Navigation – Plan du site

AccueilNuméros100-4I – Territoires en sériesUne « dramaturgie géopolitique » ...

I – Territoires en séries

Une « dramaturgie géopolitique » : l’exemple du Groenland dans la série télévisée danoise « Borgen »

A “geopolitical dramaturgy”: the example of Greenland in the Danish TV drama Borgen
Benoît Raoulx
p. 513-531

Résumés

Dans cet article, nous allons analyser la série télévisée « Borgen » (Danemark, 2010-2013 et 2022) comme exemple d’application du champ des «  popular geopolitics ». A partir des spatialités, nous focaliserons sur la façon dont cette série reconstruit une «dramaturgie géopolitique ». En particulier nous insisterons sur la relation coloniale Danemark-Groenland. Ces séries offrent une mise à distance du réel, qui, en retour, peuvent contribuer à l’étude des enjeux géopolitiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’introduction des coordinateurs de ce numéro par Pierre Denmat, Bertrand Pleven et Marie-Laur (...)

1Les séries télévisées ont pris une place croissante dans la culture de masse et suscitent l’intérêt des chercheurs en sciences sociales et humaines, y compris des géographes1. Nous prendrons comme étude de cas la série danoise Borgen qui a pour originalité d’avoir été composée de trois saisons successives (2010-2013) puis d’une quatrième près de dix ans après, en 2022, où la narration place la focale sur le Groenland. Elle nous paraît intéressante dans la mesure où elle constitue un exemple de transposition d’enjeux géopolitiques dans l’univers sériel. Les séries nordiques sont souvent regroupées sous l’étiquette commode de « Nordic noir » [Serisier, 2017, Chow & al. 2020]. Elles sont toutefois de nature différente – Borgen présente l’originalité d’être plutôt une série géopolitique qui travaille les rouages et les enjeux du pouvoir.

1. La démarche des popular geopolitics et la convergence des approches disciplinaires

2Le champ des popular geopolitics traite de l’importance de la culture de masse dans la construction des catégorisations et des discours géopolitiques. Il rejoint notamment les travaux de John Agnew [Agnew 2003] autour de la visualisation/catégorisation du monde. Les popular geopolitics ont largement traité des productions cinématographiques ; toutefois, cette expression est extrêmement vaste, allant des représentations filmiques aux réseaux sociaux et, aujourd’hui, jusqu’aux effets sur le vécu de groupes culturels ou sociaux [Dodds 2007, 2015]. Cela, finalement, rejoint largement des approches développées en sciences de l’information et de la communication, en sociologie, en philosophie, en sciences politiques [Lefebvre & Taïeb 2020], en géographie culturelle [Borzakian & Rouiaï 2023, Pleven 2014], ou encore en géographie sociale et en visual media studies qui questionnent les relations entre les normes du pouvoir et les spatialités dans la culture de masse [Dickason & Raoulx 2007]. L’audiovisuel est un champ interdisciplinaire privilégié du fait de la multiplicité des strates dans les récits et des regards des spectateurs, qui abordent les images en fonction de leur cadre de référence. Si les travaux fondateurs de Gardiès sur l’espace au cinéma [Gardiès 1992] peuvent en partie s’appliquer sur une série (en considérant l’espace inscrit dans la diégèse), les séries, développées pour la télévision et les plateformes numériques, en différent par de nombreux aspects tant dans l’écriture que dans les modalités de diffusion et de réception.

3Ainsi, les séries et les feuilletons (ou « fictions plurielles » [Sepulchre 2017]) ayant une dimension réaliste forte et inscrites dans le monde contemporain comme Borgen, permettent par leur rythme, la récurrence des épisodes et des saisons, un jeu avec le réel. Comme le remarque Jean-Pierre Esquinazi [in Sepulchre 2017, op.cit.], il y a une proximité constitutive entre la télévision et le réel. Dans une série, le « géopolitique » est d’abord construite par l’« actualité » c’est-à-dire tel que le réel est un réel performé par les médias audiovisuels.

4On peut déceler plusieurs strates dans Borgen. En raison de la taille de l’article, nous focaliserons sur l’unité du Royaume et sur la question coloniale danoise, qui est une thématique au cœur de cette saison. Nous partons d’un bagage en géographie sociale, en considérant que l’espace est un ensemble de productions sociales - de spatialités - à plusieurs degrés, dont l’une parmi d’autres est l’espace-écran [Raoulx 2004, Dickason & Raoulx 2007]. Nous évoquerons des éléments de contexte qui en creux s’inscrivent dans la narration et la façon dont laquelle l’actualité -au sens évoqué plus haut- est mobilisée dans la dramaturgie. Nous placerons quelques vignettes extraites d’épisodes qui illustrent certains éléments du dispositif narratif.

2. Borgen : un regard sur le pouvoir

  • 2 La version originale n’a pas de sous-titre ; le titre est très évocateur pour le public danois.

5Borgen, sous-titrée en français « une femme au pouvoir »2, pour les trois premières saisons, signifie « Le château » en danois, appellation commune de Christiansborg, qui est à la fois le siège du gouvernement, du parlement danois et de la cour suprême. Les trois premières saisons ont été produites par la chaîne publique danoise Danmarks Radio (DR), d’abord pour une audience danoise, avant de connaître un grand succès à l’international en Europe notamment (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie), où elle a reçu de nombreux prix. Cette série conçue par Adam Price met en en scène l’exercice du pouvoir par une première ministre centriste, Birgitte Nyborg Christensen, première femme à occuper ce poste au Danemark.

6Borgen est originale à plus d’un titre. Elle est devenue largement commentée par les politiques au Danemark, mais aussi ailleurs en Europe. Les auteurs ont, en effet, largement écrit la série en s’appuyant sur le fonctionnement des sphères politique – le nombre de partis politiques a été réduit et leur nom a été changé – et médiatique danoises, ce qui a facilité des rapprochements avec la réalité et a suscité nombre de commentaires sur le lien entre la série et la vie politique danoise : par exemple, la sortie de la série a précédé d’environ un an la nomination de la Première ministre femme au Danemark, ce qui a donné une certaine aura à Borgen.

7Cette série a duré trois saisons, puis a connu une nouvelle saison après une ellipse de près de 10 années, ce qui est inhabituel pour ce genre de produit (3 saisons de 10 épisodes, 2010-2013 et une saison de 8 épisodes diffusée en 2022). Si les trois premières saisons de la série sont constituées d’épisodes qui chacun font une histoire, la saison 4 se rapproche d’un feuilleton, la narration se déployant à travers la saison : les relations dano-groenlandaises sous tension, d’une part, par le gouvernement groenlandais indépendantiste- d’autre part, par les grandes puissances : Chine, Russie, États-Unis. Ces dernières années, l’Arctique a fait souvent l’objet d’un intérêt médiatique en raison des enjeux énergétiques (pétrole, minerais) et des questions environnementales (réchauffement climatique, route maritime du Nord). La quatrième saison « surfe » sur cet intérêt en imaginant la découverte d’un méga-gisement de pétrole à l’ouest du Groenland, en baie de Disko. La perspective d’exploitation constitue le support d’une dramaturgie, les indépendantistes voyant là l’occasion de s’émanciper de la tutelle danoise et de ses subventions. Chaque pays essaye d’avancer ses pions ; le gouvernement danois d’abord hostile à son exploitation en raison de ses engagements environnementaux essaye de garder son influence -tout en étant dépendant des États-Unis.

  • 3 Les prospections off shore au large du Groenland ont été abandonnées et le gouvernement groenlandai (...)

8Dans la réalité, les enjeux ont porté sur d’autres ressources3 et ont impliqué surtout des velléités chinoises dans l’exploitation d’uranium et dans l’agrandissement des aéroports, qui ont été contrées par les intérêts danois et étatsuniens. De plus, les sociétés russes ne se sont pas risquées à investir au Groenland, glacis étatsunien, et ont consacré leurs investissements au développement des vastes gisements sibériens. Cette transposition permet toutefois de réunir dans la dramaturgie plusieurs grandes puissances actives dans l’Arctique. D’autres strates sont présentes dans la série, notamment la question coloniale danoise.

9On peut ainsi qualifier Borgen de géopolitique, par le jeu des spatialités du pouvoir, de l’échelle du corps (des personnages) à l’échelle internationale.

3. Une ellipse de dix années qui prend du sens dans la narration

10Le hiatus de près de dix années entre les saisons 3 et 4 de Borgen constitue une ellipse. Nous utilisons le terme ellipse, couramment utilisé dans le récit pour signifier une saute de temps, car ce creux n’est pas en dehors de la narration et contribue à faire entrer le « monde réel » comme élément structurant de la dramaturgie.

11Le personnage de Birgitte Nyborg a changé de statut - elle est désormais la Ministre des affaires étrangères (et sous la coupe d’une première ministre « travailliste » – social-démocrate – Signe Kragh, très habile) ; le corps fatigué (elle a 53 ans, est divorcée, et déclare dans l’épisode 3 : « mon lit est mon bureau »). La série dresse un portrait assez sombre de l’exercice du pouvoir, des compromissions et des renoncements. Dans la saison 4, le personnage de la journaliste vedette, Katrine Fønsmark, qui a connu une promotion comme directrice de la rédaction de l’information de TV1 (la chaîne publique) devient un personnage plus important ; elle est elle-même en proie au vieillissement et aux doutes. Le « retour » des personnages et acteurs principaux après une décennie permet au spectateur de retrouver des figures familières : lui aussi, du moins celui qui a vu les premières saisons, a vieilli...

12Pourquoi ce retour d’une série après dix ans, ce qui est inhabituel ? Dans la première saison (2010) le Groenland concerne un seul épisode (épisode 4). Pour les 100 jours de son gouvernement, Birgitte Nyborg doit trouver un évènement médiatique : elle propose de se rendre au Groenland. Le conseiller lui répond : « J’espérais quelque chose de plus sexy » (Saison 1, épisode 4). L’intérêt international pour cette dépendance du Danemark a largement grandi depuis [Raoulx 2019, Rival 2022].

13Les perspectives d’indépendance et l’intérêt pour les ressources minérales ont placé Nuuk comme un petit « hub » diplomatique [Pram Gad 2022]. L’idée du nouveau Borgen est liée à une rencontre entre l’homme politique danois Martin Lidegaard et le créateur de la série, Adam Price. Martin Lidegaard est membre du parti Radikal Venstre (parti centriste très souvent présent dans les gouvernements danois constitués de coalitions) ; il a été ministre danois des Affaires étrangères (2011-2014) puis du climat et de l’énergie et de la construction (2014-2015) dans les gouvernements alors dirigés par la première femme à être Première ministre, Helle Thorning-Schmidt (social-démocrate). Familier du Groenland, Martin Lidegaard s’est souvent exprimé sur la place du Royaume dans l’Arctique et sur l’évolution des liens avec les deux territoires autonomes, le Groenland et les îles Féroé [Lidegaard, 2019]. La nouvelle saison marque aussi l’internationalisation de la production et de la diffusion selon des logiques privées : la chaîne publique DR est partenaire avec la société de production d’Adam Price de la plateforme numérique Netflix.

14Borgen a par ailleurs mobilisé comme acteur Svend Hardenberg, qui joue le rôle du Ministre des affaires étrangères et des matières premières du Groenland, Hans Eliassen. Or, Svend Hardenberg - qui a manifesté son soutien à l’indépendance - a été Chef de cabinet de la Première ministre Aleqa Hammond - première femme a occupé ce poste au Groenland - du parti social-démocrate Siumut en 2013-2014. La série s’appuie sur une analyse des relations politiques entre les gouvernements danois et l’exécutif groenlandais, mais aussi des tensions au sein de ce dernier.

4. La construction de l’actualité géopolitique par la multiplication des écrans 

15La saison 4 cherche à coller aux évolutions récentes, en accentuant encore la présence des écrans et des médias. La façon de faire la politique change entre les troisième et quatrième saisons distantes d’environ 10 années : on assiste à la multiplication des écrans, de la télévision (fig. 1) aux autres formes de communication et d’information (saison 4). Les écrans des smartphones (SMS, les réseaux sociaux) deviennent importants dans la façon de « faire la politique ».

Figure 1 – D’après Borgen, extrait du générique de la saison 1 qui présente les écrans de la régie de TV1 sur lesquels défilent des images extraites de la série.

Figure 1 – D’après Borgen, extrait du générique de la saison 1 qui présente les écrans de la régie de TV1 sur lesquels défilent des images extraites de la série.

16Les scènes en voiture, qui permettent de passer d’une séquence à une autre, ne constituent pas un temps mort entre deux scènes : l’auto est ainsi en quelque sorte un micro espace-temps géopolitique avec le téléphone et les SMS, qui sont présents tout le temps et en tout lieu, et relancent souvent l’action. L’espace-écran lui-même devient une spatialité constitutive de la mise en scène des séries, par une forme de mise en abymes : les informations des chaînes d’information en continu et les réseaux sociaux constituent le « réel » (l’actualité) dans la fiction.

17La carte dans l’écran s’inscrit dans le même cadre et produit aussi un effet de réel. Dans Borgen c’est l’écrasement d’un drone attribué à un sous-marin russe dans le nord du pays qui mobilise la patrouille danoise en traîneaux à chiens, la patrouille Sirius (fig. 2). Dans un film ou dans une série, la carte « fonctionne » quand elle est énoncée par un personnage, par le geste et la parole, montrant que l’incarnation est nécessaire pour construire les spatialités de la narration, mais elle est ici avant tout convoquée dans un dispositif de monstration. Le spectateur est déjà familier des « cartes médiatiques » mobilisées rhétoriquement dans les actualités [Raoulx 2006] renforçant ainsi cet effet du réel. Dans une série, l’actualité, production au second degré d’un espace-écran dans un espace-écran, tend à effacer le médium et produit un effet de réel plus convaincant ; cela reprend un dispositif similaire courant dans les journaux télévisés. La figure de la monstration est courante dans les journaux télévisés : par exemple, lors des points de presse, un haut-gradé décrit avec une baguette les opérations militaires. Les canaux d’information en continu recourent aussi beaucoup à des cartes pour renforcer l’actualité d’un phénomène.

Figure 2 – D’après Borgen, Saison 4, épisode 6. Rasmus G. Lunbæk, haut-fonctionnaire danois, explique au gouvernement le lieu d’accident d’un drone soupçonné appartenir à l’armée russe qui s’est écrasé au nord-est du pays.

Figure 2 – D’après Borgen, Saison 4, épisode 6. Rasmus G. Lunbæk, haut-fonctionnaire danois, explique au gouvernement le lieu d’accident d’un drone soupçonné appartenir à l’armée russe qui s’est écrasé au nord-est du pays.

18La médiatisation des rapports de pouvoir et de leurs spatialités (le discours géopolitique), leur mise en scène dans l’espace-écran par la télévision, les réseaux sociaux, etc. amènent à envisager le champ géopolitique comme une forme de dramaturgie, source d’inspiration pour la réalisation de séries qui à la fois s’appuient sur le réel médiatisé (l’actualité) et sur d’autres figures propres à la fiction télévisée, comme la métaphore.

5. Le générique : de la conquête du pouvoir au déchirement du Royaume de Danemark

19Les génériques de séries sont aussi intéressants : ils énoncent l’univers que va rencontrer le spectateur. Ceux de la saison 1 (fig. 3) et de la saison 4 de Borgen (fig. 4 et 5) constituent deux mises en scène géopolitiques très différentes, qui fonctionnent avec des dimensions métaphoriques.

20Dans la saison 1, la silhouette de Birgitte Nyborg s’impose ; elle apparaît conquérante et la musique accompagne la conquête du pouvoir. Christianborg apparaît par des formes géométriques, une sorte d’échiquier sur laquelle elle avance, décidée.

21Le générique de 2020, de la saison 4, suggère une ambiance très différente et entrelace des dimensions multiples qui sont travaillées dans la narration ; elle focalise moins sur le personnage de Birgitte qui apparaît en particulier par un plan rapproché de son visage et qui se tourne vers le spectateur. Les autres personnages sont davantage présents dans ce générique en tant qu’individualités, ce qui montre l’attention accordée aux personnages secondaires : de façon paradoxale Birgitte reste une figure centrale par son propre effacement.

Figures 3 et 4 – D’après Borgen. Le générique de la saison 1 de Borgen (2010) (en bas) et celui de la saison 4 de Borgen (2020) (en haut).

Figures 3 et 4 – D’après Borgen. Le générique de la saison 1 de Borgen (2010) (en bas) et celui de la saison 4 de Borgen (2020) (en haut).

Figure 5 – D’après Borgen. La dernière image du générique de la saison 4 de Borgen (2020) où est inscrit le sous-titre danois de la série.

Figure 5 – D’après Borgen. La dernière image du générique de la saison 4 de Borgen (2020) où est inscrit le sous-titre danois de la série.
  • 4 Notre traduction. Contrairement aux trois premières saisons, cette saison fait l’objet d’un sous-ti (...)

22Le générique articule différents niveaux, de l’individu aux questions du Royaume. Ainsi les images s’enchaînent en montrant les glaces d’une banquise qui se fragmente, fond sur lequel apparaissent et disparaissent des visages, des lieux ; la musique avec la présence de cordes est plus nostalgique. Ce générique s’appuie sur une correspondance métaphorique : l’idée selon laquelle le pouvoir et la volonté de Birgitte se délitent, mais aussi l’unité du Royaume de Danemark. La dernière image du générique est très explicite : la glace telle une feuille de papier se déchire ; apparaît le sous-titre danois « Riget, magten og æren » (« Le Royaume, le pouvoir et l’honneur 4»), annonçant les craquements dans l’unité du Royaume.

23Cette dimension géopolitique apparaît beaucoup plus forte pour le public danois que pour une audience étrangère ; le sous-titre de la version française est simplement « Le pouvoir et la gloire ». Le terme de riget (qui peut désigner un royaume ou un empire) fait référence au Royaume de Danemark (Le Royaume : Kongeriget) et surtout au terme de Rigssfællesskab (« communauté du royaume »). De plus en plus, est mobilisée l’expression de Rigsfællesskab pour désigner les trois territoires du Royaume de Danemark (Danemark, îles Féroé, Groenland). Riget renvoie à « L’État » (au Royaume en l’occurrence) et fællesskab à « communauté ». Du côté français, cette notion n’a pas d’équivalent car on distingue toujours la « métropole » des collectivités d’outre-mer (dont les statuts sont très variés). Le Danemark constitue un ensemble politique réunissant trois pays (lande). Le terme pourrait faire penser au Commonwealth, mais il ne s’agit pas de pays indépendants. On ne peut pas non plus considérer le Danemark comme un état fédéral ; les autonomies ne sont pas ancrées dans la Constitution (1953).

