Navigation – Plan du site

Les tribus nomades, les Bakhtyâri en particulier, et l’État iranien, des Qâjâr à la République islamique

Nomadic tribes, the Bakhtyaris, and the Iranian state, from the Qajar to the Islamic Republic
Jean-Pierre Digard
p. 614-628

Résumés

Après une rapide présentation des principales caractéristiques géographiques et sociales du nomadisme en Iran, l’article étudie l’évolution du traitement des tribus nomades par l’État iranien, d’abord comme de partenaires sous surveillance sous la dynastie Qâjâr, puis comme d’un problème tantôt de police, tantôt de développement par les souverains Pahlavi, enfin avec un pragmatisme aux résultats contrastés et fluctuants par la République islamique. La conclusion examine les possibilités et les conditions d’un avenir de l’élevage mobile (nomade ou transhumant) en Iran.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

1. Une forme originale de nomadisme
2. Une organisation sociale contrastée et instable
3. Avec l’État Qâjâr, une relation d’hostilité réglementée
4. Les Pahlavi père et fils ou la « modernisation » à la cravache
5. La République islamique et son pragmatisme
1) Dégradation des pâturages
2) Détérioration des conditions sociales du nomadisme
6. Les tribus nomades d’Iran ont-elles encore un avenir ?

Aperçu du texte

1. Une forme originale de nomadisme

L’Iran, pays qui comporte, aujourd’hui encore, la plus importante population de pasteurs nomades du monde — quelque 2,5 millions de nomades répartis sur un tiers de la superficie du pays (550 000 km2) et sur 95 % de sa surface utile (5 000 km2) —, se signale également par une forme originale de nomadisme : nomadisme montagnard, vertical, avec déplacements de faible amplitude (300 km au plus), ascendants au printemps et descendants en automne, aux itinéraires invariables, entre un hivernage sur les piémonts chauds (garmsir en persan ou qeshlâq en turc) et un estivage sur les alpages frais (sardsir ou yeylâq), chaque année aux mêmes emplacements marqués par des alignements de pierres (voir carte ci-dessous).

Fig. 1 - Le territoire et les itinéraires de nomadisation des Bakhtyâri

Fig. 1 - Le territoire et les itinéraires de nomadisation des Bakhtyâri

Source : UMR 7528 Mondes iraniens et indiens, 2014, d’après J.P. Digard et A. Karimi, 1974

Ce nomadisme ne doit toutefois pas être confondu avec la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Digard, « Les tribus nomades, les Bakhtyâri en particulier, et l’État iranien, des Qâjâr à la République islamique », Bulletin de l’association de géographes français, 94-4 | 2017, 614-628.

Référence électronique

Jean-Pierre Digard, « Les tribus nomades, les Bakhtyâri en particulier, et l’État iranien, des Qâjâr à la République islamique », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2440 ; DOI : 10.4000/bagf.2440

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Digard

Anthropologue, Directeur de recherche émérite au CNRS, Membre de l’Académie d’Agriculture de France, UMR 7528/» Mondes iranien et indien », CNRS, 27, rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine Courriel : jpdigard[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals