Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94-4La nouvelle politique de populati...

La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis

The new population policy of the Islamic Republic: issues and challenges
Marie Ladier-Fouladi
p. 587-599

Résumés

L’Iran a connu deux politiques démographiques pour réduire sa croissance démographique, sous le régime impérial et sous la République islamique. Alors que la première n’a même pas pu atteindre ses minima la seconde a été couronnée de succès. La fécondité a baissé de 70 % en l’espace de 17 ans : passant de 6,4 enfants par femme en 1986 à 2,3 en 2003. Mais cette révolution démographique a été la conséquence de l’évolution de la société plus que des politiques étatiques. À partir de 2009, le gouvernement et les forces conservatrices ont adopté une politique populationniste pour que la population de l’Iran atteigne 150 millions d’habitants à un horizon proche. L’analyse des dynamiques de la démographie iranienne montre que cet objectif est utopique, mais cache probablement des visées idéologiques et politiques pour contrer l’ouverture sociale en cours et pour affirmer le poids démographique et géopolitique de l’Iran dans la région en compensant la faible fécondité par une politique d’immigration inédite.

Haut de page

Texte intégral

1L’Iran a connu deux planifications familiales en l’espace de vingt-deux ans, sous deux régimes politiques différents. La première fut adoptée par l’État monarchique en 1967 : l’Iran rejoignait alors les 33 pays en développement qui avaient déjà adopté une politique de planification familiale entre 1952 et 1967 [Watson 1977], parmi lesquels l’Égypte, la Tunisie (1964), la Turquie, le Pakistan (1965) et enfin le Maroc (1966). Le succès de ces pays dans le contrôle de leur croissance démographique représentait un tel enjeu pour les organisations internationales et les ONG américaines, que celles-ci ont aussitôt proposé leur collaboration au gouvernement iranien qui était alors considéré comme un élément central de la stabilité régionale [Population and Family Planning in Iran 1971]. L’Iran dès lors bénéficia de l’assistance scientifique, technique et financière de divers organismes internationaux, notamment du Population Council, mais en dépit du déploiement de moyens considérables, allant jusqu’à l’autorisation de l’avortement en 1975, cette première politique de planification familiale n’a pas atteint ses objectifs. A la veille de la Révolution de 1979, la fécondité des femmes (7 enfants en moyenne par femme) et le taux d’accroissement démographique (3 % par an) restaient très élevés [Ladier-Fouladi 2003].

2Avec le renversement de la monarchie et l’instauration de la République islamique en 1979, la collaboration entre le gouvernement iranien et les organisations internationales a été interrompue. Sitôt parvenus au pouvoir, les nouveaux dirigeants ont mis fin aux programmes de planification familiale et surtout à la campagne de limitation des naissances, mais sans pour autant mettre un terme aux activités en cours comme la distribution gratuite de moyens contraceptifs par les centres de planification familiale. Malgré des discours et incitations en faveur de la famille traditionnelle, la nouvelle politique démographique n’était moins motivée par des considérations religieuses, puisque l’islam n’interdit pas l’usage de contraceptifs, que par des motifs politiques. La nouvelle République islamique d’Iran s’affirmait résolument comme anti-occidentale, avait rejoint le camp des pays non-alignés et suivait le modèle de pays comme l’Algérie qui avait déclaré lors de la Conférence mondiale sur la population de Bucarest en 1974 : « la meilleure pilule, c’est le développement », pour montrer son opposition aux recommandations venant des pays occidentaux.

3Cette période d’absence de politique démographique cohérente et l’interruption des programmes de planification familiale a duré dix ans, jusqu’à la fin de la guerre Irak-Iran en août 1988. Dans la période qui a suivi, la priorité allait désormais à la reconstruction du pays, avec notamment la préparation du premier Plan quinquennal de développement socio-économique. La question de l’accroissement démographique revint alors sur le devant de la scène de façon spectaculaire, avec la volte-face de la République islamique qui décida la mise en place d’une politique dynamique de maîtrise de la croissance démographique.

4Cette deuxième politique de planification familiale qui débuta en 1990, s’est avérée très efficace et globale, en accompagnant les femmes dans leurs projets sociaux et familiaux, ce qui a permis d’accélérer la baisse de la fécondité, entamée vers le milieu des années 1980 [Ladier-Fouladi 2003]. Le nombre moyen d’enfants par femme, qui avait déjà reculé de 1,6 entre 1979 et 1989, c’est-à-dire pendant la période d’absence de politique démographique cohérente, a commencé à baisser à vive allure, passant de 6,4 enfants par femme en 1986 à 2,1 enfants en 2003, soit une baisse de près de 70 % en l’espace de 17 ans. La transition démographique iranienne fut l’une des plus rapides de l’histoire. Alors que le rythme de croissance naturelle de la population était resté remarquablement stable sur une longue période, au niveau très élevé de 3 % par an entre 1956 à 1986, le taux d’accroissement a commencé à s’écrouler pour atteindre 1,9 % par an entre 1986 et 1996 et 1,3 % par an durant la décennie 2006-2016 [Statistical Center of Iran 2017]. L’Iran, qui comptait 80 millions d’habitants lors du recensement de 2016, semblait alors avoir réussi à maîtriser sa croissance démographique, ouvrant ainsi des perspectives nouvelles de développement économique et social.

5Ce bilan positif rend d’autant plus surprenante la décision prise en 2014 par le Guide suprême de la République islamique Ali Khamene’i de mettre fin à la planification familiale et d’y substituer une nouvelle politique démographique pour favoriser la croissance de la population. Du point de vue économique et social, ce changement de politique paraît tout sauf rationnel, car l’Iran se trouvait alors dans un contexte économique extrêmement critique, avec la baisse du niveau de vie, le chômage des jeunes, la lenteur du redressement économique attendu après la levée des sanctions économiques, sans compter les difficultés de l’État pour payer les pensions de retraite ou pour assurer un minimum de soins médicaux aux plus démunis. Il est donc légitime de s’interroger sur les véritables raisons de ce revirement de la politique démographique de la République islamique. Quel a été le processus de mise en cause de la planification familiale, quelle est la réalité de l’évolution démographique du pays, quel serait l’impact démographique, idéologique et politique d’une telle politique populationniste ?

1. Mahmoud Ahmadinejad s’oppose à la planification familiale

6La deuxième planification familiale néo-malthusienne mise en place en 1989 avec l’approbation du Guide de la révolution Rouhollah Khomeyni avait été réalisée par le Département de la planification familiale du Ministère de la Santé. Il proposait alors gratuitement les moyens contraceptifs les plus adaptés : pilule, stérilet, préservatif, ligature des trompes, vasectomie. Des campagnes d’information étaient organisées pour toucher, avec succès, toutes les couches de la population, notamment en zone rurale, et montrer les avantages d’une limitation du nombre d’enfants. Le gouvernement a même promulgué en avril 1991 un décret stipulant que le quatrième enfant et les suivants seraient privés de l’aide aux familles et que les mères salariées n’auraient plus droit au congé maternité pour donner naissance à leur quatrième enfant ou aux suivants.

7Cette politique, qui semblait être très bien reçue par la population, fut pourtant critiquée par Mahmoud Ahmadinejad, élu président de la République en 2005. En décembre 2006, lors d’une session parlementaire, il a remis en cause pour la première fois la politique de contrôle des naissances des gouvernements précédents en déclarant que : « Deux enfants ne suffisent pas, la population d’Iran doit atteindre 120 millions de personnes ». Il multiplia ensuite les déclarations hostiles à la propagande sur la limitation des naissances. Cette position de rupture avec une politique efficace et largement approuvée par la population, suscita de vifs débats publics et même à la télévision. Les démographes et les économistes furent les plus déterminés dans leur opposition à cette politique, en soulignant les conséquences socio-économiques que pouvait entraîner une croissance démographique rapide. Devant la fermeté des critiques, mais aussi devant le fait que le Guide ne semblait pas suivre le Président sur ce point et que la situation politique intérieure et internationale était très tendue sur la question prioritaire de la reprise du programme nucléaire, Mahmoud Ahmadinejad a préféré ne plus insister publiquement, pendant quelques temps, sur ses intentions en matière démographique. Il fit cependant ajouter par le Parlement un troisième alinéa à l’article 1 de la loi d’avril 1991, qui consistait à annuler, en quelque sorte, la suppression de l’aide de l’État à partir du quatrième enfant.

  • 1 Notons que depuis 2009 il ne s’agit plus de 120 millions d’habitants mais de 150 millions.

8Au lendemain de sa réélection frauduleuse en juin 2009 [Ladier-Fouladi 2009, Khosrokhavar & Ladier-Fouladi 2012], alors que la légitimité du régime avait été sérieusement remise en cause, le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad, soutenu désormais par le Guide suprême, tout en réprimant le mouvement protestataire postélectoral baptisé « Mouvement vert » reprit son offensive contre la politique néomalthusienne en vigueur pour affirmer des ambitions régionales hégémoniques qui semblaient dépasser la stricte politique démographique : « notre pays a la capacité d’atteindre une population de 150 millions de personnes1 » [Khabaronline 2011]. Il prit alors plusieurs mesures d’incitation financières et de contrainte pour démanteler la politique de limitation des naissances à deux enfants et atteindre dans un horizon proche, la masse de population espérée :

  1. Mise en place (septembre 2009) d’un plan d’épargne (compte d’investissement) appelé Caisse d’avenir des enfants d’Iran (Sandugh-e âtieh-ye farzandân-e irânzamin ), pour tous les nouveau-nés, à partir du 21 mars 2010, jour du nouvel an iranien, avec versement initial par l’État d’un million de touman, soit environ 560 Euros. Par la suite, le Fonds devait être alimenté jusqu’au 18e anniversaire de l’enfant, par la contribution régulière du gouvernement pour environ 67 Euros par an et par celle des parents que le gouvernement encourageait à effectuer un dépôt mensuel de l’équivalent de 13 Euros [ILNA 2019 a].

  2. Création de la Fondation du mariage simple et durable (bonyâde ezdevâje âsân va pâydâr) au sein du Département des affaires des femmes du Ministère de l’Intérieur, pour faciliter les mariages [Dolat 2010], en clair, les mariages précoces. En novembre 2010, lors d’un rassemblement pour rendre hommage aux « Acteurs et bienfaiteurs du mariage » (khayerin va fa’âlân-e hozeye ezdevâj), le président recommanda expressément le mariage précoce : « Pour moi, l’âge idéal pour le mariage des femmes est entre 16 et 18 ans et celui des hommes entre 19 et 21 ans » [ILNA 2010b], alors que l’âge moyen au premier mariage, en constante augmentation, était alors, respectivement, de 24 et 27 ans.

  3. La réduction (en octobre 2012) des crédits des centres de planification familiale pour qu’ils ne soient plus en mesure de distribuer gratuitement de moyens contraceptifs [Mehrkhaneh 2012].

9Sachant que la mise en place à partir de décembre 2010 d’un système de subventions directes (l’équivalent de 60 Euros tous les deux mois) attribuées à chaque Iranien, quel que soit son âge, pour compenser la suppression des subventions de l’État à l’énergie, fut de facto une mesure incitative pour que les familles, notamment les plus démunies, décident de faire plus d’enfants.

10Dès l’annonce de la création du plan d’épargne pour les nouveau-nés, les parlementaires, ainsi que plusieurs notabilités politiques membres de l’influent Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime, ont vivement critiqué cette initiative. Ils ont souligné son coût élevé et la nécessité, dans le contexte de crise économique, aggravée en raison des sanctions liées à la crise du nucléaire, de donner la priorité à l’emploi, au logement et au mariage des jeunes [Wafa 2011]. Faute de l’accord du Parlement, ce projet fut abandonné, mais le gouvernement chercha d’autres moyens de financement en espérant un changement de majorité après les élections législatives de 2012.

11La question démographique s’inscrivait clairement dans un projet politique plus global. On peut formuler l’hypothèse que par cette politique populationniste, Mahmoud Ahmadinejad tentait de reconstituer une large base sociale pour recouvrer une légitimité perdue et s’assurer une survie politique à long terme. L’objectif d’un Iran de 150 millions d’habitants n’était pas seulement une utopie réactionnaire, conservatrice, favorisant le retour à un ordre patriarcal, mais l’affirmation d’une volonté de rupture avec l’évolution en cours de la société iranienne. C’est bien le corps social iranien actuel, dans sa modernité, que le président entendait remodeler. L’idéologie politique ne se déployait pas ici sur un espace inconnu ou insaisissable, mais bien sur un espace social dont le président populiste avait parfaitement compris à la fois l’hostilité et le potentiel de mobilisation.

2. Le Guide suprême s’empare de la question de limitation des naissances

12Confronté à la même contestation politique du Mouvement vert de 2009 que le Président, le Guide Ali Khamene’i a pris à son compte les critiques de la politique néomalthusienne de l’État. Le Guide n’a pas hésité à soutenir cette politique populationniste et déclarait en août 2011 : « notre pays a les moyens d’avoir 150 millions d’habitants. [….] Toutes les démarches et politiques pour contrôler la croissance démographique ne devront être entreprises qu’après que le pays aura atteint 150 millions d’habitants » [Khamene’i 2011].

13Après les résultats des élections législatives de 2012, en demi-teinte pour les partisans de M. Ahmadinejad, Ali Khamene’i a pratiqué une sorte de surenchère en faveur d’une politique clairement populationniste, comme pour concurrencer le Président dans ce domaine, après que les deux hommes politique aient rompu leur alliance en avril 2011. En juillet 2012, il souligna : « Des études scientifiques et des expertises montrent que si la politique de contrôle de la population continue, celle-ci vieillira progressivement et finira par réduire la population » [Khamene’i 2012]. Il enjoignit alors les autorités à reconsidérer la politique démographique et le clergé à mobiliser tous les moyens pour sensibiliser l’opinion publique à cette question, avec le concours des médias. Dans ce contexte, Mahmoud Ahmadinejad a pu réduire le budget de la planification familiale en octobre 2012. La Conférence nationale sur le changement démographique, organisée dans la ville sainte de Qom en octobre 2013 fut l’occasion pour le Guide de déclarer : « Je crois toujours que notre pays n’est pas un pays de 75 millions d’habitants mais de 150 millions d’habitants ; au moins 150 millions d’habitants ai-je dit, ils peuvent être encore plus nombreux » [ISNA 2013].

14De son côté, le nouveau Parlement avait entamé la préparation d’une loi intitulée « Population et transcendance de la famille » qui, selon le président de la commission de la santé publique du Parlement, comprenait 50 articles [Mashreghnews 2013], dont un limitait formellement l’embauche des femmes et des hommes célibataires et accordait la priorité, dans le secteur public comme dans le secteur privé, d’abord aux hommes mariés avec enfants puis aux hommes mariés sans enfant et enfin aux femmes mariées avec enfants. En l’absence de demandeurs d’emploi mariés, les célibataires, hommes ou femmes, qualifiés pour le poste pouvaient être embauchés. Estimant que l’examen de ce projet de loi prenait trop de temps, le Guide, comme l’y autorise l’article 110 de la Constitution, prit alors un décret en 14 articles pour préciser sa stratégie en la matière, et contraignait ainsi les trois pouvoirs, le législatif, l’exécutif et le juridique, à la mettre en œuvre.

15La troisième politique de population est ainsi née en mai 2014. Contrairement aux deux premières, ce décret, appelé « Politiques générales de la population », enjoignait toutes les institutions étatiques à contribuer à l’accroissement démographique. Cependant, les articles étaient rédigés en des termes équivoques qui pouvaient prêter à des interprétations différentes selon le contexte. Par exemple, l’objectif d’atteindre les 150 millions d’habitants n’y apparaissait pas, mais le premier article stipulait clairement qu’il s’agissait de : « Promouvoir la dynamique, la croissance et la jeunesse de la population par une hausse de la fécondité qui doit se situer au-dessus du seuil de remplacement des générations », sans préciser le niveau visé de la fécondité. L’ensemble des institutions étatiques et des organisations publiques étaient sommés de prendre les mesures nécessaires pour réduire l’âge du mariage des jeunes, diffuser et institutionnaliser le mode de vie « islamique et iranien », renforcer les composantes de l’identité nationale (iranienne, islamique et révolutionnaire), créer de nouvelles zones de peuplement, en particulier dans les îles sur les côtes du golfe Persique et de la mer d’Oman, gérer l’émigration et l’immigration de concert avec les politiques générales de population, encourager les Iraniens expatriés à revenir et à investir dans le pays et faire en sorte de bénéficier de leurs capacités [Khamene’i, 2014].

16Toutes ces recommandations, au fort contenu idéologique, mettent bien en évidence le caractère populationniste de la nouvelle politique démographique de l’État iranien, érigée en plan stratégique aux dimensions idéologiques claires, qui visait à accroître le nombre d’individus fidèles aux valeurs de la République islamique, sans prendre en considération les contraintes et exigences économiques et démographiques ni, bien évidemment les attentes sociales des Iraniens.

3. La population de l’Iran : évolution et perspective

17Cette politique démographique nouvelle est-elle justifiée ? L’Iran est-il à la veille d’un vieillissement massif et d’un déclin numérique ? Une analyse de la situation et des perspectives démographiques de l’Iran apporte des éléments de réponse évidents.

18Au cours de ces deux dernières décennies, la structure par âge de la population iranienne a été profondément modifiée en raison de la très rapide transition démographique. Selon les résultats du recensement de 2016, sur 79,9 millions d’habitants, 24 % seulement avaient moins de 15 ans, tandis que la part de la population en âge d’activité économique de 15 à 64 ans atteignait le taux très élevé de 70 % et les 65 ans et plus représentaient 6 % de la population totale. Ainsi, le rapport des groupes d’âges actifs aux inactifs dans la population totale s’avère plus élevé qu’il ne l’a jamais été auparavant. L’Iran est donc à un moment clé de son évolution démographique. Cette « fenêtre » ou « cadeau » démographique offre une opportunité exceptionnelle, historique, pour favoriser la croissance économique à condition que l’État parvienne à créer un environnement propice à la relance de l’emploi. On constate au contraire que le taux de chômage en 2016, très probablement sous-estimé, était de 12,2 % et celui des jeunes de 15-24 ans à 29 %. La République islamique est donc en train de gaspiller son potentiel de population active. Au lieu de recommander la mise en place de politiques adéquates pour tirer profit de cette opportunité démographique, toutefois provisoire, le Guide a choisi au contraire de pointer du doigt le vieillissement de la population.

19Certes, le processus de vieillissement de la population est bien réel et vient seulement de commencer. Cette réalité implique de mettre en œuvre d’urgence une politique de couverture sociale pour les personnes âgées (pension de retraite, assurance vieillesse et soins spécifiques). En aucun cas une politique populationniste, dont les effets sont à moyenne terme, ne saurait répondre au vieillissement actuel de la population iranienne. Les données statistiques de la pyramide des âges permettent de faire des projections démographiques quasiment incontournables : en 2025, l’Iran comptera 91 millions d’habitants, dont 7 millions (8 %) de plus de 65 ans, tandis que les 15-64 ans resteraient encore très nombreux avec 62 millions de personnes (68 %). La « fenêtre » démographique historique dont bénéficie actuellement le pays, avec une population en âge de travailler très nombreuse, restera donc une opportunité durable. Les projections établies par la Division de la population des Nations Unies précisent par ailleurs qu’en 2050, avec 101 millions d’habitants – et non 150 –, l’Iran restera un des pays les plus peuplés du monde, au 17e rang mondial. À cette date, près d’un quart de la population totale serait âgée de 65 ans et plus, mais c’est encore la part de la population en âge d’activité qui serait la plus importante, avec 60 % de la population totale. Ces données incontestées montrent que, dans un avenir prévisible, l’Iran ne sera absolument pas menacé de décadence ni de dépopulation ni de non-renouvellement des générations. Cela confirme l’hypothèse que la nouvelle politique démographique initiée par Mahmoud Ahmadinejad et confirmées par le Guide, obéit d’abord à des considérations d’ordre politique et idéologique.

4. Quelle faisabilité ? Questions financières et politiques

20La première question qui se pose pour la faisabilité de cette nouvelle politique populationniste est son coût financier. La crise économique que traverse le pays est évidente après d’une part, les années de sanctions, de mauvaise gestion ou de baisse des cours du pétrole et d’autre part les difficultés financières de l’État aggravées par les engagements militaires de l’Iran en Syrie et en Irak. Dans ce contexte, le financement d’une politique populationniste semble très difficile.

21Depuis plusieurs années, un nouveau modèle familial s’est imposé dans l’ensemble du pays, et pas seulement dans les grandes villes, avec une famille nucléaire de taille restreinte, et un âge au mariage de plus en plus tardif. Pour changer ce modèle solidement ancré dans la culture iranienne contemporaine, il faudrait prendre des mesures compensatoires financières fortes et attractives. Faute de moyens financiers, l’État a donc choisi la contrainte légale. La mesure la plus importante, et dans une certaine mesure la plus décisive, fut l’arrêt définitif en décembre 2013 de la distribution gratuite de moyens contraceptifs et des services aux familles que le Département de la planification familiale du ministère de la Santé offraient aux familles modestes pour contrôler leur fécondité [Mashreghnews 2013]. En août 2014, le Parlement a adopté de son côté une loi interdisant les pratiques de la vasectomie et de la ligature des trompes, prévoyant des sanctions sévères contre les médecins qui enfreindraient ces nouvelles dispositions.

22La propagande idéologique et les différentes mesures de contrainte prises depuis 2010 pour favoriser l’accroissement démographique ont-elles été efficaces ? La population iranienne s’est accrue récemment au rythme annuel de 1,2 %, un taux d’accroissement qui est resté stable depuis 2006. La comparaison des deux pyramides des âges de la population en 2011 et 2016 (Figure 1), montre cependant que la dernière génération de 0 à 4 ans, est plus nombreuse que celle des cinq années antérieures.

Figure 1 – Pyramides des âges de la population en Iran

Figure 1 – Pyramides des âges de la population en Iran

Source : Centre de Statistiques d’Iran, Recensements généraux de la population et du logement (2011 et 2016)

23Le nombre annuel de naissances déclarées à l’Organisation de l’état civil est en effet passé de 1,3 million en 2011 à 1,5 million en 2015 (Figure 2), ce qui correspond à une hausse du taux de fécondité totale de 1,9 enfant par femme en 2011 à 2,2 en 2015, et tendrait à montrer que la politique populationniste a commencé à avoir des effets. Cependant, dans même temps, on constate paradoxalement une forte baisse du nombre de mariages de 874 792 en 2011 à 685 352 en 2015, et à une poursuite de l’augmentation du nombre de divorces constatée depuis plus d’une décennie : 142 841 divorces enregistrés en 2011 et 163 765 en 2015.

Figure 2 – Évolution des effectifs des naissances, des mariages et du taux de fécondité totale (TFT) en Iran depuis 1967

Figure 2 – Évolution des effectifs des naissances, des mariages et du taux de fécondité totale (TFT) en Iran depuis 1967

Source : Administration de l’État civil, TFT : estimations de Marie Ladier-Fouladi à partir de méthodes indirectes

24Faute de données détaillées appropriées, il est difficile d’analyser ces statistiques paradoxales. On peut estimer que la hausse du taux de fécondité totale est liée à celle de la seule fécondité légitime, autrement dit celle des couples mariés. L’accès difficile aux contraceptifs, comme les nouvelles mesures de contrainte au contrôle des naissances depuis 2012 et plus particulièrement depuis 2014, peuvent expliquer cette hausse de la fécondité dans le mariage. La hausse des naissances durant cette période pourrait donc représenter notamment des grossesses non-désirées.

25On peut également penser que la légère hausse récente de la fécondité en Iran est comparable à celle que l’on constate après deux décennies de baisse dans d’autres pays, donc sans rapport avec une politique démographique nationale, en Algérie [Ouadah-Bedidi 2017] ou en Égypte [de Bel-Air 2017], où la hausse est en relation directe avec l’augmentation du nombre de mariages, ce qui n’est pas la cas de l’Iran où le nombre des mariages baisse depuis 2009.

26Une autre explication possible et le fait que les grandes tendances démographiques ne s’expliquent pas toujours par la politique des États mais par des changements sociaux et culturels profonds, qui ont leur propre autonomie. Ce fut notamment le cas en Iran, durant la décennie 1979-1989 où la fécondité des femmes a commencé à diminuer malgré l’absence de programmes étatiques de planification des naissances, mais alors que les moyens de contrôle des naissances étaient malgré tout largement accessibles et mieux acceptés par les populations [Ladier-Fouladi 2003] Les Centres de planification familiale, sans faire de propagande pour la limitation des naissances, continuaient en effet à distribuer gratuitement des contraceptifs, tandis que dans les zones rurales, les Centre de soins créés dès 1982, en charge de la santé des mères et des enfants, ont joué un rôle déterminant dans la diffusion d’information et de sensibilisation à la contraception. Cette décennie des débuts de la République islamique s’est donc distinguée à la fois par l’absence de politique démographique de l’État et par la dynamique propre d’une société en pleine transformation.

27Dans tous les cas, il est encore tôt pour se prononcer sur la tendance de la fécondité en Iran. Il faudra attendre la mise en application de la loi « Population et transcendance de la famille » pour pouvoir réellement évaluer l’impact et la capacité de la nouvelle politique de population de la République islamique à accroître, ou non, le niveau de la fécondité et accélérer le taux d’accroissement démographique.

5. L’horizon politique du populationnisme

28Les discours et les politiques démographiques des États traduisent plus des objectifs politiques globaux que des ambitions concernant la population stricto-sensu. Il est très probable que les responsables de la République islamique connaissaient pertinemment la réalité des caractéristiques durables de la population en Iran et ses perspectives d’évolution à moyen terme. L’objectif d’un Iran de 150 millions d’habitants dans un avenir proche semble donc être l’expression d’une ambition politique cachée plus qu’un projet démographique, aux attendus sociaux, qui a l’avantage d’occulter des objectifs politiques susceptibles de provoquer de fortes oppositions.

29Après les émeutes de 2009 portées par une population profondément transformée qui semblait échapper au gouvernement, il s’agissait, pour le Guide suprême et le président Ahmadinejad de créer une nouvelle base sociale fidèle aux idéaux nationalistes, religieux et révolutionnaires de la République islamique. Pour peupler le territoire d’une telle nouvelle population, le décret de 2014 sur les « Politiques générales de la population », laisse voir en filigrane, ou évoque de façon discrète, d’autres moyens que l’augmentation de la fécondité, impossible à obtenir à brève échéance. Il s’agirait d’encourager certains Iraniens expatriés à revenir au pays et à y investir leurs capitaux, et surtout de favoriser une politique inédite d’immigration. Dans ce but, il serait possible que l’État iranien intègre dans la population nationale les quelques millions d’Afghans, réfugiés et/ou résidents en « situation irrégulière », qui vivent en Iran de longue date. Cette méthode a déjà été mise en œuvre depuis 2015 pour les Afghans qui se font enrôler par les Gardiens de la révolution (Pasdarân) comme miliciens pour combattre aux côtés de l’armée syrienne, et qui ont reçu la nationalité iranienne pour eux et leur famille.

30Cette politique massive d’accueil ou d’intégration d’immigrants pourrait également concerner les miliciens chiites recrutés en Afghanistan ou au Pakistan qui combattent aux côtés des Pasdarans en Syrie. Ces populations chiites correspondent à ce qui est décrit dans l’article 13 du décret qui incite à : « Renforcer les composantes de l’identité nationale (iranienne, islamique et révolutionnaire) et promouvoir le consensus et l’intégration sociale sur le territoire, en particulier, dans les zones frontalières et parmi les expatriés iraniens ». Ces populations chiites seraient particulièrement utiles si elles étaient implantées dans les zones frontalières où les populations locales sont souvent transfrontalières, sunnites, non-persanophones, et souvent en conflit avec l’État central. Il serait ainsi possible de transformer l’identité culturelle et politique de certaines régions en favorisant à très court terme l’immigration d’une population nombreuse fidèle aux valeurs de la République islamique et définies comme composantes de l’identité nationale nouvelle.

31Dans le contexte de guerres et des rivalités géopolitiques qui affectent la région, en particulier face à l’Arabie saoudite et à la Turquie, cette politique démographique favorisant l’augmentation rapide de la population nationale iranienne, chiite et fidèle à l’idéologie de la république islamique, traduit à la fois la volonté du gouvernement iranien de changer les rapports de force politiques internes au pays, mais aussi de faire perdurer une supériorité démographique régionale incontestable, et de renforcer l’existence de zones d’influences peuplées de chiites. Les enjeux des politiques démographiques iraniennes dépassent donc les dynamiques des populations et traduisent clairement des ambitions de puissance régionale.

Haut de page

Bibliographie

De Bel-Air, F. (2017) – « Quand la fécondité repart à la hausse, de l’Égypte à la Jordanie », Orient XXI, http://orientxxi.info/fr, mis en ligne 6 juin 2017.

Dolat (2010) – http://dolat.ir/, 19 septembre 2010, [Site d’information du gouvernement].

Ilna (2010 a) – http://www.ilna.ir/, 7 avril 2010, [Iranian Labour News Agency].

Ilna (2010 b) – http://www.ilna.ir/, 20 novembre 2010, [Iranian Labour News Agency].

Isna (2013) – http://www.isna.ir/news/92080905480/, 31 octobre 2013, [Iranian Students’ News Agency]

Khabaronline (2011) – « Les discours et les raisons du Président de la république pour l’accroissement démographique », http://www.khabaronline.ir/news-125864.aspx, le 26 janvier 2011. [Agence iranienne d’information. Daftar-e motaleât-e zanân (Bureau des études féminines)]

Khamenei, A. (2012) - http://farsi.khamenei.ir. 24 juillet 2012 [Bureau du Guide suprême].

Khamene’i, A. (2014) - http://farsi.khamenei.ir/, 20 mai 2014 [Bureau du Guide suprême]

Khosrokhavar, F. & Ladier-Fouladi, M. (2012) – The 2009 Presidential Election in Iran: Fair or Foul?, EUI Working Papers, RSCAS 2012/29, Florence, Robert Schuman Centre For Advances Studies, Mediterranean Programme, 22 p.

Ladier-Fouladi, M. (2003) – Population et politique en Iran. De la monarchie à la République islamique, Les Cahiers de l’INED, n° 150, Paris, INED-PUF, 355 p.

Ladier-Fouladi, M. (2009) – « Iran : le dessous des cartes électorales », La vie des idéeshttp://www.laviedesidees.fr/Iran-le-dessous-des-cartes.html, mise en ligne le 23 juin 2009

Mashreghnews (2013) – http://www.mashreghnews.ir, 28 décembre 2013 [Agence iranienne d’information Mashregh News].

Mehrkhaneh (2012) – http://mehrkhane.com/, 4 octobre 2012, [Site iranien d’information et d’analyse sur la famille et les femmes].

Ouadah-Bedidi, Z., (2017) – « Plus de doute, la fécondité augmente en Algérie », Orient XXI, mis en ligne le 4 avril 2017 http://orientxxi.info.

Statistical Center of Iran (2017) – Selected Results of the 2016 National Population and Housing Census. Tehran. http://amar.org

United Nations Population Division (2013) – World Population Prospects: The 2012 Revision, New York, United Nations Population Division, 2013.

United Nations (1971) – Population and Family Planning in Iran, 1971, Rapport (TAO/IRA/60), 139 p.

Wafa, (2011) – http://www.wafa.ir/, 5 juin 2011, [International Women and Family Agency],

Watson, W. B., (éd.), (1977) – Family Planning in the Developing World, A Population Council Factbook, New York, 77 p.

Haut de page

Notes

1 Notons que depuis 2009 il ne s’agit plus de 120 millions d’habitants mais de 150 millions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Pyramides des âges de la population en Iran
Crédits Source : Centre de Statistiques d’Iran, Recensements généraux de la population et du logement (2011 et 2016)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 – Évolution des effectifs des naissances, des mariages et du taux de fécondité totale (TFT) en Iran depuis 1967
Légende Source : Administration de l’État civil, TFT : estimations de Marie Ladier-Fouladi à partir de méthodes indirectes
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Ladier-Fouladi, « La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis »Bulletin de l’association de géographes français, 94-4 | 2017, 587-599.

Référence électronique

Marie Ladier-Fouladi, « La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.2418

Haut de page

Auteur

Marie Ladier-Fouladi

Socio-démographe, Directrice de recherche au CNRS, EHESS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, 54, bd. Raspail, 75006 Paris – Courriel : ladier[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search