Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94-3Les forêts périurbaines francilie...

Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ?

Can suburban forests in Ile-de-France be considered as margins?
Alexandra Monot
p. 368-384

Résumés

Au sein de la région Île-de-France, se maintiennent des espaces forestiers de différentes dimensions, dont les usages et la destination sont spécifiques. Ces forêts périurbaines sont des marges à plus d’un titre. Espaces « naturels » à l’intérieur ou aux franges d’un espace urbanisé, elles sont protégées et soustraites pour beaucoup aux activités économiques : il leur est assigné en priorité un rôle social récréatif, paysager et écologique. Quand elles existent, les activités qui y ont lieu sont marginales dans le système productif français (chasse, sylviculture). Néanmoins, ces forêts présentent des gradients de marginalité, selon la distance à la ville de Paris et à l’échelle des massifs forestiers eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La périurbanisation de l’agglomération parisienne a conduit à la diffusion dans un milieu originellement rural de territoires urbains de résidence et d’activités. Elle s’est effectuée dans un contexte de recherche d’un cadre de vie meilleur, de loyers moins onéreux ou d’accession moins chère à la propriété, et d’amélioration des moyens de transports permettant des mobilités pendulaires. Mais la périurbanisation ne s’est pas réalisée de façon continue et les espaces qui en sont nés comportent encore un certain nombre d’espaces résiduels à dimension rurale, champs, bois et forêts.

2Les forêts périurbaines peuvent alors être définies comme des espaces boisés intégrés à ou proches d’un pôle urbain (au sein de l’agglomération parisienne, l’espace n’est pas au sens strict périurbain, mais les forêts y sont tout de même qualifiées de périurbaines, car en position de périphérie de la ville centre), sur lesquels s’exercent une forte pression sociale et foncière, d’importantes attentes en matière paysagère, d’équipements et de services pour des populations locales et régionales qui les utilisent comme des espaces récréatifs. Elles apparaissent ainsi comme en marge (définie comme une entité en situation spatiale de bordure ou à l’écart des autres, et comme un système fonctionnant selon ses propres normes) à divers titres. D’abord morphologiquement, elles différent tant des champs que des espaces bâtis. Ensuite économiquement, elles sont peu intégrées, revêtant des fonctions spécifiques, différentes de celles des forêts rurales. Enfin, elles accueillent des activités qui, souvent, préfèrent restées cachées.

3À l’interface entre territoires urbains et territoires ruraux, les forêts périurbaines d’Île-de France peuvent-elles être réellement considérées comme des marges ? Si elles sont des marges géographiques et paysagères, par leur situation et leur morphologie, ne portent-elles pas aujourd’hui des centralités qui émergent au sein de l’aire urbaine, qui traduiraient un changement de leur fonction sociale et permettraient de les intégrer en tant qu’élément du fonctionnement métropolitain à part entière ?

4Les forêts périurbaines sont des forêts résiduelles de massifs bien plus vastes historiquement, en situation actuelle de franges (en tant qu’espace en bordure de la zone urbaine) à la fois urbaines et rurales et concourent à la construction d’une identité régionale spécifique en répondant à une forte demande sociale de nature. Mais, ces forêts sont aussi des espaces de relégation et d’invisibilité par les activités qu’elles portent, alors même qu’elles sont de plus en plus intégrées au fonctionnement de l’espace urbain en relevant de plus en plus de logiques urbaines, ce qui, paradoxalement, justifie leur progressive marginalisation par la réglementation. Néanmoins, la diversité des forêts périurbaines franciliennes aboutit à des gradients de marginalité en fonction de la distance à la ville de Paris et à l’échelle des espaces forestiers eux-mêmes.

1. Les forêts périurbaines, des marges géographiques et paysagères

1.1. Des forêts résiduelles

5Les forêts d’Île-de-France sont les vestiges de forêts bien plus vastes qui couvraient quasiment toute la région, jusqu’au XIe siècle [Duby & Wallon 1975]. Ces forêts ont été maintenues lors des défrichements médiévaux et modernes principalement dans les propriétés de la noblesse et sur les terrains délaissés par l’agriculture, soit parce que la topographie compliquait la mise en culture, soit parce que les sols étaient trop pauvres, comme les sables de Fontainebleau. Les surfaces forestières ont fluctué dans le temps en fonction des besoins agricoles et des techniques de production [Corvol 1987].

6A partir du XIXe siècle, l’extension progressive de l’agglomération parisienne a grignoté ces espaces forestiers, sauf là où ils appartenaient à la noblesse ou à l’État. C’est cette mise en marge juridique originelle, comme domaine de l’État, dans le cadre de l’Ancien Régime puis de l’Empire et de la République, qui a permis de maintenir dans le temps certains massifs forestiers. Néanmoins, ils n’ont pas échappé à la construction d’infrastructures, notamment de transports, qui les traversent et les fragmentent.

7Aujourd’hui, les surfaces forestières sont plus importantes que celles de la zone urbanisée. Les premières portent sur près d’un quart de la région (24 %), alors que les secondes n’en couvrent qu’un peu plus d’un cinquième (21 %). Au total, en 2012, les forêts et bois d’Île-de-France représentent 287 313 ha [IGN 2014]. Les propriétaires de ces forêts sont répartis d’une façon différente du reste de la France métropolitaine : 60 % de la superficie en forêts privées (contre 75 % à l’échelle nationale), 26 % en forêts domaniales (contre 9 % à l’échelle nationale), et environ 14 % appartenant aux collectivités territoriales (contre 16 % à l’échelle nationale), surtout à la Région Île-de-France. Ainsi, les forêts franciliennes relèvent davantage des pouvoirs publics (40 %) que dans le reste de la France (25 %), héritage de l’importance des chasses royales et domaines nobles. Cette caractéristique s’accentue : en 2005, les forêts publiques ne représentaient que 30 % des forêts franciliennes.

8Ces forêts franciliennes sont très présentes dans le paysage régional mais demeurent très marginales à l’échelle nationale. Elles représentent 1,7 % de la surface de la forêt métropolitaine pour à peine 1,5 % de la production de bois de la France métropolitaine. Les taux de boisement départementaux, oscillant entre 4,3 % (département de Paris) et 13,2 % (Val-de-Marne) au cœur de l’agglomération (Paris et première couronne), s’élevant de 24,7 % (Seine-et-Marne) à 34,1 % (Yvelines) en seconde et troisième couronnes, sont également inférieurs à la moyenne nationale (29,7 %), sauf pour les Yvelines (34,1 %).

Tableau 1 – Taux de boisement en Île-de-France

Département

Taux de boisement en 2014 ( %)

Taux de boisement en 1994 ( %)

Paris

4,3

4,3

Essonne

25,1

13

Seine-Saint-Denis

4,5

4,2

Val de Marne

13,2

12,8

Val d’Oise

24,8

19,5

Seine-et-Marne

24,7

22,6

Yvelines

34,1

30,2

Moyenne régionale

24,0

23,0

Moyenne nationale

29,7

26,0

D’après les données de l’Inventaire forestier, 1994 et 2014

9Pourtant, ces forêts sont considérées par les Franciliens comme nécessaires à leur environnement et à leur cadre de vie. Ils leur attachent une grande importance, tant par la place qu’elles ont eu dans l’histoire de la région, que par leurs paysages perçus comme naturels, ce qui se traduit par une vision patrimoniale de la gestion forestière.

1.2. Franges à la fois urbaines et rurales en évolution

10Les forêts franciliennes portent des fonctions rurales héritées mais devenues aujourd’hui marginales. En effet, elles ont servi pendant de nombreux siècles d’espaces agro-sylvo-pastoraux, permettant à la paysannerie régionale d’accéder à la cueillette, au bois de chauffage ou d’œuvre, de faire glaner des porcs, y compris dans les forêts qui leur étaient interdites de par leur propriété royale ou seigneuriale. Les procès pour usages interdits en forêts en Île-de-France ont été très nombreux sous l’Ancien Régime. Il s’agissait alors, bien plus que de protéger des espaces de chasse (fonction fondamentale des forêts dès le règne de Robert le Pieux, 972-1031, à l’origine de certaines formes d’organisation spatiale à l’intérieur des massifs, notamment pour la chasse à courre), de protéger les boisements eux-mêmes de la dégradation, afin de permettre le développement de futaies pour le bois d’œuvre (cf. la Grande Ordonnance royale de Colbert, 1669). Rappelons que le bois était l’une des principales ressources financières du Trésor royal et permettait l’essor de la marine. Le premier Code forestier de 1827, qui fait suite à une série de mesures et réglementations sur les boisements depuis le XIIe siècle, a mis un terme à ces usages traditionnels de la forêt [Monot 2005]. Il en demeure aujourd’hui des pratiques très marginales qui tendent peu à peu à disparaître, telle la cueillette des champignons (usage toléré dans les forêts publiques pour une quantité inférieure à 5 litres/personne), du muguet au printemps ou le ramassage des châtaignes (uniquement à usage familial) à l’automne.

11Surtout, un changement de regard sur la forêt s’est développé à partir du romantisme dès la fin du XVIIIe siècle et qui va s’affirmer tout au long du XIXe siècle. D’une forêt inquiétante et dangereuse (source de mythes, contes et légendes, espaces des brigands et des sorcières), sa perception a évolué d’abord vers un espace de solitude (image du désert, de contemplation rousseauiste). La forêt est alors devenue une source d’inspiration littéraire et artistique, visible dans les écoles de peinture, comme celles de Barbizon à Fontainebleau entre 1825 et 1870, ou l’École de Cernay à Rambouillet dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ces mouvements sont à l’origine de la protection des forêts, avec par exemple la création des réserves artistiques de Fontainebleau en 1853 (officialisées par décret impérial en 1861). Au cours des Trente Glorieuses, les forêts franciliennes subissent une forte croissance de leur fréquentation, elles sont alors perçues par ceux qui s’y rendent comme des biens de consommation de loisirs [Kalaora 1993], au même titre que des parcs d’attraction. Aujourd’hui, elles semblent davantage considérées comme des espaces de nature et de loisirs porteurs d’une identité régionale.

1.3. Un facteur d’identité francilienne lié à une forte demande sociale

12Dans un pays à fort taux d’urbanisation, encore plus dans une région portant la principale agglomération de France, les quelques 287 313 ha de bois et forêts permettent aux quelques 11,8 millions d’habitants, soit 19 % de la population française, d’accéder à des espaces naturels. En cela, les forêts périurbaines répondent à une quête sociale de nature et représentent un espace de respiration au sein d’un territoire urbanisé. Dans les documents d’urbanisme régionaux [SDRIF 2013], elles sont présentées comme des moyens de résoudre certains maux de la société. Leur fréquentation permettrait ainsi, selon ces documents (ONF, IAU), de favoriser la mixité sociale des promeneurs et une atténuation du stress lié à la vie urbaine. Elles portent également une fonction environnementale largement mise en exergue. Elles captent le dioxyde de carbone (19 % du CO2 produit par an), la poussière (à raison de 20 kg/an/arbre) et rejettent de l’oxygène, atténuant ainsi la pollution atmosphérique de l’aire urbaine. On estime qu’elles permettraient de baisser de 6 % /an la teneur en ozone [SDRIF 2013]. Il faut toutefois nuancer ces bienfaits, car la respiration des végétaux consomme aussi de l’oxygène et rejette du CO2. A ces fonctions sociales et environnementales évoquées dès les années 1960-1970, s’ajoute désormais une fonction sanitaire pour les populations [Papillon & Dodier 2011], grâce aux activités physiques possibles en forêt (course à pied, randonnées, promenade, vélo, équitation, etc.). Ces activités nécessitent des équipements spécifiques : parcours sportifs, bancs, cheminement pédagogique, etc.

13Les fonctions sociales et environnementales des forêts périurbaines ont conduit à leur représentation comme monuments de la nature et comme patrimoine naturel à conserver. Nées de l’histoire de France, cadre de vie d’une partie des Franciliens, espaces de promenade, ces forêts sont perçues comme partie intégrante de la vie de l’agglomération et de ses habitants. Cependant, les menaces sont nombreuses, car les forêts périurbaines subissent les contraintes et les nuisances de l’urbanisation, à la différence des forêts rurales. Leur forte fréquentation, surtout en première couronne, dégrade les écosystèmes, le couvert forestier est discontinu et fragmenté par les réseaux de transport, les lisières sont mitées par des constructions urbaines ou les effets de celles-ci (50 % des lisières forestières sont en contact direct avec un espace urbanisé), alors même que leur caractère inhabité conduit à l’essor de nuisances comme les dépôts sauvages d’ordures et d’encombrants.

14La forêt est ainsi devenue, pour nombre de citadins de la région, le lieu ultime d'une « nature sauvage », une « réserve naturelle » conservatoire de la biodiversité, qui est déjà urbaine par ses usages. Cette représentation de la forêt a modifié peu à peu sa perception régionale. De bien de consommation courante, où la fonction de production était acceptée, la forêt se transforme en sanctuaire de la nature à protéger.

2. Les forêts périurbaines, des espaces de relégation et d’invisibilité, de plus en plus intégrés aux logiques urbaines

15Cadre de vie et espaces récréatifs, les forêts franciliennes portent des activités marginales de différentes natures et font, depuis les années 1960, l’objet de nombreux rapports et projets d’aménagement, les intégrant de plus en plus à une logique opérationnelle urbaine.

2.1. Des activités à la marge voire illicites

16Les forêts périurbaines d’Île-de-France, contrairement aux autres forêts, n’ont qu’une fonction économique secondaire et souvent critiquée. En effet, la population, très attachée à « ses » forêts, est vigilante à la permanence des paysages forestiers et perçoit les coupes d’arbres comme une atteinte à leur intégrité. En conséquence, la sylviculture y est peu développée, la production atteignant à peine 320 000 m3/an, contre 545 000 en 1991 [IGN 2014], ce qui a conduit à un effondrement d’une filière bois devenue marginale dans la région. Le nombre de scieries par exemple est passé de 38 en 1991, à 6 en 2015.

17Autre activité traditionnelle des forêts, la chasse est maintenue, mais selon des conditions particulières. Elle apparaît ainsi marginale dans ses pratiques par rapport aux autres régions françaises. Par exemple, le calendrier de chasse est adapté à la fonction récréative des forêts périurbaines, excluant de fait les week-ends, jours fériés et vacances scolaires, pour des raisons de sécurité. L’activité cynégétique est alors très encadrée, n’ayant lieu que de novembre à février, et étant souvent limitée à un seul jour par semaine. Cette chasse est multifonctionnelle, elle sert non seulement à réguler les populations de la grande faune, qui provoque de nombreux dégâts tant dans les forêts qu’en dehors, causant de nombreux accidents de la route, mais aussi à dégager des revenus pour financer la gestion forestière. En effet, l’aménagement forestier coûte à l’Office national des forêts (ONF) en Île-de-France 7 à 8 millions d’euros par an, alors que la production sylvicole n’en rapporte qu’environ 4 millions. De plus, la chasse francilienne s’effectue selon des modalités spécifiques en forêts publiques dans lesquelles soit des lots de chasse sont attribués lors d’adjudications aux enchères, l’ONF reprenant là les modalités qui n’existent qu’en Alsace-Moselle où le système allemand a été conservé, soit des journées de chasse payantes sont organisées et accompagnées par un guide [Monot 2005, 2010].

18Toutefois, ce sont les activités illicites qui se développent le plus rapidement depuis les années 2000 dans les forêts franciliennes. La forêt, perçue de l’extérieur comme un monde clos et impénétrable où le regard est limité par le couvert forestier, est propice aux activités qui demandent de l’invisibilité, servant alors d’espace refuge. Les forêts servent ainsi d’abris aux marginaux [Lion 2015], tels les sans-domicile- fixe et plus récemment les migrants clandestins qui y construisent de véritables bidonvilles. Ces squats forestiers se localisent près des grands axes autoroutiers (A86, A104) et surtout dans les parcs forestiers urbains parisiens (bois de Boulogne et de Vincennes).

19La prostitution en forêt est aussi en essor depuis les lois coercitives de 2004 et 2016. Les deux zones de prostitution les plus denses de la région se situent dans le Bois de Boulogne et en forêt de Saint-Germain-en-Laye. Le premier est en baisse, tandis que la seconde explose. Les prostitué(e)s y sont passé(e)s, selon la préfecture de police, d’une quinzaine en 2003 à une centaine en 2016. Elles se localisent aux lisières de la forêt, à proximité des infrastructures de transports (routes forestières, comme la N184 ou la D308 en forêt de Saint-Germain-en-Laye, gares près de la forêt comme la gare RER d’Achères Grand Cormier ou la gare de triage d’Achères). D’autres forêts sont également connues pour ces pratiques : la forêt de Marly le long de la D30 connaît un déversement de la prostitution de Saint-Germain-en-Laye devenue trop fréquentée, la forêt de Sénart le long de la N6, ou les grands massifs tels Rambouillet ou Fontainebleau. Le statut de marge territoriale des forêts tend à favoriser la marginalité des activités qui s’y développent.

2.2. Les forêts franciliennes relèvent de plus en plus de logiques urbaines

20Outre ces activités illicites, les forêts franciliennes sont de plus en plus utilisées et aménagées selon des modalités urbaines. Elles connaissent une fréquentation croissante qui a augmenté de 30 % en 30 ans. Elles recevaient 67 millions de visites en 1968, l’ONF en a décomptées 92,5 millions en 2012, dont 13 millions pour le seul massif de Fontainebleau. La densité de fréquentation y est d’autant plus importante que le nombre de mètres carrés de forêt ouverts au public est faible : 77 m2 par habitant en Île-de-France contre une moyenne nationale de 700 (chiffres ONF). En effet, sur les quelques 287 300 ha de forêts, 95 612 sont ouverts au public, 5 048 en petite couronne et 90 564 en grande couronne.

21Le profil des visiteurs et les équipements à leur disposition ont évolué. En 1977 [Kalaora & Pelosse 1977], une étude menée en forêt de Fontainebleau démontrait que les pratiques de la forêt étaient fonction des couches sociales. Trois types d'attitudes étaient ainsi mis en évidence : un premier type relevait d’une élite sociale cultivée pour qui la promenade en forêt permettait de goûter aux joies de la contemplation de l'espace forestier comme paysage artistique. Un deuxième type correspondait aux classes moyennes, pour qui la forêt se présentait comme un espace public où, sur les parkings, l’on pouvait afficher ses biens acquis : voiture, équipement de plein air, etc. Enfin, un troisième représentait la non-fréquentation par les couches populaires. Aujourd’hui [ONF 2014], toutes les classes sociales fréquentent la forêt, preuve de leur insertion dans un fonctionnement social métropolitain. Deux types principaux dominent désormais : d’un côté les classes moyennes à aisées fréquentent la forêt comme un espace de nature, recherchant le calme, la sérénité et la contemplation, d’un autre côté, les classes populaires demandent davantage d’équipements ludiques et de loisirs en forêts.

Tableau 2 – Des activités de plus en plus urbaines en forêts franciliennes

Activités en forêt

Etude SARES 1968 (part des personnes interrogées, en %)

Etude CREDOC 2000 (part des personnes interrogées, en %)

Promenade, randonnée

58,3

75,5

Observation de la nature

12,8

36,9

Sports (course à pied, vélo, VTT)

7,3

28,8

Pique-nique, jeux

54,0

13,4

Repos

30,1

8,7

Voiture, motocross

5,6

1,5

Note : Plusieurs réponses étaient possibles.

D’après les enquêtes OTAM-SARES, « La fréquentation des forêts de la région parisienne », 1968, et CREDOC, « La fréquentation des forêts publiques en Ile-de-France », 2000

22Pour faire face à ces demandes contradictoires, les forêts publiques et les forêts privées ouvertes au public sont aménagées avec des cheminements piétonniers, des équipements informatifs et pédagogiques, des parkings, des aires d’accueil pour les pique-niques. De plus, dans les années 2000, un parc de loisirs a été créé, l’Espace Rambouillet (accrobranches, sentier suspendu dans les arbres, promenades en poneys, chantiers écologiques), et quatre centres d’initiation à la forêt (Fontainebleau, Sénart, Marly et Hamadryade en forêt domaniale de Port-Royal), qui accueillent 145 000 visiteurs par an [ONF 2014].

23Ainsi, les forêts franciliennes relèvent de territoires du quotidien appropriés et aménagés participant des modes de vie urbains et périurbains. Leur fréquentation est maximale en fin de semaine du printemps à l’automne, avec des pics le mercredi et les vacances scolaires [Acerbi 2016]. Leur importance en termes sociaux, écologiques et économiques est reconnue par les documents d’urbanisme de la région. Le Schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF) adopté en 2013 prévoit de créer, d’ici à 2030, 500 ha de forêts supplémentaires (alors qu’entre 2005 et 2015, la forêt francilienne s’est déjà agrandie de près de 9 000 ha). Il s’agit de préserver les territoires boisés existants et de créer des continuités par des corridors écologiques, la Trame verte, objectifs affirmés par le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), premier adopté en France en 2013, et par la Charte régionale de biodiversité adoptée en 2014.

24L’importance de la forêt dans les représentations des Franciliens, entre ville et campagne, génère une forte attractivité des espaces boisés. La proximité des couverts forestiers est un facteur de hausse des prix du foncier, hausse liée à la capacité qu’ont certains acheteurs ou loueurs d’investir des sommes plus importantes pour leur choix résidentiel. Ce processus conduit à une homogénéisation des catégories sociales à proximité des bois et forêts d’Île-de-France, à un isolement et un enclavement volontaires de certaines communes, comme Marnes-la-Coquette, et la création de lotissements résidentiels fermés. Cet entre-soi ou « clubbisation » [Charmes 2011] se retrouve également au sein des forêts elles-mêmes, notamment dans la première couronne à l’ouest et au sud, où elles sont fréquentées le plus souvent par les riverains issus des catégories socioprofessionnelles supérieures. La mixité sociale des forêts périurbaines, souhaitée par les aménageurs et les collectivités, semble alors rejetée en grande couronne, dans les grands massifs forestiers.

2.3. Justifiant une marginalisation voulue par la réglementation

25La volonté, affichée dans les documents d’aménagement et d’urbanisme, de maintenir en l’état ces espaces forestiers, publics comme privés, conduit à leur protection réglementaire face aux menaces diverses déjà évoquées. La demande sociale de protection des forêts rejoint les préoccupations des pouvoirs publics, qui perçoivent les forêts, et les espaces ouverts en général, comme un élément clé du bon fonctionnement de l’ensemble urbain métropolitain, et comme une offre verte récréative pour les habitants.

26Les forêts périurbaines franciliennes font l’objet de très nombreuses protections réglementaires qui les soustraient aux évolutions des autres espaces franciliens et les transforment en « glacis écologiques ». Elles sont des espaces végétalisés protégés, soit par des outils classiques, tels les réserves naturelles, les sites classés ou inscrits, ou encore le réseau Natura 2000 (87 % des surfaces Natura 2000 en Île-de-France sont boisées), soit par des outils forestiers, comme les forêts domaniales et publiques, ou les forêts de protection. Certaines protections sont bien plus présentes en Île-de-France qu’ailleurs en France, comme le statut de forêt de protection (les près de 58 000 ha classés dans la région représentent 38 % de ce type de forêt à l’échelle nationale) et plus récemment la forêt d’exception (label lancé en 2008 par l’ONF, Fontainebleau ayant été la première).

27Quel que soit leur statut, ces espaces protégés forestiers, représentant 87 % des espaces végétalisés protégés de la région, font l’objet de plans spécifiques d’aménagement encadrant les activités, voire ne portent plus aucune activité ou présence humaine dans le cas des réserves biologiques intégrales de la forêt de Fontainebleau. Néanmoins, leur multiplication et leur superposition révèlent la difficulté de les faire respecter. Il faut noter que ces protections réglementaires s’étendent actuellement en deuxième et troisième couronnes de l’agglomération, là où la pression foncière et urbaine est la plus forte, en première couronne l’urbanisation ayant atteint son maximum dans les années 1980.

28D’autres formes de protection sont plus contractuelles [Acerbi 2016] et appellent la participation d’acteurs nombreux, riverains, associations, administrations, etc. Les outils urbanistiques, tels le SDRIF (2013), le SRCE (Trame verte, 2013), ou la Charte régionale de la biodiversité (2014) en relèvent. L’Île-de-France comporte par ailleurs des périmètres régionaux d’intervention foncière définis par l’Agence des Espaces verts, qui permettent à cette agence régionale d’acquérir de nouveaux espaces boisés. Enfin, les Parcs naturels régionaux (PNR) facilitent un aménagement durable des massifs forestiers, ces parcs étant en Île-de-France majoritairement forestiers : 91 450 ha de forêts s’y déploient (32 % des surfaces forestières régionales). Quatre PNR, couvrant 18 % de la surface régionale, ont été entérinés pour l’instant : le Vexin français, la Haute Vallée de Chevreuse, Oise-Pays de France, et le Gâtinais français, tandis que deux autres sont à l’étude. Ces parcs ont souvent élaboré des Chartes forestières de territoire fixant des orientations sociales, paysagères, culturelles et économiques à l’aménagement forestier, et couvrant 64 771 ha de forêts en Île-de-France. Les PNR travaillent aussi sur la maîtrise des fronts d’urbanisation et la préservation de la biodiversité.

29Ainsi, les forêts périurbaines franciliennes génèrent des formes de centralité : elles sont le poumon vert de la métropole parisienne, le cœur des promenades de fin de semaine, et sont intégrées à des logiques d’urbanisation et de loisirs de la part des Franciliens. Leur évolution est encadrée et maitrisée par l’État et les collectivités territoriales, dans une approche opérationnelle urbaine de zonage.

3. Une diversité de forêts périurbaines générant des gradients de marginalité

30Pourtant, ces logiques sont à décliner selon des gradients de marginalité non seulement en fonction de la distance à Paris, mais aussi entre les lisières et le cœur des espaces forestiers.

3.1. Un gradient de marginalité en fonction de la distance à Paris

Carte 1 – Enjeux des forêts périurbaines franciliennes et gradients de marginalité

Carte 1 – Enjeux des forêts périurbaines franciliennes et gradients de marginalité

31Près de Paris, en première et deuxième couronnes, les forêts ont été pendant près d’un siècle (de la deuxième moitié du XIXe siècle aux années 1970) grignotées et morcelées. Aujourd’hui, peu étendues, isolées et menacées sur leurs lisières par la proximité de l’urbanisation et par la multiplication des infrastructures de transports, elles sont protégées, soit par le régime forestier, soit par la réglementation des sites et de l’environnement. Mais ces protections parfois multiples sur un même espace aboutissent à un manque de visibilité et de lisibilité de leur aménagement et, par là même, de leur maintien. Il semblerait toutefois que leur meilleure défense réside dans leur statut foncier, à savoir le fait qu’elles sont propriétés de l’État (forêts domaniales) ou des collectivités locales (forêts régionales ou départementales). Néanmoins, elles continuent à se morceler par l’installation de nouvelles infrastructures : les forêts de Meudon et de Verrières ont ainsi perdu, en 2015 et 2016, 15 ha suite aux travaux de nouvelles lignes de Tram (T10 et T6), la Malmaison 3 ha pour la création de l’échangeur avec l’A86. Les forêts des premières couronnes d’urbanisation de l’agglomération parisienne sont avant tout des parcs urbains concentrant une fréquentation de loisirs et de proximité. Elles jouent également un rôle environnemental et social non négligeable du fait qu’elles servent de cadre de vie à des populations nombreuses. Ces forêts semblent essentiellement marquées par une politique paysagère de muséification (des espaces forestiers à protéger en l’état comme traces du passé) et de patrimonialisation (patrimoine historique à maintenir et à transmettre), ce qui conduit à canaliser la fréquentation sur quelques lieux et espaces aménagés [Monot 2005].

32En grande couronne, les forêts sont de vastes massifs forestiers appartenant pour une grande partie à de nombreux propriétaires forestiers privés. Ces massifs, s’ils s’étendent sur les friches agricoles, sont menacés par une urbanisation diffuse et par une trop forte concentration des visites et des équipements. En effet si en Petite Couronne l’urbanisation est stoppée faute d’espaces disponibles, ce n’est pas le cas dans la frange rurale et forestière qui borde l’agglomération parisienne. Elle est surtout visible le long des radiales qui mènent à la capitale (RN 10 et 12, voies ferrées), et cette urbanisation en doigts de gants se poursuit par desserrement de l’agglomération en mitant l’espace rural voisin. Une telle situation est aggravée par l’installation, dans les années 1960 puis dans les années 1980, de pôles économiques dans les environs des forêts, tels la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, Roissypôle ou la zone d’activités du plateau de Saclay. La multifonctionnalité des forêts de grande couronne est plus marquée. Elles ont une vocation économique, comme l’atteste l’importance, toute relative (du fait de la fréquentation), de la production de bois. Fontainebleau et Rambouillet sont les espaces forestiers franciliens les plus producteurs. La fréquentation y est plus touristique et régionale, voire nationale, ces massifs portant des bâtiments historiques. Cependant, la distance croissante à l’agglomération n’entraîne pas de modification de la relation des citadins à la forêt. Comme dans toutes les forêts franciliennes, les associations de protection de la nature veillent. Elles ont une vision très protectrice des espaces forestiers, tout comme l’administration régionale et départementale. Mais en grande couronne, il faut compter avec d’autres activités qui viennent perturber ces représentations purement urbaines du devenir d’une forêt, telles la chasse ou la production de bois. Des conflits, parfois insolubles surgissent. Certaines forêts privées demeurent closes, parfois grillagées, et soustraites aux promeneurs, tandis que l’aménagement public, plus classique, vise à nouveau à concentrer la fréquentation sur quelques espaces [Monot 2005]. Ainsi, les forêts de grande couronne ressemblent davantage aux forêts rurales éloignées des villes et constituent en cela davantage des marges au sein d’une région urbaine.

3.2. Un gradient de marginalité à l’échelle des espaces forestiers eux-mêmes

33Les lisières forestières (bande de 50 mètres de large de part et d’autre de la limite des arbres) sont les plus intégrées. Elles subissent de plein fouet la pression foncière en tant que fenêtres sur la forêt et donc sur la nature. Leur attractivité immobilière est majeure et elles font l’objet d’importantes plus-values foncières. Elles peuvent se localiser en limite externe du massif forestier ou en son sein, le long des axes de communication qui la fragmentent. C’est sur ces lisières que se déroulent les activités illicites précédemment évoquées, que se concentrent les parkings et départs de chemins en forêt, où la fréquentation est la plus forte. Depuis les parkings, les promeneurs ne s’éloignent souvent pas au-delà de 50 mètres de leur voiture. Il faut noter que les lisières font l’objet d’une politique de préservation : elles sont inconstructibles dans les plans de gestion de forêts de protection et dans le SDRIF pour les espaces boisés de plus de 100 ha.

34D’autres espaces à l’intérieur des forêts sont gérés économiquement pour la sylviculture. Cette activité s’épanouit souvent loin des chemins piétonniers, ou derrière des écrins de verdure, du fait pour nombre de Franciliens de l’incompréhension des coupes de régénération qui sont assimilées à une destruction et non à la gestion forestière. En effet, espaces paradigmes de nature et de ressourcement, à l’écart de la marchandisation, la vocation économique de la forêt est rejetée par les citadins, alors même que le Grenelle de l’Environnement en 2007 et le nouveau statut de l’ONF de 2011, affirment la vocation économique de la forêt. Les espaces de production forestière, plus nombreux en grande couronne, intègrent la forêt dans les circuits économiques régionaux (bois énergie, bois de sciage, etc.) ou nationaux. Or cette fonction est nécessaire pour financer les surcoûts d’une gestion sociale récréative des forêts franciliennes et permettre une gestion raisonnée des massifs forestiers [Monot 2005]. En dehors des espaces de forte fréquentation et de sylviculture, les forêts connaissent une fréquentation limitée, et des activités peu nombreuses quand elles existent. Ces espaces forestiers portent souvent des zones de protection réglementaire.

Carte 2 ­– La forêt de Fausses-Reposes, une forêt urbanisée entre marge et intégration aux dynamiques urbaines

Carte 2 ­– La forêt de Fausses-Reposes, une forêt urbanisée entre marge et intégration aux dynamiques urbaines

A. Monot, thèse de doctorat, 2005, mise à jour in A. Monot (2016) - La France des marges, Bréal, p. 226.

35Par conséquent, c’est une forêt « à trois vitesses » qui se dessine du fait des spécificités de ses représentations et de ses aménagements dans une région urbaine : une forêt récréative et aménagée, intégrée au fonctionnement urbain et périurbain, une forêt productive intégrée aux circuits économiques, et une forêt sanctuarisée, marge voulue et revendiquée par les écologistes et nombre de Franciliens.

Conclusion

36Les forêts périurbaines franciliennes sont définies et pensées comme des marges géographiques et paysagères, mais elles portent des centralités de loisirs et une attractivité dans les choix résidentiels des urbains et périurbains. Devenues des espaces d’entre-deux, elles offrent des espaces « naturels » (perçus et représentés comme tel par les citadins) proches de la ville à forte dimension multifonctionnelle, participant en cela des modes d’habiter du périurbain. Ces forêts relèvent aujourd’hui d’un élément clé du fonctionnement, tant environnemental que social, des grandes agglomérations, devenant « une pièce du puzzle métropolitain » [Aragau & al. 2016]. Néanmoins, ces caractères conduisent à des travers qui les maintiennent dans des formes de marginalité, que ce soit par la présence d’activités marginales, par des aménagements et des gestions forestiers particuliers, ou par la création d’espaces d’entre-soi qu’elles engendrent.

37La forêt, dans un espace périurbain dominé par une métropole de niveau mondial, représente non seulement un écosystème et des matières premières, mais aussi un héritage historique, un territoire géographique qui devient un espace fondamental pour les habitants de la région. Cette multiplicité de la perception de la forêt détermine des représentations particulières fondées sur des motivations urbaines : la forêt est un sanctuaire de la nature tout en devenant un parc urbain. La gestion des espaces boisés en Île-de-France est ainsi influencée par une double motivation : protéger les terrains existants de l'urbanisation et de ses prolongements, tout en confortant la fonction de loisirs. Néanmoins, ces constats sont à varier en fonction de la distance à la ville de Paris, entre les espaces forestiers eux-mêmes et au sein d’un même massif.

38Par tous ces aspects, les forêts périurbaines franciliennes sont devenues des éléments à part entière du fonctionnement et de l’identité non seulement de l’agglomération parisienne mais aussi de la région Île-de-France. Elles sont passées du statut de marge à celui d’interface entre ville et campagne, facilitant la transition de la ville à la campagne. Mais, de part cette situation de l’entre-deux et d’attentes sociales peu conciliables voire contradictoires, elles subissent des conflits d’usages nombreux et croissants.

Haut de page

Bibliographie

Acerbi, C. (2016) – L’environnement en Île-de-France. Mémento 2015, Paris, IAU Île-de-France, 250 p.

Aragau, C. & al. (2016) – « Les espaces ouverts dans le périurbain ouest francilien : entre appropriations habitantes et constructions territoriales », Géographie, Économie et Société, vol. 18, n° 2016/1, pp. 89-112.

Arnould, P. (1994) – La forêt entre nature et culture. Habilitation à diriger des recherches, Université Paris IV – ENS Fontenay Saint-Cloud, 375 p.

Arnould, P. (1996) – « Les nouvelles forêts françaises », L'information géographique, vol. 60, n° 4, pp. 141-156.

Arnould, P. (2001) – « Les forêts entre nature et société », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 78, n° 2, pp. 105-107.

Beauvais, D. (2001) – « Fontainebleau, une forêt sous pressions », L'information Géographique, vol. 65, n° 2, pp. 156-171.

Berger, M. (2004) – Les périurbains de Paris. De la ville dense à la ville éclatée, Paris, CNRS Editions, 317 p.

Bonnet, F. (2015) – Aménager les territoires ruraux et périurbains, Rapport de la Mission Territoires ruraux et périurbains, Paris, Ministère du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, 129 p.

Bouttefeu, B. (2009) – « Le massif forestier, objet de mise en scène », Revue Géographique de l’Est, vol. 49, n° 2-3, [mis en ligne le 4 octobre 2010, http://journals.openedition.org/rge/1882]

Charmes, E. (2011) – La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, 288 p.

Corvol, A. (1987) – L’homme aux bois. Histoire des relations de l’homme et de la forêt, XVIIe-XXe s., Paris, Fayard, 585 p.

De Biasi, L. & Stephan, J.-M., dir. (2004) – Atlas rural et agricole de l’Île-de-France, Paris, DRIAF-IAURIF, 184 p.

Donadieu, P. (1998), Campagnes urbaines, Paris, Editions Actes Sud, 224 p.

Dubois, J.-J. (2000) – « Les forêts urbaines et péri-urbaines : des modèles à réinventer ? », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 77, n° 2, pp. 175-188.

Dubois, J.-J., Hotyat, M. & Courtois, N. (2005) – « Les réserves biologiques en France : de la dynamique dirigée à la dynamique spontanée », in P. Arnould & E. Glon (dir.), La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 45-68.

Duby, G. & Wallon, A., dir. (1975) – Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, tome 1, 621 p.

Ducroux ; S. (2014) – Projet forêts périurbaines. Diagnostic initial et état des lieux, Fontainebleau, Office National des forêts, 20 p.

Galochet, M. (2009), « Le massif forestier du dehors et du dedans : limites, marges et discontinuités de l’espace forestier », Revue Géographique de l'Est, vol. 49, n° 2-3, [mis en ligne le 11 octobre 2010, http://journals.openedition.org/rge/1917]

Hotyat, M. (2009) – « Espaces et milieux forestiers : des systèmes en perpétuelles transformations », in P. Joseph (dir.), Écosystèmes forestiers des Caraïbes, Paris, Karthala, pp 31-49.

Hotyat, M. (2003) – « Réserve Biologique Intégrale du Gros Fouteau en forêt de Fontainebleau : entre dynamiques contrôlées et dynamiques spontanées », in Cahier d’Etudes n° 13, « Forêt et réserves », Paris, CNRS/IHMC, pp. 35-43.

IGN (2014) – Inventaire forestier 2014. Chiffres clés, Saint-Mandé, 32 p.

Ihmc (1996) – « La nature hors des villes : les forêts périurbaines », Cahier d’Études n° 6, Paris, IHMC-CNRS, 91 p.

Kalaora, B. (1993) – Le Musée vert. Radiographie du loisir en forêt, Paris, L’Harmattan, 304 p.

Kalaora, B. & Pelosse, V. (1977) – « La forêt loisir, un équipement de pouvoir. L’exemple de la forêt de Fontainebleau », Hérodote, n° 7, pp. 92-128.

Lion, G. (2015) – Incertaines demeures. Enquête sur l’habitat précaire, Paris, Bayard, 230 p.

Lion, G. (2015) – « Vulnérables, indésirables. Le cas des habitants des bois parisiens », Métropolitiques [mis en ligne le 1er juillet 2015. http://www.metropolitiques.eu/Vulnerables-indesirables-Le-cas.html]

Monot, A. (2005) – Les politiques paysagères dans l’espace périurbain. Les bois et forêts d’Île-de-France. Thèse de doctorat. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR LADYSS, 356 p.

Monot, A. (2010) – « La chasse en France, une pratique tout-terrain de la géographie », La Géographie, n° 1537, pp. 35-40.

Papillon, P. & Dodier, R. (2011) - « Les forêts périurbaines : des usages récréatifs à l’espace prophylactique », Revue de Géographie, vol. 99, n° 3, [mis en ligne le 14 février 2012, http://journals.openedition.org/rga/1562].

Région Ile-De-France (2013) – Schéma directeur de la région Île-de-France. Île-de-France 2030, Paris, IAU, 756 p.

Stephan, J.-M. (2010) - « Espaces remarquables, espaces ordinaires : de la sanctuarisation des sites à la fonctionnalité des territoires », Pour, n° 205-206, pp. 48-61.

Vanier, M. (2001) - « Le tiers espace, acte II de la périurbanisation », Pouvoirs locaux, n° 48, pp. 59-63.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Enjeux des forêts périurbaines franciliennes et gradients de marginalité
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Carte 2 ­– La forêt de Fausses-Reposes, une forêt urbanisée entre marge et intégration aux dynamiques urbaines
Crédits A. Monot, thèse de doctorat, 2005, mise à jour in A. Monot (2016) - La France des marges, Bréal, p. 226.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Monot, « Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ? »Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 368-384.

Référence électronique

Alexandra Monot, « Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ? »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.2073

Haut de page

Auteur

Alexandra Monot

Professeur agrégée et docteur en géographie à l’Université de Strasbourg, Place de l’Université, 67000 STRASBOURG – Courriel : amonot[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search