Navigation – Plan du site

Les fonctions alimentaires de l’agriculture urbaine au Nord et au Sud - Diversité et convergences

The food functions of urban agriculture in the global North and South. Diversity and convergences
Christine Aubry
p. 303-317

Résumés

Aujourd’hui, les agricultures urbaines tant au nord qu’au sud mettent en avant une fonction alimentaire revendiquée comme gage de sécurité alimentaire, d’amortissement des crises économiques, voire de reconquête d’une autonomie face au pouvoir du globalized agri-food system. L’article veut explorer les spécificités et les convergences de ces agricultures dans différents contextes. Il présente une réflexion générale multicritère sur les exploitations pratiquant l’agriculture urbaine (système d’exploitation, système de culture, localisation). Des exemples pris à Madagascar (Antananarivo) et en Île-de-France montrent ces différences et convergences en action.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces auteurs considèrent que l’agriculture urbaine est « L’agriculture localisée en ville ou à sa pé (...)

1L’agriculture située en ville ou à sa périphérie, fréquemment désignée sous le terme générique de « Urban agriculture » [Mougeot 2005, Van Veenhuizen 2006], entretient avec la ville, et ce partout dans le monde, des liens multiples et dialectiques. Elle partage avec la ville des ressources (en termes fonciers, de main d’œuvre, d’eau, etc.) qui peuvent faire l’objet de concurrences ou de complémentarités [Moustier & M’Baye 1999] et son caractère multifonctionnel est mis en avant et analysé dans tous les contextes [Smith et al. 1996, Poulot & Rouyres 2003, Fleury 2005, Zasada 2011, Antonelli & Lamberti 2011]. La reconnaissance de ces fonctions diverses par les « urbains » (habitants, planificateurs, édiles, consommateurs etc.) peut d’ailleurs être considérée comme l’une des conditions nécessaires du maintien in situ de l’agriculture urbaine face au rouleau compresseur de l’extension urbaine, qui consomme principalement dans le monde les espaces agricoles de proximité [Charvet & Poulot 2006, Poulot 2011, Aubry et al. 2012, Ba & Aubry 2011]. Nous considérons, en accord avec Moustier et M’baye1, qu’au‑delà de sa localisation géographique, l’agriculture, dans ou à proximité des villes, devient vraiment « urbaine » lorsque « ses produits –on ajoutera aussi ses services- sont « majoritairement destinés à la ville », c'est-à-dire lorsque, comme le stipule le titre de leur ouvrage, elle devient une « agriculture pour la ville ».

2Mais que produit-elle pour la ville ? Dans les pays du Nord, jusqu’au milieu des années 2000, elle était surtout considérée pour sa production de « paysages », « de cadre de vie » et ces fonctions (paysagères, récréatives) ainsi mises en avant, tant par les spécialistes que par les politiques (ainsi le schéma directeur de la Région Ile de France de 1994) n’ont pas permis de la protéger contre l’extension urbaine. Celle-ci a consommé plus de 12 % de terres agricoles franciliennes entre 1990 et 2003 (18 % en petite couronne) contre moins de 1 % pour les espaces forestiers [Régnault 2006]. Aujourd’hui en 2012, les choses ont changé : au sein d’une multifonctionnalité partout revendiquée [Ali et al. 2006, Mundler 2010, Zasada, 2011], la traditionnelle dichotomie entre pays du Sud et pays du Nord, les premiers sensés considérer principalement une fonction d’alimentation de première nécessité, les seconds ignorer presqu’entièrement cette fonction, est en train d’être dépassée. Partout les agricultures urbaines dans leur diversité mettent en avant une fonction alimentaire revendiquée comme gage de sécurité alimentaire (Réseau F.A.O. « Food for cities »), d’amortissement des crises économiques, voire de reconquête d’une autonomie face au pouvoir largement dominant au Nord et très rapidement croissant au Sud, du « globalized agri-food system » [Morgan et al. 2006].

  • 2 Programme de recherche ADURAA (Analyse de la Durabilité de l’Agriculture à Antananarivo), projet CO (...)

3Nous montrerons ici, à partir d’exemples tirés de différents terrains, que ces fonctions alimentaires des agricultures urbaines présentent, entre pays du sud et de pays du nord, des spécificités mais aussi de fortes convergences, qui laissent espérer que les expériences, méthodes et connaissances acquises dans certains contextes (aujourd’hui plus nombreux en pays du sud) pourront sous certaines conditions, être utilisables dans d’autres contextes. Les situations prises en exemple seront principalement l’agriculture urbaine de la ville d’Antananarivo (Madagascar)2 et l’agriculture urbaine en Île‑de‑France. Nous analyserons dans une première partie comment quantifier et qualifier, dans ces différents contextes, les fonctions alimentaires de ces agricultures urbaines. Puis nous verrons comment les dynamiques constatées d’augmentation et/ou de diversification de la fonction alimentaire, conduisent à des répercussions notables sur les relations entre systèmes de production agricole et territoire. Enfin, nous évoquerons la conquête croissante de l’espace intra-urbain par des formes agricoles variées posant de nombreuses questions de recherche.

1. Quantifier et qualifier la fonction alimentaire de l’Agriculture Urbaine (AU)

4On peut définir la fonction alimentaire de l’agriculture urbaine comme la contribution de cette dernière, d’une part, à l’approvisionnement alimentaire global de la ville en certains produits alimentaires, aux côtés d’autres sources (agriculture « rurale », importations) [Esnouf et al. 2011], d’autre part, à l’alimentation de certaines catégories de populations urbaines (les agriculteurs eux-mêmes, les familles urbaines économiquement vulnérables, les enfants des écoles, les consommateurs en restauration hors‑foyer etc.), enfin, plus qualitativement, en la production de certains aliments ayant une valeur nutritionnelle particulière, pour tout ou partie de la population urbaine. Dans les pays du sud, cette fonction alimentaire est fréquemment quantifiée pour les produits frais (légumes, œufs), sa contribution à l’approvisionnement global de la ville étant alors fréquemment supérieure à 60 % des besoins [Dubbeling et al, 2010], d’autant que la proximité permet alors de s’abstraire partiellement des problèmes structurels de transport dans ces pays.

5Instruire cette fonction alimentaire conduit, une fois identifiés le ou les produits alimentaires concernés, à répondre à trois grandes catégories de questions, faisant appel à des disciplines variées (Tableau 1). Cette approche est convergente pour les cas du Nord au du Sud, de même d’ailleurs que certains résultats, dont les caractérisations de la diversité des producteurs urbains (cf ci‑dessous).

Tableau n° 1 – Trois grandes questions pour instruire la fonction alimentaire « macro »

Question scientifique

Résumé

Principales disciplines concernées

Méthodes et moyens

Identifier les catégories d’exploitations productrices et leur localisation

Qui et où ?

Agronomie, géographie

Typologies d’exploitations Cartographies Déterminants des localisations

Quantifier les niveaux de production, les problèmes et atouts techniques

Combien, comment ?

Agronomie, sciences biotechniques

Diagnostics agronomiques et agro-environnementaux

Quelles contributions à l’approvisionnement urbain, par quelles filières ?

Combien, pour qui, comment (par quelles voies) ?

Économie des filières, géographie

Analyses de filières, statistiques

1.1. Des méta-typologies d’exploitations transversales entre sud et nord

6Pour répondre à la première question (Qui et où ?), il est possible de construire de façon pluridisciplinaire des méta-typologies [Aubry et al. 2005, Ba & Aubry 2011] permettant de représenter la diversité, partout très importante [Moustier & Danso 2006, Soulard & Thareau 2009] des exploitations d’agriculture urbaine. Ainsi, on a pu identifier trois méta-types fondés sur la combinaison des systèmes de production agricoles et d’activités des ménages :

    • 3 Selon les contextes (Nord, Sud et en leur sein), ces activités para-agricoles varient, mais on retr (...)

    un méta-type A, où la famille agricole ne réalise que des activités agricoles et des activités para-agricoles, c'est-à-dire qui valorisent directement les ressources de l’exploitation pour tirer un revenu supplémentaire.3

  • un méta-type B, où la proximité urbaine entraîne la pratique, par certains membres de la famille, d’emplois en ville à temps plein, les revenus servant le plus souvent au Sud, à assurer la survie de l’exploitation et de la famille sans permettre le réinvestissement agricole ;

  • un méta-type C, où cette proximité du bassin d’emploi urbain est valorisée aussi par le chef d’exploitation lui-même qui devient double actif.

7Les systèmes de production agricoles (la combinaison des productions) et les systèmes de culture (choix des cultures, des successions de culture dans le temps et de leurs conduites techniques) sont partout fortement dépendants de l’appartenance à un méta-type A, B ou C [Soulard & Aubry 2012]. Ainsi on constate en Île-de-France que les exploitations maraîchères diversifiées sont souvent de méta‑type A : soit la main d’œuvre de l’exploitation est fortement valorisée par des activités de vente en circuit court, soit la diversification des petites exploitations de grande culture par un atelier spécialisé (maraîchage, volailles) est souvent liée au retour sur l’exploitation d’un membre de la famille qui quitte une activité extérieure [Aubry et al. 2005].

8Ces méta-types ont aussi fortement à voir avec la localisation géographique des exploitations. Ainsi, aux alentours d’Antananarivo, en systèmes maraîchers, la prédominance de méta-types C associés à des systèmes de culture constitués de légumes-feuilles à cycle court, nécessitant peu d’investissement et de travail, est le fait de villages reliés facilement à la ville (existence de routes, de lignes de bus), favorisant les migrations pendulaires, alors que dans des situations plus enclavées, même à distance géographique très voisine de la ville, on note une prédominance d’exploitations de méta‑type  A, dans le cadre de systèmes de culture privilégiant des cultures maraîchères à cycle long (tomates, poireaux) fortement consommatrices de travail familial [NDiénor & Aubry 2004].

1.2. Des productions « urbaines » à reconsidérer : riz à Antanarivo et blé en Île‑de‑France

9Nous avons instruit ces trois questions autour de la quantification des fonctions alimentaires globales dans les cas de deux productions fortement présentes dans les espaces périurbains : le riz à Antananarivo, le blé en Île‑de‑France. Nous avons volontairement choisi des exemples de produits dépassant les traditionnels produits frais, car il devient notable que dans de nombreuses situations, l’agriculture de proximité fournit aussi de manière non négligeable à la ville des produits de type céréalier (riz, maïs, blé selon les régions du monde), amylacée (manioc au Cameroun) ainsi que des produits animaux.

10Les rizières en périurbain à Antananarivo se répartissent entre deux groupes d’exploitations : les premières de très petite taille, double-actives (plutôt des méta‑types C), situées sur la rive droite de la rivière Ikopa, bénéficiaires d’un aménagement hydraulique et administrativement dépendantes de la Commune Urbaine d’Antanarivo ; les secondes, souvent plus grandes, de type A et B, localisées dans une plaine sur la rive gauche, non aménagée et appartenant aux communes rurales périphériques de la capitale. Bien que peu intensifiée, la production de riz est meilleure en rive droite qu’en rive gauche du fait d’un contrôle de l’eau permettant des cycles de production plus précoces. Au total, la production de la plaine contribue pour 15 à 25 % selon les années, à l’approvisionnement en riz de la ville, par l’autoconsommation de la famille élargie, mais aussi, selon les années, par la mise sur le marché de gros du riz local [Dabat et al. 2006].

11Toute autre est la situation pour la production de blé en Île-de-France. Nous sommes là dans une plaine céréalière où dominent les grandes cultures (94 % de la SAU francilienne) et en leur sein, le blé occupe souvent près de 50 % de la sole des exploitations. En majorité, il s’agit d’exploitations majoritairement de grande taille, le plus souvent de type B voire C, situées le plus souvent en grande couronne et qui abondent le marché de quelque 1,6 millions de tonnes de blé panifiable par an. Les niveaux de rendements, élevés, sont variables entre années du fait surtout de la pression parasitaire. Il en résulte que la production locale dépasse très largement les besoins en farine, pour divers usages, de l’ensemble de la population francilienne. Par le jeu de l’organisation des filières et des marchés, la majorité de ce blé est exportée de la région, sous forme grain ou farine, alors qu’il est moulu majoritairement par des meuneries locales [Hébel 2010, Toullalan 2012] ; la Région importe en retour plus de 60 % de ses besoins en farine. Nous manquons encore d’études macro-économiques pour analyser finement les mécanismes de cette situation, ainsi que les intérêts ou inconvénients qu’il pourrait y avoir à relocaliser, sinon la production (elle est déjà là), mais bien les filières de transformation et de mise en marché. Nous en concluons que certaines exploitations de grande culture franciliennes, réputées déconnectées de relations nourricières avec la ville, contribuent de manière sensible à son approvisionnement en blé : cependant, l’absence de traçabilité de la matière première dans ces filières très intégrées fait que ces exploitations sont de fait urbaines, selon notre définition, mais sans le savoir !

2. Les relations systèmes de production et territoire modifiées par les modifications de la fonction alimentaire de l’agriculture urbaine

12Dans certaines situations, notamment dans les pays du Sud, la fonction alimentaire de l’agriculture urbaine semble quantitativement augmenter, souvent avec des modifications fortes des systèmes de production. Dans les pays du nord, c’est souvent par rapport à certaines populations ou à certains usages, que cette fonction alimentaire redécouverte amène à modifier les systèmes de production. Dans tous les cas, ce sont les formes d’usages de l’espace mais aussi les relations fonctionnelles entre exploitations et territoire urbain qui sont modifiées. Nous illustrerons ces faits par le cas du développement du maraîchage périurbain à Antananarivo, puis les (re)‑créations de liens entre exploitations maraîchères et ville à travers deux modèles d’approvisionnement de la restauration collective scolaire en Ile de France.

2.1. La conquête des « tanety » par le maraîchage périurbain à Antananarivo

  • 4 Le Ministère de l’agriculture à Madagascar ne s’occupait pas de l’agriculture périurbaine jusqu’ici (...)

13L’urbanisation croissante à Antananarivo au cours de la fin du xxème et du début du xxième siècle a conduit à un développement important du maraîchage périurbain destiné à approvisionner la ville, via tout un réseau de collecteurs spécialisés. La tomate, le poireau, le chou-fleur, ont connu une forte augmentation de production, mal renseignée par les statistiques nationales4, mais que l’on peut reconstruire en interrogeant les anciens des villages des collines entourant Antananarivo. Cette croissance du maraîchage a d’ailleurs conduit à la colonisation des « tanety », les sols ferralitiques des collines [N’Diénor & Aubry 2004].

14Jusqu’au début des années 1990 en effet, l’occupation du sol était uniforme dans ces villages autour d’Antananarivo. Les bas‑fonds inondables, sur sol brun fertile, accueillaient la riziculture pluviale, en culture attelée quand les bourrelets alluviaux bordant ces bas-fonds, concentraient les cultures maraîchères, avec une place importante des légumes feuilles pour l’autoconsommation et un peu de cultures à cycle long, notamment la tomate, vendue en ville ; enfin, les tanety, sols pentus ferralitiques des collines, servaient à la pâture des bovins de trait. Au début des années 1990, sous l’influence de la demande urbaine et accompagnée par des techniciens privés (congrégations religieuses), commence la conquête des tanety par le maraîchage, avec l’aménagement de terrasses sur ces terres pauvres. Pour les transformer en terres maraîchère, les paysans « construisent leur fertilité » [N’Diénor 2006, N’Dienor et al. 2011] par un bouleversement important des systèmes de production. C’est l’introduction, en imitant le système « bœuf-fumier » rencontré dans l’Ouest de l’Ile de la Réunion, de vaches laitières élevées en étable, produisant et du lait vendu en ville et du fumier réservé aux seules terrasses en tanety ; c’est pour amorcer la culture maraîchère la mise en place de rotations rapides de cultures à cycle court (légumes-feuilles telles que brèdes, salades, haricots verts) dont les résidus de culture sont partagés entre l’enfouissement et la destination fourragère, les terrasses recevant de la fumure à chaque cycle. Dans cette logique, au bout de deux à quatre ans, on introduit des cultures à cycle plus long et fortement demandées en ville, comme tomate et chou‑fleur, l’indicateur final d’acquisition d’une « bonne fertilité » étant pour les paysans la culture du poireau.

15Ainsi, l’offre de produits maraîchers en ville est aujourd’hui largement assurée par ces systèmes maraîchers périurbains (85 % pour la tomate, et près de 100 % pour le chou-fleur [Dabat et al. 2006] à tel point que les paysages sont fortement transformés sur ces collines depuis une quinzaine d’années. Mais le système touche déjà ses limites : l’affouragement des vaches en étable, assurée largement par l’apport des herbes des tanety, entre en concurrence avec la conquête de nouvelles terres sur ces mêmes tanety. Le fumier bovin devient un facteur limitant : des essais ont été menés pour le remplacer, au moins partiellement, par le « terreau » de la décharge urbaine d’Antananarivo, largement produit par le secteur informel. Le système a rencontré un certain succès technique [N’Diénor 2006] mais l’approvisionnement des villages en terreau se heurte à de fortes difficultés logistiques [Pierrat 2006].

2.2. Deux modèles d’approvisionnement des cantines scolaires en Île-de-France : une évolution des systèmes et des relations territoriales

  • 5 http://www.draf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/Etude-Caracterisation

16En Île-de-France, comme dans d’autres régions françaises, le renforcement de l’approvisionnement en produits biologiques et/ou locaux de la restauration collective et notamment scolaire, fait partie des retombées du Grenelle de l’Environnement. Pour l’Île-de-France, compte tenu de ses productions, cet approvisionnement local est envisagé par les gestionnaires de cantines5concernant massivement le pain (avec les inconnues sur l’origine de la matière première préalablement soulignées), quelques produits animaux (surtout laitiers transformés) obtenus en circuits courts, et idéalement les fruits et légumes, même si l’on sait que la production actuelle est, hormis pour la salade (où la Région produit près de 80 % de ses besoins), notoirement insuffisante.

17Si l’on se limite au cas du maraîchage, les producteurs périurbains franciliens sont assez mal armés pour répondre à cette nouvelle orientation alimentaire. Leurs exploitations, très largement de méta-type A, développent trois types de systèmes de production. Les premières (i) font du maraîchage spécialisé sur une ou deux cultures (typiquement la salade) souvent en rotation culturale avec des céréales pour diminuer la pression parasitaire ; elles (cas 1) fonctionnent en circuits longs (vente à Rungis) et occupent souvent des « spots » spécialisés suite aux délocalisations entrainées par l’urbanisation (Plaine de Bière en Seine-et-Marne). Les secondes (ii) ont un atelier maraîchage, accolé à une exploitation de grande culture, dans le cadre des diversifications que nous avons précédemment évoquées (cas 2). Enfin, certaines exploitations de petite taille (souvent moins de 10ha) (iii) s’orientent vers du maraîchage très diversifié majoritairement vers les circuits courts, eux aussi diversifiés (cas 3). Aujourd’hui en Île‑de‑France, 2/3 des légumes produits sont vendus en circuits courts, la majorité, soit les 2/3 provenant d’exploitations appartenant au cas 2, et le reste des exploitations du cas 3 [Agreste, 2012].

18Face à cette diversité les gestionnaires de cantine et les autorités régionales optent pour deux modèles d’approvisionnement en légumes :

  • Des relations directes nouées de façon volontariste, entre une cantine et des producteurs locaux de type « cas 3 ». De manière régulière mais peu fréquente (une fois par mois), la cantine s’approvisionne en légumes bruts locaux qu’elle travaille en légumerie. Les producteurs sont dans un rayon limité (moins de 20 kms), apportent leur production aux dates convenues, et participent à l’animation pédagogique dans les cantines. C’est le modèle qui prévaut dans un collège de Perthes (Seine et Marne), ou dans la ville de Nemours, qui organise une fois par mois un « repas local » [Darly 2012]. Il engendre un surcroît de travail pour les équipes de cuisine parfois un surcoût ; il représente peu en chiffres d’affaires pour les producteurs, , mais beaucoup symboliquement pour se faire (re)connaître comme acteurs du territoire par les urbains

  • Un deuxième modèle plus récent est en construction avec l’appui fort de la Région et de l’Europe dans le cadre du programme LEADER ou Liaisons entre Action de Développement de l’Économie Rurale. Il s’agit, dans des exploitations de grande culture, de développer un atelier de diversification en légumes de plein champ (carottes, pomme de terre, betteraves). Ces exploitations qui appartiennent au cas 2 se chargent d’une première transformation par la création d’une coopérative d’épluchage et de pré-conditionnement des légumes (CUMA). Ainsi, elles peuvent sans difficultés entrer dans les diverses cantines, y compris celles sans légumerie. Via un partenaire commercial (une société de restauration collective consciente de la demande croissante en produits locaux), les légumes transformés sont livrés de manière quotidienne ou très fréquente à des cantines potentiellement situées sur le territoire régional dans son ensemble et donc sans lien direct de proximité avec les producteurs.

19Ainsi, les relations fonction alimentaire-systèmes de production-territoire diffèrent-elles fortement entre ces deux modèles : la fonction alimentaire, quantitativement peu importante dans le premier cas, est symbolique et n’engendre pas de modifications du système de production et peu dans le système de commercialisation, elle concourt par contre à « re-ancrer » les producteurs sur leur territoire. Le second modèle vise une contribution forte à la fonction alimentaire pour un public particulier (les enfants scolarisés), et implique une modification nette du système de production agricole et de commercialisation avec la pénétration des exploitations sur le terrain de la transformation. Les liens au territoire sont plus ténus et moins personnalisés. Ce modèle, nécessitant des investissements beaucoup plus importants que le premier, est fortement soutenu par les autorités régionales, avec à terme la question du coût de sa multiplication.

3. Quand l’agriculture (re)vient en ville

20La présence de l’agriculture au sein même des villes est une réalité croissante en pays du sud et qui revient en pays du nord, après une éclipse d’au moins un demi‑siècle. Dans tous les cas, il s’agit de systèmes techniques innovants, qui, lorsqu’ils sont orientés vers une fonction alimentaire dominante, le sont le plus souvent pour un public particulier, dans une optique quantitative et/ou de meilleure nutrition. Les situations sont cependant variées, là aussi au Nord comme au Sud [Aubry & Pourias 2012].

  • 6 Celui-ci produit beaucoup de matière verte, mais ne monte plus à graine

21À Antananarivo, la production intra-urbaine de cresson, un produit très prisé des Malgaches, a toujours existé mais elle s’est considérablement développée depuis le milieu des années 1990 : elle occupe des bas-fonds antérieurement rizicoles, où la progression de la charge en matière organique des eaux usées, en l’absence quasi totale de réseau d’assainissement, devient dommageable pour la fructification du riz6, alors supplanté par le cresson dans les parcelles d’amont. Ces parcelles sont souvent le lieu d’une forte pollution microbiologique, qui existe aussi sur les produits récoltés, qui ne sont plus consommables crus ; les consommateurs s’y sont adaptés, cuisant en majorité le cresson, au détriment de ses vertus nutritionnelles [Dabat et al. 2010]. Aujourd’hui, Antananarivo-ville produit entre 95 et 100 % des besoins de la ville en cresson. Le statut sanitaire reste cependant une préoccupation forte et des travaux sont en cours pour trouver des modes « doux » et peu coûteux d’assainissement (lagunage) et/ou d’autres modes de production en hors-sol.

  • 7 A Paris intra muros, on passe de 5 jardins collectifs en 2003 à près de 70 en 2010 et le nombre et (...)
  • 8 Ainsi la récente création, à Montreuil, sur la terrasse d’un grand magasin de sport jouxtant le pér (...)

22Au Nord, c’est à travers trois formes principales que se passe la « reconquête » en cours de la ville par l’agriculture : les jardins collectifs, les formes techniques nouvelles de production « low space no space » et les projets de fermes verticales. Nous ne débattrons pas des deux derniers systèmes, qui suscitent enthousiasmes et/ou controverses [Despommiers 2010] mais ne sont pas vraiment encore représentés en Ile de France. Les jardins collectifs, orientés d’abord vers le loisir et la restauration de liens sociaux [Wegmüller & Duchemin 2010] connaissent une progression exponentielle dans toute les grandes villes du Nord, des États‑Unis, au Canada, mais aussi en Europe (Grande Bretagne, France etc.)7. Une orientation croissante des jardiniers vers la production alimentaire se constate, même si celle-ci peut être surtout symbolique lorsque les surfaces sont très petites [Pourias 2011]. Dans tous le cas, les jardins peuvent nénamoins avoir un « effet d’entraînement », amenant les jardiniers à consommer (ou re-consommer) des légumes et fruits frais [Litt et al. 2011]. Des études sont en cours, des deux côtés de l’Atlantique, pour quantifier et qualifier (y compris sur le plan nutritionnel), les fonctions alimentaires de ces jardins. La diversité des publics y participant est partout forte, avec notamment des personnes en possible situation de précarité (retraités, familles monoparentales). Le cliché du bobo parisien cherchant à se distraire de façon écologique, encore tenace dans certains milieux, ne semble clairement plus adapté8

23Les systèmes « Low space no space » utilisent toutes sortes de dispositifs de culture (agrisacs, tables ou bacs, tours de pneus, bambous..) dans les pays du sud pour une production intra-urbaine, au départ fortement destinée à l’autoconsommation mais pouvant, comme à Dakar [Ba 2007] être une source de revenu monétaire par la vente de surplus, voire susciter des formes nouvelles d’organisation (GIE de femmes à Dakar). Dans les pays du nord, des systèmes tout aussi innovants et pouvant s’inspirer des précédents émergent, soit dans le domaine associatif (la ville de Paris par exemple, souhaite fortement développer de nouveaux jardins associatifs sur les toits) soit à visée commerciale, notamment aux États‑Unis, au Canada (par exemple la Lufa Farm à Montréal). Ils posent à la recherche des questions concernant notamment les techniques de production et les impacts environnementaux positifs ou négatifs. De manière commune au nord et au Sud, quels sont les risques que peuvent affronter ces systèmes du fait des pollutions (sols, air, eau) bien présentes en milieu intra‑urbain ? C’est un des axes des projets de recherche récents ou en cours, avec la spécification et la quantification des risques de pollution des produits à usage alimentaire [Dabat et al. 2010, projet déposé JASSUR ANR Villes et Bâtiments Durables 2012]. Ces systèmes intra-urbains dessinent aussi de nouvelles formes de relations territoriales avec la ville et ses environs, avec l’offre potentielle de substrats de culture qui peuvent valoriser des produits résiduaires organiques locaux. De surcroît, les complémentarités et/ou concurrences que ces nouvelles formes intra-urbaines peuvent présenter avec les formes périurbaines de production professionnelle, notamment en maraîchage, commencent à être interrogées.

Conclusion

24Les fonctions alimentaires des agricultures urbaines et périurbaines semblent dans de nombreux cas en augmentation, dans les pays du sud et aussi dans les pays du nord, sous certaines conditions et/ou pour certaines populations. A l’inverse, l’extension urbaine se poursuivant partout sur les espaces agricoles proches, à rythme variable mais rarement nul, il est très difficile de conclure par un bilan chiffré de ces deux tendances sur la dynamique de la fonction alimentaire, tant les données statistiques sont encore peu nombreuses dans les différents contextes [Zezza & Tasciotti 2010]. Même dans les pays du nord équipés en outils statistiques, il n’est pas toujours facile de « tracer » le devenir des produits de ces agricultures de proximité des villes. Il reste que des phénomènes de nature voisine sont observés : multifonctionnalité croissante des exploitations agricoles dans ou aux franges des villes ; diversification des formes de relations (notamment via les circuits de commercialisation) entre ces agricultures et la ville, diversification forte des modalités techniques de production, pouvant aller vers différentes formes d’artificialisation du milieu ; pénétration croissante de l’agriculture en ville, sous des modalités très variables, rendant vive la question des risques de pollution dus à l’environnement urbain, et d’autant plus si ses produits sont destinés à une consommation alimentaire. C’est en fin de compte l’ensemble des dynamiques territoriales des milieux urbains et périurbains qui est ainsi interrogé par ces signes de reconquête de la fonction alimentaire par l’agriculture urbaine.

Haut de page

Bibliographie

AGRESTE, (2012) – Recensement agricole 2010, http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/recensement-agricole-2010.

Ali, M., De Bon, H. & Moustier. P, (2006) – « Pour la promotion d'une agriculture urbaine et périurbaine multifonctionnelle à Hanoï », Magazine Agriculture Urbaine, n° 15, pp. 9-11.

Antonelli, A. & Lamberti, L. (2011) – « Multifonctionnalité de l’agriculture périurbaine en Italie », Lettre de Veille n° 18 « Agricultures Urbaines en Méditerranée », CIHEAM, Septembre 2011, pp. 8-11, http://www.ciheam.org/

Aubry, C. & Pourias, J. (2013) – « L’agriculture urbaine fait déjà partie du métabolisme urbain », Le Demeter 201,3 « Nature et agriculture pour la ville », pp. 135-155

Aubry, C., Ramamonjisoa, J., Dabat, M-H., Rakotoarisoa, J., Rakotondraibe, J. &Rabeharisoa, L. (2012) – « Urban agriculture and land use in cities: An approach with the multi-functionality and sustainability concepts in the case of Antananarivo (Madagascar) », Land Use Policy, vol. 29, n° 2, pp. 429– 439

Aubry, C., Dabat, M.-H. & Mawois, M. (2010) – « Fonction Alimentaire de l'agriculture urbaine au Nord et au Sud : Permanence et renouvellement des questions de recherche », Actes de la conférence Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food - ISDA 2010, Montpellier, URL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00521221/en/

Aubry, C., Fleury, A., Branduini, P., Rebholtz, V., Ba, A. & Jasion, A.J. (2005) – “The maintenance of an agricultural territory in the urban district of Evry (Ile de France): First steps to sustain local initiatives”, in P. Branduini, P., F.Sangiorgi, F. (Eds.), European Research and Action Network on Intra or Peri Urban Agricultural Spaces, Universita degli studi di Milano, Instituto di Ingegnieria Agraria, Milano, Italy (Proceedings of the International workshop held in Gargnano del Garda, Italy, 24-25 October 2003), pp. 81-88

Ba, A. (2007) – Les fonctions reconnues à l’agriculture intra et périurbaine dans le contexte dakarois : caractérisation et diagnostic de durabilité de cette agriculture en vue de son intégration dans le projet urbain de Dakar (Sénégal), Doctorat AgroParisTech et UCAD, 378 p.

Ba, A. & Aubry, C. (2011) - « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? », Norois, vol. 4, n° 221, pp. 11-24.

Charvet, J.-P. & Poulot, M. (2006) – « Conserver des espaces ouverts dans la métropole éclatée : le cas de l’Ile-de-France », in E. Dorier-Apprill (dir.), Ville et environnement, Paris, Sedes, 2006, pp. 332-369.

Dabat, M.H., Andrianarisoa, B., Aubry, C., Ravoniarisoa, E.F., Randrianasolo, H., Rakoto, N., Sarter, S. & Treche, S. (2010) – « Production de cresson à haut risque dans les bas-fonds d’Antananarivo ? », VertigO , vol. 10, n° 2, http://journals.openedition.org/vertigo/10022

Dabat, M.H., Aubry, C. & Ramamonjisoa, J. (2006) – “Agriculture urbaine et gestion durable de l’espace à Antananarivo (Madagascar) », Economie Rurale, vol. 294–295, pp. 57–73.

Darly, S. (2012) – “Urban Food procurement governance: a new playground for farm development networks in the peri-urban area of greater Paris Region?” in A.M. Viljoen, J.S.C. Viskerke (eds), Sustainable Food planning: evolving theory and practice, Wageningen, Wageningen Academic publishers, pp. 115-126.

Despommiers, D. (2010) – The Vertical Farm, Feeding the world in the 21st Century, Thomas Dunne Books, St Martin Press, 320 p.

Dubbeling, M, De Zeeuw, H. & Van Veenhuizen, R. (2010) – Cities Poverty and Food Multi-stakeholder Policy and Planning in Urban Agriculture, Practical Action Publishing, UK, 178 p (https://practicalactionpublishing.org/)

Esnouf, C., Russel, M. & Bricas, N. (éd.) (2011) – duALIne, Durabilité de l’alimentation face à de nouveaux enjeux. Questions à la recherche, Rapport INRA-CIRAD, 254p, htpp ://www.inra.fr/l_institut/prospective/rapport_dualine

Fleury, A. (2005) – « L‘agriculture dans la planification de l‘Ile-de-France : du vide urbain à la multifonctionnalité territoriale », Cahiers de la Multifonctionnalité, n° 8, pp. 33–46.

Hebel, P. (2010) – Spécificités des consommations alimentaires franciliennes. Communication au séminaire « Filières courtes de distribution, territoires et développement durable » 8 avril 2010. htpp ://www.versailles-grignon.inra.fr./sadapt/proximites/seminaires

Litt, J.S., Soobader, M.J., Turbin, M.S, Hale, J.W, Buchenau, M., Marshall, J.A. (2011) – « The Influence of Social Involvement, Neighborhood Aesthetics, and Community Garden Participation on Fruit and Vegetable Consumption », American Journal of Public Health, vol. 101, n° 8, pp. 1466-1473

Morgan, K, Marsden, T., Murdoch, J. (2006) – « Networks, Conventions and Regions: theorizing « Worlds of Food » in K. Morgan, T. Marsden, Murdoch J. [dir.], Place, Power and Provenance in the Food Chain, Oxford, New York, Oxford University Press, pp. 7-25.

Mougeot, L. J. A. [dir] (2005) – Agropolis. The social, political and environmental dimensions of urban agriculture, IDRC, Ottawa, Canada, 286 p.

Moustier, P., Danso, G. (2006) – « Local economic development and marketing of urban produced food », in R. Van Veenhuizen, R. (Ed.), Cities Farming for the Future: Urban Agriculture for Green and Productive Cities, IDRC, Ottawa, pp. 171–206 [published online].

Moustier, P, Mbaye, A. (1999) – « Introduction », in P. Moustier, P. et al (Ed.), Agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne : actes de l’atelier international du 20 au 24 avril 1998, Montpellier, France, Montpellier, CIRAD, pp. 7-16

Mundler, P. (2010) – « La multifonctionnalité de l’agriculture : enjeux théoriques et d’arbitrage entre politiques sectorielles et politiques territoriale », in B. Jean, D. Lafontaine (ed.), La multifonctionnalité de l’agriculture et des territoires ruraux, enjeux théoriques et d’action publique, Québec, Editions du GRIDEQ, Editions du CRDT, pp. 25-48

N’dienor, M. (2006) - « Fertilité et gestion de la fertilisation dans les systèmes maraîchers périurbains des pays en développement : intérêts et limites de la valorisation agricole des déchets urbains dans ces systèmes, cas de l’agglomération d’Antananarivo (Madagascar) », Thèse de Doctorat de l’INA P-G, soutenue le 22 décembre 2006, Paris, 198 p + annexes.

N’Diénor, M., Aubry, C., Rabeharisoa, L. (2011) – “Stratégies de construction de la fertilité des terres par les agriculteurs dans les systèmes maraîchers périurbains d’Antananarivo », Cahiers Agricultures, n° 20 (4), pp. 280-93.

N’Dienor, M., Aubry, C. (2004) – “Construction de la fertilité des terres et fertilisation des cultures maraîchères en zone périurbaine d’Antananarivo (Madagascar) : atouts et contraintes de la proximité urbaine », Cahiers Agriculture, n °13 (3), pp. 50-57.

Pierrat, A. (2006) – La gestion des déchets à Tananarive : étude de la valorisation de déchets urbains en produits fertilisants. Approche géographique, Mémoire de Master Paris -Université 1 Panthéon-Sorbonne, 63p.

Paddeu, F. (2012) – « Faire face à la crise économique à Détroit : les pratiques alternatives au service d’une résilience urbaine », Annales de Géographie, n° 4, pp. 119-139.

Poulot, M. (2011) – « Des arrangements autour de l’agriculture en périurbain : du lotissement agricole au projet de territoire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 11, n° 2, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11188.

Poulot, M., Rouyres T., (2003) – « Les espaces ouverts en Ile-de-France : quels enjeux pour quels acteurs ? », Canadian Journal of Regional Science/Revue canadienne de sciences régionales, 2003, n° spécial : Structures et dynamiques au-delà des banlieues, XXVI, 2 & 3, été-automne 2003, pp. 431-446.

Pourias, J. (2011) – Jardins Collectifs parisiens : pratiques, fonctions et risques, Mémoire de Master 2 “Environnement, développement, Territoires, Sociétés », AgroParisTech/Museum, 83 p + annexes

Regnault, J. (2006) – La préservation et valorisation des espaces naturels et agricoles de la ceinture verte et des autres secteurs périurbains d’Ile de France. Rapport au Conseil économique et social de la région Ile-de-France, 41 p.

SEGESA (2005) – La dynamique territoriale de l’agriculture et de l’espace rural en Ile de France, 4ème partie Synthèse et recommandations, DREIF, DRIAF. http://driaf.ile-de france.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf_Dynamique_ace_4_cle02747a.pdf., 23 p

Smith, J., Ratta, A. & Nasr, J. (1996) – « Problems related to urban agriculture », in Urban Agriculture: Food, Jobs and Sustainable Cities, New York, UNDP, pp. 197–209.

Soulard, C.T. &Aubry, C. (2012) – « Cultiver les milieux habités, quelle agronomie en zone urbaine ? », Revue Agronomie Environnement & Sociétés, vol1, n° 2 (8), pp. 89-101

Soulard, C.-T. & Thareau, B. (2009) – « Les exploitations agricoles périurbaines : diversité et logiques de développement », Innovations Agronomiques, vol. 5, pp. 27-40.

Toullalan, M. (2012) – Les enjeux de la production et de l’approvisionnement alimentaires en Île-de-France, Rapport au CERS, Commission de l’agriculture, de l’environnement et de la ruralité, mars 2012, 138 p.

Van Veenhuizen, R. (2006) – « Introduction: Cities Farming for the Future », in R. Van Vennhuizen [ed.], Cities Farming for the Future: Urban Agriculture for Green and Productive Cities, RUAF Foundation, IIRR and IDRC, pp. 2-3

Wegmuller, F. & Duchemin, E. (2010) – Multifonctionnalité de l'agriculture urbaine à Montréal :étude des discours sur la base du programme des jardins communautaires, www.isda.com

Zasada, I. (2011) – « Multifunctional peri-urban agriculture – a review of societal demands and the provision of goods and services by farming », Land Use Policy, https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2011.01.008

Zezza, A. & Tasciotti, L, (2010) – “Urban agriculture, poverty and food security: Empirical evidence from a sample of developing countries”, Food Policy, vol. 35, n° 4, pp. 265-273

Haut de page

Notes

1 Ces auteurs considèrent que l’agriculture urbaine est « L’agriculture localisée en ville ou à sa périphérie, dont les produits sont majoritairement destinés à la ville et pour laquelle il existe une alternative entre usage agricole et non agricole des ressources (foncier, eau, main d’œuvre etc.). L’alternative ouvre des concurrences et des complémentarités d’usage [Moustier et Mbaye, 1999]) ».

2 Programme de recherche ADURAA (Analyse de la Durabilité de l’Agriculture à Antananarivo), projet CORUS 2003-2007.

3 Selon les contextes (Nord, Sud et en leur sein), ces activités para-agricoles varient, mais on retrouve souvent la valorisation en circuits courts de productions de l’exploitation, la location de l’équipement ou de la main d’œuvre de l’exploitation (location de bœufs pour la riziculture à Antananarivo, entretien par l’agriculteur francilien des espaces verts ou chemins communaux), la valorisation du sol ou des bâtiments agricoles : à Antananarivo, la fabrication de briques pour la construction urbaine à partir du sol des rizières est une activité rémunératrice pour les agriculteurs ; en Île-de-France, les bâtiments inutilisés peuvent être loués à des entreprises, à des pensions de chevaux etc.

4 Le Ministère de l’agriculture à Madagascar ne s’occupait pas de l’agriculture périurbaine jusqu’ici : ses activités commencent à environ 35 kms de la capitale, soit au-delà de la localisation de la majorité des exploitations maraîchères orientées vers la ville. L’inscription du maraichage périurbain à l’agenda des activités du Ministère est prévue dans la rédaction en cours du plan de soutien à l’agriculture (entretien personnel avec la Directrice de L’Unité de Programmes pour le Développement Régional, UPDR, avril 2012)

5 http://www.draf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/Etude-Caracterisation

6 Celui-ci produit beaucoup de matière verte, mais ne monte plus à graine

7 A Paris intra muros, on passe de 5 jardins collectifs en 2003 à près de 70 en 2010 et le nombre et la surface des jardins collectifs a fortement progressé, le chiffrage statistique étant en cours ; plus de 100 jardins existent aujourd’hui à Montréal et 80 à New York. À Détroit, la reconquête par l’agriculture des espaces rendus vacants par la désindustrialisation permettrait aujourd’hui à près de 16000 familles de s’approvisionner en produits frais [Paddeu 2012].

8 Ainsi la récente création, à Montreuil, sur la terrasse d’un grand magasin de sport jouxtant le périphérique parisien, d’un jardin associatif managé par un groupe de femmes maliennes cherchant à produire ce qu’elles n’arrivent pas à trouver sur le marché (ignames, gombos, différents légumes feuilles).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Aubry, « Les fonctions alimentaires de l’agriculture urbaine au Nord et au Sud - Diversité et convergences », Bulletin de l’association de géographes français, 90-3 | 2013, 303-317.

Référence électronique

Christine Aubry, « Les fonctions alimentaires de l’agriculture urbaine au Nord et au Sud - Diversité et convergences », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-3 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2218 ; DOI : 10.4000/bagf.2218

Haut de page

Auteur

Christine Aubry

UMR SADAPT 16 rue Claude Bernard 75241 Paris Cedex 05, France – Courriel : christine.aubry[at]agroparistech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals