Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesBalkans2023AlbanieNouvelles recherches de la missio...

2023
Albanie

Nouvelles recherches de la mission archéologique franco‑albanaise du bassin de Korçë (MAFAK)

La fouille archéologique du site de hauteur à Barç (Korçë, Albanie)
Responsables d’opération : Rovena Kurti et Armelle Gardeisen
Notice rédigée avec Justine Robert et Lionel Fadin

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2022

Lieux :

Albanie, Barc

Chronologie :

âge du Fer
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 27 avril-27 mai 2022

Autorité nationale présente : Rovena Kurti, directrice du département de préhistoire de l’Institut archéologique de Tirana

Numéro de mission : AL02

Composition de l’équipe de terrain :Justine Robert (HADES Archéologie, cheffe de chantier), Dorjan Kallanxhi (directeur du musée de préhistoire de Korçë), Ulsi Tota (archéologue Anthropologue, Institut archéologique de Tirana), Klevis Qeleshi (étudiant master université Paul Valéry Montpellier 3).

Organismes financeurs :
MESRI
MEAE
LabEx Archimede
Université Paul-Valéry de Montpellier

Établissement éditeur : EFA

Établissements porteurs de l’opération :
– École française d’Athènes
– Institut d’archéologie de Tirana
– UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes

Texte intégral

Données scientifiques produites :
Dossier Barç drone :
220428 : N1048‑0001 à N1048‑0081
220505 : N1048‑0082 à N1048‑0181
Dossier prospection :
Barç : N1048‑0182 à N1048‑0219
Boboshtica : N1048‑0220 à N1048‑0244
Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë
MAFAK sur HAL
« Bassin de Korçë, Kallamas », BAEFE 2, 2020.
« Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë », BAEFE 2, 2020.

  • 1 Voir les rapports sur les campagnes de 2007 à 2017 ; et aussi Oberweiler et al. 2019.
  • 2 Kurti, Oberweiler 2020; Oberweiler et al. 2020, p. 28–43.

1L’opération de fouille sur le site de hauteur de Barç s’inscrit dans le cadre de la nouvelle convention bilatérale signée en 2021 entre l’Institut d’Archéologie de Tirana, représenté par Rovena Kurti, directrice du département de préhistoire de l’Institut et co‑directrice albanaise de la Mission, Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’école française d’Athènes, le LabEx Archimede et l’université Paul Valéry de Montpellier, le Centre National de la Recherche Scientifique et l’unité de recherche 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes représentée par Armelle Gardeisen, co‑directrice française de la mission depuis 2021. Outre la préparation des publications sur les travaux antérieurs de la mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë (MAFAK), cette convention prévoit l’élaboration d’un nouveau programme de terrain dans le cadre du programme général de la mission intitulé « Dynamiques des peuplements dans le bassin de Korçë au cours des âges des métaux (Bronze, Fer) ». Ce programme fait suite aux missions antérieures de recherche de la mission, comme le projet PALM (Prospections Archéologiques du Lac Maliq)1, et en particulier le projet de prospections archéologiques des sites de hauteurs (PASHA, 2018-2021)2, qui visaient entre autres à explorer les dynamiques du développement de l’habitat au cours de l’âge du Fer dans le bassin de Korça.

2Parmi les sites de hauteur prospectés dans le cadre du projet PASHA, à la périphérie du bassin de Korça, les sites de Barç, Boboshticë et Pirg présentaient des caractéristiques communes qui les distinguaient des autres sites connus de la région, identifiés sur les sommets de collines par des murs en pierres sèches. Les trois sites, tous trois installés sur des points stratégiques, ne portaient pas de traces visibles ou avérées de la présence de murs protohistoriques. À leur entrée, la présence d’un tertre artificielle en terre et pierres constituait la structure la plus remarquable tandis que les observations très préliminaires du matériel de surface récolté lors des prospections systématiques montraient la présence de deux phases principales de leurs occupations : l’une datée de la fin de l’âge du Bronze récent et de l’âge du Fer, l’autre probablement de l’époque romaine ou de l’Antiquité tardive. Dans ce contexte, l’exploration de ces sites associée à une définition chronologique plus précise de la présence d’occupations protohistoriques, fondent la problématique concernant l’habitat à l’âge du Fer encore inconnu de la région, mais aussi de mieux comprendre l’organisation du paysage préhistorique. Le site de Barç a été choisi comme le plus approprié pour entamer des investigations de terrain. En effet, d’un point de vue pratique, l’accès au site, qui culmine à 1 100 m d’altitude, bénéficie d’une route proche qui en facilite l’accès, ce qui est loin d’être le cas pour les autres sites.

3La campagne de fouille, dirigée conjointement par Rovena Kurti et Armelle Gardeisen avec la collaboration de Justine Robert comme cheffe de chantier, s’est déroulée du 27 avril au 27 mai 2022. La fouille a été précédée de prospections géophysiques sur les sites de Barç et de Boboshticë, réalisées pendant deux jours, du 28 au 29 avril, par une équipe du département de Géophysique de l’Université Aristote de Thessalonique, dirigé par le professeur Grigorios N. Tsokas. Des relevés topographiques et des clichés aériens, ont été réalisés en amont de la fouille au cours de la première semaine de terrain par le topographe de l’EFA, Lionel Fadin. La fouille s’est déroulée sur trois semaines, du 2 au 21 mai 2022 avec une équipe constituée des archéologues Rovena Kurti (Institut d’archéologie de Tirana), Justine Robert (archéologue, Bureau d’investigations archéologiques Hadès, Toulouse), Ulsi Tota (archéologue, anthropologue de l’Institut d’archéologie de Tirana), assistés de Dorian Kallanxhi (Musée archéologique de Korçë), quatre étudiants bénévoles Klevis Qeleshi (master II, Université Paul Valéry de Montpellier), Glendi Muça (master I, Université de Tirana), Gabriel Benkhirane et Evangelia Kourti, et par deux ouvriers albanais. La dernière semaine de la campagne a été dédiée au remblaiement de la zone fouillée, au lavage de la céramique, à la première stabilisation des données (scan de la documentation, saisie Syslat) suivi du rangement des mobiliers archéologiques et du matériel de fouille dans les réserves de Korça.

Localisation du site

4Le site de Barç est localisé à la périphérie sud‑est du bassin de Korça, dans la région sud‑est de l’Albanie (fig. 1). Il se trouve à environ 1,7 km au nord‑est de la ville actuelle de Korça, au sommet d’une colline qui s’élève à la périphérie sud‑est du village de Barç. Ce promontoire est l’une des premières collines qui s’élève immédiatement en bordure de la plaine et qui appartient à la chaîne de Morava, une chaîne de montagnes qui limite la bordure est de la plaine. La chaîne divise le bassin de Korça du bassin de Devoll, à l’est. La meilleure voie naturelle de communications entre les deux bassins se trouve à la limite nord de la chaîne et/ou à la limite nord‑est du bassin de Korça, où se trouve Gryka e Cangonjit (La Gorge du Cangonji). Néanmoins, une série de ravins profonds qui descendent des montagnes de Morava vers la plaine de Korça doit aussi avoir servi de voies de communication naturelles, en particulier pour faciliter la circulation entre les régions montagneuses à l’est de la plaine.

5Le site se trouve à l’extrémité ouest de l’un de ces ravins, au point où ce dernier bifurque en direction de l’ouest, avant de rejoindre la plaine, au niveau du village de Barç. Le sommet où le site est installé, d’une altitude de 1 120 m ASL., a une position dominante dans le paysage, avec une vue très étendue sur la plaine et les montagnes qui entourent le bassin. Par conséquence, le site de Barç se présente comme un point privilégié d’obervation qui offre de plus une perception visuelle de plusieurs sites protohistoriques de la plaine et de sites de hauteur.

Fig. 1. Carte géographique de localisation du site de Barç ; on note également les localisations de Maliq, Kallamas, et Sovjan.

Fig. 1. Carte géographique de localisation du site de Barç ; on note également les localisations de Maliq, Kallamas, et Sovjan.

© Hervé Bohbot / UMR 5140.

Historique de la recherche

  • 3 Andrea 1968, p. 125‑126.
  • 4 Un toponyme très fréquent pour des sommets de collines avec des vestiges anciens. Pour le même sit (...)
  • 5 Lera 1971, p. 117.

6Le site de Barç a été mentionné pour la première fois dans la littérature dans les années 1960, par l’archéologue albanaise Zh. Andrea, après une campagne de prospection extensive dans la région de Korça3. Après une brève description du site, qui est signalé par l’auteur du toponyme « Kalaja e Barçit » (la forteresse de Barçi »), le nom utilisé par les villageois4, Zh. Andrea note l’absence de murs et une concentration importante de tessons de céramique à la surface du sommet sud du site et sur la pente ouest de la colline au‑dessous. Elle remarque que le site a été occupé depuis la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer, et que la céramique à peinture mate de cette période est très semblable avec celle du site de Tren. Elle remarque également la présence de la céramique des périodes hellénistiques et romaines, et la nécessité d’entreprendre des fouilles pour comprendre la nature du site. Après cette publication, le site a été parfois listé aux côtés des autres sites de hauteur de l’âge du Fer qui entourent le bassin5 à partir des notes de Zh. Andrea.

  • 6 Kurti, Oberweiler 2020, p. 90; Oberweiler et al. 2020, p. 28–43.

7Il a été documenté pour la première fois de manière systématique en 2018, alors qu’il était soumis à des prospections archéologiques systématiques dans le cadre du projet PASHA6. La zone prospectée comprend la partie sommitale et la pente ouest de la colline (fig. 2).

Fig. 2. Croquis de prospections du site de Barç.

Fig. 2. Croquis de prospections du site de Barç.

Les Unités de Prospection (UP) en gris représentent les zones avec une densité de la céramique protohistorique.

© MAFAK.

  • 7 Oberweiler et al. 2020 ; Kurti, Oberweiler 2020, p. 90.
  • 8 Kurti et al. 2015 ; Kurti‑Ruka 2018, Kurti‑Ruka 2020 ; Papadopoulos 2006.

8L’année suivante, en 2019, le même projet a réalisé les premiers relevés topographiques par drone (L. Fadin, EFA). Les prospections ont confirmé les phases d’occupations suggérées par Zh. Andrea sur la base du matériel céramique récolté, à savoir une phase protohistorique ancienne de la fin du Bronze récent du début de l’âge du Fer, puis une phase plus récente, assignée à la période romaine et de l’Antiquité tardive mais sur la base d’observations préliminaires non vérifiées. On a également remarqué que le sommet de l’extrémité sud du site consistait en un tertre artificiel de pierres et de terre parsemé de traces de fouilles clandestines. La plupart du matériel préhistorique venait de la périphérie ouest de ce tertre et de la pente ouest de la colline, en contrebas du tertre. En l’absence d’évidente reconnaissance de murs d’enceinte, la nature du site demeurait incertaine. La présence d’un tertre assimilable à un tertre funéraire ou d’un tumulus protohistorique a été proposée en préambule comme une hypothèse de travail7. Même si les tumuli de hauteur ne sont pas connus dans le bassin de Korça (tous les tumuli identifiés ou fouillés sont implantés à la périphérie de la plaine), le choix des sommets de collines pour l’installation de nécropoles tumulaires est un phénomène connu par ailleurs ainsi que dans d’autres régions de l’Albanie8. Des sondages de contrôle étaient aussi prévus pour l’année 2019, mais qui n’ont pas eu lieux à cause du temps limités disponible puis ont été reportés en 2020 pour cause de pandémie.

Description du site

9La colline sur laquelle le site est implanté est constituée de roche ultrabasique qui caractérise la chaîne de Morava, avec d’autres types de roche comme le calcaire et la molasse (fig. 3). Le sommet de la colline est entouré à l’est nord/nord-ouest par des pentes très escarpées qui forment un ravin en contre bas, tandis que la pente ouest est plus douce à partir du sommet, devenant abrupte à sa base. Le site s’étend dans le sens nord‑sud sur une longueur d’environ 145 mètres entre les deux sommets séparés par une ligne de crête. On accède au site le plus facilement par le sud, en passant un petit col orienté d’est en ouest, séparant ainsi la colline du reste de la chaîne des collines qui se poursuit vers le sud.

10Le sommet de l’extrémité nord du site est entouré par un fossé peu profond de datation incertaine, seulement interrompu à l’est par un escarpement rocheux (dimensions : 60 m sud-nord × 20 m est‑ouest). Là, on peut distinguer un alignement de pierres sur le talus du fossé, près de la périphérie ouest/sud-ouest alignement qui pourrait appartenir à un mur. Plus bas vers le sud, on voit un autre alignement de forme semi-circulaire coupé par le chemin qui passe sur le sommet sur son coté est, ainsi que d’autres alignements le long de la crête. Cependant, la structure la plus remarquable du site reste le tertre artificiel d’environ 10 à 15 m de diamètre qui est implanté sur le petit sommet de l’extrémité sud du site. Composée de pierres de taille moyenne à grande et de terre, cette structure se développe depuis la partie la plus haute du terrain, à l’est, puis vers l’ouest en suivant la pente naturelle du terrain. Au sud, ce tertre est limité par la pente relativement raide qui descend vers le col situé à l’extrémité sud de la colline. Vers le nord, cette structure rejoint insensiblement la ligne de crête qui divise les deux espaces du site, tandis que de sa périphérie est suit une pente courte traversée par le chemin d’accès au site. Les « sondages » clandestins, de forme grossièrement rectangulaire ont été repérés sur le tertre, près de son centre culminant et sur sa pente sud‑ouest. Objectifs

11Cette première campagne de fouille avait comme objectif principal :

  1. la détermination de la nature du site
  2. une définition chronologique plus nette des phases d’occupation.

12La zone la plus appropriée pour réaliser ces objectifs était le tertre artificiel en pierre et terre du sommet sud du site, assimilé par certain à un tertre funéraire de l’âge du Fer (fig. 3 et 4). C’est donc ce tertre qui va retenir toute notre attention et qui sera l’objet de fouilles élargies jusqu’en 2024 dans le cadre du programme quadriennal du MEAE.

Fig. 3. Photo aérienne du site depuis le sud (zone en jaune).

Fig. 3. Photo aérienne du site depuis le sud (zone en jaune).

© MAFAK.

Fig. 4. Photo aérienne du site pendant les premiers jours de la fouille (vue de l’ouest).

Fig. 4. Photo aérienne du site pendant les premiers jours de la fouille (vue de l’ouest).

© MAFAK.

Mission topographique sur le site de Barç

Lionel Fadin

13La mission MAFAK avait prévu de réaliser une prospection géophysique sur les sites de Barç et de Boboshticë avant d’attaquer un nouveau programme de fouilles archéologiques à Barç. Ma mission de topographie consistait à géoréfencer la prospection de l’équipe grecque de M. Tsokas et d’implanter un système topographique local rattaché au système albanais. Cela doit permettre d’assurer un suivi topographique fiable et pérenne par les membres de l’équipe en mon absence. La réalisation de cette opération a été possible grâce à un drone de type Phantom 4 pro V2 de marque DJI, d’un DGPS de type CS15 de marque Leica ainsi que d’une station totale de type TS06 de marque Leica.

14À Barç, après avoir survolé le site avec le drone lors d’un vol programmé, j’ai pu réaliser un plan géoréférencé à l’aide de cibles localisées dans le système UTM34N à l’aide du DGPS CS15. J’ai ensuite transmis l’orthophotoplan à l’équipe des géophysiciens pour qu’ils puissent y superposer les résultats de leur interprétation (Annexe 2). Ensuite, j’ai installé un réseau de trois clous topographiques enfichés et collés dans le rocher qui permettront d’assurer le suivi topographique de la fouille. Les coordonnées des trois clous ont été mesurées avec le DGPS. Après avoir stationné les trois clous et enregistré les mesures, j’ai établi les coordonnées définitives. J’ai également formé Justine Robert à la mise en place et au maniement de la station totale afin qu’elle puisse enregistrer les points de détails nécessaires au suivi topographique de la fouille.

15À partir du modèle 3D, j’ai calculé des courbes de niveau équidistantes de 0,5m sur l’ensemble du site à partir du modèle numérique de terrain.

16De retour à mon bureau, j’ai récupéré tous les points de détails topographiques enregistrés par J. Robert ainsi que les photographies enregistrées pour la réalisation des orthophotoplans. J’ai donc extrait les coordonnées des cibles et calculé les orthophotoplans de la fouille. J’ai pu établir un fichier shape contenant tous les points topographiques et leurs champs associés. Toutes ces données ont ensuite été transmises à J. Robert afin qu’elle puisse traiter les données archéologiques de la fouille.

Les prospections géophysiques

Grigori Tsokas

17En prévision des explorations archéologiques envisagées sur les collines de Barç et de Boboshtica, nous avons fait procéder à des prospections géophysiques afin de nous aider à cibler des zones d’intervention précises sur les sommets des deux collines dont les surfaces sont importantes et qui comportent peu de repères identifiés comme antiques pour guider nos premiers sondages. Le rapport de ces prospections est livré en annexe 3. Globalement, nous n’avons pas été chanceux et en ce qui concerne Barç, les signaux ont subi des interférences liées à la nature du substrat géologique. Le magnétogramme a été perturbé par des éléments souterrains non caractérisées qui semble davantage correspondre à des anomalies qu’à des traces de vestiges préhistoriques. Néanmoins, les spécialistes suggèrent que certains de ces anomalies de petits dimensions sur la zone entre les deux sommets et sur la pente ouest, au‑dessous du tertre, pourraient correspondre à des structures artificielles. De fait, cette prospection aboutit à des hypothèses sur la présence de ruines, ou tout au moins de structure, laquelle serait probablement liée à des activités minières comme le suggère également l’environnement géologique proche. Ajoutons que les scories que nous avons retrouvées dans le sondage principal peuvent potentiellement étayer cette hypothèse. C’est ce que la fouille de 2023 devra vérifier.

  • 9 Logiciel libre QGis.

18À l’issue de la prospection géophysique, un survol en drone a été réalisé avant le début de la fouille par L. Fadin (EFA) afin de produire un plan général géoréférencé du site. Les structures relevées à l’aide de photos redressées ont ensuite été intégrées au plan général dans un Système d’Information Géographique9 grâce au repositionnement de chaque point topographique et dessinés directement sur le plan. Les relevés en coupe ont, quant à eux, été vectorisés sur Adobe Illustrator.

Première campagne de fouille sur le site de Barç

Justine Robert, Rovena Kurti

19Chaque couche est identifiée par une unité stratigraphique (US), numérotée à partir de 1001.

  • 10 Syslat Terminal est un système d’information archéologique mis à la disposition de la communauté a (...)

20Les faits et les ensembles sont matérialisés par un code standard « Syslat10 » utilisé en France et produit par le Labex Archimede et l’UMR 5140 à Montpellier (http://www.syslat.fr/​index.php/​syslat/​syslat-terminal).

Le Secteur 1

21Après un nettoyage général (US 1001) effectué sur toute la surface du tertre de 15 m de longueur sur 12 m de largeur, la fouille manuelle a été effectuée sur le quart sud‑ouest (le secteur 1) représentant une surface de 36 m², afin de caractériser la nature du site et de conserver deux bermes témoins afin de documenter les dynamiques de comblements (fig. 5).

Fig. 5. Vue du sud du Secteur 1 après le nettoyage de surface.

Fig. 5. Vue du sud du Secteur 1 après le nettoyage de surface.

© MAFAK.

22Le niveau supérieur US 1023 qui recouvre l’ensemble du secteur 1 présente de manière générale un pendage est‑ouest suivant la pente naturelle du terrain. La partie haute du secteur est marqué par une concentration très importante de blocs de taille moyenne à grande. À l’angle nord‑est du secteur délimité pour cette année de fouille, presque au centre du tertre, un sondage clandestin récent (SD02), orienté nord‑sud et de forme ovale irrégulière (2,60 m de longueur et 1,10 m de largeur), coupait le comblement de pierres US 1023 (fig. 6 et 7).

Fig. 6. Localisation des deux sondages clandestins (S01 et S02).

Fig. 6. Localisation des deux sondages clandestins (S01 et S02).

© MAFAK.

Fig. 7. Sondage clandestin S02 (vue de l’ouest).

Fig. 7. Sondage clandestin S02 (vue de l’ouest).

© MAFAK.

23Il est apparu rapidement, qu’au lieu du tertre funéraire supposé, la concentration de blocs à l’extrémité sud du promontoire était le résultat d’une destruction ou de l’abandon d’une structure ceinturée par deux murs en pierres liés d’argile (fig. 8). Toutes les couches stratigraphiques fouillées cette année dans la zone circonscrite des murs, dont la plupart sont observables sur les profils est et nord du secteur, représentent des niveaux de destructions et d’abandon de la structure ou bâtiment, mais qui plongent suivant des directions différentes (fig. 9‑11). Par conséquence, la stratigraphie de cette partie est complexe.

Fig. 8. Plan général de la fouille.

Fig. 8. Plan général de la fouille.

© MAFAK.

Fig. 9. La coupe est du Secteur 1.

Fig. 9. La coupe est du Secteur 1.

© MAFAK.

Fig. 10. La coupe est du Secteur 1 et les deux murs, MR03 et MR04.

Fig. 10. La coupe est du Secteur 1 et les deux murs, MR03 et MR04.

© MAFAK.

Fig. 11. La coupe nord du Secteur 1.

Fig. 11. La coupe nord du Secteur 1.

© MAFAK.

Descriptions des vestiges

24Les segments de deux murs découverts MR03 et MR04 (fig. 12 et 13), semblent appartenir à la même construction et représente l’ensemble le plus ancien du secteur 1. Ils définissent les limites ouest et sud d’un bâtiment de forme rectangulaire, qui se développe vers le sommet. La présence d’un possible mur observé vers l’est lors du nettoyage laisse présager une construction de 7 m de côté minimum (fig. 13).

Fig. 12. Secteur 1 et les deux murs à la fin de la fouille.

Fig. 12. Secteur 1 et les deux murs à la fin de la fouille.

© MAFAK.

Fig. 13. Photo aérienne du site : secteur 1 et l’organisation supposée du bâtiment.

Fig. 13. Photo aérienne du site : secteur 1 et l’organisation supposée du bâtiment.

© MAFAK.

25Le mur ouest, MR03, est orienté nord‑sud NL5°O (fig. 14a et 14b). Largement détruit vers le sud, il est conservé sur 2,12 m de longueur et se poursuit au nord sous la berme témoin. Il affecte une largeur maximale de 1,16 m et est conservé sur au moins 0,78 m de profondeur et quatre assises (observé lors de la fouille de l’US 1011 à l’intérieur de l’espace bâti). Sa continuité a été perçue dans le sondage SD01 à moins d’1,30 m de distance (cf. infra) mais il semble avoir été complètement démantelé ; seule la présence d’un gros bloc taillé et la trace d’une limite linéaire dans le rocher naturel permet de proposer une restitution qui s’étend vers le nord.

Fig. 14. Le mur ouest, MR03.

Fig. 14. Le mur ouest, MR03.

a, la façade est du mur ; b, le mur vu du nord.

© MAFAK.

26Le mur MR04, orienté est‑ouest NL86°E, a été observé sur 1,10 m de longueur et se poursuit vers l’est. Il est également largement détruit vers l’ouest et ne mesure que 0,35 m de largeur sur sa partie supérieure ; trois assises sont conservées sur 0,45 m de hauteur (fig. 15 ; voir aussi fig. 9 et 10).

27Les deux murs présentent les mêmes techniques de construction, avec des parements constitués de blocs pierres partiellement ébauchés liés à une argile très compacte est assez plastique de couleur orange (un échantillon d’argile a été prélevé). Des pierres de taille moyenne à grande sont utilisées pour les parements (de 0,40 × 0,25 × 0,23 m à 0,50 × 0,15 m), tandis qu’au milieu le mur est rempli avec des pierres de taille plus petite et quelques plus gros blocs. Les pierres calcaires, exogènes au massif, proviennent d’un autre gisement car la colline ainsi que les autres collines alentours sont composées de roches ultrabasiques de couleur gris, grisâtre. On retrouve également de la pierre ponce, très poreuse et de couleur blanche à verdâtre, mais qui reste beaucoup plus rare.

Fig. 15 : Vue de l’ouest du mur MR04.

Fig. 15 : Vue de l’ouest du mur MR04.

© MAFAK.

28Ces deux constructions (murs) ont été largement détruites et l’ensemble des niveaux repérés lors de la fouille participe d’une dynamique de destruction et ou d’abandon. En effet, aucun niveau de sol n’a été repéré lors de la fouille à l’exception peut‑être d’un niveau très noir (charbonneux) repéré en plan à l’extérieur du bâtiment (US 1010), au sud du mur MR04.

29L’intérieur du bâtiment délimité par les deux murs est marqué par des litages de plusieurs niveaux qui alternent niveaux de cailloutis (brun à noir) et niveaux plus argileux contenant pour certains de nombreux blocs (fig. 9‑11). La compréhension de ces niveaux, lors de la fouille, a été quelque peu compliquée, compte tenu du caractère très irrégulier des couches stratigraphiques. Ainsi, même si un pendage général a été observé vers l’ouest, dans le sens de la pente naturelle, il ne concerne finalement que le niveau supérieur de blocs effondrés (US 1023) et le niveau de cailloutis US 1003. Ces deux US recouvrent l’arase des murs MR03 et MR04. En revanche, à l’intérieur de l’espace enclos par les deux murs, un très net effet de soutirage affecte l’ensemble des US observées. Peu adapté à la fouille planimétrique, nombre de ces niveaux n’ont pu être entièrement fouillés à l’issue de la campagne de fouille. Ainsi, la couche US 1007, caractérisée par une matrice argileuse brun orangé clair et contenant de nombreux gros blocs (entre 0,20 et 0,50 m de côté), affecte un fort pendage vers le sud et s’appuie contre le mur MR04. Elle recouvre les niveaux lités de couches de cailloutis (US 1014, 1015 et 1011) et de couches limono-argileuse (US 1016 et 1026). Elles affectent nettement un fort pendage vers l’est et vers le sud, soit vers le centre du bâtiment.

Description sondage SD01

30En parallèle de la fouille du secteur 1, un sondage (SD01) a été effectué au niveau d’une tranchée clandestine creusée quelques années plus tôt (fig. 16). Localisée au nord du secteur 1, il a été décidé de la prolonger vers l’ouest afin de documenter, en coupe, l’emprise de l’éboulis et les éventuels aménagements présents. Le sondage mesure ainsi 5,20 m de longueur pour une largeur allant de 2 m à 0,80 m (fig. 8).

Fig. 16. Vue du sondage S01 après le nettoyage général (vue du nord‑est).

Fig. 16. Vue du sondage S01 après le nettoyage général (vue du nord‑est).

© MAFAK.

31Il a été fouillé jusqu’à l’apparition du rocher US 1027 à 1,40 m de profondeur. Ce dernier apparaît au plus haut à l’est à 1106,78 m d’altitude, il affecte ensuite un pendage assez abrupt pour atteindre, à l’extrémité ouest du sondage, 1105,61 m. Au centre du sondage, l’empreinte du mur MR03 découvert dans le secteur 1 est marqué dans le substrat par un léger surcreusement. Bien que le mur ait été largement épierré, un gros bloc taillé de 1 m de longueur semble être encore en place (fig. 17 et 18).

Fig. 17. Bloc appartenant probablement la fondation du mur MR03.

Fig. 17. Bloc appartenant probablement la fondation du mur MR03.

© MAFAK.

Fig. 18. La coupe nord du sondage S01 (vue du Sud‑Est).

Fig. 18. La coupe nord du sondage S01 (vue du Sud‑Est).

© MAFAK.

Fig. 19. La coupe nord du sondage S01.

Fig. 19. La coupe nord du sondage S01.

© MAFAK.

Fig. 20. La coupe sud du sondage S01.

Fig. 20. La coupe sud du sondage S01.

© MAFAK.

32Le comblement localisé au niveau du mur est hétérogène, lité et mêle argile brune et niveau plus charbonneux correspond à la phase de démantèlement de la construction.

33Les couches stratigraphiques observées dans les profils nord et sud du sondage sont majoritairement des niveaux de destruction et/ou d’abandon à l’exception peut‑être de la couche la plus ancienne US 1019 (fig. 19 et 20). Il s’agit d’un niveau limoneux très meuble brun noir qui recouvre la roche sur l’ensemble de l’emprise du sondage. Très charbonneux, il contient de nombreux éclats de roches et quelques tessons de céramique. Les charbons de bois forment une nette concentration à l’aplomb ouest du mur disparu, indiquant peut‑être la mise en place de cette couche avant l’épierrement du mur. Un prélèvement a été effectué afin de dater ce niveau par 14C. Il est recouvert par un niveau plus marron, assez meuble contenant de nombreux cailloux (entre 0,05 et 0,20 m de côté) et quelques tessons de céramique (US 1018).

34La couche sus-jacente US 1020 est caractérisée par la présence presque exclusive de blocs d’assez gros modules et de petits cailloutis très aérés, rendant la couche très instable en coupe lors de la fouille. Elle correspond probablement à une phase de démolition et/ou d’effondrement du bâti, elle affecte en effet un pendage sud‑est/nord-ouest et a été repéré à l’extérieur du mur MR03. Vers l’est, un autre niveau de blocs prend place au‑dessus du niveau charbonneux US 1019. Visible uniquement dans la coupe sud du sondage (fig. 20), les blocs sont pris dans un niveau argileux mais ne semblent pas réellement agencés : il peut s’agir, là encore, d’un niveau de destruction.

35Vers l’ouest, plusieurs niveaux lités vont recouvrir ces niveaux d’abandon. Ils sont caractérisés par la présence de nombreux cailloutis mêlés à un sédiment très sableux brun clair à jaunâtre assez induré (US 1022 et US 1021). Vers le nord et uniquement visible dans la coupe ouest‑est, un autre niveau de cailloutis (US 1017) est visible entre l’US 1021 et les US 1018 et 1020. Il a livré quelques tessons de céramique et est caractérisé par une teinte brun noir (fig. 21).

Fig. 21. Détail de la coupe nord du sondage S01.

Fig. 21. Détail de la coupe nord du sondage S01.

© MAFAK.

36Pour finir, les niveaux les plus récents sont constitués d’une matrice limono argileuse contenant une grande quantité de blocs qui constituent l’élévation générale du tertre. Ils correspondent aux dernières phases d’abandon du site (US 1023 et 1024).

37La présence du mur semble avoir marqué ces niveaux d’abandon. En effet, vers le point culminant du sommet, la présence des blocs est beaucoup plus importante qu’à l’extérieur avec des pendages différentiels selon la présence des murs. Ainsi l’US 1023 semble contrainte à l’intérieur de la construction (fig. 22) tandis que l’US 1024 correspond à l’éboulement des blocs se déversant dans la pente.

Fig. 22 : Détail de la coupe sud du sondage S01.

Fig. 22 : Détail de la coupe sud du sondage S01.

© MAFAK.

Le mobilier et les phases représentées

38La céramique représente l’essentiel du matériel archéologique recueilli. À partir d’un examen rapide par les spécialistes Tobias Krapf (spécialiste de céramique protohistorique, École suisse d’Athènes) et Skënder Bushi (spécialiste de céramique romaine, Musée national d’Histoire à Tirana), un tri préliminaire a été réalisé et ainsi que des clichés photographiques des pièces les plus diagnostiques. Cet examen nous permet de proposer quelques résultats préliminaires.

39Le matériel appartient à deux phases principales d’occupation du site : la plus ancienne date de l’âge du Fer et l’autre de la période Hellénistique. La présence de quelques rares fragments datés de la période romaine a également été notée.

40Comme il est bien évident sur tableau 1, la céramique de l’âge du Fer est particulièrement bien représentée dans les niveaux anciens où l’on ne retrouve aucun autre type de céramique (US de 1017 à 1019. En ce qui concerne les couches stratigraphiques les plus récentes : celle du nettoyage de surface (US 1001), du comblement du sondage S01 (US 1002 et 1004), et les diverses couches de destruction/abandon et de remblai dans le Secteur 1 (US 1003, 1005, 1007, 1011, 1013, 1014, 1015), elles sont hétérogènes, avec des mélanges de céramiques des deux (trois ?) phases. On note pourtant un nombre plus important de la céramique de l’âge du Fer par rapport à celle de période hellénistique pour les couches de remblai US 1011 et US 1014 du Secteur 1, dont la seconde couvre partiellement le mur MR03. Ces deux couches n’ont pas encore été fouillées entièrement.

41Il est intéressant de noter que trois des quatre couches homogènes contenant uniquement de la céramique de l’âge du Fer, sont situées à l’extrémité ouest du sondage S01 : US 1017, 1018, 1019, qui représentent des niveaux anciens de destruction/abandon, tandis que US 1019 est la couche plus ancienne qui pourrait aussi être mis en place avant la fondation du mur MR03 (voir plus haut).

42Parmi les fragments de la céramique de l’âge du Fer on note que la céramique a peinture mate est mieux représentée que celle des autres types de décor (fig. 23). Cette céramique semble dater du tout début de la première phase de l’âge du Fer albanais, soit du 10e s. av. J.‑C., mais sa présence est continue en remontant la stratigraphie, ce qui n’en fait pas un élément exactement diagnostic en terme de chronologie. La céramique à peinture mate est également présente dans la couche la plus ancienne (la plus profonde), US 1019 (fig. 24). Nous y avons d’ailleurs prélevé un morceau de charbon qui sera prochainement daté par radiocarbone 14C, ce qui nous fournira des précisions importantes sur la première phase d’utilisation de cette structure.

  • 11 Communication orale de Skënder Bushi (Musée national d’Histoire à Tirana).

43En ce qui concerne la céramique hellénistique, elle se présente variée et semble globalement s’intégrer dans l’intervalle du 3e au 1er s. av. J.‑C11. Les fragments de récipients d’usage quotidien sont les plus nombreux avec la céramique de table. Bien que plus rares, on signalera aussi des fragments d’amphores de transport (fig. 25a). Les fragments diagnostiques suggèrent la présence de vases qui appartiennent aux catégories de récipients tels que : skyphos, tasses, cruches ou amphores de table.

44Cette première campagne de fouilles n’a pas fourni d’autres catégories importants du mobilier, sauf quelques fragments de scories (tableau 1) des couches du Secteur 1 circonscrits par les deux murs mais qui ne semblent pas être des scories de production/combustion ; des petits fragments de terre à bâtir et très peu de restes de faune éparpillés dans les couches (NR= 6 fragments osseux et dentaires).

Fig. 23. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de Barç, parmi lesquels deux canthares (a, d).

Fig. 23. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de Barç, parmi lesquels deux canthares (a, d).

a et b, US 1001 ; c, 1002 ; d, 1005.

© MAFAK.

Fig. 24. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de l’US 1019, S01, Barç.

Fig. 24. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de l’US 1019, S01, Barç.

© MAFAK.

Fig. 25. Céramique de la période Hellénistique de Barç.

Fig. 25. Céramique de la période Hellénistique de Barç.

a, US 1014 ; b1‑b2 et c1‑c2, US1001.

© MAFAK.

Conclusions préliminaires

45Cette première campagne de fouilles à Barç a permis d’obtenir des indices probants sur le caractère désormais non funéraire du tertre artificiel situé sur le sommet sud du site. La structure, matérialisée par deux murs dont l’un mesure plus d’1 m de largeur, témoigne de la présence d’un bâtiment de forme quadrangulaire assez massif, à caractère peut‑être défensif, comme par exemple une tour implantée sur le point dominant à l’entrée du site. Compte tenu de sa localisation, cette superstructure aurait pu jouer un rôle important (tour de garde ou de guet), car le sommet de la colline représente déjà un point de surveillance de la plaine dont on voit toute la partie nord, en particulier. La céramique récoltée évoque une occupation pendant au moins deux phases chronologiques, l’âge du Fer et la période hellénistique. Cependant, la prédominance de la céramique de l’âge du Fer, en particulier dans des niveaux d’abandon et/ou de destruction, indique plus vraisemblablement une occupation à cette période. Si tel est le cas, le site de Barç deviendrait la première mention de découverte d’une telle structure de l’âge du Fer, non seulement pour le bassin de Korça mais pour l’ensemble du territoire albanais, car les seuls sites de hauteur connus jusqu’à présent pour cette période ont livrés des murs d’enceinte en pierres sèches. Dans ce contexte, l’exploration du site offre des perspectives pour l’étude de la dynamique du développement de l’habitat à l’âge du Fer et pour une définition chronologique plus nette des premières installations des populations protohistoriques sur les collines autour du bassin de Korça. Cela reste encore un sujet peu étudié, car les sites de hauteur demeurent bien moins explorés que les sites de plaine.

Perspectives

46La campagne 2023 consistera à fouiller intégralement les niveaux de démolitions du tertre afin de dégager en plan les constructions et leurs niveaux de sol/circulation associés encore en place. Ceci permettra de définir plus précisément l’espace bâti, d’affiner la chronologie de l’occupation et de proposer des hypothèses sur la fonction du site.

47À l’est et au nord, deux interruptions linéaires du substrat rocheux associées à des alignements de blocs laissent présager la présence de murs. Il s’agira également de réaliser des sondages manuels afin de caractériser ces éventuelles constructions et de connaître la puissance stratigraphique conservée à l’intérieur des espaces définis (fig. 13).

Haut de page

Bibliographie

Andrea 1968
Zhaneta Andrea, « Rezultatet e kërkimeve informative në rrethin e Korçës », Materiale të sesionit arkeologjik, 2‑3/x/1967, 1968, p. 125‑135.

Oberweiler et al. 2019
Cécile Oberweiler, Gilles Touchais, Petrika Lera, « Les dynamiques d’implantation des habitats dans le bassin de Korçë (Albanie) de la préhistoire à la période médiévale : facteurs humains et paléoenvironnementaux », in Jean‑Luc Lamboley, Luan Përzhita, Altin Skenderaj (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité VI, Actes du VIe colloque international de Tirana, 20‑23 mai 2015, Tirana, Paris, ALSA, 2019, vol. III, p. 935‑946.

Kurti, Oberweiler 2020
Rovena Kurti, Cécile Oberweiler, « Raport mbi vëzhgimin arkeologjik në qendrat e lartësive kodrinore përreth pellgut të Korçës (misioni arkeologjik shqiptaro-francez i Pellgut të Korçës, 2018-2019) », Candavia 8, 2020, p. 67‑107.

Lera 1971
Petrika Lera, « Gjurmë të reja të lashtësisë në Pellgun e Korҫës », Monumentet 1, 1971, f. 176‑183.

Papadopoulos 2006
John K. Papadopoulos, « Mounds of memory: burial tumuli in the Illyrian landscape », in Lorenz Bejko, Richard Hodges (éd.), New Directions in Albanian Archaeology. Studies presented to Muzafer Korkuti, Tirana, International Center for Albanian Archaeology, 2006, p. 75‑84.

Haut de page

Notes

1 Voir les rapports sur les campagnes de 2007 à 2017 ; et aussi Oberweiler et al. 2019.

2 Kurti, Oberweiler 2020; Oberweiler et al. 2020, p. 28–43.

3 Andrea 1968, p. 125‑126.

4 Un toponyme très fréquent pour des sommets de collines avec des vestiges anciens. Pour le même site Zh. Andrea note aussi le toponyme « Çingene Kala », potentiellement utilisé par les habitants, mais que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la toponymie.

5 Lera 1971, p. 117.

6 Kurti, Oberweiler 2020, p. 90; Oberweiler et al. 2020, p. 28–43.

7 Oberweiler et al. 2020 ; Kurti, Oberweiler 2020, p. 90.

8 Kurti et al. 2015 ; Kurti‑Ruka 2018, Kurti‑Ruka 2020 ; Papadopoulos 2006.

9 Logiciel libre QGis.

10 Syslat Terminal est un système d’information archéologique mis à la disposition de la communauté archéologique. Il est entièrement libre et gratuit.

11 Communication orale de Skënder Bushi (Musée national d’Histoire à Tirana).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte géographique de localisation du site de Barç ; on note également les localisations de Maliq, Kallamas, et Sovjan.
Crédits © Hervé Bohbot / UMR 5140.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 2. Croquis de prospections du site de Barç.
Légende Les Unités de Prospection (UP) en gris représentent les zones avec une densité de la céramique protohistorique.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 3. Photo aérienne du site depuis le sud (zone en jaune).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 4. Photo aérienne du site pendant les premiers jours de la fouille (vue de l’ouest).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 5. Vue du sud du Secteur 1 après le nettoyage de surface.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 6. Localisation des deux sondages clandestins (S01 et S02).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 7. Sondage clandestin S02 (vue de l’ouest).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 8. Plan général de la fouille.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 9. La coupe est du Secteur 1.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 10. La coupe est du Secteur 1 et les deux murs, MR03 et MR04.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Fig. 11. La coupe nord du Secteur 1.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 12. Secteur 1 et les deux murs à la fin de la fouille.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 13. Photo aérienne du site : secteur 1 et l’organisation supposée du bâtiment.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 14. Le mur ouest, MR03.
Légende a, la façade est du mur ; b, le mur vu du nord.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 15 : Vue de l’ouest du mur MR04.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 16. Vue du sondage S01 après le nettoyage général (vue du nord‑est).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 17. Bloc appartenant probablement la fondation du mur MR03.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 18. La coupe nord du sondage S01 (vue du Sud‑Est).
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 19. La coupe nord du sondage S01.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig. 20. La coupe sud du sondage S01.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 21. Détail de la coupe nord du sondage S01.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 22 : Détail de la coupe sud du sondage S01.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 23. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de Barç, parmi lesquels deux canthares (a, d).
Légende a et b, US 1001 ; c, 1002 ; d, 1005.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 24. Tessons de céramique à peinture mate de l’âge du Fer de l’US 1019, S01, Barç.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 25. Céramique de la période Hellénistique de Barç.
Légende a, US 1014 ; b1‑b2 et c1‑c2, US1001.
Crédits © MAFAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9335/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rovena Kurti, Armelle Gardeisen, Justine Robert et Lionel Fadin, « Nouvelles recherches de la mission archéologique franco‑albanaise du bassin de Korçë (MAFAK) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Balkans, mis en ligne le 07 septembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/9335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.9335

Haut de page

Auteurs

Rovena Kurti

Albanian Institute of Archaeology

Articles du même auteur

Armelle Gardeisen

CNRS, UMR5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes

Justine Robert

Hadès, Bureau d’investigations archéologiques, Toulouse, France

Lionel Fadin

EFA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d’opération

Rovena Kurti

Albanian Institute of Archaeology

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Armelle Gardeisen

CNRS, UMR5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search