Navigation – Plan du site

Aux grands maux faut-il toujours préférer les grands remèdes ?

For big evils should we always prefer big remedies?
Martine Tabeaud et Hervé Brédif
p. 24-35

Résumés

La mise à plat des stratégies officielles conduites au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, de leurs tenants et de leurs aboutissants, permet de mieux comprendre les nombreuses critiques qu’elles suscitent et les résultats somme toute assez limités qu’elles obtiennent. Il s’ensuit que plutôt que de privilégier la recherche de solutions globales, il serait temps de miser davantage sur une territorialisation de l’action et de l’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis trente ans, le changement climatique est un sujet de débat public, co‑construit par une multitude d’acteurs publics et privés, en France et à l’étranger. C’est un thème fréquent d’intervention politique. Le président du GIEC, le gouvernement français et le Président de la République française se sont fréquemment exprimés pour exposer le problème et ses solutions. Quel est leur message ?

2Pour répondre à cette question, le travail présenté ici s’est appuyé sur le dispositif argumentaire « officiel » : Rapports du GIEC (en particulier rapport 2007, http://www.ipcc.ch, résumés techniques et résumés à l’intention des décideurs), Livres vert et site Internet de l’Union européenne, brochures et sites Internet du Ministère de l’environnement français (dont l’ONERC).

3Les idées et les faits mis à contribution pour poser le problème ont été analysés. Ensuite, ils ont été confrontés à d’autres grilles de lecture du changement climatique issues principalement d’une trentaine d’ouvrages parus depuis 10 ans [citons, parmi les plus récents ceux de : Rabourdin S. (2008), Kandel R. (2009), Arezki H. (2010), Acot P. (2010), Rittaud B. (2010), Masson-Delmotte V. (2011), Touffut J.-P. (2011), Jeandel C. et Mossery R. (2011), Houghton J. (2011) etc.]. Les auteurs ont des origines disciplinaires différentes et développent des idées allant du « prêt à penser » aux plus vives critiques. Ce corpus a été complété par des articles de journaux dont ceux du journal Le Monde entre 2004 et 2011.

1. La troisième guerre mondiale

4Certes, les travaux de J. Fourier en 1827, puis ceux de S. Arrhenius ont établi un lien entre température de l’air et teneur en gaz à effet de serre. Mais il a fallu plus d’un siècle pour que des chercheurs s’emparent de la question du réchauffement du climat planétaire et de ses causes. Ce questionnement a nécessité que soient rassemblées en une structure unique toutes les données météorologiques du monde au sein de l’Organisation Météorologique Internationale (créée en 1873), puis qu’au milieu du xxe siècle de gros ordinateurs puissent traiter les données de températures de l’air et qu’enfin on les croise avec les données de concentrations de CO2 seulement mesurées à partir de 1957‑58 à Mauna Loa.

5Dès 1985, à la conférence de Villach puis à celle de Toronto, des scientifiques revendiquent la nécessité de réduire l’effet de serre et demandent la mise en place de protocoles sur la protection de l’atmosphère. L’accent est encore largement mis sur la pollution et les échelles régionales. En 1988, les Nations Unies déclarent le climat : « objet de préoccupation commune de l’humanité » manière de voir réaffirmée en 1989 à la conférence de Paris. C’est une nouvelle orientation, un tournant [Bodansky 2001, Eberhard 2005], qui répond à l’intérêt croissant de certaines franges de la société pour les thématiques environnementales ainsi qu’à la réaction des hommes et partis politiques. C’est alors qu’est mis en place le GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat, traduction de Intergouvernemental Panel on Climate Change, IPCC en anglais) qui a pour mission de recenser les connaissances scientifiques et de proposer des options pour répondre au changement. Le ton a changé, il se fait plus alarmiste. Ce que va confirmer le Sommet de la terre de Rio en 1992, même si son préambule se concentre sur les forêts et que le principe 13 de la Déclaration sur l’Environnement et le Développement évoque sans plus de détails la responsabilité de la pollution. Mais après le deuxième rapport du GIEC (1995), les pays signataires de la Convention de Rio déclarent que « les changements climatiques représentent un danger pour l’humanité », c’est-à-dire qu’ils peuvent altérer gravement l’intégrité physique des humains, jusqu’à pouvoir entraîner éventuellement la mort de l’humanité. En effet, la dangerosité, notion de criminologie qui s’appuie sur l’idée que même si quelque chose ou quelqu’un n’est pas réellement et objectivement dangereux, il pourrait l’être potentiellement [Danet 2008], s’applique désormais au climat comme l’indique la parution d’un ouvrage de J. Jouzel et A. Debroise intitulé Climat, jeu dangereux (2004).

6À mesure que les données scientifiques permettent d’avoir une approche planétaire de l’évolution de l’atmosphère et que s’affirme l’idée de réchauffement « global » aux conséquences désastreuses pour tous, le discours qui se met en place revêt progressivement des habits « neufs ». La sémantique à connotation guerrière appliquée au climat émerge à la fin du xxème siècle, puis se banalise, marquant en cela l’appropriation par tous et à tous les niveaux du caractère vital des enjeux du changement de climat. Parmi les termes les plus souvent employés, celui de lutte, de lutter. Aujourd’hui, l’Union européenne affiche sur son site Internet une rubrique : « Lutte contre le changement climatique ». La Caisse des dépôts se propose aussi de « Lutter contre le changement climatique », tout comme elle annonce vouloir : « protéger l’épargne populaire, assurer les personnes, etc. ». Veolia environnement introduit sa rubrique « Changement climatique » sur son site Internet par ces mots : « Un meilleur contrôle des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux activités humaines permet de contribuer à la lutte contre le changement climatique ». L’OCDE propose aussi au sujet du changement climatique une « Économie de la lutte contre le changement climatique : Politiques et options pour une action globale au‑delà de 2012 ». Ces formules utilisant des mots du vocabulaire guerrier sont repris par les journalistes dans leurs articles : « Les pays du G8 épinglés sur leur politique de lutte contre le réchauffement climatique », Le Monde, 05 juin 2007. On pourrait multiplier les exemples.

7D’autres termes du même champ lexical sont utilisés. Citons par exemple, la Commission européenne qui en 2008 proposait déjà de : « Combattre le changement climatique, l’Union Européenne ouvre la voie », [http://ec.europa.eu/​publications/​booklets/​move/​70/​fr.pdf]. Certains ouvrages utilisent même le mot bataille dans leur titre [La bataille du grand Nord a commencé, de R. Labevière et F. Thual, Editions Perrin, 2007].

8Il est donc logique que cette tendance ait conduit progressivement à utiliser de plus en plus souvent le terme de stratégie. Dans son rapport de 2007, IPCC WG3 Mitigation: « There are a variety of strategies available today that, if implemented quickly can rein in global warming and avoid the most severe consequences… ». L’ONERC (Observatoire National sur les Effets du réchauffement Climatique, Ministère de l’environnement français) a produit un document intitulé : « Stratégie nationale d’adaptation au changement climatique ». Le mot est employé par des bureaux de consulting comme le centre de compétences « Stratégie Climat de Métapoles » qui « intervient à la demande d’une entreprise sur la connaissance et le suivi du contexte environnemental et énergétique, la définition de la stratégie ressources et émissions, l’éco‑conception des processus » etc. Il est même des cours universitaires à la Norwegian Business School qui portent sur « la stratégie climatique ». Enfin un réseau international d’éminents spécialistes universitaires en économie du Changement Climatique propose d’aider à développer des « Stratégies climatiques »…

9Les chercheurs utilisent eux aussi ce langage pour parler de leurs débats contradictoires. D. Lamarre, géographe climatologue, écrit dans Historiens et Géographes : « Dans le monde savant, jusqu’au sein de l’Académie des sciences, les changements climatiques sont un sujet de dispute » [n° 418, p. 197]. Sur son blog, le physicien S. Massip insiste : « La courbe en crosse de hockey (hockey stick) est le centre de nombreuses controverses et un enjeu stratégique de la guerre que se livrent climat- sceptiques et réchauffistes ».

10Comme il est facile de le montrer, la rhétorique guerrière domine largement les débats sur le climat aussi bien dans les laboratoires de recherche que dans les ministères, les médias, les collectivités territoriales, les entreprises. « Après une période de calme relatif, de consensus et de complexité, revoilà le temps de la guerre des idées. C’est une guerre sans armes. Une bataille de mots et de valeurs. Elle se déroule sur le papier, sur les écrans et dans nos têtes. Ce sont des vérités qui s’affrontent. » [J.‑F. Dortier, 2006].

2. Le discours de la méthode

11Dès 1972, la création du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et celles d’instances gouvernementales dédiées à l’environnement dans les pays riches, introduit une approche top-down (centralisée, descendante) des problèmes contemporains en même temps qu’une volonté d’agir collectivement entre États et organismes officiels. Dans ce cadre, l’action publique qui s’est placée délibérément dans une lecture guerrière et conflictuelle du « problème climatique » doit identifier son ennemi. Pour le GIEC et plus généralement pour les instances nationales et intergouvernementales, donc dans les discours officiels, la cause du réchauffement climatique est établie : les activités humaines rejettent des gaz à effet de serre qui s’accumulent dans l’atmosphère. L’adversaire est donc connu, c’est le carbone, issu principalement des industries, des transports et de l’agriculture. Cette argumentation présuppose l’existence d’une atmosphère « parfaite », d’un étalon de référence que les activités humaines auraient dégradé. Et il convient d’agir, car dégrader le système atmosphérique, donc le système planétaire, donc la Nature, c’est porter atteinte à la vie. Et, comme le réchauffement est planétaire, puisque l’atmosphère est « une », ce changement concerne tous les humains et met donc l’humanité en péril. En conséquence, le problème requiert une solution « globale », de même échelle.

12Ce positionnement, ce contexte idéologique, a conduit à définir une politique consistant à ralentir le réchauffement, à l’atténuer en quelque sorte, d’où son nom de politique d’atténuation (mitigation en anglais). Un objectif quantitatif a été fixé. C’est le seuil au-delà duquel un futur catastrophique serait hautement probable. Ce pronostic est de +2°C, soit au grand maximum 450 ppm de gaz à effet de serre dans l’air (0,045 %). Bien que le réchauffement n’ait pas d’ores et déjà atteint ce seuil, la durée de vie des gaz à effet de serre dans l’air impose de débuter immédiatement les actions de suppression d’émissions et faute de mieux de réduction.

13Cette chasse au carbone atmosphérique s’articule autour de deux pistes de solutions qui se veulent universelles : réduire à la source les émissions et/ou piéger le carbone volatil dans le sous-sol et dans l’eau, afin qu’il ne s’accumule pas dans l’air. Des intentions « pratiques » en découlent. Elles se traduisent par des prescriptions aux États et aux entreprises, des règlements (bonus, malus, permis) et des subventions à la recherche-développement (R. & D.) pour favoriser des énergies alternatives « propres » (renouvelables, nucléaire). La mise en place de telles décisions suppose de convaincre et d’impliquer une multitude d’acteurs publics et privés pour mettre en pratique les solutions préconisées : des politiques, des gouvernements, des collectivités territoriales, des chercheurs, des chefs d’entreprise, etc.

14Cette stratégie intergouvernementale d’atténuation (tableau n° 1) est calquée sur la réponse apportée au « trou d’ozone » par le Protocole de Montréal en 1985. Vingt ans après sa signature, cet accord international est considéré comme une réussite, puisque la production des CFC incriminés dans la destruction de l’ozone s’est arrêtée. Mais, les sources d’émissions étaient contrôlables, bien identifiées et localisées. Enfin, des technologies alternatives et abordables étaient déjà au point et les industriels avaient un point de vue convergent avec celui des scientifiques [Roqueplo 1999]. Alors que le réchauffement climatique est autrement moins consensuel et plus complexe que « le trou d’ozone ». Les zones d’ombre sont beaucoup plus nombreuses (tableau n° 2).

Tableau n° 1 - La politique d’atténuation et ses implications

Tableau n° 1 - La politique d’atténuation et ses implications

Tableau n° 2 Quelques zones d’ombre de l’atténuation

Tableau n° 2 – Quelques zones d’ombre de l’atténuation

15Premièrement, quelques chercheurs [Courtillot 2009, 2010 par exemple] considèrent que le réchauffement contemporain est une réponse aux changements d’insolation et qu’il y a en quelque sorte erreur sur l’ennemi. Deuxièmement, la complexité des modèles prédictifs est telle que la marge d’erreur des résultats les rend peu fiables, selon quelques spécialistes de modélisation [Rittaud 2010]. Par ailleurs, rien ne permet vraiment d’affirmer avec certitude qu’une hausse thermique au-delà de 2°C ferait basculer le système climatique dans un tout autre fonctionnement du système climatique. Historiquement, le chiffre de 2°C a émergé en 1996 lors d’une réunion du Conseil des ministres de l’Union pour être ensuite validé a posteriori dans le rapport 2001 du GIEC. A ces arguments, s’ajoute une comptabilité très approximative des émissions de gaz à effet de serre pour, par exemple, un produit manufacturé car elle s’appuie sur des estimations uniformes quels que soient les modes de production et parce qu’elle présuppose un usage identique par tous partout. De plus, ce comptage est très inéquitable dans un monde où le commerce de nombreux biens marchands est mondialisé. Les lieux de production d’un seul produit sont nombreux et souvent disjoints des lieux de consommation. Quant à la référence à 1990, comme année étalon dans le Protocole de Kyoto, elle n’a jamais été réellement argumentée. De même n’est pas justifiée la mise à l’écart des restrictions d’émission pour certaines activités comme par exemple la circulation aérienne, ou encore, pour les pays producteurs de pétrole. Là, on touche du doigt le mélange permanent du politique et du scientifique, omniprésent dans les volumes 2 et 3 des rapports du GIEC. Cet amalgame a été bien souvent dénoncé [Godefridi 2010], car la fonction de la science est de dire ce qui est, et non ce qui devrait être.

16D’autres grilles de lecture du problème climatique sont donc possibles. Les objections sont émises par des chercheurs reconnus dans leurs disciplines respectives. Ils ont souvent une formation et des compétences qui les éloigne de la modélisation et des visions globalisantes. Leurs propos bien présents sur Internet ne sont guère relayés dans les débats dominants. Leurs prises de position ont-elles fini par semer le doute au‑delà de la sphère des spécialistes [Latour 2012] ? D’autres raisons y concourent sans doute plus efficacement.

17En effet, malgré le Protocole de Kyoto, les émissions mondiales de CO2 continuent d’augmenter dans le monde (+ 45 % depuis 1990) et selon l’Agence internationale de l’énergie, les émissions de CO2 augmenteront de 130 % d’ici 2050. A cet horizon, la croissance des émissions de l’Asie non OCDE rend presque négligeable les efforts de réduction entrepris aux États‑Unis et a fortiori en Europe. Un autre exemple, est fourni en France, par les engagements du Grenelle de l’Environnement en matière de transports d’ici 2020. Pour répondre à l’accroissement du transport de marchandises et développer des alternatives à la route, l’État français s’était engagé dans le développement du fret ferroviaire et la création d’autoroutes maritimes. Or, le transport routier s’est accru de 25 % depuis 1990 dont 15 % depuis 2000. Un peu partout, les objectifs fixés ne sont pas atteints.

18En 2009 « l’échec » de la conférence de Copenhague a porté à la connaissance de tous l’isolement des vues des Européens face aux grands pays émergents, face aux pays depuis longtemps très pragmatiques et aux pays en développement. Pourtant, le climat a été la question environnementale qui a le plus mobilisé la communauté internationale. Le président du GIEC, Rajendra Pauchauri, affirmait, en 2007, que: « If there’s no action before 2012, that’s too late. What we do in the next two to three years will determine our future. This is the defining moment. ». Et rien de concret n’est venu des conférences de Bali (2007), de Poznan (2008), de Copenhague (2009), de Cancún (2010), de Durban (2011), voire de Rio, vingt ans après… Si la nécessité d’agir est si impérieuse, à quoi sert d’empiler les « sommets » qui ne permettent pas de dégager un consensus sur les actions à mener ? Ne faut-il pas faire le constat de l’inefficacité de la méthode et imaginer comment s’y prendre autrement ?

3. Les mots et les choses

19La désillusion s’est accompagnée progressivement d’une entrée dans l’action publique des États d’un volet oublié : celui de l’adaptation au futur climat. Le choix d’une stratégie d’atténuation a éclipsé durant vingt ans l’autre volet du combat tel que l’énonçait le GIEC, à savoir : « ajuster des systèmes naturels ou des systèmes humains face à un nouvel environnement ou un environnement changeant... afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques ». Au niveau local, sous de multiples formes, l’adaptation faisait l’objet de réflexions et de mise en pratique. Déjà en 2007, le livre vert de l’Union Européenne sur l’adaptation avait mis l’accent sur les problèmes d’échelles et de méthodes. Tous les territoires ne sont pas aussi vulnérables, tous n’auront pas à faire face aux mêmes risques. Tous les humains ne sont pas égaux face aux risques. L’adaptation supposera donc un processus « bottom‑up » (décentralisé et issu de la base) de concertation entre acteurs très différents. Ces idées étaient portées, là aussi depuis des décennies, par des chercheurs. Des historiens ont fait remarquer que l’humanité a survécu au réchauffement postglaciaire. Des ethnologues, des sociologues ont souligné l’excès de catastrophisme en même temps qu’une présentation très romantique d’une Nature nécessairement bonne. Des géographes ont insisté sur les inégalités de vulnérabilités selon les sociétés et les territoires face à un même aléa. Mais lorsque quelques économistes, comme N. Stern (2006), ont chiffré l’adaptation et qu’elle est apparue moins coûteuse que l’atténuation, le regard a changé. D’autres ont alors mis en avant le droit à la croissance pour tous, l’urgence à privilégier l’emploi, etc. B. Lomborg résume bien la situation. Pour lui, le réchauffement climatique anthropique est un vrai problème mais il est plus utile de combattre ses conséquences, si elles adviennent, que ses causes dès maintenant.

20Au total, il est possible de résumer toutes les lectures hétérodoxes à partir de trois piliers complémentaires (tableau n° 3) :

  • l’incertitude des savoirs,

  • l’échelle adéquate des mesures à prendre,

  • le principe de réalité

Tableau n° 3 - Fondements des autres grilles de lectures

Tableau n° 3 - Fondements des autres grilles de lectures

21Au-delà de la connaissance et de la caractérisation du problème posé par le réchauffement climatique, c’est la question de l’efficacité de l’action qui fait l’objet de nombreuses et vives critiques.

22Plusieurs leviers ont été privilégiés pour réduire les émissions : substituer des sources d’énergie aux énergies fossiles, améliorer l’efficacité énergétique, et parfois même, il a été question de réduire l’activité économique, voire de limiter la population mondiale. Ces deux dernières « solutions » radicales sont inadéquates, donc peu plausibles, car elles imposeraient des comportements inacceptables pour des centaines de millions d’habitants de pays pauvres.

23Quant aux solutions-phares en matière d’énergie, elles aussi se sont avérées rapidement insoutenables sur le plan social. Par exemple, le développement des biocarburants a entraîné le déboisement et donc des émissions de carbone. Il a conduit à la spéculation foncière, à l’éventuel déplacement de populations et il a limité l’espace dévolu aux cultures vivrières indispensables à la survie des sociétés rurales qui les pratiquaient.

24Le reboisement a été envisagé comme une solution miracle. En effet, planter des arbres est « sur le papier ou sur l’écran » simple et peu coûteux. C’est du moins ce qu’expliquent Climate Care et Future Forests. Toutefois, lorsque les arbres sont devenus grands, au bout de plusieurs décennies, la captation de carbone se stabilise. De plus, se pose la question des lieux du reboisement. Dans les pays les plus pauvres, reboiser ne peut se faire qu’au détriment de terres de labours, de prairies et de terres de parcours pour le bétail. C’est encore la survie des sociétés rurales qui serait remise en cause par de telles pratiques « en grand ». Pour compenser les émissions actuelles de CO2, il faudrait reboiser la quasi‑totalité des terres aujourd’hui cultivées dans le monde !

25Parmi les autres « fausses bonnes solutions » figure le nucléaire, tel qu’il est pensé aujourd’hui en terme de centrales de plus en plus gigantesques. Certes, le nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre lors du fonctionnement des réacteurs. Toutefois, les matériaux, le chantier d’un réacteur nucléaire, l’entreposage et le traitement des déchets radioactifs nécessitent une dépense importante d’énergie. Enfin, le développement du nucléaire suppose une acceptation sociale dans les territoires concernés à cause des risques « d’accidents » sans commune mesure avec d’autres activités industrielles, et à cause de l’élimination des déchets qui n’est pas encore résolue de façon acceptable.

26Des solutions plus techniques à grande échelle ont également été avancées. Elles visent surtout à empêcher une partie des radiations solaires d’atteindre la basse atmosphère grâce à l’installation sur des orbites terrestres de panneaux réfléchissants les rayons solaires ou à l’épandage de poussières, renvoyant elles aussi le rayonnement solaire vers l’espace. Ces solutions « de laboratoire » seront sans doute sans suite, faute de pouvoir imaginer la chaîne d’effets induits. La séquestration du gaz carbonique dans le sous-sol terrestre et dans le fond des océans est sans doute plus envisageable à plus court terme. Mais, les questions du où ? et du comment ? ne manqueront pas de se poser...

27Les résultats escomptés de ces grands remèdes sont donc loin d’avoir toujours été au rendez-vous. La territorialisation des solutions est systématiquement évacuée. Or, il n’est pas de société qui refuse la garantie de son approvisionnement énergétique, qui ne souhaite pas se développer dans le respect de l’environnement et qui ne tente pas de se protéger des aléas climatiques futurs. Le succès d’une politique « climatique » doit procurer des contreparties rapides et tangibles pour être acceptable par le plus grand nombre d’acteurs possible. Les horizons d’une action publique construite sur 50 voire 100 ans s’accordent mal avec d’autres temporalités qu’elles soient politiques, sociales, économiques et a fortiori médiatiques. De même l’urgence n’est sans doute pas nécessairement synonyme de priorité. Toutes ces dimensions ont été sous-estimées jusqu’alors.

Conclusion

28Au total, à y regarder de près, toutes les critiques sur les objectifs, les moyens et les résultats, ne permettent pas de partager les discours et leurs auteurs en deux camps antagonistes, comme on le schématise trop souvent en opposant climato-sceptiques et réchauffistes. Les observateurs attentifs du réchauffement climatique et de ses conséquences s’accordent sur la nécessité de continuer à prévoir et à informer. Ils ne remettent pas totalement en cause l’atténuation dont les effets, y compris collatéraux, peuvent être bénéfiques. C’est le cas par exemple de l’indépendance énergétique et des économies d’énergie. Mais, ils voudraient voir développer en complément une véritable politique territoriale d’adaptation aux nouvelles potentialités et aux nouveaux risques. Quant à l’heuristique de la peur avec le discours sur la guerre, elle ne permet au mieux que de limiter les dommages et n’envisage pas de construire un vrai projet d’avenir nettement plus mobilisateur pour les particuliers, les associations, les entreprises, les collectivités qui ont engagé des projets locaux mal reconnus.

Haut de page

Bibliographie

Acot, P. (2010) – Climat, un débat dévoyé ?, Paris, Armand Colin, 157 p.

Acot, P. (2009) – Histoire du climat - Du Big Bang aux catastrophes climatiques, Paris, Librairie Académique Perrin, 428 p.

Arezki, H. (2010) – Climat, mensonges et propagande, Vergèze, Thierry Souccar Éditions, 320 p.

Bodansky, D. (2001) – « The history of the global climate change regime », in U. Luterbacher & al. International Relations and Global climate change, Cambridge, MIT Press, pp. 23-40

CCE (2007) – Livre vert présenté par la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au comité de régions : adaptation au changement climatique en Europe : les possibilités d’action de l’Union européenne, Bruxelles, 32 p.

Courtillot, V., Le Mouel, J.-L., Blanter, E. & Shnirman, M. (2010) – « Evolution of Seasonal Temperature Disturbances and Solar Forcing in the US North Pacific », Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, vol. 72, n° 1, pp. 83-89, doi:10.1016/j.jastp.2009.10.011

Danet, J. (2008) – « La dangerosité, une notion criminologique, séculaire et mutante », Champ pénal, vol 5, http://journals.openedition.org/champpenal/6013

De Cara, S. (2001) – Dimensions stratégiques des négociations internationales sur le changement climatique, thèse Université de Paris-X, 198 p., http://stephane.decara.free.fr/mypdf/DeCa01.pdf

Dortier, J.-F. (2006) – « Les batailles idéologiques sont de retour », Sciences Humaines, http://www.scienceshumaines.com/les-batailles-ideologiques-sont-de-retour_fr_15153.html

Eberhard, C. (2005) – Droit, gouvernance et développement durable, Cahiers d’anthropologie du droit, Paris, Karthala, 127 p.

Godefridi, D. (2010) – Le GIEC est mort, vive la science ! , Bruxelles, Texquis, 120 p.

Houghton, Sir J. (2011) – Le réchauffement climatique. Un état des lieux complet, Bruxelles, De Boeck, 495 p.

Jeandel, C. & Mossery, R. (2011) – Le climat à découvert. Outils et méthodes en recherche climatique, Paris, CNRS éditions, 288 p.

Jouzel, J. & Debroise, A. (2004) – Climat, jeu dangereux, Paris, Dunod, 212 p.

Kandel R . (2009) – La catastrophe climatique, Paris, Hachette, 238 p.

Lamarre, D. (2012) – « Climat, changements climatiques : l’introuvable synthèse », Historiens et Géographes, n° 418, pp. 197-202

Latour, B. (2012) – Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte, 504 p.

Le Mouel, J.-L., Blanter, E., Shnirman, M. & Courtillot, V., 2009, « Evidence for Solar Forcing in Variability of Temperatures and Pressures in Europe », Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, vol. 71, n° 12, pp. 1309-1321, doi:10.1016/j.jastp.2009.05.006

Luterbacher, U. & al. (2001) – International Relations and Global Climate Change, Cambridge, MIT Press, 343 p.

Masson-Delmotte, V. (2011) – Climat : le vrai et le faux, Paris, Éditions Le Pommier, 203 p.

Pallemaerts, M. (2004) – « Le cadre international et européen des politiques de lutte contre les changements climatiques », in Courrier hebdomadaire du CRISP (n° 1858-1859), pp. 1-61

Rabourdin, S. (2008) – Changement climatique, Guide de solutions, Lonay, Delachaux & Niestlé, 286 p.

Rittaud, B. (2010) – Le Mythe climatique, Paris, Seuil, 203 p.

Roqueplo, P. (1999) – Climat sous surveillance. Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Éd. Économica, 2ème édition, 405 p.

Tabeaud, M. & Brédif H. (2010) – « Tristes critiques – à propos de Copenhague », Espaces Temps, en ligne sur https://www.espacestemps.net/articles/copenhague-tristes-critiques/

Touffut, J.-P. (2011) – Changement de climat, changement d’économie ?, Paris, Albin Michel, 248 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 - La politique d’atténuation et ses implications
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau n° 2 Quelques zones d’ombre de l’atténuation
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau n° 3 - Fondements des autres grilles de lectures
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud et Hervé Brédif, « Aux grands maux faut-il toujours préférer les grands remèdes ? », Bulletin de l’association de géographes français, 90-1 | 2013, 24-35.

Référence électronique

Martine Tabeaud et Hervé Brédif, « Aux grands maux faut-il toujours préférer les grands remèdes ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-1 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1336 ; DOI : 10.4000/bagf.1336

Haut de page

Auteurs

Martine Tabeaud

Géographe, Professeur à l’Université Paris I, responsable de l’UMR CNRS 8185 ENeC, 190 avenue de France, 75013 Paris – Courriel : martine.tabeaud[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Hervé Brédif

Agronome, Maître de conférences, Université Paris I, UMR CNRS 7533 Ladyss, 21 rue Émile Jolibois, 81000 Albi – Courriel : hbredif[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals