Navigation – Plan du site

La fièvre du jeudi soir : soirées festives étudiantes et commerce de centre-ville à Angers

Thursday night fever : student festive nights and business activity in Angers’ downtown
Lionel Guillemot et Emmanuel Jaurand
p. 97-112

Résumés

Dans une ville moyenne à fonction universitaire comme Angers, les sorties étudiantes en soirée sont un élément important de l’animation du centre-ville. Les impacts sont à la fois d’ordre symbolique, avec la construction de l’image d’une ville jeune et festive, et d’ordre économique : une enquête de terrain auprès de divers commerces du centre-ville (bars, supérettes, etc.) a montré le rôle de la fréquentation étudiante nocturne sur le rythme et l’orientation de leurs activités. Comme dans d’autres villes françaises, la municipalité mène une politique de régulation de l’animation nocturne, qui a des effets sur les dynamiques spatiales de l’activité commerciale au sein du centre-ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les recherches sur les temporalités urbaines ont émergé progressivement depuis la fin des années 1980 avec les premières politiques des temps apparues en Italie [Belloni 1998, Mareggi 2002] et se sont développées surtout au tournant des années 1990-2000 [Godard 1997, Gwiazdzinski 2005a, Royoux 2007]. En France, de premières expériences de bureaux des temps sont lancées dans les années 1990 afin de tenter de coordonner les heures d’ouverture et de fermeture des services publics, de synchroniser les horaires d’ouverture avec les heures majoritaires de non-travail des habitants ; la désynchronisation de certains mouvements permettant de décongestionner les voies de circulation et d’étaler les heures de pointe, telle à Poitiers entre les heures de reprise des services de l’hôpital et les heures de cours des étudiants sur le campus proche. L’objet de cette étude centrée sur la ville d’Angers s’inscrit dans le prolongement de précédentes recherches portant sur les temporalités dans différentes villes dont Angers, réalisées dans le cadre d’un programme de recherche européen (Urban Net Project) « Chronotope » au cours duquel des enquêtes avaient été réalisées (reprises en partie ici et complétées) [Soumagne & al. 2013].

2Pour cette recherche, nous nous sommes concentrés sur les soirées festives étudiantes et leurs relations au commerce de centre-ville, mais aussi aux enjeux associés à ces temporalités spécifiques. Nous nous interrogerons ici sur les temporalités des fêtes étudiantes nocturnes et sur l’action publique accompagnant / encadrant parfois spécifiquement ces animations, même si les étudiants ne sont pas les seuls à produire d’éventuelles nuisances sonores en ville.

3Par soirées festives étudiantes, nous entendons des réunions à plusieurs le plus souvent autour d’un verre ou des événements spécifiques (pour une promotion ou une école), qui relèvent d’une pratique de loisir de proximité et d’actions de déroutinisation. Il s’agit de voir en quoi et dans quelle mesure les étudiants ont un impact sur les commerces du centre-ville d’une ville moyenne à fonction universitaire importante (Angers) et contribuent à orienter les stratégies des acteurs (privés et publics) en matière d’usage de la ville. La dimension socio-économique est indissociable d’une dimension culturelle relative à l’image de la ville à travers la place prise par le loisir ou la fête. On ajoute qu’en lien avec des préoccupations de santé (et de sécurité) publique, la question de l’achat et de la consommation d’alcool (qui relève d’une expérience de défoulement, au cœur du loisir) a été privilégiée.

4Le cas d’étude retenu, la ville d’Angers, ville moyenne assez proche de la métropole nantaise, présente une fonction d’enseignement supérieur étoffée avec deux universités (l’Université d’Angers –UA– et l’Université Catholique de l’Ouest –UCO–) et de nombreuses écoles (AgroCampus Ouest, ESSCA, ENSAM, etc.) (Fig. 1). Au total il y aurait 38.500 étudiants pour une population communale de 155.734 habitants (estimation au 1/1/2017), environ 270.000 pour l’agglomération. Les sites universitaires se composent d’un campus éclaté en péricentre (quartier St Serge, hôpital et UCO) accessible en quelques minutes à pied depuis le centre-ville et d’un campus périphérique situé à trois kilomètres du centre (Belle-Beille, créé à partir des années 1970). Paradoxalement, la ville d’Angers a la réputation d’une ville tranquille et peu remuante (à la différence de Rennes ou Nantes) et ces soirées festives peuvent y être vues comme perturbatrices voire être stigmatisées par d’autres acteurs.

5Ainsi, après une brève présentation de la méthodologie mobilisée pour cette recherche (encadré ci-après), nous détaillerons les impacts relevés sur les commerces de centre-ville (1), puis chercherons à comprendre le déroulement de ces soirées festives en ville (2) et terminerons en analysant les politiques de régulation mises en place (3).

Figure 1 – Localisation des établissements d’enseignement supérieur, des supérettes et centres commerciaux sur la commune d’Angers

Figure 1 – Localisation des établissements d’enseignement supérieur, des supérettes et centres commerciaux sur la commune d’Angers

Source : Fond de carte OSM 2017 ; BDTOPO-IGN 2015. Relevés de terrain 2017Réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017

6Aperçu méthodologique :

7Pour cette recherche, nous avons eu recours à une pluralité de méthodes pratiquées en géographie sociale, à la fois qualitatives et quantitatives. Ainsi, une partie des données mobilisées sont issues d’un travail d’enquêtes auprès des acteurs concernés : commerçants, étudiants, associations, riverains, pouvoirs publics. Pour ce qui est des commerçants, nous avons réalisé des entretiens au printemps 2017 avec les gérants (ou au moins des salariés) de l’ensemble des bars-pubs et des supérettes du centre-ville élargi d’Angers, soit respectivement 29 entretiens auprès de gérants de bars-pubs et 18 auprès de ceux de supérettes. Ces entretiens semi-directifs ont principalement porté sur la part de la fréquentation étudiante, ses rythmes à différents pas de temps (année, semaine, cycle de 24h), les consommations effectuées, les relations avec la mairie concernant les heures de fermeture et les terrasses le cas échéant. Pour les données relatives aux étudiants, notre travail croise des données issues de l’Enquête Vie étudiante de 2011, d’enquêtes auprès d’étudiants sur leurs pratiques des soirées festives (331 questionnaires renseignés en 2014) et de riverains réalisées en 2014 dans le cadre de recherches précédentes (initiées au sein du programme européen de recherche Chronotope : Aménagement spatio-temporel pour des villes résilientes) [Soumagne & al. 2013, Soumagne 2015] complétées par des entretiens réalisés au printemps 2017 (Fig. 2). Enfin, des entretiens ont aussi été menés auprès d’associations, de riverains et de pouvoirs publics (Mme Karine Engel, adjointe au maire d’Angers chargée du commerce et de l’artisanat le 31/05/2017 à sa permanence de la rue du Haras, police municipale le 6/04/2017 au soir sur la place du Ralliement).

8Notre travail repose aussi sur un relevé systématique de terrain afin de recenser puis cartographier l’ensemble des établissements commerciaux retenus au centre-ville d’Angers (bars-pubs et supérettes) et mesurer in situ les évolutions (présence de friches –secteur Bressigny–, extensions récentes –rue St Laud–).

1. Des impacts sensibles sur les commerces du centre-ville, voire au-delà

1.1. Deux types de commerces privilégiés

9Il s’agit d’approcher la mesure des impacts des soirées festives étudiantes à travers la sélection de certains types de commerces auprès desquels l’enquête de terrain (ou statistique) a été menée. Il existe une variété de commerces concernés, au premier chef ceux en rapport avec l’alimentation, et notamment les boissons. Mais certains types de commerces ont une valeur heuristique insuffisante en raison de :

  • leur nombre relativement limité qui ne permettrait guère de saisir des dynamiques spatiales d’ensemble : il s’agit des fast foods, discothèques et kebabs ;

  • la part modeste de la clientèle étudiante régulière (pizzerias, restaurants), très minoritaire pour des raisons qui tiennent aux habitudes de consommation étudiantes et au niveau des prix ;

10Nous avons donc fait le choix de nous focaliser sur deux types de commerces, à la fois de nombre suffisant, assez dispersés en divers points du centre ou de la ville, très fréquentés par les étudiants et ayant un rapport avec la consommation d’alcool : il s’agit des bars-pubs et des supérettes, soit dans le premier cas, des lieux marchands de la fête et dans le second cas, de commerces permettant le déroulement de la fête ailleurs, c’est-à-dire dans l’espace public ou à domicile.

Figure 2 – Secteurs fréquentés lors des soirées festives étudiantes au centre-ville d’Angers

Figure 2 – Secteurs fréquentés lors des soirées festives étudiantes au centre-ville d’Angers

Source : Fond de carte OSM 2017 ; BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017

1.2.Des bars et pubs de centre-ville à forte fréquentation étudiante

11La forte fréquentation étudiante des bars-pubs du centre-ville avait été mise en évidence par l’enquête Vie étudiante de 2011 et celle réalisée en 2014 (Chronotope). Ces enquêtes et notre relevé de terrain ont montré la prédominance classique d’une localisation centrale, à l’intérieur de la ceinture des boulevards Ayrault et Carnot (au nord), du Maréchal Foch (à l’est) et du Roi René (au sud) (Fig. 2). Il y a plusieurs dizaines de ces bars-pubs dans le centre-ville ainsi délimité et seulement quelques-uns dans des quartiers péri-centraux : l’ancien faubourg de La Doutre sur la rive droite de la Maine ainsi que le quartier de la gare au- delà du boulevard Foch qui sont tout de même accessibles en quelques minutes à pied depuis le centre- ville. Au sein du centre lui-même, on a à la fois une certaine dispersion en secteurs regroupant plusieurs établissements plus ou moins proches, mais surtout une concentration particulièrement forte et remarquable le long d’un « axe central » Nord-Sud dans le secteur piétonnier (rue Saint-Laud et rue des Poêliers). Par endroits, les bars ouverts sur de larges terrasses et accolés ou très proches sont l’élément dominant de l’activité commerciale de cette artère ; on citera le cas emblématique du bar du Centre, bien nommé, d’une ampleur de 24m, qui constitue un haut-lieu de rassemblements étudiants rue Saint-Laud. Il y a d’autres commerces avec une fréquentation étudiante (discothèque, kebabs) ou diversifiée (restaurants, bars à cocktails) mais la présence forte et visible des étudiants, l’appropriation de l’espace réalisée sur les terrasses des bars via le regroupement et l’ambiance sonore qui l’accompagne font que cette fraction de la population impose sa marque et ses codes temporairement au cœur de la ville. Certains bars organisent aussi des concerts ou des soirées étudiantes et peuvent être privatisés pour la promotion d’un établissement particulier.

1.3. Les supérettes, des commerces utilisés par les étudiants pour la préparation des soirées festives

12Le second type de commerce pris en compte dans notre enquête est constitué des supérettes, qui se sont d’ailleurs multipliées ces dernières années dans le centre et le péri-centre : la dernière supérette ouverte est d’ailleurs installée en face de la présidence de l’Université d’Angers depuis octobre 2016 (U express) (Fig. 3). L’enquête qualitative reposant sur des entretiens avec les gérants (printemps 2017) a permis de montrer la réalité de l’effet de la fête étudiante sur leurs ventes. La grande majorité est clairement concernée par un effet des soirées festives étudiantes, mais à des degrés variables. Cet effet porte principalement sur le jeudi (fin d’après-midi et soir pour celles ouvertes jusqu’à 22h comme les magasins Carrefour City Market), voire le mercredi et le vendredi, mais aussi le samedi soir. Dans des quartiers péri-centraux où la population étudiante résidente est nombreuse, l’affluence du jeudi soir conduit des établissements à devoir repousser l’heure de fermeture réelle compte-tenu de l’affluence : au Carrefour City Pasteur, la gérante nous a indiqué que le mode de paiement choisi par les étudiants (paiement individuel par chaque membre d’un groupe d’étudiants) était aussi un facteur d’encombrement à la caisse. Les établissements relèvent une multiplication par trois des ventes d’alcool ces jeudis, de fortes ventes de pizzas, sandwiches, accompagnements pour l’apéritif, etc.

13L’impact sur les supérettes des soirées festives étudiantes, principalement à travers les ventes de boissons alcoolisées, montre que ces soirées peuvent se dérouler ailleurs que dans des lieux dédiés comme les bars ou les pubs, notamment pour une question de budget, au moins pour une partie de la soirée. C’est que ces soirées ne relèvent pas d’un événement à caractère commercial obligatoire mais constituent plutôt une pratique de loisir à caractère rituel.

Figure 3 – Localisation des supérettes et effet du « jeudi soir » au centre-ville d’Angers

Figure 3 – Localisation des supérettes et effet du « jeudi soir » au centre-ville d’Angers

Source : Fond de carte OSM 2017 ;BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017

2. Les soirées festives étudiantes : une pratique collective de loisirs à dimension rituelle

14Il s’agit ici de comprendre le fonctionnement et les objectifs des pratiques festives étudiantes, afin de mieux saisir leur relation au commerce local, relation dont on répète qu’elle existe mais n’est ni systématique ni complète. On peut envisager ces soirées festives étudiantes comme relevant d’une pratique de loisir rituelle avec trois caractéristiques principales : elles constituent un rite d’inversion, sont marquées par l’excès et leurs codes ne cadrent pas parfaitement avec ceux du commerce.

2.1. Un rite d’inversion

15Le loisir en général est conçu en rupture avec le travail dont il constitue un envers, mais dans le cadre de l’univers quotidien, ce qui fait sa différence avec le tourisme qui lui, se place en dehors de l’espace-temps quotidien [Stock 2003]. Pour les étudiants, même s’ils ne sont pas reconnus comme des actifs, le temps de loisir correspond à celui passé en dehors de l’apprentissage. Les soirées festives proposent une inversion du point de vue de l’ordre des préoccupations, un relâchement par rapport aux contraintes de l’apprentissage. Si les étudiants sont bien ensemble en journée, c’est sous la contrainte d’adultes plus âgés et dans une position de relative soumission : à travers la fête, c’est la pression des plus âgés qui est évacuée et la parole, retenue pendant les cours, se libère. Du point de vue des temporalités des fêtes étudiantes, l’inversion est double :

  • d’abord par rapport au rythme de vie étudiant de la journée : les rassemblements et fêtes peuvent commencer en toute fin d’après-midi et se prolonger jusque tard dans la nuit, juste avant la reprise des cours de 8h... ;

  • ensuite par rapport au rythme quotidien et hebdomadaire de ces mêmes adultes, qui respectent des horaires classiques liés à l’activité ou à la chalandise. Les adultes actifs sont présents et visibles au centre-ville surtout en journée en semaine et leurs sorties se situent en fin de semaine, principalement les vendredis et samedis soirs, jours pour lesquels la clientèle des établissements est plus diversifiée. Concernant la fréquentation étudiante, on observe une montée en puissance dans la semaine (Fig. 4). Alors que normalement le mercredi est la soirée la plus calme de la semaine pour les autres publics, on note la progression récente de soirées étudiantes décalées sur ce jour, ce qui permet aux établissements concernés d’étaler la fréquentation. Surtout, le jeudi est désormais la soirée la plus importante pour les étudiants, à domicile et/ou à l’extérieur : elle est connue sous l’expression du « pic du jeudi soir », qui est à la fois une réalité statistique (de peu) et surtout une représentation collective. Les enquêtes montrent qu’en moyenne, les étudiants sortent trois soirs par semaine [Desse 2015]. La fréquentation étudiante en semaine est cependant conforme à la tendance générale observée dans les pratiques en rapport avec l’économie de la nuit : on assiste depuis le début des années 2000 à un glissement hors week-end et plus tôt en soirée [Gwiazdzinski 2005-2 et 2016].

Figure 4 – Soirs de sortie des étudiants angevins au cours de la semaine

Figure 4 – Soirs de sortie des étudiants angevins au cours de la semaine

Source : Enquête Chronotope, Angers, 2014

2.2. Des soirées marquées par l’excès

16Moment privilégié du relâchement des contraintes, le temps de loisir peut être celui des excès. En l’occurrence, l’excès le plus connu des soirées festives étudiantes est lié à la consommation d’alcool. Dans toutes les supérettes, les achats d’alcool sont cités en premier par les commerçants quand on évoque les soirées étudiantes, avec des alcools forts (rhum, vodka, gin, et certains spécifiquement étiquetés « jeunes ») et des bières. Les entretiens ont établi qu’il existait une certaine dimension genrée dans le type de boisson alcoolisée, avec une surreprésentation relative du vin ou cocktails chez les filles et de la bière chez les garçons, selon une tendance relevée par ailleurs [Desse 2015]. Pour tous, l’alcool marque une rupture forte avec le temps de la journée : il permet précisément de perdre le contrôle de soi alors que le temps de l’apprentissage est marqué par de fortes contraintes et de la retenue. Il est très important que l’alcool soit partagé, d’un point de vue symbolique (bouteille d’alcool fort ou pack de bières). L’alcool permet ainsi une expérience commune et identique, le partage de sensations et le rapprochement des membres du groupe (au sens propre et figuré...). Ces excès ont aussi une fonction de fabrication du collectif et d’intégration [Chapuis 1989] : le groupe d’étudiants, à travers des sensations communes et les souvenirs qui en découleront, se constitue en groupe ou en bande.

2.3. Des soirées entre lieux marchands et non marchands

17Par rapport à l’existence des soirées festives étudiantes, les commerces sont un moyen possible mais non nécessaire : certaines se déroulent à domicile, comme l’ont révélé les enquêtes menées à Angers et dans d’autres villes universitaires. La sortie dans les bars ou en boîte s’inscrit dans un cheminement complexe de la fin d’après-midi à la fin de la nuit, qui passe par des lieux marchands et d’autres non marchands, à savoir l’espace public et le domicile. Un véritable « cabotage urbain » se développe à travers un réseau de lieux, privés ou publics [Boissonade 2005]. La mobilité dans la ville a aussi une fonction exploratoire de l’urbanité et les lieux sont choisis en fonction de la possibilité qu’ils offrent pour se rassembler [Kokoreff 2005]. A domicile ou en divers points et hauts lieux du centre-ville, des groupes s’agrègent ou se recomposent au fur et à mesure de l’avancée de la soirée et des lieux fréquentés. L’alcool acheté dans les supérettes, qui revient bien moins cher que celui consommé dans les bars, peut être consommé au domicile d’un des participants ou dans la rue. Les cadavres de bouteille retrouvés dans les poubelles du centre-ville comme sur le campus Saint-Serge en témoignent. Il existe même des moyens de se procurer de l’alcool alors que les supérettes et les bars ont fermé (respectivement vers 22h ou 2h). Depuis 2013, il existe sur Angers des services privés de livraison à domicile de boissons, alcool, sandwiches, pizzas, etc. qui disposent de sites internet de commandes en ligne (Apero Phone, Apero Joke, Alerto Apero, Apero LJ, etc.). Les horaires de fonctionnement de ces services (de 21h ou 22h à 5h ou 6h) montrent bien qu’ils viennent se substituer aux supérettes et épiceries lorsque celles-ci sont fermées. Une doctorante de géographie qui a fait partie des équipes de vigilance d’Angers contre l’alcoolisation excessive (équipe Noxambules) nous a même indiqué que la livraison des particuliers (à domicile ou au pied du logement) pouvait aussi se faire en dehors de tout circuit officiel (via des publicités « sauvages » avec numéro de portable), au moins à Tours à sa connaissance.

18Il apparaît donc que les soirées festives étudiantes ont des logiques qui ne coïncident que partiellement avec celles du commerce officiel et qu’elles posent des enjeux de régulation. La logique de marchandisation de la fête, par ailleurs banalisée, et du loisir, relevée par ailleurs [Crozat & Fournier 2005], est donc à l’œuvre mais n’est pas totale. D’un point de vue spatial, la fluidité est aussi la règle, avec une forte mobilité et une utilisation des diverses opportunités offertes par une gamme de lieux privés ou publics, payants ou non.

3. Des dynamiques spatiales des commerces concernés largement liées à la régulation publique

3.1. Les pouvoirs publics et les lieux festifs marchands en France

19Le sujet des débordements de jeunes sur la voie publique a progressivement retenu l’attention des médias à partir des années 1990, notamment en Espagne (Botellon), au Royaume-Uni (Binge drinking) ou en Suède (Berusningdrickande), voire participe à l’image festive de certaines destinations de Spring breaks (Cancun, mais aussi de stations balnéaires en Croatie, en Espagne, etc.). Ce thème est apparu plus tardivement en France [Desse 2015] où certaines mesures prises par les municipalités concernées furent directement inspirées de bonnes pratiques testées ailleurs : ainsi l’exemple des Pierrots de la nuit mis en place à Paris en 2011, inspiré de diverses expériences européennes préalables comme à Barcelone, Tarragone ou Vienne. La répartition et les dynamiques des lieux marchands concernés par les soirées festives étudiantes résultent du jeu croisé des acteurs, dont les acteurs publics. De façon générale, les municipalités peuvent agir sur les soirées festives étudiantes à travers les pouvoirs de police dont elles disposent. Elles décident des horaires de fermeture des établissements de nuit, l’existence de terrasses et l’ouverture ou la fermeture des établissements disposant d’une licence IV. Une des difficultés de l’action des municipalités est de concilier des intérêts contradictoires : ceux des commerçants, des étudiants, des riverains, etc. Alors que les pouvoirs publics doivent garantir l’ordre et la sécurité, la fête est souvent synonyme de dépassement des limites. Dans toute la France, des conflits récents ont opposé les municipalités et des associations de riverains d’une part, aux établissements de nuit et leurs clients, d’autre part : ainsi à Paris jusque dans des quartiers branchés comme Oberkampf (automne 2014), à Lille (arrêté municipal en 2014 avançant l’heure de fermeture des bars de 3h à 1h), à Toulouse (nouvel arrêté en 2011 d’interdiction de la consommation d’alcool sur l’espace public) ou dans des stations balnéaires (Argelès-sur-mer, fermeture à minuit en dehors de quelques périodes depuis 2013), etc. Au-delà des décisions ponctuelles, c’est l’image d’une ville qui est en jeu. Pour Angers, les soirées festives étudiantes peuvent être perçues de façon ambivalente, comme élément d’attractivité ou de trouble. La municipalité actuelle, à travers la maire-adjointe au commerce et à l’artisanat, Karine Engel, se félicite d’avoir autant d’étudiants dans la ville, qui jugent la ville agréable très majoritairement, mais dit aussi son souci de maintenir un équilibre entre les diverses populations habitant le centre-ville et son refus d’avoir des « rues de la soif », ce qui se traduit notamment par la volonté municipale de ne pas acquérir de licence IV en cas de fermeture d’établissement et de limiter leur nombre au chiffre actuel.

3.2. Un encadrement plus strict de l’animation nocturne à Angers

20En fait, depuis le début des années 2000 et comme bien d’autres villes en France, Angers n’échappe pas à la tendance générale d’un encadrement plus strict de l’animation nocturne. Alors qu’en 2014, une alternance politique a mis fin à des décennies de gestion municipale socialiste, on peut souligner des éléments de continuité mais aussi des différences entre les deux équipes municipales successives en la matière. Par arrêté municipal du 22 septembre 2009, la Ville a pris des mesures de restriction de la consommation d’alcool limitées à certaines rues. Le 19 avril suivant (2010), l’interdiction est étendue à un périmètre comprenant tout le centre-ville et le quartier péri-central autour de la rue Bressigny, haut lieu des soirées étudiantes alors. Fait important, l’interdiction a une amplitude considérable, de 18h à 4h et de septembre à juin, ce qui correspond précisément à la période d’activité universitaire (et non à la période touristique estivale) (fig. 2 et 3). A Angers, ce volet réglementaire a été complété par un volet préventif, avec la mise en place d’équipes mobiles de proximité (étudiants, animateurs, infirmiers) allant à la rencontre des jeunes le soir pour prévenir les alcoolisations massives, les conduites à risque et limiter les incivilités (les Noxambules, mis en place en 2012). A la même époque, d’autres municipalités ont restreint les horaires de vente d’alcool à emporter, ce qui a touché de plein fouet les épiceries et supérettes à ouverture tardive. Suite à une série de rencontres dans le cadre de la conférence de la vie nocturne lancée en 2013, impliquant les différents acteurs concernés (Ville, Préfecture, police nationale, chambre de commerce et d’industrie, établissements d’enseignement supérieur, étudiants, bars et discothèques, conseils de quartier), Angers a adopté une charte de la vie nocturne en février 2014 et mis en place un comité de suivi afin d’encadrer les soirées étudiantes. Avec la municipalité actuelle, aux commandes depuis 2014, la tendance à l’encadrement se fait plus nette, notamment par rapport aux établissements de nuit. L’installation nouvelle de caméras de surveillance sur la voie publique permet une répression accrue des délits de voie publique (dont l’ivresse), mais aussi une surveillance en temps réel des bars en matière de possible débordement sur le trottoir (interdit en l’absence de droit de terrasse) ou de non respect de l’horaire de fermeture. Ces caméras ont aussi un rôle dissuasif pour les trafics et consommations de drogues, mais aussi de sécurisation des déambulations nocturnes pour les femmes. La question de la vidéo-surveillance ne fait pas consensus chez les élus puisque l’ancienne municipalité n’y était pas favorable et qu’une fois dans l’opposition, les élus de gauche n’ont pas soutenu sa mise en place.

3.3. Vers une concentration des lieux de la fête dans l’hypercentre ?

21Ces décisions municipales sont un élément important, mais pas unique, des facteurs qui commandent les dynamiques spatiales des commerces en rapport avec les soirées festives, principalement les établissements à fermeture tardive. La géographie des fêtes nocturnes à Angers montre ainsi le net déclin du secteur traditionnel de la rue Bressigny, rue étroite bordée de commerces, dont les trottoirs n’offrent pas de possibilité de terrasses, et reliant un boulevard entourant le centre (Boulevard Foch) au faubourg de La Madeleine (Fig. 2). Pour évaluer cette tendance, bien perçue par les commerçants actuels de la rue, consternés par les devantures fermées ou abandonnées d’autres établissements, nous avons pris comme repère une carte établie par notre collègue d’ESO Jérôme Prugneau en 2011 dans le cadre de l’enquête Vie étudiante. Fondée sur les réponses de 1200 étudiants de l’UA, sa carte des bars habituels des étudiants en montre alors 4 pour la seule rue Bressigny sur une section de moins de 200m. Il n’en reste plus que deux ouverts en 2017 (Fig. 5), et les friches commerciales concernent aussi d’autres établissements que les bars (photo 1).

22

Photo 1 – Déprise commerciale Rue Bressigny, Angers.

Photo 1 – Déprise commerciale Rue Bressigny, Angers.

Façade aveugle d’un ancien bar-pub : Le Soft (fermé depuis l’été 2016)

Source : E.J., mars 2018

23Si les gérants de restaurants et bars actuels mettent en cause une répression accrue contre les dépassements d’horaires et les débordements d’animation et phénomènes d’agglutination sur la voie publique, il faut aussi ajouter l’insécurité liée à des affaires de drogue et de viol dans les années 2010 qui a nui à la réputation de cette ancienne rue de la soif. La restructuration du Boulevard Foch tout proche autour du nouveau tramway (2011), avec le maintien et le développement de nombreux bars à terrasses a aussi exercé une concurrence forte, surtout dans le contexte de l’impossibilité de fumer à l’intérieur des lieux publics depuis le 1er février 2007. Plus récemment, c’est le secteur central de la rue Parcheminerie, non loin de la Maine, qui a été visé par une fermeture à 23h imposée aux établissements de nuit pour sanctionner le non respect de l’ancien horaire de 2h et aussi endiguer le trafic et la consommation de drogue à proximité de certains bars.

Figure 5 – Evolution des bars-pubs fréquentés par les étudiants entre 2011 et 2017 au centre-ville d’Angers

Figure 5 – Evolution des bars-pubs fréquentés par les étudiants entre 2011 et 2017 au centre-ville d’Angers

Source : Fond de carte OSM 2017 ;BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017

24Les tendances marquantes des dynamiques spatiales de l’animation nocturne à Angers sont donc la tendance à un glissement vers l’ouest et le centre-ville stricto sensu et la place relative renforcée de l’axe central piétonnier, aux dépens du vieux secteur déclinant de Bressigny ; un indice du dynamisme de l’axe central piétonnier est offert par le Bar du Centre qui souhaitait encore récemment élargir sa terrasse de 24m de 11m supplémentaires, ce qui lui a été refusé. Un jeu sans doute complexe est à l’origine de ces dynamiques de redistribution de l’animation, faisant intervenir des décisions municipales (l’aménagement en cours du projet « Angers Cœur de Maine » -centre-ville Maine- attirant certains commerces à se rapprocher de cette future esplanade dominant la rivière Maine –livraison des travaux prévue pour début 2019-), mais aussi la capacité d’adaptation et de développement des établissements commerciaux, ainsi que les préférences des étudiants, comme individus et membres de réseaux de sociabilité. Angers ne semble pas échapper à une tendance générale à la concentration de l’animation nocturne observée à Paris et dans d’autres villes françaises [Gwiazdzinski 2005b].

Conclusion

25Il existe un caractère non systématique des relations entre les pratiques festives étudiantes et l’appareil commercial de centre-ville. Si des soirées dédiées sont organisées par les établissements commerciaux, on a aussi une utilisation des commerces existants par les étudiants, en adaptant leurs pratiques et horaires de consommation à leurs moyens financiers et au reste de leur emploi du temps. Les étudiants arbitrent en permanence entre des moments festifs à domicile, en espace public ou dans des établissements. Ainsi, une rythmicité très nette à toutes échelles de temps caractérise la fréquentation étudiante des bars-pubs, mais aussi des supérettes, dont les horaires de fermeture relativement tardifs (22h) sont adaptés à la demande étudiante, dans les limites des règles imposées.

26Cette forte fréquentation étudiante à certains horaires des jours de semaine est un élément essentiel de l’animation du centre-ville, de la création d’une ambiance de détente, d’une image festive et joyeuse de la ville. Mais l’excès qui fait partie de la fête, et qui se marque spectaculairement par l’alcoolisation ou les débordements sonores, oblige les pouvoirs publics à une régulation. La construction d’une certaine image de la ville est en jeu : le maintien d’une image de ville étudiante attractive et animée est souhaité par la municipalité actuelle, qui doit aussi tenir compte des positions des habitants du centre-ville et des autres commerçants que les gérants d’établissements de nuit. Peut-être que le resserrement de l’animation nocturne sur un plus petit nombre d’artères relève d’un partage et d’une spécialisation fonctionnelle du centre-ville à travers des micro-espaces spécialisés, comme l’axe central Rue St-Laud/Rue des Poêliers, voire la future esplanade : il s’agirait alors de limiter les nuisances et les conflits entre divers usagers du centre-ville. A Angers, il ne s’agit pas de supprimer ces soirées ou de les envoyer en périphérie dans des quartiers sans résidents comme il avait été envisagé à Paris en 2014, mais de les encadrer et les limiter dans l’espace, dans une dynamique de concertation entre les acteurs concernés. Ce rituel festif participe à la construction identitaire d’un centre-ville animé, diversifié et vivant.

Haut de page

Bibliographie

Belloni, M.-C. (1998) – « Tempi delle Città, Italy’s Urban Time Plans and Policies », Time & Society, vol. 7, n° 2-3, pp. 249-263.

Boissonade, J. (2005) – « Capter les flux. Cultures territoriales et mouvements des rassemblements de jeunes », in G. Capron, G. Cortès & H. Guétat-Bernard (dir.), Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, pp. 191-203.

Chapuis, R. (1989) – L’alcool, un mode d’adaptation sociale ?, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 220 p.

Crozat, D. & Fournier, L.-S. (2005) – « De la fête aux loisirs : événement, marchandisation et invention des lieux », Annales de Géographie, n° 643, pp. 307-328.

Desse, R-P. (2015) – « Temporalités nocturnes des espaces publics : Les soirées festives dans les villes universitaires », in J. Soumagne (dir.), Temps et usages de la ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 143-178.

Gwiazdzinski, L. (2005a) – La Nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 245 p.

Gwiazdzinski, L. (2005b) – « L’économie de la nuit », in C. Espinasse, L. Gwiazdzinski & E. Heurgon (dir.), La nuit en question (s), La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, pp. 256-278.

Gwiazdzinski, L. (2016, réédition) – La nuit, dernière frontière de la ville, Paris, Rhutmos, 248 p.

Kokoreff, M. (2005) – « L’expérience urbaine des jeunes. Des territoires périphériques aux espaces de centralité », in G. Capron, G. Cortès et H. Guétat-Bernard (dir.), Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, pp. 205-221.

Mareggi, M. (2002) – « Innovation in Urban Policy : The Experience of Italian Urban Time Policy », Planning, Theory & Practice, vol. 3, n° 2, pp. 173-194.

Stock, M. (dir.) (2003) – Le tourisme. Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin, 299 p.

Soumagne, J., Desse R.-P., Gasnier, A., Guillemot, L. & Pujol, C. (2013) – CHRONOTOPE Aménagement spatio-temporel pour des villes résilientes, Rapport final au Ministère de l’Ecologie, Du Développement Durable et de l’Energie, 356 p. (http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-chronotope-villes-resilientes.pdf)

Soumagne, J. (dir.) (2015) – Temps et usages de la ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 248 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Localisation des établissements d’enseignement supérieur, des supérettes et centres commerciaux sur la commune d’Angers
Crédits Source : Fond de carte OSM 2017 ; BDTOPO-IGN 2015. Relevés de terrain 2017Réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2 – Secteurs fréquentés lors des soirées festives étudiantes au centre-ville d’Angers
Crédits Source : Fond de carte OSM 2017 ; BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 3 – Localisation des supérettes et effet du « jeudi soir » au centre-ville d’Angers
Crédits Source : Fond de carte OSM 2017 ;BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 4 – Soirs de sortie des étudiants angevins au cours de la semaine
Crédits Source : Enquête Chronotope, Angers, 2014
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 1 – Déprise commerciale Rue Bressigny, Angers.
Légende Façade aveugle d’un ancien bar-pub : Le Soft (fermé depuis l’été 2016)
Crédits Source : E.J., mars 2018
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5 – Evolution des bars-pubs fréquentés par les étudiants entre 2011 et 2017 au centre-ville d’Angers
Crédits Source : Fond de carte OSM 2017 ;BDTOPO-IGN 2015.réalisation ESO-ANGERS,CNRS 2017
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Guillemot et Emmanuel Jaurand, « La fièvre du jeudi soir : soirées festives étudiantes et commerce de centre-ville à Angers », Bulletin de l’association de géographes français, 95-1 | 2018, 97-112.

Référence électronique

Lionel Guillemot et Emmanuel Jaurand, « La fièvre du jeudi soir : soirées festives étudiantes et commerce de centre-ville à Angers », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-1 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.2762

Haut de page

Auteurs

Lionel Guillemot

Maître de Conférences en Géographie à l’Université d’Angers, ESO-Angers, MRGT, 5bis Boulevard Lavoisier, 49045 Angers Cedex 01 – e-mail : lionel.guillemot[at]univ-angers.fr

Emmanuel Jaurand

Professeur de Géographie à l’Université d’Angers, ESO-Angers, MRGT, 5bis Boulevard Lavoisier, 49045 Angers Cedex 01 – e-mail : emmanuel.jaurand[at]univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals