Navigation – Plan du site

Coup de froid sur le réchauffement

Martine Tabeaud
p. 3-4

Texte intégral

1La séance de communications organisée en octobre 2011 sous l’égide de l’AGF était intitulée : « Un carbone qui sent le soufre ». Certes, quelques mois plus tard, la controverse scientifique sur les causes du changement climatique subsiste mais elle ne fait plus la Une des journaux. Il est vrai que depuis quelques mois, les préoccupations internationales, la conjoncture de crise, et les élections présidentielles ont relégué au second plan les préoccupations « environnementales ». Par ailleurs, les articles sur les effets possibles des variations de l’irradiance solaire, sous la plume de chercheurs reconnus, se multiplient dans de grandes revues internationales. Les conséquences des variations d’insolation étaient jusque‑là minimisés par le GIEC (rapport AR4 de 2007) parce qu’elles sont très faibles. En 2012, il n’y a plus que les chercheurs spécialisés dans l’étude des variations climatiques pour suivre les résultats des recherches sur les causalités naturelles des fluctuations à court terme et les variations à moyen et long termes du climat. Cette situation ordinaire en science est pourtant inédite en ce qui concerne le climat, si l’on considère les dernières décennies. La publication des résultats scientifiques à travers les processus critiques de relecture, loin de la politique et des scoops médiatiques, est un retour à l’éthique. Le soufflé est retombé !

Durban dans la logique de Copenhague

2La réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), c’est-à-dire l’atténuation du réchauffement climatique, n’est plus la priorité de la communauté internationale. Le 11 décembre 2011, à la conférence de Durban, les États se sont accordés sur une seule chose : continuer à négocier un accord de réduction des émissions de GES d’ici 2015. Déjà s’éloigne l’objectif de Cancun (2010) de réduire efficacement les émissions afin de « limiter le réchauffement à +2°C ». En attendant, on en reste au Protocole de Kyoto. Mais même ces ambitions-là sont revues à la baisse puisque la Russie, le Canada et le Japon ont refusé une prolongation entre 2013 et 2017. Seule l’Europe et l’Océanie y participeront. Les engagements unilatéraux des Européens mais aussi des Chinois s’empilent, chacun fixant son propre objectif, sans autoriser le contrôle de ce qui est réellement fait. Quant aux succès des politiques d’atténuation ici ou là, elles doivent beaucoup à la récession, aux délocalisations, ou encore à des bouquets énergétiques qui font une large place au nucléaire, activité « propre » en matière de gaz à effet de serre.

3Autant dire que la réduction des émissions se fera sans illusion et sans grand effet, puisque 83 % d’entre elles ne seront pas soumises à régulation car elles proviennent de pays émetteurs qui s’opposent à cette injonction. Les GES continuent de grimper à raison de 5 % par an en moyenne. Toutefois, la température planétaire connaît un palier depuis le début du XXIème siècle… pour cause de « soleil froid », avec la quasi disparition de ses taches.

Un empilement de plans d’adaptation

4Le réchauffement contemporain a déjà des conséquences perceptibles même si les « événements catastrophiques » les plus récents ne sont pas avec certitude en lien direct avec la hausse thermique. Mais, comme les modèles prédisent des bouleversements plus nombreux et plus intenses dans un futur proche, la plupart des pays riches ont commencé à réfléchir à des stratégies d’adaptation aux dommages dans une logique de protection grâce à la mise à distance des dangers. Ces plans « nationaux » n’ont pas fait l’objet d’une concertation internationale, ils n’utilisent que rarement les mêmes protocoles. Ainsi, en France, a été rédigé le plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC), conformément à l’article 42 de la loi du 3 août 2009 sur la programmation du Grenelle de l’environnement. Il présente « des mesures concrètes, opérationnelles pour préparer, pendant les cinq années à venir, de 2011 à 2015, la France à faire face et à tirer parti de nouvelles conditions climatiques ». De même, de nombreuses structures d’échelles variables ont débuté des bilans de vulnérabilités des secteurs économiques et des « Plans d’adaptation ». Ils tentent de limiter les impacts négatifs du changement plus que de maximiser les effets bénéfiques. Une analyse d’ensemble montre une sous-estimation des déterminants socio-culturels par rapport aux potentiels économiques (coûts/bénéfices). Or, les dimensions sociétales constituent des leviers déterminants des dynamiques territoriales et donc des facteurs de succès dans la conduite de pensées/actions efficaces à moyen terme.

5Avec le changement climatique, la résilience des sociétés dans leurs territoires, implique une approche pluridisciplinaire. Aux dimensions physiques et économiques de l’environnement futur doivent s’ajouter les approches sociales et culturelles. Sans histoire et géographie, les solutions sont a-territorialisées et ne peuvent être appropriées par les acteurs. C’est pourquoi la séance de l’AGF a cherché à mettre en perspective les discours, de la physique, de la chimie, de la philosophie, de l’économie, de la sociologie, de l’histoire, de l’agronomie… et de la géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud, « Coup de froid sur le réchauffement », Bulletin de l’association de géographes français, 90-1 | 2013, 3-4.

Référence électronique

Martine Tabeaud, « Coup de froid sur le réchauffement », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-1 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1310

Haut de page

Auteur

Martine Tabeaud

Géographe, Professeur à l’Université Paris I, responsable de l’UMR CNRS 8185 ENeC, 190 avenue de France, 75013 Paris – Courriel : martine.tabeaud[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals