Navigation – Plan du site

Les berges fluviales secondaires : des marges urbaines à résorber ?

Secondary riverbanks: urban margins to be reclaimed?
Sylvain Rode
p. 472-488

Résumés

Alors que les fronts d’eau situés dans les centres des villes françaises ont souvent été l’objet de grands projets d’aménagement à forte visibilité, cet article s’intéresse à des berges fluviales secondaires, plus discrètes, moins visibles (les Îles Noires à La Riche dans l’agglomération de Tours et les berges de la Basse à Perpignan en amont du centre-ville), qui apparaissent comme de véritables marges urbaines. Ces espaces permettent de poser la question de la qualification de la marge urbaine, ainsi que celle de sa requalification. La marge urbaine se définit ici par des caractéristiques spatiales, fonctionnelles, sociales ainsi que par les représentations négatives dont elle fait l’objet. Ces berges fluviales dégradées et disqualifiées sont pourtant riches d’atouts potentiels, que les pouvoirs publics souhaitent mettre en valeur afin d’inverser l’image et les usages des lieux. L’aménagement de parcs urbains doit permettre d’apporter des solutions aux problèmes identifiés sur ces sites, mais constitue aussi une occasion saisie par les pouvoirs publics pour effacer ces marges en les réintégrant pleinement à la ville, conduisant ainsi à une forme de normalisation de l’espace.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

1. Les berges fluviales secondaires : des caractéristiques qui en font des marges urbaines ?
1.1. Des marges spatiales et fonctionnelles
1.2. Des marges sociales
1.3. Des espaces représentés par les riverains et les pouvoirs publics comme marginaux
2. Requalifier les berges fluviales secondaires pour mieux les intégrer à la ville
2.1. Quelle légitimation de la reconquête de la marge urbaine ?
2.2. De la marge urbaine répulsive au parc urbain attractif : inverser l’image et les usages des lieux
Conclusion

Aperçu du texte

De nombreuses villes se sont engagées, parfois depuis plusieurs décennies déjà, dans un processus de reconquête, de réaménagement et de revalorisation de leurs berges fluviales. De fait en France, « les espaces fluviaux sont arrivés dans les réflexions des urbanistes » [Bonin 2007] dans les années 1980, Lyon faisant figure de pionnière en la matière avec son projet de reconquête du Rhône et de la Saône initié en 1981 avec la création de la commission « Lyon, ville fluviale » [Gérardot 2004]. D’autres villes suivront : Bordeaux avec les quais de la Garonne en rive gauche, Nantes en lien avec le grand projet d’aménagement urbain Île de Nantes [Bonin 2007], mais aussi des villes moyennes comme Orléans avec le projet Loire-Trame verte [Rode 2010] ou Nancy avec les rives de Meurthe [Edelblutte 2006, Salles 2011]. Dans certaines villes, de semblables projets sont actuellement à l’œuvre comme à Toulouse avec le projet Grand Parc Garonne [Péré 2014] ou à Perpignan avec le projet Es Têt [Rod...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Rode, « Les berges fluviales secondaires : des marges urbaines à résorber ? », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 472-488.

Référence électronique

Sylvain Rode, « Les berges fluviales secondaires : des marges urbaines à résorber ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2139 ; DOI : 10.4000/bagf.2139

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme – Université de Perpignan Via Domitia – UMR 5281 ART-Dev – Courriel : sylvain.rode[at]univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals