Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2023Le Delta et les marges septentrio...Bouto – Tell el-Fara’in (2022)

2023
Le Delta et les marges septentrionales

Bouto – Tell el-Fara’in (2022)

Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
Responsables d’opération : Pascale Ballet et Loïc Mazou
Notice rédigée avec Mennat-Allah El Dorry, Patrice Georges-Zimmermann, Nicolas Morand, Mikaël Pesenti et Rabea Reimann

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2022 (11 mai – 16 juin et 17 octobre – 1er novembre)

Autorité nationale présente : Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) représenté par Hany Ali Shaban et Dr Hossam Ghonim

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17112 – Bouto/Tell el-Fara’in. Vivre, produire et mourir à Bouto.

Composition de l’équipe de terrain : Pascale Ballet (archéologue, université de Paris Nanterre/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, directrice de la mission) ; Loïc Mazou (archéologue, université de Poitiers, UR 15071 HeRMA/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, co-directeur de la mission) ; Walid Abd el-Barry (céramologue, inspectorat de Damanhour/université d’Alexandrie) ; Louise Berginc (historienne de l’art et archéologue, doctorante, université Paris Nanterre-Sorbonne Université /UMR 7041 ArScAn-ESPRI) ; Mennat-Allah El Dorry (archéobotaniste, ministère du Tourisme et des Antiquités) ; Gonca Candarkeş-Şenol (archéologue, université d’Égée, Izmir) ; Armance Dupont-Delaleuf (archéologue, UMR 7041 ArScAn-Archéologie de l’Asie centrale) ; Thomas Faucher (numismate, UAR 3134 CEAlex) ; Eleni Fragaki (archéologue et historienne de l’art, université de Leyde/UAR 3134 CEAlex/UMR 7041 ArScAn) ; Laura Fuentes-Vélèz (archéologue et documentaliste, doctorante, université de Turin/université de Poitiers) ; Patrice Georges-Zimmermann (archéologue et anthropologue, Inrap/UMR 5608 TRACES) ; Florian Jedrusiak (archéologue et archéobotaniste, université de Paris Nanterre/UMR 7041 ArScAn-GAMA) ; Guy Lecuyot (architecte et archéologue, CNRS-ENS, UMR 8546 AOrOc, émérite) ; Ihab Mohamed Ibrahim (photographe, Ifao) ; Nicolas Morand (archéozoologue, Fondation Fyssen/Institut royal des Sciences naturelles de Belgique) ; Marie-Dominique Nenna (archéologue, UMR 5189 HiSoMA) ; Gaël Pollin (photographe, Ifao) ; Mikaël Pesenti (archéologue indépendant) ; Rabea Reimann (céramologue, université de Cologne/université de Paris Nanterre) ; Ahmet Kaan Şenol (archéologue, université d’Égée, Izmir) ; Aude Simony (archéologue, UAR 3134 CEAlex) ; Florian Téreygeol (archéométallurgiste, CNRS, UMR 5060 IRAMAT-LMC Saclay) ; Khaled Zaza (dessinateur, indépendant).

Partenariats institutionnels :
• Pilotage/direction du projet
Université de Paris Nanterre, UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité ArScAn (ESPRI-LIMC) avec l’intervention d’un archéologue de l’équipe GAMA (Gaule) et une céramologue de l’équipe Archéologie de l’Asie centrale ; université de Poitiers, UR 15071 HeRMA.
Partenariat avec l’Institut archéologique allemand (DAIK, Le Caire), qui possède la concession. Les études sur l’analyse spatiale et le paléoenvironnement sont menées de manière concertée. Nous mutualisons et coordonnons les opérations de géophysique, l’étude des monnaies et du verre, ainsi que, plus récemment, les domaines anthropologique et archéozoologique. Le programme porté par Clara Jeuthe, succédant à Ulrich Hartung à la direction de la mission du DAIK, a récemment souligné les principaux ressorts de la collaboration entre la mission allemande et la mission française, par un renforcement de la coopération sur le terrain et dans les publications. Une convention vient d’être signée entre l’UMR 7041, le DAIK et l’Ifao.
Coopération avec le ministère du Tourisme et des Antiquités, inspectorat de Kafr el-Sheikh, site n° 17112 au titre des fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire) pour le quinquennal de l’Ifao (2022-2026) : le site de Bouto fait partie intégrante des programmes de l’Ifao et participe à la construction de thématiques communes à plusieurs dossiers archéologiques du Delta. Un important appui en restauration, photographie et topographie est assuré par l’Ifao. Avec le pôle de céramologie et l’UMR 7041 ArScAn (projet collectif « Argiles »), signalons un nouvel axe à développer sur la chaîne opératoire, les techniques de façonnage et le recours à l’ethnologie.

• Autres partenariats
Centre d’études alexandrines (UAR 3134), notamment pour l’exploitation des données de l’ANR « Ceramegypt » ; université de Cologne pour les études céramiques (thèse en cours par R. Reimann, cotutelle Cologne/Paris Nanterre), notamment pour l’exploitation des données de l’ANR « Ceramegypt » ; université d’Égée (Izmir, Turquie) pour les études amphorologiques ; CNRS, UMR 5060 Institut de recherche sur les archéomatériaux IRAMAT et CEA/CNRS, UMR 3685 Nanosciences et innovation pour les matériaux, la biomédecine et l’énergie NIMBE ; Inrap/UMR 5608 Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés TRACES, concernant le programme sur les espaces funéraires et l’anthropologie de la mort ; Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique. Sociétés, pratiques et environnements/Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, concernant les études archéozoologiques.

Organismes financeurs :
Université de Paris Nanterre, UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité ArScAn (ESPRI-LIMC) ; ministère de l’Europe et des Affaires étrangères MEAE ; Institut français d’archéologie orientale (Le Caire) ; université de Poitiers, UR 15071 HeRMA ; Institut archéologique allemand (DAIK, Le Caire) ; Inrap/UMR 5608 TRACES.

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​archeologie/​bouto/​

Introduction

1Centré sur l’époque romaine, le programme archéologique de la mission française « Vivre, produire et mourir à Bouto à l’époque romaine : les habitats, les ateliers et la nécropole » a pour objectif d’étudier l’occupation de Bouto à l’époque impériale, suivant trois composantes majeures de la vie urbaine – l’habitat, les activités de production et la nécropole – appréhendées à la lumière des relations interrégionales et méditerranéennes.

  • 1  Une convention vient d’être signée entre le Deutsches Archäologisches Institut, l’université de Pa (...)

2La mission française intervient sur le site en coopération avec le Deutsches Archäologisches Institut (Le Caire)1, détenteur d’une partie de la concession du site, et le ministère du Tourisme et des Antiquités égyptiennes (inspectorat de Kafr el-Sheikh). Elle fait partie des programmes de l’Institut français d’archéologie orientale (no 17112) et, à ce titre, bénéficie de son appui, ainsi que de ceux du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, de l’université de Paris Nanterre (UMR 7041 ArScAn-ESPRI), de l’université de Poitiers (UR 15071 HeRMA) et du Centre d’études alexandrines (UAR 3134).

3Nous remercions le ministère du Tourisme et des Antiquités égyptiennes (MoTA) représenté par Hagar Mohammed Wafaa Darag (inspectorat de Kafr el-Sheikh), Shaima Zabeer Mosa Mahmoud Aid (inspectorat de Kafr el‑Sheikh) et Mahmoud Ali Arab (responsable des magasins du DAI) sous la supervision de Hani Ali Shaban, directeur du site de Bouto/Tell el‑Fara’in. Nous avons bénéficié de l’appui efficace de Wael el‑Ghanam, directeur des magasins de Bouto, l’ensemble des opérations étant coordonné par Dr Hossam Ghonim, directeur général de l’inspectorat de Kafr el‑Sheikh. Les ouvriers ont été dirigés par le raïs Saber Mahmoud Hussein el‑Bendari, venant de Qouft.

4Dans une perspective diachronique, incluant les différentes périodes d’occupation de Bouto, de la préhistoire au début de l’époque islamique, en collaboration avec le Deutsches Archäologisches Institut, l’accent est mis sur plusieurs domaines qui concernent le territoire urbain et ses abords (approche spatiale au moyen de la prospection magnétique ; géomorphologie) et les ressources animales et végétales (archéozoologie et archéobotanique), afin de reconstituer le paléoenvironnement et l’écosystème du site.

5En 2022, nos travaux se sont concentrés sur la nécropole occidentale du site, secteur P22 (dir. Patrice Georges-Zimmermann) et la zone d’activités de potiers, P23 (dir. Loïc Mazou), avec la découverte spectaculaire d’une double fournée (plus de 1 000 pièces), assortis d’un intense travail d’investigation dans les magasins du DAIK afin de les vider à la demande du MoTA.

Fig. 1. Secteurs fouillés par la mission française de Bouto en 2022.

Fig. 1. Secteurs fouillés par la mission française de Bouto en 2022.

© Ifao. 17112_2022_NDMCN_001

1. La nécropole occidentale, secteur P22

Patrice Georges-Zimmermann, Pascale Ballet et Mikaël Pesenti

1.1. Les zones 22-2 et 22-3

  • 2 P.  Georges-Zimmermann a dirigé les travaux, avec trois ouvriers. P. Ballet et M. Pesenti ont étud (...)

6La mission concernant la zone de la nécropole a eu lieu du 11 au 24 mai 20222. Après la fouille de la zone P22-1 en 2021, qui a révélé une tombe construite collective, unique à ce jour, la fouille s’est concentrée sur deux autres zones : P22-3, plus au nord, et P22-2, entre les deux. Dans cette nécropole, située principalement à l’ouest du kôm A sur une surface de plus d’un hectare au regard des découvertes réalisées au cours de la prospection menée en 2019, la mission de cette année avait pour but de continuer à documenter à la fois la présence éventuelle de ce type de tombe singulière ailleurs dans la nécropole et la diversité des pratiques funéraires, en particulier la pratique de l’embaumement.

1.1.1. La zone P22-2

7La zone P22-2 est un rectangle de 20 × 10 m (200 m2) situé quelques dizaines de mètres au nord de la tombe collective construite, dans le prolongement présupposé de la voie. Elle est orientée est-ouest et s’incline régulièrement vers l’ouest et assez fortement vers le nord.

8À l’issue du nettoyage, la zone a révélé les vestiges d’un bâtiment au nord-est de la zone, matérialisé par un sol composé de briques et, à l’ouest, un mur de briques de terre crue. Ce dernier présente quelques similitudes avec le mode de construction de la tombe collective datée de l’époque romaine découverte en 2019 et fouillée l’an dernier dans la zone P22-1 (cf. supra).

9En dehors de quelques fosses, probablement les vestiges les plus récents, la surface semble révéler des niveaux (US 22300) d’occupation principalement de la période tardive, avec quelques poteries ptolémaïques et romaines.

10Sépulture SP15 : le sujet, dont l’âge a été estimé entre 6 et 30 mois, reposait dans une amphore (P22/22352.01) datée probablement du ier-début du iie siècle (type Amphore égyptienne 3-2, faciès B2), elle-même placée dans une fosse dont les dimensions sont les suivantes (L. × l. × prof.) : 0,90 × 0,56 × 0,13 m (fig. 2). Les éléments du col de l’amphore suggèrent l’installation d’un canal à libation à l’ouest de la tête et indiquent le niveau de circulation durant la période antique.

Fig. 2. Zone P22.2, sépulture SP15 (P. Georges-Zimmermann).

Fig. 2. Zone P22.2, sépulture SP15 (P. Georges-Zimmermann).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_001

11Si le squelette est mal conservé, nous avons pu néanmoins déterminer que cet enfant reposait sur le dos, les membres inférieurs en extension. L’observation du membre supérieur droit, le seul observable, indique qu’il était fléchi. Le fait que l’humérus ne reposait pas sur le fond de l’amphore, mais 3 cm en avant, pourrait être le signe d’un enveloppement du corps. Un cas de momification n’est de fait pas exclu.

1.1.2. La zone P22-3

12La zone P22-3, au cœur de la nécropole antique, se présente (pour l’instant) comme un rectangle de 10 × 10 m qui, au regard du mobilier retrouvé en surface, semble s’installer sur une zone d’occupation domestique et/ou artisanale de la Basse Époque. Cette surface de 100 m2 présente un fort pendage vers l’ouest qui, même s’il a pu être accentué par une action anthropique plus ou moins récente, rend compte de la topographie originelle de la nécropole. Quelques sarcophages apparaissaient à cause des phénomènes d’érosion naturelle.

  • 3 Du fait du format contraint de ce rapport, nous ne présenterons pas la description des tombes SP18 (...)

13Dans cette zone, nous avons fouillé cinq sépultures (SP16, SP17, SP18, SP19 et SP21)3 ; elles montrent une certaine variabilité des pratiques funéraires.

14Sépulture SP16 : une fosse subrectangulaire mesurant 0,86 m de long pour une largeur de 0,43 m et 0,04 m de profondeur conservée, accueillait à son extrémité ouest une brique cuite qui reposait sur le fond de la fosse. Elle mesurait 23 × 10,5 × 7 cm (L. × l. × H.) (fig. 3).

15Cette sépulture accueillait un sujet dont l’âge a été estimé entre 24 et 54 mois. Malgré l’état de conservation et de représentation du squelette en raison de l’acidité du sédiment, la disposition du bassin et des fémurs laisse croire que cette brique permettait d’y faire reposer la tête. Cet enfant était allongé sur le dos, les membres inférieurs en extension. La présence d’un contenant en matière périssable ou d’une architecture propre à la tombe se pose.

16Aucun élément, à l’exception d’un tesson datable peut-être de l’époque romaine, ne permet de préciser la chronologie de cette sépulture.

Fig. 3. Zone P22.3, sépulture SP16 (P. Georges-Zimmermann).

Fig. 3. Zone P22.3, sépulture SP16 (P. Georges-Zimmermann).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_002

17Sépulture SP17 : une fosse rectangulaire d’environ 2 m de long pour une largeur de 1,55 m et une profondeur conservée de 0,30 m est délimitée par des murs de briques de terre crue de 0,25 m de largeur moyenne (US 22406). Elle contient deux individus adultes, allongés sur le dos, la tête à l’est, les membres inférieurs en extension et les mains en position basse. L’un repose complètement dans deux jarres (0,92 m de long) placées ouverture contre ouverture (P22/22409.01), tandis que pour l’autre, seuls les pieds sont placés dans un tel contenant (P22/22408.01). Avec le premier ont été déposés une céramique au niveau de la tête (P22/22411.01), reposant sur la jarre englobant la moitié supérieure du corps, et deux unguentaria (P22/22412.01 et P22/22413.01) à ses pieds, en dehors du contenant. Ces vases à parfum, offrande spécifique du contexte funéraire, permettent de dater la tombe de la période ptolémaïque (fig. 4-5).

Fig. 4. Zone P22.3, sépulture SP17. Contenants et dépôts en céramique (P. Georges-Zimmermann).

Fig. 4. Zone P22.3, sépulture SP17. Contenants et dépôts en céramique (P. Georges-Zimmermann).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_003

Fig. 5. Zone P22.3, sépulture SP17. Premier sujet prélevé et contenant P22/22409.01 fouillé (P. Georges-Zimmermann).

Fig. 5. Zone P22.3, sépulture SP17. Premier sujet prélevé et contenant P22/22409.01 fouillé (P. Georges-Zimmermann).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_004

18Sépulture SP19 : cette sépulture ressemble par sa construction à la sépulture SP17. Il s’agit d’une fosse rectangulaire avec des murs de briques de terre crue. Ses dimensions sont proches, hormis peut-être pour la longueur : environ 2,50 m de long pour 1,58 m de large. Les murs ont une largeur moyenne de 0,25 m.

19Cette sépulture comprend deux adultes déposés tête-bêche dans un contenant céramique formé par deux jarres d’environ 0,80 m, disposées ouverture contre ouverture. L’un des corps est allongé sur le dos (tête à l’est), les membres inférieurs et supérieurs en extension ; les mains sont en position basse : position latérale par rapport à la cuisse homolatérale. L’autre, placé la tête à l’opposé, adoptant la même position, est allongé sur le côté.

20En dehors d’anomalies taphonomiques, la résine présente dans les crânes, les tissus de rembourrage au niveau des cavités abdominales et thoraciques, l’épaisseur d’ordre centimétrique des tissus recouverts de plâtre colorés, en particulier au niveau de la tête (couleurs rouge et bleu), sont des signes indubitables d’individus ayant fait l’objet d’un embaumement soigné.

21La céramique retrouvée dans le comblement (US 22428) du contenant en céramique est datée de la période ptolémaïque.

1.1.3. Synthèse conclusive

22Au moins deux phases d’utilisation de la nécropole ont été observées. Les sépultures les plus récentes (SP18 et SP21), qui ne présentent aucun indice construit, sont orientées sud-ouest/nord-est (individus avec la tête au sud-ouest). Hormis les relations stratigraphiques, aucun élément mobilier ne nous permet de proposer une datation, sauf dans le comblement de la sépulture SP17, datée au plus tard de la période romaine ; le creusement de la sépulture SP18 a entamé une sépulture plus ancienne, la tombe construite orientée est-ouest SP17, dont les offrandes sont datées de la période ptolémaïque.

23Les tombes construites de murs de briques de terre crue SP17, SP19 et SP20 sont inédites pour le site. Il s’agit non pas de chambres funéraires creusées et aménagées dans le sol, mais de monuments funéraires, tout ou en partie hors sol et par conséquent visibles de tous, d’après l’ensemble des données altimétriques, topographiques et stratigraphiques et la proximité des tombes, dont les parois sont contigües. Ces sépultures datant de la période ptolémaïque présentent une certaine homogénéité.

24Pour les sépultures SP17 et SP19, les défunts ont été placés simultanément dans la tombe, voire dans le contenant en céramique. La notion de sépulture collective et par conséquent l’ordre d’arrivée des individus ainsi que le maintien d’un espace vide de la tombe, et donc d’un dispositif permettant de l’ouvrir facilement, constituent des axes de recherche du plus grand intérêt.

25Ces sépultures construites nous permettent par ailleurs d’accumuler des données primordiales pour reconstituer la chaîne opératoire des pratiques funéraires, du traitement des corps à leur dépôt, en passant par l’élaboration de la tombe elle-même et la disposition des offrandes. Nous avons pu en fouiller deux qui, malgré des différences notables, ont livré pour chacune d’elles deux adultes et des contenants en céramique. Quoi qu’il en soit, ce type de contenant, composé de deux moitiés jointives mais non scellées, ne sert pas au transport du corps et ne peut donc pas être qualifié de cercueil, question qui mériterait d’être approfondie au regard de l’état des recherches (Cotelle-Michel 2004).

26Les deux corps déposés simultanément dans la tombe SP19 ont fait l’objet d’une momification de qualité. En témoigne notamment la résine trouvée dans le crâne. La présence de cristaux de sels dans la sépulture SP17 est-elle liée à la préparation du corps ? Quoi qu’il en soit, ces éléments doivent être mis en perspective avec les connaissances dont nous disposons sur l’embaumement en Égypte, y compris les données les plus récentes concernant les arguments archéothanatologiques. Quant aux offrandes placées sur ou autour du contenant céramique de la sépulture SP17, elles ne donnent qu’une idée minimale du viatique qui accompagnait les défunts.

27Si l’état de conservation des os est très mauvais, limitant de facto considérablement la portée des études paléobiologiques, un examen attentif permet néanmoins de mettre en lumière quelques pathologies. Cependant, dans la plupart des cas, l’identification individuelle des sujets peut se résumer à distinguer les individus immatures des individus adultes, sans toutefois, pour ces derniers, établir une diagnose sexuelle avec une fiabilité suffisante. En revanche, l’estimation de l’âge des individus immatures est plus aisée. Elle indique pour l’instant qu’il n’y avait pas de séparation entre les adultes et les enfants de bas âge. Une sépulture mal conservée a permis de documenter comment un enfant a fait l’objet d’une attention particulière, à une période non datée (période ptolémaïque selon l’orientation ?). Il a été déposé dans une fosse modeste, mais la tête repose sur une brique et non à même le sol. Ce type de dispositif existait également vraisemblablement pour les adultes dans l’une des tombes construites, mais en matière périssable.

1.2. Le mobilier céramique des tombes SP 1 et SP 2 (zone P22-1)

Mikaël Pesenti

28Une courte mission d’étude (du 25 au 31 mai 2022) a permis de vérifier les observations préliminaires faites sur le mobilier issu des inhumations de Basse Époque situées sous la tombe collective d’époque impériale fouillée en 2021 (Ballet et al. 2022, § 58 et 59).

29Pour livrer une analyse contextuelle, nous nous sommes appuyés sur le mobilier céramique de trois couches US 22204, 22205 et 22207, correspondant respectivement au comblement interne de la sépulture SP2, au comblement interne de la sépulture SP1 et au fond de fosse de SP1 sur lequel reposent le dépôt d’offrandes et l’individu inhumé.

30L’ensemble du mobilier céramique a fait l’objet d’un comptage systématique dont nous ne livrerons pas les résultats dans le présent rapport.

31Que ce soit dans les contextes de comblement des sépultures ou dans ce qui est interprété comme un dépôt d’offrandes, les catégories fonctionnelles varient peu. En réalité, les assemblages céramiques sont semblables à ceux que l’on trouve dans les contextes domestiques de la première domination perse en Égypte. Ainsi, a priori, rien ne semble distinguer le dépôt funéraire (US 22207) d’un contexte domestique (fig. 6). Peut-être faut-il alors insister sur la présence massive dans ce dépôt de petites jarres connues dans la littérature sous la désignation de « jarres saucisses » (Ledain 2000, p. 327-347). Ici, un exemplaire se rattache plutôt aux grands modules observés à Mendès (Allen 1982, pl. XVI, fig. 2) ou à Tell Defenneh (Leclère, Spencer (éd.) 2014, n° 22287, p. 237), alors que les autres s’apparentent au module plus classique ; l’une d’entre elles semble porter les traits du dieu Bès, conférant peut-être une dimension prophylactique à ce viatique funéraire.

32Une certaine homogénéité dans la chronologie des dépôts céramique peut être observée. En effet, le dépôt d’offrandes de la sépulture SP1 (US 22207) comme son comblement interne (US 22205), contenant du mobilier parfaitement conservé, livrent des formes céramiques qui appartiennent au même horizon chronologique à situer entre la fin du vie et le milieu du ve siècle av. J.-C. Les importations se placent entre 550 et 525 av. J.-C. Le léger décalage chronologique remarqué entre les importations et le matériel local n’a pas de quoi surprendre en raison d’une part du laps de temps entre la production et la mise au rebut des importations et d’autre part de notre indigence documentaire sur les formes céramiques de l’époque saïte qui semblent peu évoluer à l’époque perse.

Fig. 6. Secteur P22-1, US 22207. Dépôt d’offrandes, sépulture SP1 (I. Mohammed Ibrahim).

Fig. 6. Secteur P22-1, US 22207. Dépôt d’offrandes, sépulture SP1 (I. Mohammed Ibrahim).

© Ifao. nu_2022_05173

2. La zone d’ateliers d’époque impériale au nord du kôm A, secteur P23. Les fours de potiers

Loïc Mazou, Laura Fuentes-Vélèz, Mohamed Gaber

2.1. La fouille de l’atelier

33La fouille du secteur P23 (octobre 2021 ; 11 mai –16 juin 2022) a permis de mettre en évidence un ensemble de huit fours de potiers (F02, F03, F05, F06 à F10) de la période romaine (fig. 7).

Fig. 7. Secteur P23, vue vers le sud montrant l’ensemble des fours mis au jour durant les deux dernières campagnes (L. Mazou) ; vues photogrammétriques des différents ensembles (M. Gaber).

Fig. 7. Secteur P23, vue vers le sud montrant l’ensemble des fours mis au jour durant les deux dernières campagnes (L. Mazou) ; vues photogrammétriques des différents ensembles (M. Gaber).

© Ifao. 17112_2022_NDMCN_002

34La campagne de fouille menée en 2022, au nord-ouest du kôm A, a révélé la présence de quatre nouveaux fours de potiers (F07, F08, F09 et F10) et a permis la fouille intégrale du four F06, identifié l’an dernier. La surface totale explorée mesure environ 800 m² (40 × 20 m). En raison de l’abondance du matériel céramique découvert dans ce four et de la difficulté de fouiller ce type de structure, seul le four F06 a été entièrement fouillé. Les autres fours seront étudiés lors de la prochaine campagne en 2023.

35L’ensemble des fours de potiers semble avoir fonctionné dans un intervalle chronologique assez restreint, vraisemblablement au cours de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C., d’après les analyses stratigraphiques et les premières conclusions céramologiques de P. Ballet.

36La fouille de la zone d’activité de potiers doit permettre de mieux appréhender la relation entre les activités artisanales et le reste de la ville, et de comprendre son organisation au sein de l’espace urbain du Haut-Empire. Les recherches sur les implantations de fours de « sigillées » égyptiennes et de « paroi fine » à l’époque impériale doit aussi permettre d’étudier l’architecture des structures de cuisson, en complétant les recherches antérieures (secteurs P1, P1K, P5).

37Le four F06 présentant deux fournées successives a livré, de manière exceptionnelle, plus de mille récipients. Cette découverte renouvelle fondamentalement l’état de la recherche sur les productions de Bouto d’époque impériale.

38Par ailleurs, la fouille des abords a mis en évidence un bâtiment arasé, en briques crues, antérieur au fonctionnement de la structure de cuisson.

39Le four F06, d’un diamètre extérieur de 2,65 m et intérieur de 1,55 m, est conservé sur une hauteur d’environ 3 m, avec deux étages de sole et de laboratoire correspondant à deux états successifs du four (fig. 8). Il était construit, comme les autres fours F02, F03 et F05 découverts en 2021, en briques crues de 28 × 14 × 9 cm, assemblées à la mouna et brûlées sur leur face interne (fig. 9). La fouille du four F06 n’a pas permis de mettre en évidence un système de ventilation spécifique (canalisation d’air), mais la porte de chargement du combustible est visible. La ventilation et le tirage du four devaient se faire uniquement par la porte de chargement du combustible et par les carneaux de la sole. La fosse-foyer, au-dessus de laquelle est construite la paroi du four, a une profondeur d’environ 2,50 m. La vitrification des parois apparaît dès le premier tiers au-dessus du fond de la fosse-foyer (à env. 0,80 m).

Fig. 8. Coupe stratigraphique du four F06 dans son environnement immédiat (de gauche à droite : F02, F03 et F06) et son phasage (L. Mazou).

Fig. 8. Coupe stratigraphique du four F06 dans son environnement immédiat (de gauche à droite : F02, F03 et F06) et son phasage (L. Mazou).

© Ifao. 17112_2022_NDMPF_001

Fig. 9. Vestiges de la sole du premier état du four F06 ; détail de la perte de la fournée correspondant au premier état ; fonte de la paroi du four F06 au niveau des carneaux ; porte de chargement du four F06 assurant la ventilation du foyer (L. Mazou).

Fig. 9. Vestiges de la sole du premier état du four F06 ; détail de la perte de la fournée correspondant au premier état ; fonte de la paroi du four F06 au niveau des carneaux ; porte de chargement du four F06 assurant la ventilation du foyer (L. Mazou).

© Ifao. 17112_2022_NDMPF_002

40La fosse-foyer contenait les restes de deux états de cuisson successifs. En effet, les vestiges du premier état comportent les restes d’une première sole (US 23123), effondrée à la suite d’un incident de cuisson provoqué par une chaleur excessive dans le foyer et par la fonte de la paroi, entraînant la perte de toute la fournée de céramiques (US 23124) qui est tombée dans les cendres du foyer. En conséquence, les potiers ont restauré et remonté le four sur le premier état, sans prendre la peine d’évacuer les décombres, et une nouvelle sole (US 23122), ainsi qu’un nouveau laboratoire, ont été construits (fig. 10). Cette nouvelle sole s’est également effondrée (US 23122), étant fondée sur un mur déjà fragilisé par le premier incident. La sole du second état du four n’a pas résisté non plus, provoquant la perte d’une seconde fournée de céramiques (US 23121) et, cette fois-ci, l’abandon définitif du four.

Fig. 10. Vestige de la sole du deuxième état du four F06 montrant la présence d’un carneau encore préservé ; vestige de la sole réalisée en brique et vue en coupe d’un carneau la traversant ; vestiges de la seconde fournée (deuxième état) (L. Mazou).

Fig. 10. Vestige de la sole du deuxième état du four F06 montrant la présence d’un carneau encore préservé ; vestige de la sole réalisée en brique et vue en coupe d’un carneau la traversant ; vestiges de la seconde fournée (deuxième état) (L. Mazou).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_005

41La sole du laboratoire du deuxième état, en partie conservée, montre un système de cuisson constitué de cols d’amphores égyptiennes la traversant et de carneaux rayonnant autour du four permettant à la chaleur de monter dans l’espace de cuisson des poteries. Ici, et contrairement au four F05, les céramiques ne semblaient pas être isolées des flammes et des fumées, ce qui traduit l’utilisation d’un mode de cuisson différent incluant, cette fois-ci, une phase de cuisson réductrice. Ce système est différent du four F05 fouillé en 2021, qui comportait des tubulures, et donc une technologie de cuisson en mode C (cuisson complètement oxydante) permettant un bon contrôle de la cuisson de la céramique pour produire des pots de grande qualité (comme les sigillées). Le four F06 montre que les ateliers de potiers, pendant la période romaine à Bouto, utilisaient des techniques de cuisson diversifiées produisant différentes qualités de poteries.

42La production du four F06 devait donc appartenir à une production de qualité intermédiaire – ce qui complexifie l’approche globale des ateliers de cette frange nord et en diversifie les faciès –, mais néanmoins très intéressante du fait d’un répertoire enrichi de formes nouvelles.

2.2. La production du four F06, secteur P23

Pascale Ballet, Guy Lecuyot, Louise Berginc, Laura Fuentes-Vélèz, Walid Abd el-Barry

43Les fours du secteur P23 semblent avoir fonctionné pendant une période restreinte, vraisemblablement au cours de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C. Ils sont donc postérieurs aux fours du secteur P5, dont on situe le début du fonctionnement au début de la période augustéenne.

44Lors de cette mission, peut être qualifiée d’exceptionnelle la découverte de plus d’un millier de récipients dans le four F06 (fig. 11).

Fig. 11. Assemblage typologique de la production céramique du four F06 (G. Lecuyot).

Fig. 11. Assemblage typologique de la production céramique du four F06 (G. Lecuyot).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_006

45Elle souligne l’importance des formes fermées, pichets de moyenne et petite tailles, flacons de formes diverses déjà identifiés dans les deux précédents ateliers, mais aussi présentant des morphologies inédites à Bouto ou peu représentées, tels les pichets à col légèrement concave, les petits lagynoi à panse marquée de ressauts ou de stries, les vases à filtre (fig. 12-15), les amphoriskoi, déjà attestés dans les précédents ateliers, mais ici en plus grand nombre. Une partie de ces récipients (flacons de type aryballe) était destinée à contenir des huiles parfumées. L’hypothèse déjà formulée d’une production en relation avec l’industrie du parfum (Ballet et al. 2019, p. 288-289), dans une région réputée pour ses ressources en plantes aromatiques (Nachtergael 1998), est ainsi confirmée sans la moindre ambiguïté.

Fig. 12. P23, four F06. P23/23124.38 (I. Mohammed).

Fig. 12. P23, four F06. P23/23124.38 (I. Mohammed).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_007

Fig. 13. Types nouveaux. Pichets P23/23121.005 (I. Mohammed).

Fig. 13. Types nouveaux. Pichets P23/23121.005 (I. Mohammed).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_008

Fig. 14. Type nouveau. Lagynos à panse marquée de ressauts. P23/23121.248 (I. Mohamed Ibrahim).

Fig. 14. Type nouveau. Lagynos à panse marquée de ressauts. P23/23121.248 (I. Mohamed Ibrahim).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_009

Fig. 15. Type nouveau. Vase à filtre et bec. P23/23121.280 (I. Mohamed Ibrahim).

Fig. 15. Type nouveau. Vase à filtre et bec. P23/23121.280 (I. Mohamed Ibrahim).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_010

2.2.1. État des recherches et des connaissances sur la production de céramique fine rouge impériale à Bouto

46La très récente découverte de la production du four F06 renouvelle considérablement la connaissance que nous avions non seulement de la céramique fine rouge d’époque impériale à Bouto, mais aussi des modes de cuisson (Ballet et al. 2019).

47Les premiers acquis (Ballet et al. 2019, p. 72-109), obtenus à l’issue de la fouille des fours du secteur P1, ont été complétés par une enquête approfondie menée par P. Ballet et Sandrine Élaigne, en particulier sur la production des trois fours du secteur P5 (Ballet et al., sous presse), situé au nord-est du kôm A, enquête destinée à rechercher les prototypes ayant servi de modèles aux céramiques fines de Bouto, et ce, à l’échelle méditerranéenne.

48Le recours à une cuisson de mode C témoigne d’une mobilité des techniques d’origine occidentale et interroge sur les conditions d’introduction de cette technique, totalement inédite en Égypte et au Proche-Orient. En outre, les ateliers de céramique fine rouge de Bouto puisent leur source d’inspiration dans le répertoire des grands ateliers méditerranéens.

49Dès le début de la production, c’est le répertoire italique (Italie centrale et baie de Naples) qui est convoqué, en reproduisant, avec des variantes ou, parfois, des formes hybrides, les sigillées augustéennes et les « paroi fine » (Ballet, Élaigne, sous presse). La question est donc de savoir si ces transferts de techniques et de formes coïncident ou non avec la conquête de l’Égypte par Octave.

50En outre, les potiers de Bouto ont adapté des formes issues du répertoire oriental, celui des Eastern Sigillata A (Antioche) dès l’époque augustéenne, des sigillées précoces de Chypre, enfin des productions d’Asie Mineure (Pergame, telle l’Eastern Sigillata C, Éphèse/Tralles et Cnide), elles-mêmes ayant absorbé, en les modifiant sensiblement, certains types de céramiques fines italiques.

51Toutefois, les traditions locales ne doivent pas être négligées : certains types de lagynoi, très souvent de petit module, s’inscrivent dans la continuité de types connus à l’époque ptolémaïque, notamment dans les nécropoles alexandrines.

52Il s’agit donc d’un réseau complexe et assez sophistiqué de sources d’inspiration, qui témoignent de réelles connexions entre les ateliers du monde méditerranéen à l’époque impériale, réseau au sein duquel les potiers de Bouto sont parfaitement intégrés. Alexandrie, importatrice de céramique fine, joue sans doute un rôle de relais dans la diffusion vers Bouto de modèles extérieurs à l’Égypte.

2.2.2. Présentation préliminaire des fournées successives du four F06

53Cette découverte inédite est associée à un four (F06) qui ne semble pas recourir aux tubulures, ce qui explique peut-être la quantité de céramiques défectueuses (le premier inventaire des céramiques atteint un millier d’individus, alors qu’il reste plusieurs centaines d’exemplaires fragmentaires pour lesquels l’opération de raccord et de remontage, déjà commencée lors de la mission, doit être poursuivie.

Méthodologie

54Le classement et l’inventaire des céramiques ont été effectués par L. Fuentes-Vélèz et L. Berginc, sous la direction de P. Ballet. Les dessins ont été réalisés par P. Ballet, G. Lecuyot et K. Zaza. La couverture photographique a été assurée par I. Mohamed Ibrahim et, pour les céramiques destinées à l’étude, par G. Lecuyot.

55Toutes les céramiques retenues pour l’enregistrement et l’étude par les inspecteurs ont été photographiées et désormais stockées dans les magasins de l’inspectorat.

56La classification a été abordée sur le plan formel, puisque, d’après une première évaluation, le même type de pâte et d’engobe caractérise l’ensemble des céramiques du four F06.

57La morphologie générale, les modules et la fonction des céramiques, ont fait l’objet d’une classification raisonnée.

58Les dimensions et les accidents de cuisson ont été minutieusement consignés pour plus de 500 individus, archéologiquement complets ou presque complets.

59L’axe « produire à Bouto » dépasse assurément l’échelle locale ou régionale, puisque les potiers de Bouto, artisans de l’argile, montrent une connaissance assez fine du répertoire des grands centres méditerranéens, qu’il s’agisse des officines de potiers ou de métallurgistes.

60Cette constatation invite à se poser la question de l’organisation de ces ateliers : sont-ils gérés par des potiers émigrés ayant transmis leur savoir-faire aux artisans locaux à l’instar des ateliers de sigillées gauloises ? Peut-on évoquer une impulsion émanant de negotiatores cretarii originaires d’Italie, sans exclure l’Asie Mineure, région qui aurait pu également servir de relais dans l’adaptation et la diffusion de modèles italiques ?

3. Études de mobilier et gestion de la documentation

3.1. Rapport d’étude archéozoologique sur les restes fauniques d’époque romaine impériale

Nicolas Morand

61Lors d’une très courte mission à Bouto (21-24 mai 2022), une couverture photographique a permis de produire 277 clichés d’ossements, issus d’une trentaine US des secteurs P5 et P18.

62Dans ces deux secteurs, les bovins (surtout les veaux) composent l’essentiel de la diète carnée des habitants de Bouto à l’époque romaine. Le régime alimentaire est tout de même enrichi de produits aquatiques du Nil avec, d’une part, les poissons comptant les tilapias (Tilapiini), les poissons-chats (Clarias et Synodontis sp.) et quelques polyptères bichirs (Polypterus bichir) (fig. 16) et, d’autre part, les mollusques avec les moules d’eau douce (Chambardia rubens) et les gastéropodes (Pila ovata). Des donaces (Donax sp.) provenant du littoral complètent l’ensemble. Ces produits aquatiques étaient certainement consommés frais.

Fig. 16. En haut : profil d’un polyptère bichir et une vertèbre provenant du secteur P5 (US 506) (échelle : 1 cm) (N. Morand) ; en bas : exemple d’un fragment de rostre de crustacé décapode (crevette) trouvé dans l’amphore P18/18469.01 (échelle : 1 mm) (dessin Y. Gruet dans Borvon, Gruet 2018, fig. 2) ; (photo N. Morand).

Fig. 16. En haut : profil d’un polyptère bichir et une vertèbre provenant du secteur P5 (US 506) (échelle : 1 cm) (N. Morand) ; en bas : exemple d’un fragment de rostre de crustacé décapode (crevette) trouvé dans l’amphore P18/18469.01 (échelle : 1 mm) (dessin Y. Gruet dans Borvon, Gruet 2018, fig. 2) ; (photo N. Morand).

© Ifao. 17112_2022_NDMPM_011

63Mais des préparations de poissons de type garum sont également présentes. Dans le secteur P18, le fond d’une amphore romaine contenait un reste de sauce (US 18469). Elle a été découverte près du bâtiment de stockage du Haut-Empire (thesauros). Cette préparation est faite à base de poissons et de crustacés décapodes. Les restes fauniques de la fraction de 1 mm ont été entièrement étudiés. Au total, 415 ossements ont été triés. Les principales espèces sont les tilapias et quelques mulets juvéniles, deux poissons communs des eaux saumâtres des embouchures du Nil et des eaux douces du Delta.

64L’ensemble compte également une trentaine de restes de crevettes, principalement des rostres, des mandibules et des fragments de céphalothorax (tête). Les photographies à très haute résolution ont permis de distinguer deux espèces de crustacés du genre Palaemon. Ces espèces de crevettes vivent principalement dans les estuaires, les lagunes et les herbiers de Posidonie des côtes méditerranéennes. Le littoral égyptien regorge de ces spécimens qui mesurent quelques centimètres (entre 4 et 7 cm maximum).

65Le contenu de cette amphore du secteur P18 apporte des informations précieuses sur la préparation de produits alimentaires à base d’animaux aquatiques (poissons, crustacés) et de leur commerce dans l’Antiquité. D’autres contenus d’amphores romaines ont été mis au jour dans la région, notamment à Taposiris Magna. Une publication dans le BIFAO sera proposée au premier semestre 2023.

66Le séjour à Bouto a également été l’occasion d’entamer une collaboration avec les autres missions. L’équipe égyptienne (dir. Dr H. Ghonim) travaillant sur le temple de la ville a donné accès au matériel faunique (une vingtaine d’os) de leur fouille. Il s’agit principalement de crânes de brebis avec des traces de fente témoignant de la récupération de la moelle. Des os d’oiseaux composent ce modeste échantillon. La plupart des restes sont des os longs d’oie cendrée (Anser anser), oiseau particulièrement apprécié dans la société égyptienne à l’époque pharaonique.

67Lors de la prochaine mission, il s’agira de vérifier si ces animaux sont le résultat de sacrifices dans la zone du temple.

68Enfin, en octobre 2022, la collaboration avec l’équipe allemande (dir. Dr C. Jeuthe) a permis d’examiner plusieurs lots d’ossements datés de la Basse Époque (première moitié du Ier millénaire av. J.-C.) et de l’Ancien Empire (IIIe millénaire av. J.-C.). Cette collaboration permettra, dans les années à venir, de publier une analyse de l’alimentation carnée couvrant toute l’histoire de la ville de Bouto.

3.2. Rapport d’étude archéobotanique – époque romaine impériale

Mennat-Allah El Dorry

69During the laboratory campaigns of 2021-2022, Essam Ahmed (National Museum of Egyptian Civilisation) continued the previous work from 2019 and 2020 on the archaeobotanical material from Buto, at the Pôle archéométrie of the Institut français d’archéologie orientale – laboratoire d’étude des matériaux. Material was sorted under a ZEISS STEMI 2000-C stereomicroscope at the laboratory of IFAO, under a magnification of × 0.5.

70In my previous reports in 2018, 2019 and 2021, I confirmed that we have wheat grains of Triticum dicoccum (emmer wheat) and Triticum durum/aestivum (durum wheat/bread wheat, both of which are free threshing wheats) in samples collected form the silos. These samples are of pure grain, with no chaff. T. dicoccum was the dominant wheat in ancient Egypt, while T. aestivum was introduced in the Hellenistic period, and T. durum at a later point. The lack of chaff is important: T. durum and T. aestivum can only be distinguished based on their chaff, and not their grains. Because the samples are of pure grain without chaff, I cannot separate between the free threshing wheats, and refer to them as T. aestivum/durum.

71The focus of the 2021 and especially 2022 campaigns was to sort the entirely to the samples from the silos that have pure wheat grains. The aim is to sort out which are T. dicoccum, which are T. aestivum/durum (i.e., a free threshing wheat) to calculate the ratios of presence between the species.

72This question of the ratios between the T. dicoccum and T. aestivum/durum is very important, because it sheds the light on the dispersal of the newly introduced free threshing wheat and how one/both overtook T. dicoccum. It was widely believed in amongst scholars that T. aestivum swiftly replaced T. dicoccum, and this campaign will focus on producing ratios of T. aestivum vs. T. dicoccum to answer this question.

3.3. Les productions du secteur P16

Rabea Reimann

73Dans la perspective de la publication du secteur P16 et des recherches sur les productions de Bouto, R. Reimann, doctorante des universités de Cologne et de Paris Nanterre, a repris l’étude des céramiques du secteur P16, révélant une bonne dizaine de fours, situés au sud de l’enceinte du temple de Ouadjet.

74In sector P16, under the direction of G. Marouard, the presence of more than ten kilns and the ceramic material associated with the production of these kilns show a significant production activity, preliminary dated to the end of the Ptolemaic period to the beginning of the early Roman era (fig. 17).

Fig. 17. Location of the sector P16 with the geomagnetic map (G. Marouard and T. Herbich); map and general view of the sector P16 (G. Marouard).

Fig. 17. Location of the sector P16 with the geomagnetic map (G. Marouard and T. Herbich); map and general view of the sector P16 (G. Marouard).
  • 4 A first report of the excavation activities and a first pottery analysis “Rapport MAEDI” (2015).

© Ifao. 17112_2022_NDMCN_0034

75In the campaign in 2022, parts of the stored pottery finds from sector P16 were examined and studied more intensively (DAIK magazine). The majority of the pottery belong to the group of Table Ware, although there are representatives of Cooking and Common Ware, too. The repertoire of forms of the Table Ware seems to fit well into the "fine noire" – category, including dishes and plates with internal rolled rim, inwardly curved convex bowls and several carinated bowls.

76Many of the examples show traces of misproduction or misfiring, such as deformations or cracks. It is important to note here that most of the fired pieces found do not bear the typical black slip, whereas vessels of the same shape from consumption contexts often do. One explanation for this could be that these are precisely misfires that illustrate the faulty quality of the production from the kilns. Nile clay ceramics change color while the firing process. They turn brown to reddish brown under oxidizing atmosphere and greyish brown to black under reducing conditions.

  • 5 For the different firing methods, cf. M. Picon, Introduction à l’étude technique des céramiques si (...)

77Vessels that belong to the "fine noire" – category must therefore be fired under reducing conditions in Mode B to obtain the typical black appearance of their surfaces5.

78Unfired material was found in several kilns. For the following analysis, only recognisable individuals were considered. Furthermore, there will be no detailed description of the clay or the fabric, as this is difficult to do for unfired "raw material". The following investigation will only supply a first overview of the unfired material of the produced pottery of sector P16. More detailed analyses will follow.

  • 6 Preliminary results were proposed to the Delta Survey Workshop in 2019 (P. Ballet, L. Mazou, R. Sé (...)
  • 7 The ceramic material is part of R. Reimann’s ongoing PhD research. For an initial presentation of (...)

79Archaeological investigations on sector P20, that took place in 2016 to 2018, confirmed the oldest pottery workshop in Buto during the Graeco-Roman period6. Preliminary investigations date the ceramic material of sector P20 to the end of the 3rd/beginning of the 2nd century BC.7 Like the material of sector P16, the corpus contains vessels mostly belonging to the Table Ware, Cooking Ware and Common Ware. The occurrence of typical Hellenistic forms, as well as their further developments, confirm the dating of the workshop to the end of the Ptolemaic period to the beginning of the early Roman era.

3.4. Coopération avec l’Inspectorat de Kafr el-Sheikh /MoTA

80G. Lecuyot, qui intervient en tant qu’expert sur le dossier des bains à la demande de l’inspectorat de Kafr el-Sheikh, a effectué en juin 2022 une visite dans le téménos du sanctuaire de Ouadjet, en cours de fouille sous la responsabilité du Dr H. Ghonim, et a pu compléter la description de la salle à baignoire découverte en 2021 en établissant un plan schématique des vestiges.

81P. Ballet, lors de la mission d’étude de 2022, a été sollicitée pour l’identification des céramiques d’époque ptolémaïque provenant des fouilles effectuées dans le sanctuaire.

3.5. Documentation, stockage et traitement du mobilier (mai-juin et octobre 2022)

82Du fait de la réorganisation des magasins de fouille à l’échelle nationale, il nous est demandé de traiter le matériel stocké dans les espaces dédiés à leur conservation temporaire. L’insalubrité des deux espaces de stockage, l’un d’entre eux étant situé en sous-sol, a accéléré ce processus.

83Deux principes président à la gestion à terme des mobiliers archéologiques issus des fouilles : une sélection d’artefacts destinés à prendre place dans les magasins de l’inspectorat, sur le site même ; l’enfouissement des mobiliers, une fois l’étude achevée, dans les lieux dont l’emplacement, la nature et l’agencement sont encore à déterminer. P. Ballet et G. Lecuyot ont consacré une partie de leur temps à cet inventaire et ces compléments d’étude.

4. Conclusion générale

84Au terme de ce rapport, il convient de souligner le caractère à la fois exceptionnel et inédit des secteurs récemment explorés. Ils mettent en évidence des aspects méconnus du site à l’époque impériale, sans omettre de rappeler le dossier de la gestion des réserves céréalières (le grenier/thesauros fouillé de 2016 à 2019), l’ampleur de la nécropole, dont la composante romaine est importante, et confirme, en ce qui concerne la céramique, ses relations avec les officines du monde méditerranéen. Nul doute que le dispositif régional de communications fluviales (la localisation probable de l’établissement entre les branches sébennytique et bolbitique, et la proximité de celle de Canope) a joué un rôle dans les processus de mobilités humaines ou techniques, empruntant sans doute les circuits marchands régionaux et méditerranéens. La présence de Bouto sur la Table de Peutinger rappelle la place qu’elle occupa encore dans le maillage urbain du Delta durant l’Antiquité tardive.

Publications et valorisation de la recherche

Participation à des programmes thématiques

  • « Architecture et techniques de construction des bâtiments et aménagements de stockage en Égypte et au Soudan anciens », dir. A. Bats et N. Licitra.
  • « Realia d’Égypte de l’époque ptolémaïque aux débuts de l’islam : mots et mobiliers » (programme Ifao, no 22215), faisant suite à « Contextes et mobiliers », dir. P. Ballet, M. Mossakowska-Gaubert, V. Schram.
  • « Six millénaires d’arts du feu en Égypte », programme transversal (Ifao/CEAlex, programme no 22213), dir. F. Relats Montserrat, Z. Barahona, S. Marchand, M.-D. Nenna.

Monographie et articles parus

  • P. Ballet, L. Mazou, R. Séguier, « Recent works in Tell el-Fara’in: Ptolemaic and Roman Buto (2016-2019) », dans A. Wahby, P. Wilson (éd.), The Delta Survey Workshop: Proceedings from Conferences held in Alexandria (2017) and Mansoura (2019), ArchaeoEg 41, Oxford, 2022, p. 65-79.

Monographies en voie d’achèvement et en préparation

  • Le volume 3 sera consacré à la fouille du secteur P18, de la phase 1 à la phase 4, et inclura une partie des travaux du quadriennal 2021-2024.
  • En prospective, un volume de synthèse sur les mobiliers céramiques, de la fin de la Basse Époque à la période byzantino-islamique (publication souhaitée à l’Ifao, dans les Cahiers de la céramique égyptienne).

Monographies et articles sous presse et à paraître

Épreuves corrigées

R. Séguier, R. Reimann, « Made in Buto: An Early Ptolemaic Kiln Assemblage from Tell el-Fara’in », MDAIK (sous presse 2022, épreuves corrigées).

Remis à l’éditeur

L. Mazou, « Un thesauros/grenier à Bouto. Architecture et organisation d’un bâtiment de stockage dans le delta nord occidental à l’époque impériale », dans A. Bats, N. Licitra (éd.), Architecture et techniques de construction des bâtiments et aménagements de stockage en Égypte et au Soudan anciens (remis aux éditeurs en septembre 2022).

P. Ballet, L. Mazou, « Vivre, produire et mourir à Bouto (Delta) à l’époque impériale. État des recherches », CRAIBL 2022 (remis à l’éditeur).

P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard, B. Redon, Bouto/Tell el-Fara’in (2007-2014). Les ateliers, les ensembles balnéaires et la ville, entre la fin de la Basse Époque et l’Antiquité tardive, ArchVer (remis à l’éditeur).

P. Ballet, « Les ateliers romains de Bouto (Égypte, Delta) et le dispositif de cuisson à chaleur rayonnante. Une technique venue d’Occident ? », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France (remis fin février 2023).

P. Ballet, S. Élaigne, « Mobilités des techniques et du répertoire au début de l’Empire. Modèles exogènes de la production des ateliers de Bouto : inspirations italiques du répertoire de la vaisselle de table », RevAr (remise en février 2023).

À paraître

N. Morand, « Préparer, stocker et consommer des préparations à base de poissons en Égypte à l’époque romaine : les cas de Bouto et de Taposiris Magna », BIFAO (remise prévue en mars 2023).

Publication de rapports archéologiques

P. Ballet, L. Mazou, « Bouto (2021). Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Faraʽin). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien », BAEFE, 2022, https://journals.openedition.org/​baefe/​5584 ; https://doi.org/​10.4000/​baefe.5584.

Journées d’étude et valorisation de la recherche

P. Ballet, « Bouto et son dernier millénaire. Une ville au cœur du Delta », Association France-Égypte, 8 mars 2022.

P. Ballet, T. Herbich, L. Mazou, « Le dernier millénaire à Bouto. L’apport des analyses spatiales à la connaissance du site », La collaboration franco-polonaise dans le domaine de l’égyptologie, 7- 8 juin 2022, Académie polonaise des Sciences (en visioconférence).

P. Ballet, L. Mazou, « Vivre, produire et mourir à Bouto (delta) à l’époque impériale. État des recherches », Académie des inscriptions et belles-lettres, 1er juillet 2022.

L. Mazou, F. Téreygeol, « Un atelier de métallurgie du cuivre à l’époque impériale », Six millénaires d’arts du feu en Égypte, 18-20 juillet 2022, Centre d’études alexandrines/Institut français d’archéologie orientale.

L. Mazou, R. Séguier, « Ateliers de potiers à Bouto aux époques ptolémaïque et impériale », Six millénaires d’arts du feu en Égypte, 18-20 juillet 2022, Centre d’études alexandrines/Institut français d’archéologie orientale.

G. Lecuyot, « Tell el-Fara’in/Bouto », table ronde Histoire et archéologie, rencontres d’égyptologie à Figeac, 17 septembre 2022.

A. Dupond Delaleuf, G. Lecuyot, V. Bernollin, A. Laenger, A. Emery-Barbier, « Une étude ethnoarchéologique de l’atelier de potier à Desouk (gouvernorat de Kafr el-Sheikh, Égypte) », Archéologie de la production céramique et des espaces artisanaux : regards croisés, 9 décembre 2022, Centre Panthéon, Paris.

Haut de page

Bibliographie

Allen 1982
S.J. Allen, « The Pottery », dans K. Wilson (éd.), Mendes: Cities of the Delta, Part II: Preliminary Report on the 1979 and 1980 Seasons, ARCER 5, Malibu, 1982, p. 13-26.

Ballet et al. 2019
P. Ballet, F. Béguin, G. Lecuyot, A. Schmitt, Tell el Faraʽîn – Buto VI. Recherches sur les ateliers romains de Bouto : prospections et sondages (2001–2006), ArchVer 110, Wiesbaden, 2019.

Ballet et al. 2022
P. Ballet, L. Mazou, M.-A. El Dorry, A. Dupont-Delaleuf, P. Georges-Zimmermann, G. Lecuyot, N. Morand, M. Pesenti, « Bouto (2021) » BAEFE, 2022, http://journals.openedition.org/baefe/5584.

Ballet et al., sous presse
P. Ballet, G. Lecuyot, G. Marouard, B. Redon, Bouto/Tell el-Fara’in (2007-2014). Les ateliers, les ensembles balnéaires et la ville entre la fin de la Basse Époque et l’Antiquité tardive, ArchVer, Le Caire, sous presse.

Ballet, Élaigne, sous presse
P. Ballet, S. Élaigne, « Modèles exogènes de la production des ateliers de Bouto (Delta, Égypte) : inspirations italiques du répertoire de la vaisselle de table », RevArch, sous presse.

Borvon, Gruet 2018
A. Borvon, Y. Gruet, « Découverte exceptionnelle de restes de crevettes (Crustacés Décapodes) dans les niveaux du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique) », Archeosciences 42/1, 2018, p. 7-15, https://journals.openedition.org/archeosciences/5062.

Cotelle-Michel 2004
L. Cotelle-Michel, Les sarcophages en terre cuite en Égypte et en Nubie, de l’époque prédynastique à l’époque romaine, Paris, 2004.

Leclère, Spencer (éd.) 2014
F. Leclère, A.J. Spencer (éd.), Tell Dafana Reconsidered: The Archaeology of an Egyptian Frontier Town, BMRP 199, Londres, 2014.

Ledain 2000
C. Ledain, « La céramique du secteur du bâtiment aux papyrus », dans P. Brissaud, C. Zivie-Coche (éd.), Travaux Récents sur le Tell Sân el-Hagar 2. 1997-2000, Paris, 2000, p. 327-347.

Nachtergael 1998
G. Nachtergael, « Un alabastre ptolémaïque inscrit », ZPE 123, 1998, p. 145-148.

Haut de page

Notes

1  Une convention vient d’être signée entre le Deutsches Archäologisches Institut, l’université de Paris Nanterre/UMR 7041 ArScAn et l’Institut français d’archéologie orientale, précisant le cadre scientifique et juridique des interventions respectives des deux équipes à Bouto/Tell el-Fara’in.

2 P.  Georges-Zimmermann a dirigé les travaux, avec trois ouvriers. P. Ballet et M. Pesenti ont étudié et dessiné la céramique, avec l’aide de Khaled Zaza pour les dessins. Les illustrations sont de P. Georges-Zimmermann.

3 Du fait du format contraint de ce rapport, nous ne présenterons pas la description des tombes SP18 et 21.

4 A first report of the excavation activities and a first pottery analysis “Rapport MAEDI” (2015).

5 For the different firing methods, cf. M. Picon, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, 1973, spec. p. 62-68.

6 Preliminary results were proposed to the Delta Survey Workshop in 2019 (P. Ballet, L. Mazou, R. Séguier, « Recent works in Tell el-Fara’in: Ptolemaic and Roman Buto (2016-2019) », dans A. Wahby, P. Wilson (éd.), The Delta Survey Workshop: Proceedings from Conferences held in Alexandria (2017) and Mansoura (2019), ArchaeoEg 41, Oxford, 2022, p. 65-79).

7 The ceramic material is part of R. Reimann’s ongoing PhD research. For an initial presentation of the sector P20 workshop and its pottery production, see R. Reimann, R. Séguier, « Made in Buto: An Early Ptolemaic Kiln Assemblage from Tell el-Fara’in », MDAIK, under printing.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Secteurs fouillés par la mission française de Bouto en 2022.
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre Fig. 2. Zone P22.2, sépulture SP15 (P. Georges-Zimmermann).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3. Zone P22.3, sépulture SP16 (P. Georges-Zimmermann).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 4. Zone P22.3, sépulture SP17. Contenants et dépôts en céramique (P. Georges-Zimmermann).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 5. Zone P22.3, sépulture SP17. Premier sujet prélevé et contenant P22/22409.01 fouillé (P. Georges-Zimmermann).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6. Secteur P22-1, US 22207. Dépôt d’offrandes, sépulture SP1 (I. Mohammed Ibrahim).
Crédits © Ifao. nu_2022_05173
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 7. Secteur P23, vue vers le sud montrant l’ensemble des fours mis au jour durant les deux dernières campagnes (L. Mazou) ; vues photogrammétriques des différents ensembles (M. Gaber).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 8. Coupe stratigraphique du four F06 dans son environnement immédiat (de gauche à droite : F02, F03 et F06) et son phasage (L. Mazou).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 9. Vestiges de la sole du premier état du four F06 ; détail de la perte de la fournée correspondant au premier état ; fonte de la paroi du four F06 au niveau des carneaux ; porte de chargement du four F06 assurant la ventilation du foyer (L. Mazou).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 10. Vestige de la sole du deuxième état du four F06 montrant la présence d’un carneau encore préservé ; vestige de la sole réalisée en brique et vue en coupe d’un carneau la traversant ; vestiges de la seconde fournée (deuxième état) (L. Mazou).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Titre Fig. 11. Assemblage typologique de la production céramique du four F06 (G. Lecuyot).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 12. P23, four F06. P23/23124.38 (I. Mohammed).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 13. Types nouveaux. Pichets P23/23121.005 (I. Mohammed).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 14. Type nouveau. Lagynos à panse marquée de ressauts. P23/23121.248 (I. Mohamed Ibrahim).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_009
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 15. Type nouveau. Vase à filtre et bec. P23/23121.280 (I. Mohamed Ibrahim).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 16. En haut : profil d’un polyptère bichir et une vertèbre provenant du secteur P5 (US 506) (échelle : 1 cm) (N. Morand) ; en bas : exemple d’un fragment de rostre de crustacé décapode (crevette) trouvé dans l’amphore P18/18469.01 (échelle : 1 mm) (dessin Y. Gruet dans Borvon, Gruet 2018, fig. 2) ; (photo N. Morand).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMPM_011
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 17. Location of the sector P16 with the geomagnetic map (G. Marouard and T. Herbich); map and general view of the sector P16 (G. Marouard).
Crédits © Ifao. 17112_2022_NDMCN_0034
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/7945/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Ballet, Loïc Mazou, Mennat-Allah El Dorry, Patrice Georges-Zimmermann, Nicolas Morand, Mikaël Pesenti et Rabea Reimann, « Bouto – Tell el-Fara’in (2022) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/7945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.7945

Haut de page

Auteurs

Pascale Ballet

Archéologue, université de Paris Nanterre/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, directrice de la mission

Articles du même auteur

Loïc Mazou

Archéologue, université de Poitiers, UR 15071 HeRMA/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, co-directeur de la mission

Articles du même auteur

  • Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2021) [Texte intégral]
    Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara‘in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Mutations d’une ville du nord de l’Égypte, de la Basse Époque à la période byzantino-islamique
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Mennat-Allah El Dorry

Archéobotaniste, ministère du Tourisme et des Antiquités

Articles du même auteur

  • Bouto (2021) [Texte intégral]
    Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara‘in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deux villes de Maréotide
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Patrice Georges-Zimmermann

Archéologue et anthropologue, Inrap/UMR 5608 TRACES

Articles du même auteur

  • Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2021) [Texte intégral]
    Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara‘in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Nicolas Morand

Archéozoologue, Fondation Fyssen/Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Articles du même auteur

  • Deux villes de Maréotide
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Désert Oriental (2023) [Texte intégral]
    Stathmoi et metalla : exploiter et traverser le désert oriental à l’époque ptolémaïque
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deux villes de Maréotide
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Désert oriental (2022) [Texte intégral]
    Stathmoi et metalla. Exploiter et traverser le désert oriental à l’époque ptolémaïque
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2021) [Texte intégral]
    Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara‘in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Tous les textes...

Mikaël Pesenti

Archéologue indépendant

Articles du même auteur

Rabea Reimann

Céramologue, université de Cologne/université de Paris Nanterre

Articles du même auteur

  • Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Responsables d’opération

Pascale Ballet

Archéologue, université de Paris Nanterre/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, directrice de la mission

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Loïc Mazou

Archéologue, université de Poitiers, UR 15071 HeRMA/UMR 7041 ArScAn-ESPRI, co-directeur de la mission

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara’in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2021) [Texte intégral]
    Vivre, produire et mourir à Bouto (Tell el-Fara‘in). Une lecture archéologique de la ville à la période romaine d’Octavien à Dioclétien
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Bouto (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search