Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2023Italie du SudCumes. Recherches archéologiques ...

2023
Italie du Sud

Cumes. Recherches archéologiques dans la nécropole de la porte Médiane

Campagne 2022
Responsable d’opération : Priscilla Munzi
Notice rédigée avec Elisa Conca, Marina Covolan, Marcella Leone, Eliza Orellana-González et Géraldine Sachau-Carcel

Entrées d’index

Établissement éditeur :

CJB

Année de lʼopération :

2022

Lieux :

Cumes

Chronologie :

Antiquité romaine

Peuples :

Samnites, Romains
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 23 mai-24 juin 2022 ; 05‑09 septembre 2022

Autorité nationale présente : Parco archeologico dei Campi Flegrei – MiC

Numéro de mission : Concession DG‑ABAP_SERV II_UO1|07/05/2021|0015353‑P

Composition de l’équipe de terrain : Elisa Conca, chercheuse associée au Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR), archéologue ; Marina Covolan, postdoctorante CIVIS3i - MSCActions, Aix Marseille Univ, CNRS, Centre Camille Jullian, chercheuse associée au Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR), archéologue ; François Fouriaux, Centre Jean Bérard, UAR 3133 CNRS‑EFR, topographe ; Noémie Ledouble, archéologue ; Marcella Leone, CNRS, Centre Jean Bérard (UAR 3133, CNRS‑EFR), archéologue-céramologue ; Priscilla Munzi, CNRS, Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR), archéologue ; Eliza Orellana-González, Université de Bordeaux, PACEA, Université Bordeaux Montaigne, École française de Rome, archéologue-anthropologue ; Géraldine Sachau-Carcel, UMR 7268 ADES, Aix Marseille Université, CNRS, EFS, archéologue-anthropologue.
Étudiants et collaborateurs externes qui ont participé à la campagne de fouille 2022 : Renzo Antonietti (Université d’Aix-Marseille), Jean-Marie Carcel (chercheur indépendant), Eva Drochon (Université de Lille), Mathilde Dubessy (Université de Rouen Normandie), Anthony Gillot (archéologue), Alexandre Laurent (Université de Bourgogne), Cecilia Mathias (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Cyriac Merle (Université de Bourgogne), Antoine Podzinski (Université de Tours), Klervi Quéré (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Téo Schillinger-Geis (Université de Haute-Alsace).
Spéléologues (Associazione Cocceius) : Adele Delicato, Maurizio Fagnola, Giovanni Grasso, Raffaella Lamagna, Annalisa Virgili.

Partenariats institutionnels :
– CJB
– Collège de France

Organismes financeurs :
– MEAE (Mission archéologique « Italie du Sud »)
– EFR
– CNRS

Établissement éditeur : CJB

Établissements porteurs de l’opération :
– CJB
– Collège de France

Texte intégral

Remerciements : La fouille de la nécropole de la porte Médiane de Cumes fait partie du programme de recherche « Aux marges de la ville de Cumes » porté par le Centre Jean Bérard (UAR 3133, CNRS‑EFR) et le Collège de France avec le soutien du Parco archeologico dei Campi Flegrei.
Nous tenons à remercier de leur aide et appui le directeur du Parco archeologico dei Campi Flegrei, Fabio Pagano, l’archéologue Marialaura Iadanza et l’architecte Marida Salvatori, fonctionnaires responsables de zone, ainsi que Cesare Giordano.
Les recherches à Cumes sont financées par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères (Mission archéologique « Italie du Sud »), le CNRS et l’École française de Rome.

Données scientifiques produites :
Cumes. Aux marges de la ville

Chroniques de l’EFR :
https://journals.openedition.org/​cefr/​990

Introduction

1Les campagnes de fouille de ces dernières années ont permis de poursuivre l’exploration des niveaux de la nécropole de la basse époque hellénistique, oblitérés par le grand complexe impérial situé immédiatement à l’extérieur des remparts septentrionaux, au nord‑est de la porte dite Médiane (fig. 1).

Fig. 1. Vue aérienne de Cumes et du secteur au nord‑est de la porte Médiane.

Fig. 1. Vue aérienne de Cumes et du secteur au nord‑est de la porte Médiane.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

2La mission de cette année a pu organiser et mener à bien les opérations du 23/05 au 24/06 et du 5 au 9/09/2022.

3Les activités sur le terrain ont été consacrées à la fouille de deux monuments funéraires et d’une série de sépultures primaires individuelles à inhumation datables entre la fin de l’époque républicaine et celle tardo-impériale (fig. 2). Par ailleurs, un sondage réalisé près des remparts a permis de vérifier les anomalies signalées par les prospections géophysiques réalisées en 2021 et de mettre au jour, immédiatement à l’extérieur de la ville, un imposant système d’évacuation des eaux de pluie et des eaux usées avec une orientation parallèle aux fortifications. La courte mission de septembre, réalisée en collaboration avec les spéléologues de l’Association Cocceius, en a permis une première exploration.

Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole au nord‑est de la porte Médiane.

Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole au nord‑est de la porte Médiane.

CJB / © CC BY‑NC‑ND.

Bilan de l’activité de terrain de 2022

Les tombeaux MSL73225 et MSL73178

4Autour du milieu du ier s. av. J.‑C., les tombes hypogées à voûte en berceau faites de gros blocs de tuf sont remplacées par des monuments semi-hypogées édifiés en opus incertum et enduits, destinés à accueillir des inhumations. Semi-enterrés, ils sont disposés sur plusieurs rangées. Six monuments ont été dégagés dans ce secteur, dont un intégralement fouillé cette année (MSL73178).

5Un nouveau sondage a également été ouvert à une dizaine de mètres au sud de l’hypogée dit « du banquet pour l’éternité » (MSL73101), là où les profils de georésistivité réalisés en 2021 signalaient une anomalie. Un monument funéraire appartenant à la même typologie a été dégagé (MSL73225).

Le tombeau MSL73178 (fig. 3‑4)

6Le mausolée semi-hypogée MSL73178 est orienté est‑ouest avec l’entrée à l’ouest. Il présente au moins deux phases de construction, dont la seconde est à mettre en relation avec la consolidation du toit.

7L’accès à la chambre funéraire se fait par un passage dans le mur de façade. Le monument présente une voûte (VT73179) en maçonnerie constituée au moins pour la partie sommitale de blocs sub-parallélépipèdes irréguliers, de différentes mesures et grossièrement taillés, liés par du mortier. Elle présente un profil en arc tendanciellement en plein cintre.

Fig. 3. Vues de l’extérieur et de l’intérieur du mausolée MSL73178.

Fig. 3. Vues de l’extérieur et de l’intérieur du mausolée MSL73178.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

Fig. 4. Éléments des mobiliers funéraires du mausolée MSL73178.

Fig. 4. Éléments des mobiliers funéraires du mausolée MSL73178.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

8À l’extérieur, les moellons de tuf sont recouverts d’une couche de mortier mélangée à des fragments de tuf, préparatoire à une couche de finition superficielle en cocciopesto peinte en rouge (US 73178).

9Les parements intérieurs du mur de la lunette est (MR73326) et de tous les murs périmétraux sous la corniche (MR73458-MR73461) sont construits en blocs de tuf grossièrement taillés, de formes et de mesures irrégulières, mis en œuvre avec du mortier de chaux selon la technique de l’opus incertum. Contrairement à tous les autres murs, celui de la lunette ouest (MR73454) est constitué au moins dans sa partie sommitale d’une rangée de grands blocs de tuf, équarris et mis en œuvre à sec.

10L’espace intérieur a une forme presque carrée d’environ 2,9 m de côté et est occupé par trois lits, avec un espace vide dans l’angle sud‑ouest et au centre.

11La voûte se place sur les côtés nord et sud d’une corniche en saillie à profil simple (US 73456), en dalles de tuf non uniformes, qui court sur tout le périmètre de la chambre funéraire à l’exclusion de l’architrave monobloc cintrée.

12Les lits semblent tous appartenir à la même phase de construction et ils ont été réalisés en érigeant des murets de moellons de tuf non réguliers, travaillés uniquement vers l’extérieur, liés par du mortier. L’espace entre les murs des lits et les murs périmétraux du monument a ensuite été comblé par une couche de terre et la surface recouverte d’un enduit de couleur rose. La partie des murs située sous la corniche est recouverte d’une couche d’enduit rose plus grossier (US 73457). La corniche, la voûte et les murs des lunettes sont simplement enduits de blanc (US 73455).

13Une seconde phase de construction comprend les murs MR73180-MR73183 qui s’appuient, en les englobant, au sommet du parement extérieur de la voûte d’origine, contre le parement extérieur de la lunette est et la façade ouest en grands blocs. Les parements de ces nouveaux murs sont réalisés avec des éléments de tuf de forme sub-quadrangulaire, de dimensions irrégulières, disposés en assises tendant à 45° et avec des chaînes angulaires en moellons rectangulaires. Ils sont recouverts d’un enduit gris (US 73339). La jonction entre le sommet du parement extérieur du mur ouest MR73183 et la façade en grands blocs (MR73454) est constituée de fragments de tuf et de mortier recouverts d’une couche de cocciopesto (US 73325).

14Bien que l’intérieur ait été complètement altéré par l’accès de fouilleurs clandestins, il a été possible de récupérer des données sur les individus déposés dans le tombeau et quelques objets des mobiliers funéraires. Des os humains, mélangés au sable de mer normalement utilisé comme lit de déposition, appartenant à des individus inhumés et d’autres recueillis très probablement après le rite de crémation dans une urne cinéraire, retrouvée fragmentaire, ont été mis au jour.

15La fouille de la chambre a permis de retrouver quelques restes de mobiliers funéraires (US 73453), notamment plusieurs fragments d’os ouvragés et des éléments en métal qui pourraient faire partie du revêtement d’un coffret en bois dont plusieurs appliques de forme circulaire en os finement travaillées et en bronze, éléments en os en forme de pétale et circulaires, un manche mobile, une serrure en bronze et un fragment de clé. Les éléments de la cassette étaient éparpillés dans le couloir et sur le lit nord (SP73463). Un kit de jeu avait également été déposé dans le tombeau, composé de deux dés en os et d’une série de pièces de jeu en pierre.

16De nombreux contenants à parfum ont été trouvés dans le couloir : six balsamaires en verre, dont trois attribuables au type 7 de la typologie de De Tommaso (dernières décennies du ier s. av. J.‑C. – première moitié du ier s. ap. J.‑C.), un balsamaire du type De Tommaso 67 (époque augustéenne ou tibérienne) et trois du type Calvi Eα (forme produite à partir du début du ier s. ap. J.‑C. et jusqu’à la première motié du iie s. ap. J.‑C.), et deux unguentaria fusiformes en céramique. Également du couloir provient un vase zoomorphe en céramique à glaçure plombifère datable entre la fin du ier s. av. J.‑C. et le début du ier s. ap. J.‑C. Plusieurs fragments appartenant au moins à onze alabastra en albâtre ont également été restitués. Il s’agit de vases à parfum proches de la forme Colivicchi II.3, datant de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C., de la forme Colivicchi II.4.1, datant de la première moitié du ier s. ap. J.‑C. et d’une petite coupe qui ne trouve pas de comparaison, mais qui rappelle les exemplaires en céramique à parois fines attestés à Cumes dans les contextes du ier s. av. J.‑C.

17Sur la base des éléments recueillis à l’intérieur du mausolée, on peut proposer que la dernière fréquentation de la tombe se situe dans la première moitié du ier s. ap. J.‑C., probablement au plus tard sous le règne de Tibère.

Le tombeau MSL73225 (fig. 5)

18Découvert juste au sud‑ouest de la ferme du xviiie s. de Matteo Scotto d’Aniello le Procidano, le monument semi-hypogée MSL73325 est orienté nord‑ouest – sud‑est, avec l’entrée orientée vers le nord‑ouest. Le mausolée présente un plan rectangulaire dont les dimensions extérieures sont d’environ 4 m de longueur et 3,15 m de largeur et à l’intérieur d’environ 3 m de longueur et 2,50 m de largeur.

19La façade monumentale se caractérise par la présence dans la partie haute de trois cippes englobés dans la maçonnerie.

Fig. 5. Vues de l’extérieur du mausolée MSL73225.

Fig. 5. Vues de l’extérieur du mausolée MSL73225.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

20Le cippe plus au nord, US 73490, présente la partie sommitale travaillée ; sur l’enduit de revêtement sont visibles des lettres peintes en noir sur deux lignes : IDIA M F sur la ligne supérieure et VALE sur la ligne inférieure.

21L’accès à la chambre funéraire se faisait par un dromòs (US 73508) creusé dans la terre, dont seule la partie proche du monument a été fouillée. Dans le mur de façade est aménagé un accès surmonté d’une architrave arquée monobloc. Le passage est fermé par un bloc monolithique de tuf (US 73496).

22Les parements intérieurs et extérieurs des maçonneries sont construits en moellons en tuf de forme polygonale pour la plupart irréguliers, ébauchés en surface, alités de manière chaotique, liés par un mortier abondant, selon la technique de l’opus incertum.

23Sur une corniche en saillie à profil simple constituée de blocs rectangulaires de tuf prend naissance la voûte en berceau (VT73493), construite en moellons de tuf de forme principalement sub-rectangulaire et de différentes tailles pour les 5 premiers assises au‑dessus de la corniche, liés entre eux par un mortier abondant avec des joints épais. Le sommet de la voûte est réalisé avec des moellons de tuf de forme rectangulaire, hétérométriques, liés par du mortier et disposés en rayon.

24À l’extérieur, les blocs de la voûte sont recouverts d’une couche de mortier et de fragments de tuf, avec un moulage qui suit la forme du sommet du mur de fermeture sud‑est (MR73498). Au‑dessus de cette couche préparatoire est posée une fine couche d’enduit de couleur rouge, retrouvée jusqu’au niveau de sol SL73507 en phase avec le creusement du dromòs (US 73508).

25L’espace intérieur est entièrement occupé par trois lits le long des côtés nord‑est (SP73514), sud‑est (SP73515) et sud‑ouest (SP73516), avec seulement l’espace du couloir libre de structures. Les lits sont construits dans des maçonneries similaires aux murs du mausolée ; aucune trace d’enduit de finition n’a été reconnue sur les murs de la chambre funéraire.

26La stratigraphie interne et les structures des lits ont été complètement bouleversées par l’action de fouilleurs clandestins, qui se sont introduits à l’intérieur du monument par un trou pratiqué dans la partie occidentale du mur nord‑est, à hauteur de la corniche.

27La chambre funéraire a été retrouvée presque complètement vide, sauf dans le couloir, rempli jusqu’au sommet des lits d’une couche limono-sableuse (US 73510), riche en os humains et animaux, éclats de tuf, fragments de céramique, cailloux et agglomérés de mortier. Une concentration de restes osseux en position secondaire d’individus inhumés est présente à la surface de la partie nord du lit sud‑est (SP73515).

28Le niveau de sol à l’intérieur de la chambre n’a pas été atteint cette année.

Les sépultures primaires individuelles à inhumation

29Une autre intervention a concerné un lot de sépultures affleurantes, mise au jour lors des derniers décapages près de l’hypogée « du banquet pour l’éternité » et entre le mur de soutènement de la terrasse impériale et le mausolée MSL73178. Il s’agit de sept sépultures primaires individuelles.

30● La plus ancienne des sépultures dégagées cette année est la tombe à cappuccina SP73443, découverte dans le secteur situé à l’ouest de l’hypogée « du banquet pour l’éternité » (MSL73101) (fig. 6). Elle a une orientation nord‑ouest – sud‑est, elle n’est pas perturbée et l’architecture funéraire, réalisée avec des tuiles (US 73443), est bien conservée. Sur chaque côté, trois tuiles en bâtière forment la couverture de la tombe, alors qu’aux extrémités sont aménagées deux tuiles disposées de façon verticale. L’espace entre les tuiles de la cappuccina est couvert par des imbrices. La sépulture a été implantée dans une fosse de forme ovoïdale (US 73445) dont les parois se rétrécissent vers le bas.

Fig. 6. a) Vue de la sépulture en fosse avec couverture de tuile en bâtière SP73443 ; b) Vue du squelette et du mobilier en place ; c) Le mobilier funéraire US 73529.

Fig. 6. a) Vue de la sépulture en fosse avec couverture de tuile en bâtière SP73443 ; b) Vue du squelette et du mobilier en place ; c) Le mobilier funéraire US 73529.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

31Le squelette (US 73444) mis au jour repose sur le fond de la fosse en position dorsale. Il s’agit d’un individu adulte en mauvais état de conservation et de représentation. Il est représenté par le crâne, quelques fragments des os longs, quelques vertèbres lombaires et les patellas. La logique anatomique est conservée et il semble que le colmatage soit intervenu après la décomposition. Plusieurs objets associés à la sépulture constituent le mobilier (US 73529). Au niveau du crâne, du côté droit : un alabastron en albâtre, attribuable à la forme Colivicchi II.1.1 daté entre la seconde moitié du iie et la fin du ier s. av. J.‑C., un miroir en bronze circulaire et une épingle en os travaillé, appartenant à une typologie déjà attestée dans les contextes cumains de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. ; au niveau des extrémités inférieures, un unguentarium fusiforme en céramique de type cumn‑ung A.II se trouve dans l’espace entre les patellas. Et enfin, un élément indéterminé en fer a également été découvert dans la sépulture.

32● La sépulture SP73311, avec une orientation est-sud-est – ouest-nord-ouest, appartient à la typologie dite a bauletto, maçonnée, comprenant plusieurs niveaux de fermeture de la tombe reposant sur quatre murets en moellons de tuf jaune (fig. 7). Une fois le cadavre déposé, une tuile disposée à plat ferme directement le coffrage de pierre ; un second niveau de tuiles, cette fois en bâtière, est installé avant d’être recouvert d’un couche de mortier gris et de pierres.

Fig. 7. Vue de la sépulture a bauletto SP73311 et détail du mobilier funéraire US 73439.

Fig. 7. Vue de la sépulture a bauletto SP73311 et détail du mobilier funéraire US 73439.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

33L’individu est un sujet immature déposé sur le dos, avec les membres supérieurs le long du corps de part et d’autre du bassin et les membres inférieurs légèrement fléchis, genoux et chevilles resserrés. Le squelette est très mal conservé et pulvérulent.

34Un faisceau d’arguments tels que la position contrainte du crâne et des pieds démontre la présence au moment de la décomposition d’une enveloppe textile souple non conservée.

35Au moment de la déposition, le défunt portait des boucles d’oreilles circulaires en or et, sur la main droite, une bague à double spirale en forme de serpent. Le corps était accompagné d’une monnaie en bronze d’Antonin le Pieux placée près de la bouche et de différents objets disposés autour du corps : près de la tête se trouvait un balsamaire en verre bleu ; sur le côté droit un fuseau en os, un élément indéterminé, un petit clou en bronze et un balsamaire en verre opaque blanc attribuable au type De Tommaso 7 (dernières décennies du ier s. av. J.‑C. – première moitié du ier s. ap. J.‑C.) ; une pyxide en verre rubanée d’or a été trouvée près des pieds, dont la diffusion est documentée à partir des premières décennies du ier s. ap. J.‑C.

36Le mobilier découvert (US 73439) suggère qu’il s’agit d’un individu de sexe féminin mais le caractère immature des os du bassin ne permet pas de proposer un sexe biologique.

37Plusieurs sépultures d’époque tardo-impériale ont été également mises au jour près du mur de soutènement nord de la terrasse impériale (MR72002), installées dans les niveaux qui marquent l’abandon du complexe. Elles sont toutes orientées est‑ouest. Les corps inhumés sont pour la plupart déposés dans des coffres bâtis en moellons de tuf, aménagés au fond de fosses (fig. 8a).

Fig. 8. a) Vue de la zone nord du secteur E73 ; b) La sépulture SP73315 ; c) La sépulture SP73422 et le mobilier funéraire US 735254 ; d) La sépulture SP73428 ; e) La sépulture SP73432 ; f) La sépulture SP73451.

Fig. 8. a) Vue de la zone nord du secteur E73 ; b) La sépulture SP73315 ; c) La sépulture SP73422 et le mobilier funéraire US 735254 ; d) La sépulture SP73428 ; e) La sépulture SP73432 ; f) La sépulture SP73451.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

38● La sépulture SP73315 avec une orientation nord‑ouest – sud‑est, est située à l’aplomb du mur MR72002 dont la maçonnerie participe à l’architecture funéraire (fig. 8b). Les tuiles posées sur le muret sud du coffre étaient appuyées contre le mur, formant ainsi une demi-bâtière.

39Le squelette est un sujet immature (US 73317), déposé sur le dos, les membres supérieurs fléchis sur l’abdomen, la main gauche sur la main droite et les membres inférieurs, en extension et parallèles. L’âge de l’individu se situe entre 14 et 20 ans. La conservation du squelette est bonne ainsi que sa représentation. Le corps s’est décomposé dans un espace vide. Aucun mobilier n’a été découvert dans cette sépulture.

40● La sépulture SP73422 appartient à la typologie des tombes à cappuccina. Sur chaque côté, trois tuiles en bâtière forment la couverture, alors qu’à l’extrémité ouest est aménagée une tuile disposée en vertical. Celle‑ci recouvre un coffre en moellons de tuf de forme rectangulaire joints par du mortier (US 73525) (fig. 8c) bâti à l’intérieur d’une fosse de forme semi rectangulaire (US 73426). Le squelette (US 73425) repose sur le fond de la fosse en decubitus et orienté est‑ovest. Malgré un état fragmentaire et incomplet, tout le squelette est représenté et la logique anatomique est conservée. Il s’agit d’un individu adulte. La mauvaise conservation du bassin n’a pas permis d’en estimer le sexe.

41Au niveau du pied gauche, un gobelet a collarino à parois fines proche du type Ricci I/122, attesté depuis l’époque flavienne jusqu’à la fin du iiie s. ap. J.‑C., constitue le mobilier de la tombe (US 73524). Le vase contenait à l’intérieur un clou en fer.

42● La sépulture SP73428 appartient à la typologie des tombes à cappuccina. Sur chaque côté, deux tuiles en bâtière forment la couverture conservée, alors qu’à l'extrémité ouest est aménagée une tuile disposée en vertical. Celle‑ci recouvre un coffre en moellons de tuf jaune de forme rectangulaire et mortier (fig. 8d) aménagée à l’intérieur d’une fosse de forme semi rectangulaire (US 73431).

43Le squelette (US 73430) mis au jour repose sur le fond de la fosse sur le dos et est orienté est‑ouest, la tête à l’est. Il s’agit d’un individu adulte en mauvais état de conservation. L’individu est représenté par un fragment de crâne (occipital), scapulas et côtes en état fragmentaire, os longs des membres supérieurs et inférieurs. La logique anatomique est conservée pour tout l’individu sauf pour les pieds, probablement à cause d’une perturbation post-dépositionnelle. Un effondrement au niveau de la cage thoracique et le pelvis, vraisemblablement de la structure funéraire, a certainement perturbé la sépulture. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps. Les membres inférieurs sont très resserrés, les genoux joints et les chevilles jointes. Au vu de la disposition des restes squelettiques, il est possible de supposer la présence d’une enveloppe textile souple, ouverte au niveau des pieds. Le colmatage a dû intervenir après la décomposition, car les fragments des côtes se trouvent à plat.

44Dans le sédiment au‑dessous du squelette (US 73528), près du côté gauche du crâne, a été trouvée une monnaie en bronze (US 73486) ; l’état de conservation de la pièce ne permet pas de l’identifier.

45● La sépulture SP73432 se situe au nord‑est du mausolée MSL73178 à proximité immédiate de la tombe SP73418 (fig. 8e). La fosse est quadrangulaire et recoupée à l’est. La sépulture est constituée de plusieurs niveaux de fermeture. Le premier niveau découvert est composé de pierres en tuf jaune et de mortier gris. Le second niveau est constitué de deux tegulae posées en bâtière, d’une tegula de chant au niveau du crâne et d’une imbrex sous le crâne. Les tuiles sont maintenues à leur base par un mortier gris.

46Le squelette est celui d’un individu adulte (US 73435), orienté ouest‑est. La conservation des ossements est particulièrement mauvaise et ils sont très pulvérulents. L’individu est déposé sur le dos, les membres supérieurs le long du corps sans qu’il soit possible de déterminer la position des avant‑bras. Les côtes ainsi que les éléments de bassin présents sont entièrement mis à plat, ce qui indique une décomposition en espace vide, concordante avec le type d’architecture funéraire. Le comblement de la sépulture intervenant dans un second temps par infiltration.

47La représentation de l’individu est plutôt bonne pour ce qui est conservé ; il manque toutefois toute la partie inférieure du squelette. Les épiphyses des os longs sont fusionnées, les fragments d’ilium et de crête iliaque conservée sont fusionnés. Ces éléments permettent de déterminer que cet individu est un sujet adulte. Le sexe de l’individu n’est pas déterminable.

48Une monnaie en bronze de Vespasien a été mise au jour dans la partie haute du thorax et un balsamaire en verre, très fragmentaire, a été découvert en avant de l’imbrex (US 73447).

49● La sépulture SP73451 est installée le long du mur MR72002 (fig. 8f). Il s’agit d’une sépulture maçonnée sur les côtés ouest et sud, le troisième côté est constitué par le mur MR72002. Les murets sont composés de trois niveaux d’assises de moellons de tuf bâtis sur terre et non chaînés entre eux. La sépulture est entièrement recoupée par une fosse à l’est, au niveau du bassin.

50Il s’agit d’un sujet adulte, déposé sur le dos, les membres inférieurs en extension et parallèles. Les ossements sont plutôt bien conservés et la représentation des membres inférieurs est bonne. Le sexe en l’absence du bassin n’a pu être estimé. Aucun mobilier n’a été découvert dans cette sépulture.

Les remparts et le réseau de canalisation pour l’évacuation des eaux de pluies et des eaux usées de la ville (secteur E74)

  • 1 D’Agostino B., Fratta F., Malpede V., Cuma. Le fortificazioni. 1. Lo scavo 1994-2002, vol. 1, Napo (...)

51Les prospections géophysiques effectuées en septembre 2021 avaient permis d’identifier une anomalie parallèle au tracé des remparts qui pouvait être interprétée comme la limite nord du fossé dont l’existence à cet endroit avait été proposée par l’Université L’Orientale de Naples1 (fig. 9a‑b).

Fig. 9. Plan du secteur E74 avec l’anomalie signalée par les prospections et hypothèse de restitution des remparts, du fossé et du collecteur, coupe S‑N.

Fig. 9. Plan du secteur E74 avec l’anomalie signalée par les prospections et hypothèse de restitution des remparts, du fossé et du collecteur, coupe S‑N.

a : CIBA, DBC, Dipartimento di Geoscienze, UniPd / © CC BY‑NC‑ND ; b : CJB / © CC BY‑NC‑ND.

52La fouille a permis de mettre au jour un réseau de canalisation lié à l’évacuation des eaux de pluie et des eaux usées de la ville, situé à environ 9‑9,50 m au nord du rempart hellénistique dont il suit l’orientation. Ce système semble connaître plusieurs phases de construction et d’utilisation datables, en l’état actuel des recherches, entre l’époque républicaine et le iie s. apr. J.‑C.

53Une exploration préliminaire du collecteur a été effectuée en passant par un puits (PT74125), construits en moellons de tuf rectangulaires liés avec du mortier et conservée sur env. 3,40 m (fig. 10a‑b).

Fig. 10. a‑b) Vue du secteur fouillé en 2022 avec le puits PT74125 et l’extrados de la voûte VT74151 ; c) Vue de la voûte en grand blocs (VT74152) du collecteur ; d) Vue de la partie est du collecteur ; e) Vue de la partie ouest du collecteur.

Fig. 10. a‑b) Vue du secteur fouillé en 2022 avec le puits PT74125 et l’extrados de la voûte VT74151 ; c) Vue de la voûte en grand blocs (VT74152) du collecteur ; d) Vue de la partie est du collecteur ; e) Vue de la partie ouest du collecteur.

CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.

54Le conduit présente une partie plus large vers l’est (plus de 1,60 m de largeur, peut être env. 2 m ; fig. 10c), composé de deux murs (MR74157-MR74158) en moellons rectangulaires de tuf, de dimensions moyennes, disposés en assises horizontales et liés avec du mortier. La voûte en berceau, légèrement rebaissée (VT74156), est en caementicium coulé sur des cintres en bois. Dans la partie supérieure des murs du canal sont visibles les trous de boulins.

55Cette canalisation semble s’appuyer vers l’ouest sur une section d’environ 4 m de long, plus étroite, avec une voûte en grands blocs de tuf jaune (VT74152 ; fig. 10c et e), mis en œuvre sans liant.

56Un prolongement de la canalisation vers l’ouest, d’au moins 25 m, est en connexion avec la partie en grands blocs (fig. 10d). Il s’agit d’un specus de 1,60 m de large, composé par deux murs (MR74154-MR74155) en moellons rectangulaires de tuf, liés avec du mortier. La voûte en berceau (VT74153) est réalisée en caementicium et, comme pour le tronçon est, sur les murs sont visibles les trous de boulins.

57Les conditions dans lesquelles a été réalisée l’exploration ne permettent pas de connaître la longueur totale de l’ensemble du canal, ni de voir la hauteur des murs à cause de la présence d’un puissant niveau de sédiment qui comble le conduit.

58Le collecteur devait arriver vers l’ouest en proximité de la porte Médiane et très probablement passer au nord des avant‑corps hellénistiques, pour après se diriger vers la lagune de Licola. Faut‑il imaginer que celui‑ci est aménagé dans le creusement du fossé archaïque au moment de son remblaiement ?

Perspectives pour 2023

59Nous prévoyons au printemps 2023 de poursuivre la fouille des monuments funéraires de la nécropole des iieier s. av. J.‑C., des remparts de la ville et du système monumental d’évacuation des eaux usées mis au jour cette année.

Haut de page

Notes

1 D’Agostino B., Fratta F., Malpede V., Cuma. Le fortificazioni. 1. Lo scavo 1994-2002, vol. 1, Napoli, 2005 ; D’Agostino B., Giglio M., Cuma. Le fortificazioni. 3. Lo scavo 2004-2006, vol. 2, Cava de’ Tirreni, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 1. Vue aérienne de Cumes et du secteur au nord‑est de la porte Médiane.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole au nord‑est de la porte Médiane.
Crédits CJB / © CC BY‑NC‑ND.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 3. Vues de l’extérieur et de l’intérieur du mausolée MSL73178.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 4. Éléments des mobiliers funéraires du mausolée MSL73178.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 5. Vues de l’extérieur du mausolée MSL73225.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 6. a) Vue de la sépulture en fosse avec couverture de tuile en bâtière SP73443 ; b) Vue du squelette et du mobilier en place ; c) Le mobilier funéraire US 73529.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 7. Vue de la sépulture a bauletto SP73311 et détail du mobilier funéraire US 73439.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 8. a) Vue de la zone nord du secteur E73 ; b) La sépulture SP73315 ; c) La sépulture SP73422 et le mobilier funéraire US 735254 ; d) La sépulture SP73428 ; e) La sépulture SP73432 ; f) La sépulture SP73451.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 9. Plan du secteur E74 avec l’anomalie signalée par les prospections et hypothèse de restitution des remparts, du fossé et du collecteur, coupe S‑N.
Crédits a : CIBA, DBC, Dipartimento di Geoscienze, UniPd / © CC BY‑NC‑ND ; b : CJB / © CC BY‑NC‑ND.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 10. a‑b) Vue du secteur fouillé en 2022 avec le puits PT74125 et l’extrados de la voûte VT74151 ; c) Vue de la voûte en grand blocs (VT74152) du collecteur ; d) Vue de la partie est du collecteur ; e) Vue de la partie ouest du collecteur.
Crédits CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9675/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Priscilla Munzi, Elisa Conca, Marina Covolan, Marcella Leone, Eliza Orellana-González et Géraldine Sachau-Carcel, « Cumes. Recherches archéologiques dans la nécropole de la porte Médiane » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 06 août 2023, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/9675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.9675

Haut de page

Auteurs

Priscilla Munzi

CNRS, Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR)

Articles du même auteur

Elisa Conca

chercheuse associée au Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR)

Articles du même auteur

Marina Covolan

Postdoctorante CIVIS3i - MSCActions, Aix Marseille Univ, CNRS, Centre Camille Jullian, chercheuse associée au Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR)

Articles du même auteur

Marcella Leone

CNRS, Centre Jean Bérard (UAR 3133, CNRS‑EFR)

Articles du même auteur

Eliza Orellana-González

Université de Bordeaux, PACEA, Université Bordeaux Montaigne, École française de Rome

Articles du même auteur

Géraldine Sachau-Carcel

UMR 7268 ADES, Aix Marseille Université, CNRS, EFS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Priscilla Munzi

CNRS, Centre Jean Bérard (UAR 3133 CNRS‑EFR)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search