Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2023Italie centralePiana del Lago (Montefiascone) : ...

2023
Italie centrale

Piana del Lago (Montefiascone) : campagnes de fouille 2020‑2022

Responsables d’opération : Martin Jaillet, Vincent Jolivet et Edwige Lovergne

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFR

Année de lʼopération :

2020, 2021, 2022

Lieux :

Étrurie, Bolsena
Haut de page

Notes de l’auteur

Autorité nationale présente : Soprintendenza ABAP per la provincia di Viterbo e per l’Etruria Meridionale

Composition de l’équipe de terrain : Vincent Jolivet, CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris, directeur du projet ; Martin Jaillet, EPHE, CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris, responsable scientifique ; Edwige Lovergne, CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris, responsable opérationnelle.

Partenariats institutionnels :
– Soprintendenza ABAP per la provincia di Viterbo e per l’Etruria Meridionale
– École française de Rome
– Comune di Montefiascone

Organismes financeurs :
– CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris
– École française de Rome
– Fondation ARPAMED (Paris)
– Fondazione Rovati (Milano)

Établissement éditeur : École française de Rome

Établissements porteurs de l’opération : CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Texte intégral

Données scientifiques produites :
archeo.ens.fr

  • 1 Le paysage archéologique de ce secteur a considérablement évolué depuis l’Antiquité, en fonction d (...)
  • 2 Berlingò, D’Atri 2003 et 2005 ; D’Atri 2006.
  • 3 Ibid., p. 175, mais Berlingò, D’Atri 2003, p. 244, signalent la découverte d’une terre cuite archi (...)
  • 4 Ibid., p. 247.
  • 5 Autorisation du Ministero dei Beni e delle Attività Culturale e del Turismo, Direzione Generale Ar (...)
  • 6 Du 13 juillet au 23 août 2020 ; du 5 juillet au 5 août 2021 ; du 4 juillet au 6 août 2022.
  • 7 Ces travaux ont fait l’objet de différentes contributions préliminaires : Arancio, Jaillet, Loverg (...)

1Situé sur la rive méridionale du lac de Bolsena1 (fig. 1‑2), en contrebas de la colline de Cornos, et face à l’isola Martana, le sanctuaire de Piana del Lago a été découvert en 1987 lors de l’implantation d’un réseau d’épuration des eaux, et fouillé à diverses reprises par la Soprintendenza Archeologica per l’Etruria Meridionale entre 1987 et 1988, puis entre 2000 et 2005, sous la direction d’Irene Berlingò et de Valeria D’Atri2. Dans l’aire de près de 1500 m² (23 x 64 m) mise au jour et partiellement fouillée, à l’intérieur de laquelle les vestiges affleurent à 1,50 m en moyenne sous le niveau actuel du terrain, avaient alors été reconnus un portique en équerre dont le mur du fond aurait fait office de téménos de l’aire sacrée, deux temples, deux autels de pierre circulaires et un autel rectangulaire en nenfro. Le mobilier découvert, aussi abondant qu’hétéroclite (terres cuites architecturales, ex‑voto anatomiques, bronzes votifs, monnaies et céramique), avait conduit à identifier le site comme celui d’un sanctuaire fondé vers la fin du ve siècle av. J.‑C.3, et occupé jusqu’au règne de Claude4. Les recherches archéologiques y ont repris après quinze années d’interruption à l’initiative de Maria Letizia Arancio, alors fonctionnaire de cette zone pour la Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio per la Provincia di Viterbo e per l’Etruria Meridionale, dans le cadre d’une concession triennale (2020-2022) accordée par le Ministère de la Culture italien à l’École normale supérieure et à l’UMR 8546 du CNRS (AOROC)5. Le site, qui avait été progressivement envahi depuis l’abandon des recherches par un bosquet de peupliers et de ronces qui dissimulait complètement les structures découvertes, a fait l’objet chaque année, entre 2020 et 2022, d’une campagne de fouilles d’une durée de cinq semaines, mobilisant au total plus d’une centaine d’étudiants et de chercheurs6. Au terme de cette concession, il a été décidé de suspendre les travaux de terrain pour engager la publication définitive des résultats de la fouille. Nos travaux ont été rendus possibles grâce à un financement mixte de l’UMR 8546 du CNRS, de l’École française de Rome, de la Fondation ARPAMED (Paris), de la Fondazione Luigi Rovati (Milan), et grâce à l’appui logistique de la commune de Montefiascone7.

Fig. 1. Les sites archéologiques autour du lac de Bolsena, avec (n° 12) le sanctuaire de Piana del Lago.

Fig. 1. Les sites archéologiques autour du lac de Bolsena, avec (n° 12) le sanctuaire de Piana del Lago.

Martin Jaillet.

Fig. 2. Vue générale de la fouille en 2022, vers le nord.

Fig. 2. Vue générale de la fouille en 2022, vers le nord.

Benjamin Houal.

  • 8 Voir supra, note 1.
  • 9 D’Atri 2006, p. 177 : voir Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 136. La fouille partielle de l’un d (...)

2L’objectif de notre projet était d’affiner notre connaissance de la chronologie du site et de l’interprétation des structures. Nous avons choisi de privilégier une fouille stratigraphique ciblée, plutôt qu’un décapage en extension qui aurait exigé beaucoup plus de moyens, en limitant la recherche, au cours de ces trois années, à deux zones principales (fig. 3) : au centre, le temple (A) et une partie du portique (B‑C) ; à l’ouest, le bâtiment (D) et l’autel (E). Une tranchée est/ouest, implantée sur toute la longueur du site en 2021, a par ailleurs permis de s’assurer de l’absence dans l’aire dégagée de toute stratigraphie d’époque classique antérieure à la période hellénistique, et de tout autre édifice important, tout en révélant la présence de niveaux liés à un habitat du Bronze final, sur lesquels se sont implantés directement les vestiges du sanctuaire ; cette situation pourrait s’expliquer par la variation importante du niveau des eaux du lac entre la protohistoire et l’époque hellénistique8. À en juger par la très grande majorité du mobilier recueilli aussi bien dans les anciennes fouilles que dans ces dernières campagnes, le sanctuaire, du moins dans sa partie dégagée, ne saurait être antérieur à la fin du ive siècle av. J.‑C. Le matériau de construction des différents édifices a été très largement récupéré après l’abandon du sanctuaire, probablement dans l’Antiquité, avant que ses vestiges ne soient progressivement scellés par la terre descendue de la colline de Cornos qui le domine ; deux pierriers circulaires d’un diamètre de 1,60 à 2,80 m, initialement interprétés comme des autels9, mais qui sont clairement postérieurs à la destruction du portique, témoignent de cette opération de spoliation.

Fig. 3. Plan d’ensemble du sanctuaire et carroyage.

Fig. 3. Plan d’ensemble du sanctuaire et carroyage.

Plan : relevé original, M. Forgia, modifié ; carroyage : DAO Edwige Lovergne.

  • 10 Berlingò, D’Atri 2003, p. 245‑246.
  • 11 Ibid., p. 246.

3Au stade actuel de nos connaissances, l’édifice le plus ancien de ce complexe sacré, peut‑être construit dans le courant du iiie siècle av. J.‑C., est un portique en équerre ouvert sur le lac, dont le mur du fond (B) a été construit en appareil en damier (opera a scacchiera) ; l’espacement entre les blocs verticaux, qui sont distants de 1,20 ou de 1,60 m, a été comblé par de petits blocs de pierre volcanique ; l’inclusion de tuileaux dans certaines parties de la maçonnerie, ainsi qu’un exhaussement du niveau du sol de terre battue du portique, délimité par une file de petits blocs disposés entre ses colonnes, témoignent d’un ou de plusieurs remaniements. Dans son état connu, sa longueur est de 60 m en direction est/ouest pour 22 m en direction sud/nord, à son extrémité est ; probablement très remanié à l’extrémité opposée, il présentait peut‑être dans ce secteur, à l’origine, un retour symétrique, sur lequel serait venu par la suite empiéter l’édifice D. Profond de 5 m, il présentait en façade une colonnade (C) dont sont conservées 19 bases quadrangulaires en tuf jaune de 55 x 70 cm, placées à des intervalles réguliers de 2,40 m. La découverte d’un chapiteau et de nombreux fragments de tuiles dans la zone fouillée permet d’exclure l’hypothèse d’une couverture de l’édifice en matériaux légers10. Au nord‑est, un cippe de basalte quadrangulaire a été interprété comme un cippe de confins11.

  • 12 Salamone 2011, p. 25.
  • 13 Il ne présentait donc pas d’alae (Berlingò, D’Atri 2003, p. 244).
  • 14 Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 136, avec bibliographie. Cet édifice occupait peut‑être, au mo (...)

4Au centre de l’aire dégagée, la structure (A), orientée nord‑sud, en direction du lac dont le séparait probablement une voie circumlacustre12, peut être interprétée avec certitude comme un temple formé de deux espaces13 larges de 6 m, divisés par un mur de fondation apparemment remanié au cours d’une seconde phase, qui présente en son centre une ouverture large de 50 cm : au nord, un pronaos carré, au sud, une cella profonde de plus de 7 m dont le fond a été détruit au cours des travaux qui ont abouti à la découverte du site. Toute l’élévation de l’édifice a fait l’objet d’une récupération systématique : n’en subsiste que la fondation large de 1 m en moyenne, composée de grands blocs de lave de type téphrite-phonolithe, installée sur un niveau de circulation antérieur, puis noyée dans un niveau de remblai qui a livré un mobilier archéologique très abondant, couvrant un arc chronologique compris entre le Néolithique et la fin du iie siècle av. J.‑C. : il ne saurait donc être antérieur à ce siècle, et pourrait être plus récent encore. La fouille de l’intérieur de l’édifice a livré une très grande quantité de matériel votif14 –  terres cuites architectoniques, ex‑voto anatomiques (fig. 5), petite plastique de bronze (fig. 5), vases miniatures –, datable génériquement entre la fin du ive et celle du iie siècle av. J.‑C., récupéré puis disposé rituellement à l’intérieur de ces fondations ; c’est également le cas de cinq petits olpés à vernis noir intentionnellement regroupées et posées à la verticale. Parmi ces objets, une statuette en bronze d’un type nouveau présente un intérêt particulier, puisqu’elle figure un personnage masculin couronné, nu, ithyphallique, et dont les mains et les pieds sont palmés : il pourrait s’agir d’une entité divine mineure, locale, liée aux eaux du lac.

Fig. 4. Différents types d’ex‑voto en terre cuite découverts sur la fouille.

Fig. 4. Différents types d’ex‑voto en terre cuite découverts sur la fouille.

Martin Jaillet.

Fig. 5. Les onze petits bronzes votifs trouvés lors des campagnes 2020‑2022.

Fig. 5. Les onze petits bronzes votifs trouvés lors des campagnes 2020‑2022.

Martin Jaillet.

  • 15 Comme il ressort des archives de la surintendance archéologique conservées au Museo Nazionale Etru (...)
  • 16 Berlingò, D’Atri 2003, p. 247.
  • 17 À l’extérieur de l’aire de fouille, vers l’ouest, le banc de téphrite émerge encore en surface, et (...)
  • 18 D’Atri 2006, p. 176. Aucun élément observé dans nos fouilles n’a permis de confirmer cette hypothè (...)

5Explorée dès 198715, la partie occidentale du complexe avait livré plusieurs fragments de pieds, de jambes et de bras appartenant à des statues en terre cuite de taille réelle, provenant probablement du fronton16 d’un temple qui présentait manifestement des dimensions supérieures à celles des édifices mis au jour dans ce secteur. Il est occupé par une construction rectangulaire de 6 m de largeur pour une longueur d’au moins 8 m – son extrémité nord a été détruite –, dont les murs sud et ouest sont construits en appareil en damier analogue à celui du portique (fig. 6). À l’intérieur du bâtiment, nos fouilles ont permis de rejoindre le banc de téphrite sur lequel reposent directement les fondations de l’édifice17, dont la superficie très irrégulière a dû être nivelée lors de sa construction. Le sol naturel est scellé par une couche d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur formée de fragments de tegulae, dont quelques‑uns sont décorés de motifs peints de fleurs de lotus alternées de palmettes, d’un type généralement daté des iiieiie siècles av. J.‑C. (fig. 7), appartenant eux aussi à un édifice antérieur. L’absence presque totale d’imbrices indique qu’il ne s’agit pas d’un toit effondré, mais d’un niveau de remblai sur lequel reposait un sol en argile dont sont conservés des lambeaux. Sur ce sol, une monnaie datable de 6 av. J.‑C. semble documenter une phase de réaménagement du sanctuaire au cours de l’époque augustéenne, coïncidant peut‑être avec l’adjonction de la volée de marches en tuf jaune qui donnait accès au bâtiment depuis l’est, par une entrée peut‑être précédé de deux colonnes18. En l’état actuel de nos connaissances, ni le plan de cet édifice, ni les découvertes réalisées au cours des fouilles ne permettent donc de l’identifier formellement comme un temple.

Fig. 6. La partie occidentale de la fouille au terme des travaux.

Fig. 6. La partie occidentale de la fouille au terme des travaux.

Benjamin Houal.

Fig. 7. Fragment de terre cuite peinte, iiieiie siècles av. J.‑C.

Fig. 7. Fragment de terre cuite peinte, iiie‑iie siècles av. J.‑C.

Martin Jaillet.

  • 19 L’autel apparaît sur les relevés d’octobre 2002, mais pas sur ceux de juin 2001.

6Située à quelque 3 m à l’est de cet édifice, la base d’autel parfaitement orientée nord/sud, à la différence des autres structures du sanctuaire, est connue au moins depuis 200219, sans pourtant avoir été mentionnée dans les publications postérieures (fig. 8). Elle est formée de deux dalles de nenfro moulurées (1,42 × 0,60 × 0,38 m), fixées l’une à l’autre à l’origine par des agrafes à queue d’aronde, probablement en bronze, dont ne subsistent aujourd’hui que les empreintes ; compte tenu du type de moulure présenté par ces blocs, il est probable qu’il s’agisse d’éléments prélevés sur un monument antérieur, et remontés à l’inverse de leur position d’origine. Dans la partie centrale des deux blocs, un halo blanchâtre, caractéristique d’une exposition au feu, pourrait s’expliquer par des sacrifices animaux dont témoigneraient également de très petites esquilles osseuses trouvées dans les interstices des blocs. En 2022, le bloc septentrional de l’autel a été déplacé pour vérifier qu’il ne scellait pas une fosse votive.

Fig. 8. La base d’autel.

Fig. 8. La base d’autel.

Martin Jaillet.

  • 20 Colonna 1985 ; Edlund-Berry 1987 ; Glinister 1997, p. 76–77.
  • 21 Colonna 1985, cat. VIII.
  • 22 À titre d’exemple, les quelque 4000 tessons trouvés au cours de la campagne de 2020 se répartissen (...)
  • 23 Costantini 1995, p. 145
  • 24 Jaillet 2022.
  • 25 Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 137, fig. 8.
  • 26 Cinaglia 2019, p. 198, note 8.

7Le site peut donc être rattaché à la catégorie spécifique des sanctuaires ruraux20, considérés comme caractéristiques du paysage sacré de l’Étrurie méridionale21, qui se définissent par un mobilier archéologique22 (fig. 9) et des structures modestes : c’est par exemple le cas à Tessennano23, un site à la fois géographiquement proche de Piana del Lago (18 km au sud‑ouest) et similaire en termes de matériel votif, datable entre le ive et le iie siècle av. J.‑C. Faute d’inscriptions ou de représentations de divinités, nous ignorons à qui le sanctuaire était consacré. La présence de nombreux ex‑voto anatomiques24 témoigne de la pratique de cultes de guérison (sanatio), ce qui pourrait orienter en direction de Minerve, figurée sur différentes terres‑cuites architecturales25 (fig. 10), et dont les pouvoirs thérapeutiques étaient reconnus à l’époque républicaine26.

Fig. 9. Distribution des céramiques découvertes sur le site en 2020.

Fig. 9. Distribution des céramiques découvertes sur le site en 2020.

Martin Jaillet.

Fig. 10. Antéfixe à tête de Minerve.

Fig. 10. Antéfixe à tête de Minerve.

Martin Jaillet.

  • 27 Jolivet 2002, p. 374 ; Berlingò, D’Atri 2003, p. 251.
  • 28 Maggiani, Pellegrini 2012 et 2014.
  • 29 Berlingò 2005.
  • 30 Sur cette notion controversée, voir, en contexte étrusco-italique Guzzo 1987 et Zifferero 1995, ai (...)

8À ce statut de sanctuaire de campagne s’ajoute celui de possible sanctuaire de frontière27. Le site occupe en effet une position stratégique au point de contact des territoires tarquinien – auquel il semble avoir appartenu –, volsinien et vulcien. Les sanctuaires de Monte Landro28, au nord, et de Poggio Evangelista29, au nord‑ouest, où des structures et du mobilier similaires à ceux de Piana del Lago ont été découverts, invitent à supposer l’existence d’un groupe de possibles sanctuaires de frontière30 associés aux trois cités qui se partageaient le contrôle du lac de Bolsena : Velzna, Vulci et Tarquinia.

9Les recherches menées à Piana del Lago entre 2020 et 2022 permettent en tout cas aujourd’hui de mieux cerner l’histoire du site et celle du sanctuaire, en particulier dans le cadre du processus de romanisation de l’Étrurie méridionale. Aux quelques indices de fréquentation à l’époque préhistorique succède un habitat de plaine au cours du Bronze final, après lequel le site, qui a livré très peu de céramique d’époque archaïque ou classique, paraît avoir été longtemps abandonné. Si différents indices invitent à penser que sa réoccupation remonte à la fin du ive siècle av. J.‑C., aucun des édifices de la zone actuellement dégagée ne semble antérieur au iiie siècle av. J.‑C. : la construction du portique (B‑C) et celle de l’autel (D) pourraient remonter à ce siècle, tandis que le temple (A) ne saurait être antérieur à la fin du iie siècle, et l’édifice (D) à celle du siècle suivant. La dernière période de fréquentation de l’aire sacrée est datée par une monnaie du règne de Néron.

  • 31 LAGO project (Large-scale multi-parametric characterization of two crucial ArchaeoloGical sites se (...)
  • 32 À laquelle pourraient se rattacher deux grandes vasques doubles accolées, initialement interprétée (...)

10Si l’on peut douter que des éléments véritablement nouveaux puissent émerger d’une poursuite de la fouille dans la partie actuellement dégagée, d’autres secteurs mériteraient d’être à présent explorés, en particulier vers l’ouest, où la découverte d’éléments architecturaux et de mobilier antérieurs semble indiquer que pourrait se trouver un temple plus important – à moins que celui‑ci n’ait été aménagé à une altitude supérieure, en position dominante sur les pentes septentrionales de la colline de Cornos. En 2023, une campagne de prospections géophysiques31 réalisée à l’est, où il jouxtait une grande villa romaine32, et à l’ouest de la partie dégagée du sanctuaire, devrait fournir des éléments utiles pour mieux comprendre son extension réelle.

Haut de page

Bibliographie

Arancio, Jaillet, Lovergne 2022
Maria Letizia Arancio, Martin Jaillet, Edwige Lovergne, « Il santuario etrusco-romano di Piana del Lago (Montefiascone): nuove ricerche », Orizzonti 23, 2022, p. 133‑143.

Berlingò 2005
Irene Berlingò, « Rinvenimenti da Poggio Evangelista (Latera) », AnnFaina 12, 2005, p. 173‑199.

Berlingò, D’Atri 2003
Irene Berlingò, Valeria D’Atri, « Piana del Lago. Un santuario di frontiera tra Orvieto e Vulci », AnnFaina 10, 2003, p. 241‑257.

Berlingò, D’Atri 2005
Irene Berlingò, Valeria D’Atri, « Un’area sacra sul lago di Bolsena », in Annamaria Comella, Sebastiana Mele (éd.), Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana., Bari, Edipuglia, Bibliotheca Archaeologica 16, 2005, p. 267‑275

Cinaglia 2019
Tiziano Cinaglia, « Minerva et Diana, quas ais pariter colendas ovvero, la connotazione lunare di Minerva », Dialogues d'histoire ancienne 45.2, 2019, p. 197‑236.

Colonna 1985
Giovanni Colonna (dir.), Santuari d'Etruria, cat. d’expo., Florence, Electa, 1985.

D’Atri 2006
Valeria D’Atri, « Aggiornamenti dallo scavo del santuario di Piana del Lago (Montefiascone-VT) », in Maristella Pandolfini Angeletti (dir.), Archeologia in Etruria meridionale, Rome, “Erma” di Bretschneider, Studia Archaeologica 147, 2006, p. 173‑181.

Costantini 1995
Sara Costantini, Il deposito votivo del santuario campestre di Tessennano, Rome, G. Bretschneider, Archaeologica 112, 1995.

Edlund-Berry 1987
Ingrid Edlund-Berry, The Gods and the Place. Location and Function of Sanctuaries in the Countryside of Etruria and Magna Graecia (700-400 BC), Stockholm, Åström, Skrifter utgivna av Svenska institutet i Rom 4°, 43, 1987.

Fioravanti 1997
Alssandro Fioravanti, « Un’ipotesi geoarcheologica sulla formazione del tratto iniziale del fiume Marta », Bollettino di Studi e Ricerche “Forma Lacus Antiqui” 12, 1997, p. 89‑132.

Glinister 1997
Fay Glinister, « What is a sanctuary? », Cahiers du Centre Gustave Glotz 8, 1997, p. 61‑80.

Guzzo 1987
Pier Giovanni Guzzo, « Schema per la categoria interpretativa del “santuario di frontiera” », Scienze dell’Antichità 1, 1987, p. 373‑379.

Jaillet 2022
Martin Jaillet, « Îles flottantes et corps guéris : les eaux prodigieuses du lac de Bolsena », Frontière·s 7, 2022, p. 5‑19.

Jaillet 2023
Martin Jaillet, Sanctuaires et territoires en Étrurie méridionale : le cas du lac de Bolsena entre Volsinies, Vulci et Tarquinia du ive s. av. n. è. Au ier s. de n. è., thèse de doctorat EPHE, 2023.

Jaillet, Lovergne 2023
Martin Jaillet, Edwige Lovergne, « A Sacred Landscape on the Shores of Lake Bolsena: New Discoveries from the Etrusco-Roman Sanctuary of Piana del Lago (2020-2022) », in Alessandro Sebastiani, Fabiana Fabbri (éd.), Sacred Landscapes in Roman Etruria. Votive Deposits and Sanctuaries (400 BC-400 AD), Turnhout, Brepols, 2023, sous presse.

Jolivet 2002
Vincent Jolivet, « Recherches récentes sur les sanctuaires de Bolsena et de son territoire », JRA 15, 2002, p. 363‑374.

Jolivet, Jaillet, Lovergne 2021
Vincent Jolivet, Martin Jaillet, Edwige Lovergne, « New Researches on the Sanctuary of Piana del Lago (Montefiascone, VT) », Etruscan News, 2021, p. 13.

Maggiani, Pellegrini 2012
Adriano Maggiani, Enrico Pellegrini, « Il santuario etrusco di Monte Landro (San Lorenzo Nuovo‑VT): nuove ricerche », AnnFaina 19, 2012, p. 485‑502.

Maggiani, Pellegrini 2014
Adriano Maggiani, Enrico Pellegrini, « Il santuario etrusco di Monte Landro (San Lorenzo Nuovo – VT) », in Luca Mercuri, Rossella Zaccagnini (éd.), Etruria in progress: la ricerca archeologica in Etruria meridionale, Rome, Gangemi, 2014, p. 126‑129.

Salamone 2011
Filippo Salamone, La Civita di Grotte di Castro. Carta archeologica, Rome, Sapienza Università di Roma, 2011.

Zifferero 1995
Andrea Zifferero, « Economia, divinità e frontiera: sul ruolo di alcuni santuari di confine in Etruria meridionale », Ostraka 2, 1995, p. 333‑350.

Haut de page

Notes

1 Le paysage archéologique de ce secteur a considérablement évolué depuis l’Antiquité, en fonction des variations du niveau des eaux du lac, aujourd’hui distant d’une quarantaine de mètres de la zone fouillée : situé actuellement à une altitude moyenne de 304 m, on estime qu’il se trouvait à la cote 294 m au cours de l’Âge du Bronze (Fioravanti 1997, p. 98 et fig. 9), 306 m pendant l’époque étrusque (Salamone 2011, p. 5, note 7), et 303 m sous l’Empire (Fioravanti 1997, fig. 9). Mais cette question demeure très débattue.

2 Berlingò, D’Atri 2003 et 2005 ; D’Atri 2006.

3 Ibid., p. 175, mais Berlingò, D’Atri 2003, p. 244, signalent la découverte d’une terre cuite architectonique datable autour de 500 av. J.‑C.

4 Ibid., p. 247.

5 Autorisation du Ministero dei Beni e delle Attività Culturale e del Turismo, Direzione Generale Archeologia, Belle Arti e Paesaggio, #17485011#.

6 Du 13 juillet au 23 août 2020 ; du 5 juillet au 5 août 2021 ; du 4 juillet au 6 août 2022.

7 Ces travaux ont fait l’objet de différentes contributions préliminaires : Arancio, Jaillet, Lovergne 2022 ; Jaillet 2022 et 2023 ; Jaillet, Lovergne 2023.

8 Voir supra, note 1.

9 D’Atri 2006, p. 177 : voir Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 136. La fouille partielle de l’un d’entre eux a livré des tessons de céramique sigillée italique.

10 Berlingò, D’Atri 2003, p. 245‑246.

11 Ibid., p. 246.

12 Salamone 2011, p. 25.

13 Il ne présentait donc pas d’alae (Berlingò, D’Atri 2003, p. 244).

14 Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 136, avec bibliographie. Cet édifice occupait peut‑être, au moment de sa construction, la partie centrale du portique.

15 Comme il ressort des archives de la surintendance archéologique conservées au Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia.

16 Berlingò, D’Atri 2003, p. 247.

17 À l’extérieur de l’aire de fouille, vers l’ouest, le banc de téphrite émerge encore en surface, et présente des traces d’exploitation probablement liées aux travaux de construction du sanctuaire (temple A ?).

18 D’Atri 2006, p. 176. Aucun élément observé dans nos fouilles n’a permis de confirmer cette hypothèse.

19 L’autel apparaît sur les relevés d’octobre 2002, mais pas sur ceux de juin 2001.

20 Colonna 1985 ; Edlund-Berry 1987 ; Glinister 1997, p. 76–77.

21 Colonna 1985, cat. VIII.

22 À titre d’exemple, les quelque 4000 tessons trouvés au cours de la campagne de 2020 se répartissent principalement entre céramique de cuisine (37 %), impasto (23 %), à vernis noir (18 %) et commune fine (18 %) ; le bucchero et la céramique décorée, d’importation ou de production locale, sont en revanche presque absents du mobilier du site.

23 Costantini 1995, p. 145

24 Jaillet 2022.

25 Arancio, Jaillet, Lovergne 2022, p. 137, fig. 8.

26 Cinaglia 2019, p. 198, note 8.

27 Jolivet 2002, p. 374 ; Berlingò, D’Atri 2003, p. 251.

28 Maggiani, Pellegrini 2012 et 2014.

29 Berlingò 2005.

30 Sur cette notion controversée, voir, en contexte étrusco-italique Guzzo 1987 et Zifferero 1995, ainsi que les réflexions critiques figurant dans Jaillet 2023, p. 155‑161.

31 LAGO project (Large-scale multi-parametric characterization of two crucial ArchaeoloGical sites settled around the BOlsena lake), porté par l’INGV (Vincenzo Sapia, Marco Marchetti, Valerio Materni et Gianclaudio Franceschelli).

32 À laquelle pourraient se rattacher deux grandes vasques doubles accolées, initialement interprétées comme des autels de sacrifice, mises au jour dans un sondage réalisé à l’est du secteur fouillé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les sites archéologiques autour du lac de Bolsena, avec (n° 12) le sanctuaire de Piana del Lago.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Fig. 2. Vue générale de la fouille en 2022, vers le nord.
Crédits Benjamin Houal.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 3. Plan d’ensemble du sanctuaire et carroyage.
Crédits Plan : relevé original, M. Forgia, modifié ; carroyage : DAO Edwige Lovergne.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 4. Différents types d’ex‑voto en terre cuite découverts sur la fouille.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 5. Les onze petits bronzes votifs trouvés lors des campagnes 2020‑2022.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 6. La partie occidentale de la fouille au terme des travaux.
Crédits Benjamin Houal.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 7. Fragment de terre cuite peinte, iiie‑iie siècles av. J.‑C.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 8. La base d’autel.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 9. Distribution des céramiques découvertes sur le site en 2020.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 10. Antéfixe à tête de Minerve.
Crédits Martin Jaillet.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/9860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Jaillet, Vincent Jolivet, Edwige Lovergne, « Piana del Lago (Montefiascone) : campagnes de fouille 2020‑2022 » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 16 octobre 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/9860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.9860

Haut de page

Auteurs

Martin Jaillet

EPHE, CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Vincent Jolivet

CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Edwige Lovergne

CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Haut de page

Responsables d’opération

Martin Jaillet

EPHE, CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Vincent Jolivet

CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Edwige Lovergne

CNRS-UMR 8546, ENS/PSL, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search