Navigation – Plan du site

Esthétisation, patrimonialisation et mise en tourisme des puces de Saint-Ouen

New aesthetics, heritage making and tourism development in Saint-Ouen’s flea market
Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot
p. 23-42

Résumés

Cet article vise à l’étude des transformations du marché aux puces de Saint-Ouen, entre son développement touristique et son intégration aux logiques métropolitaines induites par de nouvelles circulations de capitaux. Situé à la périphérie nord de Paris, ce marché existe depuis 100 ans et est concerné par des dynamiques contradictoires. A partir d’enquêtes auprès des acteurs publics et privés et l’étude des projets développés à proximité ou au sein des Puces, l’objectif est de comprendre comment l’intégration de cet espace, auparavant aux marges de la métropole touristique, constitue un indicateur des nouvelles modalités du développement touristique, et des enjeux que cela soulève. Les Puces de Saint-Ouen sont représentatives de mutations métropolitaines plus larges, dans lesquelles le tourisme dans les espaces périphériques constitue un adjuvat de la régénération urbaine. De plus, de nouveaux investissements changent la dimension sociale de cet espace, basé sur une nouvelle esthétique, tandis que des politiques de développement touristique sont menées. Toutefois, en raison de son atmosphère particulière, cet espace est protégé par un périmètre patrimonial, tandis que les puciers sont opposés à ce passage d’un marché dédié au commerce à un lieu mis en avant pour ses dimensions expérientielles. Ces dynamiques posent l’enjeu de la régulation du développement urbain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Introduction
1. Les puces de Saint-Ouen à l’heure de la mondialisation
2. Les puces, lieux emblématiques de nouvelles pratiques touristiques métropolitaines
3. Patrimonialisation, esthétisation, mise en tourisme : le nouveau paysage des puces de Saint -Ouen
4. Les Puces de Saint-Ouen dans le contexte du nouveau paysage touristique francilien
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La dimension touristique des puces de Saint-Ouen, d’abord marginale, s’est considérablement affirmée au cours des dernières années, sous la conjonction de deux tendances. Tout d’abord, les acteurs publics territoriaux (la municipalité de Saint-Ouen, l’intercommunalité Plaine Commune, mais aussi la Ville de Paris) veulent développer plus clairement la nature touristique d’un lieu très visité – mais dont les modalités de fréquentation restaient ambiguës et difficiles à cerner. Ensuite, la pratique touristique se transforme, de plus en plus attirée par ces lieux « hors des sentiers battus » [Gravari-Barbas & Delaplace 2015, Delaplace & Gravari-Barbas 2016a, 2016b] situés aux périphéries proches des villes, et qui entrent en résonnance avec des logiques de réinvestissement métropolitain.

Les évolutions des clientèles traditionnelles des antiquités, en partie transatlantiques, ont amené de nouvelles approches de consommation, non plus seulement de produits (antiquités) mais d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « Esthétisation, patrimonialisation et mise en tourisme des puces de Saint-Ouen », Bulletin de l’association de géographes français, 95-1 | 2018, 23-42.

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « Esthétisation, patrimonialisation et mise en tourisme des puces de Saint-Ouen », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-1 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2019, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2554 ; DOI : 10.4000/bagf.2554

Haut de page

Auteurs

Maria Gravari-Barbas

EA EIREST - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Courriel : maria.gravari-barbas[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Sébastien Jacquot

EA EIREST - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Courriel : sebastien.jacquot[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals