Navigation – Plan du site

Territoire et biodiversité : mises en patrimoine et anticipations des acteurs. Une relecture à partir de la Haute Bénoué (Cameroun)

Territory and biodiversity: patrimonializations and actors’ anticipations. a rereading from the case of the upper Benoue, Cameroon
Christine Raimond, Eric Garine et Olivier Langlois
p. 211-227

Résumés

Après dix ans d’application du plan d’aménagement du parc de la Bénoué et d’immigration continue de nouveaux agriculteurs et éleveurs, comment se recomposent les territoires et les rapports de force entre d’une part, autochtones et allochtones utilisateurs des ressources naturelles et, de l’autre, les agents de conservation de la biodiversité ? Les enjeux fonciers révélés par le zonage du parc national dans un contexte d’accroissement démographique exponentiel aboutissent à de nouvelles alliances, notamment avec les autorités traditionnelles peules jusqu’alors marginalisées, mais qui réaffirment ainsi leurs droits sur le territoire dans le processus de patrimonialisation de la nature. Nous montrons comment les stratégies locales à l’œuvre s’inscrivent dans la continuité du modèle culturel ancien de chacune de ces communautés, centré sur le territoire et non sur la biodiversité qu’elle contient. Les débats sur la reconnaissance des pratiques et des savoirs locaux, ainsi que sur la complémentarité entre biodiversité emblématique et ordinaire, ne trouvent pas d’échos sur ce terrain submergé par une immigration incontrôlée, directement reliée au contexte d’insécurité régionale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2018.

Plan

Introduction
1. Politique de conservation de la nature et démarche participative
2. Un fort ancrage au territoire est-il favorable à la patrimonialisation de la nature ?
2.1. Un essai d’organisation de l’élevage inefficace
2.2. Des rapports de force en défaveur des autochtones Duupa
3. Le positionnement d’une société peu ancrée sur son territoire dans le processus participatif d’un programme de conservation de la biodiversité
3.1. Des recompositions territoriales accélérées par le zonage
3.2. Légitimisation du foncier par une construction contemporaine du passé
3.3. Des conflits que les chefferies Dii ne savent pas régler
Conclusion 

Aperçu du texte

Introduction

La participation des « peuples indigènes » à la conservation de la nature conduit souvent à envisager la revitalisation des structures traditionnelles pour assurer la gouvernance locale des ressources naturelles [Ostrom 1991, Borrini-Feyerabend et al., 2010]. C’est oublier les changements des sociétés par rapport à elles-mêmes, ainsi que la diversité des modes de relations des sociétés dites « traditionnelles » aux territoires et à la diversité biologique qu’ils contiennent. Les programmes participatifs reposent souvent sur un zonage de l’espace qui sépare les zones occupées par les populations et leurs activités, des zones où leurs droits d’accès sont restreints, voire interdits. Ces normes environnementales imposent une territorialisation nouvelle. L’hypothèse implicite est que les sociétés autochtones entretiennent un lien fort avec le territoire, garant de leur compétence à le gérer et à participer au dispositif de conservation.

Dans la Haute Bénoué, au Cameroun, les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Raimond, Eric Garine et Olivier Langlois, « Territoire et biodiversité : mises en patrimoine et anticipations des acteurs. Une relecture à partir de la Haute Bénoué (Cameroun) », Bulletin de l’association de géographes français, 94-2 | 2017, 211-227.

Référence électronique

Christine Raimond, Eric Garine et Olivier Langlois, « Territoire et biodiversité : mises en patrimoine et anticipations des acteurs. Une relecture à partir de la Haute Bénoué (Cameroun) », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-2 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1263 ; DOI : 10.4000/bagf.1263

Haut de page

Auteurs

Christine Raimond

Directrice de recherche CNRS, Laboratoire de géographie PRODIG. 2, rue Valette, 75005 Paris – Courriel : christine.raimond[at]univ-paris1.fr

Eric Garine

Maître de Conférences, Département d’Anthropologie, Université de Paris Ouest, 200, av de la République, 92000, Nanterre – Courriel : eric.garine[at]mae.u-paris10.fr

Olivier Langlois

Chargé de recherches CNRS, CEPAM UMR 7264, Université de Nice, 3 blvd François Mitterrand, 06000 Nice – Courriel : olivier.langlois[at]cepam.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals