Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Une géographie de la solidarité d...

Une géographie de la solidarité des villes françaises

A geography of solidarity of french cities
Ninon Briot
p. 458-475

Résumés

Cet article s’attache à analyser les relations de solidarité internationale menées par les villes françaises. Les coopérations internationales des villes françaises sont multiples, et les actions de solidarité, dénommées par l’expression de coopération décentralisée, se distinguent par leur emprise spatiale et leurs pratiques. Il s’agit de questionner le terme de solidarité et notamment l’évolution de sa conception au sein de ces relations. Par le biais d’un recensement des coopérations menées par les 80 plus grandes villes françaises suivi d’une campagne d’entretiens semi-directifs, cet article étudie la géographie de la solidarité des villes françaises. Trois résultats en découlent. Tout d’abord, les relations de solidarité menées par les villes françaises s’apparentent à de l’aide au développement dans des domaines très spécifiques liés au corpus juridique français et conduisent à une forte asymétrie dans la relation. Ensuite, la répartition géographique de ces relations se calque sur les zones d’influence de la diplomatie française, résultat d’incitations nombreuses du ministère des Affaires étrangères. Enfin, l’étude de ces coopérations permet de voir comment la notion de solidarité évolue au travers de l’impératif croissant de réciprocité dans l’échange.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1«  De toutes les idées reçues sur le rôle des collectivités locales, celle qui prône le monopole des ONG en matière de solidarité internationale paraît complètement révolue  » [Arricod 2012, p. 46]. Les villes sont des acteurs de plus en plus visibles sur la scène internationale. Elles disposent d’un arsenal d’actions, leur permettant aussi bien de faire entendre leur voix sur certains sujets tels que l’environnement ou les migrations – parfois en contradiction avec leurs États – que de nouer des relations de coopérations avec d’autres villes dans le monde. Ces coopérations sont elles-mêmes très variées, en termes de forme (bilatérales ou multilatérales), d’échelle (mondiale ou régionale) ou de ressources (budgétaires, humaines, techniques…). Nous proposons dans cet article d’étudier spécifiquement les pratiques de solidarités que mènent les villes françaises.

2Le terme de solidarité est complexe, car il définit aussi bien des rapports (entre individus, groupes sociaux ou espaces) d’interdépendance portés par un projet d’intérêt général que des « actions d’assistance aux moins favorisés » [Le Robert]. Sur le plan scientifique, le terme est employé dans le corpus étudiant l’économie sociale et solidaire, analysant la formation de communautés visant à répondre à des problématiques à l’échelle locale, mais aussi dans le champ de l’aide au développement des pays développés vers ceux en développement. Emmanuel Bioteau représente cette ambivalence au travers d’une échelle de la solidarité oscillant entre des pratiques de « faire pour », traduisant une approche descendante et un lien de subordination, de « faire avec », soulignant une co-construction, et de faire « commun » dans une perspective ascendante et d’autonomisation [Bioteau 2018, p. 9]. Les coopérations solidaires menées par les villes françaises sont le reflet de cette ambivalence. Ces liens de coopération, majoritairement bilatéraux, se distinguent du reste des coopérations menées par les villes françaises, en formant un corpus de pratiques original, ainsi qu’au travers d’une emprise spatiale particulière, marquée par la concordance avec les zones d’influence de la diplomatie française, notamment avec l’ancien empire colonial français. Il s’agit donc de faire une géographie de la solidarité des villes françaises, en l’interprétant au prisme de l’évolution de ces coopérations, passant de pratiques de « faire pour » à la construction commune d’une représentation de la place de ville à l’échelle internationale et de son positionnement face aux États.

1. Le temps long de la coopération décentralisée entre villes

1.1. L’émergence des coopérations internationales entre villes 

3Les relations internationales entre villes sont visibles dans le temps long, et ne sont pas un phénomène récent. Nous employons le terme ville, car les expressions pour nommer l’urbain sont nombreuses et recouvrent des réalités et définitions précises et diverses (commune, intercommunalité, métropole, cité, aire urbaine, agglomération …). Le choix du mot « ville », terme flou pour qualifier l’objet de cette recherche, est réfléchi. L’objectif est d’étudier la mise en relation internationale des espaces urbains dans son acception la plus large. Le mot ville est donc ici employé pour englober tous les échelons impliqués dans ces liens. Patrick Le Galès montre dans son ouvrage Le retour des villes européennes comment ces coopérations internationales s’inscrivent dans le temps long [Le Galès 2003]. Les cités-États en Italie, ou la Ligue Hanséatique avaient un pouvoir politique très important mais ces liens ont été affaiblis par l’avènement des États-nations. Ils renaissent dans la deuxième moitié du XXe siècle, avec l’apparition des jumelages suite à la Seconde Guerre mondiale. Ces coopérations bilatérales sont supervisées par l’échelle étatique. Le poids de l’État se fait ressentir dans le cadre de relations développées entre villes au moment de la Guerre froide. Les États sont vigilants sur la construction et le contenu de ces liens qui «  empiètent sur le monopole classique de l’État en matière de politique étrangère  » [Chombard-Gaudin1992] , tout en leur laissant une place croissante, par le biais d’un cadre législatif de plus en plus étoffé et grâce à divers fonds alloués à ces questions.

4Plusieurs processus participent en effet à la légitimation de ces relations. La décennie 1970 a créé un contexte favorable à la diffusion des jumelages. Durant cette période d’urbanisation forte et d’intensification de l’activité municipale, le jumelage devient une tradition qui redéfinit la place symbolique de la commune à l’international. Mais c’est le mouvement de décentralisation à partir des années 1980 qui permet l’avènement des coopérations internationales entre villes. Ce mouvement, sans être uniforme, est promu par la majorité des institutions supranationales (ONU, FMI, Union européenne…). Les États délèguent en partie, et doucement, la «  mission régalienne  » [Lechevallier 2020] qu’est la diplomatie. Ainsi, la scène des relations internationales n’est plus strato-centrée, mais composée d’une diversité d’acteurs, dont les villes.

5Ces nouvelles compétences laissent aux villes une marge de manœuvre plus importante, leur permettent de multiplier leurs actions extérieures et de s’insérer dans un paysage coopératif toujours plus diversifié [Acuto 2013 ; Boulineau 2016 ; Reitel 2019]. Au sein de ce paysage coopératif varié, la solidarité internationale, souvent nommée par l’expression de coopération décentralisée, se démarque tout particulièrement.

1.2. La coopération décentralisée dans les coopérations internationales entre villes

6Juridiquement, le terme de coopération décentralisée renvoie à la décentralisation de la compétence de coopération aux échelons infranationaux. La loi sur l’administration territoriale de la République de 1992 définit la coopération décentralisée en tant que «  l’ensemble des actions de coopérations internationales menées par convention dans un but d’intérêt commun par une ou plusieurs collectivités  ». Ainsi, légalement, toute forme de coopération entre villes relève de la coopération décentralisée : les jumelages, les projets européens, les associations de villes… Cependant, cette expression est presque exclusivement employée comme un type très particulier de coopération entre collectivités : celui de la coopération Nord-Sud. Une interprétation proposée par Mary Gely et Franck Petiteville sur l’emploi très restreint du terme est que les autorités nationales tentent de limiter les relations entre villes à l’aide au développement, niant les impacts diplomatiques ou économiques de ces dernières [Petiteville 1995, Gely 2016].

7Ainsi, la coopération décentralisée renvoie à un partenariat entre une ville d’un pays développé et une ville d’un pays moins développé, dans le cadre d’une démarche d’aide au développement. Ces relations se sont construites depuis les années 1980, renforcées par la décentralisation et par un ensemble d’incitations régionales, notamment le processus de Barcelone pour le bassin méditerranéen [Gallet 2007]. C’est donc, contrairement au jumelage, qui relève d’un lien horizontal entre deux villes, une forme de coopération orientée avec une ville receveuse et une ville donneuse. Cette solidarité se décline en différents types : une expertise (formations d’agents municipaux), le financement de locaux (construction d’écoles), la mise en place d’infrastructures (réseau d’adduction d’eau. La plupart des grandes villes mènent aujourd’hui des actions de solidarité internationale [Garcia 2013, Briot 2018].

2. Une méthodologie croisant approches quantitatives et qualitatives

8Cette étude est le fruit d’une démarche mixte, et s’inscrit dans une recherche doctorale plus large qui étudie les réseaux de coopérations internationales des villes françaises [Briot 2021]. Les résultats présentés découlent tout d’abord d’un recensement des coopérations bilatérales menées par les 80 plus grandes communes françaises (le nombre de coopérations s’élève à 741). Les informations ont été récoltées sur le site des communes, et, si elles n’étaient pas indiquées, sur sa page Wikipédia. Nous avons collecté, quand la donnée était disponible : (i) le nom des deux villes qui coopèrent ainsi que leur État et leurs coordonnées géographiques, (ii) la date de la mise en place du partenariat, (iii) le type de coopération, (iv) les thèmes principaux de la coopération.

9Cette base de données a été traitée par le biais de l’analyse spatiale et textométrique. La variable des principaux thèmes des coopérations a été examinée au moyen d’analyses de données textuelles, en particulier la construction de nuages de mots. Le nuage de mots est une forme de visualisation d’un corpus de texte dans lequel les mots sont dotés d’une unité de taille permettant de faire ressortir leur importance. Pour former le corpus textuel, nous avons ordonné les mots clés par type de partenariats. Enfin, ce corpus initial a été divisé en différents sous-corpus, en fonction du type de partenariat ou de la zone géographique.

Tableau 1  – Nombre d’occurrences et de formes composant le corpus et le sous-corpus

  • 1 Nombres de mots contenus dans le corpus
  • 2 Forme canonique d’un mot

Corpus

Nombre d’occurrences1

Nombre de lemmes2

Corpus total

1345

296

Europe

801

212

Afrique

366

139

Amérique

144

76

Asie - Pacifique

154

89

Jumelage

685

178

Coopération

474

143

Coopération décentralisée

207

83

Amitié, partenariat

187

91

10Une méthodologie qualitative a ensuite été mise en place et a consisté en la réalisation de 44 entretiens semi-directifs, auprès de communes et intercommunalités françaises, puis avec d’autres acteurs intervenant dans le monde des coopérations des villes françaises. Ces entretiens ont pour objectif d’approfondir les résultats obtenus par la démarche quantitative, mais aussi d’interroger des processus qui ne peuvent être saisis par une analyse statistique ou textométrique. 

Tableau 2 – Acteurs interrogés

Type d’acteurs

Nombre d’entretiens

Villes

28

Projets européens

2

Associations de collectivités françaises

2

Réseaux régionaux multi-acteurs

3

Associations de villes mondiales

8

Délégation à l’action extérieure des territoires

1

11Ce monde se caractérise par une grande diversité des acteurs, appartenant à différentes échelles et structurant les pratiques internationales des villes françaises. L’intrication des échelons, des échelles d’intervention, mais aussi la forte interconnaissance des acteurs conduit à la délimitation d’un ensemble de pratiques spécifiques, que cet article essaie de mettre en lumière.

3. Résultats : une asymétrie spatiale et partenariale

3.1. De la coopération à la solidarité : aide au développement et asymétrie

12Derrière le terme de coopération entre villes se cache en réalité un spectre de réalités très diverses qui se traduisent notamment dans le vocable utilisé pour qualifier ces relations que nous résumons en cinq catégories : le jumelage, l’amitié, le partenariat, la coopération, et la coopération décentralisée. Le jumelage est la forme classique de la coopération, celle d’une relation horizontale et immuable dans le temps entre deux villes. Le partenariat et l’amitié sont également des liens horizontaux, mais récents et encore en construction. La notion de pacte d’amitié vient souvent qualifier une relation entre villes préfigurant un jumelage. Le partenariat qualifie des liens plus courts et souvent tournés vers des thématiques économiques. La notion de coopération est assez intéressante, car elle est de plus en plus employée, au détriment du terme de jumelage. Ce changement de vocabulaire traduit en réalité d’un changement de paradigme dans les relations des villes, qui cherchent des retombées concrètes sur leur territoire [Rozier 2017, Xiao & Parenti 2022]. La coopération vient qualifier une collaboration qui s’inscrit dans un cadre temporel et budgétaire particulier, lié à la dimension projet, c’est-à-dire limité dans le temps, car associé à un financement et à un but précis. Au sein des coopérations, la coopération décentralisée définit des relations de solidarité internationale, entendues par les collectivités françaises comme de l’aide au développement.

13L’analyse des nuages de mots de la figure 1 (page suivante) souligne la différence de contenu entre jumelage et coopération décentralisée. Les jumelages sont plus tournés vers les thématiques historiques des relations internationales des villes : la culture, les jeunes, le sport, ainsi que vers des questions économiques (tourisme, universités, économie, recherche). Les coopérations décentralisées sont, elles, centrées autour d’un nombre réduit de thématiques : le développement, la santé, l’eau et l’assainissement, les déchets, l’éducation.

Figure 1  – Nuages de thèmes des jumelages et des coopérations décentralisées

Figure 1  – Nuages de thèmes des jumelages et des coopérations décentralisées

14Ces thématiques sont en fait le reflet d’une relation non pas à double sens comme pour le jumelage, mais d’une relation d’aide au développement. Ce sont en effet les villes françaises qui, par le biais des dispositifs juridiques mis à leur disposition, vont aider les villes issues de pays en développement. Cette spécialisation de ces relations de solidarité est liée à l’arsenal juridique, et en particulier à la loi Oudin-Santini. Cette loi de 2005 permet la mise en place d’un dispositif de financement complètement nouveau, qui offre des possibilités inédites. Concrètement, la loi Oudin-Santini autorise les collectivités, syndicats et agences de l’eau à consacrer jusqu’à 1 % de leur budget eau et assainissement pour subventionner des opérations de solidarité internationale, entendue comme actions d’aide au développement dans ces secteurs. Ils sont élargis à l’énergie (2006) et aux déchets (2014). Cette loi permet donc de dégager des fonds nouveaux, et incite les collectivités à agrandir leurs champs d’action.

«  La commune de Cherbourg a lancé la coopération décentralisée avec le village de Finthiock en Casamance. Lorsqu’il y a eu cette loi sur la coopération décentralisée, très naturellement nous avons mené un projet avec l’appui technique de la communauté urbaine de Cherbourg sur l’eau. Il y a eu la construction d’un réseau interconnecté d’adduction d’eau potable qui a commencé véritablement en 2002 et qui s’est poursuivie jusqu’à l’année dernière [2019]. Aujourd’hui, on est parvenu à interconnecter tout l’arrondissement de Tangori en Casamance.  »

Élue de la commune de Cherbourg-Octeville

15Cet extrait d’entretien montre un projet mené dans le cadre d’une coopération décentralisée avec une collectivité sénégalaise, exemple typique d’une relation de solidarité mené par une ville française, au travers de dispositifs permis par la juridiction française. Ces relations de solidarité internationale ont une couverture spatiale très particulière.

Carte 1 – Nuages de mots des thématiques récurrentes en fonction des espaces dont sont issues les villes partenaires

Carte 1 – Nuages de mots des thématiques récurrentes en fonction des espaces dont sont issues les villes partenaires

16La carte 1 souligne les profondes différences qui existent en termes de thématiques d’échange et donc de pratiques de coopération menées par les villes françaises, selon les zones investies. Les thèmes sont relativement homogènes pour l’Europe, le continent américain et l’Asie. On remarque tout de même un décalage entre l’Europe d’un côté et l’Asie et le continent américain d’un autre. Les collaborations avec ces espaces sont plus axées sur des questions économiques, touristiques et scientifiques que l’Europe, encore très empreinte de la dimension scolaire, jeunesse et citoyenneté. Il s’agit principalement de jumelages. C’est avec l’Afrique que la différence ressort le plus. L’asymétrie de la relation est visible, car les coopérations sont très centrées sur les politiques d’aménagement et d’aide au développement citées plus haut et qui découlent de la loi Oudin-Santini. Ce sont des liens orientés, avec une ville française qui donne et une ville africaine qui reçoit. Aussi, la solidarité internationale est entendue par les villes françaises comme une relation d’aide au développement, et du « faire pour », du lien de subordination.

17Ainsi, l’étude des coopérations bilatérales menées par les villes françaises permet d’analyser les représentations des acteurs à l’œuvre dans ces coopérations. Entre réminiscences historiques perpétuant des relations de domination et visions archétypales sur les spécialités des ensembles régionaux, ces coopérations bilatérales reproduisent et confortent ces représentations sur l’autre.

3.2. Une géographie particulière de la solidarité : l’acteur étatique et le concept de diplomatie démultipliée

18Les coopérations bilatérales (jumelages, coopérations décentralisées…) menées par les villes françaises sont réparties de manière particulière (carte 2).

Carte 2 – Les types de coopérations bilatérales

Carte 2 – Les types de coopérations bilatérales

19Un premier pôle de coopérations se situe en Europe et au Maghreb. Plus on s’éloigne de la France, plus le nombre de partenariats diminue, de façon concentrique. Ensuite, ce nombre augmente de nouveau, d’abord en Afrique de l’Ouest puis dans des espaces lointains, tels que l’Amérique du Nord et l’Asie. Ainsi, l’effet de proximité s’efface au profit d’une internationalisation à destination d’espaces stratégiques pour les villes françaises (anciennes colonies ou pôles économiques).

20La répartition géographique de ces types de partenariats est également parlante : sur la carte 2, l’on voit que les villes françaises se jumellent plutôt avec des pays développés et coopèrent (coopérations et coopérations décentralisées) avec des pays en voie de développement, et notamment avec l’Afrique. 78,6 % des coopérations décentralisées ont lieu en Afrique et au Moyen-Orient, tandis que 65 % des jumelages se situent en Europe. Il y a donc une différenciation du type de coopération bilatérale en fonction de l’espace investi par les villes françaises.

Figure 2 – La densité de jumelages et de coopérations décentralisées en fonction de la distance

Figure 2 – La densité de jumelages et de coopérations décentralisées en fonction de la distance

21Cette différenciation se reflète aussi dans la figure 2 qui montre la densité du nombre de jumelages et coopérations décentralisées en fonction de la distance entre les deux villes partenaires. Deux formes de relations se répartissent différemment en fonction de leur distance à la France. Si l’on croise le graphique avec la carte 2, les villes européennes proches sont davantage des villes jumelles. Le nombre de jumelages diminue ensuite très rapidement, et les villes du Maghreb, mais également une partie non négligeable de villes d’Europe orientale sont des coopérations décentralisées. On observe ensuite un deuxième pic de coopérations décentralisées qui correspond aux villes d’Afrique subsaharienne. Enfin, le nombre de jumelages augmente de nouveau, principalement avec des villes asiatiques et américaines. Cette répartition différenciée se traduit dans le contenu des échanges que nous avons pu voir dans la figure 1.

22La directrice de Cités Unies France souligne que les coopérations décentralisées sont surtout issues de relations historiques, et en particulier du contexte colonial. La dimension linguistique est aussi un facteur déterminant. Les échanges autour des projets de coopération sont facilités par la maîtrise conjointe d’une langue commune, le français.

Chercheuse (C) : « Les collectivités françaises ont-elles des espaces privilégiés pour coopérer ? Est-ce que ces espaces s’étendent ?

Enquêté (E) : « Traditionnellement, ce sont les pays de l’après-colonisation. Post-indépendances, il y a eu effectivement l’Afrique subsaharienne, le Maghreb, le Vietnam, le Laos, Haïti, des pays francophones. Aujourd’hui, ça reste encore très francophone, mais il y a une évolution, liée beaucoup aux grandes collectivités, qui vont chercher des partenariats dans les pays émergents.  »
Directrice générale de Cités Unies France

23Cependant, une telle organisation spatiale découle aussi d’une intervention très marquée de l’État dans la mise en place de ces relations. Les coopérations bilatérales menées par les villes françaises sont principalement financées par des bailleurs étatiques, soit par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (au travers de la Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales ou DAECT), soit par l’Agence Française de Développement.

Tableau  – Financements pour les projets de coopérations décentralisées

  • 3 Variation en fonction de l’éligibilité du pays à l’Aide Publique au Développement

Nom du programme

Bailleur

Montant éligible (EUR)

Taux de co-financements3

Clés en main

DAECT

<200 000

30-70 %

Appels à projets bilatéraux

DAECT

<200 000

30-70 %

Appels à projets généralistes

DAECT

<200 000

30-70 %

Appels à projets thématiques

DAECT

<200 000

30-70 %

Ficol

AFD

200 000 - 1 500 000

70 %

24Ces financements conduisent les collectivités à proposer des projets de coopération ambitieux, en permettant d’augmenter les budgets alloués. Cependant, le taux de co-financement varie significativement selon l’éligibilité ou non de la ville partenaire à l’Aide Publique au Développement. Ce critère pécuniaire incite donc les villes françaises à renforcer les zones d’influence de la diplomatie française. Ce tropisme géographique est conforté par des appels ciblés spatialement, qui se centrent sur certains pays désignés par la DAECT, notamment le Maroc, le Sénégal ou encore la Tunisie4.

25Parfois, le contact entre État et ville est direct, et met en lumière une certaine forme d’ingérence de l’État dans la construction des coopérations par les villes.

E : « J’ai été contacté par le ministère des Affaires étrangères. On n’a pas de coopération décentralisée avec une ville africaine. C’est une piste à développer parce que le ministère des Affaires étrangères nous demande d’y réfléchir. (…) »

C : « L’appel que vous avez eu avec le ministère des Affaires étrangères, ça arrive souvent ? »

E : « Moi je découvre, mais ils disaient qu’ils avaient déjà essayé de contacter la ville. (…) C’est leur boulot que d’aller vers les collectivités locales et de pouvoir aider à la mise en place de coopérations.  »
Élue à la commune du Mans

26Le ministère des Affaires étrangères peut appeler directement une ville pour lui conseiller de nouer un partenariat. Cette démarche n’est pas isolée, ce qui montre que le ministère des Affaires étrangères est au courant de l’état des relations internationales des principales villes de France, et qu’il n’hésite pas à intervenir pour orienter la politique extérieure des villes. Cette présence est due au fait que l’État conçoit les relations internationales des villes, et en particulier la coopération décentralisée, comme un moyen permettant une «  diplomatie démultipliée  » [Jebeili 2018, Pougnaud 2019]. L’État français cherche à garder une forme de contrôle sur ces coopérations, afin qu’elles s’inscrivent dans la stratégie internationale de la France [Karzazi 2013].

27La formalisation du corpus juridique permettant les villes à agir à l’international est issue de la loi de 1992. Cette loi instaure deux principes fondamentaux : le caractère volontaire de ces coopérations et le respect des engagements internationaux de la France. Le deuxième principe souligne la conception par l’État français des relations internationales de ses collectivités. Ainsi, dans le livre blanc intitulé Diplomatie et territoires : Pour une action extérieure démultipliée [Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères & Commission Nationale de la Coopération Décentralisée 2016], il est expliqué que l’action extérieure des collectivités territoriales sert au rayonnement culturel et économique de la France et à la diffusion de l’expertise française.

E : « Ces coopérations sont un avantage pour le ministère des Affaires étrangères parce que les collectivités, c’est une voix de la France. Quand elles vont à Madagascar pour faire une coopération, ça veut dire que vous avez des Français qui sont là, qui échangent, qui sont présents sur le terrain… Et donc ça vient en plus de tout ce que l’on peut faire à l’échelon national ou avec les universités ou les entreprises. C’est une façon comme une autre de coopérer et d’être présent dans les pays étrangers. Ça s’insère dans tout ce qui est l’influence et le rayonnement de la France. D’autant plus qu’en général ces actions sont très bien vues par les autorités locales étrangères, par la population locale. C’est proche du terrain, on voit ce que ça apporte de façon assez rapide, c’est positif, ça crée des liens d’amitié donc c’est vraiment bénéfique.  »
Cheffe de la DAECT

28L’intérêt constaté par la Cheffe de la DAECT est que ces liens se font entre échelons de proximité et permettent donc une présence française alternative, plus acceptée. Ces relations de coopération entre villes sont vues par les institutions nationales comme des façons de connecter les espaces et les sociétés, et de dépasser des logiques étatiques souvent plus conflictuelles. Les récentes évolutions des relations franco-maliennes sont révélatrices de ce phénomène, car si les relations entre États sont très tendues, les relations entre villes ne cessent pas d’exister pour autant et ces dernières se positionnent comme le relais dans le maintien de relations et de présence française dans cet espace. La solidarité des villes françaises est donc très marquée par l’influence de l’État qui voit ces relations comme un moyen de démultiplier l’influence française dans ses zones de prédilection.

3.3. Derrière la solidarité : la question centrale de la réciprocité

29Bien que la pratique de la solidarité internationale et l’aide au développement soit ancrée dans les services des relations internationales des villes françaises, la légitimité d’une telle action pose question aux agents municipaux. L’interrogation centrale est celle de l’apport pour le territoire français. Aussi, derrière le discours solidaire apparent transparait en réalité une quête de réciprocité dans l’échange afin de justifier cette politique municipale. On peut observer plusieurs types de réponses.

30Une première défend une représentation assez classique dans le domaine de l’aide au développement : ce qu’en retire la ville française est plutôt de l’ordre du symbolique. L’idée correspond à une vision humaniste, d’une recherche de sens pour les agents municipaux.

«  On monte des projets parce qu’il y a un intérêt aussi pour nous. Nos collègues de la direction de l’assainissement sont allés voir les travaux qui avaient été menés chez nos partenaires maliens. Ils sont revenus en disant qu’ils avaient retrouvé pourquoi ils faisaient ce boulot. Donc la réciprocité, c’est aussi de redonner du sens au travail des agents.  »
Agent de la commune et la métropole de Rennes

«  Ce n’est pas de l’aide à sens unique, car on a beaucoup à apprendre de ces peuples sahraouis qui vivent différemment de nous et ça n’a jamais été ressenti comme ça. Ils nous apportent autre chose et ce qu’on leur apporte est pour eux une grande richesse  ».
Élue de la commune du Mans

31Un autre type de discours s’attache à montrer l’opportunité économique que représentent ces coopérations solidaires, notamment en termes d’internationalisation des entreprises et de leur insertion sur le marché africain. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’a été rédigée la Loi Oudin-Santini, afin de valoriser l’expertise française en matière de traitement de l’eau [Garcia 2013. Derrière la logique solidaire émerge au final un intérêt économique pour le développement des acteurs de la ville.

« Le futur grand marché dans le monde c’est l’Afrique. (…) Les Marocains se positionnent actuellement comme le pays qui permet aux autres nations de rentrer en Afrique, donc on développe les partenariats avec eux. On fait des missions en amenant des acteurs du développement économique à savoir des pôles de compétitivité, des entreprises notamment dans le domaine de l’eau et de la santé.  »
Agent de la métropole de Montpellier

32La dernière forme de justification souligne comment ces relations de solidarité permettent en réalité de promouvoir une image de la ville à l’international. Les villes prennent conscience de manière croissante des enjeux communs entre elles, ce qui mène à l’apparition de discussions et revendications, notamment en matière de gouvernance. La création d’une scène internationale composée d’acteurs infranationaux conduit à l’émergence d’enjeux spécifiques portés par ces acteurs. Il s’agit d’une «  urbanization of global politics  » [Acuto 2016, Amiri & Sevin 2020], mettant au centre des échanges internationaux la revendication d’une plus grande autonomie dans la gouvernance urbaine. Cette revendication découle de la confrontation entre niveaux de compétences, d’autonomie et de décentralisation très différents suite à la mise en place de coopérations décentralisées. En effet, coopérer avec une ville étrangère est fortement conditionné par son degré d’autonomie [Pluijm & Melissen 2007].

E : « La relation est parfois compliquée avec nos partenaires algériens, c’est difficile pour eux d’obtenir à chaque fois les autorisations pour venir en France. »

C : « Parce qu’en Algérie ils ont besoin de l’accord étatique ? »

E : « Oui, du préfet pour chaque déplacement. Ces déplacements peuvent être refusés du jour au lendemain, donc la veille du départ. Ça nous est déjà arrivé, ils n’ont pas pu venir. »

C : « Pour quelles raisons ? »

E : « Pour des raisons qu’on ne connait pas du tout, ils ne sont pas tenus à expliquer, ils ont juste à annuler et c’est tout.  »
Agent de la commune de Vienne

33Confrontées à ces écarts de décentralisation, les coopérations bilatérales entre villes sont donc un espace où discuter de la gouvernance urbaine et du processus de décentralisation.

  • 5 Résacoop est le réseau-régional multi-acteur en charge des coopérations des collectivités d’Auvergn (...)

«  Je dirais qu’il y a une partie importante des échanges qui ont pour but d’asseoir le rôle des collectivités territoriales du Sud par rapport aux services rendus à la population. La moitié des coopérations sont développées avec des pays d’Afrique subsaharienne dans lesquels les processus de décentralisation sont en construction (…). Les collectivités françaises trouvent que la décentralisation est quelque chose de très important et elles ont envie de répondre à l’appel de leurs collègues du Sud pour les aider justement à jouer ce rôle d’échelon institutionnel de proximité. C’est de l’aide au développement, sauf que ce n’est pas de l’aide au développement comme on le conçoit avec une ONG. Il faut revisiter l’idée qu’on se fait de l’aide au développement. (…). C’est vraiment défendre l’idée que l’aide publique au développement c’est aussi toute cette ingénierie  »
Directrice de Résacoop5

Conclusion

34Ces relations de solidarité permettent de réfléchir à la bonne gouvernance des villes et donc de diffuser une certaine conception de la place de ces dernières, en particulier concernant leurs rapports au pouvoir central. Ces coopérations bilatérales promeuvent de manière croissante une diplomatie des villes qui se détache de celle des États [Pluijm & Melissen 2007, Viltard 2010] en amenant au cœur du débat international des thématiques qui leur sont spécifiques, et en premier lieu leur propre légitimité politique [Gallet 2005, Karzazi 2013]. Gilles Pinson montre que, si l’on observe un mouvement de recentralisation en France, la décentralisation résiste mieux au niveau de ce qu’il appelle le bloc communal composé des communes et des intercommunalités, qui se font le porte-drapeau d’un modèle de décentralisation « à la française » [Pinson 2022]. Ces coopérations entre villes deviennent ainsi les supports de la défense de la décentralisation et du transfert de compétences aux échelons locaux. Chambéry coopère par exemple avec la ville d’Ouahigouya au Burkina Faso depuis 1991, principalement dans le secteur culturel et de l’éducation. En 2004, lorsque le pays connait une accélération rapide du processus de décentralisation, la coopération avec Chambéry prend un autre tournant, et l’action se porte sur le renforcement de la capacité des acteurs locaux, afin qu’ils puissent répondre pleinement aux nouveaux enjeux de développement de la commune dans le cadre de la décentralisation en cours. Le programme de coopération décentralisée touche plusieurs secteurs comme le développement urbain et économique, la coopération hospitalière, et le renforcement des services sociaux de la ville. Lyon, dans le cadre de sa coopération avec Bamako historiquement tournée vers des questions d’assainissement, a également monté un projet pour la formation de personnels pour la mise en place d’une fiscalité locale cohérente, politique incontournable pour la légitimation de l’action d’un échelon territorial. Aussi, » en engageant le dialogue entre elles, les villes montrent la pertinence de leur échelle d’action et leur faculté à contourner les blocages des politiques nationales » selon le rapport fait par Terra Nova sur l’action internationale des villes françaises6. On tend alors vers une logique de la solidarité totalement différente, où l’on passe du « faire pour » à « faire commun ». Par le biais de ces revendications et de l’appui à la reconnaissance des compétences des villes dans les Suds, c’est en fait une vision globale de l’autonomie et des compétences de la ville à l’échelle internationale que défendent les villes françaises.

Haut de page

Bibliographie

Acuto, M. (2013) – Global Cities, Governance and Diplomacy: The Urban Link, Londres, Routledge, 220 p.

Acuto, M. (2016) – « Give cities a seat at the top table », Nature, n° 537, pp. 611613, https://doi.org/10.1038/537611a

Amiri, S. & Sevin, E. (éds.) (2020) – City Diplomacy : Current Trends and Future Prospects. Londres, Palgrave Macmillan, 518 p., https://doi.org/10.1007/978-3-030-45615-3

Arricod (2012) – L’action internationale des collectivités territoriales, Paris, éditions Le cavalier bleu, 128 p.

Bioteau, E. (2018) – Constructions Spatiales des Solidarités. Contribution à une géographie des solidarités, Habilitation à Diriger des Recherches, Université d’Angers, https://hal.univ-angers.fr/tel-02383988

Boulineau, E. (2016) – « Les jumelages internationaux des villes de la mer Noire  : Dynamiques spatiales et temporelles », Revue Géographique de l’Est, vol. 56, n° 3-4, https://journals.openedition.org/rge/5814

Briot, N. (2018) – Les coopérations territoriales des villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes  : Internationalisation et mises en réseaux, Mémoire de Master 2, ENS de Lyon.

Briot, N. (2021) – Villes en réseaux. Les coopérations internationales des villes françaises  : Spatialisation, internationalisation, européanisation, Thèse de doctorat, ENS de Lyon, http://www.theses.fr/s217111

Chombard-Gaudin, C. (1992) – « Pour une histoire des villes et communes jumelées », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 35, pp. 60‑66, https://doi.org/10.2307/3769722

Gallet, B. (2005) – « Les enjeux de la coopération décentralisée », Revue internationale et stratégique, vol. 57, n° 1, pp. 61‑70. https://doi.org/10.3917/ris.057.0061

Gallet, B. (2007) – « La coopération décentralisée, l’esprit de Barcelone  ? » Confluences Méditerranée, vol. 63, n° 4, pp. 85‑91, https://doi.org/10.3917/come.063.0085

Garcia, E. (2013) – L’action internationale des collectivités territoriales  : Un outil de développement des territoires français ?, Thèse de doctorat, Université de Cergy Pontoise, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00951551

Gely, M. (2016) – L’action extérieure des collectivités territoriales françaises  : Étude de la mise en œuvre d’une action publique transsectorielle, vecteur d’articulation entre territoires et scène extérieure, Thèse de doctorat, Université Grenoble Alpes, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01417807

Jebeili, C. (2018) – « La coopération décentralisée », in J. Carles, D. Guignard, & S. Regourd (éds.), La décentralisation 30 ans après, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, pp. 307-322, http://books.openedition.org/putc/1405

Karzazi, M. (2013) – La coopération décentralisée franco-marocaine  : Entre coopération au développement et diplomatie économique d’influence, Thèse de doctorat, Cergy-Pontoise, https://www.theses.fr/2013CERG0660

LGales, P. (2003) – Le Retour des villes européennes  : Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Les Presses de Sciences Po, 454 p.

Lechevallier, Y. (2020) – « Construction du Cadre juridique de l’AICT  : Histoire d’une bataille sur la «  décentralisation  » ». Wikiterritorial. https://encyclopedie.wikiterritorial.cnfpt.fr/xwiki/bin/view/fiches/ConstructionduCadrejuridiquedelAICThistoiredunebataillesurladecentralisation/

Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, & Commission Nationale de la Coopération Décentralisée. (2016) – Livre blanc «  Diplomatie et territoires  », Paris, La Documentation Française, 222 p., https://www.leslivresblancs.fr/livre/societe/administration-collectivites-locales/diplomatie-et-territoires-pour-une-action

Petiteville, F. (1995) – La coopération décentralisée pour le développement, Thèse de doctorat, Université Pierre Mendès France - Grenoble, http://www.theses.fr/1995GRE21001

Pinson, G. (2022) – Les métropoles au chevet de la décentralisation  ?, Plan Urbanisme Construction Architecture, 52 p., https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03663514

Pluijm, R. & Melissen, J. (2007) – City Diplomacy : The Expanding Role of Cities in International Politics, Clingendael Diplomatic Studies Paper, 42 p., https://www.uclg.org/sites/default/files/20070400_cdsp_paper_pluijm.pdf

Pougnaud, P. (2019) – Guide juridique de l’action extérieure des collectivités territoriales, Paris, La Documentation Française, 144 p.

Reitel, B. (2019) – « L’ambition internationale d’une métropole française  : La diplomatie territoriale de Lille de 1958 à nos jours », Relations internationales, n° 179, pp. 67‑82. https://doi.org/10.3917/ri.179.0067

Rozier, H. (2017) – « De la coopération décentralisée à l’action internationale des collectivités  : Un paradigme économique  ? », Revue internationale des études du développement, n° 232, pp. 43‑65, https://www.cairn.info/revue-internationale-des-etudes-du-developpement-2017-4-page-43.htm

Viltard, Y. (2010) – « Diplomatie des villes  : Collectivités territoriales et relations internationales. », Politique étrangère, n° 2010-3, 593‑604, https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2010-3-page-593.htm

Xiao, Y. & Parenti, F. M. (2022) – « China–Italy BRI Cooperation : Towards a new cooperation model? », Area Development and Policy, vol. 7, n° 2, pp. 204221. https://doi.org/10.1080/23792949.2021.1985397

Haut de page

Notes

1 Nombres de mots contenus dans le corpus

2 Forme canonique d’un mot

3 Variation en fonction de l’éligibilité du pays à l’Aide Publique au Développement

4 https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/action-exterieure-des-collectivites-territoriales/financer-mes-projets-de-cooperation-decentralisee/ (février 2022) 

5 Résacoop est le réseau-régional multi-acteur en charge des coopérations des collectivités d’Auvergne-Rhône-Alpes

6 https://tnova.fr/economie-social/territoires-metropoles/le-nouveau-role-international-des-villes-et-pourquoi-il-faut-lencourager/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1  – Nuages de thèmes des jumelages et des coopérations décentralisées
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10013/img-1.png
Fichier image/png, 136k
Titre Carte 1 – Nuages de mots des thématiques récurrentes en fonction des espaces dont sont issues les villes partenaires
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10013/img-2.png
Fichier image/png, 216k
Titre Carte 2 – Les types de coopérations bilatérales
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10013/img-3.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 2 – La densité de jumelages et de coopérations décentralisées en fonction de la distance
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10013/img-4.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ninon Briot, « Une géographie de la solidarité des villes françaises »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 458-475.

Référence électronique

Ninon Briot, « Une géographie de la solidarité des villes françaises »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/10013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.10013

Haut de page

Auteur

Ninon Briot

Docteure EVS-UMR 5600, ATER ENS de Lyon – Courriel : ninon.briot[at]ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search