Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2020Le désert oriental et le littoral...Ouadi Sannur

2020
Le désert oriental et le littoral de la mer Rouge

Ouadi Sannur

Responsables d’opération : François Briois et Béatrix Midant-Reynes

Entrées d’index

Établissement éditeur :

IFAO

Année de lʼopération :

2019

Lieux :

Egypte
Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2019 (5 octobre – 5 novembre)

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17133 – Les exploitations de silex du Ouadi Sannur (Galâlâ nord)

Composition de l’équipe de terrain : L’équipe était composée de François Briois (EHESS, UMR 5608 TRACES), Béatrix Midant-Reynes (CNRS, UMR 5608), Pierre-Antoine Beauvais (archéologue, université Toulouse Jean Jaurès), Mohamed Gaber (topographe, Ifao), Mohamed Hassan (restaurateur, Ifao) et Mohamed Husein (intendant). Le ministère des Antiquités était représenté par Aasma Farouk. Le raïs Gamal Nasr al-Din a dirigé l’équipe de 8 ouvriers.

Partenariat institutionnel : La mission bénéficie du soutien du fonds Khéops pour l’archéologie.

Texte intégral

1Les travaux entrepris au Ouadi Sannur depuis 2014 ont pour objectif l’étude d’un vaste complexe minier localisé sur la partie sud-ouest du massif du Galâlâ nord. Les calcaires éocènes de ce plateau contiennent de riches ressources d’un silex gris calcédonieux de très belle qualité qui a fait l’objet d’une exploitation intensive depuis les premières dynasties jusqu’à l’Ancien Empire. Des carrières et des ateliers de taille d’étendue variable ont été localisés à ce jour sur près de 1 000 km2, dans une large zone entre Nil et mer Rouge, ainsi que des campements dont l’étude a été placée dans nos priorités.

2Les mines constituent, en effet, des espaces d’interaction entre les populations du désert qui maîtrisent le milieu et les ressources et les groupes venus de la vallée (mineurs, tailleurs, administrateurs, soldats) pour en exploiter les richesses au profit d’une classe dominante, qui, de son côté, exerce sur cette exploitation une pression et une centralisation accrues. Comment les sites se positionnent-ils dans la géologie locale au sein d’un réseau de circulation et de communication qui joint la vallée du Nil à la mer Rouge ? Quelles techniques de taille du silex ont été mises en œuvre pour produire à grande échelle des objets de qualité opérationnels, tant au plan économique (les lames) que symbolique (les couteaux) ? Est-il possible de percevoir une dimension socio-économique au travers de l’étude des productions ? Existe-t-il des établissements relais ayant pu fonctionner comme des centres de redistribution ?

3Ce sont ces questions qui constituent notre problématique et guident nos recherches sur le terrain.

1. Le campement de mineurs WS013

  • 1 Briois, Midant-Reynes 2018, p. 296.

4En 2017, nous avions dégagé, sur le site WS013 qui se trouve sur la terrasse d’un méandre du Ouadi Umm Nikhaybar (fig. 1), le plan d’un bâtiment composé de cinq pièces (A, B, C, D, K) auquel s’accolaient plusieurs autres pièces manifestement ajoutées (M, E, F) (fig. 2). Nous avions noté un décalage dans l’orientation du mur nord de la pièce F de sorte qu’il joignait un autre ensemble cohérent, situé à l’ouest, en bordure du ouadi, et que nous avons dégagé en 2018 (I, J, O, P, Q, R, S)1. Aux fins de comprendre l’articulation fonctionnelle et chronologique de ces deux groupes de bâtiments, la fouille du secteur ouest avait été programmée pour 2019. Mais nous avons dû réorienter les actions de terrain en raison d’un énorme trou de pillage qui, dans ce secteur ouest, a détruit une partie des structures et a recouvert les autres d’un monumental amas de blocs calcaire. Au regard de cet événement, nous avons, dans un premier temps, achevé la fouille de la pièce M, laissée intacte, puis engagé la fouille vers le nord, à partir de la petite structure N, incomplètement dégagée en 2018, et dont on pouvait supposer qu’elle constituait l’extrémité sud d’un autre ensemble se développant vers le nord, en suivant le ouadi, et que des alignements pierreux difficilement discernables laissaient cependant deviner.

Fig. 1. Localisation de WS013 dans le Ouadi Umm Nikhaybar (relevé et plan Mohamed Gaber).

Fig. 1. Localisation de WS013 dans le Ouadi Umm Nikhaybar (relevé et plan Mohamed Gaber).

© Ifao. 17133_2019_NDMCN_001

Fig. 2. Plan schématique de WS013 (relevé et plan Mohamed Gaber).

Fig. 2. Plan schématique de WS013 (relevé et plan Mohamed Gaber).

© Ifao. 17133_2019_NDMCN_002

2. La pièce M et le complexe du nord

2.1. La pièce M

5La fouille de la pièce M a permis de mieux comprendre l’accumulation pierreuse que constituait en cet endroit la ruine du mur est de M (M21), du mur ouest de A (M20) et de B (M15). Ce dégagement a clairement mis en évidence que la pièce M avait été ajoutée au complexe principal, et que les murs ouest de A et de B avaient été repris après que M eut été mis en place. Comme dans pratiquement toutes les autres pièces, M est structurée par un foyer et présente sur toute sa surface des lames de silex dispersées et des tessons (fig. 3).

Fig. 3. WS013. Pièce M vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).

Fig. 3. WS013. Pièce M vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPF_001

2.2. Le complexe nord

(fig. 2)

6Il se développe à partir de la structure rectangulaire N, dont on a dégagé une petite pièce mitoyenne (U), et marque une orientation sud-ouest – nord-est similaire à celle de l’ensemble ouest (G, I, J,O, P, Q, R, S) et qui se distingue du bloc initial. Au-delà d’un espace de quelques mètres (V), une nouvelle structure rectangulaire a été mise au jour (W) (fig. 4). On a pu en apprécier le bon état de conservation, en raison de son enfouissement plus profond dans le sédiment du bord du ouadi.

Fig.4. WS13. Pièce W vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).

Fig.4. WS13. Pièce W vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPF_002

7Le matériel livré par ces nouveaux espaces est en lien avec les exploitations de silex, comme dans les ensembles précédemment fouillés, mais ouvre de nouvelles pistes quant à l’exploitation de matériaux autres, tels le calcaire, le jaspe, les coquillages de la mer Rouge.

8Dans la pièce U (3,70 × 4,20 m), où une forte concentration de lames de silex et des tessons étaient ennoyés dans le sédiment limoneux sableux jaune formant sol, une cinquantaine de galets de jaspe rouge avaient été stockés, groupés au pied du mur nord de la pièce. Tous présentaient des enlèvements correspondant à des tests opérés par des tailleurs afin d’évaluer leur potentialité en tant que matière première pour la confection d’objets (perles, amulettes, etc.). Une pièce bifaciale discoïdale en jaspe, correspondant à une préforme de bracelet, a été trouvée dans le même environnement (fig. 5, no 4). Des coquillages marins provenant de la mer Rouge ont été mis au jour pour la première fois en WS013, aucune pièce n’en ayant encore à ce jour livré. Il s’agit d’un Glycimeris et de cinq Nerita. Ils ne présentent aucune perforation qui eût permis de les classer parmi les perles.

9V est un espace ouvert entre U et W. Il se caractérise par la présence d’un grand foyer (V-1534) creusé dans le substrat calcaire, rempli de cendres et de gros charbons de bois. Ces derniers ont fait l’objet d’un export au laboratoire de l’Ifao.

10La grande pièce W (9 × 6 m) se distingue par une orientation plus marquée vers le nord-est. À la fouille, il apparaît que les deux murs est et ouest se prolongent tant vers le nord que vers le sud, ce qui fait des trois murets transversaux des murs de refends. Trois foyers ont été mis au jour et fouillés, qui n’appartiennent pas tous aux mêmes niveaux d’occupation. Mais la découverte principale est constituée par les fragments d’une table d’offrande en calcaire (fig. 6), qui a été restaurée par Mohamed Hassan (Ifao). Un défaut naturel de la pierre avait visiblement conduit à l’arrêt de sa confection et à son abandon. Cette découverte suggère que les occupants du site WS013 n’étaient pas seulement investis dans la taille et l’exploitation du silex, mais que d’autres matières premières étaient mises en œuvre.

  • 2 Pour une première approche de la céramique du Ouadi Sannur, voir Guyot et al. 2018.

11Aucune céramique complète n’a été trouvée cette année. La majorité des tessons enregistrés appartiennent à des grandes jarres importées de la vallée, ce qui corrobore le modèle selon lequel les équipes apportaient une part importante de leur subsistance, le pain étant, en revanche, produit sur place2. On soulignera cependant la découverte d’un support de jarre en pâte désertique, dans la pièce U, qui constitue le premier du genre en WS013.

Fig. 5. WS013, outillage lithique des pièces B (nos 1 et 3), U (no 4) et W (no 2) (photos B. Midant-Reynes).

Fig. 5. WS013, outillage lithique des pièces B (nos 1 et 3), U (no 4) et W (no 2) (photos B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPM_001

Fig. 6. WS013. Table d’offrande en calcaire, abandonnée en cours de fabrication, mise au jour dans la pièce W (photo B. Midant-Reynes).

Fig. 6. WS013. Table d’offrande en calcaire, abandonnée en cours de fabrication, mise au jour dans la pièce W (photo B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPM_002

3. L’industrie lithique : un atelier dans la pièce B

  • 3 Briois, Midant-Reynes 2018, p. 297, fig. 4.

12L’exploitation du silex constitue bien la principale activité du camp de mineurs de WS013. Chaque pièce a livré un nombre important de lames de belle qualité, parfois des spécimens exceptionnels groupés, formant des concentrations évoquant des dépôts ou des caches. En 2018, deux concentrations majeures de lames de très belle facture avaient été dégagées dans les pièces C et D3. Cette année, c’est une concentration de beaux racloirs triangulaires (fig. 7) qui a été mise au jour au pied du mur est de W.

  • 4 Briois, Midant-Reynes 2017, p. 335-337, fig. 6.

13Mais le point fort de cette activité demeure l’atelier de taille de la pièce B. Trois campagnes ont été dévolues à son démontage selon les méthodes pratiquées par les préhistoriens. Ce travail méticuleux a été pris en charge et mené à son terme par P.-A. Beauvais. Des nucleus par centaines, complets ou cassés, des milliers d’éclats, de lames et de débris témoignent d’une production in situ de lames, en quantité, mais aussi de couteaux bifaciaux (fig. 5, no 3) et de bracelets (fig. 5, no 1). Parmi les 11 339 silex enregistrés, on trouve un nombre important de nucleus à lames sur lesquels de nombreux remontages ont pu être effectués. Il a été ainsi possible de reconstituer les chaînes opératoires et d’observer ce qui avait déjà attiré notre attention sur un autre site (WS328)4, à savoir la coexistence de tailleurs expérimentés et d’apprentis.

Fig. 7. WS013. Cache de racloirs triangulaires en silex de la pièce W (photo B. Midant-Reynes).

Fig. 7. WS013. Cache de racloirs triangulaires en silex de la pièce W (photo B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPF_003

4. La datation

4.1. La céramique

  • 5 Guyot et al. 2018.

14Le répertoire céramique est dominé par une vaisselle fonctionnelle bien connue des débuts de la IVe dynastie. Une comparaison avec un nombre limité d’assemblages provenant des monuments funéraires des règnes de Snéfrou et Khéops en témoigne. Il est cependant important d’insister sur les particularités du Ouadi Sannur en raison de son caractère non funéraire, de la nécessaire adaptation à la vie dans le désert et des comparaisons avec les productions du Ouadi Jarf et de Ras Budran5. Il convient par ailleurs de souligner que plusieurs types de jarres sont attestés dès les premières dynasties et que leurs formes perdurent. Ce point important renvoie au suivant.

4.2. Les datations 14C

15Plusieurs échantillons de charbons de bois provenant des foyers ont été exportés au laboratoire de l’Ifao. Les premiers résultats (3 dates) suggèrent que le site était occupé dès la première dynastie, vers 2900 BC, ce qui correspond très probablement au début de l’exploitation des mines. Il est difficile de savoir si l’occupation a été continue jusqu’au début de l’Ancien Empire où la production a atteint un sommet. Le fait est que les traits forts de la IVe dynastie, tant au plan de la production lithique que des céramiques, ont écrasé les formes antérieures.

5. Les prospections

16Les prospections ont été menées au sein d’un vaste ensemble de minières inédit (800), repéré par l’examen des images satellites sur la partie occidentale du plateau du Galâlâ nord. À cet endroit, prennent naissance de nombreux ouadis qui ont entaillé les calcaires de l’Éocène supérieur avant de rejoindre la vallée du Nil en empruntant des canyons encaissés. Ces canyons ont été utilisés comme voies de passage, comme le montrent les nombreuses traces de pistes caravanières identifiées. Les mineurs ont exploité les bancs de silex horizontaux dégagés par l’érosion sur les bords de plateau. Ces exploitations sont aisément identifiables par des tranchées longilignes de plusieurs centaines de mètres de longueur et par les haldes qui les bordent (fig. 8). Les blocs de silex extraits ont été taillés sur place pour la fabrication d’une quantité industrielle de lames mais aussi pour la fabrication de grands couteaux à taille bifaciale et plus ponctuellement le façonnage de disques bifaciaux correspondant à des préformes de bracelets. Deux sites (WS817-820 et WS812) ont permis d’identifier un mobilier lithique abondant et comparable sur les plans morphologique et technologique à tous les sites identifiés jusqu’à présent dans cette partie du Galâlâ. Ces découvertes viennent renforcer l’idée de l’intensité et de l’étendue très vaste des exploitations minières au début de l’époque pharaonique.

Fig. 8. Prospection sur la mine de silex de WS812 (photo B. Midant-Reynes).

Fig. 8. Prospection sur la mine de silex de WS812 (photo B. Midant-Reynes).

© Ifao. 17133_2019_NDMPF_004

6. Conclusion et perspectives

17En dépit des destructions auxquelles le début de la campagne 2019 a dû faire face, celle-ci a apporté des résultats significatifs, qui justifient la poursuite de l’investissement sur ce site.

18WS013 dessine à présent une occupation sur le long terme, de la Ire à la IVe dynastie, qui s’étend sur plusieurs centaines de mètres dans le fond du Ouadi Umm Nikhaybar. Ce camp de mineurs est composé de plusieurs groupes de bâtiments en lien avec les exploitations de silex, en premier lieu, mais aussi avec d’autres matériaux, comme le calcaire local, la jaspe provenant du Ouadi Sannur et les coquillages originaires de la mer Rouge. C’est le complexe le plus important au sein d’un vaste réseau d’échanges qui relie la vallée du Nil à la mer Rouge, où plusieurs autres camps de base ont déjà pu être testés (WS005, WS010). La proximité d’une citerne naturelle, en partie réaménagée, n’y est sans doute pas pour rien.

19Les perspectives de recherche sur le terrain pour l’année à venir porteront principalement sur la poursuite du dégagement et l’étude de l’établissement WS013, notamment dans son développement nord qui semble mieux conservé. Cette fouille, relativement urgente en raison des destructions occasionnées par les carrières modernes qui se développent dans cette région, permettra de compléter le plan de cette installation, de connaître le fonctionnement des espaces et d’en préciser la chronologie. Ce programme sera complété par la poursuite des prospections sur le complexe minier WS800 dont une large part reste encore à explorer et à documenter.

Haut de page

Bibliographie

Briois, Midant-Reynes 2017
François Briois, Béatrix Midant-Reynes, « Ouadi Sannur », in Rapport d’activité 2016-2017, suppl. au BIFAO 117, 2017, p. 332-355.

Briois, Midant-Reynes 2018
François Briois, Béatrix Midant-Reynes, « Ouadi Sannur », in Rapport d’activité 2018, suppl. au BIFAO 118, 2018, p. 293-302.

Guyot et al. 2018
Frédéric Guyot, Julie Marchand, Christiane Petit, « The 4th Dynasty Flint Quarries in the North Galala Plateau: A Ceramic Approach », BCE 28, 2018, p. 183-210.

Haut de page

Notes

1 Briois, Midant-Reynes 2018, p. 296.

2 Pour une première approche de la céramique du Ouadi Sannur, voir Guyot et al. 2018.

3 Briois, Midant-Reynes 2018, p. 297, fig. 4.

4 Briois, Midant-Reynes 2017, p. 335-337, fig. 6.

5 Guyot et al. 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation de WS013 dans le Ouadi Umm Nikhaybar (relevé et plan Mohamed Gaber).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 2. Plan schématique de WS013 (relevé et plan Mohamed Gaber).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 3. WS013. Pièce M vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig.4. WS13. Pièce W vue vers le sud (photo B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5. WS013, outillage lithique des pièces B (nos 1 et 3), U (no 4) et W (no 2) (photos B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 6. WS013. Table d’offrande en calcaire, abandonnée en cours de fabrication, mise au jour dans la pièce W (photo B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-6.JPG
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 7. WS013. Cache de racloirs triangulaires en silex de la pièce W (photo B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-7.JPG
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 8. Prospection sur la mine de silex de WS812 (photo B. Midant-Reynes).
Crédits © Ifao. 17133_2019_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/955/img-8.JPG
Fichier image/jpeg, 892k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Briois, Béatrix Midant-Reynes, « Ouadi Sannur » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/baefe/955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.955

Haut de page

Auteurs

François Briois

EHESS, UMR 5608 TRACES

Articles du même auteur

Béatrix Midant-Reynes

CNRS, UMR 5608

Articles du même auteur

  • Ouadi Sannur [Texte intégral]
    Mines de silex pharaoniques
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Tell el-Iswid [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Responsables d’opération

François Briois

EHESS, UMR 5608 TRACES

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Béatrix Midant-Reynes

CNRS, UMR 5608

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Ouadi Sannur [Texte intégral]
    Mines de silex pharaoniques
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search