Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Promouvoir l’égalité femme/homme ...

Promouvoir l’égalité femme/homme dans les projets d’adaptation au changement climatique des îles du Saloum au Sénégal : les angles morts de la Politique d’aide internationale féministe du Canada

Promoting gender equality in climate change adaptation Projects in the Saloum Islands of Senegal: Blind spots in canada’s feminist international assistance policy
Marie Fall et Camille-Amelie Koziej Lévesque
p. 476-493

Résumés

Le Canada a adopté la Politique d’aide internationale féministe (PAIF) qui impose d’intégrer l’égalité entre les genres comme axe transversal de tous les projets de développement international. Pour répondre aux exigences d’Affaires Mondiales Canada (AMC), les organismes de coopération internationale doivent adopter des approches en concordance avec les principes véhiculés par la PAIF : l’autonomisation des femmes et des jeunes filles. Ainsi, pour recueillir les points de vue des bénéficiaires de projets financés par le Canada dans six villages des îles du Saloum au Sénégal, une enquête sur les priorités des femmes, jumelée à une enquête sur les points de vue des hommes sur les projets d’autonomisation des femmes, a été réalisée. Les résultats des enquêtes ont révélé que l’Objectif de développement durable 5 (ODD5), l’égalité entre les femmes et les hommes, n’est pas une priorité pour les femmes qui ont bénéficié de plusieurs projets d’adaptation au changement climatique (CC). Selon les hommes, les rôles sont complémentaires et non égalitaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans la perspective du Groupe des Nations unies pour le développement [2016], « une théorie du chan (...)

1En 2017, le Canada a adopté la Politique d’aide internationale féministe (PAIF), qui impose l’égalité des genres comme axe transversal de tous les projets de développement international soutenus par le Canada dans le cadre de sa coopération bilatérale avec les pays partenaires. La PAIF vise à répondre aux besoins des personnes, notamment les femmes, qui vivent en situation de pauvreté, souffrent d’inégalités ou sont touchées par un conflit. Le but ultime est de changer durablement la vie des femmes et des filles [Affaires mondiales Canada 2017b]. Ainsi, la PAIF s’appuie sur la théorie du changement1 qui met au cœur de ses processus l’égalité entre les genres et l’autonomisation des femmes et des filles [Savard 2019].

2Pour répondre aux exigences d’Affaires Mondiales Canada (AMC), les organismes de coopération internationale (OCI) doivent adopter des approches féministes pour être en concordance avec les principes véhiculés par la PAIF, c’est-à-dire l’autonomisation des femmes et des jeunes filles dans leurs projets internationaux, quels que soient les résultats ultimes visés. Il s’agit d’un axe transversal à toute intervention canadienne à l’étranger.

  • 2 Nous utilisons rapports de genre et rapports de sexe de façon interchangeable.

3Sur le terrain, il apparait que la réalité et les besoins des communautés ne concordent pas nécessairement avec les approches valorisées par la coopération canadienne. La critique de la PAIF présentée dans cet article repose sur une enquête sur les priorités des femmes, jumelée à une enquête parallèle sur les points de vue des hommes. Ces activités ont été réalisées dans le cadre d’un projet d’adaptation au changement climatique dans trois villages des îles du Saloum au Sénégal. Les résultats démontrent que les objectifs de la PAIF présentent un certain décalage avec la réalité des îles du Saloum, et n’apparaissent pas tout à fait justes ou pertinents avec les aspirations d’autonomisation des femmes, ainsi que les besoins d’implication des hommes. Nous concluons que la PAIF repose sur une vision occidentale des rapports sociaux de sexe2, laquelle dilue le contexte historique, culturel, social et économique postcolonial dans lesquels ceux-ci prennent vie.

4Notre article s’articule autour des points suivants : après avoir présenté les enjeux et les défis de la PAIF dans les projets internationaux  ; nous allons mettre le focus sur les projets d’adaptation au changement climatique (CC) qui mettent l’égalité femme/homme au cœur des interventions  ; et, l’engagement du Canada pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), notamment l’ODD 5 sur l’égalité femme/homme. Ensuite, nous présenterons le terrain de recherche et la méthodologie qualitative, participative et constructiviste. Enfin, nous présenterons les résultats de la recherche qui démontrent la nécessité d’un recadrage des interventions avec les priorités des communautés insulaires du Saloum pour une meilleure adaptation au CC.

1. Les enjeux et les défis de la Politique d’aide internationale féministe dans les projets internationaux

5De mai à juillet 2016, des consultations publiques sur l’Examen de l’aide internationale ont eu lieu afin de renouveler le cadre régissant la politique et le financement de l’aide internationale du Canada. Il s’agissait de prendre la pleine mesure des succès et des échecs de la coopération canadienne internationale.

Encadré 1 – Huit points soulevés à répétition au cours des consultations et dans les communications écrites avec les acteurs de l’aide internationale canadienne

  1. Cibler en principe les priorités énoncées dans le document de discussion. Dans l’ensemble, les participants appuient l’intensification des efforts dans les domaines proposés et la mise en place d’une approche fondée sur les résultats qui concorde mieux avec le Programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté par les Nations Unies.

  2. Mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Les participants appuient l’idée d’aligner l’aide accordée par le Canada sur les priorités du Programme de développement durable à l’horizon 2030, les objectifs de développement durable et l’approche transformative à l’égard du développement.

  3. Appliquer une perspective féministe et une approche fondée sur les droits de la personne. Les participants ont formulé des encouragements de portée générale et des conseils détaillés sur la meilleure façon d’appliquer une perspective féministe et une approche fondée sur les droits de la personne à l’ensemble de l’aide internationale accordée par le Canada.

  4. Mettre l’accent sur les plus pauvres et les plus vulnérables, mais demeurer actif dans des pays divers. Les participants appuient clairement l’idée de mettre davantage l’accent sur les populations et les pays pauvres et vulnérables.

  5. Rendre l’aide internationale du Canada plus efficace, novatrice et agile. Les participants ont prodigué des conseils sur des façons d’accroître l’efficacité globale de l’aide internationale en améliorant les mécanismes d’exécution des interventions.

  6. Rendre la politique plus cohérente pour accroître l’incidence et la durabilité des interventions. Affaires mondiales Canada a reçu maintes recommandations visant à rehausser la complémentarité des politiques et les initiatives canadiennes dans les domaines de la défense, du commerce, de la diplomatie, de la sécurité et du développement.

  7. Tenir compte des besoins, des contextes et des acteurs locaux pour dispenser l’aide internationale. Les participants ont encouragé Affaires mondiales Canada à mieux comprendre les besoins locaux, à utiliser les systèmes locaux et à mobiliser les acteurs locaux dans toute la mesure possible.

  8. <#GRAS#>Accroître le financement consacré à l’aide internationale</#GRAS#>. De nombreux participants ont invité le Canada à porter son budget de l’aide publique au développement à 0,7 % du revenu national brut (RNB).

Source : Affaires mondiales Canada, 2017a

6Partant des principaux énoncés présentés dans l’encadré 1, un nouveau cadre régissant la politique et le financement de l’aide internationale du Canada est défini en juin 2017, la PAIF. Selon Affaires mondiales Canada [2017b], cette nouvelle Politique permet de recentrer l’aide internationale canadienne pour soutenir les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, ainsi que les États fragiles. Elle définit également l’approche adoptée par le Canada à l’échelle internationale pour soutenir le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Ainsi, «  les femmes et les filles sont au cœur de la nouvelle approche du Canada afin de les appuyer dans leur rôle à titre d’agents de changement au sein de leur communauté et de leur pays  » [Affaires mondiales Canada, 2017b].

  • 3 La Loi a été modifiée le 1er avril 2022 et mise à jour le 4 avril 2022.

7S’appuyant sur sa PAIF, le Canada mène ses activités de coopération internationale dans six champs d’action prioritaires : 1) l’égalité entre les genres, dont dépend la réalisation des cinq autres composantes  ; 2) la dignité humaine  ; 3) la croissance au service de tous  ; 4) l’environnement et l’action pour le climat  ; 5) la gouvernance inclusive  ; 6) la paix et la sécurité [Affaires mondiales Canada, 2017b]. La PAIF concourt donc à répondre aux besoins des personnes qui vivent en situation de pauvreté, souffrent d’inégalités ou sont touchées par un conflit. En vertu de la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle3, l’Aide publique au développement (APD) doit privilégier des moyens de lutte contre la pauvreté qui respectent les valeurs prônées par le Canada et les principes d’efficacité de l’aide [Gouvernement du Canada 2008].

2. L’engagement du Canada pour l’atteinte des Objectifs de développement durable : l’objectif 5 et les priorités du Canada

8La nouvelle vision de l’aide internationale canadienne appuie le Programme de développement durable à l’horizon 2030 [Affaires mondiales Canada 2017b]. La PAIF adopte une approche intégrée de l’aide au développement, de l’aide humanitaire ainsi que du soutien à la paix et à la sécurité, axée sur les six champs d’action qui représentent des défis mondiaux interreliés [Affaires mondiales Canada 2017b]. Ainsi, l’ODD5, qui promeut l’Égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles, est un fondement nécessaire pour l’instauration d’un monde pacifique, prospère et durable. Selon les Nations Unies [2015], parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles doivent être des principes universels.

Figure 1 – Contributions du Canada à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable en 2020

Figure 1 – Contributions du Canada à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable en 2020

Source : Affaires mondiales Canada, 2021

9Dans la figure 1, les ODD qui sont les plus soutenus par le Canada en 2020 sont : l’ODD3 (Santé et bien-être) à cause de la pandémie de Covid-19 qui demandait une contribution majeure à l’effort de vaccination mondiale  ; l’ODD13 qui vise les mesures d’adaptation au CC  ; et, l’ODD5 axé sur l’égalité entre les sexes. L’ODD4 est aussi soutenu par le Canada dont les initiatives en éducation de qualité ont toujours été au cœur des engagements internationaux.

  • 4 Afghanistan, Éthiopie, Tanzanie, Mali, Nigéria, Jordanie, Bangladesh, Syrie, Haïti, Congo, Rép. dém (...)

10Selon l’approche féministe, en matière d’aide internationale, l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles constituent des objectifs visant à transformer les normes sociales et les relations de pouvoir dans les pays partenaires. Ces objectifs sont également essentiels à la réalisation de toutes les autres priorités liées au développement qu’elles soient économiques, sociales ou environnementales. Pour cette raison, pas moins de 95 % des initiatives bilatérales du Canada en matière d’aide au développement international visent ou intègrent l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles [Savard 2019]. Pourtant, si nous regardons de près les 20 pays de concentration l’aide canadienne en 2020-20214, la plupart d’entre eux sont pauvres, très fragiles et très exposés aux effets du CC  ; des problématiques prises en charge dans les priorités du Canada à l’international. Quant à l’Égalité femme/homme (EFH), présentée comme une voie pour «  offrir des chances réelles de changer durablement la vie des femmes et des filles  » [Affaires mondiales Canada 2017b], elle est assez controversée dans des pays qui n’ont pas les mêmes formes d’organisation et où la place des femmes et des hommes est régie par des prescriptions et des normes sociales parfois méconnues de l’Occident.

11D’un point de vue féministe postcolonial, basé notamment sur les contributions de Lila Abu-Loghod [2002], d’Edward W. Said [2005] et de Gayatri Chakravorty Spivak [2015], la PAIF reposerait ainsi sur une vision infériorisée du reste du monde, telle que construite par l’Occident, où les femmes apparaissent comme des victimes passives à sauver, et dont les stratégies émancipatoires sont dévalorisées et peu reconnues [Maillé 2007, Zibouh 2010].

3. Quand les projets d’adaptation au changement climatique mettent l’accent sur l’égalité femme/homme

  • 5 Plan de mise en œuvre du financement de la lutte contre les changements climatiques signé le 25 oct (...)
  • 6 Engagements et financements du Canada pour la lutte au changement climatique : https://www.canada.c (...)

12Le Canada est un acteur majeur de la coopération climatique internationale. Plusieurs projets d’adaptation et de résilience au CC sont ainsi financés dans le cadre de la participation du Canada à la lutte contre les changements climatiques [Gouvernement du Canada 2020]. Ainsi, par son engagement au Plan de mise en œuvre du financement de la lutte contre les changements climatiques5, le Canada s’est engagé à mettre des moyens nécessaires pour soutenir les pays vulnérables. Plusieurs mécanismes financiers mobilisent des investissements canadiens pour lutter contre les changements climatiques6.

  • 7 Souvent entendu lors des entrevues avec des parties prenantes.

13Cependant, l’approche féministe du Canada en matière d’environnement et d’action pour le climat vient «  imposer  »7 une certaine vision de l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles au cœur des programmes de lutte au CC [Gouvernement du Canada 2021]. Selon cette approche, «  les femmes et les filles sont de puissantes agentes de changement qui peuvent faire progresser les mesures de lutte contre les changements climatiques, la perte de biodiversité, la dégradation de l’environnement, la pollution et d’autres préoccupations environnementales  » [Gouvernement du Canada, 2022]. L’approche féministe du Canada en matière d’environnement et d’action pour le climat «  vise à soutenir le leadership et la prise de décisions des femmes dans tous les aspects des initiatives d’atténuation des effets des changements climatiques et de la gestion durable des ressources naturelles  ; veiller à ce que les efforts de planification, d’élaboration de politiques et de financement en matière de climat soient axés sur les besoins et défis particuliers des femmes et des filles  ; soutenir la création d’emplois et les occasions d’affaires pour les femmes dans le secteur de l’énergie renouvelable  » [Gouvernement du Canada 2022].

14Au Sénégal, le Canada finance plusieurs initiatives d’adaptation au CC. La situation géographique de ce pays francophone au sud du Sahara et son exposition aux côtes de l’Atlantique le prédisposent aux impacts désastreux du CC. Les régions sénégalaises subissent des évènements climatiques extrêmes, avec des causes multifactorielles, notamment : l’avancée du désert sur les régions au Nord, l’avancée de la mer sur les régions côtières, la dégradation des écosystèmes forestiers notamment les mangroves, la perte de biodiversité, l’accentuation des tensions et des pressions sur les espaces et les ressources naturelles, l’insécurité alimentaire, etc. Les Îles du Saloum sont particulièrement vulnérables au CC avec la présence de nombreuses communautés villageoises dépendantes de la pêche et la transformation des produits de la mer comme activités génératrices de revenus (AGR) et comme sources de protéines alimentaires. Les conséquences du CC, combinées aux impacts des activités humaines, se manifestent par une baisse des ressources forestières, halieutiques et conchylicoles dans les îles du Saloum (mangroves coupées, surpêche, élévation de la température et de la salinité), une avancée très poussée de la mer sur les surfaces déboisées, un engloutissement des terres et de la végétation côtières par les eaux de mer, un accroissement de la salinité et un ensablement des surfaces agricoles [Faye 2017]. Ces manifestations ont des incidences sur la durabilité des systèmes de production locaux, donc sur la survie des communautés insulaires. La vulnérabilité aux impacts du CC est donc plus marquée dans les communautés insulaires dont les activités sont dépendantes des ressources naturelles. Il en résulte une précarité socio-économique généralisée et souvent plus marquée chez les femmes.

15Dans la perspective de la PAIF, pour maintenir et propulser les rôles des femmes dans les sociétés, il faut les «  accompagner  » et les «  soutenir  » dans des projets de résilience et/ou d’adaptation au CC qui répondent à leurs besoins immédiats et futurs. La PAIF vise à impulser de nouvelles dynamiques de transformations des rôles de femmes. Dans les îles du Saloum, elles ont pu ainsi bénéficier de projets de développement structurants qui ont des retombées considérables dans les communautés. Par contre, même si les objectifs ultimes des projets visent à lutter contre le CC, la plupart des objectifs intermédiaires sont axés sur l’autonomisation financière des femmes alors que les hommes sont aussi touchés et sont tout aussi démunis face aux effets du CC. D’ailleurs, l’ODD 13, qui vise à prendre d’urgence des mesures pour lutter contre le CC et ses répercussions à toutes les échelles, doit être priorisé. Cependant, l’accent est mis sur l’ODD5 pour donner la priorité aux femmes : les femmes vont être les principales actrices locales des mesures d’adaptation au CC.

4. Terrain de recherche et méthodologie : approches qualitative, participative et constructiviste

Carte 1 – Localisation de la réserve de biosphère du Delta du Saloum

Carte 1 – Localisation de la réserve de biosphère du Delta du Saloum

Source : Base de données DPN/DAMCP UTM WGS84 Zone 26 Nord – Novembre 2020

16Les îles du Saloum au Sénégal sont situées dans la Réserve de biosphère du Delta du Saloum (Carte 1). Elles sont peuplées majoritairement par les Sérères Niominkas. Les femmes, dont la principale AGR est la transformation des poissons et des coquillages, contribuent au développement de leurs communautés tout en s’investissant grandement dans la satisfaction des besoins domestiques de base. Leur autonomisation financière par la réalisation d’AGR non exclusivement dépendantes des ressources naturelles et le développement de l’entrepreneuriat sont parmi les priorités des partenaires techniques et financiers comme le Canada. La diversification des AGR permettrait une meilleure adaptation au CC.

  • 8 Nous ne pouvons pas identifier les villages ou donner des informations qui pourraient compromettre (...)

17Deux projets de développement financés par la coopération canadienne ont été mis en œuvre dans six villages des îles du Saloum8 pour une résilience des communautés face au CC et une autonomisation économique des femmes. Les objectifs partagés sont le renforcement du leadership social et économique des femmes par l’entrepreneuriat. Ces projets s’inscrivent dans un continuum d’objectifs et de stratégies en vue de briser les barrières et les contraintes (culturelles, socioéconomiques, politiques, sexospécifiques) auxquelles les femmes insulaires font face. Ces six villages ont été ciblés en raison de leur exposition aux impacts du CC et des besoins locaux en termes d’AGR.

  • 9 Nous n’avons pas pu organiser des entretiens de groupe dans deux villages par manque de participant (...)

18Pour recueillir les préoccupations des populations, une méthodologie qualitative et participative a mobilisé au total huit entretiens de groupe (deux dans chacun des quatre villages9) et des discussions informelles avec les groupements d’intérêt économique (GIE) des femmes concernant l’EFH et les priorités de développement en lien avec les ODD. Notre choix méthodologique des entretiens de groupes et des discussions informelles repose sur l’importance des liens de confiance avec les populations afin d’obtenir des informations qualitatives précises ainsi que de bien comprendre les enjeux locaux et la compréhension des projets de développement. Les groupes étaient constitués de volontaires ayant été recrutés par les GIE. Ce sont les femmes des GIE qui organisaient les entretiens et cela constitue une limite à notre recherche car nous leur avions laissé le choix de participer aux entretiens à leur convenance. Nous n’avons pas utilisé une démarche scientifique d’échantillonnage.

19Des hommes ont aussi participé aux activités et nous ont confirmé que c’était la première fois qu’ils étaient invités à des activités dans le cadre de projets dédiés aux femmes, alors que ces dernières sont souvent (sur)sollicitées par différents partenaires et projets de coopération internationale. Cet acharnement à (sur)solliciter les populations identifiées comme étant marginalisées à s’exprimer sur la domination qu’elles subissent a été largement critiqué en Amérique du Nord, tant par des activistes que par des universitaires noires ou racisées telles que Toni Morisson et Audre Lorde [Berenstain 2016]. Cette réaffirmation du pouvoir à travers l’exploitation du senti et l’injonction à s’exprimer sur des sujets sensibles est dénoncée comme une forme d’exploitation épistémique [Berenstain 2016].

  • 10 Structures faitières qui regroupent plusieurs groupements d’intérêts économiques d’un même village.

20Dans un souci de confronter les données du terrain avec la réalité sénégalaise, nous avons réalisé une entrevue avec Rosalie Diop, Docteure en sociologie, enseignante et chercheure à l’Institut population, développement et santé de la reproduction (IPDSR) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Aiguillées par les analyses sociologiques sénégalaises sur les questions du genre, nous nous sommes ancrées dans une perspective constructiviste selon laquelle les réalités sociales doivent être appréhendées comme des constructions historiques et quotidiennes des acteurs individuels et collectifs [Corcuff 2011]. Nous avons alors mené une enquête sur les priorités des femmes sérères niominkas jumelée à une enquête parallèle sur les points de vue des hommes en termes de rapports de genre et de leurs défis face aux effets du CC. Ces deux enquêtes ont permis de : définir l’identité des femmes et des hommes et la lier aux rôles de genre et aux tâches associées aux sphères productives, reproductives et communautaires  ; discuter la surcharge de travail des femmes et dresser les principes dirigeant les relations entre les femmes et les hommes  ; décrire le processus par lequel les femmes s’organisant en Unions ou en Fédérations locales de GIE10 s’affirment et s’autonomisent  ; et enfin, explorer les solidarités et les complémentarités entre les femmes et les hommes.

21Afin d’avoir les retours des participants, nous avons organisé un atelier de validation des données et de restitution des résultats de la recherche avec les femmes. Nos analyses résultant des activités de collecte de données ont été validées par les femmes et les hommes. Également, des aide-mémoires vulgarisés ont été transmis aux femmes afin qu’elles puissent poursuivre la réflexion sur les enjeux concernant les rapports entre les femmes et les hommes en lien avec le rôle grandissant des femmes dans la sphère productive des communautés insulaires suite à leur ciblage par les projets de développement international.

22Parmi les limites de la recherche, nous soulignons qu’il y a peu de jeunes femmes de moins de 35 ans qui sont membres des GIE avec qui nous avons travaillé. Cette tranche d’âge est moins représentée dans les villages insulaires à cause des migrations saisonnières qui les amènent dans les grands centres. Par prudence, nous ne souhaitons pas généraliser les constats que nous posons dans cet article aux jeunes femmes et aux filles. Nous jugeons pertinent d’approfondir les influences de la scolarisation et de la mondialisation sur les plus jeunes générations afin de situer leur posture quant à l’adhésion aux normes sociales prescrites vis-à-vis des rapports de genre.

23Aussi, nous n’avons pas eu une forte participation des hommes dans tous les villages. La pêche étant l’occupation principale des hommes sérères niominkas, ceux-ci partent en mer pour la pêche et sont absents pendant quelques semaines, voire des mois  ; ce qui explique que nous n’avons pas pu constituer de groupes de discussion dans tous les villages.

24Autre limite, certains concepts et expressions sont difficiles à saisir et à traduire dans les langues locales  ; ce qui ne permettait pas d’explorer pleinement les nuances entre, par exemple, les concepts de l’autonomisation (empowerment), de l’indépendance financière, de l’égalité femme/homme et de l’émancipation des femmes. Ces concepts ont été traduits librement par de jeunes interprètes locaux  ; ce qui peut avoir altéré la compréhension et les réponses des participants.

5. Résultats : La nécessité d’un recadrage des priorités internationales aux besoins des communautés bénéficiaires

  • 11 Les féminismes sont pluriels que ce soit en Occident ou dans les Suds, il y a une diversité de lutt (...)
  • 12 Mouvements de femmes organisées en groupes de solidarité et d’entraide.

25L’analyse des résultats questionne la pertinence ou non de la mise en avant de l’EFH dans les projets d’adaptation au CC. Nous avons fait les constats suivants : L’ODD 5 n’est pas une priorité pour les populations des villages que nous avons ciblés pour la recherche. Deux choses l’expliquent. Premièrement, si la PAIF vise principalement l’autonomisation des femmes, les priorités dans la lutte contre le CC des villages concernés sont centrées sur la résolution des besoins de base en eau potable, en alimentation, en santé, en énergie et en transport ainsi que sur les apports matériels, techniques et technologiques nécessaires à la diversification des AGR. L’ODD 5 est ainsi en décalage avec les besoins des communautés locales, lesquelles luttent pour leur survie. Le féminisme plus «  mainstream  », tel qu’encapsulé dans certaines politiques et dans les pratiques, est d’ailleurs critiqué pour son manque de considération pour la réponse aux besoins fondamentaux en tant qu’enjeu féministe [Kendall 2020]. Deuxièmement, l’approche genre contenue dans les ODD relève d’une visée égalitaire des rapports femme/homme, basée sur une prémisse de rapports sociaux conflictuels, tandis que la vision de ces relations par les communautés concernées est axée sur des rapports sociaux de sexe se déployant dans la complémentarité. Dans ces villages, l’organisation sociale est nettement divisée selon le sexe et cela est inscrit dans la culture à laquelle les femmes et les hommes s’identifient — sérère niominka, musulmane, insulaire. Parler d’égalité femme/homme d’une façon absolue dans le but de valoriser et de défendre les droits des femmes, dans une vision féministe11, en l’occurrence la vision féministe promue par le Canada, n’est pas quelque chose qui interpelle les femmes et les hommes des îles du Saloum  ; alors que les approches féminines12, développées au Sénégal, s’ancrent dans la vision complémentaire des genres qui est promue notamment dans les îles du Saloum.

5.1. Approches féministes, approches féminines, rapports sociaux de genre et complémentarité femme/homme

26Selon Fatou Sow, sociologue sénégalaise, citée dans la Revue Tiers Monde [2012], les approches féminines sont issues des mouvements des femmes dans l’informel. Ces mouvements se sont répandus dès les années 1980 à travers des processus d’ONGisation dans lesquels la coopération internationale et les ONG ont mis l’emphase sur les femmes dans le développement et ont comblé les rôles délaissés par l’État suite aux ajustements structurels. À partir du principe d’autonomisation des femmes, les GIE ont été créés et soutenus par des projets ciblant des AGR pour les femmes habitant généralement les milieux ruraux. Ces organisations qui regroupent exclusivement des femmes ont été mises en place pour favoriser leur participation formelle dans les projets [Faye & Sougou 2013].

27Globalement, les approches féminines permettent de faire valoir les droits des femmes sans bousculer les rôles traditionnels auxquelles les femmes tiennent et dans lesquels elles se valorisent. C’est pourquoi les approches féministes ont une résonance différente au Sénégal, en plus qu’historiquement, il a été difficile de questionner les rapports entre les femmes et les hommes alors que «  la priorité  » était (ou est encore jusqu’à présent) les luttes pour la décolonisation. Les discours féministes étaient et sont perçus comme des préoccupations des femmes du Nord. Aujourd’hui, remettre les rapports sociaux de genre à l’avant-plan peut ultimement contribuer à jeter un nuage de fumée sur les rapports postcoloniaux qui dictent des façons d’appréhender des réalités autres.

28Fatou Sow cite Patricia McFadden, une féministe convaincue du Swaziland :

«  On doit établir la distinction entre mouvements féministes et mouvements féminins. Leurs relations sont extrêmement complexes, faites à la fois de contradiction et de convergence, d’antagonisme et de collaboration autour d’une question commune. Il arrive souvent que les organisations féministes ancrent de nouveaux questionnements sur les femmes dans les opinions publiques, alors que les organisations féminines, certainement plus écoutées en raison de leurs discours modérés, peuvent les faire inscrire dans les agendas des États avec toutes les victoires et les désillusions qui jalonnent nos expériences  ». [Revue Tiers Monde 2012, p. 146]

29Néanmoins, Fatou Sow soutient que «  les revendications féministes sont finalement récupérées sur certains enjeux par les organisations populaires puisque «  les féministes font souvent prendre conscience de certaines questions et sont, dans le même temps, ramenées à la réalité grâce à ces contacts, plus fréquents que l’on ne pense  » [Sow, citée dans la Revue Tiers Monde 2012, p. 156].

30Ainsi, pour la sociologue sénégalaise Rosalie Diop, avec qui nous avons eu une entrevue, les approches féminines transforment progressivement les normes sociales et les relations de genre, et ce, de façon moins confrontationnelle que les approches féministes : «  c’est une évidence que de changer les rôles entre les hommes et les femmes va susciter une réaction identitaire culturelle  ». En concordance avec les approches féministes, Rosalie Diop suggère «  d’influer sur les normes, en faisant appel aux femmes leader des organisations populaires, comme les GIE, qui sont généralement plus âgées et plus ancrées dans la tradition  ». Elle rappelle que «  de facto, les femmes leaders dans la production font des bouleversements dans les normes sociales, notamment en raison de leur autonomisation financière accrue dans les villages  » [Entretien du 29 août 2019].

31De ce fait, les relations entre les femmes et les hommes dans les îles du Saloum sont amenées à changer. Toutefois l’égalité n’est pas encore un objectif ni pour les femmes ni pour les hommes. Fatou Sow nous informe d’ailleurs «  pour la majorité des hommes, les rapports de genre ne sont pas conflictuels  ; ils désignent simplement les rapports hommes/femmes  » [Revue Tiers Monde 2012, p. 159]. Nous pouvons déplorer le concept même de genre qui n’apparaît pas tout à fait juste pour désigner les rapports sociaux entre les femmes et les hommes.

32Dans les projets de coopération internationale pour l’adaptation au CC, des conflits peuvent émerger du fait que les femmes, organisées en GIE, absorbent tous les projets de développement, même ceux qui concernent les villages en entier. D’ailleurs, au cours d’une réunion, les hommes ont expliqué qu’ils se sentaient exclus du développement de leurs communautés et qu’ils souhaitaient avoir accès aux financements pour appuyer les activités dans la pêche artisanale, qui en passant alimente les femmes transformatrices de produits halieutiques. Ici, nous pouvons parler d’une inégalité d’accès aux financements qui a des impacts sur les AGR des femmes.

33Nourries par les réflexions de Rosalie Diop, nous nous sommes aussi questionnées sur la surcharge de travail des femmes occasionnées par le cumul simultané de différentes tâches dans les sphères productives, reproductives et communautaires, par les objectifs de renforcement et de diversification des AGR ainsi que par l’accent mis sur les femmes comme actrices des actions d’adaptation au CC.

5.2. Prioriser les besoins partagés par les communautés insulaires sans les diviser 

34A priori, si les ODD et la PAIF justifient la promotion de l’EFH dans les projets de lutte contre le changement climatique. Il est tout aussi important de répondre aux besoins désignés par les populations et d’adopter les discours avancés localement que de contextualiser les ODD et les paradigmes du développement international. L’intersectionnalité apparaît d’ailleurs comme une piste prometteuse pour proposer une PAIF plus sensible au contexte historique, social et économique qui structure les rapports sociaux de sexe dans les pays des Suds. L’intersectionnalité propose une approche intégrée des identités et des inégalités sociales lesquelles opèrent entre elles de manière interactive et simultanée [Bilge 2009]. Elle refuse de comprendre les rapports sociaux de pouvoir (ici les rapports de genre/sexe) indépendamment des contextes historiques, sociaux, politiques et économiques dans lesquels ils s’inscrivent. Il s’agit d’une perspective pertinente pour déconstruire l’idée occidentale du genre de même que pour garder une cohésion sociale et surtout une réussite des projets qui mettent l’EFH au cœur des interventions. Les actions ont plus de pérennité lorsqu’elles partent des concepts locaux, simplement parce qu’elles sont comprises par les parties prenantes, ici les bénéficiaires des projets. Également, contextualiser et vulgariser les structures du développement international permet de briser une certaine dépendance des populations bénéficiaires envers ces mêmes structures.

35Dans nos recherches, nous avons recensé des expériences de mise en œuvre de projets de développement parfois déconnectés des besoins réels des populations. Il ne s’agit pas de désigner des coupables, car les populations elles-mêmes aiment dire ce qu’on attend d’elles pour ne pas perdre des opportunités de financement. Ainsi, il est primordial que toutes les parties prenantes soient actives dans la conception et l’élaboration de solutions stratégiques au CC et aux problèmes environnementaux. Un renforcement des capacités de mobilisation citoyenne à travers l’utilisation de l’approche basée sur la concertation permettrait de mieux faire face aux impacts du CC sur les écosystèmes et les communautés des îles du Saloum. Pour cela, il faut travailler en partenariat dans une approche collaborative et constructiviste avec les femmes et les hommes. Renforcer l’équité sociale en matière de genre, de diversité ethnique ou d’autres caractéristiques potentiellement sources de discrimination ou de marginalisation demande une fine connaissance des prescriptions sociales. La compréhension des normes qui régissent les sociétés est une stratégie majeure pour la réussite des projets qui impliquent plusieurs acteurs qui se sont engagés dans un processus de partenariat collaboratif.

36De plus, l’EFH peut demeurer un cadre théorique qui guide les actions en adaptation au CC, sans devenir une finalité. Pour ce faire, nous pensons qu’il est préférable de développer une compréhension commune des enjeux de genre entre les partenaires de mise en œuvre des projets de développement plutôt que de transposer les perspectives féministes sur le terrain. De cette façon, les perspectives féministes et les analyses de genre deviennent transversales à toute réflexion et action posée sur le terrain. Une analyse plus sensible et contextualisée mènerait également vers une meilleure compréhension de la complexité des rapports sociaux qui opèrent entre les hommes et les femmes dans les pays des Suds. Donc une approche basée sur le genre, adaptée à la réalité, serait de voir comment améliorer l’accès des femmes aux ressources naturelles dans la mesure où la plupart sont dépendantes des hommes qui possèdent les pirogues et les moteurs pour la pêche.

Conclusion

37Les îles du Saloum sont très vulnérables aux effets du changement climatique qui touchent de plein fouet les communautés dépendantes des ressources naturelles pour assurer les besoins de base. Les projets de développement financés par le Canada visent l’autonomisation des femmes pour maintenir leurs rôles dans les communautés. La Politique d’aide internationale féministe du Canada est pertinente dans ce contexte  ; mais, elle possède des angles morts.

  • 13 Selon Affaires mondiales Canada [2017a] c’est une évaluation des « répercussions potentielles des p (...)

38Les résultats de la recherche démontrent que les femmes cherchent avant tout une cohésion sociale dans leurs communautés lesquelles sont régies par des prescriptions et des normes sociales différentes de celles qu’on retrouve en Occident [Jonckers et al. 1999]. Elles souhaitent maintenir leurs rôles dans leurs communautés en cohérence avec leurs principes, leurs valeurs et leurs cultures. Quant aux hommes, ils souhaitent être impliqués dans les projets qui concernent le devenir de leurs communautés en complémentarité avec les femmes. Nous invitons à viser d’autres enjeux plus cruciaux pour les communautés bénéficiaires de l’aide canadienne que l’égalité entre les genres. Il faut une inclusion active des hommes au développement et une véritable émancipation des femmes par rapport aux hommes et au contexte socioculturel, qui parfois constituent des barrières, notamment pour une autonomisation socioéconomique sensible à la surcharge de travail. D’ailleurs, Bouka, et al. [2021] suggèrent d’intégrer l’Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+)13 dans une perspective intersectionnelle pour bonifier la PAIF. Ainsi, AMC pourrait prioriser des approches et des procédures axées sur les besoins des bénéficiaires et sur les résultats à moyen-long terme et non sur les cadres de mesures de rendement et les résultats visant le court terme. «  À l’avenir, l’ambition de transformation de la politique d’aide internationale féministe du Canada exigera des investissements plus stratégiques dans les organisations et leur capacité à construire des sociétés résilientes et équitables pour nous tous  » [Novovic 2020].

39Le Groupe de travail sur la politique étrangère féministe [2021] abonde dans le même sens en recommandant une révision de la PAIF en la rendant intersectionnelle, forte et cohérente. Selon Oxfam-Québec [2021], «  aujourd’hui plus que jamais, la nécessité d’une nouvelle orientation politique audacieuse est essentielle pour garantir un avenir plus égalitaire, plus inclusif et plus durable pour toutes et tous. Une approche féministe intersectionnelle à la politique étrangère est nécessaire, une approche qui mette la justice en matière de genre, de race, d’économie et de climat au cœur de ses préoccupations, qui donne la priorité à la décolonisation et qui place la voix de celles et ceux qui ont été historiquement les moins représentés, et qui sont souvent les plus touchés, au centre de l’élaboration des politiques  ».

40La pensée dominante de l’Occident joue donc un rôle majeur dans les obstacles locaux aux changements de mœurs. Il en résulte une réaction à l’occidentalisation, un repli sur soi, et les projets sont bloqués par l’opinion publique locale. De même, nous ne pouvons évacuer les dynamiques Nord-Sud dans les actions menées en viabilité environnementale, alors que les États du Nord sont responsables de la crise climatique. Ainsi, la lecture d’un article critique de Kalpana Wilson, « Genre et développement : pour une réappropriation radicale », [Wilson 2018], nous a permis de nuancer, durant les ateliers, les postulats de l’ODD5 pour éviter de transmettre un «  agenda  » féministe néolibéral contenu dans la pensée dominante, qui favorise l’Occident et généralement, l’économie de marché.

41Reconnaître et critiquer les modèles dominants du développement international, ainsi que valoriser et inclure les approches développées localement, notamment le savoir-faire traditionnel, sont des méthodes à favoriser pour changer les dynamiques avec les populations locales. D’ailleurs, Fatou Sow (Revue Tiers Monde 2012, p. 154) émettait les réserves suivantes : «  Nous finissons par nous enliser à déconstruire le discours féministe occidental au lieu de construire notre propre discours en nous abreuvant à toutes les sources. Je voudrais que le discours féministe des Occidentales sur elles-mêmes et sur nous devienne leur problème et non plus le nôtre  ».

42Dans les îles du Saloum, la vie suit son cours. Les femmes et les hommes s’ajustent dans les différentes sphères d’activités en respect de leurs normes et des prescriptions sociales. Les femmes sont organisées en structures fédérées (GIE, Unions locales, Fédérations locales de GIE) pour se solidariser et pour capter des financements au service de leurs communautés. Elles ont aussi accès à des financements autogérés comme celles de la Fédération nationale des GIE de pêche. Les hommes sont, pour la plupart, des pourvoyeurs qui émigrent ou travaillent à l’extérieur pour subvenir aux besoins de leurs familles. Ceux qui restent dans les villages contribuent aux besoins de leurs familles avec les moyens dont ils disposent. Partant de ce contexte, il est pertinent de continuer à soutenir les femmes qui sont plus mobilisées, car étant les seules qui demeurent dans les villages à temps plein. Cependant, il ne faut laisser personne de côté pour favoriser la cohésion sociale et le développement durable des communautés insulaires.

43Nous insistons sur la nécessité de renforcer les capacités des différents partenaires et intervenants dans la mise en œuvre de projets de développement financés par le Canada et d’autres bailleurs internationaux. Ainsi, il y aura plus d’impacts à long terme sur la sensibilisation des populations sur l’enjeu transversal que représentent les rapports de genre.

Haut de page

Bibliographie

AbuLughod, L. (2002) – « Do Muslim women really need saving ? Anthropological reflections on cultural relativism and its others », American anthropologist, vol. 104, n° 3, pp. 783-790.

Affaires Mondiales Canada (2017a) – Consultations pour renouveler l’aide internationale du Canada, https://www.international.gc.ca/world-monde/issues_development-enjeux_developpement/priorities-priorites/consultation.aspx ?lang =fra, consulté le 21 février 2022.

Affaires Mondiales Canada (2017b) – Politique d’aide internationale féministe du Canada, http://international.gc.ca/world-monde/issues_development-enjeux_developpement/priorities-priorites/policy-politique.aspx ?lang =fra, consulté le 21 février 2022.

Affaires Mondiales Canada (2020) – Rapport statistique sur l’aide internationale, exercice 2019-2020, https://www.international.gc.ca/transparency-transparence/international-assistance-report-stat-rapport-aide-internationale/2019-2020.aspx ?lang =fra, consulté le 25 février 2022.

Berenstain, N. (2016) « Epistemic Exploitation », Journal of Philosophy, vol. 3, n° 22, pp. 569-590, https://doi.org/10.3998/ergo.12405314.0003.022

Bilge, S. (2009) – « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, n° 225, pp. 70-88, https://www.cairn.info/revue-diogene-2009-1-page-70.htm

Bouka, Y. (2021) – La politique étrangère du Canada est-elle réellement féministe  ? Bilan et recommandations, Note stratégique 13, Réseau d’analyse stratégique, 23 septembre 2021, https://ras-nsa.ca/fr/la-politique-etrangere-du-canada-est-elle-reellement-feministe-bilan-et-recommandations/, consulté le 21 février 2022.

Corcuff, P. (2011) – Les nouvelles sociologies, Paris, Armand Colin, coll. 128 (3e éd.), 128 p.

Faye, S. & Sougou, O-K. (2013) – «  Dionewar (Sénégal) : Quand les comités servent à capturer l’accès aux ressources naturelles, au pouvoir local, aux projets.  », Territoires d’Afrique, n° 5, « Nouvelles politiques foncières, nouveaux acteurs : des rapports fonciers sous tensions »

Faye, S. (2017) – Les enjeux d’une gouvernance de l’estuaire du Sine Saloum dans la perspective d’une préservation durable des patrimoines de la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum (RBDS au Sénégal), une zone humide d’interface homme nature en dégradation, dans un contexte de réchauffement climatique. Thèse de doctorat de l’Université de Lyon, École Doctorale histoire, géographie, aménagement, urbanisme, archéo, sc politique, socio, anthropologie. Spécialité / discipline de doctorat : Géographie (Patrimoines, Changements climatiques, sécurité globales et développement durable), 442 p.

Groupe De Travail Sur La Politique Étrangère Féministe (2021) – Courage et ambition : Recommandations pour la politique étrangère féministe du Canada, https://interpares.ca/node/2337, consulté le 22 février 2022.

Gouvernement Du Canada (2008) – Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle. Publications 2008, ch. 17, art. 52013, ch. 33, art. 1932018, ch. 27, art. 658, https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/O-2.8/page-1.html, consulté le 25 avril 2022.

Gouvernement Du Canada (2021) – Plan de mise en œuvre du financement de la lutte contre les changements climatiques, https://www.canada.ca/fr/services/environnement/meteo/changementsclimatiques/mesures-internationales-canada/financement-changement-climatiques/plan-mise-oeuvre.html, consulté le 25 mars 2022

Gouvernement Du Canada (2022) – Financement climatique du Canada aux pays en développement, https://www.international.gc.ca/world-monde/funding-financement/climate-developing-countries-climatique-pays-developpement.aspx ?lang =fra#a4, consulté le 20 février 2022.

Gouvernement Du Canada (2022) – La participation du Canada au financement international de la lutte contre les changements climatiques, https://www.canada.ca/fr/services/environnement/meteo/changementsclimatiques/mesures-internationales-canada/financement-changement-climatiques.html, consulté le 20 février 2022.

Jonckers, D., Carré, R. & Dupré M-C. (1999) – Femmes plurielles : les représentations des femmes. Discours, normes et conduites, Paris, Maison des sciences de l’homme, 300 p.

Maillé, C. (2007) – « Réception de la théorie postcoloniale dans le féminisme québécois ». Recherches féministes, vol. 20, n° 2, pp. 91-111, https://www.erudit.org/fr/revues/rf/2007-v20-n2-rf2109/017607ar/.

Nations Unies (2015) – Les objectifs de développement durable, http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/, consulté le 25 février 2022.

Novovic, G. (2020) – Réflexion sur l’avenir de la politique d’aide internationale féministe du Canada, Conseil Canadien de coopération international. Juin 2020. Document de travail.

Oxfam-Québec (2021) – Politique étrangère féministe du Canada : les recommandations d’Oxfam, https://oxfam.qc.ca/recommandations-politique-etrangere-feministe/, consulté le 26 avril 2022.

Revue Tiers-Monde (2012) – « Mouvements féministes en Afrique », Revue Tiers Monde, n° 209, pp. 145-160, https://doi.org/10.3917/rtm.209.0145

Said, E-W. (2005) – L’Orientalisme, Paris, Éditions du Seuil, coll. «  Points histoire  », 580 p.

Savard, M-C. (2019) – «  Solidarité : la politique d’aide internationale féministe du Canada rate-t-elle la cible  ?  », Magazine Sans Frontières, n° 43 (Sept-Dec 2019).

Spivak, G. C. (2015) Can the Subaltern Speak? In Colonial discourse and post-colonial theory, Londres, Routledge, 46 p.

Wilson, K. (2018) (trad. C. Renard) – « Genre et développement : pour une réappropriation radicale », in A. Leroy (dir.), De l’usage du genre : points de vue du Sud, Paris, éditions Syllepse, collection Alternatives Sud, pp. 77-112, https://www.cairn.info/de-l-usage-du-genre--9782849506752-page-77.htm

Zibouh, F. (2010) – « Le Féminisme à l’épreuve du débat postcolonial », https://www.lescahiersdelislam.fr/Le-feminisme-a-l-epreuve-du-debat-postcolonial_a368.html

Haut de page

Notes

1 Dans la perspective du Groupe des Nations unies pour le développement [2016], « une théorie du changement est une méthode qui explique comment une intervention donnée ou un ensemble d’interventions sont censés conduire à un changement précis sur le plan du développement, grâce à une analyse des liens de cause à effet fondée sur les éléments de preuve existants ». Dans le contexte du Programme des Nations unies pour le développement [2017], une théorie du changement approfondie aide à guider l’élaboration de stratégies de programme rationnelles et fondées sur des éléments de preuve, des hypothèses et des risques clairement énoncés et analysés.

2 Nous utilisons rapports de genre et rapports de sexe de façon interchangeable.

3 La Loi a été modifiée le 1er avril 2022 et mise à jour le 4 avril 2022.

4 Afghanistan, Éthiopie, Tanzanie, Mali, Nigéria, Jordanie, Bangladesh, Syrie, Haïti, Congo, Rép. dém., Irak, Ghana, Soudan du Sud, Liban, Sénégal, Mozambique, Kenya, Yémen, Pakistan, Myanmar.

5 Plan de mise en œuvre du financement de la lutte contre les changements climatiques signé le 25 octobre 2021 par le Canada et l’Allemagne, de concert avec le Royaume-Uni : Atteinte de l’objectif de 100

6 Engagements et financements du Canada pour la lutte au changement climatique : https://www.canada.ca/fr/services/environnement/meteo/changementsclimatiques/mesures-internationales-canada/financement-changement-climatiques/annonces.html

7 Souvent entendu lors des entrevues avec des parties prenantes.

8 Nous ne pouvons pas identifier les villages ou donner des informations qui pourraient compromettre la confidentialité des communautés ou des individus ayant participé aux projets de développement.

9 Nous n’avons pas pu organiser des entretiens de groupe dans deux villages par manque de participants chez les hommes.

10 Structures faitières qui regroupent plusieurs groupements d’intérêts économiques d’un même village.

11 Les féminismes sont pluriels que ce soit en Occident ou dans les Suds, il y a une diversité de luttes avec des revendications différentes selon les contextes et les conjonctures.

12 Mouvements de femmes organisées en groupes de solidarité et d’entraide.

13 Selon Affaires mondiales Canada [2017a] c’est une évaluation des « répercussions potentielles des politiques, des programmes ou des initiatives sur divers ensembles de personnes — femmes, hommes ou autres ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Contributions du Canada à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable en 2020
Crédits Source : Affaires mondiales Canada, 2021
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10058/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Carte 1 – Localisation de la réserve de biosphère du Delta du Saloum
Crédits Source : Base de données DPN/DAMCP UTM WGS84 Zone 26 Nord – Novembre 2020
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/10058/img-2.png
Fichier image/png, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Fall et Camille-Amelie Koziej Lévesque, « Promouvoir l’égalité femme/homme dans les projets d’adaptation au changement climatique des îles du Saloum au Sénégal : les angles morts de la Politique d’aide internationale féministe du Canada »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 476-493.

Référence électronique

Marie Fall et Camille-Amelie Koziej Lévesque, « Promouvoir l’égalité femme/homme dans les projets d’adaptation au changement climatique des îles du Saloum au Sénégal : les angles morts de la Politique d’aide internationale féministe du Canada »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/10058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.10058

Haut de page

Auteurs

Marie Fall

Professeure, Département des sciences humaines et sociales, université du Québec à Chicoutimi – Courriel : marie.fall[at]uqac.ca

Camille-Amelie Koziej Lévesque

Étudiante, Université du Québec à Chicoutimi – Courriel : camille-amelie.koziej-levesque1[at]uqac.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search