Navigation – Plan du site

AccueilNuméros100-4I – Territoires en sériesUtiliser la série télévisée Front...

I – Territoires en séries

Utiliser la série télévisée Frontera Verde pour se représenter le territoire amazonien

Using the TV series Frontera Verde to represent the Amazonian territory
Benoît Bunnik
p. 496-512

Résumés

La série télévisée Frontera Verde diffusée par Netflix depuis 2019, permet de découvrir le territoire de l’Amazonie pour voir comment celui-ci est habité et construit par ses habitants. La découverte d’une œuvre artistique permet de s’immerger par l’image et le son dans un territoire éloigné sur lequel nous portons des représentations plus ou moins marquées d’exotisme et pensé comme une marge. Cette expérience vicariale permet de construire avec des étudiants de master des concepts géographiques de territoire ou d’habiter, de s’initier à une lecture phénoménologique du Monde mais aussi de prendre du recul sur des représentations culturelles notamment en réalisant un croquis du territoire de la série.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le rapport du jury du Capes précise que 78 % des candidats avaient suivi des études d’histoire, 13  (...)

1Lorsque qu’une nouvelle formule du Capes a été annoncée pour l’année universitaire 2021-2022, il a fallu repenser les maquettes, les formations mais aussi les pédagogies pour amener des étudiantes et des étudiants très majoritairement issus d’études d’histoire1 à s’intéresser puis à travailler sur des thèmes au programme du concours dans la temporalité d’un master de deux ans. Dans cette logique, il m’a semblé utile de ne pas entrer directement dans les questions au programme mais d’utiliser une voie détournée sur la question de l’Amérique latine en invitant les étudiantes et étudiants à présenter des exposés sur un thème ou un territoire à partir d’une œuvre artistique. Parmi les choix proposés, l’étude de l’Amazonie à partir de Frontera Verde, une série colombienne très accessible car diffusée par Netflix. Elle n’est pas trop longue (six épisodes, 5h30) et se passe sur un territoire a priori peu connu de mes étudiants de Corte. L’objectif est de construire avec eux une représentation approfondie et complexe d’un territoire à partir de concepts et outils géographiques. Après l’avoir visionnée, ils complètent un questionnaire permettant de relever divers lieux, acteurs et temps de la série mais aussi de rendre explicites les objectifs de celle-ci avant d’exposer leur moment préféré ainsi que ce qui leur a plu dans la série, en le justifiant. Par ailleurs, deux étudiants sont chargés de faire un exposé mettant en relation la série et des documents scientifiques que j’ai sélectionnés. Une liste de douze documents leur est proposée, associant des articles scientifiques et journalistiques sur l’Amazonie et la Colombie, sur la phénoménologie et sur la géographie culturelle.

2Les objectifs de cette expérimentation sont aussi d’évaluer le niveau d’analyse de documents, la capacité de travail dans un temps relativement court d’organisation de connaissances, de cartographie et d’expression orale. Le tout se faisant en découvrant un thème du programme du Capes alors que les manuels de préparation au concours ne sont pas encore publiés.

3Cet article présente dans un premier temps la série et le message qu’elle porte sur un territoire avant de rappeler les spécificités de l’Amazonie colombienne et de voir dans une troisième partie comment s’est déroulé cette expérimentation.

1. Frontera Verde, une enquête dans une Amazonie marginale, fragile et violente

1.1. Une histoire classique dans un espace diégétique peu fréquent dans les séries

  • 2 En réalité Leticia, ville frontalière entre la Colombie et le Brésil, à l’extrême sud de la Colombi (...)

4L’histoire est peu originale. La jeune enquêtrice Helena Povera arrive de Bogotá pour enquêter sur le meurtre de quatre femmes missionnaires. Ces assassinats ont eu lieu au cœur de l’Amazonie colombienne. Arrivée dans la petite ville de Puerto Manigua2, elle se confronte à l’hostilité des populations locales, principalement des policiers sur lesquels sont portés d’habituels clichés tropicaux (corruption, langueur, fourberie, sexisme, etc.). Elle parvient à résoudre l’enquête tout en découvrant que son propre passé est lié à cette ville. En effet, ses parents, des chercheurs, ont vécu et sont morts dans cette ville lorsqu’elle était enfant lors d’un incendie dont elle a réchappé.

5L’histoire, assez complexe, fait intervenir de nombreux personnages stéréotypés. Comme le spectateur, Helena porte un regard extérieur sur ce monde qui, l’histoire nous le révélera progressivement, fait partie d’elle aussi. Les autres acteurs sont tous des habitants permanents de ce territoire. Ainsi, Reynaldo Bruno, seul soutien d’Helena est un policier amérindien exclu de sa communauté. Il subit la loi des autres policiers locaux dirigés par Ivan Uribe, un inspecteur corrompu. Reynaldo est un des passeurs de la série qui permet de relier un monde urbain violent et décadent au monde merveilleux et naturel mais tout autant violent de la forêt.

6De nombreux habitants permanents habitent la selva. Les Arupanis, « Indiens marcheurs », vivent isolés dans la forêt. Ils communiquent avec les esprits et voyagent par les racines des arbres ou l’eau des rivières. Ce sont des Amérindiens invisibles. Deux d’entre eux sont des personnages centraux de l’histoire : Ushé, jeune femme qui découvre ses pouvoirs, ne vieillit pas et qui apparaît être la nounou qui sauvera Helena enfant et Yua, le chamane porteur du passé et de l’histoire, passeur d’éternité. Dans la forêt habitent aussi d’autres Amérindiens parqués dans des réserves (« la communauté »), des bûcherons plus ou moins légaux, dirigés par Efraïm Marquez qui trafique illégalement des animaux, des chercheurs (les parents de la policière, morts accidentellement ou non il y a une trentaine d’années), des nazis dirigés par Schultz à la recherche de l’éternité et réfugiés dans la jungle, d’autres Amérindiens associés aux nazis et enfin des missionnaires de l’Église d’Éden, des jeunes femmes ouvertes au syncrétisme religieux.

7On le voit, loin d’être un désert, l’Amazonie de Frontera Verde est un territoire habité par des personnes associées à un groupe (policiers, missionnaires, Amérindiens, ...) ou à une fonction (contrôler, exploiter, convertir, protéger, …). Toutes font avec les lieux qu’elles fréquentent et toutes cohabitent sur ce territoire.

8Classiquement, l’Amazonie donnée à voir ici rejoint des représentations télévisuelles associant exotisme et violence. Une image présente dans des séries récentes comme La cité invisible (Cidade Invisível, Brésil, 2021), Guyane (France, 2017), Maroni (2018 et 2020) ou encore The River (États-Unis, 2012) tout comme elle l’est dans des films plus anciens depuis Le monde perdu (États-Unis, 1925) à Aguirre, la colère de Dieu (Herzog, 1975), Fitzcarraldo (Herzog, 1982), Mission (Joffé, 1986) ou encore Le Jaguar (Veber, 1996).

1.2. Un espace diégétique limité : une marge frontalière

9Les scénaristes de Frontera Verde ont inscrit l’intrigue dans peu de sites : une petite ville frontière au cœur de l’Amazonie, le lieu des crimes, quelques camps d’Amérindiens, le fleuve. Dans la ville, quelques lieux mis en avant construisent une représentation symbolique de la ville amazonienne. Celle-ci serait caractérisée par des lieux du franchissement (l’aéroport qui sert de lien vers le monde civilisé et le pouvoir, Bogotá ; le port qui donne son nom à la ville fictive Puerto Manigua et qui permet de quitter celle-ci pour entrer par le fleuve dans la forêt), des lieux du repos et du relâchement qui semblent être hors du temps (le bar où l’héroïne peut enfin se laisser aller à ses émotions ; l’hôtel où elle loge ; l’église des missionnaires ; l’hôpital qui peut être aussi un lieu de violence cependant) et des lieux de la violence qui, eux aussi sont des entre-deux, des lieux de connexion de plusieurs espaces (le bar, entre monde réel et mondes interdits des trafiquants ; le commissariat entre légalité et illégalité).

10À côté de ces lieux urbains, la forêt accueille des lieux porteurs d‘autres valeurs induisant une représentation d’une Amazonie violente et menacée : le lieu du crime, chargé d’histoire (la mémoire de l’esclavage et de la récolte du caoutchouc), le camp des bûcherons (qui conforte l’image d’une Amazonie soumise à la déforestation) et un camp d’Amérindiens parqués derrière des palissades. Cette forêt inclut aussi de l’étrange de l’ordre du fantasme : ce sont les lieux de l’espace mobile des Amérindiens invisibles qui font le lien entre le monde réel et un monde opposé, imaginaire du mysticisme. C’est aussi la présence de nazis à la recherche d’une pharmacopée leur permettant d’acquérir l’immortalité. Enfin, Helena trouve aussi un lieu, son lieu, celui de la réalisation d’elle-même grâce à un arbre qui révèle ses pouvoirs intimes.

11Ces lieux forment un réseau complexe dans lequel le spectateur est volontairement perdu par moments. Ce qui fait lien, ce sont les cours d’eau et les sentiers mais aussi surtout des réseaux humains créant des espaces superposés et un territoire. Étrangement, malgré le nom de la série, seuls deux espaces sont quasiment exclusivement forestiers, c’est celui des Amérindiens invisibles menés par Yua, le chamane et sa compagne Ushë et celui des nazis et des Amérindiens masqués qui les accompagnent. Ils ne vont en ville que rarement, sous la contrainte. Leur espace serait celui de nature dans laquelle ils vivent en symbiose. Yua et Ushë ayant la capacité de se fondre dans la forêt, de s’immerger dans la nature au sens propre, ce qui est annoncé dès les premières secondes du premier épisode de la série lorsque la voix de Yua récite : « Le vert intense / le champ de l’animal / le cours d’eau plein de vie / jungle-mère tu es ma maison (…) / tu es la maison du monde / jungle-mère tu es à l’origine de tout (…) / l’éternité est tienne ». En revanche, l’autre espace entièrement forestier, celui des nazis, postule que la forêt amazonienne est un refuge et une ressource.

