Navigation – Plan du site

Diagnostic systémique de l’adaptabilité du territoire camarguais face à la montée du niveau de la mer

A systemic approach to assess the adaptability of the Camargue territory in a context of sea level rise
Sophie Liziard et Christine Voiron-Canicio
p. 303-314

Résumés

Le programme de recherche « CAMPLAN - Gestion intégrée d’un hydrosystème : Camargue et Plan-du-Bourg », mené par l’UMR ESPACE en collaboration avec le bureau d’étude Ressource et la Tour du Valat, part du constat dressé par plusieurs gestionnaires d’espaces naturels de ce territoire : une incapacité croissante de la gouvernance de l’eau à maintenir les capacités d’adaptation du système hydraulique face aux changements globaux, et tout spécialement face à l’élévation du niveau marin. Notre contribution à ce programme de recherche s’est attachée à mettre en relation les connaissances produites par les chercheurs de l’équipe pour identifier les éléments qui, dans le fonctionnement du système territorial, sont favorables et défavorables à l’adaptation. La complexité et l’ampleur des connaissances rassemblées ont nécessité une approche systémique. Une analyse de la structure des relations constitutives du système camarguais a permis d’identifier deux voies d’adaptation, et au sein de celles-ci ont été analysés les points de blocage et les éléments favorables à l’adaptabilité du territoire camarguais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Camargue, les aménagements hydrauliques et leur gestion sont supposés adapter le système aux besoins de la production agricole, de la chasse, de la pêche, et de la protection de la nature, tout en veillant au risque d’inondation. L’héritage technique et humain a en effet façonné ce territoire, contraint par le fleuve et la mer, et qui rassemble une multitude d’usages à la fois interdépendants et en concurrence vis-à-vis de la gestion de l’eau [Dervieux 2005]. Néanmoins, face à l’élévation du niveau marin, la gouvernance du territoire est confrontée à des difficultés croissantes pour évacuer l’excès d’eau dans le delta camarguais et maintenir les différents usages. La question de l’adaptation à ces nouvelles conditions et aux incertitudes concernant les changements climatiques à venir place les gestionnaires de l’hydrosystème dans un contexte décisionnel délicat. Le programme de recherche « CAMPLAN – Gestion intégrée d’un hydrosystème : Camargue et Plan-du-Bourg » [Allouche & al. 2012], mené par l’UMR ESPACE en collaboration avec le bureau d’étude Ressource et la Tour du Valat, s’est donné comme objectif d’approfondir la connaissance du fonctionnement du système camarguais, en analysant ses capacités à se maintenir, à se transformer et à s’adapter aux perturbations. Après avoir présenté le contexte de l’étude et justifié le positionnement scientifique de notre approche, notre méthode de diagnostic systémique de l’adaptabilité sera développée, puis les résultats dans le contexte camarguais feront l’objet d’éclairages sélectionnés.

1. Démarche de diagnostic de l’adaptabilité du système camarguais

1.1. La Camargue, un territoire dont le fonctionnement est compromis par l’élévation du niveau de la mer

2L’Île de Camargue et le Plan-du-Bourg constituent le territoire du Parc naturel régional de Camargue et la majeure partie du delta du Rhône, sur une superficie d’environ 100 000 hectares (Fig. 1).

Figure 1 – Situation générale du terrain d’étude

Figure 1 – Situation générale du terrain d’étude

3Le Nord du delta est constitué de terres agricoles, le centre par l’étang du Vaccarès et le Sud présente des marais et des plans d’eau salés. De nombreux aménagements organisent la circulation des eaux, qui sont drainées vers l’étang du Vaccarès. Celui-ci est séparé de la Méditerranée par la digue à la mer où les échanges entre mer et étangs sont régulés à l’aide des vannes. Les activités en interrelation avec l’eau sont nombreuses (agriculture, élevage, marais salants, préservation de la nature, pêche, tourisme, etc.) et leur coexistence est difficile du fait de besoins divers en termes de quantité, de salinité, de saisonnalité. La gestion de l’eau est d’autant plus complexe qu’une élévation du niveau de la mer, concomitante à la subsidence du delta du Rhône, est observée depuis un siècle [Brunel & Sabatier 2009]. Le niveau marin élevé limite les possibilités de sortie d’eau vers la mer en temps ordinaire et de façon encore plus critique en situation d’aléa climatique [Allouche & al. 2012]. Cette difficulté croissante à évacuer correctement les eaux impacte les activités et multiplie les risques d’inondations, enrayant le mode de gestion hydrologique du système camarguais. L’objectif du programme CAMPLAN est d’aider les gestionnaires dans l’élaboration des stratégies de gestion, en approfondissant les connaissances sur le fonctionnement du système camarguais et ses capacités d’adaptation [Allouche & al. 2012]. Le programme CAMPLAN est un programme interdisciplinaire rassemblant des chercheurs en histoire, écologie, hydrologie, sociologie, anthropologie et géographie. Il est animé par une forte volonté de transversalité, qui s’est traduite par des ateliers chercheurs-gestionnaires et par un volet systémique dans lequel s’inscrit l’analyse de l’adaptabilité du territoire camarguais.

1.2. Enjeux de l’analyse des capacités d’adaptation des territoires au changement climatique

4La capacité d’adaptation est la capacité d’un système à modifier son comportement ou ses caractéristiques afin de mieux faire face aux perturbations, qu’elles soient actuelles ou anticipées [Brooks 2003]. L’évaluation des capacités d’adaptation d’un territoire permet ainsi d’identifier des leviers dans le fonctionnement du système permettant de réduire sa vulnérabilité [Adger & Vincent 2005] et sur lesquels peuvent se baser les stratégies d’adaptation [Liziard 2013]. L’aptitude des individus et des communautés à répondre au changement climatique repose sur un certain nombre de ressources (capital humain, information et technologie, ressources financières, infrastructures, organisation et capital social, institutions et droits, etc.) [G.I.E.C. 2014]. Les recherches actuelles montrent le rôle essentiel que les institutions, la gouvernance et la gestion jouent dans la capacité d’un système à s’adapter aux changements climatiques [Engle 2011]. Toutefois, la non-prédictibilité des comportements humains ainsi que les interactions complexes à différentes échelles ou entre systèmes des processus d’adaptation, font qu’une part des incertitudes demeure incompressible. Ces caractéristiques, incertitude et complexité, contribuent à rendre impossible une prévision déterministe de l’adaptabilité d’un système et rendent indispensable la prise en compte de cette imprécision. Nous en avons retenu certains principes sur lesquels se base notre démarche :

  • une approche exploratoire, où l’évaluation des capacités d’adaptation ne résulte pas de l’agrégation d’indicateurs socio-économiques choisis a priori ;

  • une analyse systémique des interrelations entre les composants du système afin de mettre en évidence leur rôle combiné en termes d’adaptation ;

  • la prise en compte de l’organisation spatiale afin d’intégrer pleinement les contextes territoriaux.

5Le terme « adaptabilité » nous semble alors plus approprié et général pour caractériser les propriétés d’un territoire que l’expression « capacité d’adaptation » que nous réservons aux acteurs, et qui définit leur capacité à se saisir de ce potentiel pour l’adaptation [Liziard 2013].

1.3. Une démarche conduite en interaction avec les chercheurs du programme CAMPLAN

6L’analyse de l’adaptabilité du système camarguais a demandé la mise en place d’une démarche en plusieurs étapes, avec l’objectif de rassembler et croiser les recherches des différents volets. À partir du cadre théorique de la résilience des systèmes [Holling 1973], nous avons construit une grille de lecture de l’adaptabilité. Cette grille se base sur les hypothèses relatives aux facteurs de résilience des systèmes spatiaux formulés par Christina Aschan-Leygonie [Aschan-Leygonie 2000], transposées pour l’analyse de l’adaptabilité des systèmes territoriaux. Cette grille de lecture, répertoriant un ensemble de facteurs jouant sur l’adaptabilité, permet d’analyser les travaux des différents volets avec les chercheurs concernés. Les différentes catégories de la grille de lecture sont : la perception des acteurs ; le rôle des acteurs dans l’adaptabilité ; l’apprentissage par le passé ; la nature de la dynamique du système ; la diversification du système ; les interactions entre entités spatiales ; l’existence de sous-systèmes ; l’organisation spatiale actuelle et héritée.

7De nombreux éléments du système camarguais agissant en faveur ou défaveur des facteurs d’adaptabilité ont été identifiés à partir d’échanges avec les chercheurs du programme CAMPLAN. Ces échanges ont pris différentes formes : réunions de travail, puis grille sous forme de tableur à remplir par chaque chercheur, et enfin réunions de synthèse. De nouveaux facteurs d’adaptabilité en ont émergé et sont venus compléter la grille de lecture : la diffusion de l’information ; l’assimilation et appropriation de l’information ; la gestion concertée ; les idées nouvelles ; le comportement novateur des acteurs ; la connaissance du système ; l’intégration et acceptation des risques naturels et anthropiques ; les mémoires individuelles et collectives ; les savoirs et pratiques vernaculaires ; l’expérience d’évènements passés ; la mobilisation de différentes formes de savoirs ; les modalités des échanges.

8Nous avons choisi de séparer l’analyse des facteurs spatiaux dans l’adaptabilité du système de l’analyse des facteurs relatifs au rôle des acteurs pour lesquels les échanges ont été particulièrement riches et ont nécessité la mise en place d’une formalisation systémique.

2. Analyse des facteurs spatiaux de l’adaptabilité du système camarguais

9Nous proposons ici une lecture synthétique des éléments identifiés lors des sessions d’échanges avec les membres de CAMPLAN à partir des facteurs spatiaux identifiés dans la grille d’adaptabilité. Les facteurs spatiaux de l’adaptabilité du système camarguais correspondent aux caractéristiques du système spatial qui, par leur structure et le fonctionnement qu’ils induisent, vont jouer de différentes manières sur son adaptabilité : d’une part, les dynamiques du système, qui contribuent à définir sa réactivité face à une perturbation ; d’autre part, les héritages spatiaux et la diversification du système, qui peuvent être des freins pour l’adaptation ou au contraire la faciliter ; et enfin les sous-systèmes spatiaux et les interactions spatiales, qui définissent ses capacités de régulation ou encore sa cohésion lors d’une perturbation.

2.1. Nature des dynamiques du système

10Un delta est un système instable du point de vue géomorphologique sur le long terme. L’endiguement tel qu’il a été réalisé en Camargue a cependant créé l’illusion d’une stabilité, en donnant une relative maîtrise de la gestion hydraulique. Les aménagements hydrauliques ont permis d’inverser l’hydrologie du delta, par son remplissage au printemps et en été, et un assèchement des rizières et des salins en hiver. Cette artificialisation du système hydraulique non seulement va à l’encontre de l’instabilité des dynamiques naturelles de long terme du delta camarguais et de ses capacités de réactivité et d’adaptation, mais elle a paradoxalement contribué à son instabilité à plus court terme : les aménagements hydrauliques créés pour stabiliser le système au niveau de l’accès à la ressource en eau entraînent des changements qui n’étaient pas prévus. Les tensions croissantes affectant le système pourraient en outre amener à des mutations plus profondes, compromettant la maîtrise même relative des variations du système.

2.2. Héritages spatiaux et diversification du système

11Le système de digues et le réseau hydraulique, constitués à la fin du XIXème, constituent un héritage lourd par les contraintes qu’ils impliquent. Le coût de l’entretien des digues contribue à la remise en cause de cet héritage. La situation des Saintes-Maries-de-la-Mer constitue également un héritage fortement contraignant. La protection de ce territoire, face aux crues du Rhône et à l’érosion et la submersion marine, pèse considérablement sur la gestion de l’eau à l’échelle du Parc Naturel de Camargue, parfois en l’enrayant. Le système camarguais apparaît comme diversifié tant du point de vue des activités anthropiques que des milieux naturels. Au niveau agricole, l’alternance des cultures en riz et en blé permet aux agriculteurs de s’adapter à la fois à des aléas internes et à des facteurs externes (prix du marché, Politique Agricole Commune, etc.). Les possibilités de diversification agricole sont toutefois limitées dans les parties les plus basses du delta, à cause de la salinité des sols et du confinement hydraulique. À long terme, une déprise de la culture céréalière pourrait néanmoins favoriser une augmentation de l’élevage extensif et l’écotourisme peut encore croître. La reconversion des anciens salins témoigne d’évolutions en cours. La diversité du système camarguais permet une certaine souplesse face aux perturbations mais le maintien des différents usages - principe retenu par la gouvernance locale - pose cependant problème du fait de leur concurrence vis-à-vis de la gestion de l’eau.

2.3. Existence de sous-systèmes spatiaux et interactions spatiales 

12Les deux entités spatiales constituant notre terrain d’étude, le Plan du Bourg et l’Île de Camargue, interagissent peu entre elles. L’étang du Vaccarès constitue néanmoins un noyau structurant pour l’Île de Camargue puisque c’est en fonction de la position relative au Vaccarès que s’organisent les échanges et les activités des espaces alentours, avec les différents bassins qui forment des sous-systèmes spatiaux. Les exutoires des canaux de drainage constituent des nœuds en termes d’échanges hydrauliques, tandis que de fortes connexions amont-aval structurent l’espace. Finalement, le système spatial est à la fois complexe et cohérent, mais il est extrêmement cloisonné par le réseau de digues et de canaux qui viennent limiter les échanges entre des milieux hydrologiquement dépendants. En terme d’adaptabilité de l’ensemble du système, la gestion de l’eau ne peut donc se résumer à une action localisée sur des vannes d'un pertuis à la mer mais nécessite la prise en compte de l'amont et de l'aval, afin que les diverses problématiques soient intégrées.

3. Analyse du rôle des acteurs dans l’adaptabilité du système camarguais

13Les facteurs relatifs aux acteurs sont analysés, ainsi que leurs relations, dans une approche systémique où sont identifiés et positionnés les éléments du système camarguais qui les caractérisent. Le diagramme causal permet de révéler l’organisation des facteurs d’adaptabilité, c’est-à-dire leur chaînage en direction de l’adaptabilité, et de caractériser leur portée. Sa finalité est d’identifier les points de blocage et les éléments favorables à l’adaptabilité du système.

3.1. Élaboration du diagramme causal

14À partir de la grille de lecture et des échanges entre scientifiques, les éléments du système camarguais jouant sur les facteurs d’adaptabilité et leurs relations sont identifiés. Le diagramme causal permet de rassembler et d’organiser les composantes de l’adaptabilité, qu’il s’agisse des facteurs d’adaptabilité ou des éléments du système camarguais venant alimenter ou limiter leur rôle. Du fait de la taille du diagramme causal créé (plus d’une quarantaine de composants), seul un extrait est ici représenté (Fig. 2).

Figure 2 – Extrait du diagramme causal

Figure 2 – Extrait du diagramme causal

15Le diagramme causal est construit à l’aide du logiciel Decision Explorer 3.1.1, développé par Banxia Software. Cet outil facilite l’analyse de systèmes créés par des concepts et des liens unissant ces concepts en se basant sur leur topographie, c’est-à-dire sur la structure formée par les relations entre concepts. Les relations entre les composantes sont de nature causale, elles peuvent être positives ou négatives. Par exemple, la mobilisation de différentes formes de savoirs (10) est favorisée par la réalisation d’études scientifiques et techniques (35) par différentes instances en présence (Parc naturel Régional, Syndicat mixte d’aménagement des digues du Rhône et de la mer, etc.). Elle résulte aussi de l’existence de mémoires individuelles et collectives liées à la présence de Camarguais qui ont l’expérience d’évènements passés et développé une connaissance vernaculaire. Cependant, des données ont été perdues dans le passé, lors d’inondations (14), ou des manquements dans le partage de données ont pu exister dans le secteur du Plan-du-Bourg, notamment à propos de la gestion des vannes du barrage anti-sel (15).

3.2. Analyse de l’organisation des facteurs d’adaptabilité

16L’organisation des facteurs d’adaptabilité est déduite du diagramme causal. La figure 3, où seuls les facteurs d’adaptabilité sont représentés, révèle cette organisation grâce à la fonction Collapse du logiciel Decision Explorer. Cette fonction permet de synthétiser les relations entre des composantes en tenant compte de relations indirectes qui ne sont plus explicitement représentées.

Figure 3 – Diagramme causal de l’organisation des facteurs d’adaptabilité

Figure 3 – Diagramme causal de l’organisation des facteurs d’adaptabilité

17Cette représentation du système laisse clairement apparaître deux axes en direction de l’adaptabilité. L’axe de gauche montre comment les savoirs vernaculaires (8), constitués à partir des mémoires individuelles et collectives (7) des évènements passés (6), font émerger des idées novatrices (11) et des comportements nouveaux (12), favorisant l’adaptabilité du système (40). Toutefois, l’inertie de l’usage de pratiques vernaculaires (8) et les représentations liées aux mémoires individuelles et collectives (7) peuvent limiter les comportements novateurs (12). L’axe de droite montre comment l’assimilation des connaissances par les acteurs (2), à partir de leurs échanges (9) et de la diffusion des connaissances (1), conduit à une connaissance plus objective et transversale du système (3). L’existence d’une telle connaissance permet une perception partagée des perturbations et des risques (4), qui contribue à leur acceptation et à leur intégration par les acteurs (5) et ainsi à une gestion du système prenant en compte ses évolutions et favorisant son adaptabilité (40). Des relations existent entre ces deux axes, et notamment par l’intermédiaire des deux éléments centraux que la gestion concertée (13) et la mobilisation de différentes formes de savoirs (10).

3.3. Identification des points de blocage et des combinaisons favorables à l’adaptabilité du système

18La dernière étape de cette analyse consiste à identifier les points de blocage et les combinaisons favorables à l’adaptabilité du système camarguais, en croisant l’organisation des facteurs d’adaptabilité (Fig. 3) et la connaissance sur les éléments qui viennent respectivement les contraindre ou les favoriser (représentée partiellement et sous forme graphique dans la figure 2). Sans rentrer dans un commentaire exhaustif des résultats, nous souhaitons ici simplement présenter certains points intéressants - notamment au niveau des freins à l’adaptation - et illustrer ainsi le type d’apport de cette approche.

19La figure 3 permet de voir les positions relatives et la hiérarchisation des éléments, l’existence de voies alternatives, de facteurs multiples et l’effet ambivalent de certaines composantes de l’adaptabilité. Deux éléments sont en position déterminantes pour l’adaptabilité (40) puisqu’en lien direct : il s’agit des comportements novateurs (12) et de l’acceptation des risques et des changements (5). Néanmoins, leur mise en place est complexe comme en témoignent les facteurs situés en amont et leurs relations.

20Alors que les premiers facteurs constituant le premier axe sont plutôt favorablement appuyés par les éléments du système camarguais, les idées nouvelles (11) et surtout leur traduction dans des comportements novateurs (12) sont plutôt limitées (excepté en ce qui concerne les nouveaux acteurs : tourisme vert, agritourisme, agriculture biologique, etc.). Différents éléments du système camarguais expliquent ce phénomène comme l’inertie de certains modes de gestion ou encore les représentations idéalisées de la nature sauvage en Camargue, et surtout les incertitudes dont le rôle semble à cet égard déterminant par leurs répercussions sur la perception du futur et la prise de décision.

21Concernant le second axe, de nombreux éléments du système camarguais contribuent à le rendre peu efficient, et ceci dès ses premières composantes. Ici aussi, le rôle des incertitudes sur le fonctionnement du système et ses évolutions doit être souligné : elles contraignent une ratification collective des savoirs qui permettrait de limiter l’importance de la subjectivité des acteurs dans leur connaissance du système. Ces éléments de blocage sont cruciaux dans l’adaptabilité du système camarguais, en ce qu’ils contraignent l’émergence d’une perception partagée des perturbations et des risques (4) et expliquent certains comportements de résistance, non soutenables à long terme. Les incertitudes rendent difficile les négociations entre les intérêts divergents, liés aux différentes activités en présence et à leurs besoins spécifiques en eau, et constituent ainsi un frein à la gestion concertée (13).

Conclusion

22L’analyse montre que le fonctionnement et l’organisation spatiale du territoire contraignent fortement l’adaptabilité par des héritages lourds, un cloisonnement du système et une stabilité illusoire. Les ferments d’adaptabilité sont relatifs aux propriétés du delta, milieu dynamique et diversifié, et aux activités humaines, qui elles-mêmes reposent sur des propriétés de flexibilité face aux variations hydrologiques. L’organisation spatiale de la Camargue, entretenue artificiellement par les réseaux de canaux et de digues, constitue une contrainte lorsque l’on considère son maintien en l’état (qui correspond à des besoins désormais en partie disparus) plutôt que son évolution, la nature pouvant rapidement reprendre ses droits. Afin de dépasser le mode de gestion actuel qui atteint ses limites, de nouveaux projets davantage tournés vers la renaturalisation de la Camargue commencent à apparaître, alors que la gestion était jusqu’à présent orientée vers la maîtrise des échanges en eau. Face à la pluralité des acteurs, le défi consiste à intégrer leurs différentes visions de la Camargue, plutôt que d’imposer une norme qui conduirait à rigidifier le système. Du fait de la fragmentation des instances de concertation, il n’existe cependant pas d’endroit où les différentes visions de la Camargue et de ses évolutions possibles peuvent se rencontrer et être débattues. Une ratification collective des connaissances sur le fonctionnement et les évolutions de l’hydrosystème permettrait en outre d’améliorer les échanges entre acteurs en distinguant les croyances et les incertitudes. En contexte incertain, les acteurs tendent en effet à faire perdurer les références et modes de gestion, même obsolètes, et à limiter les comportements novateurs. L’adaptabilité du système camarguais se situe en grande partie au niveau individuel, les évolutions se réalisant à une échelle fine et résultant de choix individuels d’acteurs. Il ne faudrait donc pas enrayer cette variabilité au niveau micro, qui constitue un potentiel d’adaptation important, et qui se traduit par des initiatives autour des activités agricoles et touristiques.

23Au niveau méthodologique, la grille de lecture des facteurs d’adaptabilité permet de mener une lecture transversale du fonctionnement du système territorial. Leur pertinence et leur rôle au sein du territoire étudié et de son adaptabilité résultent de l’analyse. Les apports de cette démarche sont doubles : au niveau générique du fonctionnement des systèmes territoriaux sous l’angle de l’adaptabilité (avec l’identification de facteurs d’adaptabilité) et au niveau du cas d’étude (comment ces critères s’expriment sur le terrain). Ce deuxième aspect a permis d’identifier les enjeux du système camarguais en termes d’adaptabilité et les perspectives de ce travail résident ainsi dans la mise en place d’une gestion favorisant l’adaptabilité du système en se basant sur les forces et faiblesses ainsi mises en évidence.

Haut de page

Bibliographie

Adger, N. & Vincent, K. (2005) – « Uncertainty in adaptive capacity », C.R. Geoscience, vol. 337, 2005, pp. 399-410.

Allouche, A., Dervieux, A. & Nicolas, L. (2012) – CAMPLAN : Gestion intégrée d’un hydrosystème : Camargue et Plan-du-Bourg. Rapport final, Appel à Propositions de Recherche « Eaux et Territoires » du MEDDM, 295 p.

Aschan-Leygonie, C. (2000) – « Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux », L'Espace Géographique, vol. 29, n° 1, pp. 64-78.

Brooks, N. (2003) – « Vulnerability, Risk and Adaptation: A Conceptual Framework », Working Paper n° 38, Tyndall Centre for Climate Change Research, http://www.tyndall.ac.uk/sites/default/files/wp38.pdf.

Brunel, C. & Sabatier, F. (2009) – « Potential Sea-level Rise Influences in Controlling Shoreline Position for French Mediterranean Coast », Geomorphology, vol. 107, n° 1-2, 2009, pp. 79-89.

Dervieux, A. (2005) – « La difficile gestion globale de l’eau en Camargue (France) : le Contrat de delta », Vertigo, vol. 6, n° 3, http://vertigo.revues.org/2411.

Engle, N.L. (2011) – « Adaptive Capacity and its Assessment », Global Environmental Change, vol. 21, n° 2, pp. 647-656.

G.I.E.C. (2014) – « Climate-resilient Pathways: Adaptation, Mitigation, and Sustainable Development », in C.B. Field, V.R. Barros, D.J. Dokken, K.J. Mach, M.D. Mastrandrea, T.E. Bilir, M. Chatterjee, K.L. Ebi, Y.O. Estrada, R.C. Genova, B. Girma, E.S. Kissel, A.N. Levy, S. MacCracken, P.R. Mastrandrea, and L.L.White (dir.), Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part A: Global and Sectoral Aspects. Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, pp. 1101-1131.

Holling, C.S. (1973) – « Resilience and Stability of Ecological Systems », Annual Review of Ecology and Systematics, vol. 4, pp. 1-23.

Liziard, S. (2013) – Littoralisation de la façade nord-méditerranéenne : analyse spatiale et prospective dans le contexte du changement climatique, Thèse de doctorat, Université de Nice - Sophia Antipolis, 2013, 390 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Situation générale du terrain d’étude
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2 – Extrait du diagramme causal
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 3 – Diagramme causal de l’organisation des facteurs d’adaptabilité
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Liziard et Christine Voiron-Canicio, « Diagnostic systémique de l’adaptabilité du territoire camarguais face à la montée du niveau de la mer », Bulletin de l’association de géographes français, 93-3 | 2016, 303-314.

Référence électronique

Sophie Liziard et Christine Voiron-Canicio, « Diagnostic systémique de l’adaptabilité du territoire camarguais face à la montée du niveau de la mer », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-3 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1215 ; DOI : 10.4000/bagf.1215

Haut de page

Auteurs

Sophie Liziard

Post-Doctorante CNRS – Laboratoire Image Ville Environnement, faculté de géographie et d’aménagement de l’université de Strasbourg, 3 rue de l’Argonne, 67000 Strasbourg – Courriel : sophie.liziard[at]live-cnrs.unistra.fr

Christine Voiron-Canicio

Professeure de géographie à l’Université de Nice – Sophia Antipolis, laboratoire ESPACE, 98, boulevard Édouard Herriot, BP 3209, 06204 Nice Cedex 3 – Courriel : christine.voiron[at]unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals