Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2022Grèce du NordThasos. Les abords Nord de l’Arté...

2022
Grèce du Nord

Thasos. Les abords Nord de l’Artémision (Thanar)

Campagne de terrain 2021 – Collaboration EA Kavala‑EFA
Responsables d’opération : Stavroula Dadaki et Arthur Muller
Notice rédigée avec Christine Aubry, Maguelone Bastide, Elli Bia, Alexandre Bertaud, Tony Kozelj, Platon Pétridis, Georgios Sanidas et Manuela Wurch-Kozelj

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2021

Lieux :

Thasos
Haut de page

Notes de la rédaction

Le présent rapport prend la suite de ceux publiés BCH 128‑129 (2004-2005), p. 734‑751 : fouille 2004, BCH 130 (2006), p. 688‑689 : post-fouille 2005, BCH 132 (2008), p. 715‑735 : fouille 2006 + post-fouille 2007, BCH 134 (2010), p. 523‑544 : fouille 2008 + post-fouille 2009, BCH 136‑137 (2012-2013), p. 541‑560 : fouille 2010 + post-fouille 2011, BCH 138 (2014), p. 613‑661 : fouille 2012 + post-fouille 2013, BCH 139‑140 (2015-2016), p. 702‑709 : campagnes d’étude 2014 + 2015, BAEFE, 2020 : campagnes d’étude 2016-2017, BAEFE, 2022 : campagnes d’étude 2018-2019-2020.

Notes de l’auteur

Autorité nationale présente : Stavroula Dadaki, Éphorie des Antiquités de Kavala

Composition de l’équipe de terrain : le programme THANAR est placé depuis 2015 sous l’autorité administrative de Stavroula Dadaki, directrice de l’Éphorie des Antiquités de Kavala. La direction scientifique des travaux est assurée par Arthur Muller (émérite de l’Université de Lille & IUF, Halma UMR 8164) entouré de Platon Petridis (Université d’Athènes) et Giorgos Sanidas (Université de Lille & IUF, Halma UMR 8164). La campagne 2021 a bénéficié du concours permanent de plusieurs archéologues et spécialistes : Christine Aubry (Université de Lille, IRHiS UMR 8529, gestionnaire bases de données), Maguelone Bastide (membre scientifique de l’EFA, chef de secteur sondages 19 et 20), Alexandre Bertaud (Université de Bordeaux-Montaigne, chef de secteur TER12), Elli Bia (doctorante Université d’Athènes / Paris Panthéon-Sorbonne, chef de secteur RUE1), Tony Koželj (architecte) et Manuela Wurch-Kozelj (EFA, architecte). Olivier Picard (AIBL) a identifié les monnaies et Anna Gialouri (Éphorie de Magnésie) est venue pendant deux semaines étudier la sculpture architecturale. Les travaux de consolidation des murs ont été assurés les maçons Nexhmi Baçi et Olgert Torra. Onze étudiants-stagiaires ont participé à la fouille : Sarah Anel (École du Louvre), Noam Blondeau-Derrien (doctorante contractuelle EFA / Paris Panthéon-Sorbonne) ; Jules Buffet (doctorant contractuel, Université Paris Ouest-Nanterre), Sandra Delvaux (Université de Lille), Giannaki Georgia (doctorante Université d’Athènes / Université de Lyon 2), Vassiliki Karagiannaki (Université d’Athènes), William Lamballe (Université de Lille), Paschalis Makrogiannelis (docteur de l’Université de Durham, contractuel Éphorie de Crète), Nicolas Michaïl (doctorant Université d’Athènes / Université de Lyon 2), Isabelle Perez (Université Paris Ouest-Nanterre), Xavier Vallet (docteur Université Paris Ouest-Nanterre).

Établissement éditeur : École française d’Athènes

Établissements porteurs de l’opération :
– Fondation Simone & Cino Del Duca
– Fonds Archéologie et Patrimoine de Méditerranée (Arpamed)
– École française d’Athènes
– Université de Lille (Halma UMR 8164 et Faculté des Sciences historiques)
– Éphorie des Antiquités de Kavala.

Texte intégral

1. Objectifs, moyens

1Dans le cadre d’un programme de recherche quinquennal 2021-2025 autorisé par le Conseil central de l’archéologie et accompagné d’un protocole de collaboration entre l’École française d’Athènes et l’Éphorie des Antiquités de Kavala, la reprise des travaux de terrain pour deux campagnes, 2021 et 2022, a trois objectifs principaux (fig. 1) :

  • la fouille en aire ouverte, en deux campagnes, de la parcelle de terrain TER12 acquise en 2019, qui recouvre la partie centrale de la vaste demeure protobyzantine DOM5, ainsi que des sondages dans les parties déjà fouillées, afin de répondre à des questions d’architecture et de topographie relatives aux périodes plus anciennes ;
  • des fouilles liées à la mise en valeur et la présentation future du site : dans la RUE1, dont il s’agit d’homogénéiser la présentation au niveau du dallage de son égout ; le long du MUR52, qui borde l’aile nord de DOM5 et dont la consolidation demande le dégagement du parement nord ;
  • la consolidation systématique des maçonneries de DOM5, commencée en 2019.

Fig. 1. Programme 2021-2022, implantation des travaux 2021.

Fig. 1. Programme 2021-2022, implantation des travaux 2021.

Orthophoto EFA/T. Nicq, Halma UMR 8164.

2La campagne de fouille a duré quatre semaines (du 8/8 au 4/9) ; elle a été précédée de quelques jours de préparation et de nettoyage du terrain, et suivie de quelques jours consacrés au rangement et à la fin des relevés. Y ont participé, outre les chercheurs signataires du présent rapport, une douzaine de fouilleurs, en majorité des étudiants stagiaires de l’Université d’Athènes et de différentes universités françaises. Le complet enclavement de la parcelle TER12, entre les parties déjà fouillées de DOM5 et la maison MAI10 (propriété Karapanagou) a posé de nombreux problèmes de logistique, qui n’ont pu être résolus que par la mise à disposition, à titre gracieux, du passage à travers le jardin Karapanagou jusqu’à la rue moderne où était entreposée une benne pour les déblais. On n’en a pas moins réussi à utiliser des moyens mécaniques pour l’enlèvement de la moitié environ de la couche de terre récente (US 21.002) de TER12. La campagne de consolidation a duré quant à elle deux mois pleins (du 27/7 au 24/9) : elle a occupé deux maçons aidés d’un manœuvre, sous la direction de Manuela Wurch-Kozelj. L’ensemble de ces travaux a été financé pour l’essentiel par la Fondation Simone et Cino Del Duca (30,78 %) et par le fonds Arpamed (Archéologie et patrimoine de Méditerranée, 26,83 %), ainsi que par des contributions de de l’Éphorie des Antiquités de Kavala (16,9 %), de l’EFA (11,68 %), de l’Université de Lille (Halma UMR8164 et Faculté des Humanités, 8,15 %) et de divers autres organismes (5,66 %).

  • 1 Sont supposés connus les acquis antérieurs des programmes Valma-Abords Nord-Est de l’agora (1979-20 (...)
  • 2 Le système d’enregistrement ArchéoData (voir BCH 128‑129 [2004-2005], p. 736 n. 6, et BCH 132 [2008 (...)

3Les résultats sont présentés ici de façon synthétique et chronologique1, en allant de l’occupation la plus ancienne à la plus récente, suivant la périodisation du site : les articulations principales de celle‑ci (Période / Phase / et parfois Séquence) sont rappelées dans le tableau ci‑dessous, avec les ESS (entités spatiales structurées) concernées à chaque période2. Sont représentées dans les travaux de cette année les périodes 5 à 1, dans une fourchette chronologique qui va du vie siècle av. J.‑C. au début du xxie siècle apr. J.‑C.

P1. TER1 à TER4, TER12 : terrasses agricoles : de la fin du xixe s. au début du xxie s.
      
P1.P1 : Occupation : activité archéologique qui se surajoute à l’occupation
            agricole (depuis 1960)
      P1.P2 : Occupation agricole des terrasses : vigne puis olivaie jardin (xxe s.)
      P1.P3 : Construction : aménagement du paysage agraire (fin xixe s.)

P2. TER10 : les pentes basses de l’acropole à l’abandon : de 620 apr. J.‑C. à la fin du xixe s.
(PPSE à développer : abandon alternant avec récupérations médiévales et atelier de chaufournier)

P3. DOM5 : une demeure aristocratique : du début du ve s. apr. J.‑C. à 620

      P3P1 : DOM5 état 4, dernière occupation (± 575 à 620)
            P3P1S1 : Destruction finale de 620
            P3P1S2 : Squat dans ruine : dépotoirs divers dans et autour DOM5
            P3P1S3 : Aménagements et transformations diverses
            P3P1S4 : Prélèvements matériaux, dégradation

      P3P2 : DOM5 état 3, inachevé (± 575)
            P3P2S1 : Chantier, phase 2 travaux couverture
            P3P2S2 : Chantier, phase 1 travaux maçonnerie
            P3P2S3 : Chantier PCE13, phase 0, mise en place

      P3P3 : DOM5 état 2, agrandi avec thermes (? à ± 575)
            P3P3S1 : Occupation de DOM5 état 2
            P3P3S2 : Construction de DOM5 état 2, ajout ensemble thermal

      P3P4 : DOM5 état initial (début ve s. à ?)
            P3P4S1 : Occupation de DOM5 état 1
            P3P4S2 : Construction de DOM5 état 1

P4. BAT24 : un édifice public : du début du ive s. av. J.‑C. au début du ve s. apr. J.‑C.

      P4.P2 : BAT24, état 2 : réfection de la façade, haut‑empire
      P4.P1 : BAT24, état 1 : début du ive s. av. J.‑C.

P5. BAT25 : un édifice public : du vie s. av. J.‑C. au début du ive s. av. J.‑C.
      
P5.P1 : BAT25, état 3 (PCE60 + PCE61 + PCE62)
      P5.P2 : BAT25, état 2 (PCE60 + PCE61 + ESP69)
      P5.P3 : BAT25, état 1 (PCE60 + PCE61)

P6. OIK27 : les débuts de l’occupation grecque : de ca 670 av. J.‑C. au vie s. av. J.‑C.
(PPSE à développer)

P7. Un site de métallurgie thrace : des dernières décennies du viiie s. av. J.‑C. à ca 670 av. J.‑C.
      
P7.P1 : Occupation après destruction de BAT28
      P7.P2 : BAT28 (dite « maison à abside »)
      P7.P3 : Première construction (MUR13)

Passé géologique : avant les dernières décennies du viiie s. av. J.‑C.

2. Périodes 5 et 4 : avant DOM5

2.1. Les bâtiments BAT24 et BAT25

4L’aile nord de DOM5 reprend l’organisation des espaces de l’édifice classique BAT24, lui‑même précédé de l’édifice archaïque BAT25, de plan analogue, avec deux pièces principales ouvrant sous un espace transversal. La profondeur désormais connue du portique nord ESP58 de la cour péristyle de DOM5 – un peu plus de 4 m (ci‑dessous § 3.2) – donne sans doute une première indication sur la profondeur de l’espace transversal au sud des pièces de BAT24. En revanche, cette dimension ne vaut peut‑être pas pour BAT25, dont la façade des pièces est en retrait par rapport à celle de BAT24.

5Dans la pièce PCE21 de DOM5, le sondage 19 se trouve exactement au milieu des pièces occidentales de ces deux édifices, PCE64 de BAT24 et PCE60 de BAT25. Il s’agissait de voir si cette pièce de BAT25 comportait une eschara centrale, comme les édifices comparables du sanctuaire d’Aliki. La fouille a d’abord rencontré, sur près d’un mètre d’épaisseur, les lits successifs des remblais de construction de BAT24, sans apporter de précision supplémentaire sur sa date dans le ive siècle av. J.‑C. Mais au niveau du sol le plus récent de BAT25, le dallage partiellement conservé à la cote 5,45 dans l’angle sud‑est de la pièce (sondage 9 : BCH 138, 2014, p. 647) avait été entièrement démonté : il n’y a pas en tout cas de trace d’eschara. Cette absence relance la question de la fonction de BAT25.

6La fouille a été poursuivie sous le niveau de ce sol, rencontrant plusieurs remblais successifs, selon une séquence décrite dès le sondage de 1971 (BCH 96, 1972, p. 938‑941 et fig. 35), jusqu’à la cote 4,97. La datation du dallage, le dernier sol de BAT25, et de ses éventuels sols plus anciens, dans une séquence couvrant le vie siècle et le début du ve s. av. J.‑C. sera précisée ultérieurement par l’étude des trouvailles mobilières. Parmi celles‑ci peut être signalé un curieux vase 21.116.004, presque intact : son profil tronconique s’élargit vers le bas (h. 18 cm, ø de 21 à 25 cm) et son fond plat est percé d’un large trou rond (diam. 5 cm) (fig. 2). À signaler aussi, dans ces remblais les plus profonds, la présence significative de battitures, révélatrices de la proximité d’une activité de forge.

Fig. 2. Sondage 19 dans PCE21, le vase 21.116.004 à l’envers in situ, l’USI 21.117.

Fig. 2. Sondage 19 dans PCE21, le vase 21.116.004 à l’envers in situ, l’USI 21.117.

Cl. EFA/M. Bastide.

2.2. La RUE1 et les bâtiments qui la jouxtent à l’ouest

  • 3 Grandjean, Salviat 2012, p. 127 fig. 64 et p. 156 fig. 88.

7Le sondage 20 a été implanté dans la pièce PCE13 de DOM5, chevauchant l’extrémité ouest du sondage 5 de 2008-2012, de façon à retrouver l’angle entre la bordure ouest de la RUE1 et la bordure sud d’une rue perpendiculaire hypothétique, en face de l’angle entre ces rues du côté est, à l’extrémité est du sondage 5 (BCH 138, 2014, p. 621) (fig. 3). On a bien mis au jour, dans l’alignement des MUR31 et MUR18 respectivement au sud et au nord de PCE13, le MUR387 qui bordait la RUE1 dans l’emprise de PCE13 avant l’empiétement du triklinos de DOM5 sur cette rue. En revanche, son retour vers l’ouest MUR388 n’est pas aligné avec le MUR245 à l’est : il se trouve un peu plus au nord, où il est partiellement recouvert par la fondation du MUR21 du triklinos. Si une rue ouest‑est bordant les édifices BAT24 et BAT25 a donc bien existé à cet endroit, son tracé n’était pas parfaitement rectiligne, avec un léger décrochement à hauteur du carrefour avec la RUE1 : les quartiers de la Porte du Silène et de la Porte d’Hermès donnent certes des exemples de tels carrefours irréguliers3, mais la présence de cette rue toujours attendue demandera un autre sondage de vérification.

Fig. 3. Sondage 20 dans PCE13. Vestiges de la période 5.

Fig. 3. Sondage 20 dans PCE13. Vestiges de la période 5.

Cl. EFA/M. Bastide.

8Les murs mis au jour dans le sondage 20 délimitent l’ESP82 d’une construction ancienne en bordure sud de RUE1 : peut‑être peut‑on rattacher à celle‑ci le MUR237, mis au jour un peu plus au sud, sous le sol de la PCE37 de DOM5 (BCH 138, 2014, p. 633). De part et d’autre du MUR387, les remblais de sables et graviers, antérieurs à la pose de l’EGU1, n’ont pu être fouillés que sur une faible profondeur : ils ont livré des tessons du vie et du début du ve siècle av. J.‑C., ce qui assure l’appartenance de ESP82 et de cet état de la RUE1 à la période 5.

9En 1980, la fouille des remblais de part et d’autre de l’égout dallé EGU1 de la RUE1 avait suggéré son installation dès la période 5 (BCH 105, 1981, p. 948), dans une rue alors un peu plus étroite, bordée sur son côté est par le  MUR372, dont une partie en appareil polygonal à joints courbes avait été mise au jour en 1980 (BCH 105, 1981, p. 955, mur T), sous le MUR48 (voir aussi fig. 6). En fait, l’égout paraît relever d’une phase de construction plus récente, au début de la période 4. Il a subi ensuite plusieurs remaniements.

10En particulier, dans le segment de la RUE1 fouillé cette année, EGU1 a reçu sur son côté ouest un petit affluent CAN362 (voir BAEFE 2022, § 2.2), canalisation de construction soignée qui évacuait les eaux usées d’une construction relevant de la période 4 ; dans un léger rétrécissement du canal était coincé un plat à poisson du ive siècle av. J.‑C. (fig. 4 et 6). En revanche, le mur périmétrique de cette maison a disparu lors du décaissement qui a précédé la construction du MUR31 de DOM5 : CAN362 a été alors coupée.

11D’autre part, les coupes 2 et 3 transversales à RUE1 relevées cette année confirment les informations de la coupe 1 de 1980 (BCH 105, 1981, p. 948 et fig. 39) : la stratigraphie révèle plusieurs réfections du dallage de couverture durant la longue période 4.

Fig. 4. RUE1. L’affluent CAN362 à sa jonction avec EGU1.

Fig. 4. RUE1. L’affluent CAN362 à sa jonction avec EGU1.

Cl. EFA/E. Bia.

3. Période 3 : DOM5

3.1. Le cul‑de‑sac ESP12 de RUE1, en rapport avec DOM5

12Cette année, la fouille des couches 4 et 5 (BCH 105, 1981, p. 949 fig. 39) qui recouvraient encore le dallage de EGU1 dans le segment de RUE1 au sud de l’abside de PCE13 (fig. 5 et 6) a livré des données inattendues en relation avec la première installation de DOM5 (P3P4).

Fig. 5. RUE1. Coupe 2.

Fig. 5. RUE1. Coupe 2.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 6. RUE1 / ESP12 : situation des vestiges de l’atelier ATL81 et autres structures.

Fig. 6. RUE1 / ESP12 : situation des vestiges de l’atelier ATL81 et autres structures.

Cl. EFA/E. Bia.

13En bordure ouest de RUE1, on peut mettre en relation avec la construction du MUR31 une étroite et mince couche de mortier lissée recouvrant de la petite pierraille, STU380, le long de l’extrémité nord du mur (voir BAEFE 2022, § 2.2) : simple épandage d’un surplus de matériaux, ou dispositif destiné à protéger le bas du mur de l’humidité ? Surtout, cette construction du premier état de DOM5 avec un triklinos rectangulaire PCE65 qui empiétait largement sur RUE1 faisait de celle‑ci une quasi impasse. Dans ce cul‑de‑sac ESP12 s’est installé un atelier de forge ATL81 : les scories incrustées sur le dallage de l’égout EGU1 ont permis de localiser avec précision au moins quatre petits foyers, sommairement installés entre l’extrémité des dalles de couverture (du sud au nord : FOC397, FOC377, FOC394) et pour l’un d’entre eux, FOC385, par‑dessus l’ancien affluent CAN362 comblé et désaffecté : contre ce dernier foyer, un fragment de tambour de colonne lisse (21.215.001) dont les incrustations métalliques montrent qu’il a servi d’enclume. Cette activité métallurgique est confirmée par d’autres indices mobiliers (pierres avec traces scoriacées provenant de parois de fosses, culots de forge, nombreuses battitures provenant du martelage d’objets en fer mais aussi en bronze). Les trouvailles monétaires dans la couche 5, qui recouvre ATL81, le datent de la fin du ive siècle apr. J.‑C. : il pourrait donc être mis en relation avec la construction du premier état de DOM5. Quoi qu’il en soit, l’activité de la forge n’a été que temporaire, et suivie de l’arasement quasi intégral des installations, avant que RUE1/ESP12 ne soit recouvert par la sédimentation de sol (couche 5) qui correspond à l’utilisation des deux premiers états de DOM5 (P3P4 et P3P3).

14Enfin, la phase d’agrandissement et d’embellissement du troisième état de DOM5 (P3P2), avec en particulier le triklinos PCE13 dont l’abside MUR26 déborde cette fois bien au‑delà de la RUE1, se lit dans la couche 4 (fig. 5). Il s’agit d’un remblai de terre brune très compacte, qui a été posé dans l’impasse ESP12/RUE1 et autour de l’abside : il vient jusque contre les murs. Dans ce remblai, parallèlement au mur sud de l’abside MUR26 et perpendiculairement à l’EGU1 a été installée la construction STU396 (fig. 6), dont la fonction échappe encore : elle a toute l’apparence d’une canalisation qui aurait pu rejoindre EGU1, mais ne se prolonge pas au‑delà du MUR48, coupé pour rétablir un passage autour de l’abside.

15Quant aux couches plus récentes de ESP12/RUE1, les couches 3, 2 et 1 de la coupe de 1980 (BCH 105, 1981, p. 949 fig. 39), les reliquats qui en subsistaient hors de l’emprise du mur de terrasse récent MUR17 ont été fouillés en 2004 (BCH 128‑129, 2004‑2005, p. 747).

3.2. La cour péristyle de DOM5

16L’exploration de la nouvelle parcelle TER12 est loin d’être achevée : le bas de la couche de destruction et les niveaux de la dernière occupation (P3P1) masquent encore une grande partie des vestiges monumentaux (P3P2). Cette opération n’en a pas moins déjà donné un accès, certes partiel, à l’espace central de DOM5, où l’on attendait une cour péristyle : cette hypothèse formulée depuis le début du programme Thanar (BCH 128‑129, 2004‑2005, p. 739) a été pleinement vérifiée (fig. 7 et 8). De cette cour péristyle, on connaît désormais le portique oriental, qui comportait aux angles de solides piliers maçonnés, PIL365 au sud, de plan en équerre, avec la trace d’une arase de briques au lit supérieur, PIL371 au nord, de plan en T. Entre ces piliers se dressaient quatre colonnes à fût lisse, de ca 0,50 m de diamètre (COL389 à COL392) : plusieurs indices suggèrent qu’elles étaient monolithes. Du portique nord, un tambour cannelé de la colonne la plus orientale est resté en place juste à la limite de la fouille. Les portiques périphériques sont de profondeurs inégales : 4,45 m pour le portique nord ESP58, contre ca 3,50 m pour le portique est ESP23, et moins de 3 m pour le portique sud ESP76. Certains entrecolonnements sont fermés par des murs, les uns soigneusement maçonnés (MUR373 contre la branche est‑ouest de PIL365, mur dont l’extrémité ouest incurvée conserve la trace d’une colonne disparue ; MUR384, MUR378 et MUR216 contre chacune des branches de PIL371), les autres de facture très hâtive (MUR393, de PIL365 à COL391) : ces ajouts révèlent des transformations, qui ne pourront cependant être analysées qu’après la campagne 2022, lorsqu’auront été explorés les niveaux de la dernière occupation, de ± 575 à 620 (P3P1S2 et S3), jusqu’aux sols des portiques et de la cour centrale ESP77. On pourra alors établir un phasage de la cour péristyle en relation avec les états successifs déjà connus de DOM5 (P3P2, P3P3 et P3P4).

Fig. 7. DOM5, cour péristyle en fin de fouille.

Fig. 7. DOM5, cour péristyle en fin de fouille.

Cl. drone EFA/T. Kozelj.

Fig. 8. DOM5, cour péristyle, plan, état à la fin de campagne 2021.

Fig. 8. DOM5, cour péristyle, plan, état à la fin de campagne 2021.

Relevé EFA/T. Kozelj, M. Wurch-Kozelj.

17Il apparaît d’ores et déjà que dans le dernier état monumental projeté (P3P2), les portiques nord ESP58 et est ESP23 communiquaient par une porte dans le MUR216, qui a, peut‑être, remplacé une colonne dans un état précédent. Rappelons cependant que si le pavement de mosaïque à la cote 6,40 du portique nord ESP58 est déjà partiellement connu (BCH 136‑137, 2012‑2013, p. 548‑549), celui de ESP23 a subi au moment des travaux d’agrandissement du triklinos PCE13 un profond décaissement qui l’a rabaissé de la cote ± 7,20 m à ± 6,60 (P3P2S3 ; BCH 138, 2014, p. 626). Des traces de ce chantier ont d’ailleurs été retrouvées en PCE13, dans les niveaux supérieurs du sondage 20 : des sols de travail recouvrent un trou de poteau TRO386 et sont eux‑mêmes percutés par un grand trou rond FOS379 entouré d’une série de cinq trous de poteaux (TRO375, TRO376, TRO381, TRO382, TRO383) qui s’ajoutent aux trois déjà reconnus auparavant dans l’emprise du sondage (fig. 9) : on retrouve là les phases du chantier (P3P2S2‑S1) analysées naguère (BCH 138, 2014, p. 626‑632).

Fig. 9. Sondage 20 dans PCE13 : le creusement FOS379 entouré de trous de poteaux.

Fig. 9. Sondage 20 dans PCE13 : le creusement FOS379 entouré de trous de poteaux.

Cl. EFA/M. Bastide.

18Les chantiers d’embellissement de DOM5 sont brutalement interrompus autour de 575 apr. J.‑C. La demeure a alors été dépouillée de tous ses matériaux récupérables (marbres de dallage et de placage) et a été réoccupée de façon précaire, tous ses espaces étant réaffectés à de nouveaux usages au prix de différents aménagements (P3P1S4‑S2). Le plus spectaculaire est, dans le portique ESP23, le four domestique STU197, dont la plus grande partie avait été mise au jour en 2008 : les couches de suies accumulées devant le four avaient permis de distinguer deux phases d’utilisation (BCH 134, 2010, p. 524‑527). Si l’extension vers l’ouest de ces couches de suies n’a pas encore été fouillée cette année, les deux phases de fonctionnement du four sont confirmées par le dégagement de la partie supérieure du côté ouest de sa coupole : on y distingue clairement une réparation, la partie reconstruite avec une terre plus brune sur un socle de pierres mal appareillées en forte saillie (fig. 10). Cette réparation est sans doute liée à la couche de terre observée en 2008 entre les deux couches de suie.

Fig. 10. DOM5, ESP23 : le four STU197, avec la réparation de son côté ouest.

Fig. 10. DOM5, ESP23 : le four STU197, avec la réparation de son côté ouest.

Cl. EFA/A. Muller.

19On a fouillé cette année la plus grande partie de l’épaisse couche de destruction de la cour péristyle (US 21.009 et 21.014), constituée exclusivement de mortier désagrégé, de blocs, pierres et briques (fig. 11). La quasi-totalité de ces éléments sont manifestement tombés en direction de l’ouest : leur position de chute, en particulier celle de la partie inférieure des colonnes, toutes inclinées de la même façon, apporte une confirmation supplémentaire de la cause de cette destruction, un violent séisme, daté de 619‑620 (P3P1S1 ; BCH 138, 2014, p. 637‑639), date confirmée cette année encore par un sarandanoummion de Phocas frappé en 609 (21.009.043). La plupart des blocs et pierres sont des marbres remployés : on a enregistré cette année environ 90 éléments présentant un intérêt et regroupés sur le pierrier du terrain Kokkinos, en contrehaut de DOM5. Parmi ceux‑ci, il faut signaler un chapiteau d’angle rentrant d’ordre ionique (21.009.038 ; fig. 12), et une console décorée de rosaces et palmes (21.014.007 ; fig. 13), qui appartient à une série déjà représentée par une demi-douzaine d’exemplaires. Dans l’angle sud‑est de la cour centrale ESP77, la fouille est interrompue sur de nombreux grands blocs fragmentés.

Fig. 11. DOM5, cour péristyle : la couche de destruction 21.009 en cours de fouille.

Fig. 11. DOM5, cour péristyle : la couche de destruction 21.009 en cours de fouille.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 12. Chapiteau ionique d’angle rentrant 21.009.038.

Fig. 12. Chapiteau ionique d’angle rentrant 21.009.038.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 13. Console à rosace et rameaux 21.014.007 dans la couche de destruction.

Fig. 13. Console à rosace et rameaux 21.014.007 dans la couche de destruction.

Cl. EFA/A. Muller.

3.3. Les espaces au N de l’aile N de DOM5

20Au nord de l’aile nord, on a dégagé, par des moyens mécaniques, le haut du parement nord du MUR52 sur toute sa longueur, afin d’en permettre la consolidation. Les couches rencontrées sont, de la plus ancienne à la plus récente, le haut de la couche de destruction de DOM5 (P3P1S1), le remblai de terre apporté à la fin du xixe s. apr. J.‑C. après le nivellement du terrain TER1 (P1P3), enfin le remblai du sondage de 1971 (P1P1).

21Cette opération a révélé l’extrémité sud de plusieurs murs perpendiculaires à MUR52 et donc l’organisation des espaces au nord de DOM5 (fig. 14). Trois de ces murs, soigneusement maçonnés, étaient déjà connus, de l’ouest vers l’est : le MUR209, dont la liaison avec MUR52 devra être vérifiée (BCH 138, 2014, p. 620), et les murs MUR102 (fig. 15) et MUR97, ce dernier avec une arase de quatre assises de briques (fig. 16), tous deux appuyés contre MUR52 (BCH 96, 1972, p. 937 fig. 32 et p. 943). Ces trois murs relèvent du dernier état monumental de DOM5 (P3P2). En revanche, plus vers le nord, deux murs de facture médiocre et simplement liés avec de la terre, MUR370 et MUR368, correspondent à d’ultimes transformations durant la dernière phase d’occupation (P3P1) ; c’est à cette ultime phase qu’il faut aussi attribuer le dernier état de MUR52, reconstruit à hauteur de PCE55, PCE39 et PCE38 avec de la terre pour seul liant.

22Les espaces ainsi reconnus pourraient être des dépendances de DOM5.

Fig. 14. Murs et espaces au nord de l’aile nord de DOM5.

Fig. 14. Murs et espaces au nord de l’aile nord de DOM5.

Cl. drone EFA/T. Kozelj.

Fig. 15. Tête du MUR102 apparente dans la perturbation récente FOS399 qui a percuté MUR52.

Fig. 15. Tête du MUR102 apparente dans la perturbation récente FOS399 qui a percuté MUR52.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 16. MUR102, parement ouest ; à droite, MUR52.

Fig. 16. MUR102, parement ouest ; à droite, MUR52.

Cl. EFA/A. Muller.

4. Périodes 2 et 1 : après DOM5, de 620 apr. J.‑C. au début du xxie siècle

23La période 2 n’a en général laissé sur le site de Thanar que de très rares vestiges. Il faut imaginer les dernières pentes de l’acropole comme un vaste paysage de ruines à l’abandon, TER10. La fouille de cette année n’a pas révélé de nouvelle tranchée de récupération médiévale ni aucune autre trace.

24En revanche, la période 1 a laissé en TER12 des traces bien reconnaissables, parfaitement conformes à la description donnée naguère (BCH 128‑129, 2004‑2005, fig. 1 p. 735 et p. 749). L’aménagement du paysage agraire à la fin du xixe siècle apr. J.‑C. (P1P3) avec un mur MUR17 séparant une terrasse haute (TER2) et une terrasse basse (TER1 dont TER12 est une parcelle) s’est accompagné d’un nivellement NIV211 : ce décaissement a fait disparaître les éventuels vestiges de la période 2. Surtout, il a arasé les piliers PIL365 et PIL371 pratiquement à la même cote que les autres murs de DOM5 sous la terrasse basse (7,30 à 7,40) et s’est accompagné de prélèvements de blocs dans la couche de destruction 21.009, avec deux creusements en profondeur : – vers le sud, FOS374 qui a affecté MUR373 et a fait disparaître la colonne la plus orientale du portique sud ; – vers le nord, FOS395 qui a affecté MUR378 et n’a laissé en place qu’un tambour de la colonne la plus orientale du portique nord. C’est sans doute à ce moment qu’ont disparu les plus grands fragments des colonnes du portique oriental. A ensuite été posée une puissante couche de terre cultivable (US 21.002 + 003, épaisse de 0,60 à 0,70 m).

25Pendant l’exploitation agricole et l’utilisation de TER1-TER12 comme jardin attenant à MAI10 (P1P2) a été creusée une petite fosse à chaux FOS366, liée comme toutes celles déjà reconnues aux alentours à des réfections de la maison voisine MAI10. Enfin la phase la plus récente (P1P1) est également représentée dans la stratification : la couche de pierraille 21.008, sur la bordure nord‑est de TER12, est la fondation du MUR19, construit dans les années 1980 pour délimiter un espace grossièrement triangulaire au fond du jardin attenant à MAI10 : il prenait appui à son extrémité nord sur le mur de terrasse MUR17 et à son extrémité sud sur le mur périmétrique de la fouille Valma, le MUR110 (BCH 128‑129, 2004-2005, p. 735 fig. 1 et p. 742 fig. 3). Ce mur a été démonté en 2004 lors des travaux de terrassement au début du programme Thanar.

5. Travaux de consolidation et protection

5.1. Poursuite de la consolidation, dans moitié N de DOM5

26Les travaux de consolidation des maçonneries de DOM5 ont commencé en 2019 (BAEFE 2022, § 3). La 2e tranche des travaux, suivie par Manuela Wurch-Kozelj, s’est concentrée cette année sur la moitié nord de la demeure : elle a réutilisé directement une grande partie des pierres et blocs recueillis dans la couche de destruction de la cour péristyle et au nord de MUR52 (fig. 17). Les matériaux ont été sélectionnés pour rester au plus près de l’appareil des parties conservées de chacun des murs. Au‑delà de la protection de la crête des murs par une surélévation générale (fig. 18‑19), il faut signaler la reconstruction d’une arase de cinq assises de briques dans MUR18, le mur périmétrique au nord‑est de DOM5, arase dont ne restait en place qu’un tout petit témoin (fig. 20), et le comblement d’une importante lacune due à une perturbation récente (FOS399 : voir fig. 14‑15) dans MUR52, le mur nord de la demeure, à hauteur de PCE21 (fig. 21). Enfin, une équipe de restaurateurs est intervenue pour consolider, dans PCE21, les enduits en place sur MUR208 et MUR53 (fig. 19), et le mortier du support de placage sur MUR52 (fig. 21), ainsi que le couronnement mouluré en marbre des orthostates de MUR53 en façade de PCE20‑PCE55.

Fig. 17. Les maçons au travail : consolidation du refend MUR196 entre PCE55 et PCE20.

Fig. 17. Les maçons au travail : consolidation du refend MUR196 entre PCE55 et PCE20.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 18. DOM5, partie nord de l’aile est : façades consolidées de PCE16-PCE17-PCE18.

Fig. 18. DOM5, partie nord de l’aile est : façades consolidées de PCE16-PCE17-PCE18.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 19. PCE21, MUR208 consolidé, avec ses enduits.

Fig. 19. PCE21, MUR208 consolidé, avec ses enduits.

Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.

Fig. 20. Le MUR18 avec l’arase de briques reconstruite.

Fig. 20. Le MUR18 avec l’arase de briques reconstruite.

Cl. EFA/A. Muller.

Fig. 21. PCE21, le MUR52 avec la lacune comblée et le mortier du placage consolidé.

Fig. 21. PCE21, le MUR52 avec la lacune comblée et le mortier du placage consolidé.

Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.

27En revanche, le temps a manqué pour consolider la partie de MUR52 à hauteur des pièces PCE55, PCE39 et PCE38, c’est‑à‑dire le segment dont les pierres sont simplement liées avec de la terre. Rappelons qu’il reste à traiter, dans l’ensemble thermal et l’aile sud, les murs les plus proches de la maison moderne MAI10, et qu’il faudra prévoir en 2022 au minimum une consolidation de la partie restée in situ, mais fracturée en plusieurs fragments, des colonnes du péristyle.

5.2. Protections

28Après la consolidation des murs de PCE20, l’abri qui protégeait le pavement en opus signinum de galets a été refait à neuf sur le modèle de l’abri qui protège PCE13, avec une charpente métallique plus légère et plus haute, recouverte de tôles ondulées (fig. 22).

Fig. 22. Le nouvel abri au‑dessus de PCE20.

Fig. 22. Le nouvel abri au‑dessus de PCE20.

Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.

6. Études

29Sur le terrain, Manuela Wurch-Kozelj a poursuivi l’enregistrement du bon millier de blocs (fouilles Valma-Abords Nord-Est de l’agora et Thanar) stockés sur palettes dans la partie haute du terrain Kokkinos TER2 ; elle a pu procéder à plusieurs regroupements.

30Au musée, de mai à octobre, Elli Bia a poursuivi l’étude des céramiques culinaires recueillies dans DOM5 depuis 1979.

Haut de page

Bibliographie

Grandjean, Salviat 2012
Y. Grandjean, F. Salviat, Οδηγός της Θάσου, Athènes, EFA, Sitmon 3, 2012.

Haut de page

Notes

1 Sont supposés connus les acquis antérieurs des programmes Valma-Abords Nord-Est de l’agora (1979-2000) et Thanar (2002-2019). Dans le texte il est renvoyé systématiquement aux rapports précédents publiés dans le BCH et le BAEFE.

2 Le système d’enregistrement ArchéoData (voir BCH 128‑129 [2004-2005], p. 736 n. 6, et BCH 132 [2008], p. 715 n. 2) comporte une mise en forme de la périodisation sous forme de « PPSE » (Période / Phase / Séquence / Événement) : ce regroupement chronologique des US à différents niveaux, est parallèle à leur regroupement fonctionnel dans les différents niveaux d’entités architecturales et spatiales. Le tableau ci‑dessous, affiné en août 2018, ne donne que les deux premiers niveaux de regroupement (Période / Phase) et ne descend au troisième niveau, celui de la Séquence, que pour la période 3. On trouvera dans le BAEFE 2022, § 2.1, cette période 3 détaillée jusqu’au niveau de l’Événement.

3 Grandjean, Salviat 2012, p. 127 fig. 64 et p. 156 fig. 88.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Programme 2021-2022, implantation des travaux 2021.
Crédits Orthophoto EFA/T. Nicq, Halma UMR 8164.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 2. Sondage 19 dans PCE21, le vase 21.116.004 à l’envers in situ, l’USI 21.117.
Crédits Cl. EFA/M. Bastide.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 3. Sondage 20 dans PCE13. Vestiges de la période 5.
Crédits Cl. EFA/M. Bastide.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 4. RUE1. L’affluent CAN362 à sa jonction avec EGU1.
Crédits Cl. EFA/E. Bia.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 5. RUE1. Coupe 2.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 6. RUE1 / ESP12 : situation des vestiges de l’atelier ATL81 et autres structures.
Crédits Cl. EFA/E. Bia.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 7. DOM5, cour péristyle en fin de fouille.
Crédits Cl. drone EFA/T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 8. DOM5, cour péristyle, plan, état à la fin de campagne 2021.
Crédits Relevé EFA/T. Kozelj, M. Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 9. Sondage 20 dans PCE13 : le creusement FOS379 entouré de trous de poteaux.
Crédits Cl. EFA/M. Bastide.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 10. DOM5, ESP23 : le four STU197, avec la réparation de son côté ouest.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 11. DOM5, cour péristyle : la couche de destruction 21.009 en cours de fouille.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 12. Chapiteau ionique d’angle rentrant 21.009.038.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Fig. 13. Console à rosace et rameaux 21.014.007 dans la couche de destruction.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 14. Murs et espaces au nord de l’aile nord de DOM5.
Crédits Cl. drone EFA/T. Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 15. Tête du MUR102 apparente dans la perturbation récente FOS399 qui a percuté MUR52.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Fig. 16. MUR102, parement ouest ; à droite, MUR52.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 17. Les maçons au travail : consolidation du refend MUR196 entre PCE55 et PCE20.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 18. DOM5, partie nord de l’aile est : façades consolidées de PCE16-PCE17-PCE18.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 19. PCE21, MUR208 consolidé, avec ses enduits.
Crédits Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 20. Le MUR18 avec l’arase de briques reconstruite.
Crédits Cl. EFA/A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 21. PCE21, le MUR52 avec la lacune comblée et le mortier du placage consolidé.
Crédits Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 22. Le nouvel abri au‑dessus de PCE20.
Crédits Cl. EFA/M. Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7012/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stavroula Dadaki, Arthur Muller, Christine Aubry, Maguelone Bastide, Elli Bia, Alexandre Bertaud, Tony Kozelj, Platon Pétridis, Georgios Sanidas et Manuela Wurch-Kozelj, « Thasos. Les abords Nord de l’Artémision (Thanar) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 24 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/7012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.7012

Haut de page

Auteurs

Stavroula Dadaki

Éphorie des Antiquités de Kavala

Articles du même auteur

Arthur Muller

Université de Lille

Articles du même auteur

Christine Aubry

RHiS UMR 8529

Articles du même auteur

Maguelone Bastide

École française d’Athènes

Elli Bia

Université de Bordeaux-Montaigne

Articles du même auteur

Alexandre Bertaud

Université de Bordeaux-Montaigne

Articles du même auteur

Tony Kozelj

École française d’Athènes

Articles du même auteur

Platon Pétridis

Université nationale et capodistrienne d’Athènes

Articles du même auteur

Georgios Sanidas

Université de Lille

Articles du même auteur

Manuela Wurch-Kozelj

École française d’Athènes

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d’opération

Stavroula Dadaki

Éphorie des Antiquités de Kavala

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Arthur Muller

Université de Lille

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search