« The Amarna ring road: a new interpretation », The Akhetaten Sun 24, 2018, p. 16‑24). Dans ce secteur C, il ne se trouve aucune trace de tessons plus anciens. De fait, le secteur ne présente aucune interaction avec les secteurs A et B, et il n’est pas en correspondance avec la voie menant à la carrière P, mais davantage avec la voie périphérique d’Akhetaton (« ring road »). Par ailleurs, à l’ouest du kobri, nous avons trouvé sporadiquement quelques fosses d’extraction d’ocre jaune, certaines qui pourraient remonter à l’époque amarnienne et d’autres postérieures.

2.3.5. Zone d’exploitation de silex (secteur D)

27Nous avons découvert des mines de silex longeant le flanc du gebel, s’étendant depuis la zone du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad sur plus de deux kilomètres vers le sud, en suivant une couche géologique horizontale de 170 mètres d’altitude en moyenne. Elles sont facilement reconnaissables par la saignée d’extraction à flanc de colline sous laquelle les déblais forment une terrasse continue horizontale, couverte de thermoclastes et d’éclats de silex (fig. 5). Nous avons également trouvé, en divers endroits, quelques pics et percuteurs en calcaire cristallin granuleux. On y trouve des éclats de débitage, des nucléus à lames de belle facture et des ratés de grands croissants en silex. Il apparaît qu’on ne faisait sur place que le débitage préparatoire des pièces, et que ces dernières étaient emportées vers des ateliers où le travail final devait être effectué. L’emplacement de ces ateliers nous est actuellement inconnu.

Fig. 5. Front de taille de silex, avec rognon en place (D. Farout).

Fig. 5. Front de taille de silex, avec rognon en place (D. Farout).

© Ifao. 17134_2021_NDMPF_003

28À proximité de ces mines, nous n’avons repéré que quelques structures isolées (fig. 6). À l’ouest du Gebel Chakl el‑Haram, une zone est couverte d’une nappe de silex thermoclastés près de laquelle nous avons repéré des ateliers de débitage de silex ainsi que des jarres d’époque amarnienne (fig. 7). En l’état actuel, la relation entre l’activité d’exploitation et les rares restes céramiques trouvés en divers endroits n’est pas assurée. De fait, nous ne pouvons pas encore avancer de proposition de date pour ces exploitations.

Fig. 6. Ensemble de structures à proximité des mines de silex (D. Farout).

Fig. 6. Ensemble de structures à proximité des mines de silex (D. Farout).

© Ifao. 17134_2021_NDMPF_004

Fig. 7. Céramiques amarniennes provenant du secteur C (D. Farout).

Fig. 7. Céramiques amarniennes provenant du secteur C (D. Farout).

© Ifao. 17134_2021_NDMPM_001

2.4. L’étude géomorphologique du plateau d’Hatnoub

Maël Crépy et Ninon Blond

29L’objectif principal de la campagne de 2021 était d’ouvrir un sondage géoarchéologique (HATGEO001) dans les dépôts d’un lac intermittent formé dans le lit d’un ouadi à l’amont de la route réputée antique (mais pas encore directement datée) de Hatnoub (fig. 8). Ce site, repéré durant la mission de 2019, avait retenu notre attention car à l’aval de la route coupant le ouadi, on observe directement le fond rocheux, comme dans tous les autres cours d’eau intermittents de la région, mais à l’amont, une couverture sédimentaire assez épaisse était conservée. On pouvait donc supposer soit que la route avait préservé ces dépôts formés avant sa construction, soit qu’en barrant le ouadi, elle avait permis l’accumulation de l’eau et des sédiments. Implanter un sondage dans ces dépôts était donc susceptible de nous offrir des informations sur les environnements antérieurs à la route, ou contemporains de et postérieurs à sa construction.

Fig. 8. Localisation du sondage HATGEO001 (point) dans les dépôts d’un lac intermittent (bleu pâle) en amont d’une route antique (tirets noirs). Les traits bleus correspondent aux lits de ouadis identifiés en prospection, d’après une vue Google Earth (M. Crépy).

Fig. 8. Localisation du sondage HATGEO001 (point) dans les dépôts d’un lac intermittent (bleu pâle) en amont d’une route antique (tirets noirs). Les traits bleus correspondent aux lits de ouadis identifiés en prospection, d’après une vue Google Earth (M. Crépy).

© Ifao. 17134_2021_NDMCN_004

30L’équipe était constituée de M. Crépy, de N. Blond, de l’inspecteur Farid Fathi et de trois ouvriers, Ali, Ahmed Ragheb et Abdallah, que nous remercions pour leur travail soigné et efficace qui nous a permis de réaliser l’ensemble des travaux en seulement quatre jours. Nous avons ainsi entrepris l’excavation et l’étude d’un sondage de 2 m par 4 m perpendiculaire à l’axe de la route, que nous avons finalement étendu de 60 cm vers le sud afin de mettre au jour le contact entre les blocs de la route et les dépôts (fig. 9).

Fig. 9. Angle sud‑est du sondage HATGEO001, montrant le contact entre la formation F01 et les pierres les plus septentrionales constituant la route (M. Crépy).

Fig. 9. Angle sud‑est du sondage HATGEO001, montrant le contact entre la formation F01 et les pierres les plus septentrionales constituant la route (M. Crépy).

© Ifao. 17134_2021_NDMPF_005

31De bas en haut, la séquence est constituée des éléments suivants :

- La formation F00 est le substrat géologique correspondant au fond rocheux du lit du ouadi. Il est constitué de calcaire érodé par les crues et la météorisation.

- La formation F01, qui repose sur le substrat, correspond à un dépôt majoritairement constitué de limons, alternant avec de fines strates argileuses qui correspondent à des épisodes de stagnation d’eau après des pluies, ainsi qu’avec de rares strates de sables fins à moyens. Elle s’appuie sur la route au contact de laquelle elle gagne en épaisseur, formant un bourrelet (fig. 9).

- La formation sus‑jacente F02 partage une partie des caractéristiques de la formation F01, mais l’intervalle entre les couches argileuses signalant des pluies y est plus important et les couches sableuses, plus nombreuses et plus épaisses, sont constituées d’un sable plus grossier. Cette formation n’atteint pas la route, mais bute sur le bourrelet constitué par la formation F01.

- La formation F03 se constitue principalement de dépôts de sables et de graviers très indurés. Son dépôt a légèrement raviné la formation sous‑jacente F02 dans certains secteurs.

- La formation F04 correspond à des dépôts similaires à la formation F03, mais sans induration et avec des indices de remaniement.

32La formation F01, qui repose directement sur le substrat de calcaire et s’appuie contre la route, démontre que l’ensemble de la stratigraphie s’est déposé postérieurement à l’implantation de la route, qui est bien à l’origine de la formation du lac intermittent. Elle témoigne de conditions climatiques moins arides qu’actuellement et/ou d’un couvert végétal plus important dans le bassin versant amont : en effet, seules des pluies plus régulières et moins violentes ou un couvert végétal plus important protégeant les sols de l’érosion peuvent justifier la finesse et l’homogénéité des sédiments observés. La formation F03 correspond à une succession de crues brutales caractéristique des milieux hyperarides. Intercalée entre les formations F01 et F03, la formation F02 constitue une transition entre l’état moins aride et/ou plus végétalisé enregistré par F01 et l’état hyperaride/dénué de végétation enregistré par F03. La formation F04, enfin, correspond à l’enregistrement des dernières crues suffisantes pour mobiliser des sédiments.

33Quatre éléments de datation ont été mis au jour et collectés :

- Un foyer en place, directement sur le substrat (F00) et parfaitement scellé par la formation F01.

- Une jarre entière et une seconde presque complète, datées par V. Le Provost de l’Ancien Empire, ont été découvertes en place dans la formation F01 (fig. 10).

- Un fragment de lèvre d’une jarre, non daté pour le moment, a été trouvé dans la formation F02, mais sa taille réduite ne permet pas d’exclure un remaniement.

Fig. 10. Jarre en place dans la formation F01, qui constitue le terminus ante quem de la construction de la route et permet de dater la phase moins aride et/ou plus végétalisée de l’Ancien Empire (M. Crépy).

Fig. 10. Jarre en place dans la formation F01, qui constitue le terminus ante quem de la construction de la route et permet de dater la phase moins aride et/ou plus végétalisée de l’Ancien Empire (M. Crépy).

© Ifao. 17134_2021_NDMPF_006

34Ces éléments nous permettent de restituer le phasage suivant :

1) L’érosion par les crues et/ou la déflation éolienne de la couverture sédimentaire héritée de périodes moins arides met au jour le fond rocheux du ouadi.

2) La construction de la route, en barrant les écoulements, a conduit à l’accumulation de l’eau et des sédiments, formant un dépôt dans lequel se trouvent deux jarres en place de l’Ancien Empire. Ce dépôt témoigne de conditions régionales moins arides qu’actuellement et/ou d’un couvert végétal plus important localement pendant une partie au moins de l’Ancien Empire.

3) À une période non datée, mais nécessairement contemporaine de ou postérieure à l’Ancien Empire, s’est opérée une transition marquée par une dégradation du climat et/ou du couvert végétal.

4) Au terme de cette phase de transition, le climat et le couvert végétal deviennent strictement similaires à l’actuel pour l’ensemble de l’enregistrement sédimentaire.

35Une fois le foyer daté, et la datation des jarres affinée, nous serons donc en mesure de préciser la chronologie de l’aridification et/ou de la désertification terminale de la Moyenne Égypte pendant l’Ancien Empire, à partir de données reflétant réellement les conditions égyptiennes, car issues du désert et non de la Vallée du Nil, dont les enregistrements sédimentaires sont largement influencés par les conditions climatiques de l’Afrique centrale et orientale. 23 échantillons ont été prélevés dans les formations observées dans le sondage et dans le bassin versant amont. Leur analyse sédimentologique au laboratoire de l’Ifao permettra d’affiner ces premières interprétations.

36Par ailleurs, les jarres de l’Ancien Empire, trouvées en place dans la formation F01, fournissent un terminus ante quem à la formation de la route : celle‑ci a en effet nécessairement été érigée avant le dépôt des jarres incluses dans le dépôt dont elle a permis la mise en place, donc avant ou pendant l’Ancien Empire. La construction de la route antique des carrières de Hatnoub est dorénavant datée par la stratigraphie du dépôt, au plus tard de l’Ancien Empire. Ces résultats, qui en font l’une des plus anciennes routes stratigraphiquement datées du monde en dehors de contextes urbains, pourront être affinés par la datation du foyer situé à l’interface entre F00 et F01, qui déterminera le terminus post quem de la mise en place du dépôt F01 et de l’établissement de la route.

37Enfin, la mission a reposé sur des prospections organisées autour de deux objectifs :

a) La documentation exhaustive du bassin versant amont du sondage HATGEO001 ;

  • 1 Voir Y. Gourdon, R. Enmarch et al., « Hatnoub (2019) », BAEFE, 2020, https://doi.org/10.4000/baefe (...)

b) L’observation des structures du Ouadi Challalat1 pour vérifier s’il pouvait ou non s’agir d’ouvrages de gestion du ruissellement. Concernant ce dernier point, il est extrêmement peu probable que les structures observées aient eu pour fonction la gestion ou la captation du ruissellement, tant en raison du type de bâti (muret d’au moins quatre assises en pierre sèche non jointoyé et sans mortier, formant une cellule unique de moins de 2 m2) que de leur positionnement dans le lit du ouadi, incompatible avec des telles fonctions. Leur présence et leur préservation en bordure ou dans le lit du ouadi indiquent plutôt que les écoulements ont été rares et peu compétents depuis la mise en place des structures.

3. L’étude céramologique

Valérie Le Provost

38Trois ensembles céramiques ont été étudiés au cours de la mission 2021 :

- Le matériel issu du bâtiment SW1 en partie fouillé en 2019 ;

- Le matériel des prospections pédestres réalisées sur le site, pour la plupart autour du bâtiment SW1 ;

- Le matériel de la carrière Ra, distante de quelques kilomètres de la carrière actuellement en cours de fouille (carrière P).

39Le mobilier issu de la fouille d’une partie du bâtiment SW1 effectuée en 2019 est identique à la majorité du matériel collecté en 2021 aux abords de celui‑ci. Deux principaux ensembles chronologiques apparaissent.

40Le premier, auquel correspond la majorité de la céramique recueillie, est datable du début de l’Ancien Empire. Les plus anciens tessons sont attribuables à la fin de la IIe dynastie et la fourchette chronologique situe l’ensemble entre cette date et la Ve dynastie, voire la fin de la IVe dynastie. Les productions les plus caractéristiques sont les jarres à bière à double bourrelet près de la lèvre, les moules à pain d’un diamètre supérieur à 25‑26 cm, les assiettes à ressaut interne, les coupes de type Maidum Bowls très carénées (carène de section anguleuse ou arrondie) et couvertes d’un épais engobe rouge brillant et dont le diamètre maximum se situe au niveau de la carène.

  • 2 Classification du Vienna System.

41Le second ensemble, constitué par une quantité de tessons moins importante, date du début du Moyen Empire (fin XIe‑début XIIe dynastie). Il se signale essentiellement par la présence de trois éléments caractéristiques : les jarres de transport/stockage à pâte Marl C compact2 qui n’apparaissent pas avant la fin de la XIe dynastie, quelques formes de vaisselle fine à bel engobe rouge poli caractéristiques de cette période et les jarres à bière à goulot produites à la XIe dynastie.

42Au sein du mobilier collecté autour du bâtiment SW1 en 2021, un autre groupe a été reconnu. Représenté par très peu de tessons, il est attribuable au Nouvel Empire. Il est essentiellement composé de tessons décorés et d’anses d’amphores de cette période.

43Les autres secteurs prospectés sur le site ont livré un mobilier céramique majoritairement attribuable à l’un des trois ensembles reconnus autour et dans le bâtiment SW1.

44Quant au matériel recueilli dans la carrière Ra, il est essentiellement datable de la XIIe dynastie, après le règne de Sésostris Ier. Parmi les productions caractéristiques de cette période se trouvent :

- des plats avec des empreintes de cordelette ;

- des bols à carène basse et fond annulaire ajouté ;

- des cols de jarres de stockage à pâte alluviale (productions largement attestées à Abydos sous le règne de Sésostris III) ;

- des pots de stockage à pâte marneuse et surface beige‑jaunâtre (zir) ;

- des coupes à carène marquée.

45Sur le site de la carrière P, actuellement en cours de fouille, le mobilier céramique signale deux périodes principales : le début de l’Ancien Empire et le tout début du Moyen Empire.

46De la voie antique prospectée à l’occasion du sondage réalisé par M. Crépy et N. Blond, une jarre à bière ainsi que la partie inférieure d’une seconde ont été mises au jour. D’après les photos, la jarre complète serait datable de la IVe dynastie. Ce type de jarre de petite taille sans épaulement marqué est notamment bien attesté à Giza à cette période.

4. L’enquête ethno-géomorphologique

Ninon Blond, Sameh Michel et Ahmed Saad

47La campagne d’entretiens de septembre 2021 reposait sur deux objectifs principaux. En premier lieu, elle visait à tester la méthodologie de l’ethnogéomorphologie sur le site de Hatnoub. Il s’agissait principalement de voir si les anciens carriers étaient suffisamment nombreux et s’ils disposaient d’informations fiables. En second lieu, il s’agissait de récolter un premier ensemble de données afin d’entamer l’étude de l’établissement de carrières contemporaines d’albâtre calcite et de leur exploitation sur le plateau de Hatnoub.

48Cette enquête vient appuyer les études géomorphologiques et géoarchéologiques menées dans la région par M. Crépy et N. Blond. L’approche ethnogéomorphologique a pour but de comprendre la formation, l’évolution et l’abandon de la carrière P de Hatnoub au moyen d’une méthode comparative prenant l’exploitation contemporaine comme un analogue pour comprendre l’exploitation ancienne. Ainsi, l’exploitation actuelle fournit des clefs pour interpréter les traces et les vestiges présents dans les carrières, qui sont aujourd’hui, sur le plateau de Hatnoub, les seuls témoins de l’exploitation passée de l’albâtre calcite.

4.1. Méthodologie

  • 3 Pour plus de précisions sur les pratiques d’entretien et la justification de la modalité semi‑dire (...)

49L’opération a été menée du 8 au 15 septembre 2021 par N. Blond et S. Michel. Six entretiens semi‑directifs3 ont été réalisés à la maison de fouille d’El‑Amarna, cinq avec d’anciens carriers et un avec le gardien de la maison, un homme âgé qui a une connaissance de la mémoire de la région. La grille avait été préparée en France, préalablement à la mission. Les questions étaient posées en français et traduites en arabe. Les réponses étaient données en arabe par les répondants, puis traduites en français. Les entretiens ont été enregistrés quand la personne était d’accord (seul un des carriers a refusé l’enregistrement) et les réponses notées dans la grille d’entretien. Ces échanges représentent un total d’environ neuf heures. Une retranscription écrite complète est en cours, qui permettra une analyse en détail des résultats, notamment en les comparant avec les données existantes sur les carrières actuelles et anciennes. En complément à cette approche, les carrières les plus remarquables du plateau de Hatnoub ont été visitées en compagnie d’Ahmed Saad (fig. 11), ouvrier et ancien carrier, ainsi qu’une ancienne carrière à proximité d’El‑Bersha. Quelques premiers résultats peuvent d’ores et déjà être présentés.

4.2. Résultats préliminaires

50Les travaux archéologiques comme la littérature indiquent une exploitation des carrières importante et dynamique durant l’Antiquité (au moins jusqu’au Nouvel Empire). Cependant, les informations détaillées manquent, pour le moment, sur une possible exploitation entre l’Antiquité et la période contemporaine. Des cartes anciennes, présentes à la cartothèque de l’Ifao et consultées en septembre 2021, portent des mentions de carrières dans la région de Hatnoub, mais sans préciser si elles sont actives ou non. Ainsi, la « Carte commerciale de l’Égypte », établie par F. Bianconi et J. Schutz dans l’édition de 1887 de leur ouvrage Cartes commerciales, physiques, politiques, administratives, routières, ethnographiques, minières et agricoles (Égypte), figure une exploitation de « cristal » sur le plateau de Hatnoub, et quatre exploitations d’ « albâtre rouge » sur les rebords du plateau, au nord‑est de Minya ; en 1912, dans son Atlas of Egypt compiled at the offices of the Survey Department, le ministère des Finances égyptien fait figurer sur la feuille Mallawi (XII‑I SW) quatre mentions d’anciennes carrières (Ancient Quarry, محجر قديم), dont certaines à proximité de stèles frontières (Boundary Stelae) dans la plaine d’El‑Amarna. L’interprétation de cette mention de l’ancienneté n’est pas aisée, dans la mesure où elle peut désigner une exploitation active depuis longtemps ou une exploitation terminée et que l’on suppose avoir eu lieu longtemps auparavant.

51Au xxe siècle, notamment avant les années 1980, les entretiens attestent une exploitation artisanale de l’albâtre calcite dans la région, sous la forme de collecte d’anciens déchets de taille dans les tas de déblais des carrières exploitées durant l’Antiquité. Des blocs de taille variable étaient récupérés, taillés pour en faire de petits objets (cendriers, petits vases) ou vendus au poids pour les plus petits fragments qui étaient transformés en « mosaïque » (inclus dans des carrelages). Dans les années 1980, l’exploitation des carrières a connu un pic sur le plateau de Hatnoub du fait de la mécanisation. L’apparition d’outils mécaniques ou hydrauliques (marteaux‑piqueurs, foreuses, pelleteuses, bulldozers) et de techniques modernes (remplacement de l’explosif artisanal « maison » par une recette industrielle standardisée) a permis une exploitation de grande ampleur des ressources géologiques de la région. Paradoxalement, cette mécanisation, en permettant l’ouverture ou la réouverture de nombreuses carrières sur le plateau, a aussi causé leur abandon rapide, une fois que le filon était entièrement exploité ou que l’exploitation était devenue moins ou non rentable. Il apparaît ainsi qu’aujourd’hui toutes les carrières du plateau de Hatnoub sont fermées hormis une, Abd el Baquy (fig. 11).

Fig. 11. Carte de localisation des principales carrières du plateau de Hatnoub, repérées sur les images satellitaires (en bleu) et/ou visitées sur le terrain (en rouge). On identifie une trentaine de carrières de taille variable, anciennes et/ou contemporaines, dans un secteur d’environ 35 km², d’après une vue Google Earth (N. Blond).

Fig. 11. Carte de localisation des principales carrières du plateau de Hatnoub, repérées sur les images satellitaires (en bleu) et/ou visitées sur le terrain (en rouge). On identifie une trentaine de carrières de taille variable, anciennes et/ou contemporaines, dans un secteur d’environ 35 km², d’après une vue Google Earth (N. Blond).

© Ifao. 17134_2021_NDMCN_005

52Entre la collecte des déchets de taille et l’exploitation industrielle avec machines, les anciens carriers décrivent un stade intermédiaire (qui n’est pas forcément exclusif des autres pratiques) reposant sur une faible mécanisation et l’utilisation d’outils manuels qui sont les mêmes que ceux employés pour l’extraction de calcaire. Ils mentionnent en particulier l’usage d’une barre à mine (fig. 12, 1) pour creuser un trou dans le bloc d’albâtre, trou nettoyé avec une sorte de cuiller et agrandi avec une tige à l’extrémité pointue (fig. 12, 2‑3). Ce trou est ensuite rempli d’explosif. Une fois le bloc fracturé, des fragments en sont détachés à l’aide d’une barre à louper (fig. 12, 4) et les blocs retaillés grâce à un marteau (fig. 12, 5). On note toutefois que cette méthode est très pénible, du fait de la très grande dureté de l’albâtre : pour détacher un bloc d’une demi‑tonne, il faut creuser deux trous pour y mettre de l’explosif, ce qui nécessite le travail de cinq ouvriers se relayant à la barre à mine.

Fig. 12. Outils de carriers utilisés pour détacher des blocs et les retailler (N. Blond).

Fig. 12. Outils de carriers utilisés pour détacher des blocs et les retailler (N. Blond).

Légende :
1. el‑atala, العتلا ;
2. el‑khachouga, الخاشوجة ;
3. el‑mile, الميل ;
4. el‑kabass, الكباس ;
5. el‑chagouf, الشاجوف

© Ifao. 17134_2021_NDMDM_001

53Pour détecter un filon potentiel d’albâtre calcite, tous les anciens carriers décrivent la même technique : ils cherchent de l’argile rouge (الطفلة), formée d’argiles de décarbonatation ou terra rossa qui est, selon eux, le meilleur indice à la fois de la présence de l’albâtre calcite et de sa qualité. Plus l’argile est tendre, meilleure est la pierre. Une fois la veine découverte, les deux premiers mètres sont enlevés car généralement dégradés par la météorisation. Les carriers suivent alors la veine, en creusant le sol et en rejetant la terra rossa dont ils ne font aucun usage. Comme les filons ont généralement tendance à plonger, les carriers suivent la pente et s’enfoncent sous terre, continuant à creuser tant qu’ils trouvent de l’albâtre calcite. Il se forme alors une carrière couverte, totalement ou en partie, par un ciel. Il arrive que des piliers soient construits ou taillés pour soutenir un ciel qui serait fragile, ou alors que les parties dangereuses soient purgées. Si aucun danger n’est identifié, la carrière reste ainsi. Le chemin choisi pour descendre et exploiter le filon est celui qui est utilisé pour remonter les blocs. Les veines pouvant atteindre plusieurs mètres de largeur, il peut être utilisé tel quel ou être élargi au besoin pour le passage de blocs plus larges. Il peut arriver que le ciel s’effondre : ainsi, à Lagha (fig. 11), la tentative de dégager une partie dangereuse s’est soldée par l’effondrement d’un bloc beaucoup plus gros que prévu et la mort des ouvriers qui y travaillaient.

4.3. Premiers éléments d’interprétation

54À partir de ces entretiens, des visites dans les carrières et des observations dans la carrière P de Hatnoub, il est possible de formuler de premiers éléments d’interprétation quant à la formation de la carrière P.

55Il semble ainsi que l’exploitation de l’albâtre calcite pourrait avoir commencé depuis le haut, la carrière étant creusée au fur et à mesure que les ouvriers suivaient la veine. L’exploration de la veine dans sa largeur mais aussi de ses alentours aurait ensuite conduit à la formation du « cirque », donnant à la carrière sa forme caractéristique. La rampe pourrait alors avoir été utilisée dans ce premier état (c’est‑à‑dire en tant que vestige de l’exploitation d’une veine) pour transporter l’albâtre hors de la carrière. Dans l’hypothèse d’un besoin de sortir de très gros blocs (par exemple pour un colosse), le toit de la carrière pourrait avoir été enlevé et la rampe agrandie, lui donnant alors sa forme actuelle. Les inscriptions permettent d’envisager que cette action soit contemporaine du règne de Chéops. Dans cette optique, l’inscription de Zébi et la plate‑forme à l’entrée nord du « cirque » pourraient être interprétées comme autant d’indices d’une autre issue, au‑dessus d’une première salle, ce qui indiquerait que le plafond aurait été supprimé au moins sur cette partie. Ceci est cohérent avec les marques observées par O. Lavigne sur cette partie du « cirque ». À l’inverse, l’absence de marques de carriers sur le mur nord du « cirque » et la présence d’inscriptions en partie basse de la paroi, sont cohérentes avec l’hypothèse d’un ciel dans la carrière qui aurait pu tomber après la fin de l’exploitation. Cette chute pourrait avoir occasionné une interruption de l’exploitation de la carrière et une réorientation de l’extraction de l’albâtre depuis les tas de déblais. Il n’est cependant pas possible de dater ces ré‑exploitations ultérieures ni d’identifier des phases de cette modalité d’extraction. La ré‑exploitation contemporaine pourrait expliquer certaines formes d’érosion dans les tas qui contenaient encore de gros morceaux d’albâtre calcite, alors que d’autres, ne contenant que de fins débris, semblent ne pas avoir été retouchés.

56Ces hypothèses sont le résultat d’échanges interdisciplinaires croisant les travaux ethnogéomorphologiques présentés ici avec la prospection géomorphologique de M. Crépy et N. Blond, les études épigraphiques de Y. Gourdon et les analyses techniques des carrières menées par O. Lavigne. Ce travail devra être poursuivi lors de la prochaine campagne, afin de compléter les informations sur l’exploitation contemporaine des carrières par des entretiens avec les autres carriers disponibles. Une étude géomorphologique des tas de déblais pourrait aussi permettre de préciser le fonctionnement de leur ré‑exploitation ultérieure.

Conclusion et perspectives

57Suite à cette saison 2021, nous avons considérablement progressé dans la datation du site grâce aux nouvelles données fournies par la céramologie et la géomorphologie. Nous avons des preuves solides que le bâtiment SW1, la route antique et la carrière P datent de l’Ancien Empire et plus précisément de la IVe dynastie. Les prochaines missions continueront de se concentrer sur le dégagement de la descenderie et du système de halage qui y a été installé. Il nous faudra également progresser dans le secteur SW1, dont il nous faudra comprendre la fonction et le rôle au sein du grand complexe situé au sud‑ouest et à l’ouest de la carrière P. Nous espérons également affiner les datations concernant ce secteur grâce aux nombreux prélèvements qui y ont été effectués. Ces résultats viendront enrichir les données du projet ANR « Meryt » piloté par Anita Quiles (Ifao).

58Enfin, une synthèse des travaux menés dans la carrière P sera présentée dans le cadre de l’exposition Expédition Hatnoub ! Des carrières d’albâtre aux pyramides d’Égypte, qui se tiendra au Musée gallo‑romain de Saint‑Romain‑en‑Gal du 17 juin au 6 novembre 2022.

Diffusion de la recherche

Publications

59Y. Gourdon, « La rampe de Khéops… et de Khéphren à Hatnoub », Égypte Afrique & Orient, sous presse.

60Y. Gourdon, « Des carrières au Nil : halage des pierres et maillage territorial sur le plateau de Hatnoub », dans Actes du colloque Red Sea 9, sous presse.

61Y. Gourdon, « Les carrières d’albâtre d’Hatnoub », Archeologia (Hors Série), sous presse.

62Y. Gourdon, Expédition Hatnoub ! Des carrières d’albâtre aux pyramides d’Égypte, sous presse.

Séminaires et conférences

63Y. Gourdon, « Retour sur la carrière P d’Hatnoub : les missions 2019 et 2021 », conférence au Cercle lyonnais d’égyptologie – Victor Loret, Lyon, le 12 octobre 2021.

Communication et valorisation scientifique

64Exposition Expédition Hatnoub ! Des carrières d’albâtre aux pyramides d’Égypte au Musée gallo‑romain de Saint‑Romain‑en‑Gal, du 17 juin au 6 novembre 2022.

Haut de page

Notes

1 Voir Y. Gourdon, R. Enmarch et al., « Hatnoub (2019) », BAEFE, 2020, https://doi.org/10.4000/baefe.1028. Le toponyme est une proposition de D. Farout, et ne correspond pas à un toponyme enregistré sur une carte ou recueilli auprès de la population locale.

2 Classification du Vienna System.

3 Pour plus de précisions sur les pratiques d’entretien et la justification de la modalité semi‑directive, voir O. Martin, L’analyse de données quantitatives. L’enquête et ses méthodes, Paris, 2011 (2e éd.). Pour une réflexion plus détaillée sur l’usage de l’entretien ethnologique en sciences sociales, voir par exemple E. Soutrenon, « Le ‘questionnaire ethnographique’ Réflexions sur une pratique de terrain », Geneses 60 (3), 2005, p. 121‑137.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a‑b. Vues de la rampe dans la carrière P : a. partie haute ; b. partie basse (Y. Gourdon).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPF_001 et 17134_2021_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Nouvelle inscription au nom d’une « équipe d’escorteurs » de Chéphren (DN 11, photo traitée avec DStretch (Y. Gourdon).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 3. Carte du Kobri Sidi ‘Abd el‑Samad (M. Gaber).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. Carte de la zone prospectée, d’après une vue Google Earth (V. Morel).
Légende Légende : fronts de taille de silex (tracés pointillés jaunes) ; voie périphérique d’Akhetaton, ou « ring road » (tracé orange) ; voie menant à la carrière P (tracé vert) ; secteurs explorés en 2021, à l’exception du secteur D (encadrés noirs) ; tracé potentiel de la route (flèche noire pointillée).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMCN_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 5. Front de taille de silex, avec rognon en place (D. Farout).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 6. Ensemble de structures à proximité des mines de silex (D. Farout).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 7. Céramiques amarniennes provenant du secteur C (D. Farout).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Titre Fig. 8. Localisation du sondage HATGEO001 (point) dans les dépôts d’un lac intermittent (bleu pâle) en amont d’une route antique (tirets noirs). Les traits bleus correspondent aux lits de ouadis identifiés en prospection, d’après une vue Google Earth (M. Crépy).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMCN_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 9. Angle sud‑est du sondage HATGEO001, montrant le contact entre la formation F01 et les pierres les plus septentrionales constituant la route (M. Crépy).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 10. Jarre en place dans la formation F01, qui constitue le terminus ante quem de la construction de la route et permet de dater la phase moins aride et/ou plus végétalisée de l’Ancien Empire (M. Crépy).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 831k
Titre Fig. 11. Carte de localisation des principales carrières du plateau de Hatnoub, repérées sur les images satellitaires (en bleu) et/ou visitées sur le terrain (en rouge). On identifie une trentaine de carrières de taille variable, anciennes et/ou contemporaines, dans un secteur d’environ 35 km², d’après une vue Google Earth (N. Blond).
Crédits © Ifao. 17134_2021_NDMCN_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 12. Outils de carriers utilisés pour détacher des blocs et les retailler (N. Blond).
Légende Légende : 1. el‑atala, العتلا ; 2. el‑khachouga, الخاشوجة ; 3. el‑mile, الميل ; 4. el‑kabass, الكباس ; 5. el‑chagouf, الشاجوف
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6305/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Gourdon, Samah Abd El-Monem Goher, Ninon Blond, Maël Crépy, Dominique Farout, Mohammed Gaber, Olivier Lavigne, Valérie Le Provost, Sameh Michel, Vincent Morel, Thomas Sagory et Benoît Touchard, « Hatnoub (2021) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6305

Haut de page

Auteurs

Yannis Gourdon

Égyptologue (université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA)

Articles du même auteur

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Samah Abd El-Monem Goher

Dessinatrice (MoTA)

Ninon Blond

Géomorphologue (ENS de Lyon)

Maël Crépy

Géomorphologue (Ifao)

Articles du même auteur

  • Deux villes de Maréotide
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Kôm Abou Billou (2021) [Texte intégral]
    Le temple et la nécropole romaine
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Gourob (2021) [Texte intégral]
    Palais-harem, ville, port et nécropoles
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Désert oriental (2021) [Texte intégral]
    Stathmoi et metalla. Exploiter et traverser le désert oriental à l’époque ptolémaïque
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Désert Oriental (2020) [Texte intégral]
    Stathmoi et metalla. Exploiter et traverser le désert Oriental à l’époque ptolémaïque
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deux villes de Maréotide
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Tous les textes...

Dominique Farout

Égyptologue (école du Louvre, Institut Khéops)

Articles du même auteur

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Mohammed Gaber

Topographe (Ifao)

Olivier Lavigne

Tailleur de pierre (indépendant)

Articles du même auteur

  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Valérie Le Provost

Céramologue (indépendante)

Articles du même auteur

  • Ouadi Sannour (2021) [Texte intégral]
    Mines de silex pharaoniques
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Sameh Michel

Articles du même auteur

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Vincent Morel

Égyptologue (indépendant)

Thomas Sagory

Photographe (ministère de la Culture)

Articles du même auteur

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Benoît Touchard

Photographe (Summum 3D)

Articles du même auteur

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Responsable d’opération

Yannis Gourdon

Égyptologue (université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search