Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94-3La construction discursive des ma...

La construction discursive des marges. Une étude de cas à partir du mouvement des « bonnets rouges » bretons de 2013

The discursive construction of margins. A case study of Brittany’s « red beanies » in 2013
Jean Gardin
p. 560-574

Notes de la rédaction

Ce texte reprend et complète les éléments d’un article publié en 2014 sur le site d’Antipodefoundation : « Brittany topsy-turvy : The Bonnets Rouges movement » (https://antipodefoundation.org/2014/01/02/intervention-brittany-topsy-turvy-the-bonnets-rouges-movement/)

Texte intégral

1Pour reprendre les termes de la présentation de la journée de l’AGF consacrée à la France des marges, « la fabrique territoriale française » a connu avec le mouvement des bonnets rouges de l’automne 2013, une sortie de route assez surprenante, dans un espace « excentré » qui s’est montré alors quelque peu « excentrique » dans son comportement politique, ceci alors même que les terres bretonnes où il s’est manifesté sont difficilement qualifiables de marginales : on y travaille, on s’y forme, on s’y déplace et on y vit selon des standards statistiques qui ne s’éloignent pas les moyennes nationales.

2L’ambition de cet article est donc d’analyser la marginalité non pas comme une situation ou un processus objectivable, mais au contraire comme une construction politique née dans les discours et y demeurant. Je chercherai à montrer que, pour être purement discursive, cette construction de la marginalité régionale n’en est pas moins efficace : elle a entraîné un brouillage interprétatif de la part du personnel politique qui a peiné à l’interpréter dans les termes de la structuration gauche-droite, classiques au plan national et dont le discours ni-gauche – ni droite d’un candidat à la dernière élection présidentielle marque toujours la prégnance, fût-ce en négatif. Au travers du discours sur la marge des bonnets rouges bretons, c’est la question du régionalisme qui s’est trouvée réactivée. Par là même c’est une nouvelle forme de centralité inversée qui a été valorisée, située au coeur des monts d’Arrée, dans l’Argoat, cette Bretagne intérieure qui pourtant, en reprenant l’argument statistique, peut le mieux prétendre au qualificatif de « marginale » (en termes de peuplement, d’accessibilité, d’économie).

3Cette analyse de la marge comme construction discursive propose un contre-point à d’autres analyses de géographie politique : celles qui sous-entendent que ce seraient bien des processus de marginalisation sociale et spatiale objectifs et objectivables qui expliqueraient certains comportements électoraux.

4Pour illustrer cette tendance à l’objectivation de la marginalité et son utilisation comme facteur explicatif des comportements politiques, nous pouvons prendre l’exemple d’un certain nombre d’analyses portant sur le vote Front National, en commençant par citer un auteur particulièrement clivant : Christophe Guilluy qui explique le vote Front National par « l’insécurité culturelle » des populations fragilisées, loin des aires métropolitaines [Guilluy 2014]. Dans des termes moins polémiques, Jacques Lévy affirme de son côté l’existence d’un « faible degré d’urbanité » qui caractériserait les espaces périurbains [Lévy 2013] et qui expliquerait leurs votes. Enfin, Hervé Lebras et Emmanuel Todd travaillent la sociologie et la géographie du vote à partir d’une analyse des structures familiales profondes, presque invariantes [Lebras & Todd 2013]. Ces analyses ont été critiquées pour leur caractère fixiste sur le plan historique (renvoyant sur des temporalités longues des dynamiques qui relèvent en fait de temporalités courtes) et spatialistes sur le plan géographique (faisant des positions dans l’espace géographique un déterminant des comportements humains). De nombreuses réponses ont déjà été apportées à ces auteurs, notamment par Fabrice Ripoll et Jean Rivière, Cécile Gintrac et Sarah Mekjdian ou encore Éric Charmes, Lydie Launay et Stéphanie Vermeersch [Ripoll & Rivière 2007, Gintrac & Mekdjian 2014, Charmes & al. 2013].

5Ces controverses semblent un peu au point mort, chaque protagoniste campant sur ses positions et scrutant les résultats du Front national aux divers scrutins. Résultats qui semblent montrer que le vote FN répond effectivement à « un gradient de distance au centre des principales agglomérations », pour reprendre les termes de Michel Bussi [Bussi & al. 2012].

6Pour tous ces auteurs, bien que frontalement opposés, il s’agit toujours d’argumenter à propos du comportement électoral de groupes sociaux dits « populaires », en plein marasme économique, insérés à des espaces de socialisation profondément dégradés et ayant en conséquence, tendance à voter pour le Front National C’est ce qu’on peut sentir par exemple dans cet extrait d’une étude consacrée aux villages picards où ce parti politique a pris, depuis une quinzaine d’année déjà, une importance considérable : « Tout se passe comme si l’éthique du travail et, surtout, l’exigence d’égalité de traitement très valorisée au sein des classes populaires se percevait comme insultée et menacée par la déstabilisation de l’ ancien « entre soi » local et la dégradation des conditions d’existence individuelle et collective » [Pierru & Vignon 2007].

7Nous sommes donc toujours dans une tentative d’objectivation d’un phénomène : le vote FN est construit comme objet d’étude et les auteurs conviennent de l’expliquer, par les structures sociales, par l’espace ou par l’histoire. Ce serait donc bien, pour toutes ces analyses, un processus objectif de marginalisation qui expliquerait le vote. Marginalisation spatiale selon certains, sociale pour leurs contradicteurs, mais qui dans les deux cas aurait pour conséquence un vote « contre », « défensif », « extrémiste ». Nous pourrions à les suivre, arriver ainsi à comprendre pour qui votent les marges et pourquoi.

8De mon côté, pour suivre et respecter la proposition de ces mêmes auteurs, de « penser ensemble les usages populaires du politique et les usages sociaux et politiques du populaire », je suggère par l’étude du mouvement des bonnets rouges bretons un certain décentrement.

9Au lieu d’expliquer les comportements politiques par la marginalisation objective des sujets, je propose de partir des discours politiques qui nomment et construisent la marge comme objet politique. En effet, une expression politique comme celle des bonnets rouges mobilise la question de la marge dans ses discours alors même que l’on ne peut pas trouver d’éléments objectifs pour l’étayer.

  • 1 Gaël Brustier, « La droite dans la rue : et demain, l’insurrection ? », Le Nouvel Observateur, 3 av (...)

10Il s’agit ici de quitter la scène déjà saturée de la géographie du vote FN et de son explication, tout en demeurant avec l’étude de cas des bonnets rouges dans une analyse relevant sur le plan scientifique, de la géographie politique régionale. Sur le plan du corpus documentaire utilisé, la montée du vote FN et les bonnets rouges partagent d’ailleurs un point commun qui rend leur comparaison possible. Ils partagent (avec la « Manif pour tous » des opposants au mariage homosexuel) d’avoir été présentés comme des manifestations du « passage à droite de la contestation sociale1 » au cours du quinquennat de François Hollande.

11Le corpus à la base de ce travail est composé d’articles de la presse nationale, régionale et locale consacrés aux bonnets rouges au cours de l’année 2013, avec quelques incursions sur les années 2010 à 2015. Au moment où l’auteur a amassé cette documentation il ne pensait pas en faire un article et n’a pas cherché à constituer un corpus exhaustif selon telle ou telle source. Il n’y a donc pas ici de corpus méthodiquement constitué, ce qui pourrait pousser le lecteur à remettre en cause ma neutralité axiologique. Je revendique de mon côté le caractère artisanal de la démarche.

12L’artisanat scientifique n’a rien à voir avec la démarche artistique ou avec le travail taylorisé de quantification. Il ne revendique pas la subjectivité de la première et se refuse à la dépense disproportionnée de temps et de moyens du second. L’artisanat scientifique procède par intuition, essai, confrontation, identification des erreurs et corrections et je dois remercier ici les collègues et amis géographes qui m’ont apporté la contradiction nécessaire : Claire Benit-Gbaffou, Sophie Didier, Annaig Oiry, Pierre Sintès, sans compter un certain nombre d’amis bretons, fascinés ou révoltés par les ambiguïtés du mouvement des bonnets rouges, et qui se sont retrouvés – comme moi – incapables de leur plaquer une analyse préconstruite ou un jugement définitif. Mis en position d’inconfort, il nous a alors bien fallu réfléchir. Le présent article est le fruit de cette réflexion toujours en mouvement et donc toujours ouverte aux apports de nouvelles sources.

13Après un bref rappel des principaux événements de l’année 2013 que nous présenterons sous l’angle de l’irruption d’un régionalisme dénonçant la marginalisation de la Bretagne, nous nous risquerons à quelques pistes interprétatives sur les stratégies à l’origine de ce discours axés sur la marginalité régionale ainsi que sur ses développements logiques : notamment la valorisation d’une centralité inversée, assimilé à un berceau identitaire et située dans les basses densités de la Bretagne intérieure.

1. Un mouvement national … qui s’avère ne pas l’être

1.1 Chronologie : d’un mouvement national contre « l’écotaxe »…

14Le mouvement des bonnets rouges et d’abord et avant tout un mouvement de contestation de l’ « écotaxe », qui prend ses racines en 2009, avec un millier de manifestants protestant contre le vote à l’Assemblée Nationale (dans la foulée du « Grenelle de l’environnement ») de la loi relative à l’éco-redevance pour les poids lourds. Il s’agit là d’une « écotaxe » prélevée sur les transports routiers de marchandises, et ce à l’échelle nationale.

15Il est donc important de rappeler que si ces événements avaient lieu en Bretagne, ils ne comportaient à l’origine aucune dimension régionaliste particulière. La contestation n’était pas supposée être spécifiquement bretonne.

16Les contours du mouvement se sont précisés en juin 2013, avec la publication d’une tribune du Comité de convergence des intérêts bretons (CCIB) signée par une trentaine de chefs d’entreprises, dite « Appel de Pontivy » ou « Appel du 18 juin », dénonçant l’écotaxe, mais surtout, en appelant de manière plus générale à « une Bretagne, belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde » , une Bretagne débarrassée de « l'hypercentralisme français, (de) la multiplication des rouages administratifs et (du) labyrinthe des réglementations ».

17Parmi les membres du CCIB, on comptait Jakez Bernard, président du label « Produit en Bretagne », Alain Glon, ancien patron de l’industriel agroalimentaire et surtout président de l'Institut de Locarn (un think tank régionaliste), Olivier Bordais, gérant du supermarché Leclerc de Landerneau, Jean- Pierre Le Mat, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) des Côtes d'Armor, Jean Ollivro, professeur de géographie à l'université de Rennes 2, Jacques Jaouen, président de la Chambre d'agriculture de Bretagne, Jean-François Jacob, président de la société d'intérêt collectif agricole (SICA) de Saint-Pol-de-Léon.

18Un élément de contexte a joué, faisant descendre l’appel à manifester de l’échelon national au régional : l’automne 2012 et le printemps 2013 ont été marqués par des licenciements massifs et des fermetures d’entreprises dans la production agroalimentaire bretonne. Abattoirs et ateliers de transformation ont multiplié les plans sociaux (notamment les entreprises GAD et DOUX), remettant en cause la pérennité de ce qui était encore appelé le « modèle breton » , basé sur l’intégration poussée d’une filière de produits notamment animaux, issus des productions animales hors-sol.

19Le mouvement a alors été identifié comme celui des « bonnets rouges » car prises et de parole et manifestations contre l’écotaxe se sont désormais déroulées en arborant ce couvre-chef, en référence à la « révolte des bonnets rouges » de la fin du XVIIe siècle dont nous reparlerons plus loin. Les bonnets rouges se sont alors fait connaître au niveau national essentiellement à partir d’août 2013, avec la destruction d’un premier portique de vidéosurveillance surplombant l’autoroute à Guiclan, près de Morlaix et destiné à relever l’immatriculation des poids lourds en circulation afin de leur appliquer la taxe contestée. D’août 2013 à juillet 2014, ce sont dix des quinze portiques installés en Bretagne qui ont été ainsi détruits (ou démontés par précaution par les services de l’État). Les bonnets rouges sont donc d’abord un mouvement contre l’écotaxe qui a agi stratégiquement pour sa suppression et avec un succès certain puisque l’écotaxe, suite au mouvement, a été suspendue à l’échelle nationale.

20Mais les choses n’en sont pas restées là. Pour en arriver à ce résultat (ou plutôt : corrélativement à l’obtention de ce résultat), il a fallu mobiliser – outre les patrons des entreprises soumises ainsi au principe pollueur-payeur – des exploitants agricoles de la FNSEA, des ouvriers du secteur agroalimentaire notamment syndiqués FO et des personnels politiques locaux de gauche, de droite ou régionalistes comme le maire de Carhaix Christian Troadec.

21Le mouvement est en effet parvenu à deux reprises à mobiliser plusieurs dizaines de milliers de personnes en manifestation autour de « 11 revendications phares » :

  • Maintenir la gratuité des routes en Bretagne et supprimer définitivement l’écotaxe.

  • Libérer les énergies et soutenir l’emploi par l’allègement des charges et des contraintes administratives.

  • En finir avec le dumping social et les distorsions de concurrence en Europe

  • Relocaliser les décisions et les pouvoirs économiques en Bretagne

  • Développer des infrastructures et des modes alternatifs de transport avec un rééquilibrage Ouest/Est

  • Appropriation par les Bretons de la filière énergie et développement des énergies renouvelables

  • Relocaliser la finance

  • Officialiser la langue et la culture bretonnes

  • Renforcer l’expérimentation, le dialogue, la transparence et le « vivre ensemble » en Bretagne

  • Doter la Bretagne de ses propres médias audiovisuels et numériques

  • Une Bretagne forte à 5 départements avec relocalisation des décisions politiques

22Ces revendications ont pu surprendre ceux qui croyaient le problème circonscrit autour de l’écotaxe et qui ne connaissaient pas l’ancrage historique des revendications régionalistes en Bretagne [Guiomar 1987, Morvan 2002, Nicolas 2012].

23En effet ces revendications mêlent des mesures a priori de gauche (la « fin du dumping social en Europe ») ; a priori de droite (« contre la distorsion de la concurrence en Europe » ou « libérer les énergies et soutenir l’emploi par l’allègement des charges et des contraintes administratives ») ; plutôt régionalistes (« l’officialisation de la langue et de la culture bretonne » ou « une Bretagne forte à 5 départements avec relocalisation des décisions politiques ») ; anti écologistes (« la fin immédiate de l’éco taxe ») ou écologistes (« l’appropriation par les Bretons de la filière énergie et le développement des énergies renouvelables »). Hétéroclites si on les analyse dans la structure du champ politique national, elles sont plus aisément compréhensibles si on les compare à celles de mouvements indépendantistes dans des contextes coloniaux comme le Sinn Féin irlandais [Bew & al. 1995] qui ont tendance à fédérer les attentes de groupes sociaux aux intérêts supposément antagonistes.

  • 2 Du nom de Pierre Poujade, leader d’un syndicat de petits commerçants qui en 1956 parvint à envoyer (...)
  • 3 Trois exemples d’autonomismes réunis dans l’opposition à l’écotaxe. De gauche à droite : Mouvement (...)

24Dénués de ce référentiel colonial ou refusant de l’utiliser pour décrypter la situation, journalistes et personnels politiques français ont parfois cherché d’autres références. Les bonnets rouges ont ainsi parfois été catalogués parmi les mouvements « poujadistes »2 de par leur dimension anti-fiscale. Mais il a alors été difficile d’expliquer sa capacité à mobiliser au-delà des barrières de classe, ainsi que la forte visibilité du drapeau breton (gwenn ha du), et que le soutien de groupes régionalistes divers, de l’extrême droite à l’extrême gauche3.

1.2 … à un mouvement régionaliste qui perturbe l’échiquier politique national

  • 4 Quelques tentatives de dégradation dans les départements du Nord, du Gard et de Paris http://www.le (...)

25Le mouvement s’est inscrit dans une actualité politique dominée par le supposé « ras le bol fiscal » d’un pays marqué par la multiplication des plans sociaux et qui peinait à redresser les finances publiques. Mais si son essaimage hors de Bretagne a été réel4, il est resté néanmoins très faible comme s’il existait un particularisme breton particulièrement mobilisable.

26Cette dimension régionale était inattendue parce que beaucoup de Bretons sont sensibilisés aux dégâts environnementaux engendrés par le modèle agroindustriel développé depuis les années 1960. Comme ailleurs en France, l’agriculture bretonne perd des emplois au fur et à mesure que sa productivité augmente.

27Le nombre d’exploitants agricoles a été divisé par trois de 1970 à 2010, mais en 2004, sur 6 % de la surface agricole utile du pays, la Bretagne participe à 56 % de la production nationale de porcs, 46 % des poulets de chair, 48 % des dindes et dindons et 31 % des veaux de boucherie, au prix d’une pollution systématique des nappes phréatiques et des cours d’eau débouchant aujourd’hui sur des problématiques d’environnement marin qui mettent à leur tour en danger les activités touristiques du littoral.

28La résistance à une taxe écologique censée aider à relocaliser les chaînes de production et de commercialisation a donc surpris ceux qui connaissent mieux et plaignent plus la Bretagne polluée des zones balnéaires que la Bretagne pollueuse des entreprises agroalimentaires en crise. D’autre part, et autre contradiction apparente, la Bretagne, vieille terre catholique, vote depuis des décennies pour le parti socialiste, participant d’un renversement politique national profond. C’est un de ces bastions socialistes qui s’est ainsi révolté contre le président qu’il venait de faire élire en 2012, et ce sans que l’on puisse dire si, en majorité, ce sont des électeurs « de gauche » ou « de droite » qui ont manifesté avec les bonnets rouges.

29Alors que la diffusion du mouvement contre l’écotaxe est essentiellement restée limitée à une région, ses répercussions politiques ont été plus importantes et plus diffuses. Présents dans la foule des Champs-Élysées le 11 novembre 2013 lors de la commémoration de la victoire alliée de 1918, quelques dizaines de manifestants affublés de bonnets rouges ont sifflé le Président de la République.

30La France des commentateurs médiatiques s’est alors emballée. A droite certains évoquaient un « tea party à la française »5 quand d’autres y voyaient les prémices de la révolution de 17896. À la gauche du parti socialiste (contraint de soutenir les décisions de l’exécutif), le trouble a été tout aussi profond. Si le NPA a soutenu le mouvement, le Front de Gauche7, par la bouche de son représentant Jean-Luc Mélenchon, a été on ne peut plus clairement hostile : « Encouragé par la timidité et la pleutrerie du gouvernement qui leur cède tout, le patronat et les cléricaux des départements bretons vont faire manifester les nigauds pour défendre leur droit de transporter à bas coût des cochons d’un bout à l’autre de l’Europe dans des conditions honteuses (…) À Quimper manifestent ceux qui veulent que continue la souillure de notre belle Bretagne par les nitrates de l’agriculture productiviste. A Quimper manifestent ceux qui veulent les salaires de misère pour les agriculteurs et le règne de la grande distribution. A Quimper les esclaves manifesteront pour les droits de leurs maîtres »8.

31On peut comprendre sa colère. La symbolique du bonnet rouge de 2013 a pu être vue comme le fruit d’une récupération marketing efficace, menée par un club d’entrepreneurs bretons revendiquant le primat de l’échelle régionale et de l’identité bretonne pour le développement économique. Des historiens se sont d’ailleurs manifestés dans une tribune du quotidien local Le Télégramme de Brest sur des positions assez proches de celles de J.L. Mélenchon, pour dénoncer la récupération antifiscale de la lutte sociale des bonnets rouges de 1670, annonciatrice de la révolution de 17899.

2. La construction de la Bretagne comme marge

32Il est donc intéressant de noter que la dimension régionaliste s’est affirmée au cours de l’année 2013, d’une part parce qu’on avait bien une crise effective d’une branche du système productif régional, et parce que le contexte médiatique national était réceptif à toutes les expressions de la faiblesse de l’État. A partir de là, les bonnets rouges ont dû donner corps à cette dimension régionaliste.

2.1. La marginalité dans le discours des bonnets rouges

33Ce qui frappe en premier lieu, c’est l’omniprésence d’un discours où la Bretagne fait figure de victime. On peut par exemple lire ainsi les 11 revendications phares déjà présentées, mais aussi la Charte des bonnets rouges adoptée en novembre 2013. On y retrouve les mêmes termes : Maintien de l’emploi et du travail productif en Bretagne ; gratuité de « nos » routes ; distorsions de la concurrence au détriment de la Bretagne qui détruisent « nos » emplois et altèrent « nos » relations avec les autres peuples ; relocaliser les décisions « nous » concernant (contre la machine bureaucratique qui ne fonctionne plus que pour elle-même). Bref, si d’un côté « Nous ne nous reconnaissons ni dans la haine ni dans le rejet de l’autre », de l’autre, il s’agit bien de « Relocaliser les emplois et les décisions ».

34Ces éléments de discours peuvent donc être regroupés en trois catégories :

  • La domination politique par un « centre » bureaucratique, parisien, jacobin

  • Des « règles » bureaucratiques nationales qui brisent la dynamique de développement régional

  • La ressource dans un ailleurs : briser la relation, rejoindre « les autres peuples » d’Europe.

35Le discours sur la marginalité de la Bretagne formulé par les bonnets rouges jongle donc avec deux dimensions de la marge sociale théoriquement contradictoires mais politiquement parfaitement compatibles : la marge comme hyper périphérie (dominée politiquement et exploitée économiquement) ; et la marge comme désintégration de ces mêmes liens centre-périphérie (la route vers l’autonomie). Les bonnets rouges ont-ils agité le drapeau régionaliste pour simplement obtenir des relocalisations ?

2.2. La construction d’une nouvelle centralité interne

36Même si les bonnets rouges ont divisé en Bretagne, même si pour certains le mouvement a été enclenché et manipulé par des lobbys patronaux, il n’en demeure pas moins que le succès de ses arguments régionalistes a été prouvé par sa capacité à mobiliser. Le drame de Jean-Luc Mélenchon est que, ayant traité par le mépris un mouvement qui jouait sur des représentations identitaires fortes, sa parole est devenue inaudible en Bretagne. On a vu dans les défilés, sous le drapeau gwenn ha du, manifester des gens de toutes origines sociales contre le dédain dont ils ont senti être l’objet. Par exemple, la demande d’organisation d’un référendum sur le rattachement du département de Loire-Atlantique à la région Bretagne est une revendication aussi ancienne que méprisée et qui est partagée par des gens qui pourtant, aux élections nationales peuvent sans aucune contradiction porter leurs suffrages sur le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

37Abandonné par les structures partisanes nationales, l’encadrement du mouvement a relevé du patchwork assuré pour partie par des syndicats ouvriers, pour parti par un syndicat agricole, pour parti par le patronat local. A Guingamp, une ville particulièrement dépendante de l’agro-industrie, les annonceurs locaux se sont réunis pour afficher « Non à l’écotaxe, la Bretagne veut vivre » lors du match de football Guingamp-Bastia du 27 octobre 2013.

38Inutile ici de chercher à pointer les contradictions : elles sont évidentes et se sont par exemple exprimées à l’occasion de l’attaque lors de la manifestation de Quimper de la sono du syndicat Force Ouvrière par les agriculteurs de la FNSEA, en raison de la tendance « antipatronale » des slogans diffusés. Reste que l’identité bretonne a cimenté autour du slogan phare : « vivre, travailler et décider au pays » et que la plupart des organisations syndicales et politiques ont révélé leur difficulté à représenter le monde ouvrier là où il manifestait. Le deux novembre à Carhaix, CGT et CFDT, ainsi que le Front de Gauche avaient appelé à une manifestation parallèle (et largement perçue comme concurrente) à celle des bonnets rouges mais n’y réunirent que 3 000 personnes, soit le dixième seulement des bonnets rouges manifestant à Quimper. Ces syndicats ont ensuite renouvelé leur tentative le 23 novembre, avec un succès un peu plus grand (8 à 15 000 manifestants).

  • 10 Ainsi ce billet d’humeur de l’évêque de Vannes du 29 octobre : « Samedi dernier, des heurts violent (...)
  • 11 « Surfant avec un cynisme honteux sur la désespérance sociale, certaines organisations agricoles et (...)

39A défaut de syndicats et de partis, c’est donc tout un réseau de sociabilités et d’interdépendances locales qui a fonctionné efficacement. L’union ouvriers-patronat en premier lieu, mais très certainement aussi des réseaux catholiques10, des clubs sportifs etc. Ceci même s’il ne faudrait pas laisser entendre qu’une unanimité totale réunissait tous ces réseaux et tous les habitants de la région Bretagne ! L’association Eaux et Rivières de Bretagne, qui bénéficie d’une très forte légitimité régionale est ainsi demeurée sur une position d’opposition totale aux bonnets rouges11.

40Sur le plan des représentations géographiques, le plus intéressant est qu’on a vu s’enclencher, en local, une réécriture des espaces, faisant de l’Argoat, la Bretagne intérieure, une centralité méconnue. Marquée justement par sa marginalisation économique. Centrale, donc, car marginale et résistante ?

41Le mythe engraine parfaitement ses rouages puisque c’est dans l’Argoat que les premiers bonnets rouges, ceux de 1670 s’étaient révoltés. Le choix du symbole des bonnets rouges, nom donné aux paysans révoltés de 1670, en lutte à la fois contre la tenure féodale des terres et un nouvel impôt royal sur les actes notariés a fait mouche car s’inscrivant dans un arrière fond largement partagé, un mythe d’autant plus facilement activable qu’il correspond à un certain nombre de réalités concrètes : l’existence d’un vote Rouge et/ou autonomiste dans le centre Bretagne, l’Argoat, autour de Carhaix et des Monts d’Arrée, des zones qui n’ont par exemple, jamais participé à la chouannerie.

Figure 1 – Résultats de la liste « Nous te ferons Bretagne » aux élections régionales 2010

Figure 1 – Résultats de la liste « Nous te ferons Bretagne » aux élections régionales 2010

Source : http://nousteferonsbretagne.blogspot.fr/​

42Tout un pan de l’histoire régionale est alors ressorti de terre. Une réécriture de l’histoire où les relais intergénérationnels de la contestation ont été valorisés comme participant d’un même continuum, des bonnets rouges de 1670 au festival des Vieilles Charrues, en passant par les années 1950 avec le succès du CELIB, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons.

  • 12 Interview de Jean Ollivro, Europe 1, 28 octobre 2015.

43Dans ce discours, le centre Bretagne est mis au premier plan, ce que ne récuse en rien Jean Ollivro, professeur de géographie à l’Université Rennes 2 : « Historiquement, le Poher c’est le "bastion". Carhaix était l’une des plus grandes villes de la région au temps des Romains, d’où le réseau de voies se déployait en étoile. Cette Bretagne bretonnante se caractérise par des éléments culturels forts (…) C’est la "ceinture rouge bretonne". Il persiste un fond de méfiance vis-à-vis du pouvoir. (…) D’où un attachement à la terre, à la culture, à l’identité. Le festival des Vieilles Charrues, né comme un pied de nez aux festivals maritimes, s’est appuyé là-dessus. Une fois d’accord sur un projet, la force de cohésion bretonne est étonnante. »12

44Quel degré de réalité donner à cette centralité marginale ? Son invocation n’a pas les pouvoirs d’une formule magique et le sort dévolu au bonnet rouge le plus emblématique de l’Argoat a vite révélé certaines contradictions : le maire de Carhaix, Christian Troadec n’est plus le porte-parole des Bonnets rouges. Notamment parce que dès décembre 2013, il a pris position contre l’aéroport de Notre Dame Des Landes (dont on aperçoit d’ailleurs le particularisme électoral sur la carte du vote du Parti Breton présentée ci-dessus, sous la forme d’un foyer secondaire du vote autonomiste), ce qui a entraîné un démenti cinglant de la part de ses camarades du collectif des porte-paroles du mouvement.

Conclusion : le régionalisme dans le débat politique national

45Avec quelques années de distance, il est maintenant certain que le mouvement des bonnets rouges s’est mis en sommeil, au fur et à mesure que les lobbys de patrons de l’agroalimentaire ont reçu des gages financiers de la part du gouvernement et de l’Union Européenne pour faire survivre leur modèle agro-industriel13.

46Les Bonnets rouges n’ont donc pas été le tea party à la française que certains craignaient et d’autres espéraient. Ils ne cherchaient pas à prendre le pouvoir dans un équivalent français du Parti Républicain pour moraliser la vie à Paris ou Washington. Perçus par la gauche comme poujadiste et anti-républicain, les leaders ont été progressivement poussés sur un terrain régionaliste. On peut supposer qu’interpellés par une mesure d’application nationale, ils ont préféré jouer « à domicile » et ont ainsi brouillé les cartes.

47Mais ce régionalisme n’est pas non plus particulièrement de droite. On est loin de l’égoïsme fiscal de régions comme la Catalogne espagnole ou le Piémont italien. Sans doute aussi parce que la Bretagne, ni marginalisée ni favorisée, n’est pas non plus une région particulièrement riche. La Bretagne est simplement une région capable de mobiliser autour de mythes et de discours qui ne résonnent absolument pas de la même manière sur place et à Paris.

48On peut alors évoquer, pour poursuivre l’analyse, la synthèse que le géographe américano-britannique John Agnew dresse des arguments anti-régionalistes : vus du centre, ils sont généralement présentés comme « atavistic, dangerous to liberties and potentially costly in terms of both the violence and the fiscal damage they can inflict. They are best dealt with by creating nonterritorial electoral constituencies so as to diminish their electoral weight, stimulating nonterritorial identities, and ensuring fairness in fiscal redistribution. Such measures all presume, however, that regionalist movements are invariably a reactionary force” [Agnew 2001].

  • 14 Interview, Marianne, 23 novembre 2013.

49C’est bien cette méfiance automatique qu’exprimait Jean Luc Mélenchon, et c’est bien ce que lui a reproché Emmanuel Todd, un des principaux protagonistes des controverses sur le vote des français : « Ce type (Jean Luc Mélenchon) se gargarise du mot « révolution » mais traite des révoltés porteurs de bonnets rouges d’« esclaves », il est insensible à la symbolique du rouge et du bonnet dans un contexte français et non seulement breton. Il semble d’ailleurs dépourvu d’une culture révolutionnaire minimale : les révolutions naissent toujours dans l’ambiguïté »14.

50Arrivés à ce niveau de controverse, il est présomptueux de prétendre conserver seul une quelconque neutralité axiologique dans le cadre d’un cas d’étude dont l’intérêt est justement de montrer toute l’ambiguïté des positionnements qu’il a suscités. Contentons-nous donc de finir en nous accordant sur un motus vivendi scientifique : il n’y a pas de définition objectivable des marges et des marginalités sociales ou spatiales qui puisse permettre de comprendre l’irruption d’un discours sur la marginalité et son embrayage sur un discours régionaliste. J’ai montré ici que la région est un objet politique en transformation constante qui opère de subtils va et vient entre les champs sociaux, politiques et scientifiques (cet article pourra lui-même en être considéré comme une manifestation).

51Je conclurai donc en posant que les définitions de la région comme celles de la marginalité sont toujours toutes deux contextuelles et stratégiques, permettant aux acteurs de redéfinir le périmètre de leur pouvoir politique. On peut à ce sujet se rappeler des travaux d’André Siegfried qui au début du XXe siècle avait proposé une définition très politique du fait régional et faisait dans sa démonstration référence, pour expliquer le vote rouge de l’Argoat, à la rébellion des bonnets rouges… Ceux de 1670 !

52Mais cette analyse est-elle transposable ailleurs que sur des terrains régionalistes ? Peut-elle éclairer par exemple les débats sur le vote Front National et la France périphérique de Christophe Guilluy tels que nous les avons présentés en introduction ? Elle nous permet déjà de ne plus poser le comportement politique (notamment le vote) comme la pure conséquence d’une situation socio-spatiale. Le comportement politique et notamment le vote participe de la construction de la dite situation de marginalité. Il y a quelque chose de performatif dans l’usage du terme. L’enjeu qui fait le va et vient entre les champs sociaux, politiques et scientifiques est donc celui de la définition de cette situation. Qu’est-ce que la marginalité sur le plan conceptuel ? Qu’est-il légitime de mesurer pour la mettre en évidence, et quelle étendue spatiale lui conférer ? A quelle région, à quel quartier sommes-nous autorisés à accoler le terme de « marginal » ? Nous ne sommes pas loin des interrogations du statisticien Alain Desrosières sur le « gouvernement par les nombres » et le rôle que constitue selon lui la construction de systèmes d’équivalence dans les boites noires de la statistique [Desrosières 2008]. Il s’agit là – pour parler comme Antonio Gramsci – d’une guerre de positions où les gagnants sont ceux qui depuis leurs bastions de domination culturelle arrivent à imposer les termes dans lesquels le débat s’articule. Le premier enjeu d’une controverse sur la marginalisation est de gagner la lutte de la définition de cette marginalisation.

53L’objet géographique « France périphérique » est donc naturellement sujet à controverse. Les détracteurs de Christophe Guilluy ne cherchent pas tant à contredire ce qui se passe dans cette France périphérique qu’à la déconstruire pour la faire cesser d’exister comme cadre d’analyse légitime. Il n’y aurait donc plus de France périphérique ? Non, sans doute, mais perdurent des termes tel que le « rural profond », le « périurbain », les « banlieues », les « quartiers sensibles », les régions « hyper-périphériques », tout aussi chargés et tout aussi près à construire des marginalités discursives et forcément politiques.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. (2001) – « Regions in revolt », Progress in Human Geography, vol. 25, n° 1, pp. 103-110

Bew, P., Gibbon, P. & Patterson, H. (1995) – Northern Ireland 1921-1994: Political Forces and Social Classes, Londres, Serif, 256 p.

Bussi, M., Fourquet, J. & Colange, C. (2012) – « Analyse et compréhension du vote lors des élections présidentielles de 2012. L'apport de la géographie électorale », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5, pp. 941-963.

Charmes, E., Launay, L. & Vermeersch, S. (2013) – « Le périurbain, la France du repli ? », La vie des idées, 28 mai 2013, http://www.laviedesidees.fr/Le-periurbain-France-du-repli.html

Desrosières, A. (2008) – Gouverner par les nombres. L’argument statistique, Paris, Presses de l’École des Mines, 336 p.

Gintrac, C. & Mekdjian S (2014) – « Le peuple et la « France périphérique » : la géographie au service d’une version culturaliste et essentialisée des classes populaires », Espaces et sociétés, n° 156-157, pp. 233-239

Guilluy, C. (2014) – La France périphérique : Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 192 p.

Guiomar, J.-Y. (1987) - Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 444 p.

Lebras, H. & Todd, E. (2013) – Le mystère français, Paris, Seuil, 336 p.

Lévy, J. (2013) – Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie, Paris, Fayard, 245 p.

Morvan, F. (2002) - Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes Sud, 386 p.

Nicolas, M. (2012) – Breizh - La Bretagne revendiquée : des années 1980 à nos jours, Morlaix, Ed. Skol Vreizh, 444 p.

Pierru, E. & Vignon, E. (2007) – « Déstabilisation des lieux d’intégration traditionnels et transformations de l’ « entre soi » rural. L’exemple du département de la Somme » in C. Bessière et al. Les mondes ruraux à l’épreuve des sciences sociales, Versailles, Quae, pp. 273-294, [http://symposcience.lyon.cemagref.fr/exl-doc/colloque/ART-00001897.pdf]

Ripoll, F. Rivière, J. (2007) – « La ville dense comme seul espace légitime ? Analyse critique d’un discours dominant sur le vote et l’urbain », Annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 121-130.

Haut de page

Notes

1 Gaël Brustier, « La droite dans la rue : et demain, l’insurrection ? », Le Nouvel Observateur, 3 avril 2013 [http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-chez-gaelbrustier/20130403.RUE5326/la-droite-dans-la-rue-et-demain-l-insurrection.html], accédé le 23 mai 2017

2 Du nom de Pierre Poujade, leader d’un syndicat de petits commerçants qui en 1956 parvint à envoyer 52 députés à l’Assemblée nationale. Parmi les nombreuses références au « poujadisme » des bonnets rouges on trouve par exemple ceci : « Le ministre du Budget Bernard Cazeneuve a appelé vendredi les Français à "sortir de la fièvre pour sortir de la crise", fustigeant "l'extrême droite", "le poujadisme fiscal" et "une certaine haine" qui est, selon lui, "à l'oeuvre" en France. "Ces dernières semaines, des violences inacceptables se sont produites, que nous devons condamner sans faiblesse» : [http://www.lepoint.fr/economie/cazeneuve-denonce-la-haine-et-le-poujadismefiscal-15-11-2013-1757491_28.php]

3 Trois exemples d’autonomismes réunis dans l’opposition à l’écotaxe. De gauche à droite : Mouvement Breizhistance : http://www.bretagne-info.org/2013/10/29/pourquoi-la-gauche-independantiste-manifestera-samedi-2-novembre-a-quimper/; Union démocratique bretonne : http://www.udb-bzh.net/index.php/fr/communiques/3460-suspension-de-l-ecotaxe-l-udb-salue-une-decision-d-apaisement-mais-reste-vigilante et Jeune Bretagne, dont le site est actuellement inaccessible.

4 Quelques tentatives de dégradation dans les départements du Nord, du Gard et de Paris http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ecotaxe-operation-escargot-et-destruction-de-portiques-dans-le-sud_1298246.html

5 http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/13/01002-20131113ARTFIG00270-la-majorite-craint-la-montee-d-un-tea-party-a-la-francaise.php

6 Notamment Alain Madelin, figure d’une droite extrêmement libérale et père de la législation actuelle sur les partenariats public-privé dont l’écotaxe fourni un bel exemple : "Les Bonnets rouges en Bretagne, c'est une révolte contre la taxe à prendre au sérieux. La Révolution Française a commencé comme ça ! Sept ans avant la révolution : l'écotaxe de l'époque, c'était le mur des Fermiers généraux ! Au début de 1789, Necker décide d'arrêter la construction de la barrière. Deux jours avant le 14 juillet, c'est l'incendie des barrières de Passy ! Le symbole de l'écotaxe est extrêmement lourd historiquement..." Europe 1, 6 novembre 2013 : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/L-interview-verite-Thomas-Sotto/Videos/Bonnets-rouges-La-revolution-de-1789-a-commence-comme-ca-1699359/

7 Coalition de partis « à la gauche de la gauche », dont l’historique Parti Communiste Français. Emmenée par Jean Luc Mélenchon, ancien membre du parti socialiste, la coalition a obtenu 11 % des votes aux élections présidentielles de 2012.

8 AFP 2 novembre 2013

9 http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/bonnets-rouges-non-a-la-manipulation-de-lhistoire-22-11-2013-2311167.php

10 Ainsi ce billet d’humeur de l’évêque de Vannes du 29 octobre : « Samedi dernier, des heurts violents ont opposé en Finistère manifestants et forces de l’ordre, au prix de blessés graves auxquels nous adressons personnellement aujourd’hui toute notre solidarité et l’assurance de nos prières pour leur rétablissement. J’appelle les Bretons à manifester concrètement leur solidarité envers ces travailleurs que menacent aujourd’hui la précarité et le chômage » ; http://www.vannes.catholique.fr/index.php?module=cms&action=get&id=8

11 « Surfant avec un cynisme honteux sur la désespérance sociale, certaines organisations agricoles et quelques élus revendiquent à présent ouvertement des affaiblissements supplémentaires de la réglementation environnementale, comme moyen de sortir la Bretagne de ces crises ! » Motion du 12 novembre 2013, http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?47/896

12 Interview de Jean Ollivro, Europe 1, 28 octobre 2015.

13 http://www.bfmtv.com/economie/bruxelles-donne-feu-vert-a-laide-auxvolaillers-bretons-652126.html

14 Interview, Marianne, 23 novembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Résultats de la liste « Nous te ferons Bretagne » aux élections régionales 2010
Crédits Source : http://nousteferonsbretagne.blogspot.fr/​
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Gardin, « La construction discursive des marges. Une étude de cas à partir du mouvement des « bonnets rouges » bretons de 2013 »Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 560-574.

Référence électronique

Jean Gardin, « La construction discursive des marges. Une étude de cas à partir du mouvement des « bonnets rouges » bretons de 2013 »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.2215

Haut de page

Auteur

Jean Gardin

Maitre de Conférences en géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UMR Ladyss – Courriel : Jean-Gardin[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search