12À l’inverse, il n’existe pas d’espace uniquement urbain dans la série, plutôt des espaces à cheval entre forêt et ville, construisant l’idée que l’on est dans un territoire multi-situé [Cortes & Pesche 2013, Giraut 2013] même si une dominante apparaît toujours formant un déséquilibre entre la selva et Puerto Manigua. Les policiers, Helena incluse, les missionnaires, les chercheurs évoluent entre le monde urbain et une partie du monde forestier. À l’inverse, les Amérindiens parqués dirigés par Wilson Naï ou les bûcherons menés par Ephraïm Marquez peuvent aller en ville au besoin. Cet ensemble de lieux discontinus constitue un espace fonctionnel et vécu, structuré par des relations humaines et économiques : la forêt est un espace de production (caoutchouc, bois) connecté à la ville, lieu d’échanges, de soins. La fragmentation n’est qu’apparente.

13Ce territoire qui se construit sous nos yeux forme aussi un territoire clos, une marge territoriale et une frontière. On y entre uniquement par les airs : la scène introductive montre l’arrivée d’Helena en ville après avoir survolé la canopée. De plus, la connexion téléphonique avec Bogota est très difficile : impossible d’utiliser le téléphone portable, il faut passer par la ligne fixe. Ainsi, plus qu’une marge, ce qui se dessine dans notre représentation de spectatrice ou de spectateur, c’est l’image de l’île et surtout d’un territoire marqué par une forte insularité [Bonnemaison 1990]. Plus précisément, ce n’est pas une mais deux îles qui sont décrites. Il y a d’abord la ville, vue comme un territoire isolé, accessible uniquement par les airs ou par l’eau. Celle-ci est montrée comme un lieu difficile d’accès, elle semble se suffire à elle-même et être hors du temps. Il y a ensuite la forêt, présentée comme un antimonde avec ses propres règles, ses logiques internes que les étrangers ne comprennent pas. Un monde qui fonctionne comme un miroir négatif du monde dominant. Ici, les règles sont différentes : la loi est celle du plus fort, la violence y est permise, intériorisée par les habitants.

  • 3 Relatif à la diégèse, à l'espace-temps dans lequel se déroule l'histoire proposée par la fiction d' (...)

14Ces deux éléments renforcent aussi l’idée que l’Amazonie est une marge. Si elle fait bien partie du territoire national, intégrée aux réseaux de commerciaux (ici le bois, les animaux, mais pas la cocaïne ou les armes), hispanique et non lusophone malgré la proximité du Brésil, elle forme tout de même un territoire spécifique dont tous ne peuvent pas sortir (dans le quatrième épisode, Reynaldo, l’adjoint amérindien d’Helena lui rappelle « vous pouvez partir, moi pas ») et dont les règles ne suivent pas toujours les lois de la capitale (entente avec les trafiquants, corruption, travail des policiers, …). Cette marge est aussi une frontière. Au-delà de la frontière entre monde réel et monde magique, l’espace diégétique3 est celui d’un point de passage entre Colombie et Brésil (le Pérou n’est pas mentionné), une limite qu’Helena franchit à pied à plusieurs reprises pour y trouver des informations pour son enquête. C’est enfin une frontière (a frontier) au sens d’un front pionnier puisqu’on évoque les anciennes pratiques de récolte de caoutchouc, le bûcheronnage, les missionnaires ou encore la violence que la « police amazonienne » tente tant bien que mal de juguler.

1.3. La représentation d’une Amazonie hors du temps

15Toute série est une fiction et suppose un point de vue, une représentation portée sur un espace ou un territoire. Elle est construite sur une temporalité propre, mais aussi sur une durée spécifique, quelques épisodes, quelques heures, ce qui permet d’aborder plus de complexité qu’un long métrage. Une série est aussi une narration, et en tant que telle, elle est linéaire, même si cette linéarité inclut parfois – et c’est le cas ici – des retours en arrière, des récits parallèles, des sauts dans le temps ou l’espace que notre cerveau remplit comme il le veut. Enfin, une série est aussi pleine de vides, de creux. Dans Frontera Verde, plusieurs temps et temporalités s’entremêlent en permanence. Le présent complexe de l’enquête policière est marqué par une faible présence de population locale non autochtone, sauf dans des interstices de l’histoire, dans les rues, les bars, une rue commerçante ou encore sous les traits d’un policier à la retraite. Assez rapidement surgissent des passés tout autant peu simples, celui de l’enfance de la policière et de la mort de ses parents, un temps du souvenir refoulé, celui d’Ushë qui apprend à devenir invisible. De même, à en croire la série, les temporalités seraient bousculées dans le monde amazonien : les nazis sont toujours relativement jeunes et vivants malgré les 80 à 90 ans qui les séparent de leur arrivée dans la région, Yua et Uschë ne vieillissent pas, ils sont porteurs d’une éternité naturelle ou divine … l’Amazonie serait donc encore sinon le territoire d’un paradis terrestre, au moins un territoire hors du temps.

1.4. Construire une image de l’Amazonie par le réalisme magique

16Les scénaristes nous font entrer dans un réalisme magique que l’on retrouve dans de nombreuses œuvres artistiques sud-américaines littéraires ou cinématographiques. Le réalisme magique nécessite la présence d’une réalité dissimulée, d’un mystère palpitant sous la surface des choses qui demande, pour en prendre connaissance, une certaine sensibilité. Trois caractéristiques sont nécessaires. D’abord la présence du monde réel comme trame de fond. Celui-ci fait face à un monde opposé qui, au contraire du précédent, n’est régi par aucune règle et est du domaine du fantasme, de l’insolite, du rêve, du mysticisme. Enfin, ces deux mondes se confondent au sein d’un même récit sans s’opposer. C’est à-dire que l’étrange doit être présenté sans commentaire, comme s’il était entièrement naturel et partie intégrante de la réalité la plus banale [Roh 1925].

17La série nous invite justement à dépasser une lecture utilitariste et naturaliste de l’Amazonie. Les limites sont floues entre réel et imaginaire, entre les mondes de la nature et ceux de l’humain. Les animaux y sont rares, absents des images et ne sont évoqués que par le son. Seuls les arbres et les cours d’eau ont une intériorité, nous amenant plus à se représenter la nature selon un rapport totémiste se fondant sur une identification profonde entre des humains et des non-humains occupant un territoire dont les uns et les autres partagent des qualités physiques héritées d’êtres originaires, des prototypes qu’on appelait autrefois totems. Ce qui est mis en avant dans Frontera Verde, c’est une représentation erronée de ce que Philippe Descola analyse dans son travail, mais peut-être plus conforme aux représentations occidentales sur l’Amazonie [Descola 2005].

18Cette série porte donc plusieurs clichés. La représentation de la nature y est centrale, celle-ci sert principalement de support aux activités humaines, principalement le bûcheronnage. C’est un espace séparé du monde civilisé, un isolat avec ses propres logiques, ses règles spécifiques, même le temps y est différent. Une vision assez classique dans une série policière à la limite du réalisme dans laquelle le mystère doit être porté à la fois par les personnages et par le décor. C’est à partir de ces éléments complexes qu’il faut essayer de reconstruire chez les étudiantes et les étudiants de master se destinant au métier d’enseignant une représentation de ce que peut être l’Amazonie.

2. L’Amazonie, un haut-lieu

2.1. Une construction culturelle et sociale

19L’Amazonie est un territoire dans lequel les peuples locaux ont mis en place des réseaux de commerce, des couloirs de migration, des sites de production et des villages qui pouvaient compter jusqu’à 2000 habitants. L’arrivée des Européens bouleverse l’organisation territoriale et la représentation que l’on se fait de ce territoire. Au XVIème siècle, les mythes européens des Amazones puis de l’Eldorado imposent une image d’un paradis terrestre [Vereecken 2021]. Les colonisateurs projettent ensuite des représentations tout autant efficaces. Les missionnaires jésuites, les colons portugais et espagnols, les scientifiques du XIXème siècle, puis les États qui cherchent à s’approprier cette forêt à partir de 1750 (traité des Limites) et au cours du XIXème siècle (fixation des frontières actuelles par une série de traités bilatéraux, politiques d’aménagement du territoire par la construction de routes), les entrepreneurs à travers les cycles d’exploitation successifs et continus dès la fin du XIXème siècle (caoutchouc, bois, élevage, soja, …) construisent l’image d’un territoire vierge de présence humaine, riche d’une nature dont les richesses infinies sont au service des humains [Droulers 2004, Jollant 2019] .

20Dans les années 1970-1980, une nouvelle représentation se sur-imprime dans les sociétés occidentales, celle d’un territoire vulnérable. L’Amazonie devient une forêt vierge, fragile, à préserver, le poumon vert de la planète [Fleury 2000]. Désormais, nos sociétés font de l’Amazonie un haut-lieu au cœur d’une mondialisation destructrice, une forêt menacée par l’extractivisme capitaliste. Ainsi, parce qu’elle est pensée par les États centraux comme un territoire à exploiter, utile au bien commun, l’Amazonie colombienne est menacée. L’Instituto de Hidrología, Meteorología y Estudios Ambientales (IDEAM) mesure chaque année la déforestation. Celle-ci est concentrée sur les franges septentrionales de la forêt. La région de Leticia n’est pas impactée (carte 1).

Figure 1 – Les zones de la déforestation en Colombie mesurées par l’IDEAM en janvier-mars 2022

Figure 1 – Les zones de la déforestation en Colombie mesurées par l’IDEAM en janvier-mars 2022

Note de l’auteur : la région de Leticia est à l’extrême Sud-Est, aux confins Brésil-Pérou.

(source : site internet de l’IDEAM).

21Cependant, deux-tiers de l’Amazonie colombienne constituent des réserves et depuis 2018 la forêt est « sujet de droit ». Un conseil national contre la déforestation a été mis en place en août 2019.

22Ainsi, ces dernières années, une nouvelle représentation de l’Amazonie se fait jour, celle d’une forêt comme expérience subjective du monde dans laquelle les habitants n’ont pas une relation objectivée à la nature, ce que propose le naturalisme occidental, mais une relation animiste à celle-ci qui induit que les éléments naturels (animaux ou végétaux) ont une même intériorité que les humains, ce que leur dénie la pensée occidentale [Descola 2005].

2.2. Leticia et l’Amazonas, un hub dans une périphérie colombienne

23L’espace scénographique et diégétique de la série est celui d’un territoire spécifique de l’Amazonie colombienne. Cette dernière représente près d’un tiers du pays et est peu peuplée : entre 0,5 habitant par km² dans l’Amazonas où se trouve Leticia et 9,5 hab/km² dans l’état voisin de Putumayo. On peut y croiser une cinquantaine de groupes ethniques et quelques villes mal reliées au reste du pays. C’est un territoire périphérique qui échappe largement à l’État central et où s’est développé au cours des décennies une tentation forte d’autogestion dans un pays de type centripète [Droulers 2004]. L’Amazonas est une région pauvre, isolée mais connectée aux circuits commerciaux par deux activités : le tourisme amazonien et le trafic de drogues.

24Leticia, fondée en 1867, est une ville frontière, comme le montre la série. Ce port franc est un pôle avancé du pouvoir central visant à contrôler un territoire stratégique. La ville n’est pas accessible par la route depuis Bogotá, mais des liaisons fluviales la relient au Brésil et au Pérou voisins. C’est une ville doublée d’une partie brésilienne. Cette situation fait de Leticia un hub dans le trafic de la cocaïne vers le Brésil. Ainsi, « ce port franc aux trois frontières développe un cosmopolitisme de far-ouest » [Droulers 2004, p. 173]. Par ces éléments, ce territoire est sous tension [Beuf 2021]. L’Atlas des Conflits pour la Justice Environnementale produit par l’université de Barcelone y dénombre 134 conflits sociaux-environnementaux en 20234.

25Ces éléments sont présents dans la série. Ils forment un fond permettant un processus d’identification spatiale chez le téléspectateur qui peut alors se repérer dans cet espace mis en scène [Ruggeri 2014, Denmat 2021]. Il faut donc prendre du recul pour déceler des normes culturelles, des structures sociétales ou encore des idéologies en présence. En effet, une série télévisée peut être perçue comme un miroir de la société ou une paraphrase de la réalité en tant qu’elles mettent en scène les sociétés et leurs émotions [Winckler 2005], créant de fait un effet de réel [Staszak 2014].

3. Passer d’une série à une connaissance

3.1. Objectifs du travail

26Le choix pédagogique de partir d’une œuvre artistique pousse les étudiantes et étudiants à réfléchir à la relation entre une production culturelle et la géographie. Un apport est fait en amont pour rappeler que les images animées ont un fort effet de réel en associant format paysager, mouvement et son, ce qui donne l’illusion d’une immersion multisensorielle, l’espace spectatoriel : une fiction est une promesse de voyage, de dépaysement [Daney 1992] tout en étant une œuvre ouverte [Eco 2015]. Cela pose la question de sa réception par les spectatrices et spectateurs. Utiliser une série suppose de réfléchir à la distance qui peut exister entre un espace diégétique (celui de l’histoire racontée) et un espace scénographique (celui du lieu de tournage) : ce qui est représenté est-il proche de la réalité ?

  • 5 L’expérience vécue indirectement par l’individu ou un groupe

27De même, le cinéma de fiction est une forme d’écriture de l’espace, subjective parfois en tension avec l’écriture géographique. Partant de l’idée que les fictions peuvent être envisagées comme des allégories géographiques, des espaces de représentation produits par des imaginations géographiques, Bertrand Pleven propose de les travailler en tant que constructions culturelles. J’invite les étudiantes et les étudiants à se placer dans le point de vue de spectateurs-géographes [Pleven 2015] dans une expérience vicariale5 [Moles 1967] : ne pouvant se rendre sur place, il faut user de truchements pour appréhender ce territoire amazonien.

28Ainsi, quelle Amazonie est donnée à voir dans Frontera Verde ? Est-on dans une « Amazoonie » sauvage, animale, sans autres humains que des Amérindiens ou des bûcherons ? Est-on dans une Amazonie menacée, comme le montrent de nombreux médias grand public ? Est-on dans une Amazonie habitée, peuplée d’une diversité d’acteurs plus proche des analyses des géographes ou d’autres scientifiques ? Dès lors, comment travailler sur un haut-lieu pour transformer des représentations et en construire d’autres plus utiles à l’enseignement pour le secondaire français ?

3.2. Utiliser une série télévisée pour entrer dans la géographie

29Pour atteindre ces objectifs, un dossier est remis aux étudiantes et étudiants qui ont confirmé leur accès à la plateforme diffusant la série. Ce dossier comprend un lien vers la série, des liens vers quatre articles universitaires sur l’Amazonie et la Colombie disponibles via la bibliothèque universitaire6, des liens vers deux autres articles scientifiques sur des acteurs absents de la série (les touristes et une association de défense de l’environnement)7, deux articles journalistiques sur la déforestation en Amazonie colombienne8, deux articles expliquant les apports de la phénoménologie à l’étude des territoires amazoniens et à la géographie9, un autre sur le concept d’antimonde10. Enfin, une série de cartes sur la Colombie et l’Amazonie complètent ce corpus ainsi d’un fond de carte vierge centré sur une large Amazonie.

30Une méthode de travail est proposée, incluant un temps de lecture de l’œuvre, un temps d’analyse à partir de questions guidant les étudiantes et étudiants vers la présence d’acteurs nombreux, de lieux spécifiques, d’espaces qui se dessinent et d’un ou plusieurs territoires en présence. Ce travail est fait en binôme à la maison. Une forme de présentation proche des épreuves du Capes est imposée : un oral de trente minutes accompagné d’un croquis et d’une page servant de support au public lors de l’oral. Il est demandé de présenter la série, son histoire mais aussi de faire ressortir les acteurs géographiques, les espaces et le ou les territoires en présence. Un regard critique sur la série est attendu, en demandant ce qui est mis en avant par les auteurs de la série, ce qui est omis, comme les éléments politiques récents, tout comme une explicitation du regard phénoménologique sur l’Amazonie par les auteurs de la série. C’est donc une entrée dans la complexité qui est attendue.

31Le temps de classe de trois heures est quant à lui utilisé à écouter une production orale de trente minutes puis à répondre à des questions posées par la représentation de l’Amazonie par la série. Ce temps de reprise permet de corriger des erreurs ou de préciser certaines informations, de revenir sur des concepts comme la phénoménologie, l’Amazonie, la géographie culturelle, l’extractivisme, les représentations. Il permet aussi de revenir sur le croquis en tant que représentation d’un territoire imaginaire figurant un réel. Il s’agit bien ici de réfléchir à l’Amazonie comme construction culturelle et de voir comment cette représentation correspond à certaines réalités.

3.3. Le regard des étudiants sur l’Amazonie colombienne entre clichés et expérience vicariale

32Dans leur retour sur la série, deux formes de représentation déséquilibrées dominent chez l’ensemble des étudiants. Dans la plupart des cas, ils ont un regard extérieur, distant, cherchant du réalisme. Ce versant réaliste révèle une Amazonie « violente », « dangereuse », « convoitée ». Un « espace de vives tensions ». Les étudiants y voient l’immensité d’un territoire « sauvage » pris « entre protection et exploitation » mais aussi une « zone de non-droit », « sans autorité étatique ». Par ailleurs un versant magique est présenté, deux fois moins évoqué dans les écrits. Il montre que les éléments sensibles (sons et musique) diffusent une vision impressionnante et mystique de la forêt.

33Dans leur exposé qui demande de relier la série aux document scientifiques, Chloé et Georges voient une Amazonie « conforme à la réalité » (titre de leur première partie) car immense, occupée de manière inégale par de nombreux acteurs en tension « sur des territoires en contact et aux frontières mouvantes ». Dans une seconde partie, ils cherchent à déconstruire le mythe d’une Amazonie « jardin d’Éden retrouvé » (citation de la série) pour montrer que c’est un territoire sur lequel sont projetées deux manières de penser ce territoire (exploiter / préserver) qui en fait aujourd’hui un antimonde.

34Leur croquis reflète la difficulté de séparer réel et imaginaire (figure 2). L’espace de la série est montré comme un isolat : un cercle vert, fermé par un trait. Le lien avec Bogotá est figuré par des pointillés. Cet isolement semble double. Chaque groupe est séparé des autres, qu’ils soient des Amérindiens dans la jungle ou des urbains séparés de la forêt par un fleuve surprenant qui forme un rectangle enserrant la ville, telles les douves d’un château fort. La série semble donc accentuer l’image d’une Amazonie déconnectée du monde. Pourtant, la force de Frontera Verde est de faire comprendre la « multitude d’acteurs » en présence. Même si Georges et Chloé les représentent de manière peu connectée entre eux, l’image d’une « Amazoonie » ne tient pas, cédant la place à un territoire disputé entre groupes. Ici, l’individu doit s’inscrire dans un collectif (Amérindiens, missionnaires, police). Ainsi, la déforestation apparaît au premier plan du croquis alors qu’elle est secondaire dans une série qui pose plus la question de la propriété de la forêt et de ses richesses.

Figure 2 – Les représentations de l’Amazonie à partir d’une série Netflix « La Frontera Verde » par Chloé et Georges.

Figure 2 – Les représentations de l’Amazonie à partir d’une série Netflix « La Frontera Verde » par Chloé et Georges.

35De son côté, le croquis d’Anna insiste sur les lieux et territoires en présence (figure 3). Elle distingue quatre types de territoires dans cette série malgré le titre posant la question d’un territoire multi-situé. Les lieux sont dépersonnalisés, ce sont des repères. Elle laisse voir le rôle structurant de l’eau plus que de la forêt et figure une rupture entre le monde rural et Puerto Manigua cerclée de rouge, un territoire incluant de nombreux marqueurs d’urbanité. Dans son croquis, elle fait une place plus grande à l’intrigue de la série (lieu des morts, arbre, territoire des bûcherons, …), montrant un choix de moins modéliser le territoire.

36On peut noter le choix dans les deux croquis de ne pas placer d’échelle, accentuant peut-être l’idée d’une forêt-isolat dans laquelle on il est difficile d’avoir des repères.

Figure 3 – La Frontera Verde : un territoire multi-situé, par Anna.

Figure 3 – La Frontera Verde : un territoire multi-situé, par Anna.

Conclusion : Construire un discours sur l’Amazonie à partir d’une série et dépasser l’impression de réel

37Partir d’une série, d’un discours sur un territoire est risqué. C’est une expérience complexe et à distance de la forêt. La série tente de transmettre la chaleur, l’eau, l’humidité permanente mais aussi les sons des oiseaux, la lenteur de la circulation sur le fleuve et ses bras ou encore une circulation dans la forêt relativement simple. C’est aussi une expérience de l’altérité. Frontera Verde nous met à hauteur humaine pour découvrir les Amérindiens, les indigènes, leur diversité : à côté de ce ceux qui sont intégrés à l’État et au monde urbain, il y en aurait d’autres, toujours sauvages et reliés à la nature. L’histoire nous ouvre aussi sur une région de la Colombie où les règles, le droit ne sont pas les mêmes que dans le reste du pays. Un territoire construit patiemment par des rencontres de personnes qui imagent des espaces en lien les uns avec les autres, parfois pacifiquement, souvent de manière plus rugueuse. L’intérêt de la série réside ici, dans cette capacité à montrer cette construction progressive et complexe.

38L’Amazonie est pour l’héroïne une expérience de soi. La forêt révèle à Helena son histoire, son enfance, ses parents morts quand elle était petite. Elle doit désapprendre à se comporter comme une urbaine pour (re)devenir une autre personne, ouverte à des relations moins objectives. Cette expérience se fait principalement par le fait de se perdre. Tous le font sauf le chamane Yua. On s’y perd au sens propre, car la forêt est un territoire qui nous apparaît comme sans repère, sans temps, sans fin. C’est une expérience violente qui nécessite de passer par des états complexes comme la magie, de connaître des états seconds, des transes, via des substances (la chuchuwasa, boisson « relaxante » ou une autre boisson noire et amère qu’Ushe fait boire qui donne accès aux mondes parallèles). Enfin, être dans la forêt, c’est aussi une expérience phénoménologique. C’est « être la forêt ». Les auteurs nous montrent une connexion forte entre Yua et la manigua, la selva. Comme l’annonce la récitation introductive, le chamane est la forêt, il doit la protéger comme elle le protège quand il devient invisible sous les racines ou dans l’eau. Ces auteurs nous montrent aussi des croyances entre Occident et mondes chamaniques : les missionnaires de l’Église d’Éden sont ouvertes au syncrétisme religieux, le nazi Schultz est attiré par les croyances chamaniques, pour accéder à l’éternité.

39Ces expériences, conscientes ou non lorsque nous regardons la série, influencent notre lecture de l’Amazonie. L’enjeu du travail avec les étudiantes et les étudiants est de repérer ces influences, de prendre du recul sur ce qui est montré et qu’elles et ils analysent. C’est aussi de confronter deux lectures individuelles à des écrits scientifiques. Le projet a été ambitieux. Les mieux armés ont découvert avec plaisir que l’on peut porter un regard distancié et scientifique sur une série obscure et classique sur la forme et le fond. La découverte de la phénoménologie, l’usage de la géographie et de ses concepts (acteurs, habiter, espace, territoire, réseau, ...) comme levier d’étude d’une série et d’un territoire comme l’Amazonie, la nécessité de cartographier et de présenter un oral ont été des moments clés de ce temps de travail. Dans la logique socio-constructiviste de ce travail et du semestre, j’ai poussé les étudiantes et étudiants à créer leurs outils de lecture et d’analyse géographiques pour appréhender les questions aux concours et non d’entrer seulement par des savoirs.

40Enfin, cette séquence a permis de dépasser l’image d’une « Amazoonie » ou d’une Amazonie réduite à la déforestation de la géographie grand public (revues et reportages audio-visuels). L’apport scientifique par l’habiter a également poussé à comprendre que ce territoire est en grande partie une construction humaine : son nom, son organisation, son exploitation, sa relation au reste des territoires nationaux sont avant tout des données sociales et culturelles avant d’être des données naturelles, même si celles-ci restent des supports utiles pour appréhender les enjeux complexes qui s’y jouent.

Haut de page

Bibliographie

BEUF, A. (2021) – « La géographie conflictuelle de la Colombie de l’Après-Accord de Paix. », L'Information géographique, vol. 85, n°4, pp. 20-36, https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2021-4-page-20.htm

BONNEMAISON, J. (1990) – « Vivre dans l'île », L’Espace géographique, n° 1990-2, p. 119-125, https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1990_num_19_2_2961.

CORTES, G. & PESCHE, D. (2013) - « Territoire multisitué », L’Espace géographique, vol. 42, n°4, pp. 289-292, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2013-4-page-289.htm

DANEY, S. (1992) - Itinéraire d’un ciné-fils, entretiens avec Régis Debray, réalisation P.-A. Boutang et D. Rabourdin, DVD, éditions Montparnasse.

DENMAT, P. (2021) – « Les séries télévisées ou la réécriture de la ville : regards croisés entre Johannesburg et New York », Annales de géographie, n° 739-740, p. 17-37, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2021-3-page-17.htm

DESCOLA, P. (2005) – Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 640 p.

DROULERS, M. (2004) – L’Amazonie, Vers un développement durable. Paris, Armand Colin (Coll. «U – Géographie»), 224 p.

ECO, U. (2015) – L’œuvre ouverte, Paris, Points, Essais, 320 p.

FLEURY M.-F. (2000) – « Aborder l'Amazonie. », L'information géographique, vol. 64, n°2, pp. 155-163, https://www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_2000_num_64_2_2695

GIRAUT, F. (2013) – « Territoires multisitués, complexité territoriale et postmodernité territoriale : apports croisés des expressions et des concepts », L’Espace géographique, vol. 42, n°4, pp. 293-305, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2013-4-page-293.htm

JOLLANT, N. (2019) – L’Amazonie comme identité, géographie imaginaire et cartographie littéraire au Brésil du XIXe siècle. Le vécu au service de l’imaginaire. Littératures. Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III, 408 p.

