Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2023Les cités vésuviennesLa cave de la boulangerie VI 3, 3...

2023
Les cités vésuviennes

La cave de la boulangerie VI 3, 3.27‑28 à Pompéi

Rapport sur la campagne 2022
Responsable d’opération : Nicolas Monteix
Notice rédigée avec Sébastien Lepetz et Camille Noûs

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFR

Année de lʼopération :

2022

Lieux :

Pompéi

Chronologie :

Empire romain, Ier siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Dates précises de l’opération : 9 au 17 juin 2022

Autorité nationale présente : Parco Archeologico Pompei (MiC)

Numéro de mission : Concessione MIC – DG‑ABAP SERV II UO1 del 20/05/2022, prot. no 18961‑P

Composition de l’équipe de terrain : Nicolas Monteix (IUF, GRHis) ; Antonie Brenne, étudiante Freie Universität Berlin ; Sébastien Lepetz (CNRS, UMR 7209) ; Enora Le Quéré (Université de Rouen-Normandie, GRHis) ; Frédéric Pauvarel (Photographe) ; Rebecca Santinelli, étudiante U. La Sapienza – Roma ; Camille Noûs (Laboratoire Cogitamus).

Organismes financeurs :
– Institut universitaire de France
– École française de Rome
– GRHis (Université de Rouen – Normandie)

Établissement éditeur : EFR

Établissements porteurs de l’opération : EFR

Texte intégral

Remerciements : Nous remercions le Parco Archeologico di Pompei pour nous avoir permis de travailler dans les meilleures conditions. Nous remercions tout particulièrement le dott. Gabriel Zuchtriegel, directeur général du Parc, le dott. Antonino Russo, fonctionnaire archéologue responsable de notre secteur, le dott. Giuseppe Scarpati, fonctionnaire archéologue chargé des concessions.

  • 1 Monteix et al. 2013, § 13‑14.
  • 2 Mazois 1824, p. 60. Le caveau pourrait correspondre à la cave. Aucune trace d’un quelconque scelle (...)
  • 3 Pour effectuer ce sondage en toute sécurité, il a été nécessaire de procéder à l’aménagement de pa (...)

1La fouille de la cave située sous le four de la boulangerie VI 3, 3.27‑28 fait suite à sa mise en évidence et à son dégagement très superficiel en 20121. En effet, si l’entrée de la cave pourrait avoir été mentionnée dans l’une des premières descriptions de la boulangerie – rédigée par Fr. Mazois en ces termes : « Sous le four est un réceptacle pour déposer la braise qu’on en tirait, et devant on a ménagé un petit caveau, fermé par une dalle de pierre, dans lequel on jetait la cendre »2 –, elle paraissait n’avoir jamais intéressé qui que ce fût depuis lors. La réouverture effectuée au cours de cette campagne visait à répondre à deux questions, restées en suspens après l’ouverture de 2012 : déterminer si le comblement de la cave était antique et, le cas échéant, voir s’il était possible de comprendre la fonction de cet espace dans l’Antiquité. Après avoir de nouveau dégagé le puits d’accès, un sondage de 1,30 m de côté a été pratiqué dans l’angle sud-occidental de la cave, jusqu’à atteindre le niveau de sol en usage lors de son utilisation3. Les observations effectuées sur le mode de construction permettent de compléter – et parfois de corriger – celles qui avaient pu être faites en 2012 (fig. 1 et 2).

Fig. 1. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Plan de la boulangerie et indication des coupes de la figure 2.

Fig. 1. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Plan de la boulangerie et indication des coupes de la figure 2.

Échelle : 1/100.

Relevé : S. Zanella, R. Macario, N. Monteix, L. Fornaciari. Dessin : N. Monteix, S. Mencarelli / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

Fig. 2. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Coupes du four : est/ouest, sud/nord et est/ouest en façade.

Fig. 2. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Coupes du four : est/ouest, sud/nord et est/ouest en façade.

Échelle : 1/50.

Relevé : S. Zanella, R. Macario, N. Monteix, L. Fornaciari. Dessin : N. Monteix, S. Mencarelli / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

Description de la cave et de sa construction

2L’espace sous le four est constitué de trois secteurs : un puits de descente, un court couloir d’accès et la cave proprement dite. Situé en correspondance de la gueule, au centre du massif dans lequel le four est intégré, le puits de descente a été observé sur une hauteur de 1,27 m. Long de 0,86 m sur son côté septentrional, il est long de 0,63 m sur son côté oriental et de 0,66 m sur son côté occidental. D’une manière générale, la maçonnerie est constituée de moellons de « calcaire du Sarno », de cruma de lave, de basalte et de terres cuites architecturales. Des moellons de tuf gris « de Nocera » ont également été utilisés dans les parois latérales. Le mortier brun foncé est terreux et présente des petits nodules de chaux mal écrasée. Trois échelons ont été ménagés dans la paroi orientale en créant, espacées verticalement de 47 à 50 cm, des niches hautes de 14 cm, larges de 11 à 15 cm et profondes d’environ 12 cm. Chaque niche est protégée à son sommet et à sa base par un moellon ou une terre cuite architecturale plus large que sa largeur utile. Les deux premiers échelons sont alignés au centre du puits tandis que le troisième est contre la paroi septentrionale. La situation est identique sur la paroi occidentale, à ceci près que le troisième échelon n’a pas été observé : les échelons occidentaux sont à une altitude inférieure de 10 à 13 cm, ce qui interdit une correspondance horizontale de part et d’autre du puits susceptible d’accueillir un élément en bois. La maçonnerie du puits s’appuie sur les montants en tuf gris du couloir ainsi que sur la voûte de celui‑ci, partiellement effondrée au nord (fig. 3). La postériorité du puits par rapport au reste du four est évidente, laissant supposer que celui qui a été observé constituerait la réfection d’une première phase, détruite.

Fig. 3. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.

Fig. 3. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.

La paroi du puits (à droite) s’appuie sur la voûte, cassée, de la cave qui couvre également le couloir d’accès (à gauche). Vue de l’est.

Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

3Le couloir est un espace long de 1,25 m et large de 0,90 m. Son élévation a été observée sur 1,15 m (dont 0,15 m correspondant à la voûte qui le couvre dans la continuité de celle de la cave), mais elle peut être restituée à 2,39 m, soit la hauteur maximale de la cave en son centre. Ses parois sont montées en opus vittatum de tuf gris « de Nocera » : 10 assises très régulières d’une épaisseur de 7 à 8 cm, érigées avec des moellons longs de 20 à 22 cm, ont été observées ; les joints horizontaux sont lissés en chanfrein en s’appuyant sur l’arête supérieure de chaque moellon (stilatura). La légère irrégularité des deux extrémités septentrionales, au contact avec la maçonnerie du puits, laisse supposer que dans une première phase, avant la réfection du conduit de descente, la maçonnerie du couloir continuait vers le nord (fig. 4). Aucun aménagement n’a été observé sur la fraction des parois mises au jour. Nous reviendrons plus loin sur la couverture de ce couloir qui correspond à une extension de celle de la salle principale de la cave.

Fig. 4. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.

Fig. 4. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.

La paroi du puits (à droite) s’appuie sur les montants en tuf gris du couloir (à gauche). Vue de l’est.

Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

  • 4 Son altitude moyenne est de 36,52 m s.l.m. Le niveau de circulation de la boulangerie, observé sur (...)

4L’espace de la cave proprement dite, d’une surface de 7,30 m², n’est pas véritablement rectangulaire en plan : si les côtés septentrional (L. : 2,61 m) et méridional (L. : 2,60 m) sont parallèles et que le côté occidental (L. : 2,80 m) est orthogonal aux deux précédents, la paroi orientale (L. : 2,85 m) est légèrement décalée vers l’est. Le sol, seulement observé dans la fenêtre ouverte pour le sondage, est constitué d’une dalle de béton comprenant à son sommet des moellons de natures variées4. L’absence de véritable lissage du blocage sommital donne une surface assez irrégulière au sol, ce qui a permis de piéger une fine couche de sédiment pouvant correspondre à un niveau de fonctionnement de la cave.

  • 5 La cave n’a pas été suffisamment fouillée pour permettre l’observation des rapports stratigraphiqu (...)
  • 6 Les joints sont parfois tellement chargés qu’ils en recouvrent presque intégralement les moellons, (...)

5La base des parois orientale, méridionale et occidentale, qui constituent également la fondation du massif contenant le four, est construite en deux banchées superposées5. La première, réalisée avec des moellons de basalte, a été observée sur une hauteur de 0,49 m ; la seconde, principalement si ce n’est exclusivement montée avec des moellons de « calcaire du Sarno »6, se développe sur 0,66 m. Sur les côtés oriental et méridional, au‑delà de 1,15 m au‑dessus du sol, la paroi est remplacée par une voûte (fig. 5). L’élévation du mur méridional se poursuit, sans solution visible de continuité pouvant être interprétée comme une banchée, jusqu’à une hauteur de 2,37 m au‑dessus du sol. Le sommet de cette paroi forme un arc de cercle sur lequel ont été posées les planches utilisées pour former le coffrage de la voûte. Les moellons utilisés pour cette partie du mur représentent bien la diversité des natures géologiques déployées à Pompéi, même si le « calcaire du Sarno » paraît être majoritaire. Une partie des moellons est clairement en remploi comme l’attestent les traces, observées en parement, de mortiers radicalement différents de celui utilisé pour monter le mur.

Fig. 5. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Paroi méridionale de la cave en cours de fouille.

Fig. 5. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Paroi méridionale de la cave en cours de fouille.

Vue du nord.

Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / F. Pauvarel / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

  • 7 Le profil vertical de la voûte n’est pas véritablement un arc de cercle : les planches utilisées p (...)
  • 8 D’ouest en est, les largeurs mesurées sur la paroi méridionale sont les suivantes (en cm) : 28,5 ; (...)
  • 9 Si la découpe des planches au nord est parfaitement identifiable, leur découpe au sud est moins ré (...)
  • 10 On ne reviendra pas dans le détail ici sur ces vestiges d’enduit qui ont été fortuitement conservé (...)
  • 11 À 0,11 m de la clé de voûte, un creusement a été ménagé lors de la construction du mur méridional. (...)

6La couverture de la cave est assurée par une voûte en berceau7, biaise, avec une portée de 2,53 m et une flèche de 1,23 m (fig. 6). Elle a été réalisée en blocage simple, en coulant du béton sur un coffrage principalement formé d’une quinzaine de planches disposées dans le sens nord‑sud. L’absence de décoration et les remarquables qualités d’exécution puis de conservation permettent une étude précise et la restitution de la construction de cette voûte. Pour l’essentiel, ce sont 13 planches d’une largeur d’environ un pied romain8 et d’une longueur généralement à peine supérieure à 2,83 m qui ont été utilisées9 (fig. 7). Pour former le coffrage du sommet de l’intrados, trois planches d’une longueur supérieure à 3,86 m ont été utilisées, de manière à pouvoir se déployer au‑delà de la cave pour former la couverture du couloir. Il n’a visiblement pas été possible d’utiliser exclusivement des planches correspondant aux valeurs indiquées : pour éviter qu’il n’y ait des manques dans le coffrage, il a fallu ajouter des planches de largeurs variables dont certaines sont bien évidemment utilisées en remploi, comme les deux fragments de chambranles de couleur bleu rehaussé de décors jaune10. Si, « normalement », les planches ont été disposées côte‑à‑côte, lorsque la planche principale présentait vraisemblablement un défaut interdisant que le coffrage ne fût colmaté, des fragments de planches plus petites, en remploi ont été posée par‑dessus, en surépaisseur. Le coffrage a simplement été posé sur le mur méridional au sud. Au nord, les empreintes des planches s’arrêtent à une distance de 1 à 4 cm des piliers en tuf gris constituant le couloir. Si elles ne prenaient pas appui sur cette maçonnerie, elles devaient s’appuyer – librement, car aucune trace de clou n’est visible – sur un cintre en bois. Si la présence d’un cintre appuyé contre les piliers septentrionaux ne soulève pas de doute, il est possible qu’un ou plusieurs autres aient été placés de loin en loin dans la cave et dans le couloir, éventuellement fixés à une poutre courant longitudinalement du sud au nord, insérée dans la paroi méridionale11.

Fig. 6. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Voûte de la cave et couloir d’accès en cours de fouille.

Fig. 6. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Voûte de la cave et couloir d’accès en cours de fouille.

Vue du sud.

Cliché : MiC, Parco archeologico di Pompei / F. Pauvarel / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

Fig. 7. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Mise à plat par projection cylindrique du relevé de l’intrados de la voûte.

Fig. 7. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Mise à plat par projection cylindrique du relevé de l’intrados de la voûte.

Les variations d’altitude permettent de percevoir les relations (chevauchements et juxtapositions) entre les planches ainsi que la légère déformation de la voûte qui n’est pas parfaitement cylindrique. La vue de dessus simule la vision que l’on aurait eu du coffrage en bois avant la coulée du béton.

Relevé : L. Fornaciari, N. Monteix. Dessin : N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

Comblement de la cave et remarques fonctionnelles

7La découverte de 136 os et fragments d’os reconnus comme appartenant à un même équidé (cf. infra), dispersés sur l’ensemble de la surface fouillée, à des altitudes variées, permet, en lien avec l’observation en coupe du comblement, de proposer une interprétation quant à la chronologie du remplissage de la cave, fermée au moment de l’éruption. La présence d’ossements d’équidé dans cette couche de pierres ponces remaniées peu après l’éruption pourrait indiquer que ce dernier se trouvait à proximité de l’entrée de la cave au moment de la catastrophe, voire qu’il serait mort en se couchant au moins pour partie sur cette ouverture. L’absence de toute connexion anatomique laisse supposer que la couverture a cédé après la décomposition de la carcasse. L’espace de la cave a tout d’abord été partiellement colmaté avec des pierres ponces issues de la première phase de l’éruption une fois que sa couverture – vraisemblablement en bois – a cédé. Le remplissage a ensuite continué sous la forme d’un dépôt lité, caractéristique des colmatages progressifs sous l’action de l’eau (fig. 8). C’est lors de de cette seconde phase de remplissage que l’essentiel des fragments d’enduit blanc, parfois rehaussés d’une ligne rouge se sont infiltrés dans la cave, par ailleurs plutôt au terme de celle‑ci. On supposera donc qu’ils proviennent de la façade du four.

Fig. 8. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Vue en coupe du remplissage de la cave. Au‑dessus des pierres ponces, se développe une stratigraphie litée.

Fig. 8. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Vue en coupe du remplissage de la cave. Au‑dessus des pierres ponces, se développe une stratigraphie litée.

Vue du sud.

Cliché : MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

  • 12 L’absence de découverte de quelque nature que ce soit dans le sondage effectué dans l’angle sud-oc (...)

8On rappellera que les échelons ménagés dans le puits, dont l’alternance en altitude interdit l’insertion de pièces de bois pouvant servir d’échelle, apparaissent, en l’absence d’un dégagement complet de cet espace d’accès12, comme le seul moyen de descendre dans la cave. Le caractère malcommode de cette descente, non facilitée par l’écartement et l’espacement vertical des échelons, ainsi que le positionnement du puits là où la personne qui travaillait devant le four devait stationner – interdisant de facto l’usage concomitant du four et de la cave – paraissent rendre peu fréquents les accès à la cave. En termes de traces architecturales, on rappellera l’absence de tout élément pouvant pointer vers des étagères sur les parois occidentale et, dans une moindre mesure, orientale. D’un autre point de vue, aucun objet entier ou même fragmenté n’a été découvert au contact du sol. En conservant à l’esprit la manière dont la cave a été remblayée après l’éruption, on supposera que, s’il y avait dû y avoir des éléments mobiliers posés au sol, tout ou partie d’entre eux auraient pu être déplacés vers le sud par le flux de lapilli. Seule une légère couche noirâtre, d’une épaisseur sub-centimétrique, a été observée et échantillonnée sur le sol en béton.

9Ces différents éléments, associés au caractère seulement ponctuel du dégagement du sol de la cave, obligent à la prudence quant à la détermination des éléments stockés dans celle‑ci. Sauf travaux spécifiques survenus peu avant la catastrophe, la boulangerie fonctionnait au moment de l’éruption, probablement depuis plusieurs années ; on doit donc supposer que la cave était également utilisée. En l’état des observations effectuées pendant cette campagne de fouille, la seule conclusion que l’on peut tirer sans grand risque d’extrapolation est que, quelle que fût la nature des éléments stockés dans cette cave, aucun d’entre eux n’était conservé dans des récipients en terre cuite ou en métal. Fort de ce point, tout est possible. Des contenants en bois ou en textile ont pu être utilisés, voire un stockage en vrac déployé. La nature même des biens stockés peut avoir été variée – combustible pour le four, matière première pour la boulangerie ou produits de celle‑ci – et nous échappe complètement.

Annexe : les restes d’un équidé dans la cave

S. Lepetz

10Les restes d’un équidé ont été mis au jour dans le comblement de la cave. L’état de conservation des os est semblable à ce que l’on observe habituellement dans les niveaux archéologiques à Pompéi. Il est probable que l’animal soit antique. Il s’agit d’une petite centaine d’os fragmentés et de quelques dents qui semblent correspondre à un seul et même individu. Aucun doublon d’os ne permet d’envisager la présence d’un deuxième animal. Le squelette est très incomplet, mais il est possible que le reste du corps se situe dans les couches inférieures, qui n’ont pas été fouillées. En l’état, des éléments de crâne (dont dix dents), des vertèbres issues de toutes les parties du rachis (du cou à la queue), des côtes, le bassin (coxal gauche et droit) et une scapula ont été trouvés (fig. 9), mais aucun os long de membre ou de bas de patte.

Fig. 9. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Les restes d’équidés mis au jour.

Fig. 9. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Les restes d’équidés mis au jour.

En noir, les os dont la position anatomique est exacte. En gris foncé, les os dont la position anatomique n’est pas assurée. En gris clair les os dont la position est approximative ou illustrative. À noter que dans certains cas (scapula, coxal, certaines vertèbres, côtes), l’élément peut ne pas être complet.

S. Lepetz / CNRS. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

11Aucun élément ne permet de déterminer à coup sûr s’il s’agit d’un cheval, d’un âne ou d’un hybride. L’occipital est plutôt asinien, on observe quelques très petits plis cabalins sur les dents jugales. Il est possible qu’il s’agisse d’une mule. D’éventuelles analyses ADN permettraient de le dire. La détermination du sexe est en revanche possible : le pubis présente l’aplatissement caractéristique des femelles. Pour ce qui concerne l’âge, les disques vertébraux sont tous soudés aux corps des vertèbres : il s’agit d’un adulte de plus de 5 ans. Le dernier élément à remarquer est une usure particulière repérée sur la face antérieure de la prémolaire 2 inférieure droite (fig. 10). Cette dent est parfois exposée à des microtraumatismes provenant de la présence du mors dans la bouche, et laissant apparaître une zone polie caractéristique. Il est probable que l’animal ait été harnaché et utilisé.

Fig. 10. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Prémolaire 2 (vue sous trois angles) présentant un poli sur sa face antérieure.

Fig. 10. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Prémolaire 2 (vue sous trois angles) présentant un poli sur sa face antérieure.

La flèche indique la situation de la face polie sur la prémolaire (en noir).

Clichés : MiC, Parco archeologico di Pompei / S. Lepetz / CNRS. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.

Haut de page

Bibliographie

Mazois 1824
François Mazois, Les ruines de Pompéi. Seconde partie, Paris, F. Didot frères, 1824.

Monteix et al. 2013
Nicolas Monteix, Sandra Zanella, Sanna Aho, Raphaël Macario, Evan Proudfoot, « Pompéi, Pistrina », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2013, en ligne, http://cefr.revues.org/954, consulté le 29 mai 2013.

Haut de page

Notes

1 Monteix et al. 2013, § 13‑14.

2 Mazois 1824, p. 60. Le caveau pourrait correspondre à la cave. Aucune trace d’un quelconque scellement en pierre n’a été observé, ni en 2012, ni cette année lors de la reprise du dégagement. Le fait que cette entrée ait été visible au début du xixe s. transparaît tout autant sur le plan publié par Mazois (Mazois 1824, fig. 1 pl. XVIII) qu’à travers la mise au jour, lors de la fouille de 2012, d’un ultime colmatage identifiable avec les matériaux éruptifs issus de l’éruption de 1906.

3 Pour effectuer ce sondage en toute sécurité, il a été nécessaire de procéder à l’aménagement de paliers qui ont élargi la surface fouillée.

4 Son altitude moyenne est de 36,52 m s.l.m. Le niveau de circulation de la boulangerie, observé sur le dallage de basalte entourant la base des meules, se situe entre 39,69 et 39,81 m s.l.m.

5 La cave n’a pas été suffisamment fouillée pour permettre l’observation des rapports stratigraphiques entre les montants en tuf « de Nocera » du couloir, qui constituent également la paroi septentrionale de la cave et les parois orientale et occidentale de cette dernière.

6 Les joints sont parfois tellement chargés qu’ils en recouvrent presque intégralement les moellons, rendant délicate l’identification de leur nature géologique.

7 Le profil vertical de la voûte n’est pas véritablement un arc de cercle : les planches utilisées pour former le coffrage forment autant de pans que de planches.

8 D’ouest en est, les largeurs mesurées sur la paroi méridionale sont les suivantes (en cm) : 28,5 ; 28,5 ; 31 ; 29 ; 27,5 ; 8,5 ; 28 ; 27 ; 24 ; 9,5 ; 32 ; 22 ; 30 ; 24,5 ; 27.

9 Si la découpe des planches au nord est parfaitement identifiable, leur découpe au sud est moins régulière et peut aller au‑delà du parement méridional de 5 à 15 cm.

10 On ne reviendra pas dans le détail ici sur ces vestiges d’enduit qui ont été fortuitement conservés après avoir été pris dans le béton constituant la voûte (cf. Monteix et al. 2013, § 13‑14 et fig. 7). Signalons cependant que le morceau présentant la meilleure conservation de l’enduit mesure 1,19 m de long pour 0,16 m de largeur maximale observée. Le second morceau, où les traces sont beaucoup plus ténues, est long de 2,02 m et large de 0,14 m.

11 À 0,11 m de la clé de voûte, un creusement a été ménagé lors de la construction du mur méridional. Il mesure 0,10 m de haut, 0,18 de large et est profond de 0,13 m. Dans un autre contexte que celui d’une cave, il serait interprété comme un point d’insertion pour une poutre.

12 L’absence de découverte de quelque nature que ce soit dans le sondage effectué dans l’angle sud-occidental de la cave a fait que la fouille a été abandonnée. Il n’est donc pas possible en l’état de déterminer si, à la base du puits, des aménagements ou des traces de ceux‑ci ont subsisté. Il est hautement probable qu’au moins un échelon resterait à observer à l’ouest. On notera par ailleurs que la largeur dans le sens nord‑sud du puits rend complexe le recours à une échelle appuyée sur la paroi septentrionale, sauf à la poser presque verticalement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Plan de la boulangerie et indication des coupes de la figure 2.
Légende Échelle : 1/100.
Crédits Relevé : S. Zanella, R. Macario, N. Monteix, L. Fornaciari. Dessin : N. Monteix, S. Mencarelli / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Fig. 2. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Coupes du four : est/ouest, sud/nord et est/ouest en façade.
Légende Échelle : 1/50.
Crédits Relevé : S. Zanella, R. Macario, N. Monteix, L. Fornaciari. Dessin : N. Monteix, S. Mencarelli / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 3. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.
Légende La paroi du puits (à droite) s’appuie sur la voûte, cassée, de la cave qui couvre également le couloir d’accès (à gauche). Vue de l’est.
Crédits Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 4. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Relations stratigraphiques des maçonneries de la cave.
Légende La paroi du puits (à droite) s’appuie sur les montants en tuf gris du couloir (à gauche). Vue de l’est.
Crédits Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 5. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Paroi méridionale de la cave en cours de fouille.
Légende Vue du nord.
Crédits Cliché: MiC, Parco archeologico di Pompei / F. Pauvarel / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 6. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Voûte de la cave et couloir d’accès en cours de fouille.
Légende Vue du sud.
Crédits Cliché : MiC, Parco archeologico di Pompei / F. Pauvarel / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 7. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Mise à plat par projection cylindrique du relevé de l’intrados de la voûte.
Légende Les variations d’altitude permettent de percevoir les relations (chevauchements et juxtapositions) entre les planches ainsi que la légère déformation de la voûte qui n’est pas parfaitement cylindrique. La vue de dessus simule la vision que l’on aurait eu du coffrage en bois avant la coulée du béton.
Crédits Relevé : L. Fornaciari, N. Monteix. Dessin : N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 8. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Vue en coupe du remplissage de la cave. Au‑dessus des pierres ponces, se développe une stratigraphie litée.
Légende Vue du sud.
Crédits Cliché : MiC, Parco archeologico di Pompei / N. Monteix / EFR. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Fig. 9. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Les restes d’équidés mis au jour.
Légende En noir, les os dont la position anatomique est exacte. En gris foncé, les os dont la position anatomique n’est pas assurée. En gris clair les os dont la position est approximative ou illustrative. À noter que dans certains cas (scapula, coxal, certaines vertèbres, côtes), l’élément peut ne pas être complet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 10. Pompéi, VI 3, 3.27‑28. Prémolaire 2 (vue sous trois angles) présentant un poli sur sa face antérieure.
Légende La flèche indique la situation de la face polie sur la prémolaire (en noir).
Crédits Clichés : MiC, Parco archeologico di Pompei / S. Lepetz / CNRS. Licence creative commons, © CC BY‑NC‑SA.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9810/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Monteix, Sébastien Lepetz et Camille Noûs, « La cave de la boulangerie VI 3, 3.27‑28 à Pompéi » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/9810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.9810

Haut de page

Auteurs

Nicolas Monteix

Institut universitaire de France, GRHis

Articles du même auteur

Sébastien Lepetz

CNRS, UMR 7209 AASPE

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Monteix

Institut universitaire de France, GRHis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search