24Le terme de Rigsfællesskab renvoie largement, toutefois, à une incantation : il est mobilisé quand il s’agit de la place du Danemark dans l’Arctique (et exclusivement quand cela concerne les deux territoires nord-atlantiques) et n’a pas de fondement constitutionnel. Ce terme a été très largement promu par les Gouvernements danois après le statut d’autonomie renforcée du Groenland en 2009, en particulier sous la coalition de droite de Lars Løkke Rasmussen (2015-2019) [Breum 2018]. Or, les indépendantistes groenlandais et féringiens voient dans l’idée de Rigsfællesskab un stratagème danois pour garder le contrôle sur les affaires étrangères. Ces tensions se manifestent par l’absence d’une nouvelle stratégie arctique du Rigsfællesskab après celle de 2011-2020 [Olesen & al. 2020] qui aurait due déjà être publiée en 2021 ; le gouvernement des Féroé a depuis élaboré la leur de façon unilatérale, mais les liens entre le Danemark et les îles Féroé n’ont pas le passif colonial de la relation entre le Danemark et le Groenland.

6. Les dimensions dramaturgiques des tensions du triangle Danemark/Groenland /États-Unis

25Les questions de sécurité communes sont complexes car elles impliquent directement une puissance tiers : les États-Unis, qui influencent les relations internes du Royaume, ce que travaille la série.

26Un épisode, le numéro 4 de la saison 1, traite d’ailleurs spécifiquement des relations entre le Danemark, le Groenland et les États-Unis à l’occasion d’une affaire révélée par la journaliste vedette de la chaîne publique TV 1, Katrine Fønsmark, au moment des 100 jours du gouvernement : le transfert de prisonniers supposés terroristes par l’armée étasunienne via la base militaire étasunienne de Thule (Thule Air Base), située au nord-ouest du Groenland. Le personnage du Premier ministre groenlandais rappelle à Birgitte Nyborg le déplacement il y a 60 ans du village localisé à Dundas en raison de l’établissement de la base militaire de Thule, point de friction entre les autorités groenlandaises et le Danemark. Cette intrigue fait référence aux relations entre les deux pays, qui ont donné lieu par le passé à des transgressions des accords de défense connues des autorités danoises (comme la présence de bombes nucléaires dans la défense aérienne stationnée à Thule). Pour cet épisode, Borgen s’inspire d’une affaire liée à la politique étasunienne au Moyen-Orient. La CIA aurait transféré des prisonniers pour Guantánamo, au mépris des conventions internationales, en 2001, mais à l’aéroport de Narsarsuaq, au sud du Groenland. Les zones d’ombre, les personnages interlopes - un ancien officier de l’armée danoise contacte TV1 puis décède dans des conditions mystérieuses - rapproche la série pour un épisode d’une ambiance de thriller (Fig. 6). Thule est un lieu d’autant plus intriguant qu’il est présent uniquement hors-champ tant la saison 1 que la saison 4.

  • 5 C’est le cas du stationnement d’armes nucléaires sur le territoire danois (que refusait officiellem (...)

27Les relations dano-étatsuniennes sont souvent marquées par une collaboration, mais aussi par la méfiance (« les meilleurs alliés des États-Unis » est une antienne qui revient souvent dans la série) et c’est le cas en réalité ; les États-Unis n’informent pas le Danemark des décisions -ou le gouvernement danois déclare ne pas les connaître5.

  • 6 « Le Groenland n’est pas à vendre. Le Groenland appartient aux Groenlandais » a rétorqué la Premièr (...)

28L’analyse des relations permet à Borgen de poser des dimensions fictionnelles qui sont vraisemblables, par transposition dans la fiction de tensions de fond. La proposition de Donald Trump durant l’été 2019 d’acheter le Groenland au Danemark, qui a créé un incident diplomatique avec le gouvernement danois, est assez révélatrice des jeux de miroir entre la série et l’actualité6. Cette réminiscence de la doctrine de Monroe s’inscrit dans d’une vision territorialiste ancrée dans l’histoire expansionniste des gouvernements des États-Unis, qui avaient longtemps convoité le Groenland. Cette idée doit être mise en perspective avec le rachat des îles Vierges danoises (Danske Vestindien), située dans la Caraïbe, en 1917. Le gouvernement des États-Unis se serait alors engagé à ne pas remettre en cause la souveraineté danoise au Groenland. En 1946, toutefois, le Gouvernement des États-Unis avait proposé d’acheter le Groenland, après plusieurs velléités au cours du siècle précèdent (l’armée étatsunienne avait développé des bases sur la côte ouest durant la Seconde Guerre mondiale alors que le Danemark était occupé par l’armée allemande). En mettant de côté le point essentiel, à savoir le point de vue impérialiste qui « oublie » les Groenlandais, on peut se demander l’intérêt d’« acheter le Groenland » au-delà d’une forme spectaculaire de mise en garde à destinations des autres puissances qui convoitent les ressources minérales comme la Chine – les États-Unis contrôlent de fait militairement le Groenland, qui constitue une sorte de glacis protecteur de l’Amérique du Nord. Cette présence militaire est liée à l’accord de défense de 1951 qui fait suite à l’adhésion du Danemark à l’OTAN dès sa création en 1949 - et qui a permis l’établissement de la base aérienne de Thule.

29Donald Trump, suite aux réactions concernant sa proposition, a posté un photomontage sur son compte Twitter montrant une Trump Tower sur un village groenlandais (août 2019) (fig. 6). La proposition d’achat a suscité un grand nombre de caricatures tant au Danemark qu’aux États-Unis.

Figure 6 – Un autre volet des « popular geopolitics », les réseaux sociaux. Le photomontage posté par le président des États-Unis Donald Trump en 2019.

Figure 6 – Un autre volet des « popular geopolitics », les réseaux sociaux. Le photomontage posté par le président des États-Unis Donald Trump en 2019.

30Dans l’épisode de la saison 1 (épisode 4, 2010), la journaliste Katrine Fønsmark, suite à la volonté du gouvernement danois d’associer les Groenlandais à la politique de défense, annonce en direct l’annulation de la visite du président des États-Unis au Danemark (fig. 7).

Figure 7 – D’après Borgen (saison 1, épisode 4, 2010).

Figure 7 – D’après Borgen (saison 1, épisode 4, 2010).

31En 2019, Donald Trump annule la visite prévue en septembre au Danemark en raison des réactions très négatives quant à sa proposition.

32Si le réel semble « rattraper » voire « dépasser » la fiction, c’est que les auteurs de la série ont élaboré une dramaturgie travaillée à partir d’une analyse des tensions du triangle Danemark/Groenland/États-Unis… mais aussi que les médias sont devenus désormais structurant du champ géopolitique.

7. Un regard sur la question coloniale au Danemark

33La série travaille la mémoire de la colonisation danoise - dimension plus évocatrice pour les audiences danoise et groenlandaise que d’autres publics, moins familiers de cette question, qui ne peut percevoir des dimensions propres aux dialogues en danois.

  • 7 Le peuplement nordique au sud-ouest du Groenland venu d’Islande au Moyen Âge a disparu au cours du (...)

34Les Danois se sont rarement considérés comme une puissance colonisatrice en comparaison avec d’autres pays européens. Pourtant, dans le sillage des Hollandais, le Danemark, a bien un passé colonial ; il est souvent méconnu et la colonisation du Groenland est vue parfois avec un certain paternalisme. En fait, dans la longue durée, le Groenland doit être considéré comme la pièce d’un territoire politique constitué, d’une part, des marges nord-atlantiques européennes (la Norvège, l’Islande et les îles Féroé sous domination danoise) issues des expansions médiévales, et, d’autre part, de dépendances coloniales accompagnant l’essor du capitalisme marchand, au cours des XVIIème et XVIIIème siècle (aux Antilles, en Afrique, en Asie et au Groenland). Le Groenland, colonisé à partir de 1721 avec la mission du pasteur Hans Egede (fondation de Godthaab, aujourd’hui Nuuk, la capitale)7 s’inscrit dans un ensemble dont font aussi partie les îles Vierges danoises jusqu’en 1917. Une politique ambitieuse de « modernisation » (urbanisation, développements d’infrastructures) est mise en œuvre au Groenland dans les années 1960 dont l’objectif est de faire parvenir les habitants à un niveau de vie danois. Cette politique (« G.60 ») a amené à un « choc culturel » : ces transformations profondes ont considérablement marqué les Groenlandais, dont Borgen se fait l’écho, tant dans la saison 1 que dans la saison 4.

  • 8 Le Groenland a obtenu alors le statut de Pays et Territoire d’Outre-Mer associé.

35En 1979, le Groenland obtient le statut d’autonomie (hjemmestyre en danois), ce qui marque le début de construction d’un État groenlandais [Dahl 1986]. Cela amène le Groenland à sortir de la CEE, après référendum, ce qui sera effectif en 1986, donnant ainsi une marge d’action plus grande par rapport au Danemark dans la volonté de contrôler les ressources halieutiques, alors que la pêche industrielle est en essor 8. La montée du sentiment séparatiste depuis lors a eu pour effet la création d’une autonomie renforcée (Selvstyre) en 2009 qui reconnaît notamment aux Groenlandais, d’une part, les droits du sous-sol, d’autre part, la possibilité d’indépendance en tant que nation. Toutefois, la question de la place du Groenland dans les affaires étrangères et la défense a été souvent débattue ; progressivement l’exécutif groenlandais est intégré dans les affaires le concernant.

36La première saison de Borgen est contemporaine de l’accession du Groenland au statut d’autonomie renforcée ; la dernière tient compte des évolutions qui se sont produites depuis. Dans la saison 4, Birgitte Nyborg, la Ministre des affaires étrangères, congédie l’Ambassadeur danois pour l’Arctique (dont la fonction normalement est d’abord de représenter le Royaume au sein Conseil de l’Arctique mais qui joue dans la série le rôle de négociateur avec le gouvernement groenlandais), qui reste sur une conception ancienne des relations entre le Danemark et le Groenland pour lui substituer un jeune conseiller.

37Les questions liées à la colonisation ressurgissent depuis une dizaine d’années autour de la mémoire de l’esclavage dans les Antilles danoises et des formes de domination au Groenland. Par exemple, depuis 2017, une section au Musée national présente désormais des éléments de la colonisation où est présenté un regard sur l’histoire coloniale danoise – incluant les Antilles et le Groenland - qui renouvelle la muséographie. Un projet d’un musée à Copenhague consacré à la colonisation et qui doit inclure le Groenland est envisagé. La question coloniale et le processus de construction nationale au Groenland sont aujourd’hui largement débattus [Graugaard 2009, Gulløv 2017, Thisted et Grimaud 2020].

38La société danoise s’est aussi davantage diversifiée et cela en dépit d’une xénophobie et de discriminations contre les étrangers et immigrés non européens ; les générations immigrées se sont affirmées dans la vie publique danoise. Si on relève cette question dans la saison 3 la saison 4 va plus loin. C’est ainsi que la présentatrice, étoile montante de TV1, est incarnée par une journaliste d’origine immigrée, turque - sans que soit précisée son origine - Narciza Aydin, qui défie à plusieurs reprises les décisions de sa cheffe et montre une plus grande sensibilité à la question coloniale (fig. 8).

Figure 8 – D’après Borgen, saison 4, épisode 7. Narciza (assise, de dos) reprend son collègue journaliste Peter au sujet du Groenland.

Figure 8 – D’après Borgen, saison 4, épisode 7. Narciza (assise, de dos) reprend son collègue journaliste Peter au sujet du Groenland.
  • 9 Récemment, durant les élections législatives de novembre 2022, le leader du Parti conservateur a co (...)

39La traduction française rend difficilement compte de la dimension géopolitique du langage : sur le plan d’avant la figure 9, Peter dit en danois (sur) le Groenland (préposition souvent associée à une île) et la journaliste sensible à ces questions le corrige par i (dans, en, au) qui insiste sur l’idée de pays. Le même journaliste avait déjà des remarques condescendantes quant au Groenland dans l’épisode 4 de la saison 1 en utilisant le terme d’« Eskimos », terme longtemps utilisé et jugé péjoratif par les Inuit. Cette scène fait écho à des attitudes fréquentes au Danemark de mépris concernant les Groenlandais.9.

8. Dépasser la colonisation par un nouveau récit ?

40Dans le sillage du mouvement « Black lives matter » aux États-Unis, qui a entraîné la destitution de statues à la gloire de politiques et de généraux esclavagistes, la statue du pasteur Hans Egede (fig. 9), premier colonisateur et évangélisateur du Groenland, située sur une hauteur de Nuuk, a été contestée par des Groenlandais. En juin 2020, de la peinture rouge a été jetée sur la statue avec une inscription « decolonize » ; une pétition en ligne a circulé, sans que cela n’aboutisse à sa suppression par la municipalité, en raison d’une opinion publique partagée. Dans la série, Asger Holm Kirkegaard, l’Ambassadeur danois de l’Arctique, remarque d’ailleurs le contraste entre la statue située sur une élévation, symbole de domination coloniale, et celle de la divinité de la mer, Sassuma Arnaa, moins visible et située au bord de l’eau (fig. 10). Il essaye de mobiliser les rapports paradoxaux de l’acculturation – Hans Egede a aussi traduit la bible en groenlandais et la langue officielle, le kalallisut (de la côte Ouest), connaît une vitalité qui contraste avec la situation d’autres langues autochtones en Arctique – pour trouver une façon de négocier avec les Groenlandais tout en sauvegardant les intérêts danois.

Figures 9 et 10 – Saison 4, épisode 6. La figure aujourd’hui contestée de Hans Egede (en haut) et une statue évoquant de la divinité de la mer - qui renvoie à la cosmogonie traditionnelle groenlandaise (en bas).

Figures 9 et 10 – Saison 4, épisode 6. La figure aujourd’hui contestée de Hans Egede (en haut) et une statue évoquant de la divinité de la mer - qui renvoie à la cosmogonie traditionnelle groenlandaise (en bas).

41La série s’appuie sur la volonté des Groenlandais de retravailler les représentations héritées de la colonisation. Dans la saison 4 de Borgen, le ressentiment marqué par le personnage de Hans Eliassen, le Ministre des affaires étrangères et des minerais, fait à plusieurs reprises allusion à des faits qui ont remonté dans le débat public ces dernières années comme le déplacement forcé d’enfants au Danemark pour les assimiler ou encore le déplacement forcé des habitants du village du site de Dundas (Thule). [Brøsted & Fægteborg 1987]

42Dans la saison 1, lors d’une visite au Groenland, à Nuuk, pour apaiser les tensions entre le gouvernement danois et l’exécutif groenlandais, Birgitte Nyborg décide de prolonger son séjour après un entretien tendu avec le Premier ministre du Groenland. Ce dernier l’emmène dans un cimetière : Jens Enok Berhelsen se fait alors pédagogue pour lui expliquer la situation à la Première ministre, évoquant la nécessité de restaurer l’estime de soi des Groenlandais – ce qui passerait par l’indépendance. Quelques plans purement illustratifs, sans parole, montrent par ailleurs Birgitte à la rencontre d’habitants de Nuuk, comme dans un reportage, dans une esthétique qui contraste avec le dispositif scénique de la série. Comme si le réel devait se rappeler encore plus directement au spectateur.

Figure 11 – D’après Borgen, Saison 1, épisode 4. Dans le cimetière de Nuuk

Figure 11 – D’après Borgen, Saison 1, épisode 4. Dans le cimetière de Nuuk

Figure 12 – D’après Borgen. Saison 4, épisode 6. L’enterrement de Malik.

Figure 12 – D’après Borgen. Saison 4, épisode 6. L’enterrement de Malik.

43Dans la saison 4, la vision est différente. Une scène de cimetière y est aussi présente (épisode 6), mais elle prend une autre signification. L’enterrement de Malik, un jeune Groenlandais, agent des renseignements militaires danois auprès de la compagnie d’exploitation pétrolière, qui se serait suicidé à Nakkaavik, montre une inflexion. Le Groenland apparaît désormais comme un personnage collectif, une nation qui prend en main son avenir, ce que permet aussi la durée de la série (8 épisodes).

  • 10 Knud Rasmussen est l’auteur du film, qui a été réalisé par Friedrich Dalsheim.

44Dans l’épisode 4 de la saison, la scène sur les rochers, devant l’église d’Ilulissat est à cet égard intéressante car elle résume différents rapports au temps : Rasmus a tout lu de l’explorateur Knud Rasmussen, né d’un père danois et d’une femme groenlandaise à Ilulissat, personnage consensuel de l’histoire coloniale – un héros national célébré à son décès par le premier ministre Stauning en 1934 et lors de la première de son film Palos Brudefærd (« Les Noces de Palo ») [Statsminister, 1934]10 – alors que la vision d’Emmy, elle, est tournée vers un futur, situé au-delà du regard danois empreint d’un certain exotisme  : « on aurait alors dû rester de nobles sauvages ?» lui dit-elle.

Conclusion

  • 11 Les versions doublées perdent évidemment cette dimension importante. Un certain soin a été apporté (...)
  • 12 www.visitgreenland.com (dernière consultation 5 mai 2023).

45Borgen relève d’abord d’une vision danoise sur le Groenland tout en révélant les tensions de la mémoire coloniale. Cette série reflète aussi une situation diglossique caractéristique de l’héritage colonial. Les Danois ne parlent pas groenlandais (ce qui est généralement le cas), alors que les Groenlandais parlent danois (ce qui n’est pas toutefois toujours le cas dans la réalité)11. Le soin apporté à travailler un matériau réel et la place des acteurs groenlandais a permis à Borgen, semble-t-il, de ne pas susciter l’hostilité de l’opinion publique groenlandaise. La série a été même érigée comme un outil promotionnel du Groenland et à plusieurs reprises la députée au parlement danois Aaja Chemnitz Larsen (indépendantiste de gauche) s’est exprimée dans les médias danois pour promouvoir la quatrième saison (podcast sur Altinget, 2022). Le site de promotion touristique du Groenland « Visit Greenland »12 a largement mis en avant la série, avec des interviews des acteurs, de la productrice de Danmarks Radio et de la députée ; cette dernière passe d’ailleurs en revue les épisodes. La promotion touristique est facilitée par le choix d’avoir tourné un grand nombre de scènes à Ilulissat, principale destination touristique en raison de la présence d’un glacier qui se jette dans la mer à côté de la ville, localité qui par ailleurs a accueilli un sommet international des pays bordant l’Arctique en 2008. Borgen s’inscrit ainsi dans une action de marketing territorial, à l’échelle internationale, à l’exemple d’autres pays nord-atlantiques [Thisted & Grimaud 2020], promotion qui contribue aussi à faire reconnaître le Groenland comme nation.

46Cette série permet de mettre en regard la complexité de la relation dano-groenlandaise dans un jeu de distanciation et de dépendance. La série, par sa force d’évocation, par son habilité dramaturgique, n’est pas une simple représentation des enjeux : elle en est partie prenante. Cette focale sur la question coloniale – d’autres aspects pourraient être travaillés – montre comment la langue est un élément constitutif de l’espace et de la géopolitique. Dans notre article nous avons voulu insister sur la « dimension dramaturgique » : si la dramaturgie est propre à une production filmique, la géopolitique offre une dimension dramaturgique, par la mise en récit et en spectacle des enjeux de pouvoir.

47L’étude des séries géopolitiques – ou l’étude géopolitique des séries – permet ainsi de travailler différemment le champ géopolitique en prenant en compte dans la construction des enjeux les médias audiovisuels et leur dimension dramaturgique, de l’échelle du corps à celle du monde. Dans notre article nous avons voulu insister sur la « dimension dramaturgique » : si la dramaturgie est propre à une production filmique, la géopolitique offre une dimension dramaturgique, par la mise en récit et en spectacle des enjeux de pouvoir.

Je remercie Blandine Parey (MRSH) pour sa relecture, ainsi que les conseils avisés de mes collègues. Cette contribution propose un point de vue à partir de recherches sur l’image audiovisuelle comme objet et méthode de recherche menées depuis une vingtaine d’années. Le contenu fait l’objet d’un cours en géopolitique de l’Arctique en relation avec un enseignement en analyse et méthodes visuelles en licence de géographie à l’Université de Caen-Normandie. Après des séjours de terrain menés au cours des années 1983-2004 au Groenland, Féroé et Danemark, le travail a été repris et renouvelé depuis quelques années en y intégrant cette dimension.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW, J. (2003) – Geopolitics, Re-visioning World Politics, London/New York, Routledge, 147 p.

BORZAKIAN, M. & ROUIAÏ, N. (2023) - « Muscles et géopolitique. Fragilité et résilience des corps et des grandes puissances dans James Bond et Mission impossible », Annales de géographie, n° 751, pp. 29-51, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2023-3-page-29.htm

BREUM, M. (2018) – Hvis Grønland river sig løs -en rejse til kongerigets sprækker København, Gyldendal, 252 p. (Si le Groenland prend son indépendance - un voyage dans les fractures du royaume).

BRØSTED, J. & FÆGTEBORG, M. (1987) – Thule- Fangerfolk og militæranlæg, Akademisk Forlag, 224 p. (Thule – chasseurs et infrastructures militaires).

CHOW, P.S, WAADE, A.M, SAUNDERS R.A. (2020) – “Geopolitical Television Drama Within and Beyond the Nordic region”, Nordicom review, 41 (special issue I), pp.11-27

DAHL, J. (1986) – Arktisk Selvstyre, -historien bag og rammerne for det grønlandske hjemmestyre, København Akademisk Forlag, 216 p. (« Autogouvernance » arctique – contexte historique et cadre du statut d’autonomie du Groenland)

DICKASON, R. & RAOULX, B. (dir.) (2007) –Interdisciplinary Perspectives in Visual Media Studies: screening social spaces, MRSH, Université de Caen-Normandie, 216 p. (https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/sites/default/files/public/fresh/docs/Cahiers-MRSH_2007.pdf)

DODDS, K. (2007) – Geopolitics, a Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 182 p.

DODDS, K. (2015) – Popular geopolitics and the “war on terror”, E-international Relations, https://www.e-ir.info/2015/05/10/popular-geopolitics-and-war-on-terror/

GARDIÈS, A. (1992) - L’espace au cinéma, Paris, Klinksieck, 222 p.

GRAUGAARD, N.D. (2009) – National Identity in Greenland in the Age of Self-Government, Centre for the Critical Study of Global Power and Politics, working paper, Trent University, 70 p.

GULLØV, H.C. (red.) (2017) – Grønland. Den arktiske koloni, København Gads Forlag, 443 p. (Groenland, la colonie arctique).

Institut for Menneskerettigheder (2015), Ligebehandling af Grønlændere i Danmark, København, 143 p. (L’égalité de traitement des Groenlandais au Danemark).

Institut for Menneskerettigheder (2023), Grønlandske studerende i Danmark, København, 50 p. (les étudiants groenlandais au Danemark)

LEFEBVRE, R. & TAÏEB, E. (2020) (dir.) – Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité. Louvain la Neuve, De Boeck Supérieur, 187 p.

LIDEGAARD, M. (2019) – «Det er på høj tid, at rigsfællesskabet vågner op» (« Il est temps que le Royaume se réveille ») In : Altinget.org (tribune, 21 août 2019).

OLESEN M.R. & al. (2020) – Nye sikkerhedspolitik dynamikker i Arktisk : muligheder og udfordringer for Kongeriget Danmark, Dansk Institut for Internationale Studier, København, 63 p. (Nouvelles dynamiques des politiques de sécurité en Arctique : potentialités et défis pour le Royaume de Danemark)

PLEVEN, B. (2014) – « L’urbanité du spectacle, spectacle en urbanité, Paris, Je t’aime et NewYork I love you : voyages impossibles en métropoles cinématographiques », Annales de géographie, n°695-696, pp 763-783, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2014-1-page-763.htm.

PRAM GAD, U. (2022) - “Nuuk as a Diplomatic Scene: Protocol, Pitfalls and Practice”, DIIS Policy Brief, Dansk Institut for Internationale Studier, København (22/09/2022)

SEPULCHRE, S. (dir) (2017) – Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck, 282 p.

RAOULX, B (2004) – L’effet médiatique, une perspective de géographie sociale, Vol. 3, texte nouveau, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Caen, 345 p.

RAOULX, B. (2006) – « De l’espace-miroir à l’espace écran : un effet médiatique ? »« in R. Séchet et V. Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp.149-172.

RAOULX, B. (2019) – Le Groenland dans la politique arctique du Danemark (conférence au café géographique de Saint-Brieuc, mars 2019), http://cafe-geo.net/le-groenland-dans-la-politique-arctique-du-danemark/

RIVAL, T. (2022) – La stratégie arctique du Danemark, Mémoire sous la direction de Benoît Raoulx, Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, Coëtquidan, 131 p.

SERISIER, P. (2017) – L’empire de la mélancolie. L’univers des séries scandinaves. Paris, Vendémiaire, 187 p.

Statsminister Staunings Indledningstale til Palos Brudefærd - Palladium (biograph) (1934) – Copenhague, 9 p. (Introduction du Premier ministre au sujet du film Les Noces de Palo, brochure du cinéma Palladium).

THISTED, K, N. & GREMAUD, A.S. (2020) – Denmark and the North Atlantic. Narratives and Memories in a Former Empire, vol 1 (350 p.) et Vol 2 (294 p.), Aarhus University Press.

Podcasts

“Bidt af Borgen”, podcast (8 épisodes), Altinget.dk, février 2022 (en danois)

Borgen, podcast  Histoire en série , octobre 2023, https://podcasters.spotify.com/pod/show/histoire-en-series/episodes/240-Borgen-avec-Marine-Duc-e214g0v .

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction des coordinateurs de ce numéro par Pierre Denmat, Bertrand Pleven et Marie-Laure Poulot. Voir aussi [Pleven, 2014].

2 La version originale n’a pas de sous-titre ; le titre est très évocateur pour le public danois.

3 Les prospections off shore au large du Groenland ont été abandonnées et le gouvernement groenlandais a rejoint l’accord de Paris en 2021.

4 Notre traduction. Contrairement aux trois premières saisons, cette saison fait l’objet d’un sous-titre danois, ce qui contribue à la distinguer des précédentes.

5 C’est le cas du stationnement d’armes nucléaires sur le territoire danois (que refusait officiellement le Danemark) et notamment pour l’« affaire de Thule » avec l’écrasement d’un bombardier nucléaire en 1968 dans le nord du Groenland et qui a donné lieu à de nombreuses spéculations quant à la présence d’une charge nucléaire perdue.

6 « Le Groenland n’est pas à vendre. Le Groenland appartient aux Groenlandais » a rétorqué la Première ministre (Statminister) danoise, Mette Frederiksen (source : Le Monde, jeudi 22 août 2019).

7 Le peuplement nordique au sud-ouest du Groenland venu d’Islande au Moyen Âge a disparu au cours du XVème siècle.

8 Le Groenland a obtenu alors le statut de Pays et Territoire d’Outre-Mer associé.

9 Récemment, durant les élections législatives de novembre 2022, le leader du Parti conservateur a considéré le Groenland comme « l’Afrique sur la banquise ». Le racisme et les stéréotypes sont féquemment vécus par les Groenlandais au Danemark [Intsitut for menneskerettigheder, 2015 et 2023)

10 Knud Rasmussen est l’auteur du film, qui a été réalisé par Friedrich Dalsheim.

11 Les versions doublées perdent évidemment cette dimension importante. Un certain soin a été apporté aux dialogues en Groenlandais (entre les Groenlandais), qui ont été revus par l’écrivaine groenlandaise Niviaq Korneliussen.

12 www.visitgreenland.com (dernière consultation 5 mai 2023).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – D’après Borgen, extrait du générique de la saison 1 qui présente les écrans de la régie de TV1 sur lesquels défilent des images extraites de la série.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2 – D’après Borgen, Saison 4, épisode 6. Rasmus G. Lunbæk, haut-fonctionnaire danois, explique au gouvernement le lieu d’accident d’un drone soupçonné appartenir à l’armée russe qui s’est écrasé au nord-est du pays.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figures 3 et 4 – D’après Borgen. Le générique de la saison 1 de Borgen (2010) (en bas) et celui de la saison 4 de Borgen (2020) (en haut).
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5 – D’après Borgen. La dernière image du générique de la saison 4 de Borgen (2020) où est inscrit le sous-titre danois de la série.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 6 – Un autre volet des « popular geopolitics », les réseaux sociaux. Le photomontage posté par le président des États-Unis Donald Trump en 2019.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7 – D’après Borgen (saison 1, épisode 4, 2010).
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-7.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 8 – D’après Borgen, saison 4, épisode 7. Narciza (assise, de dos) reprend son collègue journaliste Peter au sujet du Groenland.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figures 9 et 10 – Saison 4, épisode 6. La figure aujourd’hui contestée de Hans Egede (en haut) et une statue évoquant de la divinité de la mer - qui renvoie à la cosmogonie traditionnelle groenlandaise (en bas).
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 11 – D’après Borgen, Saison 1, épisode 4. Dans le cimetière de Nuuk
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 12 – D’après Borgen. Saison 4, épisode 6. L’enterrement de Malik.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11797/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Raoulx, « Une « dramaturgie géopolitique » : l’exemple du Groenland dans la série télévisée danoise « Borgen » »Bulletin de l’association de géographes français, 100-4 | 2023, 513-531.

Référence électronique

Benoît Raoulx, « Une « dramaturgie géopolitique » : l’exemple du Groenland dans la série télévisée danoise « Borgen » »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 100-4 | 2023, mis en ligne le 30 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/11797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.11797

Haut de page

Auteur

Benoît Raoulx

Maître de Conférences-HDR en géographie, Université de Caen-Normandie, Laboratoire ESO, UMR 6590 – Courriel : benoit.raoulx[at]unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search