Navigation – Plan du site

La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis

The new population policy of the Islamic Republic: issues and challenges
Marie Ladier-Fouladi
p. 587-599

Résumés

L’Iran a connu deux politiques démographiques pour réduire sa croissance démographique, sous le régime impérial et sous la République islamique. Alors que la première n’a même pas pu atteindre ses minima la seconde a été couronnée de succès. La fécondité a baissé de 70 % en l’espace de 17 ans : passant de 6,4 enfants par femme en 1986 à 2,3 en 2003. Mais cette révolution démographique a été la conséquence de l’évolution de la société plus que des politiques étatiques. À partir de 2009, le gouvernement et les forces conservatrices ont adopté une politique populationniste pour que la population de l’Iran atteigne 150 millions d’habitants à un horizon proche. L’analyse des dynamiques de la démographie iranienne montre que cet objectif est utopique, mais cache probablement des visées idéologiques et politiques pour contrer l’ouverture sociale en cours et pour affirmer le poids démographique et géopolitique de l’Iran dans la région en compensant la faible fécondité par une politique d’immigration inédite.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

1. Mahmoud Ahmadinejad s’oppose à la planification familiale
2. Le Guide suprême s’empare de la question de limitation des naissances
3. La population de l’Iran : évolution et perspective
4. Quelle faisabilité ? Questions financières et politiques
5. L’horizon politique du populationnisme

Aperçu du texte

L’Iran a connu deux planifications familiales en l’espace de vingt-deux ans, sous deux régimes politiques différents. La première fut adoptée par l’État monarchique en 1967 : l’Iran rejoignait alors les 33 pays en développement qui avaient déjà adopté une politique de planification familiale entre 1952 et 1967 [Watson 1977], parmi lesquels l’Égypte, la Tunisie (1964), la Turquie, le Pakistan (1965) et enfin le Maroc (1966). Le succès de ces pays dans le contrôle de leur croissance démographique représentait un tel enjeu pour les organisations internationales et les ONG américaines, que celles-ci ont aussitôt proposé leur collaboration au gouvernement iranien qui était alors considéré comme un élément central de la stabilité régionale [Population and Family Planning in Iran 1971]. L’Iran dès lors bénéficia de l’assistance scientifique, technique et financière de divers organismes internationaux, notamment du Population Council, mais en dépit du déploiement de moyens considérables, al...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Ladier-Fouladi, « La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis », Bulletin de l’association de géographes français, 94-4 | 2017, 587-599.

Référence électronique

Marie Ladier-Fouladi, « La nouvelle politique de population de la République islamique : enjeux et défis », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2418 ; DOI : 10.4000/bagf.2418

Haut de page

Auteur

Marie Ladier-Fouladi

Socio-démographe, Directrice de recherche au CNRS, EHESS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, 54, bd. Raspail, 75006 Paris – Courriel : ladier[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals