Navigation – Plan du site

Trajectoires et stratégies agricoles dans les espaces urbains et périurbains. Entre spécialisation et conversion

L’exemple de la périphérie Sud‑Est de l’agglomération lilloise
Agricultural trajectories and strategies in urban and periurban spaces. Between specialization and conversion. The exemple of the southeastern edge of the Lille metropolitan area
Nicolas Rouget
p. 286-302

Résumés

L’espace envisagé est localisé en périphérie Sud-Est de l’agglomération lilloise, entre ville et frontière. Cet espace est en France le berceau de l’endive. Une typologie des trajectoires agricoles, fondée sur le niveau de prise en compte du fait urbain dans la mise en place des systèmes de production et sur le niveau d’ouverture des exploitations aux souhaits et besoins de la société urbaine, souligne la diversité des stratégies déployées. Les stratégies de reterritorialisation sont ici cependant majoritaires. La moitié des exploitations est engagée dans une « logique d’ouverture à la ville ». La pleine valorisation des opportunités urbaines peut toutefois amener les agriculteurs à déployer de véritables politiques de substitution, par lesquelles les objectifs de diversification sont dépassés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le syndicat ENLM (Espace Naturel Lille Métropole), en charge des missions de protection ou de requa (...)
  • 2 La protection des ressources en eau passe notamment par la signature en 2009 d’une convention entre (...)

1En septembre 2002 est organisé à l’Hôtel de la communauté urbaine de Lille un séminaire intitulé « Le développement de la métropole lilloise et de son agriculture : quel partenariat ? ». L’ancien maire, Pierre Mauroy ouvre la séance en assurant le monde agricole de sa considération (« Notre identité est faite de notre agriculture […] ») et invite à transgresser l’opposition ville-campagne. Le vœu formulé par P. Mauroy procède de la volonté de promouvoir une « nouvelle urbanité » [Banzo 2011]. Cette « nouvelle urbanité », portée en son temps par J. Deryng (1956, projet « Lille‑les‑Champs »), puis selon des modalités différentes par Bruno Bonduelle [1992], repose aujourd’hui sur les postulats du développement durable et de la « ville renouvelée ». Le concept de « ville renouvelée », leitmotiv des discours et des documents de planification lillois, implique une re‑densification du tissu urbain mais aussi la volonté d’inscrire la « nature » au sein du territoire de la cité. Cette « nature » est assimilée à une « nouvelle campagne », espace rural devenu cadre paysager de la ville [Poulot & Rouyres 2007]. La délimitation de parcs périurbains, définis en tant que territoires d’intervention du syndicat mixte ENLM1, doit contribuer à l’émergence de cette « nouvelle campagne ». L’objectif du syndicat mixte est celui d’un « paysage vivant », ouvert à la promenade et économiquement faisable, donc en collaboration avec les agriculteurs [Rouget 2012]. Au‑delà de ce seul objectif paysager, la réinsertion de l’agriculture dans la logique urbaine [Vidal & Fleury 2009, Ba & Aubry 2011] répond à Lille à des urgences environnementales (protéger les ressources en eau2) et économique (promouvoir la métropole ‑ marketing territorial).

2Cette politique de mise à contribution de l’agriculture s’inscrit dans un contexte régional de maintien, plus longtemps qu’ailleurs, des liens ville-agriculture : l’agriculture du Nord-Pas-de-Calais s’est déterminée dans une relation de proximité avec la ville, et une partie non négligeable des exploitations a continué de vivre dans la seconde moitié du xxème siècle en étroite symbiose avec les marchés régionaux [Vaudois 1986]. La réactualisation et la réinterprétation de ces liens sont cependant conditionnées par les trajectoires et stratégies agricoles les plus contemporaines.

3La question de l’engagement des exploitations dans un processus de mise en adéquation de l’offre agricole avec les demandes urbaines collectives ou individuelles [Fleury 2001, Bourdeau-Lepage & Vidal 2012], par la voie de l’ajustement des productions alimentaires et/ou de la diversification par les services, sous-tend la démarche. L’agriculture entérine t‑elle les « nouvelles » attentes sociales ? Se positionne t‑elle comme un plein acteur des territoires organisés par la ville ? Si l’agriculture « innove » [Soulard et al. 2011, Pluvinage et al. 2011], quels en sont les déterminants et selon quelles stratégies ? L’objectif de cet article est de souligner combien l’agriculture des espaces urbains et périurbains est affectée par de puissantes mutations au point d’amener de fortes différenciations dans les trajectoires au sein d’un même espace, initialement structuré en bassins de production. L’ambition n’est pas de proposer une interprétation générale des dynamiques agricoles périurbaines [Soulard & Thareau 2009] mais bien de décrypter des logiques dont la compréhension est indispensable à la mise en œuvre de projets de territoires qui aujourd’hui impliquent directement les acteurs agricoles.

  • 3 La majorité des communes étudiées relève du pôle urbain de Lille. Le mode dominant d’occupation des (...)

4Les résultats présentés se fondent sur les enquêtes réalisées dans quatorze communes contiguës, localisées au sud-est de l’agglomération lilloise3. Après avoir, dans un premier temps, caractérisé les espaces envisagés, l’article propose une typologie des trajectoires agricoles et une analyse des stratégies qui donnent sens à ces trajectoires.

1. La ville, la frontière et l’endive

1. 1. Entre ville et frontière

  • 4 Henri Parsy était agriculteur à Villeneuve d’Ascq.

5La périphérie Est et Sud‑Est de l’agglomération lilloise, cloisonnée par des réseaux routiers et autoroutiers mais aussi ferroviaires denses, offre la singularité d’être close sur ses franges Ouest par le bâti urbain (Villeneuve d’Ascq) et sur ses franges Est par la frontière franco-belge. Si Villeneuve-d’Ascq est une ville nouvelle, elle est aussi marquée par l’implantation précoce d’un campus universitaire très tôt placé en périphérie de l’agglomération si bien que les exploitants locaux se sont rapidement considérés comme des « agriculteurs en sursis » [Parsy4 1989]. Le desserrement de l’habitat vers la périphérie Sud-Est a encore été amplifié par la desserte autoroutière A.27 et renforcé les processus de périurbanisation.

Figure 1 – Entre ville et frontière

Figure 1 – Entre ville et frontière

6La frontière marque quant à elle une discontinuité spatiale clairement identifiée par le contraste des systèmes agricoles. À l’échelle des quatorze communes françaises de l’échantillon, la S.A.U. moyenne est d’une trentaine d’hectares avec un large éventail des productions et des orientations : maraîchage (plus particulièrement dans le nord de notre aire), forçage des endives, fraises, productions laitières, de viande bovine (en vallée de la Marque), horticulture… De l’autre côté de la frontière – si nous restons statistiquement et administrativement parlant (Pecq, Templeuve, Blandain, Hertain, Lamain et Espléchin / région urbaine de Tournai) dans un espace périurbain – les agriculteurs enquêtés perçoivent leur espace comme rural. Les exploitations, dont les S.A.U. peuvent dépasser les 200 ha, pratiquent le plus souvent une polyculture (avec ou sans élevage), consacrant une place considérable aux productions betteravières et de pommes de terre (enquête 2005/Direction générale Statistique et Information économique, 2005, Bruxelles). Ces exploitants belges cherchent par tous les moyens à contourner les contraintes imposées par la proximité urbaine, notamment la contrainte foncière et sont engagés dans une véritable course au sol, notamment sur le territoire français depuis le milieu des années 1990 [Rouget 2008]. Ce contexte exacerbé de concurrence d’accès à la terre participe toutefois à l’adaptabilité des exploitations françaises : la mise à disposition de parcelles (sous-locations) auprès d’exploitants wallons permet de libérer du temps et des capitaux, tout en préservant la base foncière de l’exploitation et les gains réalisés peuvent être transférés vers des ateliers considérés plus porteurs.

1. 2. Le berceau de l’endive

7Notre secteur d’étude est historiquement la première région endivière française. C’est dans les communes de Camphin-en-Pévèle et de Baisieux que l’installation, à partir de 1920, de dépôts de conditionnement procurant des avantages douaniers aux expéditeurs belges, assure le démarrage de cette production destinée au marché lillois [Vaudois 1975]. L’activité prend un nouvel essor au lendemain de la seconde guerre mondiale d’autant que l’endive autorise le maintien de structures étroites et d’un tissu dense d’exploitations. Sur la centaine d’exploitations aujourd’hui recensées, soixante-quatre forçaient déjà des racines à la fin des années 1980 : ce sont donc les deux tiers des exploitations actuelles qui ont produit à un moment de leur histoire (ou produisent – vingt-quatre d’entre elles –) des endives. La chute brutale des cours en 1985 marque cependant le début d’un renversement de tendance durable [Vaudois 1996], alimentant un processus de concentration qui conduit les exploitants soit à engager des investissements considérables dans des salles de forçage pour atteindre le seuil de rentabilité, soit à abandonner cet atelier central dans le système de production et à rechercher des solutions alternatives.

1. 3. Au cœur du Parc du Val de Marque

8Le Pévèle-Mélantois, drainé par la Marque, offre des conditions susceptibles d’accueillir un public nombreux en quête de paysages de qualité : en vallée de la Marque alternent milieux humides, peupleraies et prairies. Toutes les communes envisagées disposent également d’un patrimoine architectural agricole non négligeable (fermes rouge-barre). La Communauté Urbaine de Lille Métropole affirme, par son Schéma directeur (2002), vouloir maîtriser l’étalement de l’agglomération et faire de ses périphéries, dont le Pévèle-Mélantois, non seulement des lieux de vie et d’activités, mais aussi des espaces de détente et de loisirs. Une véritable préoccupation paysagère, de préservation et d’intégration des espaces ruraux et agricoles au sein de l’espace communautaire se manifeste dans l’expérience des Parcs de la Deûle [Lescureux & Lestniowska 2011] et du Val de Marque, avec un souci de collaboration étroite avec le monde agricole : participation des agriculteurs à l’opération « Land Art » réalisée dans le cadre de « Lille 2004, capitale européenne de la culture » ; programmes ENLM d’intégration paysagère et de promotion des activités de diversification [Rouget 2012] ; nomination d’un conseiller communautaire délégué au monde agricole et à l’espace rural ; constitution d’un comité partenarial Lille Métropole/chambre d’agriculture… Les Parcs de la Deûle et du Val de Marque sont les « campagnes » que prépare et offre la Communauté Urbaine à ses habitants.

9Ces singularités, tant agricoles que paysagères, constituent le substrat des évolutions en cours. Elles contraignent les exploitants agricoles, mais aussi les confortent dans la recherche de stratégies d’adaptation tant aux facteurs généraux d’évolution de l’agriculture (dynamiques du marché endivier, réforme de la filière sucre, mises aux normes des bâtiments d’élevage …) qu’au contexte local d’appropriation de l’espace par le fait urbain (développement du parc technologique de la Haute Borne aux confins de Villeneuve d’Ascq et de Sainghin-en-Mélantois, déploiement des Parc de la Deûle et du Val de Marque, interventions de plus en plus lisibles des pouvoirs urbains dans la « sphère » agricole).

2. Des trajectoires agricoles contrastées

2. 1. Méthodologie

10Au cours des entretiens semi-directifs des exploitants agricoles, l’attention a été portée sur les évolutions récentes des systèmes de production et de revenu, mais aussi sur les projets et perspectives d’avenir des exploitations : il s’agissait d’identifier les productions et ateliers disparus et nouvellement créés ainsi que ceux en développement ou en déclin. Il a par ailleurs été demandé aux agriculteurs de définir eux-mêmes les systèmes présentés, le sens des évolutions constatées et de formuler leur rapport à la ville. La typologie des trajectoires agricoles proposée dans cet article est ainsi fondée sur les modes de prise en compte de la proximité urbaine dans la définition des systèmes d’activité et sur le niveau d’ouverture des exploitations aux souhaits et besoins de la société urbaine. Vingt‑sept agriculteurs, ceux dont les exploitations connaissent les évolutions les plus tranchées et les plus abouties, ont été directement enquêtés. Les autres unités agricoles ont été évaluées à dire « d’expert ». La typologie porte sur un total de cent exploitations.

11À l’échelle de chaque exploitation, la trajectoire (dynamique des systèmes de production et de commercialisation) est le produit d’une série d’ajustements et/ou de ruptures qui tendent à la mise en œuvre d’un système dont la cohérence (ou le niveau d’intégration et d’articulation des ateliers) peut être préalablement conçue ou établie au gré des perspectives, circonstances et opportunités. Ainsi, la définition de stratégies peut être explicite ou implicite et parfois n’être formulée qu’a posteriori.

12Ces stratégies visent le développement ou l’adaptation de l’exploitation. L’adaptation doit s’entendre au sens large, qui combine celle des systèmes de production aux environnements généraux, régionaux et locaux mais tout autant aux données familiales et en fonction des goûts et prédispositions du chef d’exploitation et de ses collaborateurs directs. Ces échelles d’analyse sont néanmoins susceptibles d’entrer en contradiction. La meilleure adaptation, pour celui qui définit la stratégie et la trajectoire de l’entreprise, est celle qui répondra au mieux à ses aspirations dans un projet économiquement viable.

  • 5 À propos des seules trajectoires de diversification par les services, il est remarquable de constat (...)

13Les temps majeurs de bifurcation sont nombreux, depuis la crise endivière jusqu’à la mise en œuvre du Schéma directeur5, en passant par les échéances en matière de mise aux normes des ateliers d’élevage, les réformes de la filière sucre (notamment pour les producteurs de chicorée industrielle)… A ces temps se superposent les circonstances locales (emprises foncières) et familiales propres à chaque unité agricole (décès, divorces, perte d’un emploi salarié, retour d’un enfant sur l’exploitation…) : en effet la main d’œuvre disponible ou celle dont on ne peut plus disposer, les profils de compétence nouveaux ou soustraits sont déterminants dans les prises de décisions, dans la définition des trajectoires et des systèmes d’activité.

14Parmi les facteurs déclinés aux différentes échelles, il est possible de distinguer des éléments de contrainte, de crise, de remise en cause de l’équilibre préexistant. D’autres contribuent à ouvrir des pistes, offrent des perspectives (redéploiement des bassins de collecte des entreprises agro-alimentaires, disponibilités foncières, mesures de soutien à l’activité, main d’œuvre disponible, patrimoine architectural…). De fait, beaucoup de ces facteurs sont ambivalents. De la même manière, les politiques de développement ou d’aménagement contraignent (emprises), mais aussi proposent (programmes Enlm) ; à titre d’exemple, la pression foncière exercée par les exploitants belges est tantôt subie par les uns, tantôt une opportunité pour d’autres.

2. 2. Une typologie en quatre groupes de trajectoires

15La typologie distingue en premier lieu les exploitations selon deux grandes logiques :

  • Celles dont l’orientation reste celle de la polyculture (simplifiée ou offrant encore une diversité des productions) avec un engagement dans des stratégies de spécialisation,

  • Celles qui se sont engagées dans une activité de diversification par les services jusqu’à investir les créneaux de la multifonctionnalité (hébergement / vente au détail, transformation, restauration).

16Le croisement des différentes stratégies permet toutefois d’affiner la typologie selon quatre groupes.

Tableau 1 – Typologie. Grille de classification des exploitations

 

Pas de diversification par les services ou vente directe en déclin.

Hébergement…, pensions équestres, chenils…

Vente au détail, activités de transformation
/ Restauration

Polyculture, polyculture-élevage

Groupe I
a : fin de carrière et double-activité
b : « fuite en avant »

Groupe III a

Groupe III c / III d

Agriculture spécialisée

Groupe II

Groupe III b

Groupe III d

Activité agricole secondaire

X

Groupe IV

X

17Le groupe I a été intitulé « Déterritorialisation » : il rassemble les exploitations dont les systèmes de production (polyculture-élevage) simplifiés n’investissent pas particulièrement les créneaux urbains, que ce soit par le développement de productions agricoles définies en fonction du potentiel de consommation local, par le déploiement d’activités de service, ou par la valorisation de structures de commercialisation spécifiques. Les dynamiques en matière de marché sont exogènes ; les réseaux investis restent étrangers aux spécificités urbaines de mise sur le marché et la logique foncière ne répond pas à un objectif de plus haute valeur ajoutée à l’hectare.

18Le groupe II correspond aux unités agricoles dont la seule logique est l’engagement dans un processus de spécialisation par les productions (endives, fraises, horticulture…) ou par les procédés de production (agriculture biologique), et ce dans un objectif d’adéquation au contexte foncier et de valorisation des réseaux locaux de mise sur le marché. Il peut se résumer sous l’appellation « Spécialisation ».

19Le groupe III, « Engagement dans une logique d’ouverture à la ville », inclut l’ensemble des exploitations qui offrent un service marchand mais pour lesquelles la production de denrées alimentaires ou de matières premières reste première ou centrale (en chiffre d’affaires et/ou au fonctionnement du système de revenu mis en œuvre). Ce groupe est cependant subdivisé, tant en fonction du système de production qu’en fonction de la nature des activités de service (simples activités d’hébergement /ateliers impliquant un alignement des productions agricoles sur des marchés locaux), en quatre catégories. Il est en effet possible de différencier les exploitations dont le processus d’inscription dans l’espace urbain est :

  • simple (inscription par la seule offre de service) : groupe IIIa.

  • dédoublé (inscription par la valorisation des structures locales de mise sur le marché et par une offre de service, sans lien de dépendance cependant entre les deux ensembles d’ateliers) : groupe IIIb.

  • double (maintien d’un éventail de productions large en raison de l’attention portée à un atelier de vente au détail et/ou au développement des circuits courts) : groupe IIIc.

  • double et intégré (définition du système de production en fonction de l’offre de service) : groupe IIId.

20Le groupe IV, « Conversion dans l’activité de service », regroupe les exploitations ou anciennes exploitations dont le poste principal dans le système de revenu n’est plus, ou n’est plus rattaché à, une production agricole au sens strict, mais dépend d’une activité tertiaire (centres équestres, chenils, logements…).

21Le classement de la très grande majorité des cent exploitations se fait sans ambiguïté. Seuls deux G.A.E.C. peuvent présenter un double profil juxtaposant des postes très spécialisés (pépinières, endives…) à un élevage bovin (et une polyculture) permettant la valorisation des superficies conservées et parfois des sous-produits (racines d’endives). Mais les fonctions assignées à chaque actif au sein de ces G.A.E.C. sont très clairement identifiées si bien que ces exploitations ont été classées dans le groupe II. De surcroît, six exploitations classées en III c ou III d se sont également investies dans des activités d’accueil et deux autres l’envisagent à court terme. Enfin deux exploitations encore classées en groupe IIIa tendent vers le groupe IV.

Tableau 2 – Répartition des exploitations des communes de la périphérie Est lilloise au sein des groupes de trajectoires.

 

G. I
« Déterritorialisation
»

G.II
« Spécialisation »

G.III
« Engagement dans une logique d’ouverture à la ville »

G. IV
« Conversion dans l’activité de service »

Total

Effectifs
/ %

34

16

44

6

100

 

Repli (a)

Fuite (b)

 

A et b

c

d

 

Total

Effectifs
/ %

15

19

16

10

19

#

6

100

3. Une diversité des stratégies

3.1. Groupe I : « Déterritorialisation »

22Les trajectoires de déterritorialisation correspondent avant tout à une stratégie d’évitement du fait urbain par une course à l’agrandissement (être en capacité de composer avec la ville). Cette stratégie est, contrairement à ce qui a pu être observé ailleurs en France [Fleury & Serrano 2002, Rouget 2003, Soulard & Thareau 2009] ou juste de l’autre côté de la frontière [Rouget 2008], très minoritaire avec seulement 19 exploitations. Elle se heurte ici, dans une situation de fermage dominant et de structures foncières étroites maintenues grâce à l’endive, à des opportunités d’agrandissement trop peu nombreuses et à une concurrence forte d’accès au foncier, accentuée encore par les sous-locations à l’année réalisées par des agriculteurs wallons. Les coûts d’accès à la terre, accrus par la pratique du « chapeau » (ou « reprise ») versé à l’agriculteur cédant, sont particulièrement élevés.

23Dix autres exploitations de ce groupe I sont d’ailleurs le fait d’agriculteurs bien avancés dans leur carrière qui, suite à l’abandon d’un atelier traditionnel de production endivière ou de cultures légumières ou industrielles sous contrat, ont pu renoncer à un atelier de vente directe traditionnel et confier la réalisation de leurs têtes d’assolement à des producteurs belges, plutôt que de s’investir dans une réorientation de l’exploitation (stratégie de repli). On y trouve cinq double-actifs (parfois d’anciens endiviers) qui, par une polyculture simplifiée, parviennent à rendre compatible l’exercice d’un métier extérieur avec le maintien d’une unité agricole à valeur patrimoniale.

24Les trajectoires des exploitations rassemblées dans les groupes II, III et IV répondent beaucoup plus spécifiquement à des stratégies de valorisation du fait urbain et/ou d’intégration de l’agriculture à l’espace de la ville. La prise en compte du fait urbain passe par un large éventail de solutions, elles-mêmes conduites plus ou moins loin dans leur réalisation et ceci en fonction de la situation personnelle et familiale de l’exploitant.

3.2. Groupe II : « Spécialisation »

25Les trajectoires de spécialisation des exploitations agricoles sont des formes d’adaptation au contexte local plus abouties que précédemment. Néanmoins, les systèmes mis en œuvre restent étrangers à la satisfaction directe des demandes citadines.

26La stratégie la plus commune aux trajectoires de spécialisation est celle de l’investissement total des exploitations sur des créneaux agricoles spécifiques bénéficiant des structures et réseaux de commercialisation offerts par la ville (« marché de Phalempin », M.I.N., Grandes surfaces, restaurateurs…). Elle est valorisation des structures de commercialisation en place. C’est notamment le cas des agriculteurs qui ont fait le choix de poursuivre la production d’endives, le plus souvent en salles de forçage et livrées auprès de la coopérative agricole de Phalempin. Cette spécialisation ne peut toutefois être exclusive en raison des nécessités de l’assolement (échanges, sous-locations ou délocalisation de la culture des racines sont des solutions éventuelles).

27La production de fraises hors-sol (présentée par les instances professionnelles comme une possible alternative à la production endivière), l’horticulture et la production de légumes relèvent d’une même stratégie de valorisation des structures locales de mise sur le marché, tout en visant aussi un accroissement de la valeur ajoutée à l’hectare. Si l’horticulture reste un métier peu exploré par d’anciens polyculteurs, il en va différemment de la spécialisation légumière qui peut trouver ses origines dans une expropriation ou encore dans un abandon de la production endivière.

28L’orientation vers l’agriculture biologique peut correspondre à une simple stratégie d’orientation vers des productions à plus haute valeur ajoutée. Ainsi, un jeune exploitant développe des productions biologiques de betteraves potagères et de pommes de terre, commercialisées en dehors de toute structure locale et destinées à des marchés extra-régionaux. Loin d’une logique de valorisation des opportunités urbaines, il s’agit là d’une logique d’adaptation/résistance par simple élévation de la valeur ajoutée par hectare.

29Ces dernières orientations endivières, horticoles, légumières ou biologiques peuvent parfois s’inscrire dans une double stratégie, d’une part de valorisation des structures de commercialisation et/ou de développement de la valeur ajoutée à l’hectare, d’autre part d’ouverture aux souhaits et besoins de la société urbaine. Elles caractérisent un peu moins d’un tiers des exploitations du groupe III.

3.3. Groupe III : « Engagement dans une logique d’ouverture à la ville »

  • 6 Les seules activités d’hébergement (gîtes, logements, pensions équestres…) confortent le système de (...)
  • 7 Le choix entre le développement d’une activité de vente directe ou d’accueil s’effectue alors en fo (...)

30Le groupe III représente 44 % des unités agricoles de notre échantillon. Dans le cadre des groupes III a et b et III c, l’agriculteur juxtapose aux activités de production alimentaire, un gîte, un logement étudiant ou une pension équestre (GIII a et b6) ou vend ce qu’il produit (GIII c). La logique présidant à de telles stratégies tient d’une logique sécuritaire, de confortement des systèmes en place. Elle est commune à tous les systèmes de production7. Elle peut être également interprétée comme le fruit de l’histoire agricole régionale : confrontée à une puissante dynamique d’expansion urbaine, l’agriculture s’est orientée toute entière, et ce jusqu’aux années 1950-1960, vers la satisfaction des besoins régionaux [Vaudois 1986], tendance qui ne se dément pas totalement malgré l’ouverture sur les marchés extra-régionaux. Dans l’actuel contexte d’assignation de fonctions nouvelles à l’agriculture, les activités ainsi créées ou maintenues peuvent prendre une importance considérable, amenant les exploitants à reconsidérer leur positionnement au sein du système de revenu et leur articulation avec le système de production.

31Subséquemment peut s’opérer un glissement, parfois graduel, vers des stratégies d’intégration des ateliers (GIII d). L’exploitant redéfinit alors son système de production en fonction de ce qu’il pense pouvoir vendre. Le glissement peut s’opérer au sein d’un même système de production ou par modification du procédé de production. Ainsi un producteur laitier, déjà relativement éloigné des espaces les plus densément peuplés et à l’écart des axes principaux de communication, va-t-il engager une mutation vers des productions biologiques, espérant ainsi attirer à lui une clientèle plus spécifique. Ce même glissement peut être réalisé à partir d’une activité d’accueil. Telle exploitation pratiquant une polyculture-élevage, et disposant d’un patrimoine architectural remarquable, ouvre en 1996 des chambres d’hôtes ; en 2002, dans un esprit de prolongement de l’activité de restauration jusqu’alors réservée aux chambres, les exploitants créent une ferme-auberge qui va déterminer les productions avicoles, légumières et de viande bovine ; et pour finir, les têtes d’assolement sont abandonnées à des agriculteurs wallons (mise à disposition d’1/6ème de la S.A.U.).

32Le détachement du système antérieur peut être plus franc encore dans le cadre de véritables réorientations. Il en est ainsi de trois frères (G.A.E.C.), initialement producteurs d’endives (20 ha de racines, forçage hydroponique), éleveurs (vaches allaitantes) et céréaliers. L’abandon de l’activité par l’un des frères, le départ à la retraite du père … conduit les deux exploitants restants (35-40 ans) à établir deux tunnels, puis un autre, puis un troisième… L’exploitation aujourd’hui compte 1 ha de serres et 3 ha de légumes de plein champs : poireaux, navets, céleris, choux de Bruxelles, tomates, carottes, fraises de terre… Les endives ne sont plus produites en salle, mais dans de la tourbe sous hangar ; quatre hectares sont consacrés aux pommes de terre. Ces productions sont entièrement destinées à la vente directe aux consommateurs sur plusieurs marchés de l’agglomération lilloise. Le reste des 70 ha de S.A.U. est consacré à hauteur de 4 ha aux betteraves sucrières et de 18 ha au maïs grain et quelque trente hectares sont « mis à disposition ».

33L’intégration des activités de service au système de production agricole peut enfin se concevoir d’emblée comme fondement de l’exploitation. Tel jeune agriculteur dont l’exploitation familiale a été expropriée développe des activités maraîchère, avicole et une cueillette autour d’un local de vente directe construit en association avec un producteur de lapins labellisés. La diversification est extrême avec quarante cultures ; le maillon transformation est investi avec l’aménagement d’une tuerie ; soupes, pâtés, saucisses, confitures sont proposés à une clientèle dont on sonde les désirs et aspirations. L’exploitation s’engage au final, dans les programmes « Circuit de fermes du Val de Marque » et « Intégration paysagère » proposés par l’ENLM [Rouget 2012], à la condition d’une labellisation des productions légumières Tel autre crée de toute pièce à partir des 8000 m2 disposés autour d’une petite maison aux couleurs vives, une exploitation horticole et maraîchère dont les productions sont à 95 % écoulées sur place (les cinq autres pourcents étant vendus à des collègues pour revente). Retenons enfin cet ancien expert-comptable, aujourd’hui producteur de foie gras qui, découvrant le métier en faisant la comptabilité des agriculteurs de Périgueux, a suivi une formation à l’école d’aviculture de Rambouillet avant de développer une première exploitation en périphérie de St Amand‑les‑Eaux. Il se positionne sur le créneau « production traditionnelle de qualité », fonde la réussite de son entreprise sur la transformation sur place des produits et sur leur commercialisation directe. Sa clientèle provient pour moitié de Lille si bien qu’il rachète une ancienne pépinière à proximité de Hem pour s’en rapprocher.

34Nous entrons là dans le cadre de logiques entrepreneuriales par lesquelles les unités agricoles s’extraient d’une géographie en bassins de production (développement du maraîchage, foie gras… au sein de bassins laitiers ou endiviers) pour y substituer des stratégies de pleine orientation pour la satisfaction de demandes citadines. De nouveaux rapports de concurrence (entre points de vente) apparaissent au point d’aboutir à des réseaux nouveaux et locaux nés des nécessités et/ou affinités économiques d’élargissement de l’offre autour de systèmes d’achats-reventes, dépôts-ventes... Les exploitations intègrent pleinement le champ de cette agriculture de proximité [Chometon 2011] désirée par les instances urbaines, tant par la définition des productions agricoles en fonction des demandes locales, que par leur capacité d’animation des territoires. Les agriculteurs ce faisant deviennent des acteurs économiques et sociaux à part entière de l’espace urbain, identifiés comme tels par les citadins et par les aménageurs.

3.4. Groupe IV : « Conversion dans l’activité de service »

35Par l’usage intensif de stratégies de substitution, certains agriculteurs en viennent à dépasser l’objectif de diversification. Certains abandonnent très largement ou totalement les ateliers de production agricole pour se consacrer uniquement aux activités de service (pensions ou centres équestres, chenils, logements) avec cession des terres (dans les limites imposées par le statut d’agriculteur) ou mises à disposition (notamment auprès des agriculteurs wallons). Seules six exploitations ont, à l’heure actuelle, franchi le cap. Deux sont des pensions pour animaux de compagnie (une pratique parallèlement un petit élevage canin). Deux autres se sont investies dans les activités équestres (pensions). Une autre a transformé les bâtiments de l’exploitation en logements locatifs et envisage une activité de restauration « classique ».

36Le processus est le plus souvent graduel. Ainsi, un polyculteur ayant par ailleurs ouvert un petit atelier de pensions pour chiens est amené, dans les années 1980, à abandonner l’élevage laitier. Il étend la S.A.U. de son exploitation et développe parallèlement l’activité de diversification. Cependant, celle-ci prend une ampleur considérable (10, 50, puis 120 chiens) pour rapidement représenter plus de la moitié de ses revenus. Comme il n’est plus possible de mener de front les deux activités, l’agriculteur doit opérer un choix : soit confier l’essentiel des travaux agricoles à une entreprise, soit renoncer à l’activité la moins rémunératrice. Il opte en 1994 pour cette seconde option, revend son matériel agricole et cède à un producteur wallon les deux tiers de sa SAU.

37Un autre agriculteur, qui avait placé au cœur du fonctionnement de son exploitation laitière un atelier de transformation et de vente directe, crée en 1993 les premiers box destinés à accueillir des chevaux en pension. En 2000, le cheptel laitier, dans le cadre d’un regroupement, est déplacé chez un collègue et le « détail » est arrêté ; puis en 2003, l’activité laitière est supprimée. L’exploitant cède l’essentiel de ses terres, mais conserve les prairies attenantes au siège d’exploitation. Il héberge aujourd’hui soixante chevaux. Enfin, citons cet exploitant dont le point de vente connaît un succès certain. Il s’interroge sur ses priorités. Le processus de désengagement est celui d’un approvisionnement extérieur croissant, y compris auprès du M.I.N.

38Il y a, dans ce contexte de désengagement de la production agricole au sens strict, une forme de banalisation des services proposés. Les terres cédées ou mises à disposition, auprès le plus souvent d’agriculteurs belges engagés dans des stratégies spéculatives (pommes de terre) [Rouget 2008], ne satisfont plus qu’à des objectifs marchands exogènes, très éloignés des préoccupations paysagères ou d’animation de la communauté urbaine.

Conclusion

39Au sein des quatorze communes enquêtées en périphérie Est de l’agglomération lilloise, les deux tiers des agriculteurs tirent profit de la proximité urbaine : 16 % par la seule mise en œuvre de systèmes de production spécialisés (G II), 50 % par l’offre de service aux particuliers (GIII et GIV). Le déploiement de systèmes de production différenciés, mais également le chevauchement des espaces agricoles (superposition de l’espace « rural » des exploitants wallons à l’espace « tertiarisé » des agriculteurs des quatorze communes) conduisent à extraire l’espace étudié d’une géographie en bassins de production pour y substituer une cohérence fonctionnelle d’inscription au sein de l’espace urbain. Cette dynamique de renouvellement des liens à la ville a très directement participé à la reconnaissance urbaine de l’agriculture. L’agriculture est re‑devenue utile à la ville non seulement en tant que producteur de « biens publics » (structuration et publicisation de l’espace [Le Caro & Kergreis 2007], paysages…), mais aussi en tant qu’« opérateur privé » capable de répondre aux attentes des citadins, apte à produire une offre spécifique, et donc une valeur ajoutée au territoire d’autant que les produits, cueillette ou achat à la ferme, ne peuvent être le fait d’aucune entreprise et d’aucun espace autres qu’agricoles. Selon une perspective inversée, celle des chefs d’exploitation engagés dans des stratégies de territorialisation, l’agriculture se nourrit bel et bien de la ville et ne peut donc qu’accepter les contraintes inhérentes à la satisfaction des demandes urbaines (tant en termes d’ouverture des espaces, que de qualité paysagère). La communauté urbaine est dès lors un interlocuteur légitime (processus de mise en convergence des intérêts par une évolution concomitante des représentations de l’espace).

40Il convient de souligner que ces trajectoires de territorialisation ont été initiées avant tout en raison de structures foncières étroites, d’opportunités d’agrandissement peu nombreuses et indépendamment de toute demande urbaine explicite (c’est-à-dire en amont de l’offre partenariale émise par les élus communautaires). Elles affirment ainsi leur « autonomie » par rapport à la ville, « autonomie » que les exploitants, malgré l’affinité des systèmes de production avec la ville, désirent maintenir. En effet, les stratégies de conversion vers les activités de service (centres équestres notamment, logements, chenils) posent la question de la pérennité des partenariats susceptibles d’être tissés avec la ville. Surtout, les réticences à l’égard de la contractualisation restent importantes : l’engagement dans les programmes de soutien proposés par l’ENLM (insertion paysagère, promotion des activités d’accueil et de vente directe via la mise en œuvre d’un réseau de fermes) est modeste. Les Circuits de fermes n’ont mobilisé que quatre exploitations du Val de Marque : les agriculteurs de ce dernier espace considèrent très largement qu’il ne leur est pas nécessaire de s’insérer dans un réseau supplémentaire puisque leurs clientèles sont établies. En outre, les stages, réunions ou conditions d’agrément représentent des contraintes pour des exploitants dont les systèmes s’insèrent déjà pleinement dans le territoire urbain, mais qui restent peu désireux de « rendre des comptes ».

41Il importe ainsi pour les aménageurs et décideurs, si l’objectif est effectivement de dépasser le stade de l’expérimentation, de relancer, accompagner et organiser la lisibilité des partenariats ville–agriculture (développement de la signalétique par exemple). Il importe en parallèle pour les agriculteurs, s’ils veulent conserver auprès des instances politiques toute la légitimité qui est la leur, d’honorer plus largement les propositions qui leurs sont faites.

Haut de page

Bibliographie

Aubry, C. & Chiffoleau, Y. (2009) – « Le développement des circuits courts et l’agriculture périurbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles », Innovations Agronomiques, n° 5, pp. 53-67.

Ba, A. & Aubry, C. (2011) – « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? », Norois, n° 221, pp. 11-24.

Banzo, M. (2011) – L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, CNRS ADES, 204 p.

Bernard, C., Duvernoy, I., Dufour, A. & Albaladejo, C. (2006) – « Les relations sociales des agriculteurs périurbains : quelles articulations aux territoires ? », Cahiers Agricultures, vol. 15, n° 6, pp. 529-541.

Bonduelle, B. (1992) – Lettre aux 86 maires de Lille, Lille, Éditons La Voix du Nord, 245 p.

Bourdeau-Lepage, L. & Vidal, R. (2012) – « Nature urbaine en débat : à quelle demande sociale répond la nature en ville ? », Nature et agriculture pour la ville. Les nouveaux désirs des citadins s’imposent, Déméter 2013, éditions du Club Déméter, http://s360241366.onlinehome.fr/agriurbanisme/Bourdeau-Lepage_Vidal.pdf.

Chometon, M. (2011) – « Émergence et registre d’action des associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) en périurbain : quel lien au territoire ? », VertigO [En ligne], vol. 11, n° 2, septembre 2011, http://journals.openedition.org/vertigo/11085.

Fleury, A. (2001) – « Nouveaux habitants, nouvelle ruralité périurbaine ? », La ville aux champs, colloque du 7 mars 2000, Paris, Adef, pp. 49-62.

Fleury, A. & Serrano, J. (2002) – « L’agriculture banale a-t-elle une place dans le projet agriurbain ? », Agronomes et territoires. Seconde édition des entretiens du Pradel, 12 et 13 septembre 2002, L’Harmattan, Le Pradel, 243-254 p.

Le Caro, Y. & Kergreis, S. (2007) – « L’espace agricole comme espace public », in Y. Le Caro, P. Madeline & G. Pierre (dir.), Agriculteurs et Territoires. Entre productivisme et exigences territoriales, Rennes, PUR, pp. 231-250.

Lescureux, F. & Letniowska-Swiat, S. (2011) – « Circuits-courts alimentaires et initiatives agri-environnementales ou articulturelles sont-ils sources de nouvelles formes de productions paysagères périurbaines ? L’exemple de la métropole lilloise », Les paysages périurbains, des héritages à une gestion différenciée des territoires, Colloque international organisé par l’Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage et l’équipe IPA-PE de l’UMR CITERES (CNRS, Université de Tours), 14 & 15 septembre 2011, Blois.

Muller, P., Faure, A. & Gerbaux, F. (1989) – Les entrepreneurs ruraux, Paris/Grenoble, Ed. L’Harmattan/Université des sciences sociales de Grenoble, 189 p.

Parsy, H. (1989) – Agriculteurs en sursis. L’expropriation de la plaine des Quatre Cantons. 1857 –1987, doc. non paginé.

Pluvinage, J., Le Clanche, J.F. & Ayats, J.F. (2011) – Dossier « Innovations et alternatives en agriculture », POUR, n° 212.

Poulot, M. & Rouyres, T. (2007) – « Refaire campagne en Île-de-France », Norois, n° 202, pp. 61-71.

Rouget, N. (2003) – « Les dynamiques agricoles dans les espaces périurbains : le cas de la périphérie nord de l’agglomération de Lens », Revue canadienne des sciences régionales, vol. XXVI, n° 2 et 3, pp. 373-388.

Rouget, N. (2008) – « Des agriculteurs belges dans les "campagnes" de la périphérie lilloise : entre prédation et complémentarité », Les étrangers dans les campagnes, actes du colloque franco-britannique de géographie rurale (Vichy, mai 2006), Collection CERAMAC - vol. 25, pp. 349-360.

Rouget, N. (2012) – « La gestion des espaces ouverts de Lille Métropole. Produire un "paysage vivant", mettre à contribution l’agriculture », Projets de paysage [en ligne], http://www.projetsdepaysage.fr/fr/la_gestion_des_espaces_ouverts_de_lille_metropole

Soulard, C., Margetic, C. & Valette, E. (2011) – « Introduction : Innovations et agricultures urbaines durables », Norois, n° 221, pp. 7-10.

Soulard, C. & Thareau, B. (2009) – « Les exploitations agricoles périurbaines : diversité et logiques de développement », Innovations agronomiques, n° 5, pp. 27-40.

Vaudois, J. (1975) – « Production légumière, progrès technique et organisation économique des producteurs : l’Endive dans la région du Nord », Hommes et Terres du Nord, n° 1, pp. 29-69.

Vaudois, J. (1986) – « L’évolution récente de l’agriculture du Nord-Pas-de-Calais. Le poids des facteurs géographiques », B.A.G.F. , 1986-2, pp. 87-95.

Vaudois, J. (1996) – « Économie de filière et dynamique des territoires : les bassins endiviers de la France du Nord, dans Recherches de géographie humaine, Société Géographique de Liège, n° hors-série, pp. 237-243.

Vidal, R. & Fleury, A. (2009) – « La place de l’agriculture dans la métropole verte », Projets de paysage [En ligne], http://www.projetsdepaysage.fr/fr/la_place_de_l_agriculture_dans_la_metropole_verte.

Haut de page

Notes

1 Le syndicat ENLM (Espace Naturel Lille Métropole), en charge des missions de protection ou de requalification des espaces ou patrimoines naturels, implique la Communauté urbaine, les Conseils général et régional et quarante communes de l’arrondissement.

2 La protection des ressources en eau passe notamment par la signature en 2009 d’une convention entre Lille Métropole Communauté Urbaine et le Groupement des Agriculteurs Biologiques du Nord Pas-de- Calais. L’objectif est d’accompagner le développement de l’agriculture biologique, en particulier dans le secteur des champs captants du Sud de Lille. L'un des leviers est le développement des filières de commercialisation sur le territoire de la Métropole, processus lui-même soutenu par la volonté de LMCU de proposer des produits bio dans les cantines et la restauration collectives (objectif de 50 %).

3 La majorité des communes étudiées relève du pôle urbain de Lille. Le mode dominant d’occupation des sols est cependant agricole

4 Henri Parsy était agriculteur à Villeneuve d’Ascq.

5 À propos des seules trajectoires de diversification par les services, il est remarquable de constater que celles-ci ont été très majoritairement engagées en amont et indépendamment des programmes ENLM.

6 Les seules activités d’hébergement (gîtes, logements, pensions équestres…) confortent le système de revenu, mais nous restons dans le cadre d’une agriculture « de contact », apte à valoriser le gradient introduit par la discontinuité ville-campagne, mais pas à transgresser cette discontinuité. Les logiques déployées maintiennent l’activité agricole au sens strict en dehors du champ des activités urbaines.

7 Le choix entre le développement d’une activité de vente directe ou d’accueil s’effectue alors en fonction du système de production, de la main d’œuvre à employer et de l’éventuelle vacuité d’un bâtiment de valeur patrimoniale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Entre ville et frontière
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Rouget, « Trajectoires et stratégies agricoles dans les espaces urbains et périurbains. Entre spécialisation et conversion », Bulletin de l’association de géographes français, 90-3 | 2013, 286-302.

Référence électronique

Nicolas Rouget, « Trajectoires et stratégies agricoles dans les espaces urbains et périurbains. Entre spécialisation et conversion », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-3 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2177 ; DOI : 10.4000/bagf.2177

Haut de page

Auteur

Nicolas Rouget

Géographe, Maître de Conférences en géographie, PRES Lille Nord de France - CALHISTE (EA 4343), Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, Le Mont Houy, 59313 VALENCIENNES Cedex 9 – Courriel : Nicolas.Rouget[at]univ-valenciennes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals