Navigation – Plan du site

Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité »

Thinking about spatial fringes in France: the example of “hyper-rural” areas
Samuel Depraz
p. 385-399

Résumés

L’hyper-ruralité, notion polémique proposée par un récent rapport parlementaire sur les espaces isolés de très basse densité en France, embrasse des territoires mal connus, tant ces derniers sont imprégnés des représentations sur le « rural profond », la « désertification » des campagnes ou la « diagonale du vide ». Or les dynamiques démographiques les plus récentes contredisent cette vision et montrent à la fois une recomposition rapide des espaces de très basse densité, et l’existence de nouvelles bases économiques attractives pour les néo-résidents. Pour autant, toutes les difficultés structurelles liées à l’éloignement ne sont pas gommées : l’analyse scientifique se doit donc de concilier à la fois la situation de vulnérabilité de l’hyper-ruralité avec les dynamiques émergentes, dans une situation paradoxale mais caractéristique des territoires de marge. L’article vise donc, à travers l’exemple de l’hyper-ruralité, à montrer plus fondamentalement la valeur herméneutique du concept de « marge » pour la géographie.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de marge, relative à ce qui est à l’écart d’un centre et reste souvent occulté ou discret, semble très prometteuse pour enrichir la réflexion géographique en ce qu’elle permet de rassembler sous une même entrée théorique des faits spatiaux minoritaires, souvent peu présents ou traités de manière très ponctuelle dans l’analyse scientifique de notre discipline. Il s’agirait ainsi de surmonter par ce terme nouveau un traitement de la France encore trop en « mosaïque », selon Olivier Milhaud [Milhaud 2017].

  • 1 On peut identifier au moins deux clivages scientifiques. De Ruffray, Rolland-May et Prost envisagen (...)

2La marge nécessite pourtant d’être précisée par une définition liminaire afin d’éviter trop d’ambiguïtés. En effet, le terme est encore mal stabilisé dans le champ géographique, si bien qu’il subsiste un certain flou dans son utilisation. Peu d’auteurs ont envisagé une réflexion approfondie sur l’usage du terme, hormis sans doute Antoine Bailly [Bailly 1995], Sophie De Ruffray [De Ruffray 2000], Christiane Rolland-May [Rolland-May 2001], Brigitte Prost [Prost 2004] ou Solange Montagné-Villette [Montagné-Villette 2007]. Cependant, tous ces auteurs ne sont pas d’accord entre eux, dans la mesure où ils abordent le concept à partir de courants scientifiques divergents1.

3Les principales raisons à ce flou conceptuel tiennent au fait que la marge hésite entre le social et le spatial : c’est un terme qui emprunte aux deux champs lexicaux à la fois sans que l’on ne sache toujours vraiment si l’on se réfère à une catégorie d’espace spécifique, avec la variété des populations qui l’habitent, ou à un groupe social particulier, dont on étudierait ensuite les modalités d’inscription dans l’espace. En outre, la marge vient s’inscrire en complément d’un autre terme fort, la « périphérie », ce terme étant déjà plus enraciné dans la réflexion de notre discipline à travers le modèle centre-périphérie, un modèle théorisé depuis les années soixante-dix au moins par la Nouvelle géographie et la géographie radicale. Il s’agit donc de lever ces deux écueils en se positionnant dans le vaste champ épistémologique des travaux sur les inégalités socio-spatiales.

1. La marge, un décentrement de l’analyse au profit d’une lecture sociale des faits spatiaux minoritaires

4La première imprécision tient au fait que la marge est particulièrement marquée par sa relation avec l’idée de « marginalité », un terme relevant du champ sociologique et qui qualifie des personnes en situation généralement précaire, à l’écart de la société. Cela influe sur la marge pour en faire un terme dépréciatif désignant des espaces de relégation, situés à l’écart d’un système centre-périphérie relativement cohérent et inclusif. La marge serait, ainsi, plus profonde qu’une périphérie : elle se situerait au-delà de toute relation de subordination envers le centre. Ce serait un espace en dysfonctionnement [Prost 2004], voire à l’abandon, en friche, marqué par certaines formes d’archaïsme, à l’image des « périphéries délaissées » chez Alain Reynaud [Reynaud 1981]. Pour Antoine Bailly, la marginalité « traduit un processus d’exclusion » et « le groupe marginal est dans un état d’isolement relationnel par suite de sa position géographique et de son rôle social qui l’écartent des processus d’interaction » [Bailly 1995, p. 110]. C’est donc « une sorte de géographie en négatif que propose ce type d’analyse » [Prost 2004, p. 181].

5Pourtant, d’autres chercheurs ont envisagé différemment la marge pour en faire, au contraire, un concept avant tout spatial qui désignerait un espace intermédiaire, avec ses dynamiques propres. La marge, du fait même de son éloignement au centre, serait à la fois suffisamment à distance pour générer ses propres forces, et ouverte sur l’extérieur pour en importer quelques traits spécifiques. Ce serait « un sous-système à porosité sélective » [Rolland-May 2001], éventuellement choisi [Montagné-Villette 2007], un « entre-deux » que l’on peut « oser » [Le Gall & Rougé 2014] au point de remettre en question la relation d’infériorité initialement identifiée. On envisage alors la marge comme un « tiers-espace » [Bazin 2015] formant transition avec une périphérie pensée comme une couronne plus extérieure encore (figure 1a, ci-après).

6À dire vrai, le débat s’avère difficile à résoudre, tant les deux acceptions semblent valables en même temps, et sans que le sens commun ne nous permette véritablement de trancher. La marge est à la fois secondaire par rapport au centre, moins desservie et moins riche, bien souvent, au plan économique ; mais c’est aussi un espace de liberté, de jeu, voire d’innovation par rapport à la norme centrale. La question porte fondamentalement sur le degré de dépendance au centre et sur l’importance des processus d’exclusion implicites que suppose le concept, selon les chercheurs.

7Il s’agit donc de sortir de cette aporie : pour ce faire, il est nécessaire d’aborder autrement les marges, en essayant peut-être de s’abstraire du contexte épistémologique précédent. En effet, les marges sont surtout marquées par un contexte d’utilisation postmoderne, qui est celui de la géographie sociale, des études subalternes et du tournant spatial contemporain. La réflexion scientifique en question s’inscrit bien moins dans le cadre d’une approche systémique, fondée sur une relation asymétrique entre territoires – voire possiblement péjorative, comme on l’a vu – que dans une approche culturelle et sociale qui considère les espaces de marge pour eux-mêmes, une fois posée leur caractéristique de mise à l’écart d’un centre. C’est un décentrement de l’analyse, qui étudie moins la relation (une hiérarchisation spatiale) que le fait résultant de cette relation : le fait marginal (figure 1b). On souscrit ainsi volontiers à l’approche d’Alexis Sierra et de Jérôme Tadié qui soulignent le fait que « l’étude des marges renvoie, en géographie, à une approche culturelle parfois qualifiée de post-moderne qui met l’accent sur la pluralité comme norme » [Sierra & Tadié 2008]. Les marges ne sont donc pas tant un « plus » ou un « moins » par rapport à un centre ou une périphérie ; ce sont d’abord des territoires différents, des territoires « autres », à l’image des hétérotopies foucaldiennes, qu’il s’agit donc d’appréhender pour eux-mêmes.

Figure 1 – La marge, une figure hésitant entre centre et périphérie (a), à repenser plutôt pour elle-même (b), indépendamment de la relation hiérarchique que suppose le terme de périphérie

Figure 1 – La marge, une figure hésitant entre centre et périphérie (a), à repenser plutôt pour elle-même (b), indépendamment de la relation hiérarchique que suppose le terme de périphérie

8Marges et périphéries seraient ainsi deux façons distinctes d’approcher un même phénomène, mais à travers des paradigmes scientifiques différents et – par conséquent – des objectifs de recherche distincts. La marge convoque en particulier bien plus des approches sociales, et vise à mettre en lumière les faits minoritaires en vue d’un impératif de justice spatiale. C’est en cela que l’on fait la proposition d’une définition spécifique de la marge en géographie, comme une « portion d’espace qui, à une échelle donnée, se situe à l’écart d’un centre – que cet écart soit de nature économique, politique et/ou social – et qui ouvre à d’autres réalités territoriales. La marge, subie ou choisie, s’analyse plus en termes de différences socio-culturelles que d’infériorité économique par rapport au centre. Elle consiste surtout en un décentrement de l’analyse au profit de territoires et de groupes sociaux généralement minoritaires » [Depraz 2017].

9Une fois ce préalable posé, comment appliquer cette lecture de la marge à un territoire ? On se propose, pour la suite de ce propos, d’envisager en guise d’étude de cas les espaces ruraux de la très basse densité en France, des territoires dont il est relativement aisé de démontrer le caractère de marge aujourd’hui, tant les discours économiques dominants, ainsi que les trajectoires migratoires de l’exode rural engagées depuis la mi-XIXe siècle, ont érigé les métropoles en figures dominantes de l’espace et le « tout-urbain » comme norme d’organisation de la société. Il s’agira par conséquent de tenter de penser ici le rural pour lui-même, indépendamment d’une relation structurelle de dépendance à la ville – déjà bien étudiée – et en évitant toute considération dépréciative, marquée par l’image du déclin ou de la sujétion, pour en comprendre les principales caractéristiques socio-spatiales.

2. Penser les marges rurales : vers le concept d’hyper-ruralité

10Pour étudier ce qui se joue spécifiquement dans les marges rurales, il s’agit donc d’isoler un territoire à l’écart des métropoles, encore peu concerné par les dynamiques de la périurbanisation et marqué par les plus basses densités de peuplement. Pour ce faire, on se propose ici de reprendre le terme d’hyper-ruralité tel qu’il a été popularisé par le rapport Bertrand [Bertrand 2014], un rapport au Sénat sur la défense des services en milieu rural.

11Pourquoi faudrait-il pour autant introduire un nouveau concept dans le champ géographique ? On n’oublie pas que la manière de nommer les territoires influe à elle seule sur leur analyse ; il faut savoir tenir compte du poids des surdéterminations que véhiculent les concepts existants. C’est tout particulièrement vrai pour le terme de « rural », pour lequel il est important de chercher à s’affranchir de certaines représentations héritées sur les « faibles » densités : pourquoi seraient-elles « faibles », et non « basses » ? De même, on tente ainsi d’éviter le recours au « rural profond » ou à la trop fameuse « diagonale du vide », en offrant la possibilité d’une analyse moins biaisée par l’emploi d’un vocable encore peu éprouvé.

  • 2 La critique de cet auteur sur l’hyper-ruralité, essentiellement littéraire, confond le rural et le (...)

12Certes, tout nouveau concept fait l’objet de critiques, et l’hyper-ruralité n’échappe pas à cette règle [Milhaud 2017]. Le rapport Bertrand a été attaqué en ce qu’il incarnerait une vision moderniste du territoire, lui qui réclame l’équipement des derniers morceaux de campagne jusqu’ici « épargnés » par le développement économique [Tesson 2016]2. Mais cette critique se trompe d’objet et s’avère moralement peu recevable : ce que l’hyper-ruralité désigne, c’est avant tout une exigence d’équité et de justice spatiale dans l’accès aux soins et aux services élémentaires pour les populations rurales, lorsque les espaces ruraux sont surtout marqués par la rétraction des services et la rationalisation des budgets publics, dont les personnes les moins mobiles se retrouvent exclues. Le terme d’hyper-ruralité sera donc ici employé à dessein, non pas tant pour cautionner en détail le rapport dont il est issu, mais bien en ce qu’il témoigne précisément d’une volonté d’affranchissement vis-à-vis de contraintes et de représentations dominantes exogènes.

13Pour cerner précisément cette hyper-ruralité, il a toutefois fallu s’entourer d’un appareil statistique adapté. On a croisé pour cela trois lectures complémentaires de l’hyper-ruralité, résumées dans le tableau 1 ci-dessous.

Tableau 1 – Trois approches complémentaires pour cerner l’hyper-ruralité en France

Définition

Thème principal

Critères

Population concernée

Bassins de vie INSEE considérés « hyper-ruraux »
[Bertrand, 2014]

Couverture par les services publics, accessibilité

Basse densité de population des bassins de vie, part majoritaire de population rurale, temps d’accès aux services intermédiaires
(>17 min) et à un pôle d’emploi (>10 min)

5,4 %
(2009)

« Espaces ruraux

éloignés / très éloignés »
[CGDD, 2013]

Conditions de

logement de la

population

rurale

Analyse multivariée (variation démographique, taux de construction, conditions économiques des ménages) + distance à l’unité urbaine la plus proche

7,4 %
(2009)

« Territoires de la faible densité »
[DATAR, 2011]

Prospective,

développement

territorial

Seuils de densité :
< 30 habitants/km2 (« faible densité »)
< 10 habitants/km2 (espaces « désertifiés »)

7,3 %
(2009)

Carte 1 – La figuration des 250 bassins de vie hyper-ruraux en France.

Carte 1 – La figuration des 250 bassins de vie hyper-ruraux en France.

L’hyper-ruralité n’est plus systématiquement synonyme de déclin démographique.

Source : [Bertrand, 2014] d’après [Hilal & Barczak 2011] et [INSEE 2012]

  • 3 La notion de « bassins de vie », introduite par l’INSEE en 2004 dans la réflexion territoriale, a é (...)
  • 4 Le « gradient de ruralité » s’appuie en particulier sur l’identification préalable de communes rele (...)

14L’approche du rapport Bertrand, tout d’abord, se fonde sur la catégorie des bassins de vie3 de l’INSEE. Le périmètre des bassins de vie est en effet désormais celui qui porte, en France, l’analyse de la ruralité en ce que certains bassins sont identifiés comme « ruraux » en fonction de la proportion de leur population habitant dans des zones de moins de 300 habitants/km2. Cela concerne environ 75 % d’entre eux et 31 % de la population nationale. Mais cette définition par la densité méconnaît les relations de proximité ou d’éloignement de ces périmètres ruraux aux principales agglomérations, donc le fait périurbain. Ceci a conduit le rapport Bertrand à proposer la sous-catégorie des bassins de vie « hyperruraux », déterminés par un « gradient de ruralité »4 plus élevé et par un « gradient d’enclavement », exprimé en temps de route vers un pôle urbain et un pôle de services intermédiaires. Il en résulte un zonage plus restrictif de 250 bassins de vie hyper-ruraux regroupant 5,4 % de la population (carte 1).

15On a aussi utilisé en complément la lecture des très basses densités du travail prospectif de la DATAR (actuel CGET), Territoires 2040 [Barthe & Milian 2011] qui parle de « faible densités » en-dessous de 30 hab./ km2, voire d’espaces « désertifiés » en-dessous de 10 hab./ km2, même si le choix des termes s’avère ici très discutable, voire malheureux. Enfin, un travail du Commissariat général au développement durable [CGDD 2013] traite, quant à lui, de l’évolution des conditions du logement en milieu rural à travers une typologie socio-économique faisant émerger un « rural éloigné » marqué par la distance aux pôles urbains et une démographie encore dégradée (vieillissement, en particulier).

16Les trois approches font montre d’une remarquable convergence pour isoler un espace hyper-rural regroupant entre 3,5 et 4 millions d’habitants, soit entre 5 et 7 % de la population française sur un bon tiers du territoire national. Le croisement entre les trois sources offre ensuite une très grande richesse d’informations pour comprendre en détail le fonctionnement de ces marges rurales – et, plus particulièrement, leur caractère paradoxal et très contrasté.

3. Trois paradoxes des marges hyper-rurales

17L’application de la grille de lecture des marges au contexte de l’hyper-ruralité permet alors de faire ressortir un certain nombre de processus originaux, voire paradoxaux en apparence, dont l’analyse détaillée a pu être faite ailleurs [Depraz 2016, 2017] et que l’on souhaite synthétiser ici pour mieux souligner l’apport heuristique de la marge. Ces processus n’apparaissent précisément que par soustraction de la norme urbaine, si l’on aborde les données du rural indépendamment du centre : sans cela, les résultats perdent de leur acuité et sont nivelés par des effets de moyenne statistique – en particulier par la domination socioéconomique des métropoles.

3.1. Une renaissance rurale sans rajeunissement

18Si la « diagonale du vide » nord-est / sud-ouest semble toujours apparaître d’après les cartes associées à chaque étude, il faut absolument révoquer en doute ce terme simpliste, car on a là un territoire qui n’est ni diagonal – avec la présence des Alpes du Sud, du coeur breton du Kreiz Breizh ou de quelques collines normandes – ni vide ou désertifié : il s’y produit au contraire des processus originaux et des évolutions démographiques positives. Ainsi, même au coeur des espaces ruraux de la plus basse densité, l’exode rural est une notion périmée : l’espace rural est majoritairement en reprise démographique (+ 0,7 % par an depuis 1999), et s’il reste bien entendu des poches de déclin, ce n’est plus le propre du rural puisqu’on observe également de nombreuses « villes rétrécissantes » [Wolff et al. 2013], marquées par le déclin industriel, et des régions urbaines en déprise du fait d’un chômage structurel persistant.

19Certes, une large part de la reprise démographique du rural s’explique par la croissance des couronnes périurbaines, témoignant d’une poursuite de la dé-densification des centres d’agglomération [Guieysse & Rebour 2012], voire d’un « exode urbain » [Merlin 2009] marqué. Mais même les espaces de l’hyper-ruralité sont désormais en renaissance (+ 0,3 % selon la DATAR), eux qui échappent pourtant dans une large mesure aux migrations pendulaires de l’emploi. Il s’agit donc d’expliquer autrement le processus : la reprise repose ici sur le seul solde migratoire, qui compense depuis le tournant des années 2000 un bilan naturel généralement encore déficitaire. On s’oppose donc au périurbain, très nataliste, en ce que les néoruraux sont ici avant tout de jeunes retraités, nationaux ou étrangers, qui convertissent bien souvent des résidences secondaires en résidences principales. Le lien à l’emploi est distendu, la reprise repose sur des « migrations d’agrément » [Cognard 2010, Martin & al. 2012] au profit de campagnes amènes, surtout dans les reliefs et les espaces ruraux méridionaux.

20La conséquence de cette dynamique bien spécifique est une renaissance hyper-rurale sélective dans laquelle on observe simultanément le maintien, voire l’accentuation des fragilités socioéconomiques de la marge territoriale. C’est particulièrement vrai pour l’offre scolaire, faute de renouvellement de la tranche d’âge concernée ; c’est aussi vrai pour l’offre de soins, avec l’éloignement aux maternités et aux services obstétriques spécialisés, d’une part, et aux médecins ruraux d’autre part, surtout avec une population âgée en croissance, renforcée par les néo-ruraux. Le Conseil national de l’ordre des médecins a identifié dans ses Atlas régionaux de la démographie médicale [CNOM 2015] un total de 160 bassins de vie relevant de « territoires potentiellement en danger », soit 2,5 millions de personnes, en fonction de la baisse des effectifs de praticiens et de l’essor concomitant des populations du bassin. Cependant, les véritables déserts médicaux doivent être calculés en rapportant le nombre de médecins à la fréquence de la demande de soins des populations, ce qui conduit mécaniquement à survaloriser le groupe des plus de 60 ans. Ainsi, le vieillissement rural accuse encore le déficit médical de l’hyper-ruralité [Salem & al. 2006]. Il en va de même des centres de traitement des accidents vasculaires-cérébraux (AVC), avec des « seuils d’abandon » identifiés par le rapport Bertrand et une surmortalité significative en cas d’AVC (16 ‰, contre 11,3 ‰ en moyenne nationale). Les marges hyper-rurales permettent ainsi de mettre en évidence ce contraste de territoires qui sont à la fois en renaissance rurale et en fragilité socio-économique persistante.

3.2. Une croissance sans production ?

21Second paradoxe : ce sont aussi des territoires dont le secteur productif est généralement dégradé, alors que leur activité globale reste en croissance. En effet, l’économie rurale reste marquée par le déclin du secteur agricole et la rétraction de la petite industrie rurale de sous-traitance, peu qualifiée et soumise à une forte concurrence internationale. Si le chômage n’est pas particulièrement élevé, c’est surtout parce que les taux d’emploi sont médiocres (57 %, contre 65 % en moyenne nationale), soulignant la fréquence des situations de sortie définitive du marché de l’emploi au profit d’un régime d’aides sociales (minima sociaux, prestations d’invalidité). L’État n’a donc de cesse de soutenir l’entrepreneuriat en milieu rural par des mesures ciblées sur la production (Aides à finalité régionale, Zones de revitalisation rurale, pôles d’excellence rurale), offrant des subventions à l’installation, des défiscalisations aux entreprises et un soutien aux projets économiques innovants.

22Pourtant, en parallèle à ce contexte productif dégradé, on constate une dynamique d’enrichissement rapide du rural, y compris dans l’hyper-ruralité, au détriment – relatif – des métropoles, par un effet de rattrapage apparent. Ainsi, la création de valeur ajoutée augmente en proportion dans les métropoles, mais la concentration des revenus y décline au profit des marges [Davezies 2007].

  • 5 Une partie significative de ces transferts de revenus est également alimentée par la « base sanitai (...)

23Le fait tient principalement à ce que ces marges de l’hyper-ruralité bénéficient, plus que toutes autres, de la « circulation invisible des richesses » théorisée par Laurent Davezies [Davezies 2008], c’est-à-dire de l’importation dans l’espace rural des revenus privés des néo-résidents (pensions, épargne, revenus issus de l’étranger), une base économique suffisamment significative pour générer plus de 45 % de l’activité économique nationale désormais [Pecqueur & Talandier 2011]. Il y a dissociation croissante entre les lieux de production et les lieux de consommation des richesses, si bien que la base motrice du rural est désormais majoritairement la base résidentielle, et non plus la seule base productive [Talandier 2009]. On entend par base résidentielle l’ensemble des activités liées à la présence de consommateurs et qui contribuent à l’importation de revenus externes dans un territoire, ce qui recouvre un très grand nombre de personnes : touristes en séjour, résidents secondaires, retraités et résidents étrangers, excursionnistes consommateurs de l’offre de loisirs en milieu rural, navetteurs à longue distance, chacun de ces acteurs générant une sphère de consommation et d’investissements bien spécifique5.

24La marge rurale agit donc ici comme un révélateur des dynamiques économiques contemporaines et de l’impact de la société de la mobilité, des loisirs et de la consommation sur les territoires.

3.3. L’expression de disparités sociales accentuées

25Contre toute représentation idéalisée de l’idylle rurale, envisagée comme un espace détendu où les basses densités sembleraient dissoudre les tensions sociales dans un cadre verdoyant et amène, l’analyse en termes de marge permet aussi de restituer la prégnance des disparités sociales dans l’hyper-ruralité.

26Les inégalités sont bien présentes, ici comme ailleurs, tout comme des logiques de ségrégation sociospatiales implicites. La pauvreté rurale peut être localement très accusée, en particulier en fonction de l’évolution des systèmes productifs agricoles locaux. Les petits pays ruraux vieillis et encore très agricoles présentent des différentiels très forts avec les villes, surtout pour les ménages retraités de l’agriculture dont le conjoint d’exploitant ne perçoit pas de pension. Mais la pauvreté s’exprime moins en termes monétaires qu’en termes de conditions de vie : le parc de logements, ancien et pour l’essentiel en propriété occupante, présente des marques d’insalubrité plus fortes que la moyenne. Faute de bailleur vers lequel se retourner, l’entretien peut en être défaillant. À cette pauvreté endogène s’ajoute désormais une pauvreté « importée », venue des villes, avec des profils sociologiques variés : aux néo-ruraux alternatifs, en quête d’un retour à la terre depuis les années 1970, et aux migrations d’agrément fondatrices de la renaissance hyper-rurale actuelle, s’ajoutent des populations « fragiles » ou « rebelles » [Pagès 2001], c’est-à-dire des habitants en situation précaire, en rupture avec une vie urbaine marquée par des échecs (foyers monoparentaux et chômage, petite délinquance urbaine) pour lesquels le rural a semblé un espace moins coûteux et plus accueillant pour tenter un nouveau mode de vie. Les surcoûts du rural, mal anticipés (frais de transport, de chauffage, étroitesse du marché de l’emploi, rareté des modes de garde) conduisent alors à des situations sociales difficiles, face auxquelles les acteurs ruraux s’estiment souvent peu préparés.

27À l’autre extrémité du spectre des revenus, les migrations d’agrément peuvent générer des logiques ségrégatives implicites, sinon un entre-soi lié à l’essor de la pression foncière sous l’effet d’une mode de la part des classes sociales les plus aisées. Par la demande immobilière, mais aussi par une réglementation en urbanisme sélective, à l’image de la « clubbisation » périurbaine étudiée par Eric Charmes [Charmes 2011], des « villages bobos » à l’esthétique particulièrement travaillée peuvent, ponctuellement, devenir moins accessibles aux habitants à faibles revenus. L’exemple archétypal du Luberon, en marge des agglomérations d’Aix-Marseille et d’Avignon [Helle 1997], témoigne de l’envol possible des valeurs foncières, pouvant atteindre plus de trois fois le marché moyen pour des villages de même taille. Un véritable « front » de gentrification rurale, progressant d’ouest en est, implique des logiques d’évitement et de déplacement des acheteurs moins fortunés vers des localisations plus éloignées. Cette marge, anciennement choisie par des artistes et intellectuels parisiens, liée à la saison du Festival d’Avignon, se trouve désormais pleinement intégrée à l’aire d’influence de la cité comtale. Un tel processus a également été observé, de manière plus discrète, dans les Corbières, dans le plateau de Millevaches ou, de manière plus éphémère et réversible, dans les collines du Perche.

Conclusion

28Il serait ainsi particulièrement erroné de considérer les marges de l’hyper-ruralité comme des territoires atones, à l’écart des dynamiques socio-économiques contemporaines et toujours placés sous le signe du déclin. Les évolutions récentes sont vives, du fait à la fois de la renaissance hyper-rurale et du changement de base économique en cours. Les enjeux d’appropriation et de ségrégation sociale y sont également présents, comme ailleurs dans la société française, mais distendus à la mesure de la vaste superficie des espaces considérés – et restent relativement discrets si l’on considère le rural à l’aune des moyennes statistiques nationales ou de la référence économique urbaine.

29La marge reste ainsi un miroir expressif des évolutions plus générales de la société, et l’on y observe d’ailleurs des logiques d’adaptation nombreuses. La marge est simultanément porteuse d’une innovation locale en vue d’une résolution des paradoxes, nombreux, qui caractérisent l’hyper-ruralité. Ainsi, l’importance de l’économie sociale et solidaire en milieu rural (coopératives dans le domaine des transports, de l’énergie et du logement pour compenser les désavantages de la distance), la présence de résidences artistiques, le développement d’initiatives alternatives dans le domaine de l’animation sociale ou de l’agro-écologie, en particulier, en font bien un lieu « autre », et non un espace subalterne par rapport à la norme centrale urbaine.

30L’exemple des marges hyper-rurales permet aussi de démontrer, plus généralement, une thèse forte : les marges ne sont pas une catégorie spatiale définie, tout territoire contenant en gigogne ses propres marges. Il s’agit bien d’un outil conceptuel qui permet de repenser la production et l’inscription des logiques de domination dans l’espace, mais aussi l’innovation territoriale. On étudie ainsi enfin les territoires plus discrets pour eux-mêmes, sans recourir à une référence externe qui en forcerait les déterminations.

Haut de page

Bibliographie

Bailly, A. S. (1995) – « La marginalité, une approche historique et épistémologique », Anales de Geografia de la Universidad Complutense, n° 15, pp. 109-117.

Barthe, L. & Milian, J. (dir.) (2011) – « Les espaces de la faible densité - état des lieux et problématiques », in DATAR, Des systèmes spatiaux en perspective, Revue d’études et de prospective n° 3, coll. « Territoires 2040 », Paris, La Documentation Française, pp. 141-160.

Bazin, H. (2015) – « Les figures du tiers-espace : contre-espace, tiers-paysage, tiers-lieu », Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société, numéro « Édifier le Commun/I, Tiers-Espaces » [http://revues.mshparisnord.org/filigrane/index.php?id=717]

Bertrand, A. (2014) – Hyper-ruralité. Un pacte national en 6 mesures et 4 recommandations pour restaurer l’égalité républicaine. Rapport au Sénat, 74 p. [http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/144000475.pdf]

Chevalier, P. & Lacquement G. (2016) - Mesure des facteurs endogènes des dynamiques contemporaines de la « Renaissance Rurale » en Languedoc-Roussillon, communication au colloque « La renaissance rurale d’un siècle à l’autre », LISST-Dynamiques Rurales / Commission de géographie rurale du CNFG, Toulouse, 24 mai 2016.

CGDD (2013) – « L’habitat rural entre 1999 et 2009 : des évolutions contrastées », Le point sur, n° 179, 4 p. [http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/LPS179.pdf]

Charmes, E. (2011) – La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, coll. “La ville en débat », 288 p.

CNOM (2015) - Atlas régionaux de la démographie médicale [https://www.conseil-national.medecin.fr/node/1665]

Cognard, F. (2010) – Migrations d’agrément et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la recomposition sociale au développement territorial. L’exemple du Diois, du Morvan et du Séronais, Thèse de doctorat, Clermont-Ferrand, Université Blaise Pascal, 528 p. [https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/675737/filename/TheseFCognard.pdf]

Davezies, L. (2009) – « L’économie locale ‘résidentielle’« , Géographie Économie Société, vol. 11, n° 1, pp. 47-53.

Davezies, L. (2008) – La république et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 109 p.

Davezies, L. (2007) – Croissance sans développement en Île-de-France, Paris : rapport au Groupe CDC, 62 p. [http://www.caissedesdepots.fr/sites/default/files/medias/Rapport_L_Davezies_0.pdf]

De Ruffray, S. (2000) – « De la marginalité territoriale à la recomposition territoriale ‘marginale’« , Revue Géographique de l’Est, vol. 40, n° 4, [http://journals.openedition.org/rge/4061]

Depraz, S. (2016) – « The Dynamics of hyper-rural areas in France: New economic bases for rural peripheries », in U. Grabski-Kieron, I. Mose, A. Reichert-Schick & A. Steinführer A. (dir.), European rural peripheries revalued. Governance, actors, impacts, Berlin, LIT Verlag, pp. 47-63.

Depraz, S. (2017) – La France des marges. Géographie des espaces « autres », Paris, Armand Colin, coll. U, 288 p.

Guieysse, J-A. & Rebour, T. (2012) – « Le dynamisme démographique rural et la péri-urbanisation », communication au colloque ASRDLF « Industries, villes et régions dans une économie mondialisée », Belfort.

Helle, C. (1997) – « Le Luberon, refuge d’artistes », Mappemonde n° 3/1997, pp. 22-26, [www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M397/Helle.pdf]

Hilal, M. & Barczak, A. (dir.) (2011) – Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques (littoral et montagne), INRA-AgroSup Dijon / DATAR, 80 p. [http://prodinra.inra.fr/record/50972]

INSEE (2012) – « Le nouveau zonage en bassins de vie de 2012. Trois quarts des bassins de vie sont ruraux », INSEE Première n° 1425, [https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281020]

Le Gall, J. & Rougé, L. (2014) – « Osez les entre-deux ! », Carnets de géographes n° 7, [http://journals.openedition.org/cdg/368]

Martin, N., Bourdeau, P. & Daller, J-F. (dir.) (2012) – Du tourisme à l’habiter : les migrations d’agrément, Paris, L’Harmattan, coll. « Tourismes et Sociétés », 412 p.

Merlin, P. (2009) – L’exode urbain, Paris, La Documentation francaise, 176 p.

Milhaud, O. (2017) – La France des marges, Paris, La Documentation Française, coll. « Documentation photographique », n° 8116, 64 p.

Montagné Villette, S. (2007) – « Les marginalités : du subi au choisi », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 84, n° 3, pp. 305-314.

Pagès, A. (2001) – « Pauvreté et exclusion en milieu rural francais », Études rurales, n° 159-160, p. 97-110, [www.cairn.info/revue-etudes-rurales-2001-3-page-97.htm]

Pecqueur, B. & Talandier, M. (2011) – « Les territoires à base économique résidentielle et touristique », in DATAR, « Des systèmes spatiaux en perspective », Revue d’études et de prospective, n° 3, coll. Territoires 2040, Paris, La Documentation Française, pp. 121-138.

Prost, B. (2004) – « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour , vol. 79, n° 2, pp. 175-182 [http://journals.openedition.org/geocarrefour/695]

Reynaud, A. (1981) – Société, espace et justice, Paris, PUF, coll. « Espace et liberté », 263 p.

Rolland-May, C. (2001) – « Périphéries, bordures, marges territoriales : sous les mots, les concepts », in J.-A. Héraud, & H. Nonn (dir.), Regards croisés sur les territoires de marge(s), Strasbourg, PUS, pp. 39-60.

Salem, G., Rican, S., Kuånrzinger, M-L. & Roudier-Daval, C. (2006) – Atlas de la santé en France (vol. 2), John Libbey Eurotext, 240 p.

Sierra, A. & Tadié, J. (2008) – « Introduction », in Autrepart, n° 45 : « La ville face à ses marges », pp. 3-13, [https://www.cairn.info/revue-autrepart-2008-1-page-3.htm]

Talandier, M. (2009) – « Une autre géographie du développement rural : une approche par les revenus », Géocarrefour, vol. 83, n° 4, pp. 259-267.

Tesson, S. (2016) – Sur les chemins noirs, Paris, Gallimard, 144 p.

Wolff, M., Fol, S., Roth, H. & Cunningham-Sabot, E. (2013) – « Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France », Cybergeo, European Journal of Geography, [http://journals.openedition.org/cybergeo/26136]

NB - Les références en lignes ont été données d’après une consultation en mai 2017

Haut de page

Notes

1 On peut identifier au moins deux clivages scientifiques. De Ruffray, Rolland-May et Prost envisagent le terme de marge en complément d’une analyse systémique reposant avant tout sur le couple centre-périphérie. Bailly et Montagné-Villette, quant à eux, tendent plutôt à inclure la marge dans une approche sociologique de la marginalité. Une autre ligne de démarcation sépare ensuite les auteurs dotant la notion de marge d’une valeur plutôt péjorative (Bailly, Prost), les autres étant plus neutres ou optimistes sur le statut de ces espaces.

2 La critique de cet auteur sur l’hyper-ruralité, essentiellement littéraire, confond le rural et le sauvage. L’essai esthétise les campagnes pour projeter dessus l’émotion intime de l’auteur, faite de nostalgie et de souffrance, et en fait un lieu-refuge utopique, à l’abri de la pression sociale et de la modernité. Ce faisant, le livre contribue à diffuser une représentation dominante sur le rural, produite essentiellement par des urbains : c’est une approche compulsive et naturaliste des campagnes, ignorant largement les possibles détresses sociales et les exigences de ceux qui y vivent au quotidien.

3 La notion de « bassins de vie », introduite par l’INSEE en 2004 dans la réflexion territoriale, a été révisée en 2012 et s’appuie sur l’identification de 1666 territoires structurés autour de « pôles de services », soit des unités urbaines regroupant une gamme de 31 services comme les supermarchés, les collèges et les postes de police ou de gendarmerie. Ceci permet de définir « les plus petits territoires au sein desquels les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants », c’est-à-dire des périmètres d’interaction sociale du quotidien, sans relation directe avec les migrations du travail (notion plus large, prise en compte quant à elle par les zones d’emploi et les aires urbaines).

4 Le « gradient de ruralité » s’appuie en particulier sur l’identification préalable de communes relevant des « campagnes vieillies à très faible densité », selon les travaux de l’INRA AgroTech Dijon [Hilal & Barczak 2011].

5 Une partie significative de ces transferts de revenus est également alimentée par la « base sanitaire et sociale » en milieu rural, c’est-à-dire l’ensemble des transferts sociaux liés aux fragilités socioéconomiques des habitants de l’espace rural (ex : RSA, prestations invalidité, chômage). Cela conduit à nuancer le caractère systématiquement moteur et positif de l’enrichissement observé dans l’hyperruralité, notamment dans les campagnes méridionales du pays [Chevalier & Lacquement 2016], mais confirme dans tous les cas la dissociation croissante entre la production et les revenus des territoires ruraux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La marge, une figure hésitant entre centre et périphérie (a), à repenser plutôt pour elle-même (b), indépendamment de la relation hiérarchique que suppose le terme de périphérie
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2086/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Carte 1 – La figuration des 250 bassins de vie hyper-ruraux en France.
Légende L’hyper-ruralité n’est plus systématiquement synonyme de déclin démographique.
Crédits Source : [Bertrand, 2014] d’après [Hilal & Barczak 2011] et [INSEE 2012]
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2086/img-2.png
Fichier image/png, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Depraz, « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 385-399.

Référence électronique

Samuel Depraz, « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2086 ; DOI : 10.4000/bagf.2086

Haut de page

Auteur

Samuel Depraz

Maitre de Conférences, Université de Lyon (Jean Moulin - Lyon III) – Laboratoire Environnement, Ville, Sociétés (EVS) – UMR 5600 du CNRS – Courriel : samuel.depraz[at]univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals