Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2023La région thébaineMédamoud (2022)

2023
La région thébaine

Médamoud (2022)

Un temple thébain de Montou et ses quartiers artisanaux
Responsable d’opération : Félix Relats Montserrat
Notice rédigée avec Zulema Barahona Mendieta, Nadia Licitra, Lorenzo Medini et Romain Séguier

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2022 (07/02 – 06/03)

Autorité nationale présente : Le ministère du Tourisme et des Antiquités était représenté par Sanaa Maghrabi et Ashraf Fathy (inspectorat de Louqsor).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17144 – Médamoud, un temple thébain de Montou et ses quartiers artisanaux

Composition de l’équipe de terrain : Félix Relats Montserrat (directeur de la mission, archéologue, Ifao) ; Zulema Barahona Mendieta (céramologue, chercheur associé à l’UMR 8157 Orient & Méditerranée) ; Lorenzo Medini (épigraphiste, Ifao) ; Gaël Pollin (photographe, Ifao) ; Nadia Licitra (archéologue, CRAterre/AE&CC/ENSAG/UGA) ; Thierry Joffroy (architecte, CRAterre/AE&CC/ENSAG/UGA) ; Romain Séguier (archéologue, UAR 3134 CEAlex) ; Coralie David ; Giulia Nicatore (égyptologue, UMR 7041 ArScAn) ; Nathalie Favry (égyptologue et épigraphiste, Sorbonne Université).

Partenariats institutionnels :
Ifao ; université Paris-Sorbonne/UMR 8167 Orient et Méditerranée ; commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ; ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA)

Organismes financeurs :
Ifao ; commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ; université Paris-Sorbonne/UMR 8167 Orient et Méditerranée ; fonds Khéops pour l’archéologie

Texte intégral

Données scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​recherche/​archeologie/​medamoud/​

Introduction

1Sous les auspices de l’Ifao, de Sorbonne Université (UMR 8167 Orient & Méditerranée) et de la commission des fouilles du MEAE, la mission française de Médamoud (MFM) s’est déroulée du 7 février au 6 mars 2022. Une partie de l’équipe n’a pas pu se déplacer en Égypte en raison de la crise sanitaire mais a poursuivi ses travaux en France, essentiellement pour préparer l’édition de deux ouvrages consacrés aux inscriptions du temple (voir infra, § V.2.1).

2Nos remerciements s’adressent à Mohammed Yahya, directeur des Antiquités de Haute Égypte, M. Fathy Yassin, directeur des Antiquités de Louqsor, et Mustapha Soghayar, directeur général des temples de Karnak et de Médamoud, ainsi qu’au fonds Khéops pour l’archéologie pour son soutien à la mise en valeur du site.

3Depuis 2011, la mission française de Médamoud a repris la recherche sur le terrain en suivant trois objectifs complémentaires : tout d’abord, étudier les secteurs inexplorés du kôm entourant le temple, afin de comprendre son environnement urbain, économique et social ; ensuite, réexaminer la documentation issue des fouilles du début du xxe siècle dont les résultats doivent être précisés et actualisés ; enfin, assurer la mise en valeur du site. Cependant, à la demande du ministère du Tourisme et des Antiquités, l’exploration archéologique s’est concentrée cette année sur le secteur du temple. En effet, il nous a été demandé d’étudier en priorité le tronçon ouest de l’enceinte augustéenne dans le but de la dégager et de la restaurer pour une mise en valeur du site. De ce fait, un seul secteur de fouilles a été ouvert, entre la porte de Tibère au nord et une petite porte anépigraphe au sud (appelée « poterne » dans la documentation ancienne). L’investigation du kôm antique a été poursuivi par l’étude du matériel issu des campagnes antérieures et nous avons, en particulier, pu compléter l’analyse de la production d’un des ateliers (ensemble 1) fouillé entre 2018 et 2021. La réouverture de la fouille de ce secteur a déjà été autorisée pour l’année 2023. Outre les activités archéologiques et d’étude, la campagne de 2022 a poursuivi les travaux de mise en valeur du site par la restauration des maçonneries du temple, dont un nouveau tronçon a été complété, ainsi que la construction du musée en plein air dont les premières pièces ont pu être installées sur les banquettes construites à cet effet. Enfin, nous avons préparé un plan de conservation de l’enceinte augustéenne à partir de son étude architecturale, qui sera mis en œuvre dès 2023.

I. Un temple thébain et l’héritage des fouilles françaises du début du xxe s.

I.1. Volet archéologique : la fouille des enceintes du téménos (secteurs P10-N10)

Félix Relats Montserrat

4Depuis 2021, les recherches se sont concentrées sur un segment de l’enceinte augustéenne dont le tracé et les caractéristiques architecturales ne furent pas précisés par les premiers fouilleurs du site. L’objectif est double : tout d’abord, étudier le bâti du mur augustéen et son tracé, en suivant les deux sondages ouverts en 2021. Cette année, les deux numéros attribués à l’enceinte dans le cadre de ces sondages ont été mis en égalité à la suite de la jonction des tronçons nord (F. 83) et sud (F. 88). Le second objectif est d’étudier l’insertion urbaine de cette enceinte en s’intéressant aux constructions bâties à proximité. Sur ce point, la fouille de 2022 s’est concentrée sur des bâtiments impériaux à l’ouest de l’enceinte, contemporains de son fonctionnement, ainsi que sur une structure artisanale destinée à la cuisson du pain installée à l’époque byzantine sur l’arasement du mur et qui livre de précieuses informations sur la destruction du monument. Ces différentes installations n'avaient pas (ou que partiellement) été repérées par les anciens fouilleurs, ce qui permet de corriger profondément les connaissances jusqu'ici possédées. L’ensemble de ces opérations couvre les secteurs O10, P10 et N10.

I.1.1. Étude archéologique de l’enceinte augustéenne (F. 83/88)

Nadia Licitra, Romain Séguier

5La muraille (désormais F. 83/88) fut identifiée dès 1926, mais ne fut dégagée pour la première fois qu’au cours des campagnes de 1929 et 1930. Son parement oriental fut mis au jour et sa largeur mesurée (7,40 m) le long du montant sud de la porte dite « de Tibère », alors que celle-ci devait être moindre – environ 5 m – au niveau de la petite porte anépigraphe. Par la suite, en 1935-1936, Clément Robichon dégagea le parement ouest de l’enceinte. Ces deux interventions, de part et d’autre de l’enceinte, ont été suivies du remblaiement des secteurs fouillés (tranchées F. 94-F. 96) et de la mise en place d’aménagements de protection de certains vestiges (F. 93 ; fig. 1).

Fig. 1. Muret de protection en pierre F. 93 (MFM, R. Séguier).

Fig. 1. Muret de protection en pierre F. 93 (MFM, R. Séguier).

© Ifao. 17144_2022_NDMPF_001

6En 2022, l’exploration de ce secteur a été poursuivie. Désormais, le côté ouest de l’enceinte augustéenne du temple se devine sur les 40 m de longueur qui séparent la porte de Tibère de la porte anépigraphe au sud (fig. 2). De ces 40 m, environ 18 m au nord ont été documentés plus précisément en 2022, sur une largeur moyenne de 15,50 m, soit une surface de près de 280 m². Les tranchées des fouilles menées au début du xxe siècle sont encore bien identifiables et leur chronologie comprise par rapport à l’ensemble des activités modernes dans cette partie du site.

Fig. 2. Vue du secteur de fouilles en 2022 (MFM, R. Séguier).

Fig. 2. Vue du secteur de fouilles en 2022 (MFM, R. Séguier).

© Ifao. 17144_2022_NDMPF_002

7Notre enquête s’est d’abord concentrée sur l’étude architecturale du bâti et a permis de corroborer les informations jusqu’alors publiées et d’en préciser certains aspects :

  1. La hauteur de conservation de 1,80 m du mur relevée par Fernand Bisson de la Roque peut être ajustée à 2,30 m entre les points les plus bas (+ 73,96 m) et haut (+ 76,26 m) de la muraille repérée à ce jour.
  2. La technique de construction du mur – à assises horizontales ou à assises courbes – n’est toujours pas assurée dans la mesure où les données récoltées ne permettent pas encore de trancher entre ces deux possibilités. En effet, les assises visibles de l’enceinte dans le sondage de l’angle sud-ouest de la porte de Tibère et les rangées mises au jour dans l’ensemble du secteur de fouille montrent l’utilisation systématique d’un mortier de terre pour les joints horizontaux (parfois épais de plusieurs centimètres) et verticaux (d’épaisseur moindre). Si au ive siècle avant notre ère, dans les murs à assises courbes, l’utilisation du mortier n’est attestée que toutes les dix assises environ pour les seuls joints horizontaux, ce choix technique est par la suite abandonné, aux époques ptolémaïque et romaine, au profit d’un emploi systématique du mortier entre les lits de briques1. L’utilisation du mortier dans l’enceinte de Médamoud ne permet donc pas de trancher, pour l’heure, entre ces deux procédés de construction.
  3. F. 83/88 a subi une réoccupation partielle de son emprise initiale, avec la construction de nouveaux bâtiments probablement dès la fin de l'Antiquité. Ces installations ont de fait réduit la largeur originelle du mur d’enceinte et occultent partiellement son parement est, puisque F. Bisson de la Roque ne l’a pas atteint à certains endroits en raison de la présence de ces vestiges tardifs. Ainsi, une logique d’occupation se dessine, de la porte de Tibère à la porte anépigraphe au sud (« poterne »), du côté intérieur de l’enceinte du temple (parement est), selon laquelle le parement du mur serait relativement bien préservé au niveau de la porte de Tibère au nord, alors que la largeur du mur se réduirait de plusieurs mètres en se rapprochant de la porte anépigraphe au sud.
  4. La largeur de la muraille antique varie de 5 à 8 m du fait soit de son état de préservation (son parement est est perturbé et recouvert par des aménagements urbains au moins dès l’époque romaine tardive), soit de l’aménagement de la petite porte anépigraphe qui aurait provoqué une modification de son tracé. Les deux possibilités peuvent coexister.
  • 2 Le remplissage de sa tranchée de fondation est caractérisé par un sédiment argilo-limoneux, de cou (...)

8L’étude des fondations de F. 83/88 a aussi permis de clarifier les relations chronologiques entre la construction de l’enceinte, celle de la porte de Tibère et de son environnement immédiat. F. 83/88 semble avoir été édifié en même temps que la porte de Tibère, suivant néanmoins plusieurs étapes de mise en œuvre distinctes. Les observations archéologiques ont en effet montré que les quatre premières assises de fondation de l’enceinte ont été posées en premier et qu’elles ont été recoupées en partie par l’installation d’un mur perpendiculaire au niveau de la quatrième assise de fondation de l’enceinte (env. + 74,50 m). Ce mur (F. 102) est construit en blocs de gros appareil de grès jaune suivant une orientation est-ouest et se situe contre la face sud de l’angle sud-ouest de la porte de Tibère. Bien que non chaîné à la porte, il appartient à la même phase architecturale que celle-ci et fut installé pour monumentaliser la façade ouest et assurer ainsi la liaison avec le dromos2. Une fois le mur en pierre bâti et sa tranchée de fondation comblée, une couche de mortier de terre de 3 à 15 cm d’épaisseur a été étalée sur la quatrième assise de fondation du mur d’enceinte, puis les assises de fondation 5 et 6 ont été posées au-dessus. Enfin, les deux assises d’élévation du mur encore conservées à cet endroit (numéros 7 et 8 sur la fig. 3) ont été mises en œuvre. Le détail de ces observations indique la contemporanéité de l’installation de F. 102 et de F. 83/88, et potentiellement, de la porte monumentale. Les relations stratigraphiques mettent en évidence une construction utilisant les mêmes matériaux, par étapes, avec un travail en parallèle et une alternance des briques crues et de pierres.

Fig. 3. Photogrammétrie de la face ouest du mur F.83/88, sondage sud-ouest de la porte dite « de Tibère » (MFT, R. Séguier).

Fig. 3. Photogrammétrie de la face ouest du mur F.83/88, sondage sud-ouest de la porte dite « de Tibère » (MFT, R. Séguier).

© Ifao. 17144_2022_NDMPF_003

I.1.2. Les bâtiments d’époque impériale contemporains de l’enceinte

Romain Séguier

9Afin de comprendre l’insertion urbaine de l’enceinte augustéenne et d’observer les vestiges archéologiques potentiellement conservés le long de ses parements, le secteur au nord-ouest de l’enceinte, qui n’avait été que très partiellement abordé par F. Bisson de la Roque, a fait l’objet d’une nouvelle exploration. Pour ce faire, une tranchée transversale d’environ 16 m de largeur a été implantée au travers du massif d’enceinte. Celle-ci a permis de circonscrire le sondage ancien de C. Robichon (F. 96) développé sur environ 2 m à 2,50 m de largeur est-ouest et sur toute la longueur des 40 m d’exploration nord-sud.

10En parallèle, les vestiges d’une occupation d’époque impériale caractérisée par la présence d’au moins un grand bâtiment ayant connu deux phases de construction (iiie-ive siècles de notre ère) ont été repérés. Ceux-ci avaient déjà été dégagés par F. Bisson de la Roque au nord, ainsi que par C. Robichon dont la fouille a rompu les relations stratigraphiques avec le mur d’enceinte. Les premiers résultats de l’exploration archéologique ont néanmoins montré une conservation des niveaux du Bas Empire (iiie-ive siècles de notre ère) dans cette partie de la ville proche de la muraille initiée par Auguste.

11La nature du bâtiment n’est pas encore comprise puisque les niveaux d’occupation (pavements en briques crues et cuites) n’ont été qu’effleurés jusqu’à présent. L’occupation le long du dromos, déjà mise en évidence par F. Bisson de la Roque, se prolonge donc clairement vers le sud et dessine l’emprise d’un quartier extramuros durant cette période. Pour l’instant, seules ses dimensions (11 m de longueur au minimum) et sa position attenante à la porte de Tibère sont des éléments à mettre en exergue. La phase de construction antérieure suggère également la présence dense d’édifices, dont l’un mesurerait au minimum 8,60 m de longueur.

12Ces bâtiments sont localisés à 2,50 m de l’enceinte, laissant un espace libre le long de la courtine à moins que des constructions en matériaux légers y aient pris place. L’arase du parement ouest de l’enceinte n’a, à ce jour, pas livré de vestiges d’occupations postérieures à l’image de ceux mis en évidence le long de son parement est. Cet indice étaye l’hypothèse d’un respect du tracé originel de la face ouest du mur d’enceinte. La combinaison de ces éléments amène à poser la question de l’existence d’un espace de circulation (rue ?) entre cette dernière et les occupations à l’ouest.

Fig. 4. Première phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).

Fig. 4. Première phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).

© Ifao. 17144_2022_NDMCN _001

Fig. 5. Deuxième phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).

Fig. 5. Deuxième phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).

© Ifao. 17144_2022_NDMCN _002

I.1.3. Une boulangerie byzantine (F. 98)

Romain Séguier

13La fouille de l’enceinte augustéenne a enfin permis de mettre en évidence des restes d’occupations d’époques postérieures, fondées sur le bâti de l’enceinte.

  • 3 Monteix, Noûs  2021, § 50, qui citent Leroi-Gourhan. D’après les auteurs, ce type de four semble a (...)
  • 4 Depraetere 2002, p. 147. Les exemples tardifs (fin du ive-début du ve siècle de notre ère) concern (...)
  • 5 Depraetere 2002 ; Monteix, Noûs 2021.
  • 6 Toutefois, les remarques de E. Rova (2014, p. 141 et n. 116) laissent cette possibilité ouverte, p (...)
  • 7 Bisson de la Roque 1933, pl. I.

14Le cas de l’espace de travail F. 98 représente ainsi un témoignage réduit de ce type de vestiges. Localisé dans la moitié est du mur d’enceinte F. 83/88, sa limite nord se situe à approximativement 10 m au sud de la porte de Tibère. F. 98 se caractérise par un creusement irrégulier de 3,10 m en nord-sud et 2,90 m en est-ouest, soit d’environ 9 m². Sa limite est n’est pas connue, recoupée par les fouilles de F. Bisson de la Roque. La mise au jour de quatre fours (F. 99-101, F. 104) permet d’interpréter F. 98 comme une unité de production artisanale culinaire, en relation avec la cuisson du pain. L’ensemble de cette séquence d’occupation est daté des vie-viie siècles de notre ère selon les observations préliminaires céramologiques. Les fours à pain mis en évidence dans F. 98, qui entrent dans la catégorie des fours « à sole verticale » (aussi appelés « à cloche »)3, signent l’activité d’une boulangerie. Aucun indice de couverture n’a été mis en évidence et nous ne pouvons donc pas savoir si cet espace était ouvert ou semi-ouvert. Malgré l’extension limitée de notre exploration, plusieurs indices étayent la nature artisanale de ce secteur : la présence d’une batterie de fours à pain (deux à trois), dont un parallèle répertorié en Égypte provient d’un contexte assuré de boulangerie4 ; les dimensions relativement importantes des fours (en comparaison du nombre des fours recensés en Égypte et en Gaule/Germanie5) et le mode de construction « simple » (type IIc de D. Depraetere). Plusieurs études archéologiques et ethnologiques ont en effet montré que la présence d’un seul four de ce type suffisait à la consommation d’une maisonnée, mais que la multiplication de ces structures de combustion impliquait une échelle de production supérieure à celle de la seule unité familiale (nucléaire ou proche)6. Autrement que dans une boulangerie, ce type de structures foyères, fonctionnant en batterie, pourrait tout autant prendre part, en tant que partie de cuisine, aux activités commerciales d’une échoppe, d’une taverne ou encore d’une auberge. Il est important enfin de considérer la position centrale de F. 98. Pleinement insérée dans le tissu urbain de cette époque, sa position est susceptible de desservir le quartier installé sur les ruines du temple, comme ceux installés au niveau du dromos7.

Fig. 6. Fours F. 99, 100 et 101 (MFT, R. Séguier).

Fig. 6. Fours F. 99, 100 et 101 (MFT, R. Séguier).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPF_004

Fig. 7. Photographie zénithale de l’espace de boulangerie (F. 98) et de ses trois fours (F. 99-101), état de fonctionnement du sol US 1177 (MFT, R. Séguier).

Fig. 7. Photographie zénithale de l’espace de boulangerie (F. 98) et de ses trois fours (F. 99-101), état de fonctionnement du sol US 1177 (MFT, R. Séguier).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPF_005

I.2. Volet épigraphique : la réédition de la documentation issue des fouilles anciennes

Lorenzo Medini, Félix Relats Montserrat

  • 8 La procession du soubassement de l’extérieur du pronaos du temple d’Edfou (Tattko 2014, p. 405-406 (...)

15L’importante documentation épigraphique mise au jour dans le temple de Montou au début du xxe siècle n’a été que partiellement étudiée. Nous nous sommes focalisés cette année sur les deux derniers ensembles de textes qui n’avaient pas encore fait l’objet d’une traduction et d’une analyse détaillée : la procession hydrologique gravée sur le soubassement du mur péribole nord et la procession économique inscrite sur le soubassement du mur péribole est. La procession hydrologique se compose de quinze couples de personnages, mais elle devait certainement en compter plus à l’origine dans la mesure où le mur péribole n’est pas préservé dans son intégralité ; il s’agit néanmoins de la plus longue procession hydrologique conservée connue à ce jour8. Cela s’explique probablement par l’emplacement du texte sur le soubassement du mur péribole, alors que dans les autres sanctuaires ces inscriptions se trouvent sur des supports architecturaux de dimensions plus réduites (parois des salles du sanctuaire ou des murs extérieurs du naos ou du pronaos), qui ne permettent pas de déployer autant de personnages dans le défilé. La longueur sans égale de ce cortège rend plus difficile la recherche de parallèles, parce qu’aucun modèle présentant la même structure n’est connu. Il a toutefois été possible de trouver certains parallèles partiels dans des processions attestées au temple d’Horus à Edfou. Au temple de Montou, deux colonnes de texte accompagnent le personnage représentant la campagne ou l’inondation, alors que dans le temple d’Horus l’inscription derrière le personnage se compose généralement d’une seule colonne. D’autres parallèles ont pu être trouvés avec plusieurs processions provenant du temple d’Edfou et qui datent de l’époque lagide, sans qu’il soit pour autant possible d’identifier un seul texte de référence qui aurait pu servir de modèle. Notre hypothèse de travail est donc que les concepteurs du décor du temple de Médamoud se sont inspirés du répertoire des inscriptions ptolémaïques d’Edfou, tout en faisant preuve d’une grande originalité. Ils ont choisi des textes provenant de différentes parties du temple pour les réunir en une seule procession, créant ainsi un modèle original.

  • 9 Le temple de Deir Chelouit offre le parallèle le plus récent, datant du règne d’Hadrien.

16La procession économique, qui occupe la totalité du mur péribole est, se divise en deux cortèges symétriques. Ces deux défilés de 36 (moitié nord) et 37 (moitié sud) personnages convergent vers le milieu de la paroi, où ils sont accueillis par les divinités locales. Dans ce cas également il s’agit de la procession économique la plus longue connue actuellement et de l’une des plus tardives9. En raison de cette longueur il n’a pas été possible de retrouver un modèle unique qui aurait inspiré ces inscriptions. Nous nous sommes concentrés sur les textes de la moitié sud et les onze premiers couples du défilé ont été étudiés. Chaque paire se compose d’un dieu et d’une déesse qui sont associés à une même activité ou à une même offrande. La traduction et l’analyse des textes a permis de trouver des parallèles aux textes de Médamoud, notamment au temple d’Hathor à Dendara et au temple d’Horus à Edfou. D’une façon comparable à ce qui a été observé pour les textes de la procession hydrologique du mur péribole nord, les hiérogrammates à l’origine de cette composition ont choisi parmi un vaste répertoire de texte et ont abouti à une structure inédite.

17En parallèle, Nathalie Favry a été chargée de l’inventaire des pièces conservées dans les magasins du site, provenant des fouilles du début du xxe siècle. En effet, en raison de la fermeture précipitée du chantier en 1940, aucun inventaire de la documentation in situ n’avait pu être dressé. En 2022, elle s’est concentrée sur les pièces datant du Moyen et du Nouvel Empire.

II. Réseaux économiques et urbanisme : les quartiers d’habitation et de production céramique – l’exploration du secteur M4/K9

Zulema Barahona Mendieta, Félix Relats Montserrat, Romain Séguier

18L’« atelier nord » (ensemble 1 = E.1) regroupe un ensemble de structures appartenant à une même séquence d’occupation liée à une officine de production céramique datée de la Troisième Période intermédiaire (milieu à fin du ixe siècle avant notre ère selon les derniers résultats de l’étude céramologique), au nord de la tranchée principale du kôm (J9). Trois campagnes de fouilles successives (2018-2020) ont permis de dégager sur une emprise de 14 m de longueur nord-sud et 10 m de largeur est-ouest (soit 140 m² à ce jour) les espaces de cuisson, de décantation de l’argile et vraisemblablement de stockage de cet atelier.

19En 2022, a été complétée l’étude des unités stratigraphiques liées tant à la production céramique issue de ce secteur (fours F. 45 et F. 46) qu’à son occupation. Les conclusions préliminaires confirment la datation déjà avancée lors des campagnes précédentes, à savoir une attribution de cet atelier au milieu du ixe siècle. L’atelier a été directement fondé sur des niveaux du Nouvel Empire, que nous pouvons désormais situer entre le début et le milieu de la XVIIIe dynastie. La plupart des poteries récupérées au cours de cette période chronologique correspondent également à la production déjà identifiée sur le site, à savoir de la vaisselle de table, des récipients et de la poterie rituelle réalisés avec des pâtes Marl A2, Marl A4 var. 1 et Marl B. C’est sur ces niveaux thoutmosides qu’est directement venu s’installer l’atelier nord (E. 1), dont le fonctionnement remonte au milieu du ixe siècle avant notre ère.

III. Analyses de matériaux

III.1. Études céramiques

Zulema Barahona Mendieta

  • 10 Ballet 2007, p. 135 et fig. 7.

20Les études céramologiques de la campagne 2022 répondaient à deux objectifs : d’une part compléter l’étude des céramiques de l’ensemble 1 (atelier nord, secteur J9/K9) fouillé entre 2018 et 2020 et, d’autre part, enregistrer la céramique issue des fouilles pendant la campagne de 2022. Si les résultats du premier objectif ont été décrits supra, les céramiques tirées des fouilles de 2022 correspondaient aux occupations fondées sur et autour de l’enceinte augustéenne. Peuvent ainsi être distinguées les céramiques provenant : des fondations du mur F. 102 en relation avec la construction de la porte de Tibère, celles provenant du bâtiment d’époque impériale tardive (fig. 8) et enfin celles associées aux occupations byzantines fondées sur l’arase de l’enceinte augustéenne. La boulangerie elle-même peut être datée du vie siècle après notre ère grâce à l’important matériel céramique découvert. En effet, l’espace principal a livré des dizaines de pièces, dans de nombreux cas complètes (fig. 9-10). L’un des exemplaires les plus remarquables (fig. 11) présente un décor bichrome en rouge et violet avec une bande de spirales violettes. Bien que le motif de la spirale soit un élément stylistique assez ancien, qui remonte au moins au ive siècle, les parallèles les plus proches de ce type de pièce ont été trouvés au monastère de Saint Marc et datent entre la fin du vie et le viiie siècle de notre ère10.

Fig. 8. Gourde d’époque romaine fabriquée en pâte calcaire C4 (US 1154) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

Fig. 8. Gourde d’époque romaine fabriquée en pâte calcaire C4 (US 1154) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPM_001

Fig. 9. Jarre en pâte calcaire avec une décoration incisée et à cordons digités (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

Fig. 9. Jarre en pâte calcaire avec une décoration incisée et à cordons digités (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPM_002

Fig. 10. Jarres en pâte calcaire et gargoulettes en pâte calcaire (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

Fig. 10. Jarres en pâte calcaire et gargoulettes en pâte calcaire (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPF_006

Fig. 11. Jarre ou cratère à décor rouge et violet (US 1156), datée entre la fin du vie et le viiie s. après notre ère (MFM, Z. Barahona Mendieta).

Fig. 11. Jarre ou cratère à décor rouge et violet (US 1156), datée entre la fin du vie et le viiie s. après notre ère (MFM, Z. Barahona Mendieta).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPM_003

IV. La mise en valeur du site

Félix Relats Montserrat

21Les remontées salines dues à l’élévation du niveau de la nappe phréatique dans la région thébaine, en raison de l’intensification des cultures, ont fragilisé le temple et les blocs de la porte de Tibère. Les restaurations effectuées au ciment au début du xxe siècle participent également à leur dégradation. C’est pourquoi, chaque année un tronçon du temple est restauré. En 2022, les travaux ont porté sur le portique du temple et les porches d’entrée (fig. 12), ainsi que sur les blocs destinés au musée en plein air avant leur installation sur des banquettes.

22Enfin, un projet de consolidation des enceintes en briques est en cours de mise en place dans le cadre d’un partenariat avec l’ANR « Nile’s Earth » (21-CE27-0019-01). Celui-ci sera mis en œuvre dès 2023.

Fig. 12. Restauration de la partie nord du portique (MFM, F. Relats Montserrat).

Fig. 12. Restauration de la partie nord du portique (MFM, F. Relats Montserrat).

@ Ifao. 17144_2022_NDMPF_007

V. Valorisation

V.1. Conférences

F. Relats Montserrat, tables rondes « Temples, rites et fêtes » et « Le renouveau de l’archéologie urbaine », Journées européennes du patrimoine, Rencontres égyptologiques, Figeac, le 16 septembre 2022.

F. Relats Montserrat, « Les avancées de l’archéologie égyptienne, entre villes et temples », université populaire, Fécamp, le 12 décembre 2022.

V.2. Publications de l’équipe du chantier en 2022

V.2.1. Ouvrages déposés

F. Relats Montserrat, Médamoud I. L’histoire d’une fouille (1924-1940), FIFAO, Le Caire, à paraître.

D. Valbelle, Les inscriptions du temple de Médamoud I/1. Les textes de la porte de Tibère, Temples, Le Caire, à paraître.

V.2.2. Articles déposés (revues ou actes de colloques avec comité de lecture)

F. Relats Montserrat, « Les fouilles du “temple primitif” de Médamoud (1938-1939) : étude archivistique d’un bâtiment polémique », dans B. Kasparian, O. el-Aguizi (éd.), ICE XII: Proceedings of the Twelfth International Congress of Egyptologists, Cairo, 3rd–8th November 2019, BiGen 71, Le Caire, sous presse.

F. Relats Montserrat, « La destruction des temples pendant les révoltes : un état de la question à partir de l’exemple de Médamoud », dans R. Birk, L. Coulon (éd.), The Thebaid in Times of Crisis: Between Insurrection and Integration, International Conference at the Berlin-Brandenburg Academy of Sciences and Humanties and the Freie Universität Berlin, 2–4 May 2019, à paraître.

F. Relats Montserrat, « Les ouvriers de Médamoud : le fonctionnement d’un chantier français en Égypte au début du xxe siècle », dans T. Gertzen, H. Navratilova, M. De Meyer (éd.), Adressing Diversity: Inclusive Histories of Egyptology, Investigatio Orientis 9, à paraître.

F. Relats Montserrat, Z. Barahaona Mendieta, « The Primitive Temple, an 11th Dynasty Provincial Temple », dans A. Pillon (éd.),Chronologies and Contexts of the First Intermediate Period, International Symposium, Cairo, 7-10 April 2021, à paraître.

D. Valbelle, « Le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud. Contribution du décor de la porte de Tibère à l’état de la question », BIFAO 123, sous presse.

V.2.3. Rapports de fouille publiés

F. Relats Montserrat et al., « Médamoud », BAEFE, 2022, https://journals.openedition.org/​baefe/​5625.

V.2.4. Articles de vulgarisation

F. Relats Montserrat, « Tête féminine à coiffure », vignette « Une image, un commentaire » sur le site de l’Ifao, https ://www.ifao.egnet.net/image/68/.

F. Relats Montserrat, L. Medini, « Le tableau de l’oracle de Médamoud », vignette « Une image, un commentaire » sur le site de l’Ifao, https ://www.ifao.egnet.net/image/65/.

F. Relats Montserrat, « Médamoud : urbanisme et artisanat », Archéologia 596, 2021, p. 38-39.

F. Relats Montserrat, « Medamoud », dans « Digging Diary 2021: Archaeological work undertaken in Egypt and Sudan since Spring », EgArch 59, 2021, p. 25.

V.3. Projets de recherches et partenariats

Le chantier a poursuivi son investissement dans trois programmes de recherches, soit en raison de la participation de leurs membres, soit parce que Médamoud y occupe une place de choix dans l’argumentaire scientifique. Il s’agit de l’ANR « Nile’s Earth » (porté par T. Joffroy et élaboré en collaboration avec N. Licitra), du programme inter-EFE « Destin d’Objets » et, enfin, du programme de recherche quadriennal Ifao/CEAlex « Arts du feu ».

Haut de page

Bibliographie

Ballet 2007
P. Ballet, « Le topos de Saint-Marc et son faciès céramique », dans Actes du huitième congrès international d’études coptes, Paris, 28 juin – 3 juillet 2004, OLA 163, Louvain, Paris, Dudley, 2007, p. 129-139.

Bisson de la Roque 1933
F. Bisson de la Roque, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1931 et 1932), FIFAO 9/3, Le Caire, 1933.

Depraetere 2002
D. Depraetere, « A Comparative Study on the Construction and the Use of the Domestic Bread Oven in Egypt during the Graeco-Roman and Late Antiquity/Early Byzantine Period », MDAIK 58, 2002, p. 119-156, pl. 15-16.

Golvin et al. 1990
J.-C. Golvin, O. Jaubert, E.-S. Hegazy, M. Gabolde, D. Lefur, « Essai d’explication des murs “à assises courbes” : à propos de l’étude de l’enceinte du grand temple d’Amon-Rê à Karnak », CRAIBL 134/4, 1990, p. 905-946.

Monteix, Noûs 2021
N. Monteix, C. Nous, « Les fours “à pain” dans les Gaules et les Germanies (ve s. av. J.-C.-ve s. apr. J.-C.), un regard technique », Gallia 78, 2021, § 1-81, http://journals.openedition.org/gallia/6288 ; https://doi.org/10.4000/gallia.6288.

Rova 2014
E. Rova, « Tannurs, Tannur Concentrations and Centralised Bread Production at Tell Beydar and Elsewhere: An Overview », dans L. Milano (éd.), Paleonutrition and Food Practices in the Ancient Near East towards a Multidisciplinary Approach: Proceedings of the International Meeting “Methods and Perspectives Applied to the Study of Food Practices in the Ancient Near East”, Venezia, June 15th-17th, 2006, MANE 14, Padoue, 2014, p. 121-170.

Tattko 2014
J. Tattko, « Die hydrologischen Prozessionen: Verkörperungen einzelner Aspekte der Nilflut und des Fruchtlands in den Soubassements der Tempel der griechisch-römischen Zeit », dans A. Rickert, B. Ventker (éd.), Altägyptische Enzyklopädien: Die Soubassements in den Tempeln der griechisch-römischen Zeit, Soubassementstudien I, SSR 7, Wiesbaden, 2014, p. 361-441.

Yeivin 1934
S. Yeivin, « Miscellanea Archaeologica », ASAE 34, 1934, p. 114-121.

Haut de page

Notes

1 Golvin et al. 1990, p. 919, 929 et 937-939.

2 Le remplissage de sa tranchée de fondation est caractérisé par un sédiment argilo-limoneux, de couleur brun foncé, compact et homogène, riche en tessons de céramiques (US 1144). Or ce sédiment semble être le même que celui du comblement de la tranchée de fondation de l’enceinte F. 83/88.

3 Monteix, Noûs  2021, § 50, qui citent Leroi-Gourhan. D’après les auteurs, ce type de four semble attesté dès le IVe millénaire avant notre ère.

4 Depraetere 2002, p. 147. Les exemples tardifs (fin du ive-début du ve siècle de notre ère) concernent deux maisons à Karanis dans le Fayoum : la maison (A)154/A ; et deux fours sans séparation maçonnée, avec la maison 309/B. Une photo de ces derniers se retrouve dans Yeivin 1934, p. 116, fig. 1.

5 Depraetere 2002 ; Monteix, Noûs 2021.

6 Toutefois, les remarques de E. Rova (2014, p. 141 et n. 116) laissent cette possibilité ouverte, puisque la présence (rare) de deux ou trois fours dans une même pièce, au service d’une maisonnée, pourrait s’expliquer par l’abandon d’usage de l’un d’eux (ce qui ne semble pas être le cas dans le contexte de Médamoud), ou encore de fours qui s’utilisent en fonction de la saison.

7 Bisson de la Roque 1933, pl. I.

8 La procession du soubassement de l’extérieur du pronaos du temple d’Edfou (Tattko 2014, p. 405-406) présente le même nombre de personnages que celle de Médamoud, mais contrairement à cette dernière elle est complète.

9 Le temple de Deir Chelouit offre le parallèle le plus récent, datant du règne d’Hadrien.

10 Ballet 2007, p. 135 et fig. 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Muret de protection en pierre F. 93 (MFM, R. Séguier).
Crédits © Ifao. 17144_2022_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. Vue du secteur de fouilles en 2022 (MFM, R. Séguier).
Crédits © Ifao. 17144_2022_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3. Photogrammétrie de la face ouest du mur F.83/88, sondage sud-ouest de la porte dite « de Tibère » (MFT, R. Séguier).
Crédits © Ifao. 17144_2022_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 4. Première phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).
Crédits © Ifao. 17144_2022_NDMCN _001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Fig. 5. Deuxième phase des bâtiments d’époque impériale (MFT, R. Séguier).
Crédits © Ifao. 17144_2022_NDMCN _002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 6. Fours F. 99, 100 et 101 (MFT, R. Séguier).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7. Photographie zénithale de l’espace de boulangerie (F. 98) et de ses trois fours (F. 99-101), état de fonctionnement du sol US 1177 (MFT, R. Séguier).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 8. Gourde d’époque romaine fabriquée en pâte calcaire C4 (US 1154) (MFM, Z. Barahona Mendieta).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 9. Jarre en pâte calcaire avec une décoration incisée et à cordons digités (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 10. Jarres en pâte calcaire et gargoulettes en pâte calcaire (US 1160) (MFM, Z. Barahona Mendieta).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 11. Jarre ou cratère à décor rouge et violet (US 1156), datée entre la fin du vie et le viiie s. après notre ère (MFM, Z. Barahona Mendieta).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 12. Restauration de la partie nord du portique (MFM, F. Relats Montserrat).
Crédits @ Ifao. 17144_2022_NDMPF_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/8259/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Relats Montserrat, Zulema Barahona Mendieta, Nadia Licitra, Lorenzo Medini et Romain Séguier, « Médamoud (2022) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/8259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.8259

Haut de page

Auteurs

Félix Relats Montserrat

Directeur de la mission, archéologue, Ifao

Zulema Barahona Mendieta

Céramologue, chercheur associé à l’UMR 8157 Orient & Méditerranée

Articles du même auteur

  • Médamoud (2021) [Texte intégral]
    Un temple thébain de Montou et ses quartiers artisanaux
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Médamoud (2020) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Nadia Licitra

Archéologue, CRAterre/AE&CC/ENSAG/UGA

Articles du même auteur

  • Médamoud (2021) [Texte intégral]
    Un temple thébain de Montou et ses quartiers artisanaux
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Lorenzo Medini

Épigraphiste, Ifao

Articles du même auteur

  • Médamoud (2021) [Texte intégral]
    Un temple thébain de Montou et ses quartiers artisanaux
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Médamoud (2020) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Romain Séguier

Archéologue, UAR 3134 CEAlex

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Félix Relats Montserrat

Directeur de la mission, archéologue, Ifao

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search