Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2022CycladesDélos : le mobilier céramique du ...

2022
Cyclades

Délos : le mobilier céramique du mur de Triarius (2019)

Responsable d’opération : Guy Ackermann

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2019

Lieux :

Délos
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 10‑21 juin et 2‑4 septembre 2019

Autorité nationale présente : Éphorie des antiquités des Cyclades

Numéro de mission : C63

Composition de l’équipe de terrain : Chloé Chezeaux, Sarah Paudex et Sora Urfer toutes trois de l’Université de Lausanne.

Établissements porteurs de l’opération : École française d’Athènes

Texte intégral

Remerciements : Mes remerciements s’adressent à l’École française d’Athènes et à l’Éphorie des Antiquités des Cyclades pour leur soutien, à S. Maillot et M. Fincker pour m’avoir confié l’étude de ce mobilier, ainsi qu’à J.‑S. Gros et A. Peignard-Giros de m’avoir initié à l’étude de la céramique à Délos.

Introduction

1Le mobilier céramique des fouilles conduites par S. Maillot et M. Fincker sous l’égide de l’École française d’Athènes en différents points du Mur dit de Triarius (GD 69) en 2014 et 2016 a été étudié entre le 10 et le 21 juin 2019 par G. Ackermann (EFA), assisté par trois stagiaires de l’Université de Lausanne (C. Chezeaux, S. Paudex et S. Urfer). Le catalogue a été achevé entre les 2 et 4 septembre de la même année. Ce rapport ne vise pas à présenter l’ensemble des données et des résultats, mais d’offrir un premier aperçu de cet ensemble de mobilier et de présenter l’intérêt de son analyse pour la chronologie de la céramique du ier s. av. J.‑C.

Le mur dit de Triarius

2En 88 av. J.‑C., au début de la guerre qui oppose Rome et Mithridate Eupâtor, les troupes pontiques s’emparent de l’île de Délos et la saccagent1. Quelques années plus tard, en 69 av. J.‑C., les pirates menés par Athénodôros et alliés de Mithridate provoquent une seconde catastrophe pour la ville de Délos. C’est dans ce contexte d’insécurité que Caius Valérius Triarius, alors légat de Lucullus, fait élever un mur de fortification pour protéger une partie de la ville. Délos constitue alors pour les Romains une place stratégique en Égée, en particulier comme lieu de cantonnement et de ravitaillement dans le cadre de la conquête en Orient2. Cet ouvrage défensif, désigné par les archéologues comme « mur de Triarius »3, est attesté par Phlégon de Tralles, un historien du iie s. apr. J.‑C.4, et par quatre inscriptions relatives à la construction d’un tichos muni d’un pyrgon5. Le tracé de cette fortification est connu de longue date depuis les fouilles conduites sur l’île de Délos par l’EFA entre les années 1873 et 1914. Plusieurs chercheurs se sont intéressés à cet ouvrage défensif6, dont l’étude a été récemment reprise par S. Maillot7, qui a mené depuis 2010 une série de travaux en collaboration avec M. Fincker, pour procéder à un relevé précis de son tracé et pour étudier ses techniques de construction8. Les fouilles conduites en 2014 et 2016 par S. Maillot et M. Fincker sur plusieurs tronçons du rempart ont livré un abondant mobilier céramique.

L’intérêt du mobilier pour la chronologie du ier s. av. J.‑C.

  • 9 Sur ce problème, voir notamment Bruneau 1968, p. 674‑688.
  • 10 Rotroff 2014.
  • 11 « In short, the pottery of the two groups would show no significant variation, and we would have t (...)
  • 12 « I confess that I had hoped for a clearer outcome when I took it upon myself to challenge that as (...)

3On attend le plus souvent de la céramique qu’elle fournisse au fouilleur des indices chronologiques pour la datation d’un monument. C’est tout l’inverse avec le mur dit de Triarius, puisque cet ouvrage défensif remonte précisément à l’année 69 av. J.‑C. L’analyse fonctionnelle de ce mobilier n’apportera sans toute pas d’informations utiles sur la fortification puisque le mobilier découvert en relation a toutes les chances de provenir des édifices publics et des habitations arasées sur son parcours. C’est par conséquent à l’étude de la chronologie de la céramique de la fin de l’époque hellénistique que cet ensemble de mobilier est de la plus grande utilité. Les deux destructions successives que connaît Délos en 88 puis en 69 restent en effet très difficiles à distinguer en l’état actuel de nos connaissances9. Les fouilles de l’Agora d’Athènes ont livré d’excellents ensembles clos associés à la destruction de la ville par les troupes de Sylla en mars 86 av. J.‑C. Le mobilier céramique athénien peut donc servir de point de repère fiable pour les couches de destruction de 88 à Délos. Il reste toutefois beaucoup plus difficile de caractériser les ensembles liés aux évènements de l’année 69, faute d’ensembles de comparaison assurément datés du deuxième quart du Ier s. dans le reste du bassin égéen. Dans un article récent, S. I. Rotroff s’est efforcé à relever dans les contextes archéologiques associés aux évènements de 88 et de 69 av. J.‑C. des types ou des catégories céramiques qui pourraient constituer des marqueurs chronologiques permettant de distinguer les deux destructions de Délos10. Les 19 années qui séparent ces deux catastrophes n’ont toutefois pas suffi pour que les faciès céramiques évoluent de manière significative11. S. I. Rotroff conclue sa réflexion en encourageant de nouveaux travaux sur le mobilier tardo-hellénistique à Délos et la céramique mise au jour dans les contextes associés au mur dit de Triarius constitue un ensemble propice à lancer de nouvelles réflexions sur cette question12.

Étude préliminaire du mobilier

4De manière générale, le mobilier mis au jour en 2014 et 2016 est très fragmentaire. Les recollages de tessons restent très rares et se limitent le plus souvent à des cassures fraîches. Au vu de la nature variée des unités stratigraphiques, il n’a pas été jugé utile de procéder à une étude quantitative et fonctionnelle de ce matériel. Seule l’analyse chronologique nous semble pertinente pour la publication finale de cet ouvrage fortifié. C’est donc principalement la céramique fine qui a retenu notre attention (fig. 1‑3), et tout particulièrement les marqueurs chronologiques du ier s. av. J.‑C., parmi lesquels les gobelets à paroi fine, les assiettes et les bols de table en terre sigillée orientale A (ES A), le groupe samien ancien, les vases à boire importés de Pergame, d’Éphèse et de Cnide pour ne citer que les principaux. Parmi les céramiques dites communes (fig. 4), seules celles qui apportent des indices chronologiques ont été recensées, à l’instar de certains types de chytrai et de lopades, ainsi que celles qui témoignent du phénomène d’acculturation aux pratiques culinaires italiennes, à savoir les plats à cuire à engobe interne et à orlo bifido. Dans les couches les plus riches en mobilier, nous avons toutefois prélevé pour étude d’autres tessons pour illustrer le faciès céramique de la fin du iie et du début du ier s. av. J.‑C., à savoir des assiettes, des bols de table, des olpai, des chytrai, des lopades, des couvercles, des plats de cuisson et quelques lampes. Un choix de 111 céramiques a ainsi été catalogué, dessiné et photographié pour illustrer les types principaux représentés parmi ce mobilier.

Fig. 1 : Vases à boire mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

Fig. 1 : Vases à boire mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

EFA, G. Ackermann.

Fig. 2 : Assiettes et bols de table mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

Fig. 2 : Assiettes et bols de table mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

EFA, G. Ackermann.

Fig. 3 : Autres céramiques fines mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

Fig. 3 : Autres céramiques fines mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.

EFA, G. Ackermann.

Fig. 4 : Céramiques mi‑fines et culinaires mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » .

Fig. 4 : Céramiques mi‑fines et culinaires mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » .

EFA, G. Ackermann.

Nature du mobilier

5L’ensemble comprend une grande variété de familles, de catégories et de formes de céramique, telle que l’on s’attendrait à la retrouver dans un contexte domestique. La vaiselle de table (vases à boire, vaisselle pour le service des boissons, assiettes et bols de table) y côtoie en effet une abondante batterie de cuisine (chytrai, lopades, plats à cuire et réchauds), des vases dits « utilitaires » liés à la conservation et à la préparation des aliments (cruches, vases de stockage, bassins et mortiers), des vases à huile, des lampes, de même que des amphores de transport. Rien ne permet de suggérer un lien particulier avec le système défensif que constitue le mur dit de Triarius ou avec ses bâtisseurs.

Datation du mobilier

6L’essentiel des tessons peut être daté de la basse époque hellénistique, soit des iie et ier s. av. J.‑C., mais on rencontre dans certains unités stratigraphiques des fragments résiduels, en particulier de l’époque classique et du iiie s. La plupart des marqueurs chronologiques remontent à la seconde moitié du iie s. et aux premières décennies du ier s. av. J.‑C., ce qui concorde parfaitement avec la date de construction du mur en 69 av. J.‑C. La céramique découverte dans ses fondations ne date naturellement pas uniquement de cinq ou dix années précédents les travaux, mais représente une plus large fourchette chronologique, remontant au moins jusqu’au milieu du iie s. Il semble que les bâtisseurs ont formé des remblais en excavant les ruines de maisons détruites en 88 ou en 69 av. J.‑C., selon toute vraisemblance sur le tracé du rempart ou dans ses abords immédiats. Aucun vase ne peut être daté avec assurance au‑delà du premier tiers du ier s. av. J.‑C. Les contextes étudiés sont en effet parfaitement exempts de marqueurs de l’extrême fin de l’époque hellénistique et de la période augustéenne, à savoir notamment de terre sigillée orientale B (ESB) de la région d’Éphèse, de céramiques à revêtement plombifère ou de récipients en verre soufflé.

Description sommaire du répertoire et des provenances de la céramique

7Les vases à boire comprennent essentiellement des bols à reliefs importés d’Athènes (fig. 1.1) et surtout d’Éphèse (fig. 1.2‑3), mais aussi d’autres centres de production, notamment de Corinthe (fig. 1.4). Les fouilles ont également livré quelques bols hémisphériques à décor de guillochis, produits notamment à Cnide (fig. 1.5‑6), de même que des coupes carénées à anse en forme de pi (fig. 1.7), des coupes dites palestiniennes, dont un exemplaire peut‑être rhodien (fig. 1.8), une coupe conique en terre sigillée orientale A (ES A) (fig. 1.9) et quelques vases à boire peut‑être originaires de Pergame (fig. 1.10). Les gobelets à paroi fine (fig. 1.11‑12) sont relativement abondants et constituent un excellent marqueur du ier s. Parmi les assiettes, les importations italiennes en campanienne A (CAMP A) sont fréquentes (fig. 2.1‑4), de même que celles en ES A (fig. 2.5‑8) et de la région d’Éphèse, qu’elles soient en gray ware (fig. 2.9) ou qu’elles appartiennent au groupe « samien ancien » (fig. 2.10). La provenance d’une grande partie des assiettes reste inconnue (fig. 2.11‑12), de même que celle de la plupart des bols de table (fig. 2.13). De nombreux bols de table en ES A ont été recensés (fig. 2.14). Parmi la céramique fine de table, il faut encore relever la présence de coupelles (fig. 3.1), de cratérisques à reliefs moulés suivants la même technique que les bols à reliefs (fig. 3.2), de nombreux lagynoi à fond blanc, probablement originaires de Pergame ou d’autres centres de production micrasiatiques (fig. 3.3‑5), et d’olpai (fig. 3.6). Les gray unguentaria appartiennent aux types 4 (fig. 3.7), 5 (fig. 3.8) et 6 (fig. 3.9) de l’Agora d’Athènes. Un domed-mouth unguentarium cnidien ou chypriote a également été relevé (fig. 3.10). Parmi les lampes, on rencontre tant des exemplaires tournés de type dit « délien » (fig. 3.11) que des importations éphésiennes à décor moulé (fig. 3.12). On notera également la présence d’un flacon pharmaco-cosmétique portant un graffito d’un certain Ménophilos (fig. 3.13) et un grand couvercle de lékanide à décor en technique West Slope du Ier s. (fig. 3.14).

8Le mobilier étant très fragmentaire, seuls quelques vases à pâte mi‑fine ont été catalogués, à savoir un mortier à piecrust (fig. 4.1), un vase de stockage à décor peint de dauphins (fig. 4.2) et un bassin ou une ruche à décor peint (fig. 4.3). La batterie de cuisine comprend de nombreuses chytrai à ressaut interne (fig. 4.4‑5), quelques exemplaires à deux anses verticales peut‑être originaire de Phocée (fig. 4.6), de nombreuses lopades apparentées aux types 3 (fig. 4.7) et 4/5 de l’Agora d’Athènes (fig. 4.8), quelques couvercles de cuisson associés à ces deux formes (fig. 4.9‑10), des plats à cuire de tradition égéenne (fig. 4.11), mais aussi italiens à orlo bifido (fig. 4.12‑13) ou à engobe interne (fig. 4.14), ainsi que de nombreux réchauds en terre cuite (fig. 4.15‑16).

9Des absences méritent d’être relevées, à savoir deux groupes de vases généralement bien attestées à Délos dans les couches de destruction de l’habitat datées des évènements de 88 et de 69 av. J.‑C. Les fouilles du « mur de Triarius » n’ont en effet livré aucun ergot de réchaud figuré, ni fragment de céramique à décor d’appliques en reliefs produite à Pergame et dans d’autres centres micrasiatiques. D’autres groupes nous semblent relativement peu représentées par rapport à la datation basse de ce rempart dans le Ier s. Nous pensons en particulier aux assiettes et aux plats en gray ware d’Éphèse, ainsi qu’aux unguentaria du type 6 de l’Agora d’Athènes.

Perspectives de recherche

10L’ensemble de ce mobilier sera publié de manière détaillée dans un volume de l’Exploration archéologique de Délos, en cours de rédaction sous la direction de S. Maillot et de M. Fincker. L’apport de ce matériel à la distinction entre les couches de destructions déliennes de 88 et de 69 av. J.‑C. a d’ores et déjà été discuté dans le cadre d’un panel, intitulé « Reconsidering Delos as a fixed point for the 1st cent. B.C. pottery of the Eastern Mediterranean » et organisé en collaboration avec A.‑S. Martz lors du 5e congrès de l’International Association for Research on Pottery of the Hellenistic Period (IARPotHP) tenu à Séville en juin 2021. Il fera l’objet d’une publication dans des actes, qui mettra l’accent sur l’intérêt de cet ensemble de mobilier à la chronologie de la première moitié du ier s. av. J.‑C.

Haut de page

Bibliographie

Avezou, Picard 1913
Charles Avezou, Charles Picard, « La Palestre et le mur de Triarius à Délos », in Mélanges Holleaux. Recueil de mémoires concernant l’antiquité grecque offert à Maurice Holleaux en souvenir de ses années de direction à l’École française d’Athènes (1904-1912), Paris, Picard, 1913, p. 1‑16.

Bruneau 1968
Philippe Bruneau, « Contribution à l’histoire urbaine de Délos », BCH 92.2, 1968, p. 633‑709.

Bruneau et al. 1996
Philippe Bruneau, Michèle Brunet, Alexandre Farnoux, Jean‑Charles Moretti, Délos. Île sacrée et ville cosmopolite, Paris, CNRS, 1996.

Bruneau, Ducat 2005
Philippe Bruneau, Jean Ducat, Guide de Délos, 4e éd., Athènes, EFA, 2005.

Delorme 1949
Jean Delorme, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1948 : Délos, Mur de Triarius », BCH 73, 1949, p. 562‑565.

Delorme 1950
Jean Delorme, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1949 : Délos, Mur de Triarius », BCH 74, 1950, p. 364‑369.

Delorme 1961
Jean Delorme, EAD XXV. Les palestres, Paris, De Boccard, 1961.

Siebert 2001
Gérard Siebert, EAD XXXVIII. L’Îlot des Bijoux, L’Îlot des Bronzes, La Maison des Sceaux, 1 : Topographie et architecture, Athènes, EFA, 2001.

Duchêne, Fraisse 2001
Hervé Duchêne, Philippe Fraisse, EAD XXXIX. Le paysage portuaire de la Délos antique, Recherches sur les installations maritimes, commerciales et urbaines du littoral délien, Athènes, EFA, 2001.

Fraisse, Moretti 2007
Philippe Fraisse, Jean‑Charles Moretti, EAD XLII. Le théâtre, Athènes, EFA, 2007.

Moretti 2015
Jean‑Charles Moretti (dir.), EAD XLIII. Atlas, Athènes, EFA, 2015.

Fougères 1918
Gustave Fougères, « Recherches topographiques de M. Replat à Délos », CRAI 62.5, 1918, p. 368‑369.

Holleaux 1911
Maurice Holleaux, « Rapport sur les travaux exécutés aux environs du Lac Sacré dans l’île de Délos pendant l’année 1910 (15 août-1er octobre), CRAI 55.10, 1911, p. 845‑877.

ID
Pierre Roussel, Marcel Launey, Inscriptions de Délos : décrets postérieurs à 166 av. J.‑C. (nos 1497-1524), dédicaces postérieures à 166 av. J.‑C. (nos 1525-2219), Paris, Champion, 1937.

Le Quéré 2015
Enora Le Quéré, Les Cyclades sous l’Empire romain. Histoire d’une renaissance, Rennes, PU, 2015.

Maillot 2005
Stéphanie Maillot, Le système de défense établi par le légat Triarius dans l’île de Délos en 69 av. J.‑C., Mémoire inédit de 3e année (EfA) présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.

Maillot, Fincker 2011
Stéphanie Maillot, Myriam Fincker, « Le mur de Triarius », BCH 135.2, 2011, p. 594‑596.

Maillot, Fincker 2012-2013a
Stéphanie Maillot, Myriam Fincker, « Le mur de Triarius », BCH 136-137.2, 2012-2013, p. 631‑637.

Maillot, Fincker 2012-2013b
Stéphanie Maillot, Myriam Fincker, « Le mur de Triarius », BCH 136-137.2, 2012-2013, p. 843‑851.

Maillot, Fincker 2016a
Stéphanie Maillot, Myriam Fincker, « Le rempart de Triarius », BCH 139-140.2, 2016, p. 894‑991.

Maillot, Fincker 2016b
Stéphanie Maillot, Myriam Fincker, Rapport sur la mission C11 : Rempart de Triarius, rapport inédit, 2016.

Rotroff 2014
Susan I. Rotroff, « Sulla and the Pirates », in Pia Guldager Bilde, Mark L. Lawall (éd.), Pottery, Peoples and Places. Study and Interpretation of Late Hellenistic Pottery, Black Sea Studies 6, Aarhus, UP, 2014, p. 83‑109.

Haut de page

Notes

1 Appien, Mithr., 28 ; Pausanias, III, 23, 3‑4 ; Strabon, X, 5, 4.

2 Cf. en particulier Maillot, Fincker 2012-2013b, p. 849‑851.

3 Pour une description générale, voir Bruneau, Ducat 2005, p. 244‑245. Cet ouvrage défensif pour le numéro GD 69.

4 Cité par Photius (Fragm. hist. graec. [FHG] III, p. 606, n° 12 [= FGH n° 257, p. 1164, n° 12]).

5 ID nos 1855-1858. Voir Maillot, Fincker 2012-2013a, p. 636‑637.

6 Voir notamment Holleaux 1911, p. 872‑877 ; Avezou, Picard 1913, p. 12‑16 ; Fougères 1918, p. 368 (sur les travaux de J. Replat) ; Delorme 1949 ; Delorme 1950 ; Bruneau 1968, p. 674, 685‑686 et passim. Voir également Delorme 1961, p. 72‑73 et 151‑153 ; Bruneau et al. 1996, p. 115‑116 ; Duchêne, Fraisse 2001, p. 95‑96, 103, 118, 164 et 177‑178 ; Siebert 2001, p. 137‑138 ; Fraisse, Moretti 2007, p. 245‑246 ; Le Quéré 2015, p. 38‑39 et 136‑138 ; Moretti 2015, plans nos 20, 27, 29 et 30.

7 Maillot 2005.

8 Maillot, Fincker 2011 (campagne 2010) ; Maillot, Fincker 2012-2013a (campagne 2011) ; Maillot, Fincker 2012-2013b (campagne 2012) ; Maillot, Fincker 2016a (campagne 2014) ; Maillot, Fincker 2016b (campagne 2016).

9 Sur ce problème, voir notamment Bruneau 1968, p. 674‑688.

10 Rotroff 2014.

11 « In short, the pottery of the two groups would show no significant variation, and we would have to conclude that 19 years is indeed too short a span to registrer clearly in the late Hellenistic archaeological record, and consequently that Bruneau was correct when he asserted that archaeological evidence does not suffice to sort out the various destruction on Delos » (Rotroff 2014, p. 104).

12 « I confess that I had hoped for a clearer outcome when I took it upon myself to challenge that assertion. The only contribution that this interim assessment can offer is to draw attention to the difficulties that remain to be resolved, and to stimulate further examination of a small corpus of forms that may – or may not – have been introduced in the years between 88 and 69 » (Rotroff 2014, p. 104).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vases à boire mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.
Crédits EFA, G. Ackermann.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 2 : Assiettes et bols de table mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.
Crédits EFA, G. Ackermann.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3 : Autres céramiques fines mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » à Délos.
Crédits EFA, G. Ackermann.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 4 : Céramiques mi‑fines et culinaires mis au jour dans les fouilles du « mur de Triarius » .
Crédits EFA, G. Ackermann.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Ackermann, « Délos : le mobilier céramique du mur de Triarius (2019) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 12 juillet 2022, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6414

Haut de page

Auteur

Guy Ackermann

École française d’Athènes

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Ackermann

École française d’Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search