MOLES, A. (1967) – Sociodynamique de la culture. La Haye, Mouton, 344 p.

PLEVEN B. (2015) - « Horizons géographiques du cinéma de fiction », Géographie et cultures, n° 93-94, pp. 189-216, https://journals.openedition.org/gc/3958

ROH F. (2013 – 1925) – Postexpressionnisme, réalisme magique : problèmes de la peinture européenne la plus récente, Dijon, Les Presses du réel. 240 p.

RUGGIERI, C. (2014) – « Vu / Le générique de House of Cards : la caution géographique de la série ? », Urbanités, https://www.revue-urbanites.fr/les-villes-americaines-la-gare-dunion-station-a-washington-d-c-une-gare-au-coeur-du-pouvoir/

STASZAK J.-F. (2014) – « Géographie et cinéma : modes d'emploi », Annales de géographie, n° 695-696, pp. 595-604, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2014-1-page-595.htm

VEREECKEN, A. (2021) – « Colombie : une nuit sans fin ? », La Revue Nouvelle, n° 7, pp. 9-19.

WINCKLER, M. (2005) – Les miroirs obscurs : grandes séries américaines d’aujourd’hui, Paris, Au diable Vauvert, 462 p.

Haut de page

Notes

1 Le rapport du jury du Capes précise que 78 % des candidats avaient suivi des études d’histoire, 13 % des études de géographie, les 9 % restant d’autres études.

2 En réalité Leticia, ville frontalière entre la Colombie et le Brésil, à l’extrême sud de la Colombie, 48 000 habitants en 2020

3 Relatif à la diégèse, à l'espace-temps dans lequel se déroule l'histoire proposée par la fiction d'un récit, d'un film.

4 https://ejatlas.org/country/colombia

5 L’expérience vécue indirectement par l’individu ou un groupe

6 Aparecida de Mello-Thery, N. (2016) - « L’Amazonie entre les myriades d’expériences et les politiques publiques dominantes », Confins [mis en ligne le 21 février 2016, http://journals.openedition.org/confins/10749] ; Rouiai N. & Margueritte L. (2018) - « L’Amazonie, sanctuaire écologique et manne économique », Carto n° 51, novembre-décembre 2018 [https://www.areion24.news/2019/06/19/lamazoniesanctuaire-ecologique-et-manne-economique/] ; Lopez C.-L. , Chapitre 5. « Amazonie et conflit armé en Colombie », in : Tourrand J.-F., L'Amazonie. Un demi-siècle après la colonisation. Versailles, Éditions Quae, « Hors collection », 2010, p. 69-82. [https://www.cairn.info/l-amazonie—782759203260-page-69.htm]; Guerrero Bernal J.-C. et Basset Y., "Pauvreté et clientélisme électoral en Colombie", CERISCOPE Pauvreté, 2012 [http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part2/pauvrete-etclientelisme-electoral-en-colombie]

7 Pour le WWF : https://www.wwf.fr/espacesprioritaires/amazonie ; Pour l’agence de tourisme : https://www.arawak-colombie.com/lamazonie-colombienneimmersion-dans-la-mythique-foret-amazonienne/

8 Proenza A., « En Colombie, la déforestation sur le billot », Libération, 21 août 2019 [https://www.liberation.fr/planete/2019/08/21/en-colombie-la-deforestation-sur-le-billot_1746497/] Poujade O., Incendies et déforestation : Brésil et Colombie, deux approches de l'Amazonie, 06/09/2016 [https://www.franceinter.fr/incendies-et-deforestation-bresil-et-colombie-deux-approches-de-l-amazonie]

9 Boetsch G., Entretien avec Philippe Descola, Corps, 2007/2 (n° 3), p. 5-11. [https://www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2007-2-page-5.htm]; Hoyaux, A.-F., « Phénoménologie et géographie » [https://artxiker.ccsd.cnrs.fr/UMR5319/halshs-00380150v1]

10 Marty P. « Le coté obscur de l'espace. Pour une application du concept d'anti-monde à la forêt privée ». In: Espace géographique, tome 29, n°2, 2000. pp. 137-149. [Ne lire que la première partie de l’article, pages 137 aà 140][https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_2000_num2_1986]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les zones de la déforestation en Colombie mesurées par l’IDEAM en janvier-mars 2022
Légende Note de l’auteur : la région de Leticia est à l’extrême Sud-Est, aux confins Brésil-Pérou.
Crédits (source : site internet de l’IDEAM).
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 – Les représentations de l’Amazonie à partir d’une série Netflix « La Frontera Verde » par Chloé et Georges.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 3 – La Frontera Verde : un territoire multi-situé, par Anna.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Bunnik, « Utiliser la série télévisée Frontera Verde pour se représenter le territoire amazonien »Bulletin de l’association de géographes français, 100-4 | 2023, 496-512.

Référence électronique

Benoît Bunnik, « Utiliser la série télévisée Frontera Verde pour se représenter le territoire amazonien »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 100-4 | 2023, mis en ligne le 30 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/11748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.11748

Haut de page

Auteur

Benoît Bunnik

PRAG à l’université de Corse, doctorant au laboratoire EMA (Cergy Université) – Courriel : bunnik_b[at]univ-corse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search