Navigation – Plan du site

AccueilNuméros100-4I – Territoires en sériesLa représentation de la petite vi...

I – Territoires en séries

La représentation de la petite ville dans les téléfilms de Noël américains

The representation of the small town in American Christmas TV movies
Marie-Eve Férérol
p. 532-564

Résumés

L’objectif de cet article est de questionner l’image de la petite ville américaine par le prisme des téléfilms de Noël qui, depuis La vie est belle de Capra en 1946, sont connus pour être des chantres de ces lieux urbains. Aborder ce sujet permet d’une part de réfléchir à un objet de recherche peu traité et ce, d’une manière originale, et d’autre part de réfléchir à sa représentation. La caractéristique majeure des téléfilms de Noël est qu’ils donnent à voir ce qu’une bonne partie de la population américaine imagine, à savoir une vie idéale dans les petites villes. En cela, ils entretiennent l’un des mythes fondateurs des États-Unis. Malgré leur scenario, souvent mièvre, ces téléfilms n’en sont pas moins empreints d’enseignements tant ils traitent des problèmes majeurs qui secouent les petites villes (dévitalisation commerciale et industrielle, patrimoine menacé, etc), et tant ils mettent en lumière leurs spécificités sociologiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur est reconnaissante envers Christian Montès, qui lui a porté à connaissance des éléments essentiels sur l’histoire et la vie aux États-Unis. Ses remarques ont été pour la plupart insérées dans le texte et ont ainsi permis de l’améliorer.

Texte intégral

  • 1 D. Kennedy, Le Figaro Magazine, 6/08/2011.

1« En Amérique, tout le monde dit que les petites villes sont le lieu idéal pour élever des enfants, mais moi qui suis né à Manhattan et qui ai fait grandir les miens à Londres, je me permets de contester cette notion. Selon moi, plus la ville est grande, plus elle offre des opportunités stimulantes à des adolescents et moins ils seront susceptibles de se retrouver sur une triste place, un samedi après-midi, en proie à un ennui ravageur, telle une petite troupe d’ados en déroute qui ne savent pas où aller1 ». Cette diatribe de Douglas Kennedy contraste fortement avec le regard que portent les (télé)films américains sur les petites villes. Cette portée aux nues des petites villes est à rattacher aux mythes originels des États-Unis, dans lesquels elles sont des cités idéales proches de la nature [Maumi 2008].

2La fiction étant le miroir de la société américaine [Winckler 2005, Simay et Tonnelat 2011], l’objectif de ce texte est de s’interroger sur la représentation de la petite ville donnée par la télévision et ce, dans un pays où le taux d’urbanisation dépasse les 80% [Libourel et Schorung 2021]. Pour Jean-François Staszak, « ravi par l’histoire qu’on lui fait vivre, le spectateur ne peut prêter toute son attention à l’espace où elle se déroule, sauf dans les films qui font de celui-ci non un décor mais un actant à part entière » [Staszak 2014, p. 599]. Or, les téléfilms de Noël, participent de cela. C’est spécialement le cas dans les quatre téléfilms se déroulant dans la ville imaginaire d’Evergreen (Vermont) : Un festival pour Noël, Les clés d’un Noël réussi, Les petits miracles de Noël et Le calendrier de Noël. Ce choix de s’intéresser aux Christmas TV Movies s’explique aussi par les écrits de Desbois et al. qui notent que « la fiction est souvent un moyen de rendre compte de la réalité géographique en en révélant certains aspects que le discours académique conventionnel néglige ou ignore » [Desbois & al. 2016]. De plus, pour Bollhöfer [2007 : 2], « la télévision est un médium qui montre et raconte la culture ».

3Notre recherche se base donc sur les téléfilms de Noël américains (quelquefois co-produits avec le Canada) dans lesquels la petite ville tient un rôle à part entière. Dans cet article, nous examinerons la manière dont ils contribuent à faire d’elles un monde idéal malgré quelquefois leurs difficultés économiques. La crise est d’ailleurs souvent évoquée dans les scenarios (le héros voulant sauver l’usine ou le commerce familial face au "méchant" liquidateur ou spéculateur venant de la grande ville). Nous essayerons d’expliquer les ressorts de cette glorification de la petite ville américaine en la confrontant aux mythes et images de la ville dans les États-Unis contemporains. Plusieurs questionnements sont ainsi au cœur de notre recherche : quels sont les thèmes traités dans ces téléfilms ? Quelles caractéristiques de la petite ville sont-elles mises en exergue ? Par quels moyens cinématographiques les différences entre la petite et la grande ville apparaissent-elles ?

4Après la présentation de notre méthodologie, nos propos s’articuleront autour de deux parties principales. La première partie reviendra sur la définition de la petite ville aux États-Unis (si tant est qu’il y en ait une) et sur son importance dans l’imaginaire américain, tandis que la seconde se concentrera sur les thèmes abordés dans les téléfilms de Noël.

1. Méthodologie

1.1. Le corpus de recherche

5Avec chaque année un lancement de plus en plus précoce, la télévision française abreuve les spectateurs de téléfilms de Noël. Dès novembre, nous avons donc pu visionner la matière première de notre recherche, que ce soit sur My TF1, M6Play ou C8. Malheureusement, et pour des raisons compréhensibles, tendre à l’exhaustivité aurait été une tâche démentielle. Plus de 200 films de Noël sont en effet tournés par an (contre une cinquantaine seulement en 2010). Ainsi, notre corpus se composera-t-il uniquement de 50 téléfilms. Un des biais de notre méthodologie réside toutefois dans le fait d’avoir négligé les plates-formes comme Netflix. Ces dernières s’écartent en effet des stéréotypes traditionnels en mettant en scène des personnes LGBTQIA tout en préservant les codes des téléfilms de Noël et de la petite ville. Nonobstant, notre corpus de départ permet de répondre à notre problématique de recherche.

6Vue la quantité de fictions offertes au public, nous avons été obligée d’opérer à l’amont un filtrage grâce à leur résumé. Les téléfilms trop enfantins ou se passant dans une grande ville ont été exclus. Notre échantillon a ensuite été dépendant de la disponibilité des films sur les plates-formes de replay.

7Suivant les conseils de Bertrand Pleven (Café-géo 2013), nous n’avons pas seulement analysé les images mais également les dialogues. Comment les protagonistes voient-ils la petite ville et les habitants de celles-ci ? Quels mots les scénaristes mettent-ils dans la bouche des locaux, des "étrangers" bien souvent originaires de grandes villes et des personnes ayant quitté jeunes la petite ville et qui y reviennent, un peu déconnectés, après de longues années ?

1.2. Le double intérêt de cette recherche

8Au-delà de la représentation de la petite ville américaine, cet article de géographie urbaine écrit sous le prisme des téléfilms de Noël a des objectifs secondaires. Le premier est de participer indirectement à l’étude des petites villes. Plusieurs articles anglo-saxons soulèvent en effet le manque d’intérêt persistant des chercheurs pour cet objet géographique « We would suggest that much of this relative neglect arises from the perception by scholars that, while there may be a great many small cities, they are not particularly interesting; that is, that small cities fail to offer the sort of serious questions about urbanization and change that matter to scholars; as Ocejo et al. suggest : "Since the time of the Chicago School […] small cities were thought to lack in – or even represent an antagonism to – the kinds of urbanity unfolding in the big cities that commanded and continue to command the overwhelming share of research attention" [Ocejo, Kosta, and Mann 2020 : 3]. Since most research is probably conducted by scholars at large universities in major centres, place bias may enter into the picture as well » [Grossman et Mallach 2021 : 169]. Montès, Mahoney, Libourel et Schorung signalent aussi le désintérêt des chercheurs pour les petites villes américaines [Mahoney 2003, Montès 2012]. « Ces villes sont méconnues ; les petites villes sont peu étudiées et les villes moyennes ne le sont pas du tout » [Libourel et Schorung 2021, p. 477].

9Le second, et pas des moindres, est d’intéresser les étudiants et les non-géographes à une discipline qui peut avoir mauvaise presse en montrant que les téléfilms de Noël, comme toutes les œuvres cinématographiques et télévisuelles sont « des espaces de représentation » [Pleven 2015], riches en enseignements. Comme le note J.F Staszak, « le cinéma constitue un objet géographique qui gagne en intérêt et en légitimité. On assiste à l’émergence d’un nouveau champ de recherche […]. Les thèmes abordés sont multiples, mais certains se dégagent de façon prééminente : ainsi les questions de la ville, du tourisme, des représentations géopolitiques et du genre dans leurs rapports au cinéma, surtout américain » [Staszak 2014, p. 596]. En fait, s’intéresser au cinéma et à la télévision permet de « joindre à l’instructif l’agréable » [Desbois & al. 2016, p. 240].

1.3. Les téléfilms de Noël : une valeur sûre pour la télévision

  • 2 Les audiences sont également très bonnes sur les autres chaînes.

10D’année en année, et malgré des risques d’overdoses, les audiences des Christmas TV Movies sont au rendez-vous. Les Échos nous apprennent ainsi que sur TF1, « les 70 téléfilms de ce genre ont représenté en moyenne 1,5 million de téléspectateurs, soit une part d'audience de 20,2 % et de 30 % sur les femmes responsables des achats, la cible commerciale »2.

11Aux États-Unis, ces téléfilms connaissent la même ferveur voire une recrudescence d’intérêt3. En témoigne l’entrée sur le marché de Lifetime, ReelOne, chaînes qui viennent rejoindre Hallmark4, la pionnière dans ce domaine. Hallmark Channel est une chaîne plutôt religieuse, conservatrice, d’où certaines caractéristiques des films de Noël. « Hormis de chastes baisers, et toujours entre un homme et une femme, les films de Noël n’affichent ni scènes osées ni langage grossier5 ».

12Même si c’est une hérésie pour Slate, les bonnes audiences de ces fictions sont dues en grande partie aux femmes. « Ce sont elles qui boostent les audiences des tranches d'après-midi (et du replay). Depuis quelques années, TF1 a ainsi vu l'audience de cette case augmenter de cinq points en moyenne sur la cible des femmes responsables d'achat6 ». Et ce même média de citer plusieurs femmes interviewées : « Il faut assumer à fond une forme de dissonance culturelle. Regarder des téléfilms romantiques de Noël quand on est une jeune femme moderne, indépendante, féministe, ouverte sur le monde et sa diversité, c'est accepter de vivre, pendant deux mois de l'année, dans un paradoxe. C'est se déconnecter d'un monde toxique et souvent hostile pour les femmes et les minorités en se réfugiant dans un autre qui aurait été fantasmé par ceux-là mêmes responsables de cette hostilité » (Elsa).

2. Les États-Unis et la mythification de la petite ville

2.1. La construction du mythe

13Aux États- Unis, toutes les villes sont « fantasmées », « porteuses d’utopie » [Libourel et Schorung 2021], mais ce phénomène se vérifie encore plus pour les petites villes. Pour C. Montès, « la ville des espaces ruraux [la petite ville donc] est l’une des grandes institutions des États-Unis, peut-être la plus grande dans la formation de la mentalité publique et des caractéristiques de la culture américaine. La ville est considérée avant tout comme un phénomène moral. Si les Américains ont longtemps gardé une vision ambivalente de la grande ville, vue tant comme un lieu de progrès et de mobilité sociale et économique que comme un lieu de corruption, ils ont accordé à la petite ville un statut mythique de pureté » [Montès 2012, p. 573]. Tentons d’expliciter les propos de C. Montès en revenant sur deux points essentiels : la mythification de son statut depuis les années 1930 et l’importance de la Main Street comme symbole de centralité et d’attractivité.

  • 7 Mais également beaucoup dans le Colorado.

14L’expansion des États-Unis s’est faite progressivement d’est en ouest, des anciennes colonies britanniques aux nouvelles terres acquises lors de la Conquête. Or, la Nouvelle-Angleterre, berceau de ce nouveau pays, est particulièrement connue pour ses petites villes (plusieurs téléfilms de Noël se passent d’ailleurs dans le Vermont ou le Connecticut7). Pour Thomas Halper et Douglas Muzzio comme pour Catherine Maumi, les petites villes ont toujours eu une symbolique particulière, une image de ville idéale proche de la nature [Maumi 2008, Halper & Muzzio 2011]. « C. Tunnard (1953), dans American Skyline, insiste sur l’importance – tant symbolique que constitutive du paysage nord-américain – de cette modalité territoriale que constitue la petite ville rurale, le township ou l’agricultural market town, de la Nouvelle-Angleterre. Il rappelle que ce que nous prenons trop souvent pour des villages constitue en réalité de vraies villes. […] Deux forces essentielles ont participé à transformer le village en ville sur le territoire du Nouveau Monde : la dynamique propre aux différentes communautés – qui a créé la ville de marché – et la propriété privée individuelle » [Maumi 2008, p. 38]. Cette idée de la petite ville, lieu central pour la communauté, se retrouve même au plus haut degré de l’État. « Même si pour Jefferson, les habitants de l’Union sont avant tout de petits agriculteurs, la ville fait partie intégrante de ce paysage américain idéal. Une certaine idée de ville tout au moins : la petite ville rurale, lieu de rassemblement de la communauté, qui trouve là, outre les supports spirituels et intellectuels, les services indispensables à sa survie ainsi que les outils et autres biens qu’elle peut produire elle-même » [Maumi 2008, p. 55].

15Si la petite ville est le terreau de la civilisation américaine, elle doit sa mythification au déclin qu’elle connaît dans les années 1930 [Kempf 2004, Montès 2012]. La dévitalisation de ces villes confrontées à la croissance « brutale » [Bretagnolle & al. 2008] des futures grandes métropoles fait que les Américains sombrent à partir de cette époque dans une relative nostalgie. La petite ville devient « un lieu de mémoire », un lieu rêvé, une structure sociale et géographique, où s’épanouissait la communauté en phase avec la nature et avec Dieu. Dans les années 1930, le département photo de la Farm Security Administration contribue à mythifier ces petites villes en leur donnant une image de villes à taille humaine où toute la population fraternise. « Dans la rue, au bar, chez les commerçants, au temple, ou dans des soirées et pique-niques, hommes et femmes de tous âges vivent ensemble. Tous sont des gens simples, vrais, aux antipodes du monde fallacieux de la ville » [Kempf 2004, p. 9].

16Les États-Unis se sont construits à partir de petites villes marchés. Le commerce y occupe donc une place à part. « Les petites villes ont acquis un statut mythique en raison d’une prétendue authenticité historique et patrimoniale. Celle-ci réside notamment dans l’image de la Main Street » [Libourel et Schorung 2021 : 481]. La Main Street sert de décor dans une grande partie des téléfilms de Noël. Ce n’est pas étonnant car en Amérique du Nord, la plupart des petites villes en sont dotées. « Lieu symbolique, fondateur de l’identité nord-américaine », à l’ambiance particulière, « la Main Street est souvent définie comme une rue commerçante qui favorise les déplacements piétons, bordée généralement de bâtiments de moins de trois étages et qui sert de corridor commerçant principalement aux petites villes » [Poulot 2018, p. 79]. Pour Marie-Laure Poulot, la Main Street américaine est aseptisée et reconstruite pour tendre de nos jours vers un élément identitaire nostalgique et idéalisé [Poulot 2018].

17Si cette Main Street tient un rôle essentiel dans la structuration et le maintien de l’espace rural (« Our findings indicate that rural downtown revitalization—when anchored by strong place governance structures, deep knowledge of community priorities, and robust public and private partnerships—are critical homegrown solutions for building rural resilience » [Love et Powe 2020]), elle est dans certaines villes en grande difficulté [Davies 1999, Thompson & al. 2020]. Elle souffre de l’évasion commerciale mais également de la concurrence de la périphérie. Partant, un programme spécifique dédié aux petites villes et plus précisément à l’activité commerciale a vu le jour en 1980 : The National Main Street Center. « The National Main Street Center leads a movement committed to strengthening communities through preservation-based economic development in older and historic downtowns and neighborhood commercial districts. The National Main Street Center was established as a program of the National Trust for Historic Preservation in 19808 ».

18C. Montès estime que « ce programme fondé sur la requalification de la Grand Rue mais aussi sur l’introduction de méthodes managériales et l’appel à l’investissement privé, a permis à des dizaines de petites villes de connaître un certain renouveau autour de leur patrimoine architectural et de festivités diverses » [Montès 2012, p. 579]. M.-L. Poulot partage ce sentiment de réussite [Poulot 2018]. Et même si elle n’a pas eu les résultats escomptés partout [Libourel et Schorung 2021, Van Leuven 2021], cette politique d’aide conforte les petites villes dans leur rôle de centralité et nourrit un sentiment d’appartenance en mettant en valeur des éléments historiques, marqueurs de l’ancrage identitaire de la ville. En fait, il contribue à renforcer le mythe des petites villes. Mais qu’entend-t-on exactement par le terme « petite ville » aux États-Unis ?

2.2. La difficile définition arithmétique de la petite ville américaine

19Comme le rappellent Libourel et Schorung [2021], il n’existe aux États-Unis ni définition officielle, ni définition consensuelle des catégories "petites et moyennes villes". Il est en sus très complexe d’en fournir une [Montès 2012, Allmang 2013, etc]. « La difficulté à dénommer la réalité urbaine américaine contemporaine n’a d’égale que la complexité face à laquelle les observateurs se trouvent confrontés dès lors qu’ils entreprennent de mieux la comprendre » [Maumi 2009, p. 28]. J. Kempf est encore plus catégorique : « The small town : le mot est pour le traducteur l’exemple parfait du concept intraduisible » [Kempf 2003, p. 2].

20Selon Cédric Allmang [2013], les populations urbaines sont définies comme telles en 1874 lorsqu’elles vivent dans des agglomérations de plus de 8 000 hab. Une trentaine d’années après, la définition évolue. « En 1910, cette limite urbaine passe à 2 500 hab. et s’étend à l’idée d’aire urbaine. Est urbain tout territoire, population ou zone bâtie se trouvant dans une aire urbaine et regroupant plus de 2 500 hab. Une Aire Urbaine est définie comme une zone bâtie continue, d’une population d’au moins 50 000 hab » [Allmang 2013, p. 74]. Cette définition ne donnant pas de résultats pertinents vue la diversité des États, elle est modifiée, complétée, tout au long du XXe siècle. Par ailleurs, si chaque État se base sur le Bureau of the Census pour définir et identifier les zones urbanisées, il leur est possible de créer leur propre catégorie. Ainsi, dans le Kentucky, la catégorie « urban cluster » regroupe les petites et moyennes villes dont la population est comprise entre 2 500 et 49 999 hab. [Maret 2003, p. 68]. Nous n’insisterons pas plus sur ce point qui nous éloignerait trop de notre sujet.

21C. Montès passe outre ces catégories arithmétiques qui se subdivisent elles-mêmes en plusieurs sections, pour distinguer les petites villes par leur urbanité. Comme lui, nous les considérerons « comme des villes dont la population s’étage de quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’habitants, en nous attachant aux villes répondant à la définition de l’urbanité et dont le commandement reste en bas de la hiérarchie urbaine » [Montès 2012, p. 573]. Nous choisirons donc nos téléfilms de Noël en vérifiant que la ville où se déroule le scénario correspond à cette définition.

2.3. Les cadres définitionnels de la petite ville par les Christmas TV Movies

22Le fait qu’il n’y ait pas de définition arithmétique précise de la petite ville n’est-il pas arrangeant pour les scénaristes qui choisissent des lieux où le seuil entre ville et village est brouillé et dont la préoccupation majeure est plutôt de construire une histoire autour de moments et de lieux de sociabilité et de convivialité en phase avec cette période de Noël ? En sus, dans les téléfilms de Noël, les scènes sont généralement tournées en studios et présentent donc aux spectateurs de « faux lieux ». Mais cela n’est pas surprenant. Bien souvent, l’espace diégétique, c’est à dire « l’endroit existant ou fictif, générique ou spécifique, où l’histoire est supposée se passer » [Staszak 2014, p. 600] et l’espace scénographique, soit le lieu du tournage, diffèrent [D. Buxton, Café géo 2013]. Pour donner l’impression que le tournage a lieu en conditions réelles, des vues de paysages urbains ou ruraux sont insérées, à intervalles réguliers, dans la production. Mais un spectateur averti, visionnant attentivement comme nous l’avons fait plusieurs films à la suite, remarque facilement la récurrence des images (fig. 1).

  • 9 Il arrive que certaines fictions aient comme cadre des villes existantes, comme par exemple Woodsto (...)

23En conséquence, l’utilisation de ces photographies montre le caractère stéréotypé des paysages. Les villes des fictions ne sont pas des villes « réelles ». La toponymie, idyllique ou en rapport avec Noël, en atteste aussi (Greenriver, Evergreen, Pinewood, Whispering Pines, Cookie Jar, Hollyvalle, Idyllwild, etc)9. En revanche, les Christmas TV Movies posent des cadres définitionnels par les prises de vue.

Figure 1 – La récurrence de certaines vues

Figure 1 – La récurrence de certaines vues

2.3.1. Des petites villes au bout du long chemin

24Dans la plupart des cas, les téléfilms de Noël ne commencent jamais dans une petite ville. Le générique insiste longuement sur les monuments clés de la grande ville proche ou plus lointaine (généralement New York, Boston voire Los Angeles) dans laquelle débute le scénario. Lorsque le héros ou l’héroïne sont obligés pour une raison quelconque de (re)partir dans une petite ville, le passage d’un lieu à l’autre se fait très lentement grâce à la succession de plusieurs plans larges montrant une route, isolée, en lacets dans la montagne ou slalomant dans les forêts. Parfois, le déplacement de la grande à la petite ville se fait en train ou en avion ; mais les vues à l’écran procurent toujours la sensation d’aller dans un endroit perdu, au milieu de nulle part (fig. 2).

Figure 2 – Le long chemin pour arriver dans la petite ville

Figure 2 – Le long chemin pour arriver dans la petite ville

25À l’approche de la petite ville, les vues aériennes ont un rôle descriptif. Elles permettent au public de la localiser paysagèrement et d’en avoir une vue d’ensemble. L’horizontalité de ces plans, tout comme celle des bâtiments constituant la petite ville, tranche avec la verticalité de la métropole mise en avant par les génériques. En sus, nombre de gratte-ciel sont filmés en contre-plongée pour accentuer la grandeur et donner une sorte de nausée (fig. 3).

Figure 3 – Horizontalité vs Verticalité

Figure 3 – Horizontalité vs Verticalité

26Ces photographies du trajet vers la petite ville peuvent se voir comme un sas d’entrée dans le mythe, une sorte de sas socio-temporel car, comme nous allons le voir, la petite ville est un symbole de la slow life à l’opposé de l’agitation des métropoles. Le héros quitte l’enfer pour retrouver le paradis perdu en référence au messianisme de la population américaine. Se rendre dans une petite ville, c’est retourner également dans le passé avec un intérêt porté aux éléments patrimoniaux et historiques.

2.3.2. Petites villes / grandes villes : des oppositions exacerbées

27Hormis le contraste horizontalité/verticalité évoqué précédemment, d’autres différences architecturales et sociales se perçoivent entre les grandes et petites villes. La distinction va tout d’abord se faire visuellement. La partie introductive est bien souvent dénuée de dialogues et s’assimile à une suite d’images de la métropole, ville d’asphalte et de béton. De nombreux plans montrent une foule compacte, se déplaçant rapidement, dans un milieu pollué, des embouteillages et des flux ininterrompus de voitures (fig. 4).

Figure 4 – De grandes villes oppressantes

Figure 4 – De grandes villes oppressantes

28Le spectateur ne peut donc être que "soulagé" lorsque le héros du film arrive dans une petite ville. Pas d’embouteillage, des scènes de vie paisibles, des personnes souriantes, se promenant tranquillement sur les trottoirs de Main Street, assises sur des bancs dans un parc public, sans oublier les espaces de verdure alentours et aperçus lors des vues aériennes (forêts de sapins, champs à perte de vue).

29Les plans de l’intérieur (commerce ou logement) suivent la même logique et présentent des pièces avec des meubles en bois, des cheminées, où l’atmosphère est chaude, contrastant avec les intérieurs froids, modernes, épurés, sans âme des grandes villes. Ce point est important car le lieu est censé donner des indications sur la psychologie des personnages [Bollhöfer 2007].

30Toujours visuellement, le plan moyen (ou de plain-pied) permet de se focaliser sur l’aspect physique des personnages. Là encore, le contraste entre l’habitant de la grande et de la petite ville est accentué. Dans Noël à Crystal Falls ou plus précisément dans le Pacte secret de Noël dont l’intrigue est autour de deux jumelles, l’une résidant dans la petite ville (Littleton) et l’autre à Denver, la différence est flagrante (fig. 5). Très souvent, on a des plans resserrés sur les chaussures, notamment des talons hauts, davantage utilisés dans les métropoles que dans les petites villes. Sur le plan vestimentaire, les chemises à carreaux des hommes style « bûcheron », tranchent également avec le costume cravate.

Figure 5 – Des styles vestimentaires allant du sophistiqué au passe-partout

Figure 5 – Des styles vestimentaires allant du sophistiqué au passe-partout

31La différence d’alimentation est également mise en image. La petite ville est synonyme d’abondance avec des tables souvent chargées alors que la grande ville est synonyme de réfrigérateurs vides (avec des zooms sur les étagères non remplies). Dans le Pacte secret cité précédemment, la sœur habitant en ville déjeune sainement tandis que la deuxième s’alimente de matière grasse (fig. 6). Dans les téléfilms de Noël, les Christmas cookies sont précisément un élément essentiel de la convivialité, un moyen de faire connaissance, de se consoler ou encore de se retrouver (dans le cas des concours). Bien souvent, l’un des protagonistes est même pâtissier (par ex. Les biscuits préférés du Père Noël).

Figure 6 – Petit déjeuner : calorique ou non calorique ?

Figure 6 – Petit déjeuner : calorique ou non calorique ?

32La confrontation petite/grande ville est également relayée narrativement. Outre des remarques sur les tenues vestimentaires des citadins des métropoles (« On dirait une vraie new yorkaise. L’imperméable noir, c’est leur uniforme » - Noël le cœur en fête), d’autres concernent la nourriture en relation avec les images projetées à l’écran. C’est un thème récurrent dans les productions de Noël. Dans les petites villes, les habitants mangent pour se faire plaisir alors que dans les grandes, ils font attention à leur ligne (« Il y a beaucoup trop de sucre là-dedans » La Rose de Noël ; « Je suis un régime sans gluten » Les biscuits préférés du Père Noël ; « Les glucides, c’est pas mon truc. J’évite aussi de manger du sucre » Un Noël saupoudré d’amour). Quelquefois, ce sont les habitants des petites villes qui sont ironiques vis-à-vis de ceux qui viennent de la grande ville : « Mais il n’y en a plus ! Qu’est-ce que vous mangez les gens de la ville ? Laisse-moi deviner ? Tu te nourris de tous ces smoothies, sushis et de toutes ces choses à la mode » (Une commerçante à l’héroïne Un Noël rouge comme l’amour). L’opposition entre l’essentiel et le superflu est également mise en avant lors de scènes tournées dans le café du coin. L’habitant de la petite ville s’y contente d’un café "tout court "alors que le protagoniste de la grande ville se trouve dépourvu de sa boisson habituelle (des cafés à la composition recherchée) et se ridiculise devant la patronne/serveuse qui lui jette un regard noir.

2.3.3. Les éléments géographiques (matériels et sociaux) de la petite ville

33Les intrigues des différents téléfilms sont l’occasion de mettre en avant les éléments symboliques et fonctionnels de la petite ville. Nous retrouvons tout d’abord les éléments de centralité : le lycée, le cinéma, l’hôpital..., mais également des éléments symboliques pour la communauté (fig. 7).

Figure 7 – Les éléments symboliques de la petite ville

Figure 7 – Les éléments symboliques de la petite ville

34La présence des édifices religieux n’étonne guère tant la religion a une place importante aux États-Unis. C’est ici que la population se retrouve pour être ensemble ou préparer des évènements de bienfaisance. La mairie est aussi le lieu de rassemblement, la maison commune à tous les citoyens, celle d’où partent les recherches pour retrouver les héros perdus dans la tempête de neige, celle qui renferme les archives de la ville et donc des arguments pour sauver le patrimoine menacé. La mise en valeur de la gare participe d’un autre phénomène, celui de remonter le temps (cf. supra avec l’allusion à un sas socio-temporel). De nos jours, la part modale du chemin de fer dans le transport de passagers est très faible : 0,2% en 2016 [Schorung 2017]. Mais il y a deux siècles, l’expansion américaine s’est faite grâce au rail. Pensons à l’Union Pacific ou encore à la Central Pacific. La gare représente donc un élément symbolique car elle a bien souvent été à la source de noyaux d’urbanisation au moment de la conquête de l’Ouest. Quant au kiosque trônant sur la grand-place il joue autant sur la fibre historique que sur la fibre sociale. Comme la mairie, c’est un lieu où la population se rassemble pour chanter, pour illuminer le sapin, pour écouter le maire. Rare élément du passé, il est aussi un monument à protéger et se trouve ainsi parfois au centre des intrigues.

35Les animations qui se produisent servent aussi aux spectateurs pour découvrir les rues et le mobilier urbain. Parmi ces évènements, citons pêle-mêle : l’illumination du sapin de la grand-place, la parade, les arbres à souhait, les décorations de la ville et des particuliers, le marché de Noël, les concours, etc. La diversité de ces derniers n’a pas de limites : plus beau char, plus belle maison en pain d’épice, plus belles illuminations de Noël… Tous ces évènements ont encore plus de charme quand la neige tombe. Cet élément météorologique est d’ailleurs un incontournable dans les Christmas TV Movies, d’où des histoires se déroulant majoritairement dans des États montagneux.

2.3.4. La petite ville "agricole"

36Même si l’expression "petite ville agricole" ne s’applique plus en France, elle pourrait convenir aux petites villes américaines tant les téléfilms de Noël recourent aux bottes de foin ou à des tracteurs (fig. 8). Les intrigues qui tournent autour des familles propriétaires de fermes de sapins de Noël concourent aussi à donner un côté champêtre aux petites villes des fictions de Noël.

Figure 8 – Une ambiance champêtre

Figure 8 – Une ambiance champêtre

37Certes, les chants de Noël sont indissociables des Christmas TV Movies (chorale dans les rues, générique chanté par une star, etc), mais la musique country rythme aussi plusieurs films : La partition perdue de Noël, Les ondes de Noël, Un Noël pour se retrouver, La parade amoureuse de Noël… Or, aux dernières élections américaines, tous les meetings de Donald Trump se passaient avec cette musique, la country étant un genre prisé par le public conservateur des zones rurales10.

38Cette référence au monde agricole tient à l’histoire des Etats-Unis et renvoie au cadre de vie rural et à l’idéal dit agrarien de Jefferson que nous avons évoqué précédemment. « Pour lui, "la campagne produit des citoyens plus vertueux". Par opposition, le citadin ne contribue pas de façon naturelle à la vie sociale et politique, car il est pris dans les réseaux de la richesse, de la corruption ou de la pauvreté. Cet "agrarianisme" a eu un impact considérable sur la pensée et le paysage. […] Véritable mythe pour certains, le mythe du jardin a inspiré une vision de la vie sociale et politique devant s’épanouir dans un cadre rural qui perdure. Ainsi, une nostalgie de la vie rurale continue à régner dans les esprits et à motiver les choix résidentiels : l’engouement pour la banlieue, la maison individuelle, la petite ville en est la manifestation contemporaine » [Berdoulay 1994, p. 28].

39Par les prises de vue, les Christmas TV Movies posent des cadres définitionnels de la petite ville. Par le texte, ils servent également à en mettre en exergue les principales caractéristiques.

3. Les bons et les mauvais côtés des petites villes vus par les téléfilms de Noël

3.1. Quitter, rester ou revenir dans la petite ville ?

40Les téléfilms de Noël prônent des valeurs d'entraide et insistent sur la solidarité des habitants à l’occasion de différents évènements : pour aider une famille dans le besoin, soutenir les militaires de la base voisine, participer aux organisations des festivités de Noël. Ces valeurs se retrouvent dans les verbatims. En creux se pose la question de l’identité : identité individuelle (que dois-je faire de ma vie ?) / identité collective (j’appartiens à une collectivité dont je partage les valeurs). La trame sociologique des fictions de Noël est ainsi très importante.

L’héritière de Noël
- L’héroïne : « J’ai encore du mal à me faire à l’amabilité des gens que je croise dans cette ville. D’habitude je me méfie des gens qui aident sans que l’on n’ait rien demandé.
- La directrice du centre culturel : D’où venez-vous ?
- De Los Angeles.
- Ah ! Ça explique tout »

Noël en héritage
« C’est l’avantage d’habiter dans une petite ville, on trouve toujours quelqu’un pour vous donner un coup de main »

41Si les habitants sont prompts à aider (voir infra), c’est qu’ils se connaissent tous alors que dans les grandes villes on a davantage de liens avec ses collègues que ses voisins.

Noël à Midway
« J’en connais plus sur Greg [un habitant de la petite ville] que sur mes voisins de palier. A San Francisco, un mur nous sépare ».

Marions-les pour Noël
19’42 L’héroïne à un passant « Bonjour !
- Le héros : Qui est-ce ?
- Mon ancien instituteur.
- Vous connaissez absolument tout le monde ici !
- Presque.
- À L.A. je ne connais même pas mon voisin ! »

42Le côté bluette des téléfilms de Noël met néanmoins en relief un fait important : la difficulté de côtoyer des personnes venant d’endroits divers. « Quand on est dans une petite ville comme celle-ci, il n’y a pas tellement de choix côté garçons. Donc on confond le grand amour avec le fait de se caser » (Un prince pour Noël). Pour certains personnages, c’est l’une des raisons de quitter la petite ville. Mais il y en a d’autres, comme celle de vouloir faire carrière.

Noël le cœur en fête
« Il fallait que je quitte Crawleight. Je me sentais pris au piège. J’avais l’impression que je ne pourrais jamais me réaliser ici ».

L’héritage de Noël
Le patron de l’usine discutant avec l’héroïne :
- « J’ai pensé que pour réaliser mes rêves, il fallait que je parte dans une ville plus adaptée.
- À quoi vous rêviez exactement ?
- À être bien payé et une fois que ce rêve s’est réalisé et que j’ai eu beaucoup d’argent, c’est autre chose qui m’a manqué.
- Qu’est-ce qui vous a manqué ?
- De me sentir en famille. Alors, ici, j’ai ce sentiment
 ».


Le Pacte secret de Noël
- « C’est ce genre d’atmosphère que je recherche quand j’ai quitté L.A.
L’héroïne - C’est vrai ? Qu’est-ce qu’il vous plait tant ?
- Ici on ressent vraiment l’esprit de Noël. Je trouve que c’est agréable de vivre dans une petite ville.
L’héroïne - Tout au long de mon enfance, je ne rêvais que d’une chose : m’échapper de Littleton. Denver était tellement attrayante pour faire du shopping, les restaurants, les salles de cinéma…
- Denver est à 1h du centre-ville [de la petite ville] ! C’est généralement le temps qu’on met à LA pour se rendre au travail ! »

43D’autres vont rechercher dans la grande ville l’anonymat que la petite ville ne permet pas (cf. les ragots et la curiosité des voisins– fig. 9). Ce point est loin d’être anecdotique car lors d’une recherche antérieure, nous avions interrogé le directeur du palace d’Evian qui revenait tout juste d’une grande métropole nord-américaine. Et ce dernier avait pointé ce manque d’intimité comme inconvénient dans la ville lémanique.

Figure 9 – Des voisins curieux

Figure 9 – Des voisins curieux

La parade amoureuse de Noël
« C’est une petite ville. Tout se sait ici ».

Noël en héritage
« C’est pour ça que j’habite à New York. Dans les petites villes, il n’y a pas moyen de passer inaperçu ».

Les petits miracles de Noël
« J’adore Evergreen, mais à Boston je peux être qui je veux ; j’ai des amis aussi là-bas mais quand ça me chante je peux être seul dans la foule anonyme. Je ne suis pas obligé d’être Ezra Green, l’ancien maire que tout le monde connait ».

L’héritière de Noël
« Beaucoup de gens semblent très soucieux de votre vie sentimentale ». « Oui, c’est le seul inconvénient quand vous habitez une petite ville. Quand vous vivez une histoire qui vous fiche par terre, tout le monde le sait et après tout le monde veut vous aider à en sortir ».

44Preuve des migrations inter-urbaines, certaines personnes sont parties et sont revenues. Dans les téléfilms de Noël, elles sont à la recherche de convivialité, d’une certaine slow life, quitte à ce que leur parcours professionnel en pâtisse. Les scenarios ne cachent pas cette éventualité.

Marions-les à Noël
Le héros, speed, venant de L.A. à l’héroïne habitant la petite ville
- « Je n’y arrive vraiment pas [de marcher lentement]. Vous donnez l’impression de marcher au ralenti.
- Ça s’appelle se promener ».

Un Noël décisif
- « Toi ici ? Tu comptais les jours pour aller à l’Université et quitter enfin Woodstock !
- Tu vois, les temps changent. Maintenant je vois les avantages d’habiter dans une petite ville familiale
 »

Noël à Crystal Falls
La mère du héros (ancienne résidente d’une grande métropole) à l’héroïne :
- « Je travaillais dans un grand cabinet d’avocats. […] J’étais débordée. Je courrais tout le temps dans tous les sens et j’avais l’impression d’aller nulle part.
- Vous avez tenu le coup ?
- J’ai démissionné ; j’ai trouvé un poste à l’hôpital et je n’ai rien regretté ».

Les 12 traditions de Noël
- Le héros : « À New York, il y a toute une culture de la réussite. Là-bas les gens considèrent que l’univers commence à East River et s’arrête à l’Hudson. J’adore la vie là-bas. Je me suis nourri de cette atmosphère, de cette culture, de cette ambition, de cette énergie, de cette vie palpitante. Je pensais que quitter Manhattan allait ralentir ma carrière.
- L’héroïne : Et ça n’a pas été vrai ?
- Bien sûr que si. Mais j’ai renoncé à rien. C’était un nouveau rêve. C’est un jardin pour ma fille, une chance pour ma femme d’être artiste ».

45Si certains protagonistes reviennent dans la petite ville après avoir connu d’autres horizons, d’autres n’ont pas eu la chance, les moyens de la quitter pour réaliser ses rêves.

L’héritage de Noël
L’héroïne discutant avec la jeune serveuse admise en médecine à Princeton.
- « Vous serez à Princeton l’année prochaine !
- Oui je l’espère.
- Vous avez bien été admise ?
- Oui. Mais si l’usine ferme, ma famille aura besoin de moi.

Un prince pour Noël
« Oui c’est très familial. Les gens y passent toute leur vie. Ils naissent, grandissent, se marient et y élèvent leurs enfants ».

3.2. La place importante de la communauté dans la petite ville

46Les téléfilms de Noël se rapprochent beaucoup des photos du FSA dont nous avons parlé dans la 1ère partie. Les personnages sont toujours souriants, au service des uns et des autres (fig. 10). Le maire est un personnage souvent mis en avant, acteur du bien-être des habitants de la ville et guide de la communauté. Pour Libourel et Schorung [2021], les petites villes s’accordent parfaitement à l’idéal pastoral de la communauté villageoise. Et les productions de Noël en sont un parfait témoignage car les valeurs d’entraide, de soutien moral et financier y sont très souvent prônées. Les mots « communauté », « paroisse » figurent très souvent dans les dialogues. Soit la communauté va organiser des évènements pour saluer les soldats de la base militaire proche, soit elle va secourir une famille dans le besoin. DJ. Peters [2019] insiste sur ce capital social des petites villes mais d’autres sont un peu plus nuancés, à l’image de R. Wuthnow [2013] ou de C. Montès [2012].

Figure 10 – La convivialité règne dans les petites villes

Figure 10 – La convivialité règne dans les petites villes

47Cette référence à la communauté et au côté religieux de la société américaine peut surprendre un lecteur français. Pourtant, messianisme et communautarisme sont parties-prenantes de la culture américaine pourtant si individualiste. Vincent Berdoulay résumait bien ce trait américain dans le volume de la Géographie Universelle consacré à ce pays : « On observe une vie associative bouillonnante, dans le prolongement du communautarisme des origines. Le terme commonwealth (le bien commun) ne désigne-t-il pas encore l’État du Massachusetts ? Le style de vie, homogène sur un territoire de par l’idéal communautaire, est à la source des paysages d’harmonie et de perfection morale chers aux puritains. Une image nostalgique et bucolique, idéalisée, en est restée gravée dans l’imaginaire populaire. […] Une remarquable vie associative fleurit dans la sphère culturelle, politique, sociale, professionnelle ou économique. […] Tout individu est aussi actionnaire de la communauté à laquelle il appartient. […] C’est là un aspect du mélange des genres, politiques, économique, moral, voire religieux, qui fait tant l’originalité de la culture américaine » [Berdoulay 1994, p. 24]. Le fait associatif ou corporationnel dont parle Berdoulay est flagrant par exemple lors des parades de char.

48En fait, le mythe de la petite ville se reproduit encore de nos jours ; en atteste ce témoignage personnel d’une journaliste américaine. En 2010, elle s’est demandé si la petite ville, image d'une communauté soudée existait vraiment dans la réalité. Et son enquête l’en a convaincue. « Of course, a cynic might wonder if such a place really exists, if this catch phrase holds any true meaning. […] That cynic, and many others, would likely be surprised by many of the communities in Todd County. They come pretty darn close to fulfilling that quintessential image of small town USA. Just ask Karen Weego. She moved to Hewitt, Minnesota, from California - where her apartment building had a larger population than her new town. She didn't know a soul in Hewitt, yet. A bunch of the city's residents showed up to help her move in. Once she came back from the store to find a rhubarb pie on her kitchen table. She still doesn't know who left it for her11 ».

3.3. La revitalisation après un choc économique

49Les petites villes, qu’elles soient américaines ou françaises, font face à de graves difficultés économiques (tissu commercial à maintenir, crise de certaines industries). Alors que les films de Noël pourraient être les chantres d’un anti-capitalisme à la source de tous ces maux, ils restent paradoxalement dans la veine originelle des États-Unis où la libre-entreprise est promue. Ici est glorifié le capitalisme à visage humain, avec des entreprises familiales qui se transmettent. Par ailleurs, si la grosse entreprise est au début du téléfilm décrite comme une prédatrice, elle devient à la fin salvatrice grâce à l’héroïne ou au héros qui va trouver une solution pour préserver l’entreprise ou l’établissement de la petite ville (ancien produit remis au goût du jour, nouveau produit à lancer, nouveau business plan, etc.).

3.3.1. La dévitalisation commerciale

50Dans la majorité des téléfilms, l’étranger qui visite la petite ville pour la première fois se rend toujours sur la Main Street, se baladant seul ou avec un autre personnage (fig. 11). Ce passage obligé tend à conforter cette rue commerçante comme un haut-lieu de la petite ville, un élément majeur de son identité et de sa centralité, voire comme un marqueur mémoriel essentiel quand le film évoque la pérennité des magasins familiaux tout au long de cet axe (Wilson’s established in 1942 – Le Médaillon de Noël).

Figure 11 – Main Street : élément incontournable du décor

Figure 11 – Main Street : élément incontournable du décor

51Bien souvent, ce sont toujours les mêmes boutiques qui sont au cœur de l’intrigue : boutique d’antiquités, fleuriste, librairie, quincaillerie, hôtel/maison d’hôtes et surtout le salon de thé/boulangerie (fig. 12). Les scénaristes jouent certainement sur le fait que les viennoiseries ont un côté réconfortant [Labrecque & al. 2009].

Figure 12 – Le salon de thé/boulangerie : LE commerce des téléfilms de Noël

Figure 12 – Le salon de thé/boulangerie : LE commerce des téléfilms de Noël

52Certains téléfilms de Noël relatent le combat des commerces de centre-ville contre les grandes surfaces de périphérie. En cela, ils sont proches de la réalité [Sparks 2011, Montès 2012, Bias & al. 2015]. Les dialogues insistent sur le côté convivial des petites boutiques où les commerçants connaissent le goût de leurs clients. Le prix élevé est contrebalancé par la qualité et le service après-vente.

Un Noël rouge comme l’amour
- L’héroïne : « Oh rien ne change à Conway !
- Sa sœur : On fait tout pour ça. En fait, on vient de s’opposer à l’installation d’un nouveau supermarché à la sortie de la ville.
- L’héroïne : Pourquoi ? Au lieu d’être obligé de s’arrêter dans cinq magasins, on pourrait faire toutes les courses d’un coup.
- La nièce : Oui mais le boulanger me donne toujours les meilleurs caramels et Mme Mables les meilleurs chocolats chauds. »

Noël au pays des jouets
Intervention d’une commerçante au conseil municipal :
« Roy’s Toys va mettre fin à la richesse et à la vitalité de New Britain. Pas du jour au lendemain bien sûr. Mais avec les jouets ça ne sera que le début. Après ça sera au tour de Donna par ex. et de sa boutique de vêtements qu’elle tient depuis 17 ans. Elle sera complètement balayée par une grande surface de 2000 m². Et Jim, sa quincaillerie sera concurrencée par une chaîne de magasins de bricolage. Tous ces magasins offrent une grande sélection de produits mais de moindre qualité et je ne vous parle pas de services. C’est ce genre d’évolution qui se répand et délite notre société. [s’adressant ensuite au maire] Quand ta fille Wendy aura fini ses études, la ville aura complètement changé. Il n’y aura plus de commerces. Ça sera un immense centre commercial perdu au milieu de nulle part avec quelques maisons autour. Les cartes et les panneaux indiqueront toujours New Britain mais notre ville aura perdu son âme et on en sera tous responsable ».

L’admirateur secret de Noël
- Le notaire : « Tu devrais vendre la maison. […] Ça serait difficile de vendre la pâtisserie dans une petite ville comme ça, surtout avec la concurrence.
- L’héroïne : La concurrence ?
- T’es au courant qu’une nouvelle gérante est arrivée au Forge Mart ?
- Mais c’est un supermarché qui fait venir ses produits de Middletown. Tout est industriel.
- Mais leur prix sont imbattables
 ! »

Figure 13 – Petits commerces vs. grande surface

Figure 13 – Petits commerces vs. grande surface

3.3.2. La crise industrielle

53La désindustrialisation des dernières décennies du XXe siècle n’a pas épargné les petites villes qui pour beaucoup sont nées des productions industrielles et énergétiques [Montès 2012]. Bien entendu, pour les téléfilms de Noël, l’industrie lourde est remplacée par des Industries Agro-Alimentaires (biscuiterie) ou celle des biens d’équipements (jouets, vêtements) mais l’idée est là.

54À la fermeture de leur principale usine, les petites villes connaissent une perte d’attractivité et donc une perte de population (du moins celles qui n’ont pas pu rebondir grâce à une autre activité). Les productions de Noël insistent fortement, et à juste titre, sur le risque que fait porter une mono-industrie.

Ma petite entreprise de Noël
L’héroïne à son patron : « Des centaines d’emplois dépendent de votre décision, sans parler de la survie pure et simple de la ville de Dover et de ses habitants ».
Un habitant : « Notre ville doit beaucoup à la famille Young. Leur usine fait vivre Dover depuis plus de 50 ans ».

Noël le cœur en fête
- « La situation est si dure que ça ?
- La récession a frappé de plein fouet. La fermeture de l’usine a laissé plein de gens sans emploi. Après ça, les faillites se sont enchainées
 ».

L’Héritage de Noël
L’héroïne et la propriétaire de l’auberge :
- « Vous avez travaillé chez Tante Sally [l’usine] ?
- Oui, presque tous les habitants de la ville ont travaillé chez elle ».
L’héroïne et une employée de l’usine :
- « Depuis quand y travaillez-vous ?
- Depuis 20 ans. Ma mère y travaillait avant moi. Et ma grand-mère a été la toute 1ère employée de Sally. Ça existe depuis 1948 ».

55L’activité industrielle a du mal à persister dans les petites villes malgré des facteurs avantageux (main d’œuvre bon marché par ex.). Là encore, les films de Noël évoquent ces difficultés. Dans Ma petite entreprise de Noël, une employée explique la perte d’un important contrat avec une chaîne de magasins traditionnels : difficulté de percer sur le commerce en ligne, coûts de fabrication trop élevés, jouets trop classiques. Un autre film, L’héritage de Noël, cite les frais de transport. « C’est une évidence. C’est beaucoup plus facile et bien moins cher d’envoyer les commandes depuis Buffalo que depuis une petite ville inconnue. Or je veux que ces biscuits soient en vente dans toutes les épiceries d’Amérique 12 mois / an » (Le grand patron souhaitant racheter la petite entreprise).

Destination Noël
La tante du héros : « J’ai travaillé 30 ans à la fabrique de meubles. C’était l’un des employeurs les plus importants de la ville.
- Le héros, shérif : D’ailleurs j’y ai aussi travaillé à mi-temps quand j’étais jeune.
- L’héroïne : Ça existe toujours ?
- La tante : Les temps changent. Ils ont été forcés de fermer leurs portes il y a quelques années et depuis ce n’est pas tout à fait la même ville. Une autre bonne raison de vouloir cette station de ski. Il est temps de prendre un nouveau départ ».

3.3.3. Les insuffisances de la protection sociale américaine

56Découlant des crises successives, plusieurs habitants des petites villes vivent dans la précarité. Ce fait qui écorne l’image de la ville idéale est néanmoins atténué par la mise en avant des actions leur venant en aide. La solidarité sous-jacente dans les petites villes permettrait une prise en charge plus rapide et plus facile des malheureux. C’est ainsi que les téléfilms de Noël accentuent le côté positif des associations culturelles ou religieuses via les évènements caritatifs organisés. Ce point, à relier avec nos propos sur la communauté, fait ressortir en creux les insuffisances de la protection sociale américaine.

3.4. La défense du patrimoine historique

57Pour C. Montès, les capitales d’État (bien souvent des petites villes) sont « des lieux de mémoire », « en représentant un élément du cœur historique de la nation et en étant une allégorie du groupe social qui constitue le lieu » [Montès 2017]. Comme elles ont été à l’avant-garde du mouvement de patrimonialisation aux États-Unis [Montès 2015], il est normal que la défense du patrimoine et des traditions soit perceptible dans de nombreux téléfilms. Certains scenarios montrent que les petites villes ont su se renouveler grâce à leurs atouts patrimoniaux et devenir des pôles touristiques. En cela, ils ne déforment pas la réalité. « Le tourisme constitue un moyen de reconversion. […] Outre la beauté du site, cette attraction se fonde sur l’historicisation et le mythe de la petite ville qui sous-tendent la réhabilitation des bâtiments anciens et la création de districts historiques » [Montès 2012, p. 578].

Les petits miracles de Noël
« Suite à la fermeture, il a fallu que la ville s’unisse pour se transformer et se réinventer et maintenant les touristes du monde entier viennent chez nous. […] Ça prouve qu’il faut savoir changer pour affronter l’adversité, pour évoluer ».

58La caméra s’attarde sur les panneaux (à l’entrée ou au sein même de la ville) où est inscrite la date de construction du lieu. Plusieurs scenarios reposent aussi sur la défense de lieux emblématiques de la ville, souvent très anciens, que ce soit un bâtiment public (gare, bibliothèque) ou un commerce (librairie). D’autres reposent sur la création d’un musée à la gloire de la ville ou de son activité principale (chapellerie par ex. fondée en 1837 et en faillite dans les années 1980 pour Les petits miracles de Noël). Ce besoin de mémoire et d’identité se matérialise par le besoin de conserver et de perpétuer les traditions. L’exemple-type est par exemple les festivals de Noël qui remontent à plus de 50 ans. Plusieurs films évoquent aussi l’existence de société ou de cercle d’histoire locale (La révélation de Noël, le calendrier de Noël, Les ondes de Noël).

59Le héros ou l’héroïne tente de revitaliser ce patrimoine et, partant, de consolider l’identité de la ville. C’est un retour dans le passé pour la plupart des personnages revenant dans la ville de leur enfance où leurs parents et leur communauté n’ont pas bougé alors qu’eux ont goûté à l’Amérique contemporaine, à la réussite matérielle mais aussi à sa brutalité et à la déshumanisation de vies sans racine. C’est l’idée d’un ancrage territorial nécessaire à une vie heureuse. Mais faire accepter de nouvelles idées ne va pas se faire sans heurts, entre des protagonistes qui arrivent avec des idées modernes qu’ils ont intégré au fil de leurs voyages et le reste de la communauté dont l’esprit est un peu moins ouvert.

Une nouvelle tradition pour Noël
- L’héroïne : « Ce n’est pas le bâtiment qui compte. C’est son passé, c’est ce qu’il représente, c’est son histoire. C’est la place qu’il occupe pour les gens de Woodside. C’est la tradition.
- Le héros : Est-ce que vous pensez au futur ? Est-ce que vous réfléchissez à l’avenir ?
- Le passé et le futur peuvent coexister ».

Le héros face à l’une de ses supérieures : « J’ai trouvé le moyen de ne pas démolir la bibliothèque et de conserver l’intégralité de l’édifice. Je reprends ses principales caractéristiques architecturales que je transpose dans la construction d’un hôtel moderne qui combinera les éléments du passé, du présent et du futur. Ces nouveaux plans sont à l’image de Woodside. C’est un bâtiment qui correspondra à la ville et dont les habitants pourront être fiers ».

60Le patrimoine constitue à la fois un marqueur de l’ancrage identitaire de la ville, un élément de la permanence des valeurs qu’elle soutient et un élément aujourd’hui en danger qu’il faut parvenir à sauvegarder. En cela, les protagonistes sont à la fois porteurs du passé et de l’avenir car ils ont les idées et parfois aussi les capitaux.

Conclusion

61Pour les spécialistes, la réussite des téléfilms de Noël tient à plusieurs ingrédients. Pour Chr. Bouillet, directrice de programmation chez M6, il y a deux fondamentaux : « une histoire de retour aux sources dans sa famille, revenir dans sa ville d'origine. Une histoire de rédemption aussi, pour trouver le vrai sens de sa vie ». Un beau décor avec « des maisons bien décorées, sous la neige » attire également (Europe 1, Culture Médias, 05/11/2020). En dépit de leur succès télévisuel, les Christmas TV Movies sont pourtant un genre de films qui engendrent des débats entre médias de tendance politique opposée. Pour les médias de gauche, « ces productions sont pétries de conservatisme, d’anti-féminisme », « trop-blanc » et ne faisant pas la part belle aux LGBT+12. Vanity Fair partage le même dédain, en surnommant la petite ville où se déroule l’action de « bled », « trou perdu », en critiquant le look des personnages et par ricochet les habitants des petites villes (« les acteurs arborent des looks si ringards qu’on en fixerait le carbone 14 aux années Melrose Place ») et en traitant le téléfilm de Noël de « bidule13 ».

62Pour les médias de droite, les avis sont beaucoup moins tranchés et insistent sur le côté "soupape de sécurité" que représentent ces fictions. « À une époque qui allie guerre, pandémie mondiale et crise économique, bien sûr que le public en redemande. Et nous aussi ! » [Paris Match, n°3838, novembre 2022]. « Les Français ont besoin de réconfort » [Europe 1, Culture Médias, 05/10/2022]. Si les téléfilms de Noël plaisent tant, c'est rarement pour leur qualité cinématographique, mais plus souvent pour le bien-être qu'ils procurent. « L'effet antidépresseur, chaleureux, reste l'effet principal pour expliquer le succès de ces productions », confirme Jonathan Escarpiado (Directeur Artistique adjoint Cinéma et Fictions Étrangères pour TF1)14. Ce constat est confirmé par V. Spies, maître de conférences à Avignon : « Il y a un côté doudou, rassurant, d'autant plus dans une période d'inquiétude » [Les Échos, 23/12/2021] et par A. Scahill, professeur de cinéma à l’Université de Denver : « Le récit de Noël, c’est l’équivalent d’un bon pudding qui ne demande pas beaucoup de concentration » [Le Figaro, 17/12/2022].

63Pour en revenir à l’objet même de notre article, il est patent que dans les téléfilms de Noël, la petite ville tient un rôle à part entière. En montrant des histoires qui finissent bien et en insistant sur les côtés positifs des petites villes (sans néanmoins en cacher les limites), ces productions entretiennent l’un des mythes fondateurs des États-Unis. Les professionnels du tourisme surfent sur cette vague nostalgique. Des agences de voyage ou des magazines réalisent en effet chaque année un classement des petites villes idéales pour passer Noël et se sentir comme dans un Christmas TV Movie. Le plus intéressant est celui de Runaway Suitcase avec la prise en compte d’un référentiel très précis (wintry scenery, friendliness, walkability, christmas cheer and small businesses15). Sur les autres sites16, les photos d’illustration semblent tout droit sorties d’une fiction. Elles ne montrent pourtant que des éléments existants : kiosques décorés, Main Streets illuminées… Nous pouvons cependant nous demander si ce sont les téléfilms de Noël qui se sont inspirés de situations réelles ou si ce sont les municipalités des petites villes qui ont choisi, par pur marketing, de ressembler aux villes des œuvres cinématographiques. Cette question se pose eu égard au travail de G. Saumon qui montre que « le pouvoir des fictions est tel qu’elles participent à la transformation concrète des territoires [comme dans] l’ouest du Montana où toute une trame de récits fictifs conditionne l’attractivité et de certaines localités et parfois en influence l’aménagement » [Desbois & al. 2016, p. 241].

64Quoiqu’il en soit, comme nous l’avons évoqué dans la première partie, les téléfilms de Noël sont essentiellement portés par des chaînes TV conservatrices. Elles se veulent à la pointe du combat contre le wokisme et utilisent leurs productions pour rappeler les valeurs traditionnelles américaines. Mais le portrait qu’elles dressent des petites villes ne correspond qu’à une proportion réduite des petites villes du pays, celles qui sont perturbées par la dévitalisation économique ou par l’apparition de grandes surfaces telles Walmart et qui ont pu perdre leur charme d’antan.

Haut de page

Bibliographie

http://cafe-geo.net/les-series-tv-miroirs-obscurs-de-la-geographie-urbaine/, café-géo du 28 mai 2013 avec D. Buxton, P. Guinard, AM. Paquet et B. Pleven., consulté le 23/12/2022.

ALLMANG, C. (2013) – « Le paradoxe ou les enjeux de la néo-ruralité aux États-Unis », L’Information Géographique, vol. 77, n°2, pp. 72-87, https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2013-2-page-72.htm

BERDOULAY, V. (1994) – « L’appropriation du territoire », in A. Bailly, G. Dorel, J.-B. Racine & P. Villeneuve P. (dir.), Géographie Universelle : États-Unis, Canada, Paris, Belin-Reclus, pp 18-32.

BIAS, T., LEYDEN, K. et ZIMMERMANN, J. (2015) – « Exploring Policy-Maker Perceptions of Small City Downtowns in the USA », Planning Practice et Research, vol. 30, n°5, pp. 497-513.

BOLLHÖFER, B. (2007) – « Télévision et images géographiques », Géographie et cultures, n°60, pp. 39-56, https://journals.openedition.org/gc/16068.

BRETAGNOLLE, A., GIRAUD, T. & MATHIAN, H. (2008) – « La mesure de l’urbanisation aux États-Unis (1790-2000) », Cybergeo. Article 427, https://journals.openedition.org/cybergeo/19683

DAVIES, R. (1999) – Main Street Blues : The Decline of Small Towns America, Columbus, Ohio State University Press, 236 p.

DESBOIS H., GERVAIS-LAMBONY P. & MUSSET A. (2016) – « Géographie : la fiction « au cœur » », Annales de géographie, n° 709-710, pp. 235-245, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2016-3-page-235.htm

GROSSMAN, K. & MALLACH, A. (2021) – « The Small City in The Urban System : Complex Pathways of Growth and Decline », Geografiska Annaler, vol. 103, n°3, pp. 169-175.

HALPER, T. et MUZZIO, D. (2011) – « It’s a Wonderful Life: A Representations of the small town in American Movies », European Journal of American Studies, vol. 6, n°1, https://journals.openedition.org/ejas/9398?lang=fr,

KEMPF, J. (2004) – « La petite ville : une nostalgie américaine », in W. Dow et Y. Roblou (dir.), Nostalgies américaines, Reims, Mallard, pp. 89-111, https://shs.hal.science/halshs-00381619.

LABRECQUE, J., MAHIL, A. & MARQUIS, M. (2009) – « Comprendre la consommation des aliments réconfortants pour mieux la gérer », Gestion, vol. 34, n°4, pp. 12-20, https://www.cairn.info/revue-gestion-2009-4-page-12.htm.

LIBOUREL, É. et SCHORUNG, M. (dir.) (2021) – Les États-Unis d’Amérique, Paris, Atlande, 862 p.

LOVE, H et POWE, M. (2020) – Why Main Street are a key driver of equitable economic recovery in rural America, report, Washington DC, Brookings Institution, https://www.brookings.edu/research/why-main-streets-are-a-key-driver-of-equitable-economic-recovery-in-rural-america/

MAHONEY, T. (2003) – « The Small City in American History », Indiana Magazine of History, vol. 99, n°4, pp. 311-330.

MARET, I. (2003) – « Étalement urbain : et l’Amérique profonde ? », Espace, populations, sociétés, n°2003-1, pp. 65-76, https://www.persee.fr/doc/espos_0755-7809_2003_num_21_1_2063.

MAUMI, C. (2008) – Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine, Paris, Éd. Presses de la Villette, 239 p.

MONTÈS, C. (2012) – « Les petites villes en Amérique du Nord », Bulletin de l’AGF, vol. 89, n°4, pp. 571-583, https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_2012_num_89_4_8296

MONTÈS, C. (2015) – « Les petites capitales des États-Unis, quel pouvoir ? », Géoconfluences, juillet 2015, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/corpus-documentaire/les-petites-capitales-des-etats-unis-quel-pouvoir).

MONTÈS, C. (2017) – « Les petites capitales d’État des États-Unis, quel effet de chef-lieu ? », Territoire en Mouvement, vol. 33, https://journals.openedition.org/tem/4050

OCEJO, R. E., KOSTA, E. B. & MANN, A. (2020) -  « Centering Small Cities for Urban Sociology in the 21st Century », City & Community, vol. 19 (1), pp. 3–15

PETERS, D.J (2019) – “Community Resilience In Declining Small Towns: impact of population loss on quality of live over 20 years” , Rural sociology, vol. 84, n°4, pp. 635-668.

PLEVEN, B. (2015) – « Horizons géographiques du cinéma de fiction. Variations autour de la « géographie-caméra » », Géographie et Cultures, n° 93‑94, pp. 189‑216, https://journals.openedition.org/gc/3958

POULOT, M.-L. (2018) – « Le boulevard du Saint-Laurent à Montréal : une Main Street réinventée », Communication & Langages », n°195, pp. 77-94, https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages-2018-1-page-77.htm

SCHORUNG, M. (2017) – « Le transport ferroviaire de passagers en Californie : un laboratoire du renouveau ferroviaire aux États-Unis ?, Flux, vol.1, n°107, pp. 17-35, https://www.cairn.info/revue-flux-2017-1-page-17.htm?ref=doi

SIMAY, P. & TONNELAT, S. (dir.) (2011), « La ville des séries télé », Métropolitiques, https://metropolitiques.eu/La-ville-des-series-tele.html

SPARKS, T. (2011) – Rooted in Place: The Role of design in Small Town Identity, Thesis, Master of Architecture Degree, University of Tennessee, 25 p.

STASZAK J.-F. (2014) – « Géographie et cinéma : modes d'emploi », Annales de géographie, n° 695-696, pp. 595-604, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2014-1-page-595.htm

THOMPSON, M., IZENBERG, J., GOLEMBESKI, C. STITELMAN, M. & WALLACE, R. (2020) – « Main Streets and Disaster », City, vol. 24, n°1-2, pp. 166-177.

VAN LEUVEN, A. J. (2022) – “The Impact of Main Street Revitalization on the Economic Vitality of Small-Town Business Districts”, Economic Development Quarterly, vol. 36, n°3, pp. 193–207.

WINCKLER, M. (2005) – Les miroirs obscurs. Grandes séries américaines d’aujourd’hui. Paris, Au diable Vauvert, 335 p.

WUTHNOW R. (2013) – Small America. Finding Community, Shaping The Future, Princeton University Press, 520 p.

Haut de page

Notes

1 D. Kennedy, Le Figaro Magazine, 6/08/2011.

2 Les audiences sont également très bonnes sur les autres chaînes.

3 « En 2018, ce sont ainsi 85 millions d'Américain·es qui ont regardé un ou plusieurs de ces téléfilms de Noël, une progression de 37% par rapport à 2015, déjà une année record avec 62 millions de téléspectateurs uniques » (https://www.slate.fr/story/185064/romances-television-telefilms-Noël-seduisent-femmes-moderne, consulté le 29/11/2022).

4 Voir https://www.lesechos.fr/2017/12/la-tradition-des-films-de-Noël-soffre-une-seconde-jeunesse-aux-États-Unis-190337, 21/12/2017, consulté le 29/11/2022. Déjà connue en France par sa branche "carterie".

5 Paris Match, n°3838, nov 2022.

6 https://www.slate.fr/story/185064/romances-television-telefilms-Noël-seduisent-femmes-modernes, 12/12/2019.

7 Mais également beaucoup dans le Colorado.

8 https://www.mainstreet.org/aboutus, consulté le 17/12/2022.

9 Il arrive que certaines fictions aient comme cadre des villes existantes, comme par exemple Woodstock dans le Vermont (Un Noël décisif).

10 Voir https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/donald-trump-une-campagne-pour-fideliser-son-electorat-rural_3696175.html et https://www.slate.fr/story/186521/États-Unis-musique-marqueur-politique-republicain-democrate-hard-rock-hip-hop-country (consultés le 17/12/2022). Même en France, J. Fourquet a montré l’appétence des habitants des petites villes pour ce style de musique.

11 https://www.mprnews.org/story/2010/03/26/the-meaning-of-small-town-usa Ground Level Blog, consulté le 14/11/2022.

12 https://www.slate.fr/story/185064/romances-television-telefilms-Noël-seduisent-femmes-modernes, 12/12/2019. Ceci est à nuancer car ces dernières années, on voit de plus en plus de couples mixtes (par ex. Coup de foudre au bal de Noël) ou homosexuels (Un Noël d’enfer ; Duel à Noël chez les Mitchell).

13 https://www.vanityfair.fr/savoir-vivre/article/chronique-doit-on-vraiment-regarder-des-telefilms-de-Noël-des-novembre-au-risque-de-froler-l-indigestion, 05/11/2021.

14 https://www.europe1.fr/medias-tele/comment-expliquer-le-succes-croissant-des-telefilms-de-Noël-4008004 Culture Médias, 25/11/2020

15 https://www.reservations.com/blog/resources/hallmark-christmas-towns-index/ consulté le 14/11/2022.

16 https://matadornetwork.com/read/small-towns-hallmark-christmas/ consultés le 17/12/2022;

https://www.travelmarketreport.com/articles/The-Ten-Most-Christmassy-Towns-in-the-US; https://www.housebeautiful.com/entertaining/holidays-celebrations/g23338332/best-christmas-towns/ consultés le 17/11/2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La récurrence de certaines vues
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2 – Le long chemin pour arriver dans la petite ville
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 – Horizontalité vs Verticalité
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4 – De grandes villes oppressantes
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5 – Des styles vestimentaires allant du sophistiqué au passe-partout
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 6 – Petit déjeuner : calorique ou non calorique ?
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 7 – Les éléments symboliques de la petite ville
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 8 – Une ambiance champêtre
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 9 – Des voisins curieux
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 10 – La convivialité règne dans les petites villes
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 11 – Main Street : élément incontournable du décor
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 12 – Le salon de thé/boulangerie : LE commerce des téléfilms de Noël
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 13 – Petits commerces vs. grande surface
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/11861/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Eve Férérol, « La représentation de la petite ville dans les téléfilms de Noël américains »Bulletin de l’association de géographes français, 100-4 | 2023, 532-564.

Référence électronique

Marie-Eve Férérol, « La représentation de la petite ville dans les téléfilms de Noël américains »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 100-4 | 2023, mis en ligne le 30 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/11861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.11861

Haut de page

Auteur

Marie-Eve Férérol

Docteur ès géographie, qualifiée maître de conférences en géographie-aménagement. Chargée de mission "Revitalisation commerciale" à la Mairie de St-Jean-Pied-de-Port – Courriel : mefererol[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search