Navigation – Plan du site

Entre Téhéran et Dubaï, la naissance d’un marché de l’art « régional » entre 2005 et 2010

From Tehran to Dubai : the birth of a regional market of the arts between 2005 and 2010
Alexandre Kazerouni
p. 147-155

Résumés

Le marché de l’art que ses acteurs ont tôt qualifié de « régional » et dont Dubaï s’est imposé comme le centre entre 2005 et 2010 repose sur des galeries locales, des ventes aux enchères sur place de la maison Christie’s et une foire nommée Art Dubai. Une approche microsociologique et historique de ces trois piliers révèle un rôle prépondérant joué par l’Iran comme lieu de provenance d’œuvres d’art, d’artistes, de marchands et de collectionneurs dans la phase de genèse de ce marché, et l’articulation entre cette dynamique des arts et celles plus anciennes du commerce d’entrepôt et de l’immigration entre les deux rives du golfe Persique après la révolution iranienne de 1979

Haut de page

Errata

Lors de la publication de cet article dans le numéro 2017-4 consacré à l’Iran (Iran, la difficile renaissance d’une nation marginalisée), l’auteur a signalé un certain nombre d’erreurs non corrigées. Il a été décidé de republier une nouvelle version de l’article dans ce numéro 2018-1.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

1. La création des galeries d’art contemporain
2. Les ventes aux enchères de Christie’s à Dubaï
3. La foire d’art contemporain Art Dubai

Aperçu du texte

Dubaï, qui est à la fois le nom d’une « principauté » (imara) et celui de la ville qui en est la capitale, s’est imposé comme le centre d’un marché de l’art qui dépasse de loin ses frontières, et que nombre d’acteurs qui l’animent ont tôt qualifié de « régional », en anglais (regional), en arabe (iqlimi), mais aussi en persan (mantaqe-i). Une des caractéristiques fondamentales de ce marché de l’art « régional » est en effet de faire fi de la barrière que les courants de pensée nationaliste d’abord et islamiste ensuite ont érigée au XXe siècle entre les deux rives du golfe Persique, entre Arabes et Iraniens, mais aussi entre sunnites et chiites, monarchistes et républicains. Il donne à voir depuis la principauté une « région » qui regroupe ceux qui se disputent le nom de ce bras de mer depuis les années 1950 et le magistère sur le sens de l’islam depuis les années 1980. Ce marché n’est ni arabe ni islamique. Il n’est pas non plus « golfien » ou khaliji au sens donné à ce qualificatif...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Kazerouni, « Entre Téhéran et Dubaï, la naissance d’un marché de l’art « régional » entre 2005 et 2010 », Bulletin de l’association de géographes français, 95-1 | 2018, 147-155.

Référence électronique

Alexandre Kazerouni, « Entre Téhéran et Dubaï, la naissance d’un marché de l’art « régional » entre 2005 et 2010 », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-1 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2907 ; DOI : 10.4000/bagf.2907

Haut de page

Auteur

Alexandre Kazerouni

Chercheur en sciences politiques, École normale supérieure, Université Paris Sciences et Lettres, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris – Courriel : alexandre.kazerouni[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals