Navigation – Plan du site

Ruées vers l’or au Soudan, au Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial

Gold rushes in Sudan, Chad and the Sahel: state logic, mobility, territorial control
Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin
p. 272-289

Résumés

Cet article décrit et analyse les ruées vers l’or qui ont affecté le Sahel et le Sahara au cours des dernières années. Il s’intéresse d’abord aux facteurs et aux formes de l’orpaillage, puis aux atermoiements des politiques étatiques : les gouvernements sont en effet partagés entre la tentation d’interdire ces formes d’exploitation minière artisanale, notamment pour des raisons de sécurité, et l’intérêt de les contrôler afin de les intégrer dans leurs stratégies de recherche de rente. Le texte questionne alors les implications territoriales des tentatives d’organisation étatique de cette activité mobile. L’analyse se fonde notamment sur des études de cas fournies par des recherches de terrain des auteurs au Soudan, au Tchad et en Mauritanie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le milieu des années 2000, l’Afrique sahélo-saharienne connaît de multiples ruées vers l’or. Ces événements spectaculaires mettent en mouvement des milliers, voire des millions d’individus qui, s’improvisant chercheurs d’or, partent à la recherche du précieux minerai dans des régions parfois très reculées. De telles ruées vers les ressources minérales ont une histoire longue en Afrique, illustrée par exemple par les ruées vers le diamant des années 1920-1930 [Bredeloup 2007].

  • 1 Nous employons ici le terme d’orpailleur au sens de personne qui recherche de l’or alluvionnaire ou (...)

2Ces ruées récentes (qui datent du milieu des années 2000 au Soudan, puis s’observent un peu plus tard au Niger, au Tchad, au Mali, en Mauritanie…) reflètent de multiples dynamiques africaines, que ce soit au plan économique, social, spatial et politique, et en ce sens présentent un intérêt tout particulier pour qui cherche à comprendre les évolutions contemporaines de cette région. Elles expriment notamment la rencontre de stratégies individuelles, celle des orpailleurs1 et des différents investisseurs locaux, ce que l’on peut appeler des logiques « du bas », avec des stratégies étatiques qui s’avèrent changeantes, visant parfois à interdire ou au contraire à tolérer et encadrer la production artisanale d’or, dans le cadre d’une recherche de rente.

3Cette contribution cherche à saisir les implications territoriales de ces ruées vers l’or dans la bande sahélo-saharienne, à partir principalement de deux études de cas : le Soudan et le Tchad. Elle s’organise autour de trois parties. La première présente les grandes dynamiques de ce boom minier régional, la seconde, à partir de l’exemple soudanais, se focalise sur les stratégies déployées par les acteurs, notamment étatiques, et leurs difficultés à élaborer des politiques qui articulent de façon cohérente leur volonté de capter la rente ; enfin une dernière partie discute plus spécifiquement les conséquences territoriales de ce boom du fait des pratiques concrètes d’orpaillage ou des politiques de contrôle mises en place.

  • 2 Les travaux de terrain sur lesquels s’appuie cette recherche ont été soutenus depuis 2014 par l’UMR (...)

4Ce texte s’appuie sur les résultats de travaux passés et en cours menés par des membres du laboratoire Prodig sur les ressources minérales et les rentes dans cette partie de l’Afrique [Magrin 2013]. L’analyse du cas soudanais ici présenté a été plus amplement développée dans deux articles [Chevrillon-Guibert 2016 et 2018]. Nous la complétons à partir des données récoltées lors d’une recherche menée par R. Chevrillon-Guibert dans l’État du Nord et à Khartoum en décembre 2017 et en Mauritanie (février 2018) ; ainsi que de travaux de terrain menés au Tchad par les auteurs (décembre 2016)2.

1. Un boom régional

1.1. Ruées vers l’or au Tchad

5Dans les derniers jours de l’année 2015, quelques orpailleurs trouvent de l’or à proximité du lac Fitri, au Tchad central, grâce à des détecteurs de métaux. La nouvelle de cette découverte se répand alors comme une traînée de poudre à travers tout le pays et dans les États voisins. L’information est initialement relayée par téléphone au travers des réseaux familiaux, amicaux et professionnels des orpailleurs. En quelques jours, ce sont près de 40 000 personnes qui affluent vers la localité où ont été trouvés les premiers grammes d’or alors que celle-ci abrite d’ordinaire 3 000 âmes, et que l’ensemble du département du Fitri compte 110 000 habitants [Mugelé 2016 et enquête des auteurs, décembre 2016]. Certains viennent des pays alentours, notamment des Soudanais réputés pour leur habileté particulière dans le maniement des détecteurs de métaux. La presse tchadienne rapporte également l’événement, ce qui favorise l’afflux de nouveaux candidats. Localement les choses s’organisent de façon chaotique, et la situation alimentaire est d’autant plus tendue que la récolte précédente avait été médiocre. Certains orpailleurs trouvent abri dans les villages mais nombreux sont aussi ceux qui s’installent dans la forêt aux alentours et viennent dans les villages seulement pour s’approvisionner en vivres. Les autorités locales – sultan du Fitri et autorités administratives - sont rapidement dépassées par cet afflux d’individus venant de tous horizons (Soudan, Libye, Niger, Nigeria, Cameroun, RCA…), parfois armés, dans un contexte où le groupe Boko Haram menace encore la stabilité du Tchad. Finalement, les autorités centrales choisissent d’interdire tout bonnement les activités d’orpaillage dans la région en attendant qu’une législation permettant de réguler le secteur voie le jour au niveau national. Cela permet de rétablir un calme relatif dans la région, tout en créant de nombreuses frustrations chez les orpailleurs et les villageois qui rêvent de pouvoir bénéficier de ces ressources nouvelles qui semblent s’offrir à eux.

6Assez vite, les autorités évoquent la possibilité de réserver la zone pour une exploitation industrielle, ce qui crée un certain mécontentement local car l’espoir d’une meilleure vie s’évapore peu à peu. Les autorités locales réclament alors qu’un tel choix, s’il était confirmé, s’accompagne de retombées locales en termes d’emploi et de ressources fiscales.

7Néanmoins, malgré l’interdiction, beaucoup d’orpailleurs sont restés travailler sur place, autour de la zone désormais totalement interdite à toute circulation. Au « grand site » gardé en permanence par des éléments de la garde présidentielle, dans lequel quelques orpailleurs parviennent à s’infiltrer la nuit, s’ajoutent une demi-douzaine de sites secondaires qui sont l’objet de descentes sporadiques des forces de l’ordre. C’est un véritable jeu du chat et de la souris qui s’est installé entre orpailleurs et militaires. Ces derniers tentent régulièrement de les faire déguerpir, menacent les habitants qu’ils accusent de les soutenir ou encore rançonnent les gains devenus désormais illégaux aux yeux de la loi. La situation des orpailleurs est donc devenue extrêmement précaire. Ils sont désormais soumis à l’arbitraire de réseaux de commerce illégaux et à la violence des forces de sécurité en charge de les déloger.

  • 3 Les militaires revendraient ensuite à leur compte les détecteurs confisqués à des commerçants locau (...)

8Localement, même si tout le monde espère bénéficier d’une vie meilleure grâce à la découverte de cette nouvelle ressource, les avis s’avèrent partagés quant à l’interdiction de l’orpaillage. Nombreux sont ceux qui ont essayé de trouver de l’or. Si certains ont connu un certain succès – la durée brève de la période où l’activité était possible sans contrainte militaire n’a cependant pas permis à un grand nombre de chercheurs de trouver beaucoup d’or – on recense de très nombreux échecs. Ceux-ci grèvent parfois l’avenir dans le cas d’individus ayant perdu leur petit capital hâtivement constitué (lors des nombreux cas de confiscation des détecteurs par les militaires3). Tout le monde reconnaît l’acuité des problèmes de sécurité que ces activités artisanales ont engendré.

9La situation du Fitri n’est pas une situation isolée au Tchad. Quelques années auparavant, en 2013, la région montagneuse du Tibesti, dans le Sahara tchadien, avait elle aussi connu une ruée [Tubiana & Gramizzi 2017]. Localement, cela avait causé d’importants conflits pour le contrôle de la ressource entre des groupes d’orpailleurs financés par des hommes d’affaires Zaghawa, groupe du président Déby, et les populations autochtones Toubou. Là aussi, les activités d’orpaillage ont été interdites, officiellement dans l’attente de l’élaboration d’un cadre juridique national organisant à la fois le secteur artisanal et celui industriel. Fin 2016, un nouveau code minier était toujours en préparation et la filière commerciale de l’or était en cours de restructuration autour de comptoirs commerciaux.

  • 4 Comparable à ce qu’on observe ailleurs, par exemple à la frontière Mali Guinée

10Cette situation d’expectative et d’incertitude du cadre juridico-institutionnel place de fait les orpailleurs dans des situations d’illégalité. Celles-ci prennent une teneur particulière dans un contexte régional caractérisé par l’intensification de l’insécurité consécutive à la chute du régime de Kadhafi, provoquant notamment la circulation massive des armes depuis les frontières libyennes vers le Soudan, le Tchad, le Niger voire le Mali [Brachet & Scheele 2015, Hüsken 2017, Tubiana & Gramizzi 2017]. Elles peuvent aussi être interprétées comme relevant de stratégies de contrôle étatique indirect4.

1.2. Boom extractif et ruées vers l’or sahélo-sahariennes

  • 5 Voir par exemple sur le Burkina Faso [Bohbot 2018].

11Ce phénomène de ruées n’est pas spécifique au Tchad : on l’observe notamment dans l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel5 (figure 1). Les ruées se sont articulées au véritable « boom » extractif (notamment aurifère) qui a vu le jour à partir du début des années 2000 [Magrin 2013]. Les États ont encouragé ce boom minier en cherchant avant tout une industrialisation du secteur pourvoyeuse de rentes. Ce processus a également été encouragé par des institutions internationales comme la Banque mondiale à travers l’appui à l’élaboration de nouveaux codes miniers plus libéraux [Campbell 2009].

12D’autres facteurs ont également favorisé ce boom. Les cours mondiaux des minerais ont fortement progressé à partir du début des années 2000 et se sont maintenus à un haut niveau jusqu’à fin 2014, avec un bref recul après la crise financière de 2008. L’or a tout particulièrement bénéficié de cette hausse des cours, sans même connaître de baisse significative au moment de la crise financière mondiale de 2008, grâce à son statut de valeur refuge, ou d’assurance. De même, les prix de l’or n’ont que légèrement baissé depuis 2014, beaucoup moins que ceux du pétrole et d’autres minerais : ils restent à un niveau historiquement élevé. Il en résulte que l’extraction de l’or devient rentable même pour des minerais à faible teneur (industrie) ou pour des dépôts en faibles quantités (orpaillage). Cela a un impact particulièrement important dans la région saharienne, où l’accès aux gisements est très difficile du fait des conditions désertiques.

13Par ailleurs, la diffusion de nouveaux matériels à moindre prix, aspect de la mondialisation contemporaine, a également favorisé ce boom de l’orpaillage. Cela concerne les outils servant à la localisation et à l’extraction du minerai comme les détecteurs de métaux, les marteaux-piqueurs, les pelleteuses, les concasseurs ou les tamis mécaniques, qui ont fortement contribué à rentabiliser l’exploitation de petits gisements dispersés. Cela concerne aussi la multiplication des moyens de transports privés (automobiles ou moto – voir par exemple [Seignobos 2014]), qui permettent d’accéder à ces sites isolés. Enfin, en fond de tableau, la pyramide des âges des différents pays de la région et le sous-emploi de leurs jeunesses ont également joué en faveur de ces innombrables ruées qui ont vu le jour dans des contextes économiques très pauvres [Losch 2016].

Figure 1 – Les ruées vers l’or sahélo-sahariennes

Figure 1 – Les ruées vers l’or sahélo-sahariennes

P.G. – Prodig – IRD - 2017

14On considère ainsi que la ruée contemporaine constitue la plus grande ruée vers l’or que l’Afrique ait connue, avec des millions d’individus qui s’improvisent chercheurs d’or, professionnels ou occasionnels. Elle alimente dans la région saharo-sahélienne une production artisanale et, dans une moindre mesure, semi-mécanisée, qui entre parfois en contradiction avec les politiques d’industrialisation des États.

15Ces ruées sont associées à des mobilités à longue distance qui transcendent les difficultés de communication et les frontières, n’hésitant pas à parcourir des milliers de kilomètres, du Soudan à l’Afrique de l’Ouest par exemple. Les mineurs franchissent les frontières au gré des découvertes de gisements et des possibilités locales d’exploitation, mais jouent parfois avec les frontières en fonction de l’attitude plus ou moins répressive des autorités [Grätz & Marchal, 2003, Grätz 2004, Bolay 2016 et 2014, Gagnol & Grégoire 2017].

  • 6 Entretiens de R. Chevrillon-Guibert, L. Gagnol et Ahmedou Mahfoud, février 2018.

16Par exemple, au début de l’année 2016, la région de Tasiast en Mauritanie, a connu une ruée vers l’or autour du site de la mine industrielle de Kinross – un cas original où la mine industrielle précède l’orpaillage et non l’inverse, comme on l’observe ailleurs [Luning 2014]. En quelques jours, des milliers d’orpailleurs ont afflué dans la région. Certains évoquent le rôle d’orpailleurs soudanais comme étant à l’origine de cet afflux. Quoiqu’il en soit, face à l’ampleur de l’événement, les autorités ont tenté d’organiser les activités en délimitant des zones où l’orpaillage était autorisé et en décrétant que la ville nouvelle de Chami, située sur l’axe Nouakchott-Nouadhibou, serait l’unique place où le traitement de la roche et du sable pourrait se faire6.

17Du point de vue territorial, ces ruées ont également d’importantes conséquences. Elles constituent des facteurs d’urbanisation par le bas [Mbodj 2009, Grégoire & Magrin, 2018] : des concentrations humaines importantes voient le jour à proximité des lieux de traitement des minerais et des camps temporaires sont dressés à côté des gisements, certains pouvant atteindre plusieurs dizaines de milliers d’individus [Dessertine 2016, Gagnol & Grégoire 2017]. Des marchés s’implantent pour fournir en biens les orpailleurs ; dans les régions isolées ils peuvent être mieux approvisionnés que ceux des villages alentours, entraînant alors de nouvelles mobilités locales. La démographie, le style de vie et de consommation sont urbains, mais la précarité du bâti et l’absence d’équipements publics font ressembler ces sites davantage à des bidonvilles qu’à de véritables villes.

18Le contrôle des rentes nées de l’exploitation de ces nouvelles ressources aurifères cristallise des tensions entre des acteurs multiples : orpailleurs, investisseurs (commerçants), entreprises minières, autorités locales et nationales. Le Soudan constitue un cas d’école en la matière.

2. Les stratégies changeantes de l’État soudanais

2.1. Une recherche de rente dans un contexte de crise

19Dans le paysage minier du Sahel, le Soudan se révèle être un cas original et en même temps emblématique des choix politiques et géopolitiques de l’exploitation de l’or. En 2017, il est le second producteur du continent après l’Afrique du Sud, avec une production annuelle de 70 tonnes, devant le Mali et le Burkina Faso. Son originalité tient à ce que cette production provienne essentiellement de l’exploitation artisanale, alors même qu’initialement c’est bel et bien une production industrielle que l’État soudanais avait cherché à encourager en modifiant sa législation [Calkins & Ille 2014].

20Néanmoins, les difficultés concrètes de l’investissement industriel au Soudan (embargo américain depuis 1997) et la dégradation de la situation économique du pays liée à l’indépendance du Soudan du Sud en 2011 ont conduit le régime soudanais à s’appuyer, au moins temporairement, sur la production artisanale d’or. Avec l’indépendance du Soudan du Sud, le régime de Khartoum a en effet perdu le contrôle de près des deux-tiers des champs pétroliers exploités et donc de la rente pétrolière qui assurait au régime une importante part de son budget depuis les années 2000. Compte tenu de la baisse des cours du pétrole en 2014, le gouvernement a subi une considérable perte de revenus. En 2010, le Soudan déclarait exporter pour 9,69 milliards de dollars de produits pétroliers contre seulement 627 millions en 2015. La perte de cette précieuse manne, qui avait permis au régime de s’affirmer comme un « État développeur » aux yeux des populations et de s’assurer différents soutiens, a plongé le pays dans une grave crise économique dans le contexte socio-politique sensible qui suit les printemps arabes.

21Le gouvernement soudanais a très tôt envisagé des réformes économiques visant à développer des alternatives à cette rente, notamment dans le domaine de l’exportation des produits agricoles et miniers. Les orientations du plan stratégique du gouvernement pour la période 2005-2011 témoignent de cette anticipation : leur principal objectif vise à diversifier les activités exportatrices du pays par le biais d’incitations à l’exportation de bétail, de certains produits agricoles (sucre, céréales) et de minerais (or essentiellement).

22Dans le domaine minier, ce Plan accorde la priorité à l’industrialisation du secteur, tout en s’assurant également de nouveaux bénéfices grâce à la création en 2012 d’une raffinerie détenue par la banque centrale soudanaise. À l’époque où le plan est conçu, seul le secteur industriel compte aux yeux du régime. L’orpaillage est rejeté dans l’illégalité : aucune législation ne le prend en compte. L’utilisation des détecteurs de métaux, principal mode de recherche du précieux minerai à cette période, est interdit. Cette absence de reconnaissance de l’orpaillage place ses acteurs aux prises avec l’arbitraire du pouvoir.

23Pourtant, le boom minier que connaît le Soudan s’avère jusqu’aujourd’hui essentiellement un boom de l’orpaillage : ce sont plus d’un million d’individus qui s’improvisent chercheurs d’or. Les ruées dans le pays ont débuté très tôt comparativement aux autres pays sahéliens, puisque dès le milieu des années 2000, des milliers de creuseurs parcourent les sites à fort potentiel sur tout le territoire national. Ce sont les régions pacifiées qui attirent le plus grand nombre d’orpailleurs (nord et est du pays). Dans les régions touchées par des conflits (Darfour, Kordofan, Monts Nouba), l’insécurité ne fait que réduire l’ampleur du phénomène (figure 2).

Figure 2 – Orpaillage et contrôle étatique au Soudan

Figure 2 – Orpaillage et contrôle étatique au Soudan

UMR Prodig - 2018

2.2. Les atermoiements du contrôle étatique

  • 7 Voir sur ce sujet le texte d’Alexis Gonin dans ce numéro.

24Si initialement le régime de Khartoum n’entend pas développer la production artisanale d’or, il prend assez rapidement conscience de la difficulté d’industrialiser rapidement le secteur et de l’intérêt qu’il pourrait trouver à encourager l’exploitation artisanale s’il arrive à la contrôler. La maîtrise du secteur devient alors pour lui un enjeu central, supérieur à celui de l’organisation concrète des services nécessaires aux activités artisanales qui se développent un peu partout sur le territoire de façon relativement anarchique. Ce sont les échelons inférieurs de l’État qui gèrent ces aspects et notamment les nombreux incidents locaux liés aux problèmes de sécurité ou aux conflits d’usage dans certaines zones habitées, en lien avec l’impact foncier sur les pâturages7.

25Initialement, le gouvernement fédéral entendait contrôler la filière artisanale par le biais de la commercialisation - un de ses principaux objectifs étant de pallier le déficit de devises dans les caisses de la banque centrale grâce à l’exportation du minerai. Il instaure alors un monopole de la banque centrale sur l’exportation de l’or et tente de centraliser le commerce à Khartoum, qui devient l’espace ultime de la chaîne commerciale nationale. Pour ce faire, il sélectionne un petit nombre d’intermédiaires à Khartoum, seuls habilités à revendre l’or à la banque centrale qui l’exporte.

  • 8 Le SPLM-N (Sudan People’s Liberation Movement – North) est un groupe d’opposition au Soudan issu de (...)

26Or l’exploitation des gisements étant géographiquement dispersée dans les périphéries nationales, la politique de centralisation a eu l’effet inverse de celui escompté. Elle a décuplé la contrebande, notamment à travers des circuits transfrontaliers entre Soudan et Libye pour l’or du Darfour, Soudan et Égypte ou Arabie Saoudite pour celui des États du Nord et de l’Est et enfin Soudan et Soudan du Sud dans les zones frontalières contrôlées par les rebelles du SPLM-N8 (Kordofan, Nil Bleu).

27Rapidement, cette centralisation du commerce de l’or a été assouplie puis abandonnée sous la pression des acteurs du secteur mais aussi devant le constat d’échec de ces mesures pour enrayer la contrebande, favorisée par l’important différentiel entre le taux de change officiel de la livre soudanaise et celui du marché noir. Néanmoins, les besoins en devises fortes étant tellement importants, le gouvernement fédéral a fini par réintroduire le monopole de la banque centrale sur l’exportation de l’or quelques mois plus tard. Ces modifications constantes de la législation témoignent du tâtonnement du gouvernement face aux conséquences parfois inattendues de telle ou telle mesure, à la situation dramatique des comptes publics mais aussi à la pression des acteurs du secteur.

28Le secteur artisanal continue d’attirer de plus en plus de monde dans un contexte de crise économique au niveau national. Les activités de transformation du minerai (broyage, nettoyage et extraction de l’or) ainsi que des marchés spécifiques se regroupent dans différents États fédérés. Ce lieux se retrouvent alors sous le contrôle des localités sur les territoires desquelles ils sont installés et ces dernières entreprennent de taxer les différentes activités menées selon le droit en vigueur quand il s’agit de services courants tels la restauration, la réparation de machine, le nettoyage, le commerce, etc. Elles créent également une taxation spécifique à l’activité minière en prélevant une taxe sur les engins utilisés au niveau des gisements pour la prospection (notamment les détecteurs, dont l’importation est finalement autorisée sur le territoire soudanais à partir de 2008), l’extraction (tractopelle, marteau piqueur, etc.), ainsi que sur chaque sac de minerai entrant sur le site pour être transformé. Ces taxes génèrent une rente non négligeable pour les localités concernées, ce qui attise les convoitises entre autorités locales qui se disputent l’installation de ces espaces, appelés « marchés d’or ». Les orpailleurs n’hésitent pas à parcourir d’importantes distances pour gagner ces marchés où le coût de l’extraction de l’or est plus faible que près des gisements. S’ils extraient leur minerai dans une localité et le transforment dans une autre, ce sera la seconde qui bénéficiera le plus car la taxation est plus importante au niveau des marchés. Ces disputes sont parfois relayées au niveau des États fédérés qui in fine administrent ces localités.

  • 9 Sur la mine de Jebel Amir et le conflit opposant Musa Hilal, ancien chef des fameuses milices Janja (...)

29Cependant, si jusqu’au début de l’année 2017 la gestion et le contrôle des activités artisanales relevaient des États fédérés et de leurs localités, les rentes générées localement ont aussi attisé les convoitises de l’État fédéral, qui de son côté peinait à développer le secteur industriel et à bénéficier du commerce d’exportation de l’or artisanal. Le gouvernement a alors choisi de reprendre sous sa houlette le contrôle du secteur artisanal et notamment des marchés d’or. Ce mouvement de reprise en main du secteur et d’une grande partie de sa rente par le pouvoir central a suscité de vives contestations de la part des échelons plus locaux de l’État soudanais. Le conflit autour de la mine de Jebel Amir, au Darfour, en est une illustration : l’autorité locale traditionnelle, un chef milicien réputé pour ses exactions dans les premières années du conflit darfourien, profitait vraisemblablement de cette précieuse rente pour financer sa milice. Il n’entendait donc pas s’en séparer si facilement et de nombreux accrochages ont eu lieu sur le site avant que l’État central n’en récupère le contrôle après avoir arrêté le chef traditionnel grâce à l’intervention d’une autre milice qu’il avait peu avant intégré à ses forces régulières9.

30La nouvelle politique de l’État central soudanais encourage la réorganisation spatiale des activités puisque sa reprise du contrôle du secteur sur les États fédérés s’accompagne d’un regroupement des activités de transformation dans les marchés qui, d’un point de vue très pratique, sont bien plus faciles à gérer et à contrôler que les activités d’extraction très dispersées sur le territoire. Ce choix de gestion des activités artisanales à partir d’espaces où sont concentrées les activités de transformation n’est pas une spécificité soudanaise car aujourd’hui plusieurs pays sahéliens mettent en place un modèle similaire. Par exemple, en Mauritanie, la ville de Chami, située sur l’axe Noukchott-Nouadibou, a été choisie en 2016 par le Ministère des Mines mauritanien pour concentrer l’ensemble des activités de transformation opérées dans la région.

3. Les implications territoriales du nouveau modèle aurifère

3.1. La concentration des lieux de premier traitement du minerai

31La réorganisation spatiale des activités à laquelle on assiste depuis 2016 au Soudan reflète certes la nouvelle politique gouvernementale, mais aussi des enjeux économiques (regroupement des activités pour en diminuer le coût), des contraintes géographiques (accès à l’eau) et sécuritaires (le regroupement favorise la protection des activités face au banditisme). On retrouve la plupart de ces enjeux dans les autres pays saharo-sahéliens confrontés aux mêmes contraintes.

32Déjà, le développement des activités avait encouragé la création spontanée de marchés spécialisés :

  • où les acteurs du secteur venaient satisfaire leurs besoins quotidiens (nourriture, vêtements divertissements) et ceux de la production (réparation, pièce de rechange, essence, etc.) ;

  • où étaient concentrés, pour réduire les coûts et simplifier la chaîne de transformation, les moulins où sont broyés en sable fin la roche ou le sable grossier contenant l’or, tout comme les « piscines » dans lesquelles le minerai contenu dans le sable est amalgamé à l’aide de mercure, ainsi que les commerçants d’or qui achètent au bout de la chaine le produit fini.

  • 10 Enquête des auteurs, décembre 2017.

33L’accès à l’eau s’avère un facteur fondamental de l’implantation de ces marchés car ils en sont de grands consommateurs. Ainsi, au Soudan, certains orpailleurs n’hésitent pas à parcourir plus de 600 km en camion pour rejoindre les bords du Nil pour faire traiter leurs sacs de sable ou de roche dans les marchés qui y sont installés. C’est le cas par exemple des orpailleurs travaillant dans la zone montagneuse au carrefour du Soudan, de la Libye et de l’Égypte. Là-bas, un baril d’eau coûte entre 6 à 8 fois le prix du baril dans le marché de Ranagh situé dans la même circonscription administrative mais sur les bords du Nil, à 600 km de là. Dans cette région montagneuse, l’activité de transformation est donc réduite ; elle se limite à l’estimation de la quantité d’or contenue dans les sacs de roche extraits10. De même, la ville mauritanienne de Chami, qui a été choisie pour concentrer les activités de transformation de l’Ouest du pays, est situé à proximité d’un puits, sur la route Nouadhibou-Nouakchott, ce qui facilite quelque peu l’approvisionnement en eau [Mustapha Taleb 2015] même si celui-ci reste très insuffisant comparativement aux bords du Nil.

3.2. Orpaillage et territoires : entre mobilité et ancrage

  • 11 Sur la diffusion des détecteurs de métaux, voir l’article d’Anna Dessertine [2016] qui analyse le p (...)

34L’importante répression organisée par les autorités soudanaises dans les années 2000 avait beaucoup stimulé l’orpaillage mobile à l’aide de détecteurs, la mobilité des orpailleurs atténuant le risque d’être attrapés et sanctionnés. La diffusion d’appareils de détection provenant d’Asie (Chine et Inde), aux prix bien plus abordables que celui des produits occidentaux, avait également favorisé ce type d’orpaillage11.

  • 12 Sur l’exportation et la circulation des spécialisations ethniques en Afrique de l’Ouest, voir le te (...)
  • 13 Entretiens et observations (Tchad, région d’Ati, 2016; Mauritanie, région de Tasiast, 2018).
  • 14 Entretiens et observations (Soudan, État du Nil et Khartoum, 2015, 2016).

35Au Soudan, ce sont principalement les zones sableuses du nord et de l’ouest du pays qui ont été concernées. Cependant les orpailleurs soudanais n’ont pas hésité non plus à traverser les frontières pour se rendre jusqu’en Afrique de l’Ouest ou en Afrique du Nord, contribuant aux ruées plus récentes qui y ont été observées. On les retrouve ainsi très actifs dans le nord du Tchad, du Niger, du Mali, au sud de l’Algérie et de la Libye et en Mauritanie, d’autant qu’aujourd’hui au Soudan l’or de surface a été largement épuisé par le passage de centaines de milliers d’hommes12. Les orpailleurs soudanais valorisent leur expérience dans le maniement des détecteurs et leur expertise dans la connaissance des filons pour se faire accepter à l’étranger. Ils ont acquis une solide réputation pour ce type de détection dans toute la sous-région13. Néanmoins, de nouveaux détecteurs plus puissants sont récemment arrivés (2015-2016) sur le marché soudanais, relançant localement l’intérêt de l’activité mobile14.

36La légalisation de l’orpaillage n’a pas arrêté ce type d’activité très mobile au profit d’exploitations fixes. Elle a cependant permis la complexification des modes opératoires et le déploiement de nouvelles techniques de détection et d’extraction combinant utilisation de détecteurs et investissement dans l’extraction. De nombreux orpailleurs ont ainsi commencé d’associer l’utilisation du détecteur avec celle d’engins de type tractopelle leur permettant de creuser et de retourner les sols, et d’aller ainsi chercher l’or plus profondément. C’est aussi le cas quand des explosifs sont utilisés pour suivre en profondeur des filons prometteurs. Ces techniques d’extraction plus onéreuses ont pu voir le jour avec la disparition des risques liés à l’exercice d’une activité longtemps illégale. Les risques associés à la sédentarité des activités et du capital étaient jugés trop importants par les investisseurs.

37L’attitude des autorités par rapport à l’orpaillage (autorisation, interdiction, ou tolérance) constitue d’ailleurs un facteur explicatif des fortes disparités existant en matière de mécanisation des activités minières au Sahel, car nombreux sont les pays sahéliens qui n’autorisent pas (ou peu, en octroyant des licences au compte-goutte) l’orpaillage artisanal, ce qui tend à limiter le développement de nouvelles techniques dans ces pays. Ces différences existent également au sein d’un même pays quand il existe des zones spécifiques dédiées à l’orpaillage comme en Mauritanie. À côté de la possibilité de développer des exploitations sédentaires, l’autorisation d’une certaine mécanisation a également favorisé au Soudan l’essor de nouvelles techniques, contrairement à des pays comme la Mauritanie où l’utilisation d’explosifs ou de pelleteuses est pour l’instant interdite.

38Ces changements techniques concernant l’extraction de l’or situé en surface rapprochent la gestion de cette activité d’orpaillage et les investissements qui lui sont liés de celles de l’extraction aurifère artisanale qui s’opère à partir de puits, où la sédentarité est une donnée de base de l’activité puisqu’il s’agit de creuser entre 10 et 40 mètres selon la structure des gisements pour suivre les filons.

39À partir du moment où les acteurs sont un minimum sédentaires, cela change profondément leur rapport au territoire, que ce soit vis-à-vis des communautés locales habitant les lieux avec qui il faut s’arranger pour la vie quotidienne (hébergement, nourriture, etc.) mais aussi avec les autorités locales contrôlant la zone ou encore avec celles représentant le gouvernement central qui ont le plus de pouvoir sur les activités menées par les orpailleurs du fait de leur capacité à mobiliser la coercition.

40La nature des lieux influence largement les rapports entre orpailleurs et territoires : au milieu de zones désertiques comme dans le nord du Soudan ou en Mauritanie, peu de négociations avec des communautés ou des autorités locales sont nécessaires pour mener son travail. En revanche, dans des zones plus habitées, comme la plupart des zones aurifères du Burkina Faso ou dans le centre du Tchad, les orpailleurs doivent s’arranger avec les populations hôtes et leurs pouvoirs coutumiers. Dans des zones en conflit comme au Darfour, ou même dans le Tibesti frontalier de la Libye, les orpailleurs doivent impérativement se placer sous la protection des personnes contrôlant militairement les territoires sous peine de s’exposer à des risques considérables.

41Cependant, quels que soient les lieux, la possibilité de développer des activités sédentaires a des conséquences importantes non seulement pour ce qui est des techniques d’extraction de l’or du sol mais également en ce qui concerne les étapes suivantes de concassage, nettoyage et d’extraction finale du minerai à l’aide souvent de mercure. L’autorisation des activités artisanales est le facteur central pour que se développent des sites spécialisés de transformation et d’extraction finale. Dans ces sites, de nouvelles techniques se sont également diffusées, notamment des moulins dits « chinois » combinant le moulinage et l’amalgame de l’or. Ce modèle de sites dédiés à la transformation aujourd’hui très répandu au Soudan semble être peu à peu repris dans d’autres pays comme au Niger ou en Mauritanie.

42La concentration des activités sur un même site identifiable plutôt que leur dispersion, et les besoins de leurs acteurs (en eau, en électricité, en sécurité), permettent au pouvoir central de s’octroyer un rôle de premier plan dans la gestion locale de ces activités économiques. Leur régulation permet de les inscrire dans une planification à l’échelle nationale, ce qui favorise la concurrence entre les différents échelons de l’État puisque les localités tendent à se voir déposséder des prérogatives dont elles disposaient initialement pour gérer les activités et bénéficier des rentes associées.

43Au Tchad, une question centrale des débats autour de l’élaboration de la loi minière tient justement à ce partage des responsabilités et de la rente. L’expérience pétrolière – la loi de gestion des revenus pétroliers de 1999 (révisée en 2006) prévoit une petite part de la rente pour la région de production [Magrin 2013] – influence les discussions, bien que les caractéristiques de l’orpaillage artisanal diffèrent quand même largement de l’économie d’enclave du pétrole (impact diffus sur le territoire, acteurs concernés nombreux et divers).

44Cependant, au niveau des gouvernements, la volonté est forte de concevoir de façon équivalente ces deux secteurs extractifs (ce qui se justifie plus facilement quand il s’agit de mines industrielles). Au Soudan, une administration relativement autonome du ministère des mines a été créée pour gérer et contrôler le secteur à l’instar de ce qui existait pour le secteur pétrolier ; au Tchad, les mines dépendaient initialement du même ministère que celui du pétrole, les secteurs ont finalement été séparés et un nouveau ministère créé mais les liens restent forts entre les deux institutions.

Conclusion

45En définitive, le cas soudanais illustre un exemple novateur d’organisation étatique de l’orpaillage artisanal dans le cadre d’une recherche de rente dont les enjeux sont largement partagés par les différents gouvernements du Sahel. Les choix auxquels ceux-ci sont confrontés en matière de gestion des mines, et plus spécifiquement de l’orpaillage, sont des choix politiques à forte incidence géographique :

  • les ressources minérales sont souvent situées dans des régions de marge, politique et économique. Les activités extractives sont-elles alors un moyen de rééquilibrage et d’intégration territoriale par la redistribution d’une partie de la rente, ou bien un facteur de renforcement du centre par la captation de la rente ? Au Soudan, c’est un peu les deux ; au Niger ou en Mauritanie, le rôle de soupape sociale et territoriale décentralisée prime encore ;

  • entre mine industrielle et exploitation artisanale est en question un modèle économique, mais aussi un modèle politique et de société [Magrin 2017]. L’option industrielle s’accompagne d’activités enclavées pourvoyeuses de rentes, avec tous les dysfonctionnements associés (clientélisme, opacité). Le modèle artisanal, malgré ses impacts environnementaux et sociaux, va de pair avec de fortes interactions territoriales.

46À nouveau, le modèle soudanais présente une forme hybride. Il résulte moins d’une stratégie délibérée en faveur de l’orpaillage que d’une réaction à une double contrainte (difficultés de l’investissement industriel ; échec d’un monopole commercial). Si le Soudan a exercé une certaine influence à l’échelle du Sahel, les formes de contrôle étatique y demeurent variées d’un pays à l’autre, ce qui reflète des configurations nationales contrastées en termes de capacité de contrôle étatique, de sécurité, de stratégie de recherche de rente et d’équilibre entre secteur minier industriel et artisanal. Alors que la régulation du secteur minier artisanal est au cœur de débats importants – impliquant États, bailleurs de fonds et sociétés civiles –, avec comme enjeux une meilleure répartition des ressources extractives et une meilleure gestion des impacts de l’orpaillage, le modèle soudanais pourrait s’avérer éphémère, par exemple si la fin de l’embargo américain ouvrait le Soudan à l’investissement minier occidental qui a conquis le Sahel occidental depuis le début des années 2000.

Haut de page

Bibliographie

Bohbot, J. (2018) – « L’orpaillage au Burkina Faso : une aubaine économique pour les populations, aux conséquences sociales et environnementales mal maîtrisées », EchoGéo [En ligne], 42 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 avril 2018. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/15150

Brachet, J. & Scheele, J. (2015) – « Fleeting Glory in a Wasreland: Wealth, Politics and Autonomy in Northern Chad », Comparative Studies in Society and History, vol. 57, n° 3, pp. 723-752.

Bredeloup, S. (2007) – La diams’pora du fleuve Sénégal. Sociologie des migrations africaines, IRD éditions, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 300 p.

Bolay, M. (2016) – « Artisanal Gold Miners Encountering Large-Scale Mining in Guinea: Expulsion, Tolerance and Interference », in T. Niederberger et al. (ed.), The Open Cut: Mining, Transnational Corporations and Local Populations, Zürich/Berlin: LIT Verlag, Series « Action Anthropology / Aktionsethnologie », pp. 187-204.

Bolay, M. (2014) – « When miners become “foreigners”: Competing categorizations within gold mining spaces in Guinea », Resources Policy, vol. 40, n° 3, pp. 117-127. http://dx.doi.org/10.1016/j.resourpol.2014.02.001

Calkins, S. & Ille, E. (2014) – « Territories of gold mining: international investment and artisanal extraction in Sudan », in J. Gertel, R. Rottenburg & S. Calkins (eds.), Disrupting Territories. Land, Commodification & Conflict in Sudan, Woodbridge, James Currey, pp. 52-76.

Chevrillon-Guibert, R. (2016) – « Le Boom de l’or au Soudan », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 7.1, http://poldev.revues.org/2231

Chevrillon-Guibert, R. (2018) – « Construction asymétrique des territoires et contestation de l’État au Soudan . Les enjeux territoriaux du boom minier sahélien au Soudan », Égypte/Monde arabe, 2018/18.

Dessertine, A. (2016) – « From Pickaxes to Metal Detectors: Gold Mining Mobility and Space in Upper Guinea, Guinea Conakry”, The Extractive Industries and Society, vol. 3, n° 2, pp. 435-441.

grätz, T. (2004) – « Les frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale », Autrepart 2/2004 (n° 30), pp. 135-150.

Grätz, T. (trad. R. Marchal) (2003) – « Les chercheurs d’or et la construction d’identités de migrants en Afrique de l’Ouest », Politique africaine 2003/3, n° 91, pp. 155-169.

Gagnol, L. & Grégoire, E. (2017) – « Ruées vers l’or au Sahara : l’orpaillage dans le désert du Ténéré et le massif de l’Aïr (Niger) », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 19 mai 2017, https://journals.openedition.org/echogeo/14933

Grégoire, E. & Magrin, G. (2018) – « Des mines entre villes et campagnes : un autre regard sur le boom extractif ouest-africain (2000-2015) », in T. Sanjuan, M. Lesourd & B. Tallet (dir.), Tropiques, développement et mondialisation. Hommages à Jean-Louis Chaléard, Paris, L’Harmattan.

Hüsken, T. (2017) – « Political Orders in the Making: a comparative study of emerging forms of political organisation from Libya to Northern Mali », communication à la conférence Illegalism, Violence, and State Avoidance in Libya, Chad and Central African Republic », Oxford, All Souls College, 6-7 April 2017

Lanzano, L. & Arnaldi De Balme, C. (2018) – « Des « puits burkinabè » en Haute Guinée : processus et enjeux de la circulation de savoirs techniques dans le secteur minier artisanal », Autrepart (à paraître).

Losch, B. (2016) – « L’emploi des jeunes : un défi pour l’ensemble du continent », in B. Losch, D. Pesche et J. Imbernon (dir.), Une nouvelle ruralité émergente. Regards croisés sur les transformations rurales africaines. Atlas pour le Programme Rural Futures du NEPAD, 2e édition revue et augmentée, Montpellier, Cirad, NEPAD, pp. 18-19.

Luning, S (2014) – « The future of artisanal miners from a large-scale perspective: From valued pathfinders to disposable illegals?", Futures 62 (A), pp. 67-74.

Magrin, G. (2013) – Voyage en Afrique rentière, Paris, Publications de la Sorbonne, 427 p.

Magrin, G. (2017) – « Orpaillage illégal au Fitri (Tchad central) », image à la une de Géoconfluences, octobre 2017. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/image-a-la-une/magrin-orpaillage-tchad

Mbodj, F.B. (2009) – « Boom aurifère et dynamiques économiques entre Sénégal, Mali et Guinée », EchoGéo [En ligne], 8 | 2009, mis en ligne le 25 mars 2009. URL : http://echogeo.revues.org/11034

Mugelé, R. (2016) – Notes sur l’orpaillage au lac Fitri, N’Djaména, Projet GELT, rapport de mission lac Fitri, février 2016, 12 p.

Seignobos, C. (2014) – « La moto chinoise : une révolution urbaine et rurale », in S. Baldi & G. Magrin (dir.), Les échanges et la communication dans le bassin du lac Tchad, Actes du colloque de Naples du réseau Méga-Tchad, Naples, pp. 243-262.

Taleb, M. (2015) – « Chami, nouvelle ville du désert : quels nouveaux apports à l’urbanisation en Mauritanie ? », Communication au colloque : Les mutations de la ville saharienne – Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines, Mars 2015, Ouargla, Algérie.

Tubiana, J. & Geamizzi, C. (2017) – Tubu Trouble : State and Statelessness in the Chad-Sudan-Libya Triangle, Genève, Small Arms Survey, HSBA Working Paper n° 43, 180 p. http://www.smallarmssurveysudan.org/fileadmin/docs/working-papers/SAS-CAR-WP43-Chad-Sudan-Libya.pdf

Haut de page

Notes

1 Nous employons ici le terme d’orpailleur au sens de personne qui recherche de l’or alluvionnaire ou éluvionnaire à la surface du sol ou à faible profondeur par des moyens artisanaux ou faiblement mécanisés. Les ruées vers l’or récentes concernent aussi des formes d’exploitation artisanale reposant sur l’exploitation d’or filonien à travers des galeries fixes pouvant descendre jusqu’à 40 ou 50 mètres de profondeur. Dans les régions sahéliennes et surtout sahariennes dont il est question dans cet article, l’orpaillage est le plus représenté.

2 Les travaux de terrain sur lesquels s’appuie cette recherche ont été soutenus depuis 2014 par l’UMR PRODIG, l’UMR Développement et Sociétés, le CEDEJ-Khartoum et l’ANR Global Geographies.

3 Les militaires revendraient ensuite à leur compte les détecteurs confisqués à des commerçants locaux, qui les commercialiseraient à nouveau (entretiens à Ati, décembre 2016).

4 Comparable à ce qu’on observe ailleurs, par exemple à la frontière Mali Guinée

https://resourceworlds.org/2018/02/25/reversed-rushes-expulsion-as-a-dominant-feature-of-gold-miners-mobility-in- guinea-and-mali/

5 Voir par exemple sur le Burkina Faso [Bohbot 2018].

6 Entretiens de R. Chevrillon-Guibert, L. Gagnol et Ahmedou Mahfoud, février 2018.

7 Voir sur ce sujet le texte d’Alexis Gonin dans ce numéro.

8 Le SPLM-N (Sudan People’s Liberation Movement – North) est un groupe d’opposition au Soudan issu de l’ancienne opposition sudiste. Il est aujourd’hui impliqué dans le conflit des régions du Kordofan et du Nil bleu.

9 Sur la mine de Jebel Amir et le conflit opposant Musa Hilal, ancien chef des fameuses milices Janjawid et le régime de Khartoum, voir l’article de R. Chevrillon-Guibert à paraître fin 2018 dans le dossier de Critique internationale sur « Le quotidien économique dans le Moyen-Orient en guerre: du Welfare au Warfare? ».

10 Enquête des auteurs, décembre 2017.

11 Sur la diffusion des détecteurs de métaux, voir l’article d’Anna Dessertine [2016] qui analyse le phénomène en Guinée.

12 Sur l’exportation et la circulation des spécialisations ethniques en Afrique de l’Ouest, voir le texte de Lanzano & Arnaldi di Balme [2018].

13 Entretiens et observations (Tchad, région d’Ati, 2016; Mauritanie, région de Tasiast, 2018).

14 Entretiens et observations (Soudan, État du Nil et Khartoum, 2015, 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les ruées vers l’or sahélo-sahariennes
Crédits P.G. – Prodig – IRD - 2017
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/3272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 2 – Orpaillage et contrôle étatique au Soudan
Crédits UMR Prodig - 2018
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/3272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin, « Ruées vers l’or au Soudan, au Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial », Bulletin de l’association de géographes français, 95-2 | 2018, 272-289.

Référence électronique

Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin, « Ruées vers l’or au Soudan, au Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-2 | 2018, mis en ligne le 27 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/3272 ; DOI : 10.4000/bagf.3272

Haut de page

Auteurs

Raphaëlle Chevrillon-Guibert

Chargée de recherche, CNRS, UMR PRODIG, 2, rue Valette, 75005, Paris – Courriel : raphaelleguibert[at]gmail.com

Géraud Magrin

Professeur de géographie à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Unité mixte de recherche (UMR) PRODIG, 2 rue Valette, 75005 Paris. Courriel : geraud.magrin[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals