Navigation – Plan du site

Représentations et gestion de la marginalité sociale : le cas des biffins à Paris

How the fringes of society are represented and managed: the case of informal rag dealers in Paris
Hélène Balan
p. 502-515

Résumés

À partir des années 1980, l’intérêt pour la marginalité sociale est allé de pair avec la redéfinition des politiques d’action sociale. La marginalité est une notion relationnelle, qui se définit en négatif par rapport à une norme dominante. La problématique de la marginalité sociale et de son traitement institutionnel, ainsi que des spatialités qui lui sont associées, sera ici appliquée au cas des biffins. Le terme de biffins désigne, d’après un ancien nom des chiffonniers, des vendeurs informels d’articles de récupération. Ils fréquentent des zones de vente informelle qui, à Paris, réunissent des personnes en situation de précarité faisant commerce d’articles de récupération et, dans une moindre mesure, d’articles neufs. Ces marchés, souvent qualifiés dans les médias de « marchés de la misère », font l’objet d’une controverse opposant les partisans d’une reconnaissance des biffins aux tenants de la répression des « marchés sauvages ». Leur construction en tant que problème public apparaît comme soumise aux contingences locales et débouche sur une gestion incrémentale et partielle, au cas par cas.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Introduction
1. Les « marchés de la misère » : une situation de marginalité socio-spatiale
2. Les représentations des biffins : le poids des contingences locales
3. L’encadrement des biffins : une gestion incrémentale
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La marginalité sociale est définie dans le dictionnaire Larousse, à l’entrée « marginal », comme l’incapacité ou le refus de certains individus ou groupes de s’intégrer ou de se soumettre aux normes sociales dominantes. Cet écart subi ou choisi par rapport à la norme peut produire des lieux spécifiques : des « lieux des marginaux », qui sont plus ou moins visibles selon qu’il s’agit de « lieux de repaire » ou de « lieux de montre » [Rochefort 1986].

Les marchés informels fréquentés par les biffins à Paris, souvent désignés dans les médias par l’expression de « marchés de la misère », constituent de tels « lieux des marginaux ». Ils réunissent des personnes en situation de précarité qui font illégalement commerce d’articles de récupération et, dans une moindre mesure, d’articles neufs. Le terme de biffins, synonyme ancien de chiffonniers, désigne spécifiquement les vendeurs informels d’articles de récupération présents sur ces marchés. Il a été remis à l’honneur dans le ca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Balan, « Représentations et gestion de la marginalité sociale : le cas des biffins à Paris », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 502-515.

Référence électronique

Hélène Balan, « Représentations et gestion de la marginalité sociale : le cas des biffins à Paris », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2159 ; DOI : 10.4000/bagf.2159

Haut de page

Auteur

Hélène Balan

ATER, Dr en Géographie, Université Paris-Sorbonne – Chercheuse associée au laboratoire Espaces et Sociétés ESO-Rennes (UMR CNRS 6590) – Courriel : Balan.helene[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals