Navigation – Plan du site

Iran, la difficile renaissance d’une nation marginalisée

Iran, the difficult renaissance of a marginalized nation
Bernard Hourcade
p. 581-586

Résumés

L’Iran retrouve peu à peu une place dans l’économie et la politique mondiale. Cette renaissance met en évidence des dynamiques nouvelles et des blocages dont l’analyse ne saurait se fonder sur la simple continuité, sans tenir compte de la rupture profonde de près de quatre décennies d’isolement voulu ou imposé. Les études sur l’Iran réel sont trop rares. Les travaux présentés lors de la réunion de l’AGF en octobre 2016 montrent une société, des relations internationales et des territoires différents des stéréotypes. De nombreuses études nouvelles sont nécessaires pour connaître la complexité du processus de renaissance d’un pays en voie de sécularisation après avoir fait l’expérience de l’islam politique.

Haut de page

Texte intégral

1La séance du 22 octobre 2016 de l’Association de Géographes Français a été consacrée à l’Iran, au moment où ce pays commençait à renouer des relations internationales longtemps conflictuelles, notamment avec les États-Unis. L’Accord du 14 juillet 2015 entre la République islamique d’Iran et les six plus grandes puissances du monde concernant le programme nucléaire iranien, ouvre incontestablement de nouvelles perspectives politiques, mais aussi économiques et culturelles pour cette nation de 80 millions d’habitants, mais aussi pour toute une région ravagée par des guerres depuis 1980 (Irak-Iran, Arménie-Azerbaïdjan, Koweït, Afghanistan, Irak, Syrie…). La porte de l’Iran est désormais ouverte, suscitant une envolée de projets optimistes pour accompagner le « retour » de l’Iran, mais il ne s’agit pas d’un retour au statu quo ante, car bien des choses ont changé à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

2Faute de vraies possibilités de recherche approfondies sur place, les discours stéréotypés sur les réalités dramatiques de l’Iran ou ses potentialités optimistes ont longtemps occulté les analyses faites malgré tout par les chercheurs iraniens ou étrangers. Certes ces travaux étaient trop peu nombreux pour prendre toute la mesure des changements intervenus, mais ils permettent néanmoins de mettre en évidence que l’Iran de 2018 n’est plus celui du chah ni celui de la période révolutionnaire de 1979.

3On assiste aujourd’hui non pas au « retour » de l’Iran du passé, retrouvant ses « racines », mais à la « renaissance » d’un pays et d’une population qui, sans oublier leur héritage national, tirent les leçons de quatre décennies d’islam politique, et veulent participer au plus vite à une mondialisation dont ils ont été marginalisés à la fois par la volonté de rupture des gouvernements « révolutionnaires » et par l’hostilité des pays Occidentaux face à la « menace iranienne ». Passer d’une logique de « résistance » à une dynamique d’ouverture ne se décrète pas et exige du temps. Certains prédisaient un el dorado, mais la reprise économique est lente bien que réelle, ce qui confirme la complexité des changements sociaux, économiques et géographiques qui s’inscrivent dans la longue durée, et la difficulté des défis à relever.

4Par la diversité de leurs approches, les interventions de sociologues, ethnologues, démographes, politistes, économistes et géographes qui ont participé à cette journée d’étude de l’AGF, permettent de mieux mesurer la complexité, les difficultés, les blocages mais aussi les dynamiques qui font la réalité iranienne d’aujourd’hui. Il ne s’agit que de quelques éclairages ponctuels introduisant un peu de rationalité dans un océan de stéréotypes, une invitation à aller plus loin. En complément des textes réunis dans ce volume, on pourra se reporter aux publications des autres intervenants dont les propos sont présentés ici brièvement.

5À travers l’exemple de la tribu nomades des Bakhtyaris dont les territoires de migration s’étendent à tout le Zagros central entre Ispahan et la plaine du Khuzestân, Jean-Pierre Digard rappelle la place exceptionnelle des nomades qui composaient plus du quart de la population de l’Iran au début du XXème siècle, qui contrôlaient un immense territoire et ont eu longtemps des rapports difficiles avec l’État central [Digard 2015]. Si le mode de vie et l’organisation sociale tribale ont profondément changé, le nomadisme pastoral demeure encore aujourd’hui un mode de gestion adapté pour nourrir du bétail dans un environnement difficile. Les conflits politiques entre les tribus et l’État central ayant quasiment disparu, le nomadisme iranien trouve peu à peu une nouvelle place dans l’économie et la culture du pays.

6La démographe Marie Ladier-Fouladi (2003) fut la première à mettre en évidence et à démontrer l’effondrement de la fécondité en Iran à partir de 1986, en corrélation avec les progrès de la scolarisation chez les filles. Les transformations de la société iranienne et de la plupart des sociétés du Moyen Orient, semblaient alors indépendantes ou même en contradiction avec les discours et les politiques démographiques des États [Courbage & Todd 2007]. Après avoir activement accompagné la transition démographique, la politique de la République islamique d’Iran a changé du tout au tout depuis une dizaine d’années : le Guide suprême et les mouvements conservateurs prônent désormais une forte croissance démographique pour disposer au plus vite d’une population politiquement plus docile, issue de couches sociales traditionnelles, au besoin par une immigration étrangère chiite. À travers l’exemple de la démographie, on peut ainsi voir l’importance des débats idéologiques qui traversent l’Iran et dont l’issue est encore incertaine.

7Azadeh Kian montre combien le travail salarié des femmes est un enjeu autant politique, culturel et social qu’économique. Le taux de femmes salariées stagne (16 %) alors que le niveau de formation des femmes et les besoins financiers des nouvelles classes moyennes auraient dû provoquer une forte croissance de l’activité féminine. La forte socialisation des femmes iraniennes dans les domaines sociaux, éducatifs, médiatiques, artistiques et même politiques est bien connue [Kian 2002], mais dans le domaine économique, seul le secteur informel ou l’activité non rémunérée dans les entreprises familiales leur sont vraiment ouverts. Ce blocage vient d’une culture dominante hostile à la présence des femmes dans l’espace public, mais aussi à un discours religieux repris par les forces conservatrices. Le très fort sentiment d’injustice éprouvé par une majorité de femmes, même de milieux traditionnels, est devenu une composante nouvelle et forte de la vie politique iranienne. Le redressement économique durable de l’Iran devra passer par une meilleure intégration économique des femmes, mais le chemin est encore long.

8Toutes les contradictions, potentialités, dynamiques et blocages de l’Iran se retrouvent dans l’analyse de l’économie iranienne présentée par Thierry Coville. Malgré les divers embargos et sanctions qui ont frappé l’économie iranienne depuis la Révolution islamique, le pays ne s’est pas effondré, grâce aux revenus du pétrole, mais aussi grâce à une politique de « résistance » et de subsides à la consommation [Vahidi & Coville 2017]. A partir de 2016, la levée partielle des sanctions a permis de restaurer la confiance et d’attirer les investissements internationaux, mais la reprise est lente car au maintien des sanctions par les États-Unis s’ajoute la difficile reconstruction des structures d’une « économie de résistance » inadaptées à la mondialisation. Le fossé est encore grand entre les potentialités de l’Iran et l’émergence durable du pays comme puissance économique régionale.

9Malgré la réduction des inégalités économiques depuis plusieurs décennies, la pauvreté reste le lot commun de nombreux et vastes quartiers populaires des grandes villes. Plusieurs études de terrain coordonnées par Mina Saidi, urbaniste et géographe, dans les quartiers populaires de Téhéran ont montré comment ces populations défavorisées sur le plan économique se sont organisées pour porter leurs revendications et défendre leur culture locale et leur cadre de vie face à un pouvoir municipal imposant des aménagements sans concertation véritable [Saidi 2013]. La vitalité de la vie citoyenne de ces quartiers rejoint celle, plus globale, des femmes et illustre fort bien les rapports de force complexes qui existent entre le pouvoir central et la population, avec des conflits, mais aussi la recherche négociée de solutions de compromis. Derrière les apparences d’une métropole écrasante, il existe donc à une autre échelle, un Téhéran très vivant qui laisse voir de plus en plus des identités locales, des dynamiques fortes. Deux échelles que l’on retrouve dans la relation entre Téhéran et Dubaï qui ne se limite pas aux échanges économiques qui ont prospéré pour contourner les sanctions américaines.

10A l’évidence, l’Iran est passé à côté de la mondialisation et a vu Dubaï se développer à ses portes. Le contraste entre Téhéran et le jeune émirat est souvent cité pour illustrer la marginalisation de l’Iran depuis la Révolution islamique de 1979, mais cette apparence cache en fait le rôle toujours central joué par l’Iran dans les relations économiques régionales. Alexandre Kazerouni [Kazerouni 2017], qui connaît les deux rives du golfe Persique, montre comment s’est créé à Dubaï un prestigieux marché international de l’art très bien ancré dans la société riche et cosmopolite de l’émirat, donc dans un contexte culturel et économique très éloigné en apparence de l’Iran actuel. En fait, ce marché de l’art est largement alimenté par les artistes iraniens qui trouvent là un moyen de vendre leurs oeuvres, mais aussi par des personnalités et hommes d’affaires iraniens, souvent liés au pouvoir en place à Téhéran.

11Dans un contexte géographique et politique très différent, un autre espace transnational a vu le jour au Nord-ouest de l’Iran, dans la province du Khorasan de part et d’autre de la frontière avec l’Afghanistan. Fariba Adelkhah [Adelkhah 2012] a analysé les relations entre les Iraniens et leurs différents voisins, du point de vue anthropologique, montrant comment les populations frontalières étaient souvent transfrontalières, liées par des langues locales communes et un passé commun qui donne à la notion de frontière une réalité souvent virtuelle. Les relations entre les villes de Mashhad en Iran et de Herat en Afghanistan se sont intensifiées depuis la chute des Talebans en 2001, et ont structuré des relations économiques qui avaient été construites après l’invasion soviétique de 1979 avec l’afflux de très nombreux réfugiés dans le Khorasan iranien. La frontière était alors quasiment inexistante entre les deux pays. Cet espace transnational qui concerne tous les aspects de la vie sociale, culturelle et économique de cette province, semble transcender et être plus durable que les divisions politiques étatiques qui prennent pourtant une nouvelle dimension, maintenant que l’Iran veut affirmer sa nouvelle place géopolitique.

12L’émergence de l’Iran comme puissance régionale s’inscrit dans cette nouvelle géopolitique où les frontières sont affirmées par les États souvent rivaux, mais où les zones transfrontalières se renforcent. Bernard Hourcade insiste sur le fait que l’identité actuelle de l’Iran est complexe et ne saurait se réduire à l’héritage national ou aux années de la fin du régime impérial, quand l’Iran, déjà en voie d’émergence, était dépendant des États-Unis [Hourcade 2016]. La composante islamique de cette identité, qui avait pris une place dominante, est désormais réduite par une forte sécularisation, tandis que l’ouverture internationale fait l’objet d’un consensus, même de la part des factions conservatrices qui font cette concession pour garder le pouvoir. L’Iran serait-il en train de sortir de l’islam politique dont il a fait l’expérience pendant quatre décennies [Chelly 2017] ? Le pays est affaibli, mais l’Iran trouve autour d’un nationalisme recomposé, un consensus qui facilite son émergence internationale mais provoque des conflits avec ses voisins, notamment l’Arabie saoudite.

13Faire un bilan plus complet des questions que pose l’émergence de l’Iran comme puissance régionale supposerait d’approfondir de nombreux sujets qui n’ont pas été abordés ici. Les relations avec les quinze pays frontaliers, et en particulier la Russie (frontalière par le « lac » caspien) ou la Turquie se posent en des termes tout à fait nouveaux depuis la fin de l’URSS et après les guerres qui ont affecté quasiment toutes les régions frontalières du pays. L’émergence des pays d’Asie (Chine, Inde, Japon, Corée), qui occupent progressivement la place laissée vacante par les États-Unis, a des conséquences qui touchent également l’aménagement des voies de communications et des ports. Dans ce nouveau système international, l’Europe, qui a joué un rôle central comme facilitateur dans la recherche d’une issue négociée à la crise du nucléaire, tente de trouver sa place.

14Le principal défi que doit relever l’Iran reste cependant intérieur [http://www.irancarto.cnrs.fr]. L’émergence de la notion de citoyenneté est lente mais réelle, pour stabiliser une vie politique intérieure longtemps violente, et rendre possible un nouveau mode de gestion des territoires où les grandes métropoles régionales cherchent à affirmer leur place face au centralisme de Téhéran. La diversité et les dynamiques géographiques de l’Iran ne sont plus fondées seulement sur les divisions ethnolinguistiques, mais aussi sur la nouvelle localisation des entreprises modernes qui sont en train de se créer, en relation avec les nouveaux investissements internationaux. La géographie des villes a changé avec l’apparition de banlieues et de petites villes où vivent désormais près de 20 % des Iraniens. Enfin la gestion de l’eau est devenue cruciale, car les ressources sont abondantes, mais inégalement réparties et surtout gaspillées faute de système d’épuration. L’émergence de l’Iran pose d’innombrables questions encore peu étudiées.

Haut de page

Bibliographie

Adelkhah, F. (2012) – Les mille et une frontières de l’Iran. Quand les voyages forment la nation, Paris, Karthala, 386 p.

Chelly, A. (2017) – Iran, autopsie du chiisme politique, Paris, Éditions du Cerf, 380 p.

Courbage, Y. & Todd, E. (2007) - Le rendez-vous des civilisations, Paris, Le Seuil, 176 p.

Digard, J.-P. (2015) – Une épopée tribale en Iran, des origines à la République islamique : les Bakhtyâri, Paris, CNRS Éditions, Bibliothèque de l’Anthropologie, 428 p.

Hourcade, B. (2016) – Géopolitique de l’Iran, les défis d’une renaissance, Paris, Armand Colin, 335 p.

Irancarto. http://www.irancarto.cnrs.fr [Cartes d’Iran en ligne (politique, économique) ; Atlas d’Iran, Reclus, 1998 ; Atlas de Téhéran métropole, Téhéran TGIC, 2005

Kazerouni, A. (2017) – Le miroir des cheikhs : musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, PUF, 275 p.

Kian, A. (2002) – Les femmes iraniennes entre islam, État et famille, Paris, Maisonneuve et Larose, 318 p.

Ladier-Fouladi, M. (2003) – Population et politique en Iran. De la monarchie à la République islamique, Les Cahiers de l’INED, n° 150, Paris, INED-PUF, 355 p.

Saidi, M. (ed.) (2013) – Le Téhéran des quartiers populaires. Transformation urbaine et société civile en république islamique, Téhéran / Paris, Institut Français de Recherche en Iran / Karthala, 262 p.

Vahabi, M. & Coville, T. (eds.) (2017) – L’économie politique de la République islamique d’Iran, Paris, Publications de la Sorbonne, Revue internationale des études de développement n° 229, 234 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hourcade, « Iran, la difficile renaissance d’une nation marginalisée », Bulletin de l’association de géographes français, 94-4 | 2017, 581-586.

Référence électronique

Bernard Hourcade, « Iran, la difficile renaissance d’une nation marginalisée », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2405

Haut de page

Auteur

Bernard Hourcade

Géographe, Directeur de recherche émérite au CNRS, Mondes iranien, 27 rue Paul Bert, 94200 Ivry – Courriel : bernard.hourcade[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals