Navigation – Plan du site

L’émergence de l’Inde : dynamiques métropolitaines, ouverture maritime

Emerging India: Metropolitan Dynamics, Maritime Opening
Philippe Cadène
p. 3-4

Texte intégral

1Pour le géographe parcourant l’Inde depuis près de quarante ans, chaque séjour, année après année, offre l’expérience d’un changement social rapide, allant s’accentuant, et modifiant jusqu’à l’organisation du territoire et les pratiques spatiales. Les toutes dernières années apparaissent même, par bien des aspects, comme le temps d’une mutation. Après une vingtaine d’années de croissance économique soutenue et qui ne fléchit pas, l’enrichissement des couches moyennes se fait davantage visible, rendant plus criants encore les très fortes inégalités sociales et le maintien d’une large fraction des populations dans la pauvreté. Dans le même temps, l’introduction d’une gouvernance et d’une politique économique plus libérale, l’internationalisation de la production et du commerce, la modernisation des infrastructures urbaines et des systèmes de transport et de communication atteignent un niveau permettant à l’Inde d’accéder au statut de pays émergent. Prudemment, à son rythme et selon ses propres termes, l’Inde s’engage dans la globalisation. Ce grand pays, héritier d’une civilisation millénaire, ancien joyau de la couronne impériale britannique, cesse enfin d’être perçu uniquement comme une terre marquée par la pauvreté et la spiritualité. Grande comme six fois la France, rassemblant désormais près d’un cinquième de la population mondiale, l’Inde commence à être considérée comme un marché à conquérir, un pays où investir, un allié possible. Inégalement réparti sur le territoire, renforçant les inégalités territoriales et valorisant les littoraux, ce dynamisme s’observe tout particulièrement dans les villes, dont plus de cinquante sont aujourd’hui millionnaires et deux, Delhi et Mumbai, avoisinent les vingt millions d’habitants.

2Le parti pris de ce numéro consacré à l’Inde consiste donc à aborder les transformations profondes de la société et du territoire indiens en se focalisant sur les dynamiques urbaines et l’ouverture maritime, métropolisation et maritimisation constituant des attributs de la globalisation. L’idée est d’abord de montrer les formes les plus avancées et les plus actuelles des changements dans les villes et sur les littoraux, qui portent la croissance du pays et conduisent l’Inde à devenir une puissance émergente.

3Les auteurs ayant participé à ce travail collectif ont tous le souci d’inscrire leur réflexion par rapport au processus de globalisation qui s’est développé en Inde à partir du début des années 1990. Ils ont mené leurs études dans un cadre territorial qui peut être l’ensemble de l’Inde urbaine ou tout le littoral, une région particulière ou encore une agglomération urbaine spécifique, la capitale du pays, Delhi, ou une cité portuaire, Calcutta. Les deux premiers articles du numéro, rédigés par deux des meilleures spécialistes des questions urbaines en Inde, traitent des nouvelles politiques nationales récemment mises en place. L’ambition est de créer des dizaines de smart cities (Isabelle Milbert), des villes, ou plutôt des quartiers urbains périphériques, offrant des services de haut niveau pour des activités économiques de pointe et une vie sociale semblable à celle des villes occidentales. Il s’agit aussi de construire des logements « convenables » (Véronique Dupont) pour des populations pauvres n’ayant pas accès au marché immobilier. Le troisième article (Philippe Cadène) montre comment les politiques conduites par les gouvernements successifs, avec pour but de moderniser le pays et d’assurer l’intégration de l’économie à la globalisation, conduisent à une recomposition du territoire indien et à l’émergence d’une grande région en développement au nord-ouest du pays, incluant les deux mégapoles de Mumbai et de Delhi. Cette dernière ville intéresse les trois articles suivants, étudiant les nouvelles formes de commerce liées au développement des couches moyennes (Yves-Marie Rault), analysant les modalités de construction du métro (Bérénice Bon) et s’intéressant à la situation des réfugiés politiques birmans qui s’y trouvent (Anne-Sophie Bentz). La dernière série d’articles aborde le thème de la maritimité en présentant les recompositions du système halieutique indien (Brigitte Dumortier), ce pays s’étant hissé au troisième rang mondial en ce domaine. Deux autres articles consacrés à ce thème étudient le développement des ports commerciaux, ceux du littoral du Gujarat où de nouveaux ports connaissent un essor considérable (Jacques Charlier) et celui de Calcutta qui s’étend afin de répondre au renouveau de cette grande agglomération du nord-est du pays (Salima Nekrouf). Le dernier article, enfin, se penche sur le nouveau rôle de l’Indian Navy (Nicolas Pene), organisant la défense nationale à partir d’un ensemble de ports et se préparant à affirmer la puissance navale du pays dans l’océan Indien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Cadène, « L’émergence de l’Inde : dynamiques métropolitaines, ouverture maritime », Bulletin de l’association de géographes français, 94-1 | 2017, 3-4.

Référence électronique

Philippe Cadène, « L’émergence de l’Inde : dynamiques métropolitaines, ouverture maritime », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-1 | 2017, mis en ligne le 28 février 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/278

Haut de page

Auteur

Philippe Cadène

Professeur de géographie à l’Université Paris-Diderot - Sorbonne Paris Cité, UMR CESSMA, 5 rue Thomas-Mann, 75205 Paris cedex 13 – Courriel : philippe.cadene[at]univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals