Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2022Grèce du NordThasos. Les abords Nord de l’Arté...

2022
Grèce du Nord

Thasos. Les abords Nord de l’Artémision (Thanar)

Campagnes d’étude 2018, 2019, 2020 – Collaboration EA Kavala‑EFA
Responsables d’opération : Stavroula Dadaki et Arthur Muller
Notice rédigée avec Platon Pétridis, Georgios Sanidas, Christine Aubry, Elli Bia, Alexandre Bertaud, Aristophanis Konstantatos, Tony Kozelj, Tarek Oueslati, Martin Perron, Gözde Sakar, Anne Tichit et Manuela Wurch-Kozelj

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2018, 2019, 2020

Lieux :

Thasos
Haut de page

Dédicace

À la mémoire de :
Francine Blondé (1948-2019)
Tasos Oulkeroglou (1981-2019)
et Déborah Postiaux (1989-2020)

Notes de la rédaction

Le présent rapport prend la suite de ceux publiés BCH 128-129 (2004-2005), p. 734‑751 : fouille 2004, BCH 130 (2006), p. 688‑689 : post‑fouille 2005, BCH 132 (2008), p. 715‑735 : fouille 2006 + post-fouille 2007, BCH 134 (2010), p. 523‑544 : fouille 2008 + post‑fouille 2009, BCH 136‑137 (2012-2013), p. 541‑560 : fouille 2010 + post-fouille 2011, BCH 138 (2014), p. 613‑661 : fouille 2012 + post-fouille 2013, BCH 139‑140 (2015-2016), p. 702‑709 : campagnes d’étude 2014 + 2015, BAEFE, 2020 : campagnes d’étude 2016 + 2017.

Notes de l’auteur

Autorité nationale présente : Stavroula Dadaki, Éphorie des Antiquités de Kavala

Composition de l’équipe de terrain : dans le cadre d’une collaboration École française d’Athènes – Éphorie des Antiquités de Kavala, le programme Thanar est placé depuis 2015 sous l’autorité administrative de S. Dadaki, directrice de l’Éphorie des Antiquités de Kavala. La direction scientifique des travaux est assurée par A. Muller, entouré de P. Pétridis et G. Sanidas.
Les campagnes 2018 et 2019 ont bénéficié du concours permanent de plusieurs archéologues et spécialistes : Christine Aubry (IRHiS UMR 8529, gestionnaire bases de données), Alexandre Bertaud (Université de Bordeaux-Montaigne, mobilier métallique), Elli Bia (doctorante contractuelle EPKA, céramologue), Tony Koželj (EfA, architecte), Thomas Nicq (Halma UMR 8164, imagerie scientifique), Tarek Oueslati (Halma UMR 8164, archéozoologue ; 2018), Martin Perron (Parcs Canada, céramologue), Olivier Picard (AIBL, identification des monnaies), Deborah Postiaux (dessinatrice prestataire ; 2018), Gözde Sakar (Université de Manisa, céramologue ; 2018), Anne Tichit (Halma UMR 8164, céramologue), Manuela Wurch-Kozelj (EFA, architecte). Les travaux de restauration des trouvailles mobilières et consolidation des murs ont été assurés par Aristophanis Konstantatos (EFA), Vaia Papazikou (contractuelle EfA), Stephanos Spiegos (contractuel EFA ; 2019) et les maçons Nexhmi Baçi et Olgert Torra (2019). Huit étudiants stagiaires (licence, master, doctorat) ont participé chaque année aux travaux : Université de Lille : Claire Despagne (2018), Matthieu Pollet (2018), Yasmine Rabahi (2018). – Université d’Athènes, EKPA : Antonia Asloglou (2019), Gregoris Dimos, Katerina Peppa (2018), Nicolas Michaïl, Georgia Giannaki, Olga Marinaki, Dimitra Voutyrea. Les circonstances ont réduit la campagne 2020 aux travaux de trois céramologues grecs (Platon Pétridis, Georgia Giannaki pour une courte mission, Elli Bia pour quelques mois).

Établissements porteurs de l’opération :
– Fondation Simone & Cino Del Duca
– École française d’Athènes
– Université de Lille (Halma UMR 8164 et Faculté des Sciences historiques)
– Éphorie des Antiquités de Kavala.

Texte intégral

1Depuis la fouille de 2012, l’équipe est engagée dans la préparation de la publication des trouvailles mobilières et immobilières des programmes Valma – Abords Nord‑Est de l’Agora (1979-2000) et Thanar (2002 –>) : la demeure protobyzantine DOM5 et les états antérieurs. Les campagnes d’étude post-fouille se sont déroulées en 2018 et 2019 de la mi‑juillet à la fin août, avec des effectifs sensiblement équivalents : une douzaine de chercheurs et spécialistes, huit étudiants stagiaires. En 2019 encore, on a commencé à mettre en œuvre sur le terrain le programme rendu possible par le Prix d’Archéologie Del Duca décerné à la mission au printemps 20171, avec la première tranche de la consolidation des murs de DOM5, qui a occupé deux maçons pendant quatre mois. L’année 2020 devait quant à elle voir la reprise de la fouille dans la parcelle TER12 acquise en avril 2019 : la crise sanitaire a repoussé ce projet à 2021 et seuls trois céramologues grecs ont pu travailler au musée pendant une courte période.
 C’est pourquoi il a été choisi de rendre compte en une fois de ces trois années, à la différence des rapports précédents qui regroupaient deux campagnes.

1. Études des trouvailles mobilières

1.1. Le remblai tardo-archaïque de BAT25

2Après une interruption en 2017, M. Perron et A. Tichit ont repris l’étude du mobilier céramique surabondant recueilli en 2012 dans deux remblais supportant des sols successifs de la pièce PCE62 du bâtiment BAT252. Au terme de ces deux campagnes, la base de données spécifique CéramArch, enrichie de dizaines de photos et dessins de profils, compte environ un millier d’enregistrements.

1.1.1. Catégories d’objets étudiées

  • 3 Blondé, Perreault, Peristeri 1992 ; Blondé, Perreault, Peristeri 2013.
  • 4 Panti 2008 ; Perron 2013a ; Perron 2013b.
  • 5 Uzun 2018.
  • 6 Voir Grandjean 1992, p. 581‑583 pour la première identification de ce type ; pour un bilan des conn (...)

3Vases de production locale. L’étude des coupes-cratères à encoches thasiens a, entre autres, confirmé les remarques et typologies réalisées sur les exemplaires de Phari par F. Blondé et J.‑Y. Perreault3. En revanche, la comparaison des pâtes permet dorénavant d’envisager l’hypothèse d’un deuxième atelier producteur dans les environs de Liménas puisque les pâtes utilisées à Phari sont beaucoup plus pâles et pulvérulentes que celles, plus foncées et micacées, des trouvailles du BAT25. Ont également été enregistrées les lékanés, lékanides et jattes thasiennes à décor peint. En ce qui concerne les vases fermés d’origine thasienne à décor peint ou dépourvus de décor (œnochoés, olpés, hydries, amphorisques, amphores de table), des parallèles convaincants ont été établis avec des trouvailles faites ailleurs en Égée du nord (Phari, Argilos, Karabournaki, Acanthe, Phagrès, Abdère)4 et en Ionie du nord5. La chronologie extrêmement cohérente de l’assemblage permet de placer ces productions locales, généralement difficiles à dater, à la fin de la période archaïque. Pour les amphores de transport locales, on dénombre une quantité importante du type thasien « à bandeau » (double-banded rim type), que les contextes de l’agora d’Athènes ont permis de dater également de la fin de la période archaïque6. Quelques fragments de bords et de pieds d’amphores dites « nord-égéennes » figurent également parmi les trouvailles. L’origine de ces récipients reste toujours à déterminer sur le plan géochimique, mais pourrait vraisemblablement être thasienne.

4Vases importés et imitations locales. Les importations de Corinthe sont représentées par quelques kotyles miniatures votifs décorés de bandes et de filets (banded Corinthianizing kotylai), des aryballes à figures noires et un fragment d’exaleiptron. Une imitation locale de kotyle miniature corinthien a également été identifiée. Les vases ouverts à vernis noir, les skyphoi, coupes-skyphoi et coupes, attiques ou thasiens, ont également été classés : ils constituent un lot important. Parmi les formes fréquentes figurent des coupes de type C à lèvre concave reposant sur des pieds moulurés ou sur des fonds plats (apodes/stemless), des coupes apodes de type Agora P10359, de coupes de Rhénée, des skyphoi, des bols, des coupelles monoansées, des salières et des assiettes. La datation de ces fragments reste extrêmement cohérente dans la période 500‑480, à l’exception de quelques fragments plus anciens.

5Quelques découvertes exceptionnelles méritent d’être signalées :

deux tessons de coupes apodes attiques de type Agora P10359 à engobe rouge corail. Les vases décorés selon cette technique sont généralement peu distribués en dehors de l’Attique, et moins encore en Égée du nord. On considère qu’il peut s’agir d’une production exclusive de l’atelier d’Euphronios ;
un fragment de skyphos attique décoré dans la technique de Six, autre technique particulièrement rare ;
un fragment de visage d’un vase plastique attique ou rhodien de la seconde moitié du vie s.
  • 7 Voir Huysecom-Haxhi 2009.

6Figurines de terre cuite. G. Sakar a étudié la petite vingtaine de fragments de figurines de terre cuite provenant du même contexte : elles relèvent de types banals (femmes trônant, korai) de la fin du vie et du début du ve s., représentés à l’Artémision7 : cette datation est parfaitement cohérente avec le reste du mobilier céramique.

1.1.2. Considérations générales

7Ce travail de classification et d’identification a confirmé l’horizon chronologique du remblai de la pièce PCE62 de BAT25 : ses éléments les plus tardifs ne dépassent pas la décennie 490‑480 av. J.‑C. Les éléments anciens sont rares : une quinzaine de vases « résiduels » du haut archaïsme, essentiellement des amphores cycladiques, des plats orientalisants et des vases à boire de la Grèce de l’est (bols à oiseaux, coupes ioniennes B1 et B2).

  • 8 Blondé 2007.

8Une fois de plus, on a mis en évidence les fortes influences exercées par les cités d’Ionie du nord (Clazomènes, Smyrne, Téos) sur l’artisanat thasien du dernier tiers du vie s. Cette influence micrasiatique s’estompe toutefois considérablement vers la fin de ce siècle au profit des influences attiques qui dominent ensuite le répertoire des formes thasiennes jusqu’à la fin de la période classique8.

9Cet abondant assemblage céramique comporte de nombreux vases à boire, des vases de banquet, des amphores vinaires, quelques vases votifs (kotyles miniatures), des vases de cuisson ainsi que des récipients pour le service des aliments : en fait, tous les types de vases domestiques sont représentés, mais également toute la panoplie des récipients que l’on retrouve habituellement en contexte de banquet à proximité des sanctuaires. Plus généralement, on constate que l’assemblage hétéroclite du mobilier mis au jour dans ce remblai n’est pas isolé : son faciès se retrouve dans des assemblages comparables de plusieurs cités de la mer Noire (Histria, Olbia, Berezan, Phanagoria, Panticapée et Nymphaion) ainsi que sur le site de Molyvoti en Thrace égéenne. Les mêmes répertoires de formes attiques y côtoient également les mêmes amphores commerciales de Lesbos, de Chios, de Clazomènes, de Samos et de Milet, des céramiques importées ou influencées des principaux centres de l’Ionie du nord (et tout particulièrement Clazomènes), ainsi que des séries de céramiques corinthiennes tardives décorées de bandes et de filets. Par ce faciès céramique, Thasos s’insère incontestablement dans ce grand réseau de circulation qui alimente le nord de l’Égée et les colonies de la mer Noire de produits sud‑égéens. Les cités de la Grèce de l’est et Athènes sont historiquement connues comme étant les principaux acteurs de ce commerce, mais en raison de la fréquence de plus en plus remarquée d’importations thasiennes citées ou présumées dans les articles portant sur les établissements de la mer Noire, il est légitime de se demander si Thasos ne pourrait pas avoir joué un rôle plus déterminant et plus actif dans les échanges avec le Pont‑Euxin.

1.2. Céramiques protobyzantines de DOM5

10Dans le prolongement des campagnes d’étude précédentes consacrées aux céramiques sigillées, l’équipe des céramologues de l’université d’Athènes, coordonnée par P. Pétridis, a poursuivi l’établissement d’autres catégories de vases recueillis dans DOM5 depuis 1979. Ces travaux alimentent la base de données CéramByz, désormais riche de près de 3 000 enregistrements, avec une documentation complétée lors de chaque campagne (dessins de profils, photographies et, le cas échéant, photographies des pâtes au moyen d’une loupe numérique).

11Les lampes. Le premier groupe enregistré a été celui des lampes, dont l’étude n’avait pu être achevée en 20179 : lampes micrasiatiques, attiques et de type africain.

12La céramique de table (sigillées exceptées). Le premier classement de cette vaste catégorie établi en 201710 a été revu afin d’homogénéiser les critères de classement pour tous les groupes. Des objets représentatifs de chaque type sont décrits dans la base CéramByz, les autres sont simplement inventoriés pour avoir une idée du NMI de chaque catégorie et type. De cette façon, au‑delà du classement purement typologique imposé par la nature du matériel conservé, les données stratigraphiques sont sauvegardées et restent exploitables. Une trouvaille remarquable doit être signalée : un pichet à fond annulaire et panse sphérique porte un graffito représentant une ménorah entourée de deux soleils (fig. 1). Il s’agit du premier graffito juif connu à Thasos, recueilli dans un remblai romain tardif peut‑être antérieur à la construction de DOM5 (sondage 5 dans PCE13).

Fig. 1. Graffito sur un pichet : ménorah entourée de deux soleils.

Fig. 1. Graffito sur un pichet : ménorah entourée de deux soleils.

EFA, cl. P. Pétridis.

13Les amphores. L’objectif principal était de compléter l’enregistrement commencé il y a quelques années et de constituer le « profil céramologique » de chaque sous-catégorie. On a à cet effet complété le fichier des pâtes, observées à la loupe numérique, et appuyé le classement typologique sur une abondante bibliographie. Les catégories d’amphores étudiées sont les suivantes :

  • 11 Ont été utilisées principalement les typologies de Keay 1984 et Bonifay 2004.
Late Roman, LRA 1 : la catégorie probablement la plus abondante.
LRA 2 : catégorie également très bien représentée. Selon la bibliographie, la variante 1 (lèvres et cols tronconiques) est la plus ancienne (iiie-vie s.) tandis que la variante 2 (cols longs et lèvres légèrement évasées) est plus tardive (vieviie s.) : pendant le vie s. les deux variantes coexistent donc. Aussi une distinction claire des LRA 2 ne peut‑elle pas être confirmée dans le cadre de DOM5, puisque la plupart des exemplaires proviennent des couches de destruction ou des dépotoirs de la fin du vie s. et du début du viie s. La pâte permet de distinguer cinq groupes au sein des LRA 2.
LRA 3 : le comblement du puits carré PUI40 présente pour ce type d’amphore un intérêt particulier : il a livré trois amphores du type « à deux anses – variante 1 » et une du type « à deux anses – variante 2 », ainsi que le seul exemple assuré d’une amphore de type « monoansé ». À signaler aussi un fragment de panse avec un graffito représentant une menorah, qui s’ajoute au graffito analogue signalé ci‑dessus. Ces amphores devraient aider à préciser la date du comblement du puits, intervenu assez tôt dans l’histoire de DOM5.
LRA 7 : les fragments de ce type sont très peu nombreux et peu évocateurs. À partir d’un seul tesson qui conserve une partie de l’épaule, on peut identifier un exemplaire des veviie s. apr. J.‑C. La plupart des exemplaires étudiés proviennent des dépotoirs de la dernière phase d’occupation de DOM5 (± 575 à 620 apr. J.‑C.) ainsi que des couches liées à la destruction finale de 620.
Amphores africaines : cette catégorie est assez riche11. La provenance la plus probable est la Tunisie. On a rencontré les types suivants : Keay 27, Bonifay type 46 (Keay 62), Bonifay type 45 (Keay 62Q), Bonifay type 36 (Keay 36), Bonifay type 54 (Keay 34), Bonifay type 43 (Keay 56), Bonifay types 31 et 33 (spatheion type 1, 2, 3), Bonifay type 63 ou 64 (type « globulaire » 1, 2). On note donc l’existence d’amphores de taille importante, de plusieurs types qui sont décrits comme spatheia dans la bibliographie et aussi d’un exemple d’amphore de type « globulaire », plus proche des modèles byzantins. Dans la plupart des cas, les datations données par les contextes archéologiques de DOM5 et les datations suggérées par la typologie sont bien cohérentes : trois cas seulement de discordances suggèrent une durée de vie plus longue pour les exemplaires concernés. La pâte des amphores africaines étudiées est généralement homogène : on y distingue cependant trois groupes.
type Kuzmanov 9 : type rare, représenté par une seule amphore presque complète, qui provient de la mer Noire et date des iveve s. apr. J.‑C.
  • 12 F. Blondé avait commencé naguère l’étude de ce matériel, dossier sur lequel elle n’avait pu revenir (...)
  • 13 Waksmann, Tréglia 2007.
  • 14 Blondé, Waksmann 2011.

14La céramique culinaire. E. Bia a entrepris le classement de la très abondante céramique culinaire12, représentée par des vases fermés (marmites, petites marmites – chytridia/monochytra –, bouilloires) et des vases ouverts (casseroles, plats de cuisson, poêles), ainsi que des couvercles et des supports de cuisson. Le récipient culinaire par excellence est la marmite ; plusieurs types, plus ou moins homogènes, représentés par des vases de diverses tailles, peuvent en être distingués. Concernant la technique de fabrication, les ustensiles tournés constituent la majorité du matériel, mais il y a aussi une importante quantité de vases modelés, surtout des marmites. Il faut signaler sur ce point que la céramique modelée a été trouvée aussi sur plusieurs sites de Grèce continentale, de la Mer Égée et à Chypre. Quant à la pâte de fabrication, il est possible d’en distinguer plusieurs groupes locaux, mais aussi des importations égéennes ou d’Asie Mineure (le fameux groupe Late Roman Aegean Cooking Ware13). Cette constatation est validée par des analyses de pâtes effectuées en 200914.

  • 15 Blondé, Muller, Mulliez 2003, p. 774 ; Blondé, Muller, Mulliez 2010, p. 410 ; Pétridis 2013, p. 16 (...)

15La céramique glaçurée. G. Giannaki a étudié plus en profondeur les quelques dizaines de tessons relevant de la catégorie « céramique glaçurée précoce ». Il s’agit d’un ensemble de vases couverts d’une glaçure pas toujours homogène, le plus souvent de couleur verdâtre. L’importance de la présence de cette catégorie dans des contextes datés fin du vie – début viie s. à Thasos a été signalée à plusieurs reprises15 ; cette recherche vise à localiser des parallèles dans la Grèce du nord et les Balkans, découvertes qui soutiendraient l’hypothèse de l’introduction de la glaçure dans ces régions bien avant son « apparition » supposée dans la péninsule grecque au viie s. Un programme d’analyses est en cours de réalisation.

1.3. Mobiliers métalliques

16L’objectif principal de A. Bertaud en 2018 et 2019 était la préparation du catalogue des objets métalliques retenus pour publication. Il a commencé par parachever l’enregistrement systématique des objets métalliques dans la base HeMEN qui, dans le cadre plus vaste du programme Habitat et métallurgie en Égée du Nord piloté par G. Sanidas, intègre les mobiliers métalliques recueillis dans les programmes Valma-Abords Nord-Est de l’agora et Thanar. Les descriptions des 567 fiches-objets ont été harmonisées avec une nomenclature uniformisée. Dans la base ont ensuite été sélectionnés les objets pertinents à retenir la publication finale. Celle‑ci distinguera principalement deux ensembles : les trouvailles du puits rond monumental PUI49 comblé autour de 330 av. J.‑C. (fouille 1984-1985)16 et le mobilier qui se rattache à la demeure protobyzantine DOM5. Plus d’une centaine de dessins et photographies ont été réalisés pour cette sélection.

17Il a été procédé à une analyse du mobilier en fonction des activités représentées :

activités de production : les objets liés au domaine agricole sont peu nombreux (hache, ciseaux, serpe, forces) ; en revanche, la production textile est mieux représentée (crochets de fuseaux en alliage cuivreux ; aiguilles) et doit être mise en rapport avec le mobilier céramique (pesons, fusaïoles). Les objets liés à la chasse (pointes de flèche en alliage cuivreux et une en fer ; un gland de fronde en plomb) et la pêche (lests de filets en plomb, hameçons en alliage cuivreux) témoignent de stratégies d’approvisionnement d’appoint en nourriture animale, qu’illustrent parallèlement les restes archéozoologiques. Quelques couteaux en fer à languette témoignent d’une activité culinaire ou domestique.
objets personnels : des fibules peu nombreuses, de dates diverses ; des boucles de ceinture, quelques boucles d’aumônières, des bijoux assez nombreux (13 bagues et anneaux, 10 boucles d’oreilles, 5 pendeloques, 4 bracelets et 2 perles) ; des objets de toilette (pincette, cuillères) et des stylets. S’ajoutent un fragment de boîte à sceau en fer, et une tige terminée par un anneau surmonté d’un oiseau, objet dont la destination reste problématique.
éléments relevant de l’immobilier : 5 clefs en fer (4 clefs-anneaux, 1 clef‑tige), de très nombreux clous en fer et aussi en bronze dont la répartition spatiale devra être analysée, des agrafes, des appliques de meubles.
commerce et échanges : des éléments liés à la pesée (fléaux de balance, plateaux et poids).
le sacré : plusieurs objets relativement anciens, comme des armes miniatures en plomb ou les figurines en plomb du puits rond ; quelques objets de l’époque protobyzantine, comme un encensoir en alliage cuivreux, un fragment de croix en alliage blanc.

18La plupart des objets remarquables a fait l’objet de recherches typologiques afin de compléter les informations sur leur datation. La confrontation avec la date des contextes stratigraphiques permettra ensuite de reconnaître d’éventuelles productions se prolongeant sur le long terme ou la conservation d’objets anciens. La localisation des artefacts prendra aussi un sens important dans l’analyse afin de déterminer les évolutions des activités, la nature et peut‑être la fonction des différents espaces, du moins dans la dernière phase d’occupation de DOM5.

1.4. Restes archéozoologiques

19En 2018, T. Oueslati a eu comme objectif d’achever l’étude des restes osseux issus du tamisage à sec réalisé lors de la campagne de fouille 2004 : au total 6 718 restes issus de 16 contextes. Ainsi la totalité des ossements et des mollusques stockés au musée est maintenant inventoriée.

20La prochaine étape consiste à affiner la détermination des restes osseux exportés pour identification à Lille. Il s’agit surtout des restes de poissons ainsi que des restes de cervidés et d’oiseaux. Ce travail qui nécessite le recours à des collections de référence, sera réalisé en grande partie au laboratoire d’archéozoologie de Lille et au besoin à l’Institut royal de Sciences naturelles de Belgique.

21La campagne a aussi mis en évidence la présence de restes de rats, repérés dans les dépotoirs de DOM5. La fouille pourra sans doute apporter une intéressante contribution à la problématique de l’origine et de la diffusion de ce rongeur de l’Antiquité au Moyen Âge. Aussi ces restes ont‑ils été inclus dans la demande d’autorisation d’exportation, en vue d’analyses ADN auprès du laboratoire spécialiste de cette question.

  • 17 Voir déjà une première comparaison BCH 138, 2014, p. 650‑656.

22La faune étudiée englobe maintenant plus de 50 000 restes avec 46 % de mollusques marins, 41 % de mammifères, 8 % d’oiseaux et 5 % de poissons. Ce très riche corpus sera envisagé par contexte : il sera procédé d’une part à une comparaison des différents dépotoirs protobyzantins dans DOM5 (DEP36, dépotoir en position secondaire dans la RUE1 au nord de PCE13 ; DEP43, dépotoir accumulé dans la baignoire STR34 ; DEP54, dépotoir accumulé dans les pièces PCE18 et PCE38 ; DEP214, dépotoir accumulé en PCE55), d’autre part à la comparaison entre les restes de l’époque archaïque (très nombreux dans le contexte tardo-archaïque de BAT25) et ceux de l’époque protobyzantine. La confrontation de ces résultats avec ceux des études stratigraphique et céramologique devrait améliorer les connaissances sur les consommateurs à l’origine de ces rejets et leurs diètes17 ainsi que sur la succession dans le temps des différents dépotoirs ou leur contemporanéité.

2. Travaux sur le terrain

23Comme chaque année, les campagnes 2018 et 2019 ont commencé par l’indispensable débroussaillage et nettoyage fin de l’ensemble de la fouille Thanar. En revanche, ce travail n’a pu être réalisé en 2020.

2.1. Phasage du site

24Le phasage de la fouille Thanar, exprimé dans ArchéoData sous la forme du PPSE (Période / phase / séquence / événement)18 a été affiné pour la Période 3, qui couvre toute la durée de vie de DOM5 (Tableau ci‑dessous). C’est la période la plus complexe, avec la succession de quatre phases correspondant aux états successifs de DOM5, un chantier d’agrandissement en vue du 3e état qui a pu être analysé en détail et un dernier état entièrement fossilisé par la couche de destruction du séisme de 620. Dans le tableau des entités, enrichi chaque année de quelques entités architecturales (EA), la rubrique du PPSE a été renseignée chaque fois que cela était possible.

  • 19 Sur ce chantier, voir désormais Sanidas, Muller, Dadaki 2019, avec le PPSE détaillé fig. 5 de la p. (...)

25D. Postiaux a été chargée de la réalisation de trois plans du chantier d’agrandissement du triklinos PCE13, correspondant chacun à l’une des moments du chantier : la construction des maçonneries (P3P2S2), la phase transitoire (P3P2S1E4), la phase de construction de la couverture (P3P2S1E2). Ce travail en voie d’achèvement s’appuie sur la reprise des données de fouille, en particulier pour les nombreux trous et fosses, afin de déterminer leur attribution à l’une ou l’autre de ces phases19. On a également affiné la réflexion sur les rôles respectifs de STU198, selon toute vraisemblance le bassin où l’on éteignait la chaux, et de STU338, qui aurait pu servir dans la préparation minéralurgique liée à la forge ATL81.

Tableau. Le PPSE de Thanar : détail de la Période 3.

P3. DOM5, une villa aristocratique : du début du ve s. apr. J.‑C. à 620 apr. J.‑C.
P3P1: DOM5 état 4, dernière occupation (± 575 à 620)
P3P1S1 : Destruction finale de 620
P3P1S2 : Occupation précaire : dépotoirs divers dans et autour DOM5
P3P1S3 : Aménagements et transformations diverses
P3P1S4 : Prélèvements matériaux, dégradation
P3P2 : DOM5 état 3, inachevé (± 575)
P3P2S1 : Chantier, phase 2 travaux couverture
        P3P2S1E1 : Interruption définitive du chantier
        P3P2S1E2 : Construction couverture
                Fonctionnement ATL67‑B (sans FOC248)
                Fonctionnement ATL67‑B (sans FOC248)
                Sédimentation sol SOL359
                Utilisation échafaudage ECH73
        P3P2S1E3 : Réaménagement du sol chantier dans partie
        rectangulaire
                Remblai égalisateur sol du chantier
                Élimination reste de STU338, condamnation PUI229
                Comblement de CAN241
        P3P2S1E4 : transition, fin ½ coupole ou autre chantier de
        DOM5
                Fonctionnement ATL68‑B (avec CAN241)
                Élimination partielle de STU338, comblement CAN249,
                creusement CAN241
                Arasement de FOC248
                Démontage partiel de ECH70-71‑72, réaménagement
                en ECH73
P3P2S2 : Chantier, phase 1 travaux maçonnerie
        P3P2S2E1 : Construction élévation MUR26 et début ½ coupole
                Sédimentation sol SOL360
                Fonctionnement de ATL67‑A (avec FOC248)
                Fonctionnement ATL68‑A, STU198 et STU340 concassage
                tuileau
                Installation échafaudages ECH70‑71‑72
        P3P2S2E2 : Construction fondation MUR26
                Mise en place de ATL67‑A (avec FOC248)
                Fonctionnement ATL68‑A, STU198 et STU340 concassage
                tuileau
                Creusement de la tranchée de fondation de MUR26
P3P2S3 : Chantier PCE13, phase 0, mise en place
        P3P2S3E1 : Construction ATL68 et STU198
        P3P2S3E2 : Arasement des murs
        P3P2S3E3 : Décaissement des sols (NIV215)
P3P3 : DOM5 état 2, agrandi avec thermes (? à ± 575)
P3P3S1 : Occupation de DOM5 état 2
P3P3S2 : Construction de DOM5 état 2, ajout ensemble thermal
P3P4 : DOM5 état initial (début ve s. à ?)
P3P4S1 : Occupation de DOM5 état 1
P3P4S2 : Construction de DOM5 état 1

2.2. Étude architecturale et stratigraphique

26La consolidation des maçonneries de DOM5 entreprise en 2019 (ci‑dessous § 3) a été l’occasion de quelques nettoyages approfondis, afin de faciliter ou de guider les travaux. De ces interventions le long du mur périmétrique est de la demeure A. Muller et G. Sanidas ont tiré des observations nouvelles (fig. 2).

Fig. 2. DOM5 : orthophoto avec désignation des entités mentionnées dans le texte.

Fig. 2. DOM5 : orthophoto avec désignation des entités mentionnées dans le texte.

EFA, réal. T. Nicq/Halma UMR 8164.

  • 20 Voir la coupe BCH 105, 1981, p. 949, fig. 39 : tranchée remblayée par la couche 9.

27Dans la RUE1, au sud de l’abside du triklinos PCE13 de DOM5 et à hauteur de PCE15, a été superficiellement mis en évidence un court canal d’évacuation CAN362 qui se déverse dans l’égout EGU1 (fig. 3). Sa relation avec DOM5 ou une construction plus ancienne devra être clarifiée par l’achèvement de la fouille de ce segment de la rue. De même devra être éclaircie la fonction d’une série de quatre pierres liées au mortier et disposées de chant contre MUR31 par‑dessus CAN362 : ce dispositif a été installé dans une tranchée dont l’extrémité avait été observée en limite de la fouille de 198020 et qui trouve maintenant son explication.

Fig. 3. PCE15, angle nord‑est : MUR361, et CAN362 dans RUE1.

Fig. 3. PCE15, angle nord‑est : MUR361, et CAN362 dans RUE1.

EFA, cl. A. Muller.

  • 21 BCH 132, 2008, p. 721 et fig. 4 p. 722 (où la désignation des pièces PCE15 et PCE37 est inversée pa (...)
  • 22 BCH 138, 2014, p. 633, fig. 27.

28Dans l’angle nord‑est de PCE15, ce qui avait été interprété en 2006 comme des « dalles »21 s’est avéré être un mur est‑ouest plus ancien, MUR361 (fig. 3), parallèle à un autre mur ancien, MUR237, mis au jour un peu plus au nord sous le sol de PCE3722.

29La partie sud de PCE15, en limite nord du terrain Valma, avait été fouillée en profondeur en 1980 : on y avait alors observé pour la première fois la superposition directe des niveaux archaïques (désormais Période 5) et protobyzantins (Période 3). On a pu cette année préciser la chronologie relative de la façon suivante (fig. 4) :

Période 5
sous MUR31, une maçonnerie profonde en grandes pierres sans liant, en net débord vers l’ouest, correspond à un mur ancien MUR399, en bordure de la RUE1 ;
un ensemble des blocs irréguliers, STU363, lui aussi décrit comme des « dalles » en 1980, est peut‑être en relation avec ce MUR399. Il est prolongé vers l’ouest par STU364, angle de blocs plus petits et soignés, sur une assise. Ces deux entités se trouvent à la cote ± 5,90.
elles sont recouvertes par un épais remblai signalé en 198023. Sa date a été précisée grâce au mobilier recueilli dans le redressement de la coupe de 1980 : le faciès est tout à fait identique à celui du remblai tardo-archaïque de la pièce PCE62 de BAT25 (ci‑dessus § 1.1) et ne va pas au‑delà de la décennie 490‑480 av. J.‑C.
Période 3
décaissement pour l’installation de DOM5, qui fait disparaître les niveaux de la Période 4 et même le haut du remblai de la Période 5 ;
construction des murs MUR31et MUR40, dont la fondation est coffrée en pleine terre et liée au mortier rose ;
établissement du sol en terre de PCE15 sur le remblai tardo-archaïque à la cote ± 6,70.

Fig. 4. PCE15, partie sud.

Fig. 4. PCE15, partie sud.

EFA, cl. A. Muller.

30Le rapport entre les murs MUR21 (mur nord du triklinos PCE65 / PCE13) et MUR18 (mur périmétrique de l’aile est de DOM5, au nord de l’abside de PCE13) a été observé en détail. Les deux états du triklinos s’y distinguent comme suit :

dans le premier état (PCE65, de plan rectangulaire), les murs ne sont pas liés : MUR21 est construit le premier, MUR18 vient s’appuyer contre lui ;
dans le 2e état (PCE13 avec l’abside MUR26), les murs sont désormais chaînés : l’extrémité orientale de MUR21 a été démontée sur une largeur de plus en plus importante de bas en haut, où ce démontage inclut jusqu’à l’extrémité du MUR18 : cela a permis de lier dans la reconstruction d’une part la nouvelle abside MUR26 au MUR21, d’autre part les parties hautes de MUR21 et MUR18.

2.3. Le pierrier : organisation, étude

31En deux campagnes il a été procédé, sous la responsabilité de M. Wurch-Kozelj, au regroupement sur la partie haute du terrain Kokkinos (TER3) des blocs recueillis dans les programmes Thanar et Valma – Abords Nord Est de l’agora, auparavant dispersés en six secteurs, principalement dans les pièces de l’aile sud de DOM5, au nord de l’aile nord et sur le segment est de la RUE2. Cette opération facilitera à terme la circulation des visiteurs en reprenant les cheminements antiques. Dans l’immédiat, elle a permis de rendre leur accessibilité aux blocs désormais entreposés sur des palettes isolées par un géotextile, de façon à permettre leur étude systématique. Le pierrier réunit actuellement environ 800 blocs et pièces architecturales (fig. 5) : ils ont reçu une nouvelle numérotation qui s’ajoute au numéro d’inventaire chantier, souvent effacé.

Fig. 5. Le pierrier du terrain Kokkinos, état octobre 2019.

Fig. 5. Le pierrier du terrain Kokkinos, état octobre 2019.

EFA, cl. par drone T. Kozelj.

  • 24 Voir des blocs analogues dans Sodini, Kozelj, Wurch-Kozelj 2016, p. 73‑74 et fig. 69 (avec mention (...)

32L’organisation matérielle de ce pierrier a été l’occasion de plusieurs collages et surtout de regroupements pertinents de familles de blocs. Certains d’entre eux appartiennent à l’entablement de l’édifice BAT21, le temple de la place des Charites PLA11. Les fragments architecturaux les plus nombreux peuvent être rendus à l’élévation de la demeure protobyzantine DOM5 : des seuils, des éléments de colonnes (bases, fûts, chapiteaux) et d’encadrements de fenêtres (appuis, montants), des meneaux, des claveaux, des consoles… Signalons aussi plusieurs blocs en tuf à encastrements de poteaux, ainsi que d’autres que leur profil particulier identifie comme des parties de socle de bassin24 : ils pourraient suggérer la présence d’un nymphée dans la cour péristyle de DOM5. D’autres pierres relèvent du mobilier, comme une abondante série de fragments de meules (moulins à mouvement alternatif [meules dormantes, égrugeoirs et broyeurs à trémie] et meules rotatives).

33M. Wurch-Kozelj a poursuivi le catalogage systématique et le fichage des éléments de ce pierrier, pour alimenter une base de données, dont le masque de saisie a été préparé avec C. Aubry.

3. Mise en valeur de la demeure protobyzantine DOM5

3.1. Le projet

34L’exposition permanente aux intempéries, l’action de la végétation mais aussi la circulation estivale des visiteurs sur les murs ont fragilisé les maçonneries de moellons liés au mortier de DOM5 : chaque année s’observent de nouvelles dégradations. Aussi était‑il urgent de procéder à une consolidation systématique, opération prévue dans la convention avec la Fondation Del Duca, et qui doit aussi permettre d’ouvrir le site à la visite dans les meilleures conditions.

35Le dossier de cette opération a été préparé à Thasos au cours de l’été 2018 et finalisé à Athènes au début du mois de décembre 2018 par A. Konstantatos (partie technique), M. Wurch-Kozelj et T. Kozelj (plans par états, relevé pierre à pierre des élévations, hauteurs après consolidation), S. Dadaki, A. Muller et P. Pétridis (parties historiques et archéologiques). Il décrit précisément la pathologie du monument, propose les solutions – élévation et étanchéification des crêtes des murs, comblement des lacunes, repose de toitures sur PCE13 et PCE20 en attendant de nouvelles protections définitives dans le cadre d’un projet ultérieur –, et élabore le choix des matériaux, en particulier la composition du mortier. L’état de DOM5 visé par le projet correspond à l’état 3 (P3P2), c’est‑à‑dire la phase monumentale projetée dans la décennie 570, avant les dégradations de l’état 4 ; de cet état 4 ne seront conservés que quelques témoins de l’ultime réorganisation des espaces, comme le spectaculaire grand four domestique STU197.

36Le dossier a été examiné en avril 2019 par le Conseil archéologique régional, qui a autorisé les travaux après introduction de corrections mineures.

3.2. Travaux réalisés en 2019

37Les travaux de la campagne 2019 se sont concentrés dans l’ensemble thermal, l’aile sud et les deux tiers méridionaux de l’aile est de la demeure. Les pierres utilisées proviennent toutes de l’environnement immédiat du chantier : – des segments des murs de terrasse périmétriques construits en 1980 (MUR110) et en 2008-2010 (MUR223) avec les pierres et blocs recueillis alors dans la fouille de DOM5, segments qui ont pu être démontés en prévision de l’extension de la fouille ; – d’un segment du mur de terrasse moderne MUR17 ;   du volumineux pierrier ancien accumulé au fond du terrain Kokkinos ;   de la ruine de la construction moderne MAI9 au fond du terrain Kokkinos.

38En raison des problèmes posés par le voisinage immédiat, on a remis le traitement, dans l’ensemble thermal, des murs les plus proches de la propriété Lagoumtzis-Valma MAI10, en attendant l’installation d’une clôture définitive de ce côté. Conformément au dossier soumis, les travaux ont ainsi comporté (fig. 6‑9) :

  • 25 Sur cette fosse de récupération moderne, voir BCH 104, 1980, p. 754, n. 20 (il s’agit de la premièr (...)
  • 26 BCH 124, 2000, p. 521, § 2.2.
la reconstruction de grandes lacunes : la moitié est du MUR40 et un grand segment du MUR31, prélevés jusqu’au niveau du sol dans une large fosse récente REC5125, avaient dès 1999 fait l’objet d’une première reconstruction, en pierres sèches recouvertes d’un lit de ciment, destinée à rendre sa lisibilité à la rue RUE126 . Cette première réfection a été démontée et refaite avec des murs maçonnés au mortier de chaux jusqu’à la hauteur des parties conservées de part et d’autre de la lacune ;
le comblement de brèches plus réduites (en particulier dans l’abside est de PCE27) ou au contraire le démontage d’ajouts grossiers correspondant à des transformations de l’état 4 (MUR82 ; bouchon de porte entre PCE16 et PCE17) ;
la réfection systématique de la crête des murs : nettoyage approfondi de leur arase, dépose des pierres branlantes, pose d’une bande de plomb pour signaler la limite entre la partie antique et la partie refaite, reconstruction avec un mortier de chaux sur une certaine hauteur pour étanchéifier la maçonnerie antique. Le sommet présente toujours un aspect de ruine irrégulière favorisant partout l’écoulement des eaux pluviales. La hauteur de la partie reconstruite est parfois assez importante : elle a été déterminée de façon à rester en harmonie avec la hauteur maximale des murs antiques conservés ;
la réfection-consolidation des parties maçonnées en briques, au moyen de briques neuves fabriquées sur le module antique et de quelques briques anciennes : murs-parapets de la piscine PCE32 et de la baignoire STR34 (fig. 10) ; arases des piliers PIL75 et PIL76 dans PCE25 ;
le prélèvement systématique d’échantillons de mortier antique, en vue d’analyses dans les laboratoires du Ministère de la Culture hellénique.

Fig. 6. DOM5, ensemble thermal, état octobre 2019.

Fig. 6. DOM5, ensemble thermal, état octobre 2019.

EFA, cl. par drone T. Kozelj.

Fig. 7. DOM5, aile est, vue du sud, état octobre 2019.

Fig. 7. DOM5, aile est, vue du sud, état octobre 2019.

EFA, cl. par drone T. Kozelj.

Fig. 8. DOM5, aile est, vue du nord, état octobre 2019.

Fig. 8. DOM5, aile est, vue du nord, état octobre 2019.

EFA, cl. par drone T. Kozelj.

Fig. 9. Le triklinos PCE13, abside MUR26.

Fig. 9. Le triklinos PCE13, abside MUR26.

EFA, cl. M. Wurch-Kozelj.

Fig. 10. Mur parapet en briques de la baignoire STR34, états 1980, 2018, octobre 2019.

Fig. 10. Mur parapet en briques de la baignoire STR34, états 1980, 2018, octobre 2019.

EFA, cl. A. Muller.

39Parallèlement à la consolidation proprement dite ont été réalisés d’autres travaux liés à l’entretien et la présentation du site :

la partie inaccessible de la canalisation CAN73 a été débouchée. Si le début de cette canalisation en PCE25 et un court segment en ESP28 sont aujourd’hui à ciel ouvert, toute la partie en RUE2 jusqu’à l’angle sud de la piscine PCE32, recouverte par le MUR71, restait obstruée. Une entreprise spécialisée a débouché ce segment par injection d’eau sous pression : CAN73 peut de nouveau évacuer vers la place des Charites PLA11 les eaux de ruissellement qui jusqu’à présent s’accumulaient dans la courette ESP28 ;
depuis 2008, une toiture en tôle ondulées recouvre le triklinos PCE13 et y protège en particulier les vestiges du chantier d’agrandissement des années 570 (ci‑dessus § 2.1). Cette toiture a été démontée pour permettre la consolidation des murs du triklinos et ensuite reposée sur une charpente métallique plus haute, afin d’assurer une meilleure ventilation du parement interne de l’abside MUR26 ;
des terrassements ont été réalisés aux abords orientaux de DOM5 : après démontage du segment est du mur de terrasse moderne MUR17, le talutage en pente douce des terres rapportées fin xixe s. pour la construction de la terrasse (vignoble puis olivaie) ouvre la vue sur le terrain Kokkinos dans le prolongement de la rue dallée RUE2.
Haut de page

Bibliographie

Blondé 2007
Francine Blondé, Les céramiques d’usage quotidien à Thasos au ive siècle avant J.‑C., Athènes, EFA, Et. thas. 20, 2007.

Blondé, Muller, Mulliez 2003
Francine Blondé, Arthur Muller, Dominique Mulliez, « La céramique d'usage quotidien dans une demeure paléochrétienne de Thasos », in VIIe Congrès international sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique, octobre 1999, Athènes, Ministère de la Culture, 2003, p. 773‑776.

Blondé, Muller, Mulliez 2010
Francine Blondé, Arthur Muller, Dominique Mulliez, « Terra sigillata et céramiques communes de la fin de l’antiquité à Thasos. Le cas de DOM5 », in Dimitra Papanikola-Bakirtzi, Dina Kousoulakou (éd.), Κεραμική της ύστερης αρχαιότητας από τον ελλαδικό χώρο (3ος-7ος αιμ.Χ.), Thessalonique, Αρχαιολογικό Ινστιτούτο Μακεδονικών και Θρακικών Σπουδών, 2010, p. 402‑420.

Blondé, Perreault, Peristeri 1992
Francine Blondé, Jacques Y. Perreault, Catherine Peristeri, « Un atelier de potier archaïque à Phari (Thasos) », in Francine Blondé, Jacques Y. Perreault (éd.), Les ateliers de potiers dans le monde grec aux époques géométrique, archaïque et classique, Athènes, EFA, BCH Suppl. 23, 1992, p. 11‑40.

Blondé, Perreault, Peristeri 2013
Francine Blondé, Jacques Y. Perreault, Catherine Peristeri, « Παράδοση, μίμηση και καινοτομία στην αρχαϊκή κεραμική του εργαστηρίου Φαρί Θάσου », in Michalis A. Tiverios et al. (éd.), Η κεραμική της αρχαϊκής εποχής στο Βόρειο Αιγαίο και την περιφέρεια του (700-480 π.Χ.), Thessalonique, Αρχαιολογικό Ινστιτούτο Μακεδονικών και Θρακικών Σπουδών, Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, p. 129‑138.

Blondé, Waksmann 2011
Francine Blondé, Yona Waksmann, « Preliminary archaeometric investigations on Late Roman / Early Byzantine cooking wares from the french-greek excavations at Thasos », poster présenté au 4th Conference on Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae (LRCW 4), Thessalonique, 7‑10 avril 2011.

Bonifay 2004
Michel Bonifay, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford, Archaeopress, BAR International series 1301, 2004.

Garlan 1989
Yvon Garlan, « Les abords Nord‑Est de l'Agora de Thasos, II. Le comblement d'un puits public. 2. Les timbres céramiques », BCH 113, 1989, p. 477‑480.

Grandjean 1992
Yves Grandjean, « Contribution à l’établissement d’une typologie des amphores thasiennes. Le matériel amphorique du quartier de la porte du Silène », BCH 116, 1992, p. 541‑584.

Huysecom‑Haxhi 2009
Stéphanie Huysecom-Haxhi, Les figurines en terre cuite de l’Artémision de Thasos : artisanat et piété populaire à l’époque de l’archaïsme mûr et récent, Athènes, EFA, Et. thas. 21, 2009.

Keay 1984
Simon Keay, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean: A typology and Economic Study: the Catalan evidence, Oxford, BAR Publishing, International series 196, 1984.

Panti 2008
Anna Panti, Τοπική κεραμική από τη Χαλκιδική και το μυχό του Θερμαϊκού κόλπου (Άκανθος, Καραμπουρνάκι, Σίνδος), Thessalonique, Citi Publish, 2008.

Pétridis 2013
Platon Pétridis, Πρωτοβυζαντινή Κεραμική του Ελλαδικού χώρου, Athènes, Gutenberg, 2013.

Pétridis 2015
Platon Pétridis, « Πρόσκληση σε γεύμα στην Πρωτοβυζαντινή Θάσο », in Platon Pétridis, Vicky Foskolou (éd.), Δασκάλα. Απόδοση τιμής στην ομότιμη Καθηγήτρια Μαίρη Παναγιωτίδη-Κεσίσογλου, Athènes, Université d’Athènes, 2015, p. 437‑453.

Perron 2013a
Martin Perron, « Waveline Household Pottery from Argilos, 6th-5th c. BC: An Overview », in Polyxeni Adam-Veleni, Despoina Tsiafakis, Evridiki Kefalidou (éd.), Pottery Workshops in the Northern Aegean (8th-5th century B.C.), Thessalonique, Archaeological Museum of Thessaloniki, p. 133‑142.

Perron 2013b
Martin Perron, La production et la diffusion des céramiques utilitaires de style à bandes (waveline) à Argilos et dans le nord de l'Égée aux périodes archaïque et classique, thèse de doctorat, Université de Montréal / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013.

Picard 1989
Olivier Picard, « Les abords Nord-Est de l'Agora de Thasos, II. Le comblement d'un puits public. 1. Les monnaies », BCH 113, 1989, p. 473‑476.

Sanidas, Muller, Dadaki 2019
Giorgos Sanidas, Arthur Muller, Stavroula Dadaki, « Το εργοτάξιο του τρικλίνιου μιας πρωτοβυζαντινής έπαυλης στη Θάσο: η αρχαιολογική μαρτυρία », AEMTh 28, 2014 [2019], p. 675‑688.

Sacchetti 2012
Federica Sacchetti, Les amphores grecques dans le nord de l’Italie. Échanges commerciaux entre les Apennins et les Alpes aux époques archaïque et classique, Aix‑en-Provence, Centre Camille Jullian, 2012.

Sodini, Kozelj, Wurch‑Kozelj 2016
Jean-Pierre Sodini, Tony Kozelj, Manuela Wurch-Kozelj, Le Nymphée d’une maison de l’Antiquité tardive à Thasos, Athènes, EFA, Et. thas. 24, 2016.

Uzun 2018
Kozan Uzun, « Clazomenian Wave-Line Pottery », in Gül Gürtekin Demir et al. (éd.), Archaic and Classical Western Anatolia: New Perspectives in Ceramic Studies, Louvain, Peeters, Colloquia Antiqua 19, 2018, p. 315‑344.

Waksmann, Tréglia 2007
Yona Waksman, Jean-Christophe Tréglia, « Caractérisation géochimique et diffusion méditerranéenne des céramiques culinaires “égéennes”. Études comparées des mobiliers de Marseille, de Beyrouth et d’Alexandrie (veviie s.) », in Michel Bonifay, Jean-Christophe Tréglia (éd.), LRCW 2: Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and archaeometry, Oxford, Archaeopress, BAR International series 1662, 2007, vol. 2, p. 645‑657.

Haut de page

Notes

1 BAEFE, 2020, p. 11.

2 BAEFE, 2020, p. 6.

3 Blondé, Perreault, Peristeri 1992 ; Blondé, Perreault, Peristeri 2013.

4 Panti 2008 ; Perron 2013a ; Perron 2013b.

5 Uzun 2018.

6 Voir Grandjean 1992, p. 581‑583 pour la première identification de ce type ; pour un bilan des connaissances avec la bibliographie antérieure, voir Sacchetti 2012, p. 57‑58.

7 Voir Huysecom-Haxhi 2009.

8 Blondé 2007.

9 BAEFE, 2020, p. 7.

10 BAEFE, 2020, p. 7.

11 Ont été utilisées principalement les typologies de Keay 1984 et Bonifay 2004.

12 F. Blondé avait commencé naguère l’étude de ce matériel, dossier sur lequel elle n’avait pu revenir depuis plusieurs années. Deux ans avant sa disparition, elle en a confié la responsabilité à E. Bia dans le cadre d’une recherche doctorale.

13 Waksmann, Tréglia 2007.

14 Blondé, Waksmann 2011.

15 Blondé, Muller, Mulliez 2003, p. 774 ; Blondé, Muller, Mulliez 2010, p. 410 ; Pétridis 2013, p. 16 et p. 187 fig. 3 ; Pétridis 2015, p. 441‑442.

16 Sur ce puits et la date de son comblement, voir Garlan 1989 et Picard 1989.

17 Voir déjà une première comparaison BCH 138, 2014, p. 650‑656.

18 BCH 139-140, p. 706.

19 Sur ce chantier, voir désormais Sanidas, Muller, Dadaki 2019, avec le PPSE détaillé fig. 5 de la p. 682.

20 Voir la coupe BCH 105, 1981, p. 949, fig. 39 : tranchée remblayée par la couche 9.

21 BCH 132, 2008, p. 721 et fig. 4 p. 722 (où la désignation des pièces PCE15 et PCE37 est inversée par erreur).

22 BCH 138, 2014, p. 633, fig. 27.

23 BCH 105, 1981, p. 951, § 2.1

24 Voir des blocs analogues dans Sodini, Kozelj, Wurch-Kozelj 2016, p. 73‑74 et fig. 69 (avec mention des deux blocs de DOM5).

25 Sur cette fosse de récupération moderne, voir BCH 104, 1980, p. 754, n. 20 (il s’agit de la première des trois fosses énumérées ici) et BCH 132, 2008, p. 721.

26 BCH 124, 2000, p. 521, § 2.2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Graffito sur un pichet : ménorah entourée de deux soleils.
Crédits EFA, cl. P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 2. DOM5 : orthophoto avec désignation des entités mentionnées dans le texte.
Crédits EFA, réal. T. Nicq/Halma UMR 8164.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 3. PCE15, angle nord‑est : MUR361, et CAN362 dans RUE1.
Crédits EFA, cl. A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 4. PCE15, partie sud.
Crédits EFA, cl. A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Fig. 5. Le pierrier du terrain Kokkinos, état octobre 2019.
Crédits EFA, cl. par drone T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 6. DOM5, ensemble thermal, état octobre 2019.
Crédits EFA, cl. par drone T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 7. DOM5, aile est, vue du sud, état octobre 2019.
Crédits EFA, cl. par drone T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 8. DOM5, aile est, vue du nord, état octobre 2019.
Crédits EFA, cl. par drone T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 9. Le triklinos PCE13, abside MUR26.
Crédits EFA, cl. M. Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 10. Mur parapet en briques de la baignoire STR34, états 1980, 2018, octobre 2019.
Crédits EFA, cl. A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/6482/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stavroula Dadaki, Arthur Muller, Platon Pétridis, Georgios Sanidas, Christine Aubry, Elli Bia, Alexandre Bertaud, Aristophanis Konstantatos, Tony Kozelj, Tarek Oueslati, Martin Perron, Gözde Sakar, Anne Tichit et Manuela Wurch-Kozelj, « Thasos. Les abords Nord de l’Artémision (Thanar) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 12 juillet 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/6482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6482

Haut de page

Auteurs

Stavroula Dadaki

Éphorie des Antiquités de Kavala

Articles du même auteur

Arthur Muller

Émérite de l’université de Lille, Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Platon Pétridis

Université nationale et capodistrienne d’Athènes

Articles du même auteur

Georgios Sanidas

Université de Lille

Christine Aubry

IRHiS UMR 8529

Elli Bia

Université de Bordeaux-Montaigne

Alexandre Bertaud

Université de Bordeaux-Montaigne

Aristophanis Konstantatos

École française d’Athènes

Tony Kozelj

École française d’Athènes

Tarek Oueslati

Halma UMR 8164

Martin Perron

Parcs Canada

Gözde Sakar

Université de Manisa (Turquie)

Anne Tichit

Halma UMR 8164

Manuela Wurch-Kozelj

École française d’Athènes

Haut de page

Responsables d’opération

Stavroula Dadaki

Éphorie des Antiquités de Kavala

Arthur Muller

Université de Lille

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search