Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94-3Commerce(s) et marge(s)

Commerce(s) et marge(s)

Retail(s) and margin(s)
Philippe Dugot
p. 419-435

Résumés

L’association commerce et marge n’a rien d’évident. D’une part les géographes pensent trop rarement à mobiliser ce secteur d’activité pour mettre à jour les processus territoriaux. D’autre part, le sujet même des marges semble contradictoire avec une géographie commerciale qui, par définition, fait davantage ressortir les centres que les territoires en retrait. L’objectif de ce texte est justement de montrer la fertilité d’un tel croisement. La diversité des activités commerciales et de leurs évolutions permet de mettre à jour, sous divers angles, les possibilités d’une approche des territoires par les marges.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Que l’on peut définir comme la différence entre le prix de vente et le prix d’achat d’une marchandi (...)
  • 2 Mais cette désaffection de nombreux géographes vis-à-vis des activités commerciales se retrouve dan (...)

1Lorsqu’on associe commerce et marge, c’est le terme de marge commerciale qui s’impose1. Courante dans les dictionnaires généralistes, on échappe pour l’essentiel à cette association dans les dictionnaires de géographie. Mais l’idée que l’association entre commerce et marge puisse être fertile n’affleure guère au sein de définitions de la marge qui demeurent de toute façon assez souvent peu éclairantes. On relève aussi une quasi-absence du recours à ce secteur d’activité pour venir étayer contours et fonctionnement des marges géographiques au sein des manuels dédiés à cette question au concours2.

2Il est vrai, presque par définition, que commerce et marges géographiques ne peuvent faire bon ménage d’un point de vue territorial. Cette question au concours soulève bien des problèmes aux géographes plus habitués à travailler sur les pleins que sur les vides. Elle pose particulièrement problème en termes de géographie commerciale car le commerce est centre ou n’est pas, épousant, accompagnant, voire vivifiant, les lignes de force du peuplement. On songe évidemment aux travaux de Christaller et à la hiérarchisation des places centrales en fonction des activités de services dont les activités de commerce de détail. En filigrane de cette théorie se dessine la complicité séculaire entre l’échange marchand et le fait urbain. Il n’est d’ailleurs pas exagéré de parler de la dimension symbiotique qui existe entre commerce et ville, dimension qui se retrouve dans le rôle joué par le commerce dans la définition même de ce qu’est l’urbanité.

3Du point de vue du commerce, la marge géographique ne correspond-elle pas alors à ces espaces d’entre-deux, ces interstices de la géographie christallérienne ou à ces territoires subissant l’effet tunnel de la réticularisation des territorialités et donc à des zones dénuées de tout commerce ? N’est-on pas conduit à penser que la marge ne puisse être uniquement définie selon le registre de l’absence ou de la présence de commerces ? Mais il s’agirait d’une grille de lecture territoriale réductrice amenant à considérer que le rapprochement entre commerce et marge est mort-né, alors qu’il est fécond. Le rapport entre commerce et territoire évolue en permanence, la mise en marge commerciale informant sur bien des processus économiques à l’œuvre en filigrane. Pour ce faire, il faut considérer la marge en géographie comme bien autre chose que le territoire au-delà de la périphérie, interstice plus ou moins identifiable d’un « main stream » territorial. La marge d’un point de vue géographique peut être d’une localisation très disparate ; elle est multiple, difficile à saisir car produit de représentations, pas forcément consensuelles. Il faut aussi considérer la variabilité dans le temps du statut de marge de tel ou tel territoire. Il faut se dégager de toute vision uniquement négative et penser la marge comme n’étant pas que subie. Elle peut être revendiquée ou en tous les cas être un espace / moment d’alternatives et d’impulsion. Enfin, il faut retenir l’idée que la marge, par son existence, ses caractéristiques, est signifiante de bien d’autres choses qu’elle-même !

  • 3 Notre propos est pour l’essentiel focalisé sur le commerce de détail. D’autres pistes auraient pu ê (...)

4Avec cette vision, le rapprochement entre la marge et le commerce permet d’ouvrir des portes à des échelles très variées, allant de constats réalisés du niveau de l’armature urbaine jusqu’à la rue commerciale en passant par celui des agglomérations urbaines. Il est ici proposé d’aborder ce rapprochement en trois grandes pistes successives : un commerce comme marqueur territorial ; un commerce aux vertus thérapeutiques (pour les territoires mis en marge ou en risque de marginalisation) ; un commerce qui investit la marge prise comme opportunité3.

1. Un commerce comme marqueur territorial

5On peut dans un premier temps jouer de la dimension heuristique que possèdent à la fois la marge et le commerce, le croisement entre les deux devant en démultiplier la perspicacité. En effet, ainsi que Prost [Prost 2004] ou Raffestin [Raffestin 2016] le suggèrent, la marge en étant en marge est de fait un mirador sur le système dominant. Ainsi que nous avons pu l’écrire par ailleurs, le commerce, activité d’intermédiation, est lui aussi dépositaire d’une charge heuristique forte [Dugot 2015]. Les modalités de réalisation de l’échange marchand informent tant sur le niveau de développement des sociétés concernées qu’elles comportent une dimension culturelle voire portent une revendication, qu’il s’agisse de politique ou de promouvoir d’autres comportements consommatoires. Chargé de ce potentiel discursif, le commerce apparait comme un marqueur de réalités territoriales contradictoires, la bonne santé d’un territoire ou à l’inverse les difficultés qu’il traverse. On relève sans mal le parallélisme qui peut exister entre la situation économique globale d’un territoire et l’évolution du commerce. La géographie du commerce traduit ainsi des situations très diverses en France, la très bonne santé des centres métropolitains et de nombreuses polarités périphériques voisinant avec la déliquescence de tel quartier urbain, de telle rue, de telle petite ville ou bourg rural. Le contexte économique régional renforce plus ou moins ces états, les créations d’emplois dans le secteur reflétant aussi une géographie de la crise faite de reculs industriels et/ou démographiques.

  • 4 On peut aussi penser que le renouvellement permanent des concepts commerciaux, son accélération dan (...)
  • 5 Et encore ce chiffre traduit-il une remontée induite par le développement d’une nouvelle forme de p (...)
  • 6 Source : Base permanente des équipements, données 2015, 2016.

6Au-delà de cet effet cumulatif, somme toute logique pour une activité d’intermédiation, entre situation socio-économique et activité commerciale, l’empreinte du commerce dans les territoires est aussi la conséquence des évolutions intrinsèques au secteur. Ainsi, à l’origine de la diversification des territoires commerciaux allant jusqu’à la mise en marge de portions importantes du territoire national voire, au sein de villes, de quartiers entiers, on trouve le processus de modernisation commerciale, ce que d’aucuns appellent la deuxième modernisation commerciale ou le commerce fordiste, que l’on peut caractériser en pointant du doigt la multiplication des grandes surfaces4. Là où existait un maillage fin des territoires où, du bourg rural à de très nombreuses rues secondaires des organismes urbains, on trouvait un commerce que l’on qualifierait aujourd’hui de proximité, a succédé une géographie polarisée, parallèle à la motorisation des ménages, à l’augmentation du travail féminin et à l’irruption du réfrigérateur, dont on ne doit pas minimiser les conséquences en termes de pratiques d’achats et d’incidences spatiales. Tout cela est connu mais mérite d’être rappelé car si cette modernisation commerciale n’est pas seule responsable d’un mouvement sociétal de fond, celui de l’urbanisation, elle n’en a pas moins contribué par ses logiques d’implantation, à la vidange de nombreux territoires et à la multiplication d’entre-deux territoriaux assimilables à des marges. Cette mise en marge est encore lisible aujourd’hui. Si en 1966 le pays comptait 87 600 épiceries, on n’en relève plus que 28 400 aujourd’hui5. A l’échelle nationale, 48,3 % des communes françaises sont dénuées de tout commerce6. Cela donne à voir sous cet autre angle la géographie d’une France déséquilibrée, celle des espaces de faibles densités et en crise.

7Certes, dans le contexte d’une mobilité automobile généralisée, on peut considérer que la multiplication des grandes surfaces, à commencer par les supermarchés puis les maxidiscomptes, tricote à nouveau une maille serrée d’équipement commercial donnant à penser qu’il n’y a que peu de territoires en marge. Dans les pages récemment publiées d’un manuel « concours » on évoque des petites villes qui ne seraient ainsi pas à l’écart du processus de modernisation commerciale ceci amenant à discuter de leur positionnement en marge par rapport aux autres strates urbaines [Grésillon & al. 2016]. Sans doute doit-on agréer ce propos qui renvoie à une question plus vaste, celle de la possibilité de la marge dans un territoire aussi anciennement intégré par les transports que la France. Mais ce n’est qu’en partie vrai. D’une part, ces petites villes n’ont été concernées qu’une vingtaine d’années après, donc en marge d’un processus antécédent dont elles ont subi les effets. D’autre part, ce processus de modernisation de l’appareil commercial des petites villes a lui-même contribué à assécher une aire de chalandise croissante laissant un espace rural vierge de tout commerce ou presque. Enfin, au sein même de ces villes, ce processus de modernisation a participé à l’affaissement de portions importantes de l’appareil commercial, des taux de vacance commerciale supérieurs à 20 % appuyant l’impression de déshérence qui marque certains centres-villes (cas de villes comme Foix, Béziers et tant d’autres). Cette crise commerciale des centres se conjugue parfois avec l’inoccupation croissante des logements et des situations de paupérisation, renvoyant à la crise globale que connaissent certaines de ces villes (désindustrialisation par exemple), pour en faire des espaces de quasi-relégation conduisant de facto à une curieuse inversion, le centre se faisant marge !

Figure 1 – Commerce et marges territoriales sur le registre de l’absence/présence de points de vente au niveau communal en France

Figure 1 – Commerce et marges territoriales sur le registre de l’absence/présence de points de vente au niveau communal en France

Source : INSEE, Base permanente des équipements, données 2015, 2016

  • 7 Cf. une étude récente : « La vacance commerciale dans les centres-villes en France », Les cahiers d (...)
  • 8 Cette modernisation commerciale ayant contribué à assécher de nombreux territoires, y compris au se (...)

8Au-delà des petites villes ce dernier processus est d’ailleurs visible dans des villes plus grandes, à commencer par beaucoup de villes moyennes7. Si dans les métropoles et villes moyennes importantes ou enkystées dans des régions en progression démographique, les centres-villes ont globalement bien résisté, il n’empêche que là-aussi, on relève des poches de désertifications commerciales, laissant de côté de vastes portions urbaines et les populations qui y sont installées. Si activités et innovations commerciales reflètent le poids du processus discriminant de la métropolisation, leurs effets distinctifs dessinent aussi une réalité intra-métropolitaine faite d’entre-soi et de ségrégation voire de sécession !8

9Dans ces diverses circonstances scalaires peut alors s’enclencher une mécanique territoriale infernale, celle d’un emballement du déclin. En effet, par leur visibilité, leur rôle dans la quotidienneté des gens, les activités commerciales jouent sur les regards portés. Des paysages produits et de la baisse de l’animation des rues, il découle des représentations négatives qui à leur tour peuvent précipiter le déclin de tel ou tel territoire. A la fois symbole et moteur d’une dégradation plus générale, en raison de ses caractéristiques intrinsèques (rôle dans l’animation et l’urbanité), la crise commerciale est un facteur de mise en marge. Ce processus est lisible à différentes échelles : rues, quartiers urbains, centres-villes, petites villes voire villes moyennes. Cette dialectique morbide est bien connue des urbanistes, des élus, des professionnels du secteur ou des techniciens des chambres de commerce. C’est la vacance commerciale dont on sait qu’au-delà de certains seuils elle met en péril l’ensemble d’une polarité commerciale, menaçant la ville dans sa globalité. Si les phénomènes du type shrinking cities sont assez rares en France, on en retrouve des ébauches dans telle ou telle ville, petite ou moyenne, industrielle ou souffrant de la déqualification de son offre de services publics. Le commerce accompagne ce processus [Wolff & al. 2013]. Dans le contexte d’une suroffre commerciale, des friches commerciales pourraient d’ailleurs se multiplier y compris dans les métropoles les plus florissantes, marginalisant des espaces urbains, par exemple les polarités commerciales périphériques monofonctionnelles.

10Le traitement de telles problématiques, passe parfois par des opérations palliatives ou les impose. Que l’on songe là aux pop-up stores, boutiques éphémères ou, lorsque ce n’est pas possible, car le marché est même incapable de supporter une offre temporaire, on voit surgir des vitrines en trompe l’œil. Ces cache-misères visent à éviter les effets dépréciatifs sur la polarité commerciale et les impacts fonciers subséquents : friches et linéaires commerciaux ne font pas bon ménage. Mais l’action peut être aussi plus offensive.

2. Un commerce aux vertus thérapeutiques

  • 9 Ce qui ne serait pas sans conséquences politiques comme une étude de l’IFOP semble l’accréditer : « (...)

11Quoi que l’on pense du fait consommatoire et de ses multiples externalités négatives, la dimension commerciale est intrinsèque à l’urbain, mieux, à l’urbanité. Le commerce est perçu comme un élément clé de l’animation des rues. C’est plus largement la vie des quartiers, des villes, leur attractivité, qui sont largement conditionnées par le dynamisme du commerce9. C’est munis de cette idée que nombre d’élus, d’aménageurs ou d’urbanistes font des activités commerciales un outil de réanimation territoriale. Cette vertu thérapeutique peut se décliner selon différents types de territoires. Les acteurs publics ont développé des outils pour renforcer ou plus prosaïquement maintenir du commerce : on peut mentionner ici les actions menées dans le cadre du FISAC (Fond d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce) et nous attacher pour commencer aux opérations encadrées par l’EPARECA (Etablissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux).

  • 10 Epareca.org, décembre 2016.
  • 11 Insee Analyses, ALPC, n° 24, mai 2016, données de 2012 et 2013.
  • 12 Commissariat général à l’égalité des territoires, « Les commerces dans les quartiers : une offre à (...)
  • 13 EPARECA, CCI de Paris – Ile-de-France, Etat des lieux de l’activité commerciale dans les quartiers (...)

12Rappelons que l’Epareca est un organisme qui a pour vocation d’aider à la revitalisation d’un commerce et d’un artisanat dans les quartiers relevant de la Politique de la ville (QPV), action parallèle à d’autres. Au frontispice du site de l’EPARECA on peut d’ailleurs lire la phrase suivante : « Redonner de la vie par le commerce et l’artisanat, au cœur de vos quartiers en rénovation urbaine. »10 Tel est donc l’objectif ambitieux attribué par cet acteur public à une action menée par le commerce (et l’artisanat) dans des espaces urbains « malades ». Cette crise est confirmée sans peine par divers indicateurs qu’il s’agisse d’un taux de chômage trois fois supérieur à la moyenne métropolitaine dans les QPV et 2,5 fois pour ce qui est du taux de pauvreté11. En matière de commerce il en va de même. On en revient à l’idée développée ci-dessus du commerce comme marqueur territorial. Ces quartiers affichent au niveau national un déficit de densité de commerce (exprimée en nombre d’établissements pour 1 000 habitants) de l’ordre d’un tiers par rapport aux unités urbaines abritant en leur sein des QPV12. Une étude récente réalisée conjointement par l’EPARECA et la CCI de Paris et d’Ile-de-France13, en Ile-de-France, est édifiante : 59 quartiers prioritaires d’intérêt national sont recensés dans la région. Le tissu commercial qui y est étudié est assez dense puisqu’on y recense 6 661 cellules commerciales. Ceci étant, 57 % des quartiers sont en dessous de la moyenne de l’équipement régional. La vacance globale est estimée à 15,8 % et présentée comme « structurelle » pour 29 pôles, en l’occurrence au-delà du seuil mortifère de 30 %. A côté du stigmate de la vacance, 50 % des polarités commerciales des QPV franciliens affichent un « aspect dégradé » et/ou « vétuste ». 68 % présentent des dysfonctionnements dans l’entretien et la propreté des parties communes. 86 % des commerces offrent au regard une vitrine souffrant d’un manque de mise en valeur ou d’entretien sans compter que dans l’immense majorité des cas (76 %) aucune animation commerciale n’est développée. Tout cela joue sur l’attractivité de ces polarités sachant que s’invite également la question de la sécurité, 68 % des polarités souffrant d’un sentiment d’insécurité, ce qui en renforce la marginalité.

  • 14 En parallèle au FISAC, on peut relever que les dispositions fiscales prévues dans les zones de revi (...)
  • 15 Direction générale des entreprises, FISAC. Rapport d’activité 1992-2015, Ministère de l’économie et (...)

13Le commerce est aussi fortement mobilisé dans les opérations à destination des espaces ruraux et de la strate inférieure de l’armature urbaine14. Sans plus entrer dans le détail d’une analyse des statistiques d’interventions du FISAC, on peut relever que pour la période 1992-2015 64,3 % des décisions concernent le milieu rural, même si en termes de montants alloués, cela ne représente que 30,5 % des aides, le différentiel renvoyant évidemment à des opérations en moyennes plus petites15. A la clé, la volonté d’ouvrir ou de maintenir un commerce, souvent le fameux « multiple rural ». On relève aussi des opérations plus importantes concernant les centres-villes des organismes urbains de petite taille, allant jusqu’aux villes moyennes. Un leitmotiv revient souvent, celui de la réhabilitation des halles de marché ou le recrutement d’un animateur du centre-ville.

  • 16 Ibid.

14Des quartiers sensibles des grandes villes jusqu’au rural le plus à l’écart en passant par les tentatives de réaménagement des centres-villes dans les petites villes, le postulat reste le même, le commerce a sa place dans les stratégies de réanimation territoriale. Mais cette quasi-thaumaturgie prêtée parfois au commerce par tel maire ou investisseur se heurte souvent à une réalité proprement commerciale : il reste difficile de forcer le marché. Certes, par une offre exceptionnelle on peut espérer susciter une attraction (prenons l’exemple de la création ex nihilo de polarités dont l’isolement est contrebalancé par une anomalité importante : certains centres de marque). Mais par essence, seule la rareté peut garantir le succès d’un tel processus. Il est plus incertain que la réfection d’un centre commercial enkysté dans un quartier difficile ou le maintien au forceps d’un magasin dans un espace rural fragile soit couronné de succès si le potentiel de consommation n’est pas au rendez-vous. A la clé, il y a beaucoup de désillusions même si parmi les 17 965 décisions de subvention prises dans le cadre du FISAC entre 1992 et 2015, l’organisme affiche des taux de pérennité satisfaisants. Ainsi, pour les opérations individuelles en milieu rural, on annonce un taux de pérennité à trois ans de 91,92 % et à cinq ans de 88,34 %16. C’est parfois à un prix exorbitant que ce maintien s’opère pour les personnes en charge de ces commerces et aussi pour les collectivités locales qui, sous diverses modalités, se sont mobilisées. Sans doute est-ce le prix pour essayer de ne plus être à l’écart, confirmant le poids des activités commerciales dans la vie des territoires.

3. La marge comme réceptacle des transformations du commerce et autres pratiques commerciales en marge

  • 17 D’une façon très révélatrice, on peut relever que l’Association « Rues du développement durable », (...)

15Revenons enfin à l’idée que la marge n’est pas uniquement le produit d’une mise à l’écart par un système mais qu’elle peut aussi être le lieu de la manifestation d’autres façons de faire, être système elle-même, voire être à la source d’un renouvellement des pratiques dominantes17. Les activités commerciales participent-elles à un tel cheminement ? Nous faisons le choix de partir d’exemples très disparates pour la mise en évidence de ce processus, occasion aussi de montrer la pluralité, voire la labilité, de ce que l’on peut entendre par marges.

3.1. La mutation du commerce moderne par des territoires en marge, l’irruption du « hard discount »

  • 18 L’appellation officielle est le maxidiscompte mais traitant des origines, nous faisons le choix de (...)
  • 19 Ce qui n’est pas sans rappeler aussi les stratégies d’implantation des premiers supermarchés à la f (...)

16Sans qu’il soit besoin d’une action spécifique des pouvoirs publics, le commerce choisit parfois explicitement les territoires en marge (relativement à la moyenne économique et sociale nationale) comme possibilité d’une expansion. Si aujourd’hui le hard discount18 s’est largement diffusé à la fois à l’échelle des régions françaises, après un tropisme nord-oriental lié à une impulsion germanique initiale, et à l’échelle des organismes urbains, ce n’était pas le cas au début. Souvenons-nous de l’appellation, partiellement désuète, de « magasins des pauvres » ou de « commerces de crise » au tout début des années 1990. Ces magasins ont d’abord pénétré le marché par ses marges : villes moyennes et implantations préférentielles dans des zones industrielles en général, en périphérie des villes, parfois dans ou à proximité des quartiers les plus pauvres19.

17Aujourd’hui les magasins de hard discount ont largement épousé une géographie commerciale plus classique. Une enseigne comme Lidl, ajustant sa stratégie à la réalité socio-spatiale de sa clientèle, ne se positionne plus comme un hard-discounter. Mais il faut retenir que la stratégie de conquête des marchés est initialement passée par des territoires ciblés comme en marge en raison de leurs caractéristiques socio-économiques et d’une concurrence autochtone moins solidement implantée, car ayant fait le choix logique de l’équipement des marchés les plus solvables.

3.2. Reconfigurations multiples du commerce fordiste

18Nous entendons par commerce fordiste l’ensemble de l’appareil de distribution mis en place pour répondre à une société de consommation assujettie à une normalisation des pratiques et des produits. On peut rappeler ici diverses manifestations d’une remise en cause ou en tous les cas d’une réinterrogation de ce modèle consommatoire unitaire, certains évoquant une « personnalisation » [Moati 2011] d’autres une « balkanisation hyperconsommatoire » [Lipovetsky 2006]. L’incidence spatiale en est une multiplication des territoires de consommation liés à des rapports plus individualisés (ou communautarisés) aux produits. De façon induite, il y a donc démultiplication de ce qui fait pôle, attraction et pluralité des marges commerciales. Beaucoup de ces manifestations ont pour point commun d’émaner de la marge, ou de se positionner en marge, que l’acception de celle-ci soit spatiale, sociale, ou les deux.

19On peut évoquer ici le développement du commerce bio. Que celui-ci fasse aujourd’hui l’objet d’une incorporation dans le système de distribution dominant (soit dans les rayons de la grande distribution, soit dans des réseaux spécialisés mais inscrits économiquement et spatialement dans le système productif dominant, en intégrant les principaux codes fonctionnels, Biocoop par exemple), ne doit pas faire oublier que l’étincelle initiale, une fois encore, se situe dans un militantisme marginal. Certes l’objectif est d’en sortir, mais on est bien dans une initiative située en marge qui veut réinterroger l’ensemble du système !

20Autre innovation dans l’échange marchand, mais qui pour le coup reste en marge, le déploiement des SEL (système d’échange local). Si aujourd’hui on en compte environ 300 répartis sur l’ensemble du territoire (y compris Paris intramuros) ; on peut souligner d’une part que par définition la logique de fonctionnement de l’échange se veut en marge du système monétarisé d’échange et d’autre part rappeler que le premier SEL a été créé en 1994 dans un département largement à l’écart des lignes de force du territoire français, l’Ariège. On pourrait aussi évoquer les AMAP outil de réinterrogation de l’ensemble de la chaîne de production et consommation alimentaire.

  • 20 Même si on parle plus aujourd’hui de « diversité culturelle ».
  • 21 Réflexions toujours d’actualité sur ce sujet de MA MUNG E., SIMON G., Commerçants maghrébins et asi (...)
  • 22 Le terme de communauté, ou d’identité collective, permet d’ailleurs d’élargir le spectre de l’analy (...)

21Autre registre de remise en question d’une machine distributive normative, le développement du commerce ethnique20. On peut mettre beaucoup de choses derrière le commerce ethnique : il peut s’agir de commerces se définissant par leur offre de produits et qui peuvent avoir des localisations très variées21. Mais ce peut être aussi des commerces qui sont ethnicisés par un type de clientèle précis. Dans ce dernier cas, les produits peuvent être « ethniques » mais pas forcément. De fait le commerce dit « ethnique » épouse aujourd’hui une assez large géographie, se localisant des quartiers centraux, pour certains en voie de gentrification, à une présence assez large dans les QPV, lieux d’agrégation de populations étrangères, immigrés ou d’origine étrangère. D’ailleurs, il est intéressant de noter que dans les QPV, les seuls types de commerces surreprésentés sont les commerces de viande et les supérettes et commerces d’alimentation générale. Le développement du Halal, assez largement accessible aujourd’hui, provient et reste très présent dans ces quartiers. Les dimensions identitaire et politique de son développement n’est pas à minimiser [Bergeaud-Blackler 2016]. Il y a là parfois un effet de miroir significatif entre le déploiement d’une spécificité commerciale et une certaine communautarisation22 s’exprimant par la consommation. Par le bais du commerce, et c’est bien normal tant la consommation est un fait culturel, ce sont donc d’autres types de mises en marge qui peuvent se découvrir. La marginalité peut être là choisie voire revendiquée face à l’ambition d’un modèle national intégrateur.

3.3. Un commerce résolument en marge ou la notion d’antimonde [Brunet & al. 1993] appliquée à l’échange marchand

  • 23 Les mots de la Géographie. Dictionnaire critique, sous la direction de Roger Brunet, La documentati (...)

22L’échange marchand emprunte des voies plus interlopes et pour le coup indiscutablement en marge de la société. Le commerce de la drogue en est une illustration flagrante. Pour être occulte, marginal au sens légal du terme, il n’en représente pas moins des volumes financiers conséquents avec des incidences localisées importantes. Il y a là une géographie qui épouse assez fidèlement la géographie des quartiers prioritaires mais pas que : des nœuds labiles, aux connexions de transports en commun par exemple, sont aussi recensés. Mais c’est dans les quartiers déjà stigmatisés par des indicateurs socio-économiques défaillants, dans des contextes de morphologie urbaine participant à une forme d’insularisme23, que cet échange marchand particulier (et d’autres tout aussi interlopes) imprime le plus son empreinte, nourrissant l’isolement.

3.4. Reconfiguration des échanges commerciaux internationaux et production d’ « espaces discrets »

23Il n’est pas question de parler ici d’antimonde mais de pratiques et de réseaux d’acteurs commerciaux qui ne se coulent pas dans le moule d’une mondialisation dessinée par les seules firmes multinationales. Plusieurs travaux signalent ainsi le développement d’échanges qui s’inscrivent et forment des lieux à la marge du main stream commercial. On évoque une « mondialisation discrète » ou « non hégémonique ». Les hétérotopies fonctionnelles qui peuvent en découler, incluses parfois au cœur des métropoles les plus importantes, « urbanisation subalterne, terrains de ces mondialisations que l’on ne voit pas » [Choplin & Pliez 2016], illustrent à merveille la relativité de la définition de ce qui est marginal, tout cela renvoyant à celui qui regarde avec ses aspirations et son bagage, en l’occurrence son fonctionnement professionnel.

24On peut reprendre les travaux déjà anciens menés par Alain Tarrius, notamment autour du « comptoir maghrébin de Marseille » [Tarrius 1995]. Celui-ci met bien en évidence un fonctionnement commercial peu visible mais néanmoins tangible entre Marseille et le Maghreb, l’Algérie notamment. Il évoque des « territoires circulatoires » façonnés par une myriade de petits marchands pratiquant le commerce à la valise entre les deux rives de la Méditerranée, pour y vendre des biens de consommation courante. L’intéressant dans cette expérience est dans la confrontation entre le regard porté sur les lieux marchands ainsi façonnés et leur réalité fonctionnelle. Ainsi que Tarrius l’écrit, « on [la société marseillaise et française en général] persiste à n’en percevoir [du quartier Belsunce] qu’un collectif arabe indifférencié, niché dans un repli de la déshérence foncière de la cité phocéenne » alors même que « les Maghrébins de Belsunce remplissent […] une fonction métropolitaine essentielle en ce sens qu’ils contribuent à connecter divers réseaux locaux et internationaux ». Ce fonctionnement commercial en marge de l’économie officielle joue aussi un rôle social, permettant à une portion de la population de « [se construire] des devenirs que nous n’avons jamais pu leur proposer » [Tarrius 1995 pp. 207, 94 et 6].

25L’analyse de Tarrius est datée. Ces réseaux commerciaux ne peuvent être que transitoires. Un processus de sélection finit toujours par simplifier les niveaux d’intermédiation. Le principe, par contre, de la mise en place d’une logique circulatoire en marge des circuits les plus visibles, perdure, continuant d’animer des lieux relativement invisibles. On peut reprendre là les travaux plus récents d’Olivier Pliez et d’Armelle Choplin autour de la « mondialisation discrète » que constituent le déploiement des dendrites commerciaux de biens de consommation à partir de la Chine et jusqu’aux marchés de consommation. Le développement des commerces de gros chinois à Aubervilliers (le CIFA, Centre international de commerce de gros France-Asie, soit 250 grossistes) constitue ainsi une forme d’hétérotopie fonctionnelle qui pour être discrète, c’est-à-dire en l’occurrence peu ouverte sur son environnement - l’urbain proche et le reste de la sphère commerciale - n’en produit pas moins une excroissance de plus en plus notable. Ce qui est intéressant c’est que ce regroupement commercial a contribué à recycler un secteur urbain « enfriché » par la désindustrialisation et la vacance d’entrepôts. On en retrouve de fait aussi des émergences sous la forme de commerces de prêt-à-porter et de biens de consommation divers qui, profitant de cellules commerciales vides, se développent dans les rues parfois moins bien achalandées des centres-villes, dans des villes moyennes mais aussi dans celles des métropoles régionales. L’intrication entre le caractère marginal ou pas devient alors un peu difficile à démêler sachant, tout de même, que ce déploiement demeure ancré dans un fonctionnement partiellement en marge des systèmes de la distribution dominante.

3.5. Les polarités commerciales périphériques de la marge de l’urbain à son renouveau ?

  • 24 Nous entendons par là les vastes zones commerciales caractérisées par une agrégation de grandes sur (...)
  • 25 Etude Assemblée des communautés de France, juillet 2012.

26Changement de registre avec une approche plus urbanistique de la relation entre marge et commerce. Ne peut-on pas considérer les polarités commerciales périphériques24 comme des marges potentiellement à la source d’un renouvellement du modèle urbain ? En première analyse, il semble difficile de considérer ces polarités qui cristallisent une part importante des dépenses de consommation (les périphéries des villes françaises totalisent 62 % des parts de marché, le centre-ville se contentant de 25 % et l’entre-deux de 13 %25) comme des marges économiques. Par contre, si on fait évoluer la perspective vers un point de vue urbanistique et paysager, on peut considérer que les traitements qu’ont subis ces périphéries urbaines, la forte indifférence paysagère ou l’absence de réflexion sur le fonctionnement global des entrées de ville ainsi dessinées, les mobilités non automobiles par exemple, constituent autant d’éléments d’une mise en marge de tout souci d’urbanité. Quartiers fonctionnels, on a là le paradoxe d’espaces commerciaux attractifs mais relevant d’une forme de tiers-espace et de tiers-paysage [Clément 2004].

27Mais à l’inverse, et toujours avec cette idée que ce qui est mis en marge dispose d’une marge de liberté, entre ville « patrimonialisée » et espaces périurbains n’existe-t-il pas dans ces interstices fonctionnels une opportunité offerte ? N’y a-t-il pas dans cette mise en marge qui a prévalu dans le non-aménagement de ces vastes espaces commerciaux périphériques une « autorisation à faire », à laisser-faire ? Ces polarités fordistes qui se sont déployées dans les périphéries des plus grandes villes pour gagner des organismes urbains plus modestes, sont dénuées de bien des attributs de ce qui fait l’urbanité dans la ville (même si sur ce sujet, il faut se garder de n’en faire que des non-lieux). La modernité commerciale a investi la marge de la ville car elle correspondait à son modèle économique et à la demande sociale d’une société de consommation en voie d’affirmation. La faible qualité du bâti et la pauvreté du paysage n’offrent-elles pas l’opportunité de repenser la ville ? La crise urbaine qui est celle de ces espaces, peut-être économique demain en relation avec une offre fordiste moins adaptée à une demande fluctuante, n’en fait-elle pas le cadre idoine d’une réflexion urbaine disruptive ? N’y a-t-il pas là la possibilité d’une réfection urbaine faisant la jonction entre ville compacte et périurbain « automobilisé ». On évoque souvent la nécessité de faire des nodalités des transports, des lieux de services et de commerce dans la chaine des mobilités.

28L’équation ne peut-elle pas être inversée ? Les polarités commerciales deviendraient de réelles centralités : la marge initiale pourrait alors être véritablement considérée comme un endroit où le non-investissement (au sens non financier du terme) précédant, se traduisant par l’absence de charge affective, autoriserait de fait l’expérimentation. On entre certes là dans un terrain glissant, peut-être pas celui de l’utopie urbaine, mais en tous les cas le registre de la ville telle qu’on voudrait qu’elle soit, une ville sans le libre-arbitre d’habitants qui, et c’est là le propre de l’espèce humaine, développent des usages, s’approprient leur espace de multiples façons. Il n’en demeure pas moins que l’on dispose d’espaces aujourd’hui bien situés mais qui en raison d’une mise en marge de la méticulosité urbaine, sont autant d’occasions de réécriture.

29Le projet montpelliérain de la Route de la Mer est de ce point de vue illustratif. Il s’agit d’une classique entrée de ville qui a vu se constituer au gré des opportunités foncières un équipement commercial fait d’une juxtaposition de « boîtes ». Ce projet, dont l’idée est lancée en 2014, porte sur 250 hectares. Associant Montpellier Métropole et le promoteur spécialisé Frey, il vise à redéfinir cet axe allant vers la Méditerranée par une opération lourde : déplacement des commerces, dont certains sont en zone inondable, développement d’une mixité fonctionnelle (bureaux, logements), le tout devant s’articuler autour d’un tramway. L’objectif est bien de réécrire les formes prises par un étalement urbain monofonctionnel et inféodé à la seule automobile. Les opposants restent dubitatifs, avançant l’hypothèse d’une classique opération de renouvellement de l’offre commerciale. Même si tel est le cas, il n’en demeure pas moins que celle-ci s’accompagne d’une requalification urbaine plus ambitieuse permise par la marginalité urbanistique qui fut le lot de ce confins urbain. A Montpellier comme ailleurs, ce sont bien les caractéristiques intrinsèques de ce type d’espace qui en font les supports potentiels d’une intégration plus inventive de la croissance urbaine dans les périmètres déjà construits.

4. En guise de conclusion, le commerce électronique ou la fin des marges ?

  • 26 Selon la Fédération du E-Commerce et de la vente à distance (FEVAD) le commerce électronique totali (...)

30Dans ce rapprochement entre commerce(s) et marge(s), comme d’ailleurs dans beaucoup de réflexions sur la relation entre commerce et territoire, on ne peut éviter le commerce électronique26. Ses promesses sont grandes, ouvrant la porte de la mythologie territoriale qui entoure les TIC [Dugot 2016 ; Dugot & Eveno 2014]. Par l’abaissement des discontinuités spatiales, c’est l’ubiquité rendue possible par une accessibilité généralisée à un réseau numérique, refondant l’idée même de proximité. En rebattant les cartes de l’accessibilité à l’anomalité commerciale, c’est toute la hiérarchie urbaine qui est questionnée et la situation des territoires périphériques et en marge. N’y aurait-il plus de marge dans la possibilité de consommer de l’anomalité ? Ce serait oublier d’autres freins, sociaux, culturels ou logistiques. En outre les impacts peuvent être ambivalents : le e.commerce peut tout autant favoriser un entre-soi consumériste multiforme et la création d’autres discontinuités. Par contre, évoquer commerce électronique et TIC possède le mérite d’interroger sur la possibilité de plus en plus restreinte d’une mise en marge totale des territoires, a fortiori dans un pays hypermobile et connecté comme la France (sauf à ne considérer que les « zones blanches »). D’ailleurs, au-delà de toute dimension territoriale, les déterminants de la marge ne relèvent-ils pas d’abord du bagage social et culturel voire de l’âge, toutes choses jouant sur le niveau de « connectivité » des uns et des autres, la bonne échelle de perception étant finalement l’individu ?

Haut de page

Bibliographie

Bergeaud-Blackler, F. (2016) – Le Marché halal ou l’invention d’une tradition, Paris, Seuil, 258 p.

Brunet, R. et al. (1993) – Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, La Documentation Française, s.v. « Antimonde », pp. 35-38.

Choplin, A. & Pliez, O. (2016) – « Des mondialisation plus discrètes. Vers une nouvelle géographie des échanges mondiaux », La vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/Des-mondialisations-plus-discretes.html

Clement, G. (2004) – Manifeste du Tiers paysage, Montreuil, Éditions Sujet/Objet, Collection « l’Autre Fable », 80 p.

Dugot, P. (2015) – Commerce et urbanisme commercial dans la fabrique de la ville durable, mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Toulouse, décembre 2015, 347 p.

Dugot, P. (2016) – « Les conséquences incertaines des nouvelles technologies dans le commerce » in R.P. Desse & S. Lestrade (dir.), Mutations de l’espace marchand, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Espace et territoires », pp. 77-85

Dugot, P. & Eveno E. (2014) – « Commerce et TIC : les ambivalences socio-spatiales d’une fertilisation croisée » in A. Gasnier & N. Lemarchand (dir.), Le commerce dans tous ses états. Espaces marchands et enjeux de société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et territoires », pp. 161-171.

Grésillon, E. & al. (2016) – La France des marges, Paris, A. Colin, 446 p.

Lebrun, N. (2013) – Commerce et discontinuités, Arras, Presses Universitaires d’Artois, 277 p.

Lipovetsky, G. (2006) – Le bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris, Gallimard, coll. « Essais », 378 p.

Moati, P. (2011) – La nouvelle révolution commerciale, Paris, Odile Jacob, 315 p.

Prost, B. (2004) – « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79, n° 2, pp. 175-182 [https://journals.openedition.org/geocarrefour/695]

Raffestin, C. (2016) – Géographie buissonnière, Genève, Héros-Limite Géographie(s), 2016.

Tarrius, A. (1995) – Economies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, Editions de l’Aube, coll. « Essai », 220 p.

Wolff, M., Fol, S., Roth, H. & Cunningham-Sabot, E. (2013) – « Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France », Cybergeo : European Journal of Geography, n° 661, https://journals.openedition.org/cybergeo/26136

Haut de page

Notes

1 Que l’on peut définir comme la différence entre le prix de vente et le prix d’achat d’une marchandise. Derrière cette définition d’apparence anodine se cache néanmoins une mécanique économique au cœur du renouvellement permanent des structures commerciales (grandes surfaces vs petits commerces indépendants par exemple), ayant justifié une intervention publique afin d’éviter les possibles abus de position dominante, notamment entre une grande distribution devenue très puissante et des fournisseurs plus petits.

2 Mais cette désaffection de nombreux géographes vis-à-vis des activités commerciales se retrouve dans bien d’autres analyses théoriques ou monographiques, y compris urbaines.

3 Notre propos est pour l’essentiel focalisé sur le commerce de détail. D’autres pistes auraient pu être investiguées : nous pensons aux développements commerciaux aux marges géographiques du territoire national où la différence (de fiscalité par exemple) produit des phénomènes spécifiques : suréquipements commerciaux ou à l’inverse disparition de l’offre selon le côté de la frontière où l’on se situe [Lebrun 2013].

4 On peut aussi penser que le renouvellement permanent des concepts commerciaux, son accélération dans le contexte de financiarisation de l’immobilier commercial, se traduit par une réécriture spatiale de l’offre commerciale, facteur de recyclage mais aussi de mise en friche d’une portion de l’offre existante.

5 Et encore ce chiffre traduit-il une remontée induite par le développement d’une nouvelle forme de proximité orchestrée par les grands groupes de distribution (Monoprix ou Carrefour par exemple) qui réinvestissent les centres-villes, épousant leur renouveau démographique dans les métropoles notamment. L’étiage étant de 14 000 épiceries en 1998.

6 Source : Base permanente des équipements, données 2015, 2016.

7 Cf. une étude récente : « La vacance commerciale dans les centres-villes en France », Les cahiers de l’institut pour la ville et le commerce, n° 1, mai 2017. Même le New-York Times s’en émeut dans un article récent consacré à la « désertification » commerciale du centre d’Albi pourtant estampillé par l’Unesco. Au-delà du seul commerce, ce serait tout un mode de vie français qui serait en danger (Adam Nossiter, « As France’s Towns Wither, Fears of a Decline in « Frenchness » », New-York Times, 7 mars 2017).

8 Cette modernisation commerciale ayant contribué à assécher de nombreux territoires, y compris au sein des villes les plus importantes, explique que l’on voit paraître des affirmations fortes et iconoclastes, puisqu’on évoque parfois un commerce qui aurait tué la ville, un « divorce », renvoyant aux oubliettes le rapport consubstantiel entre ville et commerce.

9 Ce qui ne serait pas sans conséquences politiques comme une étude de l’IFOP semble l’accréditer : « L’influence de l’isolement et de l’absence de services et de commerces de proximité sur le vote FN en milieu rural », Focus, n° 135, mars 2016. A l’inverse certains investissements d’opportunité, comblant pourtant les vides, n’en produisent pas moins eux-aussi des discours de rejet, certains maires évoquant/redoutant la « kébabisation » de leur centre-ville comme moteur tout aussi puissant de marginalisation.

10 Epareca.org, décembre 2016.

11 Insee Analyses, ALPC, n° 24, mai 2016, données de 2012 et 2013.

12 Commissariat général à l’égalité des territoires, « Les commerces dans les quartiers : une offre à revitaliser et diversifier », En Bref, février 2016.

13 EPARECA, CCI de Paris – Ile-de-France, Etat des lieux de l’activité commerciale dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, novembre 2015.

14 En parallèle au FISAC, on peut relever que les dispositions fiscales prévues dans les zones de revitalisation rurale concernent, depuis 2005, la création ou la reprise d’activités commerciales (dans les communes de moins de 2 000 habitants). On peut également signaler les Contrats de revitalisation artisanale et commerciale (CRAC) prévus dans le cadre de la loi Artisanat, Commerce et TPE (ACTPE) du 18 juin 2014. Ces CRAC, concernent toutes les zones « marquées par une disparition progressive des activités commerciales ou par un développement de la mono-activité au détriment des commerces et services de proximité ». Ils sont présentés comme une « boîte à outil » où l’on peut notamment piocher la rénovation du droit de préemption des communes sur les fonds de commerce avec possibilité de délégation à d’autres opérateurs publics du type SEM, et l’allongement du délai pour trouver un repreneur. L’expérimentation est prévue pour cinq années à compter du décret de juillet 2015.

15 Direction générale des entreprises, FISAC. Rapport d’activité 1992-2015, Ministère de l’économie et des finances, 2016.

16 Ibid.

17 D’une façon très révélatrice, on peut relever que l’Association « Rues du développement durable », née dans le quartier Crêt de Roc à Saint-Etienne, quartier proche du centre mais connaissant une déprise commerciale massive avec un taux de 34 %, en parle paradoxalement comme d’un « territoire fertile ». Fertile pour y expérimenter des mécanismes de reprise des « micro-friches » commerciales guidés par les préceptes de l’économie sociale et solidaire et une amélioration des incidences environnementales des pratiques de consommation.

18 L’appellation officielle est le maxidiscompte mais traitant des origines, nous faisons le choix de conserver le terme initial.

19 Ce qui n’est pas sans rappeler aussi les stratégies d’implantation des premiers supermarchés à la fin des années 1950.

20 Même si on parle plus aujourd’hui de « diversité culturelle ».

21 Réflexions toujours d’actualité sur ce sujet de MA MUNG E., SIMON G., Commerçants maghrébins et asiatiques en France, Masson, coll. « Recherches en Géographie », Paris, 1990. Ceux-ci évoquent un commerce ethnique dit exotique ou communautaire. Le premier est défini comme un commerce distribuant des produits spécifiques à une population dont n’est pas issu le commerçant alors qu’en ce qui concerne le commerce communautaire, la distribution de produits se fait à destination des membres de la communauté dont est issu le commerçant.

22 Le terme de communauté, ou d’identité collective, permet d’ailleurs d’élargir le spectre de l’analyse. Le commerce « homosexuel » crée sa géographie, investissant préférentiellement tel lieu qui de marginal d’une perspective plus large, se voit attribuer une centralité pour une clientèle ciblée.

23 Les mots de la Géographie. Dictionnaire critique, sous la direction de Roger Brunet, La documentation française, 1° édition, 1992.

24 Nous entendons par là les vastes zones commerciales caractérisées par une agrégation de grandes surfaces, dessinant un urbanisme en « boite de chaussure », touche paysagère caractéristique de nombreuses entrées de villes françaises. Ces polarités se sont souvent constituées autour d’un hypermarché initial qui a pu évoluer en centre commercial.

25 Etude Assemblée des communautés de France, juillet 2012.

26 Selon la Fédération du E-Commerce et de la vente à distance (FEVAD) le commerce électronique totalise 7 % des ventes au détail en 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Commerce et marges territoriales sur le registre de l’absence/présence de points de vente au niveau communal en France
Crédits Source : INSEE, Base permanente des équipements, données 2015, 2016
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Commerce(s) et marge(s) »Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 419-435.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Commerce(s) et marge(s) »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.2113

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

MCF-HDR, Université de Toulouse II – Jean Jaurès – UMR LISST-CIEU – 5, allées Antonio Machado – 31058 Toulouse Cedex 9 – Courriel : dugot[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search