Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-320 ans de solidarité internationa...

20 ans de solidarité internationale au sein du réseau régional multi-acteurs CENTRAIDER. De la fabrique de l’aide au développement à l’animation locale des territoires

20 years of international solidarity within the regional multi-actor network CENTRAIDER. From the development aid factory to the local animation of territories)
Bertrand Sajaloli
p. 494-513

Résumés

Le réseau CENTRAIDER qui fédère plus de 900 acteurs de la solidarité internationale en région Centre-Val de Loire a 20 ans. Un temps suffisamment long pour esquisser une réflexion sur l’évolution des missions et sur les moteurs qui ont guidé son développement. Structure naissante et fragile hier, Centraider est une organisation reconnue en région, insérée dans le réseau national des 12 réseaux régionaux multi-acteurs doté d’une gouvernance collective, la CIRRMA (Conférence Interrégionale des Réseaux Régionaux Multi-Acteurs), et associée à de nombreuses institutions nationales). Ces 20 ans reflètent les interactions entre les stratégies et valeurs de l’équipe dirigeante, l’histoire politique de la Région, celle du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, et celles de ses partenaires. Trois temps sont ainsi distingués : la naissance de Centraider (1995-2002), la structuration du réseau (2002-2014) et son ouverture vers le national (2014-2020). Sur le plan du développement des territoires, qu’ils appartiennent aux pays en voie de développement ou à la région Centre Val-de-Loire, trois tensions ont scandé la vie du réseau. L’humanitaire s’est peu à peu effacé, sans disparaître toutefois, au profit de l’aide au développement marquée par un fort partenariat avec les sociétés locales. La professionnalisation des salariés et l’intégration croissante de Centraider dans les réseaux nationaux de la solidarité internationale ont modifié les liens avec ses membres, notamment avec les associations les plus petites. Enfin, le rôle des acteurs de la solidarité internationale dans le développement local de la région Centre Val de Loire a longtemps été impensé. Or, ces dizaines de milliers de bénévoles animant les ONG engagées dans la solidarité internationale contribuent fortement à l’animation territoriale et au lien social.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Agence Française pour le Développement ; Ministère des Affaires Étrangères et Européennes ; Cités U (...)

1Le réseau CENTRAIDER [https://www.centraider.org] qui fédère plus de 900 acteurs de la solidarité internationale en région Centre-Val de Loire (désormais CDVL) a 20 ans. Un temps court à l’échelle humaine à l’image des 24 salariés qui entre 2001 et 2021 sont restés au moins un an. Un temps long à l’échelle de la vie d’un réseau associatif, marquée par la constance et l’engagement de ses administrateurs [Centraider 2020] majoritairement investis dans le conseil d’administration pendant plus de 10 ans. Un temps long et fécond si l’on en juge par le formidable développement : un salarié il y a 20 ans, sept aujourd’hui ; moins de 20 000 € annuel d’exercice en 2001, plus de 400 000 € en 2021 ; une structure naissante et fragile hier, une organisation reconnue en région CDVL, insérée dans le réseau national des 12 RRMA (réseaux régionaux multi-acteurs) doté d’une gouvernance collective, la CIRRMA (Conférence Inter Régionale des Réseaux Régionaux Multi-Acteurs ) et associée à de nombreux projets portés par des structures nationales (AFD, MAEE, CUF…)1. Un temps suffisamment long aussi pour que esquisser une réflexion sur l’évolution des missions et sur les moteurs, parfois contradictoires, souvent à l’origine de vifs débats internes, qui les ont guidés. Car dans toute histoire associative et collective, il n’y a ni prédétermination, ni route tracée, il n’y a jamais ni certitudes, ni même d’objectifs-phares à atteindre sur le long terme. Il y a une vie collective, nourrie d’opportunités et de choix, de convictions et de dialogues entre les femmes et les hommes qui ont composé l’équipe de salariés et le conseil d’administration. En prise avec les soubresauts de l’histoire-monde, les 20 ans de Centraider reflètent ainsi les interactions entre l’histoire politique de la Région CDVL, celle du Ministère des affaires étrangères et européennes qui ont fidèlement appuyé la solidarité internationale et la coopération décentralisée de notre territoire, et celles du millier, ou presque, de partenaires fédérés par Centraider fin 2020. Ces 20 ans reflètent aussi la vie de l’équipe de Centraider proprement dite qui, à maintes reprises, a opéré des choix stratégiques et éthiques. Avec le recul, trois temps sont distingués : l’antichambre de Centraider (1995-2002) où l’on verra comment s’est constitué le réseau, la structuration de Centraider et son âge d’or régional (2003-2014) puis son ouverture vers le national (2015-2020).

2Sur le plan du développement des territoires, qu’ils appartiennent aux pays en voie de développement ou à la région Centre Val-de-Loire, trois tensions ont scandé la vie du réseau. L’humanitaire s’est peu à peu effacé, sans disparaître toutefois, au profit de l’aide au développement marquée par un fort partenariat avec les sociétés locales et la volonté de substituer au don une démarche de développement local des Suds. La professionnalisation des salariés et l’intégration croissante de Centraider dans les réseaux nationaux de la solidarité internationale ont modifié, en s’institutionnalisant, les liens avec les acteurs régionaux de la solidarité internationale, notamment avec les associations les plus petites. Enfin, le rôle des partenaires de Centraider dans le développement local de la région CDVL a longtemps été impensé. Or, ces dizaines de milliers de bénévoles animant les ONG engagées dans la solidarité internationale contribuent fortement à l’animation territoriale et au lien social régional. Les effets territoriaux de la solidarité sont donc au cœur de la réflexion.

  • 2 Une des difficultés de l’exercice est la posture de chercheur engagé qui est la mienne, la synthèse (...)

3Cette synthèse est issue du croisement de quatre sources : le dépouillement des 21 rapports d’activités, moraux et financiers présentés lors des assemblées générales de Centraider de 2001 à 2021, d’une part. L’analyse des entretiens collectifs qui ont réuni, en deux focus group les 2 et 7 juillet 2020, les administrateurs historiques de Centraider et le personnel du service de coopération décentralisée de la Région, d’autre part. Des entretiens personnels avec les présidents et directeurs de Centraider enfin, auxquels s’ajoute ma propre expérience de dix ans de présence au conseil d’administration de Centraider2. Il s’appuie également sur la foisonnante production de documents d’information et de communication édités par Centraider : près de 400 newsletters, plus 40 Bulletins auxquels s’ajoutent le riche site internet [www.centrader.org] et bien d’autres publications (guides, annuaires…).

1. 1995-2002, dans l’antichambre du CRACSI

  • 3 Sylvie Brunel, après un long investissement auprès de Médecins sans Frontières (1984-1989) travaill (...)
  • 4 Collectif Régional des Acteurs de la Coopération et de la Solidarité Internationale. 

4Au crépuscule du XXe siècle, les acteurs français de la coopération et de la solidarité internationale sont tout à la fois peu nombreux et isolés les uns des autres. En 1997, le Livre Blanc [Pelletier 1997] rédigé pour préparer les premières assises nationales mentionne un millier d’organisations de solidarité internationale (OSI) en France, 1400 salariés, 12 000 bénévoles dont les missions relèvent de l’assistance d’urgence, de la sensibilisation auprès de l’opinion publique et du lobbying pour des causes planétaires (lutte contre le travail des enfants, interdiction des mines anti personnelles…). Or, le mal développement des pays du Sud, la mondialisation, la funeste fréquence des catastrophes naturelles ou géopolitiques réclament une efficacité plus grande de l’aide en même temps que se multiplient les OSI et les initiatives solidaires. En effet, la fin des années 1990 enregistre une véritable explosion du nombre d’associations, souvent tournées vers l’Afrique, mais aussi d’acteurs professionnels (Électriciens sans frontières, Pharmaciens sans frontières, Agronomes et vétérinaires Sans Frontières…), de collectivités territoriales tandis que des universitaires, comme René Dumont [1962, 1988, 1989] ou Sylvie Brunel [1993, 1997, 2001], s’engagent3. C’est dans ce contexte d’effervescence, de critiques également de l’action humanitaire néocoloniale [Piveteau 1994], que, aiguillonnées par le premier Sommet de la Terre de Rio en 1992 et par le lancement imminent des Objectifs du Millénaire pour le Développement par l’ONU, fusionnent trois volontés nationale, locale et régionale et que naît Centraider, et avant lui, son éphémère avatar, le CRACSI4.

  • 5 Charles Josselin, membre du Parti socialiste, élu député des Côtes d’Armor en 1973 (battu en 1978 m (...)
  • 6 Jacques Pelletier (1929-2007), figure politique majeure du centre de l’échiquier politique français (...)
  • 7 Il s’agit de Cités Unies France (CUF), du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI), (...)

5Au niveau national, l’impulsion est donnée par Charles Josselin5, ministre de la coopération en 1997, qui était un acteur de la solidarité internationale dans les Côtes du Nord et par Jacques Pelletier6, médiateur de la République, Président du comité français pour la solidarité internationale. C’est sous son égide, avec l’appui d’Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères du gouvernement Jospin, que se tiendront, les 17 et 18 octobre 1997, à la Sorbonne, les premières assises nationales de la coopération et de la solidarité internationale. Le projet avait été lancé dès 1995 par les cinq réseaux représentant l’ensemble des acteurs de la coopération non gouvernementale et décentralisée7. Le Livre blanc [Pelletier 1997] rédigé à cette occasion synthétise les contributions collectives provenant des neuf assises régionales réunies durant l’année 1997. Dressant un tableau particulièrement pertinent et non obsolète des objectifs à atteindre, il appelle, dans sa seconde partie intitulée « Des chantiers pour demain », à une concertation régionale afin que se créent des structures à même de s’informer et d’échanger, d’élaborer ensemble des initiatives en matière de coopération et de « mettre en place des lieux de coordination et de négociation qui favorisent la rencontre entre des porteurs d’initiatives de solidarité et des institutions ou organisations susceptibles de les soutenir et assurer le lien avec les réseaux collectifs » [Pelletier 1997 p. 70]. La fabrique des réseaux régionaux est donc lancée.

  • 8 Notons la présence de Bernard Debré (1944-2020), maire d’Amboise de 1992 à 2001, et ancien ministre (...)

6Au niveau local, une même volonté de structurer les échanges s’organise. En octobre 1995, à Sainte Maure de Touraine, à l’occasion d’une semaine sur le Mali organisée par les Amis de Nafadji, des associations intervenant en Afrique se réunissent et la nécessité de travailler ensemble s’impose. À la réunion de décembre 1995, le réseau Afrique 37 est lancé. Ce réseau départemental, fort d’une vingtaine de structures, prend l’initiative d’organiser des assises régionales. Le 22 novembre 1997, 130 personnes sont réunies dans ces rencontres régionales co-organisées avec Cités Unies France8. Outre la volonté de promouvoir le développement durable et l’éducation au développement, l’idée majeure qui ressort de ces assises est bien de créer un réseau régional afin que puissent être échangées les expériences et cordonnées les pratiques. Les quatre ateliers sont à cet égard révélateurs de cette volonté : (i) les rôles, la légitimité, la complémentarité entre les acteurs, (ii) la mobilisation et l’action citoyenne : quelle place pour quel engagement, (iii) la mise en réseau des différents acteurs et (iv) le projet de développement : identification, montage, évaluation. Il ne s’agit pas de créer un guichet de financement, d’où le départ de certaines associations à la recherche de subsides et peu enclines à une réflexion critique sur leurs actions, mais bien de faire de la solidarité internationale autrement. Le 7 février 1998, à Blois, à la veille des élections régionales, le collectif des acteurs de la coopération et de développement de la région Centre se met en place, rejoint par le comité de jumelage de Vendôme-Boulsa (Loir-et-Cher), dont Frédéric Tricot est président. Il est épaulé par CUF qui, dans une étude de juin 1998, préfigure le projet de constitution d’un réseau régional. Le 6 novembre 1998, à Vendôme, lors d’une réunion qui rassemble aussi le Loiret, un comité de pilotage voit le jour.

  • 9 Michel Sapin, maire d’Argenton-sur-Creuse de 1995 à 2012, élu député de l’Indre en 1981 puis en 200 (...)
  • 10 Michel Sapin démissionne de la présidence de la Région quand il est nommé ministre de la Fonction p (...)

7Au niveau régional, l’impulsion est donnée par l’élection de Michel Sapin9 à la présidence de la région Centre en avril 1998. Déjà impliqué dans la loi du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République qui avait permis aux collectivités de financer des actions de solidarité internationale, Michel Sapin est par ailleurs très sensible à la coopération décentralisée, puisque c’est l’un des fondateurs de Cités Unies France en 1975 avec Bernard Stasi. Il appuie donc la volonté de constituer un réseau, finance l’étude du CUF et délègue Jean-François Dutheil, conseiller régional en charge de la coopération, présent lors de la réunion de Vendôme du 6 novembre 1998. Alain Rafesthain, qui préside le conseil régional du Centre entre 2000 et 200410, soutient également très activement cette politique. Tout va alors très vite. Le 27 janvier 1999, le comité de pilotage, qui s’est étoffé grâce à la participation de Blois et d’Argenton-sur-Creuse, dresse le bilan de l’inventaire des acteurs de la solidarité internationale ; les 17 et 18 juin 1999, la séance du conseil régional vote le rapport sur la coopération décentralisée [Conseil régional Centre 1999] et entérine son engagement en matière d’aide au développement, de coopération technique et d’aide humanitaire d’urgence. Le point 7 des conclusions du président Sapin propose : » de soutenir des actions d’information, d’éducation et de sensibilisation à la coopération et au développement en région Centre, notamment par la structuration d’un réseau des acteurs régionaux de la coopération ».

  • 11 Frédéric Tricot disparaitra tragiquement lors de la catastrophe aérienne du vol d’Air Algérie le 24 (...)

8En mai 2000, le conseil régional qui étoffe son service de coopération décentralisée, invite tous les acteurs à l’assemblée générale constituante : le CRACSI est né et élit Frédéric Tricot11, qui s’est beaucoup engagé dans les phases préliminaires de structuration, comme premier président. Les premiers pas du CRACSI sont hésitants. Le compte-rendu de l’assemblée générale de 2000 souligne des difficultés de financement, et surtout de représentation des associations locales non affiliées dans le conseil d’administration. Inévitables ces tensions préliminaires ne doivent pas masquer l’ambition des projets et la rapide montée en puissance du CRACSI : l’organisation, sous l’égide du conseil régional et dans le cadre du Contrat Plan-État/Région, des premières Rencontres régionales de la coopération et de la solidarité internationale qui auront lieu à Tours le 24 novembre 2001, le lancement d’un inventaire des acteurs qui débouchera sur l’élaboration d’un annuaire de 363 membres identifiés et renseignés, distribué à l’AG de 2001, tandis que plus de 800 nouveaux acteurs sont repérés. De même, un site internet est lancé en 2002, ainsi qu’un journal dont le thème du numéro 1 est « Quelle langue utilisée par l’Éducation » ? Arrivent enfin, en 2002, les deux premières salariées. Le CRACSI change aussi de nom et devient CENTRAIDER. Un autre épisode commence.

2. 2003-2014, un âge d’or régional ?

  • 12 Dès les années 2000, la Région s’engage dans des partenariats privilégiés avec d’autres régions du (...)

9Durant ces années, la volonté de la Région Centre (puis Centre Val-de-Loire à partir du 16 janvier 2015) d’ouvrir son territoire au monde12, de fédérer les acteurs de la solidarité internationale, de créer un réseau régional, guide la montée en puissance de Centraider. Les cinq missions de Centraider, à peine infléchies depuis sa création, structurent la stratégie de l’association. Elles consistent à (i) identifier les acteurs engagés dans des projets de coopération et de solidarité internationale en région, (ii) les informer, Centraider étant un espace d’échanges et de concertation afin de mutualiser les expériences et de répondre aux demandes des acteurs, (iii) leur proposer des formations méthodologiques et thématiques, (iv) appuyer, conseiller les acteurs dans le montage du projet et (v) promouvoir des espaces d’échanges et de concertation thématiques ou géographiques. Représenter les acteurs régionaux auprès des autres structures régionales et des instances nationales, favoriser l’innovation sociale et l’engagement citoyen complète cette mise en réseau. Relayant la politique de la Région, Centraider bénéficie du souhait des élus d’y développer la coopération décentralisée et de créer un territoire solidaire. De 2002 à 2014, l’essentiel du financement provient de subventions publiques, c’est-à-dire principalement de la Région et du Ministère des affaires étrangères et européennes (figure 1).

Figure 1 – Évolution et répartition des recettes de Centraider 2001-2021

Figure 1 – Évolution et répartition des recettes de Centraider 2001-2021

Source : CentrAider

10En 2014, par exemple, l’État contribue à hauteur de 60 000 €, la Région de 168 000 € : 90 % des moyens sont donc issus du public. Centraider est en quelque sorte un service décentralisé de la Région ! De même, le triplement de ces subventions entre ces deux dates reflète la volonté politique de la majorité régionale, restée continument à gauche. Signalons également, les aides aux postes (dispositifs emplois jeunes, FONJEP, contrats aidés…) qui, outre l’ingénierie des ressources humaines dont elles témoignent, ont constitué jusqu’à près de 20 % des recettes en 2010 tandis que les ressources propres (cotisations, dons, prestations…) sont restées stables mais faibles sur toute la période. Dès lors, l’évolution et la répartition des dépenses (figure 2, page suivante) participent de l’augmentation des moyens humains (2 salariés en 2004 ; 5 en 2014, soit 71 % du budget annuel) et matériels, les autres dépenses étant consacrées à deux missions principales de Centraider : informer et former. Ainsi soutenue, Centraider déploie progressivement ses programmes.

Figure 2 – Évolution et répartition des dépenses de Centraider, par poste, 2001-2021

Figure 2 – Évolution et répartition des dépenses de Centraider, par poste, 2001-2021

Source : CentrAider

  • 13 « Dans de nombreux pays, trop d’organisations arrivent avec leur projet, négligent la concertation (...)
  • 14 C’est le cas, dès 2004, avec les formations intitulées « être partenaire d’une coopération décentra (...)
  • 15 La mission d’information s’articule autour d’une newsletter bimensuelle et d’un Journal qui, semest (...)
  • 16 Jeunes et solidarité, Place des femmes, Réciprocité des projets en 2004 ; Sida et maladies infectie (...)
  • 17 Adoptée le 9 février 2005, la loi Oudin-Santini autorise les collectivités, syndicats et agences de (...)

11De 2003 à 2007, des chantiers s’ouvrent partout à la recherche de l’efficacité en réponse à de vives critiques concernant l’aide au développement [Deler et al. 1998, Lecomte & Naudet 2000, Naudet 2000, Atlani-Duault 2005, Brune 2005, Pérouse de Montclos 2005, 2007, Troubé 2006, Énée 2007, Lewandoski 2007] La lecture des premiers compte-rendus des assemblées générales et des séminaires de réflexion témoigne d’une extraordinaire inventivité. Pionniers, féconds, les thèmes des ateliers, les débats au sein des réunions pluriannuelles du conseil d’administration et des assemblées générales, expriment un formidable enthousiasme. L’atelier du 15 mai 2004 est consacré à l’efficacité de l’aide et à la primauté donnée à la réciprocité13. L’atelier du 23 avril 2005 aborde les relations entre solidarité internationale et urgence humanitaire après le tsunami du 26 décembre 2004 dans l’océan Indien ainsi que le décalage entre le traitement médiatique de la catastrophe et les objectifs de la coopération décentralisée. Celui du 3 juin 2006 s’intéresse au tourisme équitable et solidaire alors même que la charte du tourisme équitable ne sera lancée qu’en janvier 2009 et que la notion est en pleine discussion [Chabloz 2006, Sacareau 2007]. Centraider, véritable laboratoire de la solidarité internationale, sait aussi être opérationnel : bon nombre de formation des années suivantes découleront directement de ces échanges14. De même, dans ses publications15, le caractère innovant des thèmes abordés et des articles de fond séduit16. Mais la grande affaire du réseau, c’est le partage d’expériences et le lancement de scènes sociales où s’échangent bonnes pratiques et s’initient des synergies. En 2003, la commission Europe de l’Est voit le jour ; en 2004, c’est au tour de la commission Afrique qui se réunit 3 fois par an les années suivantes ; en 2005, la commission Gorgol, zone de coopération prioritaire, relaie la politique régionale ; en 2006, la commission Asie pilote un projet structurant entre cinq associations régionales (CCFD, Frères des Hommes, Rencontres Himalayennes, Association Culturelle Franco-Indienne du Loiret et Enfants de tous pays), dont l’objectif final est l’aide à la reconstruction des communautés fragilisées par le tsunami dans la région du Tamil Nadu, en Inde. En 2007 enfin, la Commission Mopti relaie à son tour la volonté de la Région Centre qui lance des projets autour de l’écotourisme et de la valorisation du patrimoine naturel et culturel du fleuve Niger. À ces échanges géographiques s’adjoignent des groupes de travail thématiques : le 8 février 2006, la Commission Coopération décentralisée organise une journée d’échanges sur la loi Oudin-Santini17. De même, le groupe tourisme équitable et solidaire tient sa première réunion le 29 septembre 2007 et rassemble plus de 150 personnes au centre Vinci de Tours. Initiée en 2004, la coordination régionale de la Semaine de la Solidarité Internationale (SSI) assoit également la reconnaissance du réseau. En 2007, pour les 10 ans de la SSI, Centraider signe une convention avec le CRID (Collectif d’organisations de solidarité internationale et de mobilisation citoyenne) et reçoit un appui financier. Enfin, Centraider participe activement aux Rencontres régionales de la coopération décentralisée dont la 7ème édition se tient à Tours le 17 novembre 2007 en diffusant l’information aux acteurs de la solidarité internationale et en organisant le forum des associations sous forme de stands. En définitive, durant ces 5 ans d’intenses réflexions et de chantiers se forge la matrice de Centraider.

  • 18 Ce Répertoire est le fruit d’un long travail collectif. L’équipe salariée a accueilli une bénévole (...)

12De 2008 à 2014, alors à son apogée si l’on s’en tient à l’exécution de ses cinq missions, le réseau impressionne par son rayonnement régional. La mission d’identification voit, en novembre 2008, une mise à jour complète : en 2010, 756 acteurs actifs sont recensés ; en 2012, 801 ; en avril 2014, 924, sachant qu’entre les deux dernières dates 100 ont été inactivés et 223 inscrits ! L’enregistrement des acteurs est maintenant associé au site internet et inventorie leurs projets, leurs lieux d’intervention, leurs partenaires. Les dynamiques de coopération en région sont ainsi repérées, notamment par un travail statistique et cartographique issus de la base de données générées en ligne. Étonnamment, la répartition géographique des acteurs en région Centre évolue peu, mais si les départements du Loiret (26 % des acteurs), du Loir-et-Cher (13 %), du Cher (12 %), de l’Indre (7 %) offrent un engagement proportionnel à leur poids démographique, deux autres font exception : L’Indre-et-Loire (33 % des acteurs, 23,6 % de la population régionale) par son élan solidaire et a contrario l’Eure-et-Loir (9 %, 16,8 %) par sa faible ouverture vers le monde. De même, la répartition des acteurs par type de structure est assez stable : environ 45 % sont des associations locales, 27 % des associations affiliées, 23 % des collectivités territoriales et des comités de jumelage et 7 % des établissements publics. La publication du Répertoire des acteurs [Centraider 2014] de la coopération et de la solidarité internationale en région Centre, en 2014, renferme également des cartes d’analyse du réseau illustrant le fort tropisme vers l’Afrique de l’Ouest (figure 3), notamment pour les associations locales non affiliées (figure 4)18. Y apparaît un modèle régional, et en grande partie français, de la solidarité internationale : de petites ONG, essentiellement tournées vers l’Afrique de l’Ouest francophone, intervenant principalement dans les domaines de l’éducation, notamment primaire, et de la formation-sensibilisation (33 %), de la culture (20 %), de la santé et de l’alimentation (17 %) mais peu dans le développement rural (8 %), urbain (2 %) ou économique (7 %).

Figure 3 – Lieux d’intervention des acteurs de la solidarité internationale de la région Centre en 2014

Figure 3 – Lieux d’intervention des acteurs de la solidarité internationale de la région Centre en 2014

Source Centraider – Fond de Carte ESRI – Conception et réalisation : Master 2 Geogram/DDLTE,2014
Responsable du projet : Bertrand Sajaloli, Université d’Orléans

Figure 4 – Lieux d’intervention des associations non affiliées de la région Centre en Afrique en 2014

Figure 4 – Lieux d’intervention des associations non affiliées de la région Centre en Afrique en 2014

Source Centraider – Fond de Carte ESRI – Conception et réalisation : Master 2 Geogram/DDLTE,2014
Responsable du projet : Bertrand Sajaloli, Université d’Orléans

13La mission d’information et de communication connaît également une importante mutation. Pas tant des bulletins et newsletters, dont l’audience et la qualité ne faiblissent pas, mais du site internet qui enregistre un véritable aggiornamento. Entièrement refondu en 2012, au contenu plus riche et facilement accessible, interactif, proposant des outils techniques, il devient un véritable instrument de travail pour les acteurs de la coopération. Dès lors sa fréquentation bondit : 2 400 visiteurs en octobre 2011, 4 800 en mai 2012 ! Sur l’ensemble de l’année 2012, 57 000 visiteurs (pour 86 000 visites) différents ont consulté le site ; en 2013, 93 500 (133 000 visites). À ce site s’adjoint, la création d’une page FaceBook et d’un compte Twitter. À l’aube des années 2010, Centraider prend le virage du numérique. La mission de formation poursuit sa lancée jusqu’en 2012 (90 personnes formées) avant de connaître une certaine déconvenue en 2013 et en 2014 (moins de 40) : si les 6 cycles annuels de formation rassemblent de 50 à 90 personnes et de 30 à 55 structures, l’épuisement des thèmes et peut-être des structures candidates explique le jusant et l’annulation des formations fautes de candidats. Marqué par un vif développement, l’appui aux acteurs, émanant à près de 90 % d’associations non affiliées, mobilise fortement l’équipe puisque deux salariés s’y consacrent : de 37 dossiers en 2008 (et 200 requêtes annuelles), les demandes passent de 54 (et 250) en 2009, à 57 (260) en 2010, à 80 (272) en 2011, à 132 (300) en 2012 pour revenir à 100 (327) en 2013. Un processus de suivi des dossiers en ligne est lancé, des fiches techniques sont créées et distribuées afin d’aider efficacement les porteurs de projets, venus de plus en plus de l’étranger, par le truchement des formulaires de requête en ligne.

  • 19 Outre Catherine Coquery-Vidrovitch, les réunions ont été animées par Fidel Moungar, ancien premier (...)

14L’incontestable réussite de Centraider dans ce laps de temps réside surtout dans la dynamique de réseaux initiée. Les huit commissions géographiques et groupes thématiques précédemment décrits, qui se réunissent en moyenne deux fois par an, sont complétés par les commissions Amérique latine, Maghreb, Burkina Faso, Haïti, Santé, EAD-SI (Éducation Au Développement et à la Solidarité Internationale), Agriculture, Énergie et environnement. Cet appétit de rencontres et d’échanges autour d’un thème d’actualité, souvent assouvi par des assemblées consistantes, favorise une effervescence intellectuelle et humaine tout à fait inédite : entre 2008 et 2012, Centraider organise quasiment une manifestation publique par semaine et invite de prestigieux intervenants19 !

  • 20 Le 24 avril 2008, la journée d’échanges sur la coopération décentralisée et les migrants réunit 154 (...)
  • 21 Cet événement, maintenant également organisé dans de nombreux pays européens, est le rendez-vous na (...)
  • 22 Le programme RADICEL-K (Recherche Aide Développement : Interactions Culture Environnement Langues-K (...)
  • 23 Parmi les actions des étudiants d’Orléans, mentionnons la confection du volet cartographique de l’a (...)

15En outre, des journées d’échanges continuent d’être tenues20 alors que Centraider poursuit son rôle de coordinateur de la Semaine de la Solidarité Internationale21 et sa participation aux Rencontres régionales de la coopération décentralisée. Le réseau coordonne aussi le Mois de l’économie sociale et solidaire et le Festival Alimenterre qui, en 2013, a organisé 69 projections pour plus de 3500 spectateurs ! Il organise aussi, le 28 mai 2013, en partenariat avec le Conseil régional, le colloque « Rio+20, Rio en vain ? ». Cette manifestation implique également l’université d’Orléans, et notamment le département de géographie et le laboratoire CEDETE, qui, depuis 2010 connaît un riche partenariat avec Centraider. Outre l’implication commune dans les programmes de recherches RADICEL-K et BIOSOL22 portant sur le développement de l’Afrique de l’Ouest, Centraider a accueilli plusieurs projets tuteurés des étudiants de Master, les a fréquemment impliqués dans ses activités, initiant ainsi une recherche-action et une mobilisation des jeunes très fécondes23. Cette configuration recherche-solidarité internationale, en impliquant et en sensibilisant un public étudiant, est tout à la fois riche et rare. D’une certaine manière, ces sept années 2008-2014 jalonnent une véritable lune de miel entre les acteurs de la solidarité internationale et le réseau, entre le Conseil régional et lui : c’est l’âge d’or régional de Centraider.

  • 24 La question de l’envoi de livres ou de matériels scolaires déclassés par conteneurs vers l’Afrique (...)
  • 25 En outre, et sans être cynique, il semble que certaines associations se rencontraient dans une cont (...)

16Âge d’or non exempt de fragilités et de tensions, pourtant, que le succès dissimule. La première, la plus significative sans doute, est l’essoufflement du système : dès 2011, certaines Commissions ne se réunissent plus ou ne rassemblent qu’une poignée de participants, le nombre de manifestations annulées augmente faute de participants, malgré la présence annoncée de spécialistes chevronnés et au grand dam des salariés et des membres du CA qui ont consacré beaucoup d’énergie à leur montage. L’offre de concertation excède la demande, momentanément accrue par les catastrophes humanitaires du tournant des années 2010, mais saturée par une telle profusion de rencontres. Cette même atonie se retrouve dans l’appui aux acteurs et dans la fréquentation des sessions de formation dès 2012. Elle met en exergue l’écart entre le nombre d’adhérents de Centraider, à jour de leur cotisation (toujours moins de 100), et l’importance du réseau identifié (plus de 900 en 2014). Elle interroge les liens ambigus entre la tête de réseau et les éléments qu’il est censé fédérer. Si Centraider est ponctuellement sollicité en cas de besoin (montage financier d’un dossier de subvention…), s’il informe efficacement, beaucoup de petites associations, celles-là même qui auraient le plus besoin de son appui, l’ignorent. Ainsi, beaucoup d’acteurs ne se reconnaissent pas entièrement dans les valeurs et les pratiques d’un réseau si ambitieux24. On retrouve là un des processus bien identifié par la sociologie des organisations : en s’institutionnalisant, les structures perdent le contact avec leur base ; en se professionnalisant, elles s’éloignent culturellement des acteurs qu’elles sont censées représenter [Salvador 1999, Le Naëlou 2004, Pesqueux 2010, Ospital & Templier 2018] . S’instaure alors une dichotomie entre les « ONG amateurs » et les « ONG professionnelles » : le danger étant que l’institutionnalisation de la solidarité internationale écarte les petites associations. Inversement, il y a un incontestable effet club : ce sont souvent les mêmes structures, adhérentes à Centraider, proches du CA et des salariés, qui participent à toutes les réunions25 et répondent aux sollicitations du réseau régional.

  • 26 L’exercice financier de 2011 enregistre un solde négatif de plus de 18 000 €, soit environ 8% des r (...)
  • 27 Le verbatim des Conseils d’administration du début des années 2010 recèle des débats libres et pass (...)

17De même, l’équipe de Centraider n’a pas été exempte de tensions liées à cette professionnalisation. Suite aux premières missions d’évaluation interne des actions de Centraider conduites en 2004 puis en 2007 et au renforcement de l’équipe, une partie des tâches dévolues aux membres du CA sont confiées aux salariés qui, par ailleurs, procèdent peu à peu à une comptabilité analytique de leur temps de travail ventilé selon leurs différents postes et responsabilités. Le poste de directeur de Centraider, créé en 2010, initie de fait une hiérarchie tandis que, le seuil des subventions légales ayant été franchi, l’élection d’un commissaire aux comptes devint obligatoire, et avec elle une refonte normative de la gestion financière du réseau. À une structure collégiale a-hiérarchique succède un management plus rigoureux, accompagnant une complexité croissante des tâches des salariés et la hausse sensible de leurs compétences, et intervenant dans un contexte de difficultés financières et de réexamen, parfois tendu, des relations entre Centraider et la Région Centre Val-de-Loire26. En effet, la montée en puissance de Centraider interroge triplement sa tutelle régionale. D’une part, en déléguant une partie de ses missions à l’international, la Région s’éloigne, à regret, des acteurs de terrain ; Centraider est certes un interlocuteur de la puissance publique à toutes les échelles (de la commune à la région), se positionne dans des espaces infra régionaux, notamment ruraux, mais ses actions ne se confondent pas avec celles du Conseil régional. D’autre part, en accroissant son investissement financier, la Région souhaite peser davantage sur la gouvernance du réseau, voire intégrer le Conseil d’administration, à un moment où, le succès aidant, celui-ci souhaite être plus autonome. Il y a ainsi l’amorce d’un conflit d’identité voire de frontières de pouvoir entre Centraider et sa tutelle. Enfin, soucieuse des deniers publics, elle l’incite à diversifier ses sources de financement quitte à y diminuer son influence et diligente en 2014 un audit financier. L’émancipation institutionnelle de Centraider ne va donc pas sans une série de contradictions, y compris en son sein27.

18C’est dans ce clair-obscur, où dominent néanmoins les réussites du réseau régional et un sentiment de plénitude, qu’une série d’événements internes et externes conduit Centraider vers de nouvelles orientations.

Conclusion : 2014-2022, l’appel de la nation ?

19L’adoption des ODD (Objectifs pour le Développement Durable) par l’ONU le 15 septembre 2015 modifie considérablement la philosophie de la solidarité internationale dans la mesure où, contrairement aux OMD (Objectifs du Développement pour le Millénaire) qui étaient surtout marqués par une aide au développement s’exerçant du Nord vers les Suds, les ODD insistent sur la fragilité commune du monde, notamment face aux crises environnementales, et sur la nécessité de solutions partagées [Caron & Chataigner 2017, Sajaloli 2019]. Il s’ensuit une double déflagration : d’une part, la critique accrue de l’aide par les sociétés des Suds, notamment africaines [Sanchez 2015], entraîne une remise en question des modèles de développement préconisés par les pays développés, voire leur rejet ; d’autre part, les ambiguïtés de l’aide, qu’elle soit publique, privée ou associative [Charmillot 2008, Carbonnier 2010, Verluize 2012, Lafourcade 2014, Marchezin 2021] suscite des doutes chez les acteurs de la solidarité internationale [Zagre 2015]. Enregistrant dès 2015 la fragilité fonctionnelle de son modèle, le réseau Centraider opère alors une ouverture vers le national, suivant ainsi la dynamique de la loi Canfin du 7 juillet 2014, la montée en puissance de la CIRRMA à qui l’AFD confie en 2020 un programme richement doté, RECITAL [AFD 2020], soutenant l’Éducation au Développement et à la Solidarité Internationale (EADSI). Ceci tout en bénéficiant de l’appui renouvelé de la Région CDVL et de son Président, François Bonneau, réélu lors des élections de 2021. Cette ouverture, gage d’une plus grande indépendance financière (figure 1) - les aides publiques ne représentant plus que la moitié des recettes, entérine également une autre stratégie de liens avec les 900 partenaires du réseau. Aux grands événements collectifs succèdent une plus forte présence locale auprès des acteurs de la solidarité internationale, Centraider ayant ouvert des antennes dans le Cher, le Loiret, L’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Aux commissions succèdent des échanges ciblés, très souvent en visio-conférences depuis la crise sanitaire, répondant davantage aux attentes des acteurs régionaux. Enfin, ce double mouvement d’insertion dans les réseaux nationaux (Comité 21 notamment) et de plus grande présence locale accompagne également la mutation démographique des associations de solidarité internationale et le remplacement, parfois douloureux, d’une génération d’administrateurs maintenant très âgés par des membres plus jeunes aux pratiques de communication différentes.

20Sur un plan géographique, ce dernier temps entérine également de vifs changements. D’une part, la zone afro-sahélienne, notamment l’Afrique francophone, est moins représentée. Du fait des problèmes de sécurité, les associations de la région CDVL ont de plus en plus de mal à intervenir, d’où un double frein : dissolution ou mise en sommeil de nombreuses associations, absence de création de nouvelles. En revanche, si l’Asie est un peu plus représentée, de même que l’Amérique du Sud, c’est surtout le Maghreb qui connaît un accroissement significatif des créations d’associations et des actions, et ce en rapport avec le développement de l’ECSI [Centraider 2015, 2021].

21D’autre part, les migrants sont à l’origine de beaucoup d’associations et en ce sens l’histoire associative est aussi celle des migrations et des migrants [Centraider 2018] ; or, avec le temps, les relations entre les parents restés en Afrique et les enfants en France se distendent : adultes, voire âgés, les migrants d’hier ont en partie perdu leurs racines familiales. Les liens historiques entre la France et ses anciennes colonies se distendent alors que les nouveaux migrants, notamment asiatiques ou du Proche-Orient, créent de nouvelles relations internationales et solidaires. Enfin, les 900 acteurs régionaux de la solidarité internationale contribuent fortement à l’animation locale de leur territoire [Centraider 2017]. Citoyens du monde comme de leurs communes et bassins de vie, ils participent pleinement au vivre-ensemble et au lien social. Mais il y a là un champ géographique encore largement inexploré.

Haut de page

Bibliographie

Agence Francaise De Developpement (2020) – Le programme RECITAL, https://www.afd.fr/fr/carte-des-projets/programme-recital

Atlani Duault, L. (dir.) (2005) – Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance, Paris, Autrepart, A. Colin & IRD, n° 35, 76 p.

Brunel, S. (1993) – Le Gaspillage de l’aide publique, Paris, Seuil, 192 p.

Brunel L, S. (1997) – La Coopération Nord-Sud, Paris, PUF, « Que sais-je ?, 128 p.

Brunel, S. (dir.) (2001) – Géopolitique de la faim, Paris, PUF, 192 p.

Brunel, S., Kipre P., Antoine, M. & Houziaux A. (2005) – L’aide au Tiers-Monde, à quoi bon ?, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 116 p.

Caron, P. & Chataigner, J.-M. (2017) – Un défi pour la planète. Les Objectifs de Développement Durable en débats, Versailles, Éditions Quae & IRD, 476 p.

Carbonnier, G. (2010) – « L’aide au développement une fois de plus sous le feu de la critique », Revue internationale de politique de développement, n° 1, pp. 141-147

Centraider (2015) – Guide pratique de l’ECSI. L’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale. Focus en région Centre-Val de Loire, Vendôme, éditions Centraider, 130 p.

Centraider (2014) – Répertoire des acteurs de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée en région Centre Val de Loire, Vendôme, éditions Centraider, 128 p.

Centraider (2017) – « La solidarité internationale. Des apports inestimables pour les territoires de la Région Centre Val de Loire », Bulletin de Centraider, n° 40, 44 p.

Centraider (2018) – « Les diasporas au cœur du développement », Bulletin de Centraider, n° 42, 48 p.

Centraider (2020) – « Les 20 ans de Centraider. Perspectives et témoignages », Bulletin de Centraider, n° 47, 48 p.

Centraider (2021) – « L’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale », Bulletin de Centraider, n° 49, 44 p.

Chabloz, N. (2006) – « Vers une éthique du tourisme ? Les tensions à l’œuvre dans l’élaboration et l’appréhension des chartes de bonne conduite par les différents acteurs », Autrepart, n° 40, pp. 45-62

Charmillot, M. (2008) – « Aider, c’est pas donné ! Réflexions sur l’aide et le développement », Nouvelle revue de psychosociologie, n° 6, pp. 123-138, https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2008-2-page-123.htm.

Conseil Regional De La Region Centre (1999) – Séance du 17 et 18 juin 1999 consacrée à la coopération décentralisée, n° 99 0307, 8 p.

Deler J.-P., Faure Y.-A., Piveteau A. & Roca, P.-J. (1998) ONG et développement, Paris, Karthala, 684 p.

Dumont, R. (1962) – L’Afrique noire est mal partie, Paris, Le Seuil, coll. « Esprit », réédition en 2012, 320 p.

Dumont, R. & Paquet, C. (1988) – Un monde intolérable. Le libéralisme en question, Paris le Seuil, coll. « L’Histoire immédiate », 288 p.

Dumont, R. (1989) – Mes combats. Dans quinze ans les dés seront jetés, Paris, Plon, coll. Terre humaine, 237 p.

Enee, G. (2007) – La dynamique des ONG au Burkina Faso. Une efficacité en question, Thèse de doctorat de géographie de l’université de Caen, 654 p.

Lafourcade, O. (2014) – « L’aide au développement : un état des lieux, des interrogations », Techniques financières et développement, n° 117, pp. 11-19

Le Naëlou, A. (2004) – « ONG : les pièges de la professionnalisation. Introduction », in « ONG : les pièges de la professionnalisation », Revue Tiers monde, tome XLV, pp. 727-735, https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2004-4-page-727.htm.

Lecomte, B.-J. & Naudet, J.-D. (dir.) (2000) – Survivre grâce… réussir malgré… l’aide, Paris, Autrepart, Cahiers des Sciences Humaines, n° 13, éd. IRD & L’Aube, 210 p.

Lewandoski, S. (2007) – « Les compromis d’une ONG burkinabé entre politique de bonne gouvernance et pouvoirs locaux », Afrique contemporaine, n° 221, pp. 131-152

Marchezin, P. (2021) – La politique française de coopération. Je t’aide, moi non plus, Paris, L’Harmattan, 684 p.

Naudet, J.-D. (2000) – « Le dilemme entre solidarité et dépendance », Autrepart, n° 13, pp. 173-193

Ospital, D. & Templier, C. (2018) – « La professionnalisation des associations, source ou perte de sens pour l’action bénévole. Étude de cas Surfrider Foundation Europe », Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise (RIHME), n° 32, vol. 7, pp. 3-25, https://doi.org/10.3917/rimhe.032.0003

Pelletier, J. (dir.) (1997) – Vers une coopération de sociétés à sociétés. Libre blanc rédigé en préparation de la rencontre nationales des assises de la coopération et de la solidarité internationale, Paris, La Sorbonne, 17-18 octobre 1997, 98 p.

Perouse De Montclos, M.-A. (2005) – « Les ONG humanitaires sur la sellette », Études, n° 403, pp. 607-616

Perouse De Montclos, M.-A. (2007) – « La face cachée des ONG », Politique internationale, n° 116, pp. 347-368.

Pesqueux, Y. (2010) – Critique du néo-institutionnalisme en science des organisations, Conférence internationale sur les méthodes de recherche, Mar 2007, Lyon, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00481067/document

Piveteau, A. (1994) – ONG et développement agricole au Burkina Faso. Présence majeure, effets mineurs, Ouagadougou, ORSTOM, n° 6

Sacareau, I. (2007) – « Au pays des bons sentiments : quelques réflexions critiques à propos du tourisme solidaire », Téoros, Revue de recherche en tourisme, n° 26/3, pp. 6-14, http://journals.openedition.org/teoros/602

Sajaloli, B. (2019) – Webinaire : les ODD une utopie transformatrice, WECF France, Make Europe Sustainable for All, 7 mai 2019, https://wecf-france.org/objectifs-de-developpement-durable/webinaires/ (https://wecf-france.org/wp-content/uploads/2019/06/introduction-aux-objectifs-de-d %c3 %a9veloppement-durable-bertrand-sajaloli.pdf

Salvador, J. (1999) – « L’utilité sociale de l’activité associative face à la professionnalisation et à la marchandisation », Sociologie du travail, vol. 41, n° 2, pp. 195-207, http://journals.openedition.org/sdt/37700

Sanchez, A.-J. (2015) – « L’Afrique, l’efficacité et l’évaluation de l’aide au développement en question », The Conversation, 12 avril 2019, https://theconversation.com/afrique-lefficacite-et-levaluation-de-laide-au-developpement-en-question-115168

Troube, C. (2006) – L’humanitaire en turbulences. Les ONG face aux défis de la solidarité internationale, Paris, Autrement, 256 p.

Verluize, P. (UE_APD) (2012) – « Aide au développement entre auto-satisfaction et auto-critique », La revue géopolitique, n° 1, pp. 25-37

Zagre, A. (2015) – Approche critique du développement en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, 258 p.

Haut de page

Notes

1 Agence Française pour le Développement ; Ministère des Affaires Étrangères et Européennes ; Cités Unies France.

2 Une des difficultés de l’exercice est la posture de chercheur engagé qui est la mienne, la synthèse objective de 20 ans d’actions en faveur de la solidarité internationale percutant parfois mon engagement dans Centraider.

3 Sylvie Brunel, après un long investissement auprès de Médecins sans Frontières (1984-1989) travaille pour Action Contre la Faim de 1989 à 2002. Elle en sera directrice (1992-1993) et présidente (2001-2002).

4 Collectif Régional des Acteurs de la Coopération et de la Solidarité Internationale. 

5 Charles Josselin, membre du Parti socialiste, élu député des Côtes d’Armor en 1973 (battu en 1978 mais réélu en 1981), président du Conseil général de 1976 à 1997, a été un acteur important de la solidarité internationale et de la défense de l’environnement dans ce département. Secrétaire d’État à la coopération et à la francophonie de 1997 à 2002, Président de Cités Unies France de 2005 à 2012, il a joué un rôle considérable dans les politiques publiques en matière de coopération décentralisée, notamment avec le continent africain.

6 Jacques Pelletier (1929-2007), figure politique majeure du centre de l’échiquier politique français, ministre de la Coopération et du développement dans le premier et le second gouvernement de Michel Rocard (1988-1991) est président du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) de 1993 à 1999, puis du Haut Conseil de la coopération internationale (HCCE) qui lui a succédé, jusqu’à sa mort en 2007. Le HCCE est une instance consultative placée auprès du Premier ministre pour favoriser une concertation régulière entre les différents acteurs de la coopération et de la solidarité internationale et pour sensibiliser l’opinion publique aux enjeux de cette coopération.

7 Il s’agit de Cités Unies France (CUF), du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI), de Coordination Sud, du Comité de Liaison des Organisations de la Solidarité Internationale (CLOSI) et de l’Assemblée des Présidents de Conseils Généraux (APCG).

8 Notons la présence de Bernard Debré (1944-2020), maire d’Amboise de 1992 à 2001, et ancien ministre de la coopération du gouvernement Balladur (1994-1995), ce qui montre bien le caractère apolitique de la solidarité internationale.

9 Michel Sapin, maire d’Argenton-sur-Creuse de 1995 à 2012, élu député de l’Indre en 1981 puis en 2007, ministre de François Mitterrand de 1991 à 1993, puis de 2000 à 2002, ministre de François Hollande de 2012 à 2017 est président du Conseil régional du Centre entre 1998 et 2000, puis entre 2004 et 2007.

10 Michel Sapin démissionne de la présidence de la Région quand il est nommé ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État.

11 Frédéric Tricot disparaitra tragiquement lors de la catastrophe aérienne du vol d’Air Algérie le 24 juillet 2014.

12 Dès les années 2000, la Région s’engage dans des partenariats privilégiés avec d’autres régions du monde : en 2001, le Gorgol (Mauritanie) ; en 2003, la région de Pardubice (République Tchèque) ; en 2004, les régions de Malopolska (Pologne) et de Saxe-Anhalt (Allemagne) ; en 2005, les régions de Mopti (Mali) et de Luang Prabang au Laos ; en 2008, les régions du Tamil Nadu (Inde) et du Hunan (Chine) ; en 2009, celle de Fès Meknès au Maroc.

13 « Dans de nombreux pays, trop d’organisations arrivent avec leur projet, négligent la concertation avec les autres, et on constate une multiplicité d’acteurs sur le terrain qui s’ignorent royalement. Ceci pose la question de l’évaluation des besoins […] et relance l’idée de l’importance de la coordination entre organisations de solidarité internationale ». Conclusion de Bernard Valette : « On ne peut pas ne pas réfléchir sur la relation de coopération. Ne pas en débattre serait une erreur / Nous sommes des humanistes : l’action de coopération internationale nous fait plaisir et cela fait plaisir aux autres. Cependant il y a d’autres enjeux. Il faut avant tout connaître et comprendre la culture de l’autre / Il faut avoir le courage de s’évaluer. Les 700 structures de la région centre doivent apprendre à travailler ensemble et ne pas réinventer à chaque fois ce que l’autre a fait ».

14 C’est le cas, dès 2004, avec les formations intitulées « être partenaire d’une coopération décentralisée », « travailler en partenariat dans un contexte interculturel ». De même, en 2006, les sessions de formation abordent les liens entre « médias et solidarité internationale » ; en 2007, entre « genre et développement ».

15 La mission d’information s’articule autour d’une newsletter bimensuelle et d’un Journal qui, semestriel en 2003 et ne comportant que 4 pages, sera trimestriel dès 2005 avec plus de 8 pages alors que son tirage passe de 300 exemplaires à plus de 1200.

16 Jeunes et solidarité, Place des femmes, Réciprocité des projets en 2004 ; Sida et maladies infectieuses, Solidarité et développement durable en 2005 ; Intégration des migrants, Bénévolat et volontariat, quelles limites, Microcrédit-microfinance, Dimension culturelle des actions de coopération décentralisée en 2006 ; Favoriser l’accès aux droits (santé, éducation, information) pour le numéro 17 de septembre 2017.

17 Adoptée le 9 février 2005, la loi Oudin-Santini autorise les collectivités, syndicats et agences de l’eau à consacrer 1% de leur budget eau et assainissement pour financer des actions de solidarité internationale dans ces secteurs. (https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000628190/).

18 Ce Répertoire est le fruit d’un long travail collectif. L’équipe salariée a accueilli une bénévole brésilienne pendant 3 mois et un volontaire en service civique pendant 6 mois. Des étudiants de Master II de l’Université d’Orléans, sous la direction de B. Sajaloli, ont également prêté main forte lors d’un projet tuteuré à la mise à jour des données et réalisé les cartes d’analyse du réseau après confection d’un SIG.

19 Outre Catherine Coquery-Vidrovitch, les réunions ont été animées par Fidel Moungar, ancien premier ministre du Tchad ; Jean-Baptiste Cousin, responsable du service Amérique latine au CCFD-Terre Solidaire ; Macki Cissé, président du Conseil régional de Mopti ; André Bourgeot, chercheur émérite au CNRS et spécialiste de l’Afrique saharo-sahélienne ; Serge Lepeltier, maire de Bourges et ancien ministre de l’environnement ; Anne-Marie Frérot, professeure à l’université de Tours spécialiste de la Mauritanie ; Maurice Freund, président de Point Afrique ; Pierre Boilley, professeur émérite à l’université Paris I Sorbonne et directeur du Centre d’études des mondes africains, Cédric Lévêque, anthropologie de la santé…et bien d’autres !

20 Le 24 avril 2008, la journée d’échanges sur la coopération décentralisée et les migrants réunit 154 participants. Le 3 octobre 2009, le colloque initié par la commission tourisme équitable et durable, assorti d’une caravane solidaire, enchante plus de 100 personnes.

21 Cet événement, maintenant également organisé dans de nombreux pays européens, est le rendez-vous national pour promouvoir et célébrer une solidarité ouverte au monde et aux autres (http://www.lasemaine.org). Chaque année en novembre, des associations, collectivités, établissements scolaires, structures socio-culturelles, acteurs économiques, groupes de citoyen.ne.s, organisent pendant deux semaines des événements conviviaux et engagés pour donner envie aux citoyen.ne.s de tout âge d’agir pour un monde juste, solidaire et durable. Entre 2008 et 2013, Centraider, en tant que coordinateur régional, a promu plus de 70 animations annuelles et lancé la Solisphère qui a touché plus de 4 000 habitants.

22 Le programme RADICEL-K (Recherche Aide Développement : Interactions Culture Environnement Langues-Kénédougou, Burkina Faso) a rassemblé le CEDETE, l’IRD et le Laboratoire Ligérien de Linguistique (LLL). Achevé en 2014, il a étudié les liens entre Nature et Culture par le prisme de la langue dans la province du Kénédougou et initié des réflexions autour de la recherche-action dans le cadre de la coopération décentralisée. Le programme BIOSOL (Stimulation Biologique des Sols par l’Agroécologie et gestion socio-économique des agrosystèmes au Burkina Faso) a réuni le CEDETE, l’Institut des Sciences de la Terre d’Orléans (ISTO). Débuté en 2011, achevé en 2016, le projet, qui rassemble de manière inédite sciences biophysiques, humaines et acteurs français et burkinabè de l'aide au développement, a promu de nouvelles connaissances innovantes pour lutter contre la pauvreté en rendant les paysans du Sud autonomes et en augmentant les rendements culturaux par l'intensification écologique et l’agroécologie.

23 Parmi les actions des étudiants d’Orléans, mentionnons la confection du volet cartographique de l’annuaire des acteurs de 2014, la réalisation de films documentaires sur les assemblées générales et les rencontres régionales, l’écriture d’articles dans le Bulletin de Centraider, notamment le n° 36 de mai 2015 intitulé « Coopération internationale et Changement climatique : https://www.centraider.org/wp-content/uploads/sites/3/2019/03/revue-cooperation-internationale-changement-climatique.pdf).

24 La question de l’envoi de livres ou de matériels scolaires déclassés par conteneurs vers l’Afrique de l’Ouest constitue par exemple un motif de discorde, Centraider condamnant cette pratique alors qu’elle est plébiscitée par bien des associations locales. Il y a, dans les locaux d’Emmaüs à Ouagadougou, des centaines de milliers de livres scolaires français, de tables et de chaises venues de nos écoles, qui pourrissent au soleil dans d’immenses tas surréalistes. Or, d’une part, le Burkina Faso a ses propres programmes et ses éditions scolaires, d’autre part, le mobilier scolaire français est inadapté aux conditions d’enseignement, enfin, le coût d’envoi d’un conteneur (environ 6 000 €) pourrait être mieux dépensé. L’idée défendue par Centraider et tous les réseaux de solidarité est d’aider les maisons d’éditions des États africains, de commander du matériel aux artisans proches et plus généralement de favoriser le développement local en lieu et place d’expédier nos rebuts. De même, la loi du 27 février 2007 interdisant la redistribution à but solidaire ou humanitaire des médicaments non utilisés (MNU) avait été mal reçue par bon nombre d’acteurs comme, dans un autre registre, les conseils de prudence entourant l’expédition d’ouvrages scientifiques ou littéraires. Sur le fond, le passage d’une culture humanitaire du don à une vision centrée sur le partenariat et le développement local est souvent mal vécu.

25 En outre, et sans être cynique, il semble que certaines associations se rencontraient dans une contemplation narcissique mais qu’après cette longue phase « de partage d’expériences », il y a eu finalement peu de volonté de réflexions critiques autour des « bonnes pratiques ».

26 L’exercice financier de 2011 enregistre un solde négatif de plus de 18 000 €, soit environ 8% des recettes. Il sera comblé en 2012 par un plus strict contrôle des dépenses.

27 Le verbatim des Conseils d’administration du début des années 2010 recèle des débats libres et passionnés : faut-il rechercher des fonds dans les structures privées qui recherche une légitimité sociale ? Faut-il que la Région intègre le CA ?

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Évolution et répartition des recettes de Centraider 2001-2021
Crédits Source : CentrAider
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 2 – Évolution et répartition des dépenses de Centraider, par poste, 2001-2021
Crédits Source : CentrAider
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 – Lieux d’intervention des acteurs de la solidarité internationale de la région Centre en 2014
Crédits Source Centraider – Fond de Carte ESRI – Conception et réalisation : Master 2 Geogram/DDLTE,2014Responsable du projet : Bertrand Sajaloli, Université d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 4 – Lieux d’intervention des associations non affiliées de la région Centre en Afrique en 2014
Crédits Source Centraider – Fond de Carte ESRI – Conception et réalisation : Master 2 Geogram/DDLTE,2014Responsable du projet : Bertrand Sajaloli, Université d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Sajaloli, « 20 ans de solidarité internationale au sein du réseau régional multi-acteurs CENTRAIDER. De la fabrique de l’aide au développement à l’animation locale des territoires »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 494-513.

Référence électronique

Bertrand Sajaloli, « 20 ans de solidarité internationale au sein du réseau régional multi-acteurs CENTRAIDER. De la fabrique de l’aide au développement à l’animation locale des territoires »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/10034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.10034

Haut de page

Auteur

Bertrand Sajaloli

Maître de conférences, laboratoire CEDETE, Université d’Orléans, Vice-président du réseau CENTRAIDER, 10, rue de Tours BP 46527 45065 Orléans cedex 2 – Courriel : bertrand.sajaloli[at]univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search