Navigation – Plan du site

Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux

Introduction
Introduction – Agriculture in the city, agriculture for the city: actors, practices and issues
Monique Poulot
p. 276-285

Texte intégral

1En Décembre 1992, une séance de l’Association de Géographes Français interrogeait le « devenir des agricultures périurbaines » [Brunet & Charvet 1994]. Jean-Paul Charvet soulignait qu’il semblait désormais « possible de concilier développement urbain et maintien d’espaces agricoles et ruraux vivants du moment où une convergence de volontés s’exprimait en ce sens » [Charvet 1994, p. 120] si bien que ces espaces d’agriculture périurbaine apparaissaient comme « des espaces agricoles complexes où peuvent coexister friches, système de culture extensifs et intensifs, agricultures-reliques et nouvelles formes originales » [Brunet 1994, p. 226]. La tonalité générale de la dizaine d’articles présentés restait toutefois plutôt sombre, marquée par « la thèse (…) de la destruction inéluctable de l’agriculture périurbaine » [Brunet 1994, p. 221], entre la « fin d’un mythe » pour la huerta de Valence [Courtot 1994] et une crainte généralisée de « marginalité » [Prost 1994] ou de « marginalisation » [Durbiano 1994] « au péril de la ville » [Lees & Derioz 1994]. Les innovations recensées par les chercheurs étaient encore peu nombreuses [Vaudois 1994, Van Oort 1994, Rouyres 1994], pas forcément reproductibles, entraînant surtout l’agriculture vers des « formes (…) en fonction de certaines activités qui ne sont plus les besoins alimentaires » [Brunet 1994, p. 226].

  • 1 Les données du recensement de 2000, dans le zonage en aire urbaine de 1996, s’établissaient respect (...)

2Nous proposons, vingt ans après, de revisiter le sujet quand chacun s’accorde « qu’il n’y a jamais eu autant d’agricultures périurbaines et urbaines qu’aujourd’hui » [Larcher 1997‑1998], le dernier recensement de l’agriculture en France comptabilisant en 2010 quelque 77 % des exploitations françaises et 75 % de la Surface Agricole Utilisée1 [Agreste, 2013] dans les pôles urbains et les couronnes périurbaines selon le zonage établi par l’INSEE en 1996 et revu en 2010 [Brutel 2011]. L’étalement urbain qui se poursuit – bien que mal connu avec peu de données globales – explique pour une bonne part cette massification de la catégorie « agriculture urbaine et périurbaine » qui marque un retour des questionnements agricoles et ruraux [Poulot 2008a] en lieu et place d’une « fin du rural » [Levy 1999]. Après plus d’un siècle de développement séparé et quasi exclusif en termes spatiaux [Vanier 2005, Poulot 2011], après un « pas de deux » le plus souvent à sens unique [Monteventi et al. 2008], l’agriculture et la ville sont désormais imbriquées dans un face à face. Le choix de l’INSEE d’un découpage basé sur l’emploi en fonction des navettes de la population active surévalue sans doute l’ombre portée de la ville sur l’agriculture : il conviendrait de réfléchir aux ondes de pression foncière, aux gradients de perturbation des circulations agricoles ou aux vols et dégradations, toutes caractéristiques de l’agriculture urbaine et périurbaine ; la taille du pôle urbain serait une autre variable à prendre en compte. La question de la définition de cette agriculture est ainsi au cœur des recherches actuelles, soumises toutefois à un appareillage statistique peu adapté – quand il existe – puisque fait pour la ville : si la proximité est un élément-clef de cette définition, les fonctions de cette agriculture dans son lien à la ville sont tout aussi importantes. L’agriculture située en ville ou à sa périphérie devient « agriculture urbaine et périurbaine » quand une part importante de son activité, déclinée en produits et services, est destinée à la ville, mais aussi quand les acteurs de l’agriculture et de la ville reconnaissent et appuient le développement de cette complémentarité ville-agriculture [Moustier & Mbaye 1999, Ba & Aubry 2011]. Christine Aubry rappelle dans son article ces acceptions en évolution, qui s’enrichissent aussi de la mise en regard des situations au Nord et des situations au Sud.

  • 2 En France, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, marquée par une forte représentation (...)

3En 1999, l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) proposait d’ailleurs de reconnaître cette forme particulière de l’agriculture, l’agriculture urbaine et périurbaine. La définition retenait l’existence de « pratiques agricoles dans les villes et autour des villes qui utilisent des ressources également susceptibles de servir à d’autres usages pour satisfaire les besoins de la population urbaine. (…) L’alternative ouvre sur des concurrences mais aussi des complémentarités entre ces usages : entre foncier bâti et foncier agricole, entre eau destinée aux besoins des villes et eau d’irrigation, entre travail non agricole et travail agricole, entre déchets ménagers et industriels et intrants agricoles, entre coexistence en ville d’une multiplicité de savoir-faire dus à des migrations et cohabitations d’activités agricoles et urbaines génératrices d’externalités négatives (vols, nuisances) et positives (espaces verts) » [FAO 1999]. Les évolutions récentes ont confirmé l’importance de cette catégorie tant dans les pays développés que dans les pays des Suds. L’agriculture intra-urbaine bénéficie notamment d’un fort développement, souvent intégrée dans des programmes sociaux [Gottlieb & Joshi 2010, Paddeu 2012] et soutenue par des innovations culturales techniques brossées par Christine Aubry dans son article. Mais au-delà, l’agriculture périurbaine ne peut plus ignorer les articulations spatiales avec la ville et les acteurs agricoles sont contraints d’intégrer cette donnée2. De Berlin qui compte plus de 80 000 personnes engagées dans l’agriculture à Boston et ses 10 000 jardiniers communautaires installés sur des terres gérées par le Boston Natural Areas Network, en passant par Antanarivo ou Dar es Salam et ses 4000 paysans maraîchers sur 20 % du sol de la ville, des formes d’agriculture urbaine et périurbaine s’affirment partout si bien que des modules d’enseignement sont désormais assurés dans les lycées et instituts agricoles mais aussi en architecture et en aménagement urbain. Au final ce sont sans doute plus de 800 millions de personnes (agriculteurs ou non) qui pratiquent aujourd’hui cette agriculture dont 150 millions à plein temps ; 200 millions d’entre eux commercialisent une partie de leur production et ils produisent ensemble quelque 20 % à 35 % de la nourriture mondiale et jusqu’à 60 % de l’approvisionnement de certaines villes au sud.

  • 3 Ainsi l’Equipe Agriculture Urbaine de l’UMR Sad-Apt, AgroParisTech-Inra.
  • 4 L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage et de la Nature de Blois a organisé en septembre 2011 un co (...)
  • 5 Ainsi pour un des derniers ouvrages parus sur la question : BERTRAND, N. (coord) (2013) – Terres ag (...)

4Ces systèmes agricoles en renouvellement dans les territoires de la ville sont aujourd’hui scrutés par de nombreux chercheurs du rural et de l’agricole au point de former depuis près de vingt ans un nouveau champ de recherches avec des laboratoires dédiés3. Coline Perrin rappelle dans son article cet engouement pour ce nouvel objet avec une dizaine d’ouvrages sur le sujet, 130 articles ou communications et 26 thèses pour la seule période 1990‑2007. Aux géographes sont venus s’adjoindre des agronomes, des paysagistes4 [Donadieu 1998], des économistes5, des sociologues et des anthropologues qui tous interrogent ce temps de « redéfinition » de l’agriculture et partant des agriculteurs, bref ce « nouveau contrat entre agriculture et société » [Hervieu & Viard 2001]. Surtout, si dans les années 90, les entrées étaient surtout paysagères pour les agricultures des Nords et alimentaires au Sud, elles se rejoignent aujourd’hui sur ces deux thématiques [Fleury et al ., 2013]. Partout, la question alimentaire a ressurgi, liée tant aux crises agricoles et alimentaires des dernières années qu’au développement des mouvements pour une consommation « engagée » [Dubuisson‑Quellier 2009] ou « critique » [Pleyers 2011] mais parallèlement l’agriculture dans nombre de pays des Suds est aussi convoquée pour sa capacité à verdir la ville et à la rendre supportable : Julie le Gall le démontre excellemment dans ce numéro avec l’exemple de Buenos Aires. Expression de la crise ? Expression du paradigme dominant du Développement Durable qui envahit aujourd’hui tous les agendas de la recherche ? Quoiqu’il en soit, la multifonctionnalité affirmée des agricultures urbaines et périurbaines, déclinée en multifonctionnalité des espaces agricoles dans la ville, redonne une actualité à la dimension – un peu oubliée pendant les révolutions productivistes – territoriale de l’agriculture [Rieutort 2008] et ce passage du sectoriel au territorial marque clairement la réflexion actuelle sur les questions agricoles en périurbain. D’une certaine manière, ces agricultures semblent désormais avoir gagné "droit de cité" [Poulot 2008b] : incluses dans les territoires de gouvernance urbaine, elles sont convoquées dans les projets urbains pour (ré)inventer aussi la qualité de la ville. Cette journée sera l’occasion d’interroger les évolutions en cours (innovations, nouvelles coordinations d’acteurs...) et de confronter des regards croisés Nord‑Sud.

1. Agriculture de migrants, agriculture de crise, nouvelle agriculture

5Cette agriculture, notamment dans les Pays du sud, a longtemps été présentée comme une affaire de migrants arrivant dans la ville qui, sans travail ou sans revenu suffisant, se lancent dans la culture d’un lopin pour assurer la subsistance familiale. Les catégories de populations concernées sont de fait plus variées : aux migrants s’ajoutent les citadins pauvres qui y trouvent une activité de survie, voire des couches plus fortunées qui, frappées par la crise, y voient un moyen de diversifier leurs ressources. Christine Aubry et Julie Le Gall brossent un tableau de cette agriculture, qui à Antanarivo, qui à Buenos Aires où « après les Italiens (milieu du xixe), les Portugais et les Japonais (années 1930 et post-deuxième Guerre mondiale), les Boliviens ont investi la production pour la ville à partir des années 1970 ». Cette agriculture pratiquée dans l’intra-urbain renvoie à très petites exploitations qui dans le périurbain s’étoffent plus on s’éloigne du centre. Les cultures maraîchères l’emportent notamment dans les bas-fonds inconstructibles (Antanarivo), sans droit de propriété ou d’usage mais tolérées par les autorités, mais aussi en auréoles autour de Buenos Aires où elles entrent en concurrence avec le soja qui n’en finit pas de gagner des terres. Des configurations auréolaires proches du modèle de Von Thünen, liées tant à la difficile conservation des produits qu’aux coûts de transport, semblent ressurgir quand l’internationalisation croissante des marchés et le développement d’instruments de distribution avaient bousculé et annihilé en grande partie cet ordonnancement autour des villes des pays du nord depuis le milieu du xixe siècle [Sinclair 1967, Bryant 1997].

6Mais villes et périphéries urbaines des pays du Nord voient aussi aujourd’hui un retour de l’agriculture en leur sein selon plusieurs logiques. D’une part, l’agriculture y joue comme au sud un rôle d’amortisseur des crises et Christine Aubry l’évoque notamment pour l’agriculture urbaine stricto sensu. D’autre part, l’étalement urbain gagne de plus en plus sur les terres agricoles si bien que l’agriculture devient urbaine et que les agriculteurs sont appelés à intégrer des contraintes urbaines (déstabilisation foncière, exploitations hachées par les voies de communication actes de vandalisme…) mais aussi les nouvelles attentes des consommateurs. Ce sont les agriculteurs nordistes, présentés par Nicolas Rouget, autour de la métropole lilloise dont les trajectoires, urbaines à plus de 65 %, se font toujours plus complexes en fonction de stratégies qui hésitent entre spécialisation, diversification ou conversion. Les deux premières interrogent surtout la proximité de la ville, devenue une ressource mobilisable par les agriculteurs [Gilly & Torre 2000, Pecqueur & Zimmerman 2004]. Il en est de même, nous expose Coline Perrin, des agriculteurs toscans autour de Fiesole ou des provençaux autour d’Aix, bénéficiant de surcroît de cultures méditerranéennes d’image que sont la vigne et l’olivier. Les articles présentés dans ce numéro du BAGF s’inscrivent ainsi dans le courant scientifique, anglo-saxon au départ puis francophone, qui interroge les évolutions des systèmes agricoles au regard des food miles et du pouvoir dominant globalized agri-food system au cœur de nombre de crises sanitaires des vingt dernières années : ils participent de la réflexion sur les short food supply chains, qualifiés aussi de « systèmes agroalimentaires alternatifs » [Venn et al . 2006, Maréchal 2008, Deverre & Lamine 2010].

2. Des agricultures en phase avec la multifonctionnalité prônée par les politiques agricoles internationales

7Les agricultures urbaines et périurbaines affichent toutefois des fonctionnalités toujours plus diverses en accord avec les textes internationaux (Sommet international de l’alimentation de 1996, OCDE en 2001) et européens, à l’image de la Nouvelle Politique Agricole Commune adoptée en 1992. La fonction alimentaire, redevenue un enjeu, se double de fonctions paysagère, économique et sociale. La dimension économique se retrouve dans quasiment tous les articles qui retiennent le rôle à l’exportation de certaines cultures (le chianti, le blé francilien ou l’endive nordiste) ou le rôle d’approvisionnement majeur au local comme à Buenos Aires. Dans tous les cas, cette agriculture est pourvoyeuse d’emplois directs et induits tant dans le traitement industriel, l’emballage que dans la distribution : nous avons ainsi quelques beaux portraits de commerçants-maraîchers ou de maraîchers-grossistes boliviens. Cet emploi peut aussi viser des personnes fragiles et on le retrouve dans l’article de Christine Aubry avec les références aux jardins urbains des États-Unis et du Canada où les organismes communautaires insistent tout particulièrement sur l’acquisition de savoir‑faire techniques mais aussi de savoir être, bref sur l’épanouissement personnel qu’apporte l’activité agricole.

8Mais au-delà, l’agriculture urbaine et périurbaine qui offre produits, emplois, services sociaux, est aussi appelée à fournir des espaces de détente et de contact avec la nature aux urbains. La lente montée de la reconnaissance de l’agriculture dans le Grand Lille en fournit un exemple (N. Rouget), à l’égal des collines toscanes, collines à touristes et à rêver tenues à l’écart de l’urbanisation grâce à des mobilisations efficaces de collectifs environnementaux (C. Perrin). Claire Aragau ne dit pas autre chose avec l’opération d’aménagement foncier dans le Houdanais qui en vient à inclure des terres agricoles-paysage dans les documents d’urbanisme et le projet urbain. Ces fonctions environnementales nécessaires « à la bonne santé des métropoles et parties prenantes dans la compétition qu’elles se livrent » [Bryant & Charvet 2003] sont désormais partout valorisées. En Allemagne, les fonctions environnementales contre certains risques (entretien des berges et des espaces d’expansion des crues, curage des fossés et des noues … contre les inondations) ou de recyclage des déchets urbains sont intégrées dans la plupart des plans d’aménagement : des contrats ont notamment été passés avec les agriculteurs pour l’épandage des déchets urbains sur les parcelles agricoles. En France, les Schémas de COhérence Territoriale rendus obligatoires par la loi Solidarité Renouvellement Urbain accordent une place aux espaces agricoles et forestiers, poumons verts nécessaires et éléments majeurs dans les flux de matière et d’énergie au sein de l’écosystème urbain. L’agriculture participe désormais du marketing urbain et les discours métropolitains rapportés dans les articles en témoignent de manière exemplaire.

3. Les agricultures urbaines : un pari pour la durabilité tant de la ville que de l’agriculture

9Valorisées dans leurs dimensions économiques, environnementales et socio-politiques, les agricultures urbaines sont ainsi au cœur des enjeux de durabilité ou de transition écologique qui animent les débats contemporains. Tous les articles l’évoquent selon des angles différents : c’est bien sûr la réduction des food miles (N. Rouget, C. Aubry) ; c’est la possibilité d’une alimentation saine de proximité pour toutes les populations (C. Aubry, J. Le Gall) ; c’est l’assurance du maintien de trames et de circulations vertes susceptibles de maintenir et développer la biodiversité (N. Rouget, C. Perrin, C. Aragau) ; c’est un élément de réparation de la crise urbaine (N. Rouget, C. Aubry). Ces agricultures peinent toutefois à résister à l’étalement urbain au vu du différentiel entre rente urbaine et rente foncière. De surcroît la tension demeure entre deux logiques de spécialisation héritées du siècle dernier qui conduisaient à une stricte séparation des usages des sols, entre artificialisation des terres par la ville et économie agricole rejetée toujours plus loin dans le cadre d’exploitations de plus en plus grandes. Coline Perrin le montre bien en dépit de paysages d’exception et de productions agricoles labellisées de qualité ; et les pratiques des céréaliers nordistes ou franciliens ont encore du mal à évoluer.

  • 6 cf. une étude menée en ce sens sur un programme agri-urbain : POULOT, M. (2012) - « Résurgences pay (...)

10Des législations de sauvegarde et de développement se mettent toutefois en place dessinant des zones agricoles protégées dans le cadre notamment de nouvelles ceintures vertes (Ottawa, Montréal), de parcs agricoles (Ruhr, Milan, Barcelone) ou de programmes agri-urbains (Paris, Montpellier, Lyon). Ce Bulletin nous présente ici les parcs périurbains lillois organisés sous l’égide du syndicat Espace Naturel Lille Métropole selon des objectifs paysagers, agricoles, environnementaux et de marketing urbain (N. Rouget). L’approche est plus neuve à Buenos Aires où les agricultures périurbaines sont en passe d’amener une reconnaissance officielle de cet espace, doublée d’une reconnaissance de la présence bolivienne (J. Le Gall). Claire Aragau analyse enfin comment une opération contestée, le remembrement, peut se muer en aménagement foncier susceptible de répondre tant à la demande agricole qu’à la demande urbaine. La question des outils est en effet de taille avec un « face à face réglementaire » qui a longtemps opposé agriculture et ville. Les évolutions récentes dans le cadre d’une gouvernance sur des territoires élargis, au niveau des SCOT en France ou des aires métropolitaines ailleurs, vont dans le sens d’outils transversaux, d’adaptations ou d’hybridations des outils existants6 pour aller vers ces articulations territoriales où la ville en vient à offrir « un support foncier à l’agriculture pour qu’elle la nourrisse, revalorise ses paysages de franges, et participe de sa qualité environnementale » (C. Aragau). Dans tous les cas, l’intervention de collectifs d’habitants‑consommateurs‑citoyens, aux côtés ou parfois contre les édiles urbains, est en train de changer la donne puisque ces derniers plébiscitent les espaces agricoles précisément dans leur multifonctionnalité, appelant à une intégration de ces espaces dans leurs espaces de vie [Aragau & Poulot 2012]. Ces nouveaux systèmes agricoles, intra-urbains ou périurbains en train de se mettre en place, dessinent ainsi de nouvelles formes de relations territoriales avec la ville et participent de ces formes urbaines assez inédites, qualifiées tantôt de ville diffuse, tantôt de ville étalée, voire d’Entre‑ville [Riviere D’Arc, 2001 ; Lang, 2003 ; Sieverts, 2004].

Haut de page

Bibliographie

AGRESTE PRIMEUR (2013) – « Recul plus marqué des exploitations agricoles en zone urbaine », avril 2013, n° 299, 4 p.

Aragau, C. & Poulot, M. (2012) – « Habiter en périurbain ou réinventer la qualité de la ville », Historiens & Géographes, dossier « Façons d’habiter les territoires de la ville aujourd’hui », 2012, 419, pp. 115-126.

Ba, A. & Aubry, C. (2011) – « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? », Norois, vol. 4, n° 221, pp. 11-24.

Brunet, P. & Charvet, J.-P. (coord.) (1994) – « Le devenir des agricultures périurbaines », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 117-226.

Brunet, P. (1994) – « Conclusions : les agricultures et les agriculteurs périurbains », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 222-225.

Brutel, C. (2011) – « Un maillage du territoire français : 12 aires métropolitaines, 29 grandes aires urbaines », Insee Première, n° 1333.

Bryant, C.R. (1997) – « L’agriculture périurbaine : l’économie d’un espace innovateur », Cahiers d’Agriculture, vol. 6, n° 2, pp. 125-130.

Bryant, C.R. & Charvet, J.-P. (coord.) (2003) – « Structures et dynamiques au-delà des banlieues », Canadian Journal of Regional Science/Revue Canadienne des Sciences Régionales, n° spécial, vol WWVI, 2 & 3, pp. 229-480.

Charvet, J.-P. (1994) – « Introduction : nouvelles approches et nouvelles questions à propos des agricultures périurbaines », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 119-122.

Courtot, R. (1994) – « La huerta de Valence : la fin d’un mythe », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 181-186.

Deverre, C. & Lamine, C. (2010) - « Les systèmes agroalimentaires alternatifs, une revue de travaux anglophones en sciences sociales », Economie Rurale, n° 317, pp. 57-73.

Donadieu, P. (1998) - Campagnes urbaines, Arles, Actes Sud, Versailles, École Nationale Supérieure du Paysage, 219 p.

Dubuisson-Quellier, S. (2009) – La consommation engagée, Coll. Contester, Paris, Presses de SciencesPo, 144 p.

Durbiano, C. (1994) – « Disparition, marginalisation et intensification de l’agriculture dans l’aire métropolitaine de Marseille », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 160-169.

FAO (1999) – Questions relatives à l’agriculture urbaine, Focus en ligne http://www.fao.org/Ag/fr/magazine/9901sp2.htm.

Fleury, A., Poulot, M. & Vidal , R. (coord.) (2013 - copyright 2008) – « Les agricultures périurbaines. Un enjeu pour la ville. Vers des projets de territoire », Actes du colloque de 2008 Université de Paris Ouest Nanterre La Défense-Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, 3 volumes, consultables sur http://agriurbanisme.fr/nanterre/

Gilly, J-P. & Torre, A. (dir.) (2000) – Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan, 301 p.

Gottlieb, R. & Joshi, A. (2010) – Food Justice, Cambridge, Londres, MIT Press, 290 p.

Hervieu, B. & Viard, J. (2001) – L’archipel paysan, la fin de la république agricole, La Tour d’Aigues, L’Aube, 124 p.

Lang, R.E. (2003) – Edgeless cities: Exploring the Elusive Metropolis, Washington DC, The Brooking Institution, 192 p.

Larcher, G. (1997-1998) – Les terroirs urbains et paysagers : pour un nouvel équilibre des espaces périurbains, Paris, Les rapports du Sénat, n° 415.

Lees, C. & Derioz, P. (1994) – « Le jardin de la France au péril de la ville : place et évolution de l’activité agricole dans le « Grand Avignon » », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2, pp. 170-180.

Levy, J. (1999) – Le tournant géographique, Paris, Belin, 400 p.

Maréchal, G. (dir.) (2008) – Les circuits courts alimentaires. Bien manger dans les territoires, Dijon, Educagri Editions, 213 p.

Monteventi Weber, L., Deschenaux, C. & Tranda-Pittion, M. (dir.) (2008) – Campagne-ville : le pas de deux. Enjeux et opportunités des recompositions territoriales, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 340 p.

Moustier, P. & Mbaye, A. (1999) – « Introduction », in P. Moustier, P. et al (Ed.), Agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne : actes de l’atelier international du 20 au 24 avril 1998, Montpellier, France, Montpellier, CIRAD, pp. 7-16

Paddeu, F. (2012) – « L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole new-yorkaise : la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 12 Numéro 2 | URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12686 ; DOI : 10.4000/vertigo.12686

Pecqueur, B. & Zimmermann, J-B. (dir.) (2004) – Économie de proximité, Paris, Hermès-Economica, 264 p.

Pleyers, G. (dir.) (2011) – La consommation critique : Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Ed. Desclée de Brower, coll. Solidarité et Société, 336 p.

Poulot, M. (2011) – « Des arrangements autour de l’agriculture en périurbain : du lotissement agricole au projet de territoire », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 11, n° 2. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11188.

Poulot, M. (2008a) – « Les territoires périurbains : « fin de partie » pour la géographie rurale nouvelles perspectives ? », Géocarrefour, 83-4, n° spécial Géographie(s) rurale(s) en question, pp. 269-278.

Poulot, M. (2008b) – Le retour de l’agriculture dans la ville élargie : vers la durabilité des territoires périurbains, vol. 2, habilitation à diriger des recherches, Paris Ouest Nanterre La Défense, 398 p.

Prost, B. (1994) – « L’agriculture périurbaine : analyse d’une marginalité », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 145-161.

Rieutort, L. 2009 – « Dynamiques rurales et re-territorialisation de l’agriculture », L’Information Géographique, vol. 73, n° 1, pp. 30-48.

Riviere D’arc, H. (coord.) (2001) – Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris, UNESCO, MSH, 279 p.

Rouyres, T. (1994) – « La cueillette à la ferme : diversification ou nouvelle activité dans les zones périurbaines de l’Île-de-France », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 216-222.

Sieverts, T. (2004) – Entre-ville, une lecture de la Zwischenstadt, Marseille, Parenthèses, 192 p. (édition allemande 2001).

Sinclair, R.J. (1967) – « Von Thünen and urban sprawl », Annals of the Association of American Geographers, vol. 57, n° 1, pp. 72-78.

Vanier, M. (2005) – « La relation ville/campagne ré-interrogée par la périurbanisation », Cahiers français, n° 328, pp. 13-17.

Van Oort, G. (1994) – « L’agriculture de loisir, une nouvelles forme de l’utilisation de l’espace ? Le cas de la frange urbaine de la ville d’Utrecht », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 135-143.

Vaudois, J. (1994) – « Les zones maraîchères périurbaines : espaces résiduels ou nouvelles formes d’intégration des espaces agricoles aux stratégies urbaines », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 123-134.

Venn, L., Kneafsey, M., Cox, L., Dowler, E. & Tuomainen, H. (2006) – « Researching European ‘alternative’ food networks: some methodological considerations », Area Journal compilation Royal Geographical Society with The Institute of British Geographers, vol. 38, n° 3, pp. 248–258.

Haut de page

Notes

1 Les données du recensement de 2000, dans le zonage en aire urbaine de 1996, s’établissaient respectivement à 43,5 % des exploitations et 41,6 % de la SAU.

2 En France, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, marquée par une forte représentation du syndicat majoritaire, la FNSEA qui a longtemps été hostile à la reconnaissance de ces évolutions, a lancé un programme de recherches financé par le Ministère de l’Agriculture : « Grandes Aires Métropolitaines et Agriculture innovante ».

3 Ainsi l’Equipe Agriculture Urbaine de l’UMR Sad-Apt, AgroParisTech-Inra.

4 L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage et de la Nature de Blois a organisé en septembre 2011 un colloque « Les paysages périurbains : des héritages à une gestion différenciée des territoires » dont les communications ont été publiées dans la revue en ligne de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, Projets de Paysages, 2012, n° 7 et 8.

5 Ainsi pour un des derniers ouvrages parus sur la question : BERTRAND, N. (coord) (2013) – Terres agricoles périurbaines. Une gouvernance foncière en construction, Paris, Ed. Quae, 256 p.

6 cf. une étude menée en ce sens sur un programme agri-urbain : POULOT, M. (2012) - « Résurgences paysagères et nouvelles économies agricoles dans le périurbain francilien : Programme agri-urbain et zone agricole protégée versus Opération d’intérêt national », Projets de Paysage, 14-07-2012, http://www.projetsdepaysage.fr/fr/resurgences_paysageres_et_
nouvelles_economies_agricoles_dans_le_periurbain_francilien

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Poulot, « Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux », Bulletin de l’association de géographes français, 90-3 | 2013, 276-285.

Référence électronique

Monique Poulot, « Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-3 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2174

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Professeure de Géographie, Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, 200, Avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex – Courriel : mpoulotmoreau[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals