Navigation – Plan du site

L’Indian Navy : de la défense littorale à la puissance océanique

Indian Navy: from Defence to Influence
Nicolas Péné
p. 167-182

Résumés

L’Inde possède actuellement une flotte de guerre qui constitue non seulement une garantie de sécurité face à d’éventuelles agressions, mais est aussi un vecteur important d’influence sur tout le pourtour de l’océan Indien. Cet État définit des menaces (Pakistan, piraterie, terrorisme, présence chinoise), construit une infrastructure de défense maritime, développe des alliances (États-Unis, France, Royaume-Uni) et tente de construire un espace océanique centré sur l’Inde et sécurisé par elle.

Haut de page

Texte intégral

1L’Océan Indien est un espace immense d’une surface de 75 millions de km2. L’Inde s’ouvre sur cet océan par plus de 7 000 km de littoraux, possède une Zone Economique Exclusive (ZEE) de 2 millions de km2 et marque cet océan par la forte présence et influence de sa diaspora.

2Dans un contexte de développement économique rapide, sa flotte de guerre apparaît indispensable pour lui assurer, en toute indépendance, la capacité à sécuriser ses côtes, son territoire, ses approvisionnements et exportations maritimes, ses ressortissants à l’étranger. Cependant, actuellement l’Indian Navy sort de ses fonctions traditionnelles : elle est le vecteur et l’acteur d’aides humanitaires ou de protection de ZEE étrangères ; elle tisse ou renforce des liens entre l’Inde et d’autres États, voisins ou lointains, faibles ou puissants. Cette force s’accroît, comme en témoigne le vice-amiral Murugesan qui déclare, le 14 juillet 2015, que l’Inde dispose de 137 bâtiments et vise une flotte de 200 à l’horizon 2027, bien évidemment en grande partie construits en Inde…

3En quoi l’Indian Navy sert-elle la sécurité de son pays, mais est-elle aussi un moyen pour l’Inde de développer sa puissance et son influence internationale à l’échelle de l’Océan Indien et peut-être à l’échelle mondiale ?

4Pour répondre à ces questions, nous expliquerons comment l’Indian Navy est répartie pour répondre à ses missions. Ensuite nous verrons quelles sont ses missions. Enfin, nous aborderons comment cette force déborde de son cadre militaire pour servir l’ambition de puissance de son État.

1. La disposition de l’Indian Navy sur l’échiquier océanique

1.1. La force de l’Indian Navy

5L’Indian Navy est à la septième place mondiale en tonnage des flottes militaires. Elle emploie 55 000 hommes pour défendre les côtes indiennes et ses intérêts vitaux, tant humains qu’économiques [Lamballe 2015]. Elle dispose d’un porte-avions et en construit un second, possède dix destroyers, seize frégates, vingt-quatre corvettes, un porte-hélicoptères, treize navires de transport et de débarquement, dix patrouilleurs de haute mer, six chasseurs de mines. Elle possède également quatre pétroliers ravitailleurs, deux remorqueurs de haute mer, un navire d’assistance et de secours aux sous-marins, un navire de récupération des torpilles d’essais, un navire de recherche et d’écoute, un navire d’entraînement, deux voiliers pour la formation et la représentation ainsi que huit navires de recherche scientifique. En ce qui concerne sa flotte sous-marine, elle dispose de quinze unités. Le dernier sous-marin, l’INS Arihant, lancé en 2014, en est le fleuron, puisqu’il dispose d’une propulsion nucléaire et qu’il a été construit en Inde. Elle dispose donc de la capacité à porter le feu loin de ses côtes grâce à son aéronavale et ses navires lance-missiles de surface et sous-marins. Elle peut intervenir contre n’importe quel littoral et même y débarquer des troupes. Elle a les capacités de surveiller les espaces maritimes dans les airs, sur l’eau et dans leurs profondeurs. Elle a les navires capables de contrôler et de dénier l’accès à ses eaux, tant en haute-mer que près de ses côtes. Surtout, elle dispose d’un grand nombre de bâtiments qui offrent une présence que peu de puissances possèdent dans son environnement. Hormis les États-Unis, aucun État ne dispose d’une telle présence ni d’un tel éventail de capacités dans l’océan Indien.

6L’Indian Navy dispose donc d’un fort potentiel naval et procède actuellement son augmentation. Pour cela, elle construit de plus en plus ses navires sur son territoire. Cela correspond à ce que son personnel politique nomme « indigénisation ». L’Indian Navy sert donc aussi les intérêts économiques de la Nation en insufflant des commandes à des secteurs stratégiques comme les chantiers navals, les télécommunications et l’aéronautique.

7Pour H. Couteau-Bégarie, les marines se classent en plusieurs rangs en fonction de leur tonnage et surtout de leur capacité opérationnelle [Couteau-Begarie 2007].

Tableau 1 – Classement de marines opérant dans l’Océan Indien

Rang et dénomination

Pays disposant d’une telle marine

Marine mondiale

États-Unis

Marine à capacité mondiale

France, Royaume-Uni

Marine régionale

Chine

Marine sous-régionale

Afrique du Sud, Australie, Inde, Pakistan

Marine de zone

Indonésie, Malaisie, Singapour

Marine côtière

Bangladesh, Myanmar, Oman

d’après DSI, hors série n° 38, octobre-novembre 2014

8En termes de tonnage, de qualité des navires, de maîtrise de la navigation et de zones de déploiement, l’Indian Navy est le leader de l’océan Indien septentrional, en butte aux menaces du Pakistan à l’ouest, et doit composer en haute-mer, dans tout l’Océan Indien, avec l’US Navy, la Royal Navy, la Marine Nationale française et l’Australie.

1.2. Le découpage des zones maritimes

9L’Indian Navy est aux ordres du Président indien, commandant des forces armées qui délègue son pouvoir exécutif au ministère de la Défense. Un chef d’état-major de la Marine est le chef du commandement naval, lequel comprend cinq officiers supérieurs : le chef-adjoint des forces navales dirige le commandement occidental, le député en chef dirige le commandement oriental, le chef du personnel dirige le commandement sud, le chef du matériel est en charge d’autorités indépendantes, enfin il y a un commandant en chef chargé d’Andaman et Nicobar et d’autres autorités indépendantes.

10L’organisation des forces est géographique, divisant les eaux territoriales indiennes en trois espaces. Protégeant ses eaux, elle est aussi à même d’intervenir rapidement vers les principales voies maritimes entre l’Union Européenne et l’Asie de l’est, entre les producteurs de pétrole de la péninsule arabe et leurs clients asiatiques, entre les industries d’Asie de l’est et les marchés européens (voir carte 1)

11Pour la diriger, l’État-major supérieur se trouve à New Delhi où le Chef de la Marine accueille ses homologues de marines étrangères. Trois bases principales dirigent les trois zones maritimes : Mumbai à l’ouest, Kochi au sud, Visakhapatnam à l’est. L’organisation est donc hiérarchisée et orientée géographiquement.

12Pour surveiller en haute mer les déplacements de navires et éventuellement intervenir, l’Indian Navy a aussi disposé des avant-postes dans l’océan Indien : stations radars et stations d’écoute complètent les bases navales, y compris à l’étranger (Madagascar, Oman, Seychelles). Il faut ajouter que la protection de la ZEE des Maldives est assurée aussi par l’Indian Navy, ce qui donne donc un outil de connaissance et de contrôle des routes maritimes de l’Océan Indien, couvrant bien plus que la ZEE indienne.

2. Hiérarchie et activité portuaire

Carte 1 – Les principales bases de l’Indian Navy

Carte 1 – Les principales bases de l’Indian Navy

13Le commandement ouest, face au Pakistan et contrôlant la mer d’Arabie, est le plus important. Dirigé depuis Mumbai, il dispose d’un poste avancé à Dwarka. Mumbai, avec plusieurs établissements de l’Indian Navy, regroupe plusieurs fonctions cruciales : base aéronavale, base sous-marine, ancrage de navires lance-missiles, site d’entraînement des commandos marine d’élite (MARCOS). Karwar dans ce commandement est un site récent, uniquement militaire disposant d’un hôpital et d’un dépôt de missiles.

14Le commandement oriental contrôlant le golfe du Bengale et le débouché du détroit de Malacca est dirigé depuis Visakhapatnam, pendant de Mumbai à l’est, avec une base sous-marine, un dépôt de missiles, une base aéronavale, un hôpital. Comme pour Mumbai, ce port est décongestionné par celui de Varsha, 50 km plus au sud. Ce dernier, destiné surtout à l’accueil des sous-marins nucléaires indiens, est strictement militaire.

15Port Blair, dans les îles Andaman et Nicobar, a la particularité de regrouper Indian Navy et Air Force.

16Enfin, le commandement sud, dirigé depuis Kochi, a la particularité, outre la surveillance d’une aire maritime, de servir de sites d’entraînement pour marins et officiers de l’Indian Navy.

17L’Indian Navy dissocie donc peu à peu ses espaces portuaires des principaux ports de l’Inde en construisant de nouvelles installations. Elle répond ainsi à sa modernisation et le fait pour mieux remplir ses missions.

Les missions : comment l’Inde défend son espace économique

18Ses missions sont définies comme la protection du territoire, du peuple et des intérêts indiens et la destruction de tout agresseur ou menace en temps de paix ou de guerre, l’assurance de l’ordre civil et de la sécurité dans les espaces maritimes où s’exerce la responsabilité indienne, ainsi que l’assistance maritime dans le voisinage de l’Inde y compris en cas de catastrophe naturelle. S’y ajoute la projection de l’influence de l’Inde dans son aire maritime d’intérêt pour y accomplir les objectifs politiques, économiques et sécuritaires du pays. L’Indian Navy défend donc les intérêts économiques de l’Inde.

Protéger la ZEE, ses ressources halieutiques et ses fonds marins inexploités mais convoités.

19Au sein de ses plus de deux millions de km2 de ZEE, l’Inde possède des ressources halieutiques que l’Indian Navy peut protéger de toute intrusion de pêcheurs étrangers. Elle s’y emploie de manière pointilleuse avec les pêcheurs du Sri Lanka, du Bangladesh et du Pakistan notamment. Cette attention face à la pêche est aussi susceptible de permettre, à l’avenir, à des pêcheurs indiens de se lancer dans une pêche hauturière dans les eaux internationales comme le font des navires de pêche industrielle français, japonais ou chiliens. La ZEE dispose aussi de richesses minérales potentielles que l’Inde souhaite identifier et exploiter et qui pourront nourrir sa croissance économique et diminuer sa dépendance extérieure. Là encore, les navires hydrographiques de l’Indian Navy peuvent aider à enquêter sur les fonds marins tandis que les navires de guerre protègent l’accès, l’exploitation et le transport des ressources. L’enjeu est de taille comme le montrent les programmes de prospection et de recherche menés par le ministère indien responsable (Ministry of Earth Sciences). Ceux-ci étudient la ZEE et débordent de celle-ci puisque l’Inde a obtenu des concessions de l’autorité internationale des fonds marins de Kingston dans les eaux internationales.

Répondre à la piraterie et protéger les échanges maritimes

20La piraterie maritime perturbe grandement l’économie maritime de l’océan Indien. Elle peut s’attaquer à plusieurs cibles, les plaisanciers, les pêcheurs et les navires marchands. Elle vise les personnes à bord car ils ont des valeurs ou qu’ils peuvent être pris en otages et libérés contre rançons. Elle vise aussi la cargaison du navire qui peut être vendue ensuite en contrebande. Elle vise enfin le navire lui-même qui peut être réutilisé après maquillage ou rendu contre rançon à son armateur. Les zones géographiques où elle s’exerce dans l’Océan Indien sont le détroit de Malacca, le Golfe du Bengale et l’espace qui s’étend des côtes somaliennes au golfe d’Oman qui donne accès aux deux détroits stratégiques d’Ormuz et de Bab el Mandeb. À une échelle plus fine, les ports, par exemple indonésiens, sont aussi des espaces concernés par les attaques, les navires y étant moins manœuvrants, voire arrêtés à l’ancre dans le port ou en rade. Au cours des années 1990 et 2000, cette activité maritime est devenue importante dans le détroit de Malacca et dans le Golfe d’Aden, perturbant une artère primordiale du transit des pétroliers, des méthaniers et des porte-conteneurs à destination de l’Union Européenne et de l’Asie de l’Est. L’Inde est concernée par les deux espaces.

21Face à cette menace sur l’économie des États dont les importations d’énergie et les exportations de produits manufacturés sont devenues indispensables dans la mondialisation, une riposte internationale s’est organisée. L’Union Européenne met en place l’opération Atalante en décembre 2008. Ensuite, dès janvier 2009, les États-Unis s’investissent pour garantir la liberté de circulation maritime. Une vingtaine de pays alliés des États-Unis composent à tour de rôle la CTF 150, Combined Task Force (Golfe d’Aden et d’Oman, pour lutter contre le terrorisme et les trafics illégaux), la CTF 151 (lutte contre la piraterie somalienne) et la CTF 152 (Golfe Persique, pour répondre à toute crise). Enfin l’OTAN, en août 2009, développe l’opération Ocean Shield. Un corridor de transit est créé et surveillé par deux groupes maritimes et des avions de patrouille. La riposte est aussi informationnelle puisque le Bureau Maritime International a mis en place un centre collectant toutes les déclarations d’attaques et de vols et dispensant des bulletins d’information à l’usage des commandants sur les conduites à tenir en fonction des zones traversées. À titre personnel, de nombreuses compagnies ont embarqué des équipes de protection armées à bord de leurs navires, soit provenant de leurs marines nationales, soit de sociétés de protection privées.

22L’Inde maintient à la mer environ deux frégates en permanence, fournit des équipes de protection embarquées et escorte des navires. Les différentes cartes des attaques prouvent que la coopération des États et leurs interventions ont fortement fait régresser celles-ci dans le golfe d’Aden et à proximité de la Somalie. En 2011, 199 attaques avaient été recensées dans cette zone, dont seulement 23 avaient réussi. En 2015, aucune attaque n’est recensée dans la zone et deux seulement apparaissent en périphérie sud des zones surveillées, l’une au large du Kenya et l’autre au large du Mozambique. Les eaux territoriales indiennes sont également pacifiées, nombre de boutres ayant d’ailleurs été interdits de navigation pour ne pas servir de bateaux-mères aux pirates en cas de prise. L’approche indienne de la lutte contre la piraterie est donc à la fois indépendante et très coopérative. Elle agit seule et protège en priorité les navires battant pavillon indien. Elle insiste pour que la sécurité vienne des États riverains de l’océan Indien à travers un partage d’idées et d’utilisation des forces. Pour cela, dès 2008, l’Inde a été à l’origine de la création de l’Indian Ocean Naval Symposium qui a pour but de réunir les chefs d’État-majors des marines de ces États afin de faire de l’Océan Indien un espace de paix.

23La sécurité des routes maritimes est un bon levier pour faire accepter une présence militaire indienne au profit de tous [Roger-Lacan 2012]. C’est aussi un moyen de coopérer avec les marines du monde intéressées à sécuriser l’océan Indien. Ainsi, avec environ deux navires indiens seulement en haute-mer, un nombre équivalent à l’engagement de la marine chinoise, mais minime comparé à la force américaine, l’Inde, grâce à son initiative pour créer un cadre de coopération et d’interopérabilité des marines, parvient à affirmer sa place dans la sécurité de l’océan Indien et à se poser comme leader régional.

3. Les menaces du Pakistan, de la Chine et du terrorisme

3.1 Le Pakistan, depuis sa création, représente un voisinage hostile

24L’hostilité à l’Inde est un paradigme de la politique étrangère pakistanaise. Depuis l’Indépendance de 1947, ce ne sont pas moins de quatre confrontations armées qui ont opposé le Pakistan à l’Inde : en 1947-48 lors de l’indépendance, en 1965, en 1971 et en 1999. D’après Boquerat [Boquerat 2010], les relations seraient marquées par une approche confessionnelle de la relation qui ferait considérer l’Inde par le Pakistan comme un ennemi irréductible des musulmans parce qu’hindouiste. Ensuite, cette puissance cherche à égaler militairement son voisin malgré la différence de population. Enfin, le soutien depuis 1979 à des groupes d’islamistes musulmans impliqués dans la guerre en Afghanistan ne s’explique que parce que le Pakistan cherche à créer une base arrière lui donnant une « profondeur stratégique » qu’il n’a pas du fait de l’étroitesse de son territoire [Jaffrelot 2010]. L’Inde est donc sur le qui-vive en permanence à sa frontière occidentale. Cela a une traduction en mer.

25Depuis 1999, la Pakistan Navy semble se concentrer sur une mission de déni d’accès des eaux de sa ZEE, principalement grâce à ses sous-marins. Certes plus faible que l’Indian Navy, cette marine constitue une menace particulièrement surveillée sur les côtes du nord-ouest de l’Inde, au Gujarat, et bénéficie d’un allié de poids, la Chine qui lui vend de l’armement et lui a permis d’accéder à l’arme nucléaire par le passé. La Chine négocie d’ailleurs des accès pour ses navires de guerre au Pakistan et aide pour cela aux financements d’infrastructures portuaires, à l’exemple du port de Gwadar au Baloutchistan. Malgré cela, la supériorité navale indienne reste importante, comme l’ont montré les conflits passés. L’Indian Navy peut même menacer directement Karachi par l’aéronavale.

26Cette situation de tension se nourrit aussi d’un contentieux sur la délimitation de la frontière, au travers de l’estuaire de l’Indus, entre le Sindh pakistanais et le Gujarat indien.

27Dénommée « Sir Creek dispute », la controverse porte sur l’appartenance de l’estuaire : celui-ci est-il totalement pakistanais ou à moitié seulement. Cette zone détermine en mer la limite des ZEE respectives des deux États dans le golfe d’Oman. Là réside l’intérêt des deux États : d’abord la ressource halieutique y est importante, ensuite le sous-sol des fonds marins est supposé recéler du pétrole et du gaz. Ce pari sur l’avenir explique que les deux États ne parviennent pas à un accord. Ainsi, les garde-côtes des deux pays arrêtent et emprisonnent les pêcheurs trouvés dans leurs eaux censées être territoriales, alors pourtant que ces pêcheurs n’ont le plus souvent pas les moyens de connaître leurs positions et que les courants et les vents peuvent les faire dériver vers l’ouest ou vers l’est.

28L’action des deux marines, indienne et pakistanaise, reflète donc le climat de tension qui règne entre les deux États depuis le déchirement que fut l’Indépendance. L’Indian Navy constitue son arsenal pour éventuellement atteindre son voisin, avec lequel le conflit reste latent, les contentieux territoriaux importants, et qui est considéré comme générateur de trafics illégaux, de revendications séparatistes ou d’actions terroristes.

3.2. La présence chinoise ressentie comme concurrente dans l’Océan Indien

29La Chine est avant tout considérée par l’Inde comme un État concurrent, avec lequel la comparaison est permanente. Sa réussite économique, la force de ses exportations régulièrement en hausse envers l’Inde, conduisent les dirigeants indiens à un positionnement ambigu, entre défiance, et désir d’approfondir les échanges et de trouver les moyens d’une coopération. Dans l’Océan Indien, s’affirme d’abord entre les flottes une concurrence pour le contrôle des axes de transport maritime, l’Indian Navy cherchant à contrer la présence de vaisseaux de la marine de guerre chinoise. La sécurisation de l’approvisionnement en pétrole et des routes maritimes permettant d’exporter les produits chinois est en effet un objectif primordial pour la Chine. C’est dans cette optique de sécurisation que la Chine envoie des navires de sa flotte de combat dans l’Océan Indien. Elle investit aussi auprès d’États littoraux de l’océan Indien pour construire des infrastructures portuaires tout au long de cette voie, ce qui permettrait éventuellement à ses navires de guerre d’y mouiller ou de réaliser des têtes de ponts de futurs corridors commerciaux permettant d’éviter le détroit de Malacca. Depuis 2005 et la publication dans le Washington Times d’une étude du cabinet Booz Allen Hamilton pour le Pentagone, intitulant cette implantation chinoise de « collier de perles », enserrant le cou de l’Inde, la presse et le gouvernement indien insistent sur la menace chinoise, reprenant implicitement cette analyse américaine.

30Or, là où les Chinois affirment être présents pour sécuriser leurs approvisionnements en pétrole et en gaz, le gouvernement indien dénonce une intrusion inacceptable d’une puissance extrarégionale dans un espace où son influence ne devrait pas s’exercer.

31Ainsi, le 28 avril 2015, dans des propos rapportés par The Economic Times, le ministre de la défense indien, Manohar Parrikar, disait : « De source sûre, la Chine n’a pas établi de base navale aux Seychelles. Cependant, le gouvernement est conscient de la participation de la Chine dans de nombreux projets de développement dans la zone de l’océan Indien et fait très attention à tous ceux concernant notre sécurité nationale. La modernisation de l’Indian Navy est un processus en cours qui doit nous permettre de faire face aux défis et aux menaces ». Il est clair que le gouvernement indien traduit comme une menace tout investissement chinois.

32La même année, au mois de mars 2015, le Premier Ministre Narendra Modi a effectué un tour des îles de l’océan Indien, ce qui n’était pas arrivé depuis 28 ans, et a proposé l’aide indienne en termes de sécurité et d’assistance maritime. Une enquête sur les éventuels besoins de ces pays avait été menée par le ministère de la Défense et chacun de ces États pouvait bénéficier d’une aide dans le domaine identifié : la surveillance des pêches pour le Sri Lanka, la surveillance maritime contre la piraterie ou l’intrusion d’islamistes cherchant un refuge pour les Maldives, la cartographie marine pour les Seychelles. Tous peuvent bénéficier en général des patrouilleurs, de la couverture radar et de la cartographie indienne pour améliorer leur sécurité. L’objectif est clair, se servir de la sécurité maritime pour contrer et concurrencer les investissements chinois dans ces îles.

33En parallèle, l’Inde a allié sa force navale avec tous les États qui pouvaient estimer que la force chinoise pourrait être une menace. Elle mène donc des exercices navals avec la France, le Royaume-Uni, l’Australie, les États-Unis, Singapour et le Japon.

34Chine et Inde sont donc contraints de s’entendre économiquement, mais le désir indien d’affirmer son poids à l’échelle de sa région conduit le pays à considérer que l’espace maritime de l’océan Indien est sa sphère logique d’influence et que si sa marine y fait régner l’ordre, elle peut alors en tirer profit avec ses voisins. Les investissements et la présence navale chinoise y sont donc le plus possible entravés, la Chine étant présentée dans les médias indiens comme impérialiste. Avec la politique “Make in India”, visant à attirer les investissements étrangers, le gouvernement indien actuel cherche à concurrencer la Chine sur le plan économique, mais c’est depuis plus longtemps qu’elle s’efforce de repousser l’influence chinoise dans l’océan Indien. Cette présence chinoise, dénoncée comme une « menace », apparaît pour l’Inde comme un stimulant lui permettant de s’affirmer dans l’océan Indien, alors que la menace pakistanaise lui circonscrit l’ouest de celui-ci.

3.3. Le terrorisme oblige l’Inde à protéger ses accès maritimes

35En 2001, le Parlement indien en session avait été la cible d’une attaque terroriste qui avait menacé le cœur du pouvoir politique de l’Inde à New Dehli. En 2008, à Mumbai, l’Inde a subi une opération terroriste meurtrière. Du 26 au 29 novembre 2008, 164 morts sont à déplorer et plus de 600 personnes sont blessées dans le sud de la ville. L’organisation islamiste Lashkar-e-Taiba est à l’origine de ce qui est considéré comme un traumatisme national en Inde. Cette attaque est très particulière et a des conséquences dans la défense maritime indienne actuelle. L’attaque est venue de la mer, les terroristes ayant accosté en plein cœur de Mumbai dans la presqu’île de Colaba. Les pêcheurs qui les ont signalés à la police n’ont pas reçu de traitement de leur alerte. La conséquence en a été l’achat de nombreuses embarcations rapides pour surveiller les côtes ainsi que des avions et des hélicoptères de patrouille maritime, mais aussi une meilleure coordination des forces et des renseignements reçus sur d’éventuelles attaques terroristes. De plus, une agence de lutte anti-terroriste a été créée. Là où de nombreux États accentuent la surveillance terrestre, l’Inde a accentué sa surveillance côtière.

36De même, des organisations terroristes internationales comme Al Qaïda peuvent indirectement menacer les intérêts indiens dans l’ouest de la zone (attentats contre des alliés, menace sur les infrastructures, trafics en tous genres). L’Inde et son allié américain ont intérêt tous deux à diminuer cette menace. Explicitement, l’Inde aide les Seychelles à développer leur surveillance maritime pour éviter des actes de piraterie mais aussi pour empêcher des terroristes de trouver refuge sur des îles où la population est musulmane. Cette position permet à l’Inde de servir de leader régional relayant la position américaine.

37Le développement de deux initiatives islamistes encourage en Inde la vigilance. Tout d’abord, le développement depuis septembre 2014 d’une branche d’Al Qaïda dans le sous-continent est susceptible de menacer des navires et des infrastructures de commandement de la marine indienne, soit pour les détruire symboliquement, soit pour s’en servir contre d’autres navires. Ainsi, les commandements de Cochin et de Mumbai ont été mis en alerte lors de la fête nationale du 15 août 2015 [Firstpost, 14/08/2015]. Cette situation est d’autant plus prise au sérieux que le cas est arrivé au Pakistan avec l’attaque de la frégate pakistanaise Zulfikar en septembre 2014. Un des dirigeants de l’Indian Navy [The Diplomat, 5/12/2014] explique les mesures tirées de l’enseignement des attentats de 2008 à Mumbai et de 2014 au Pakistan. D’abord les navires indiens devront s’assurer de l’identité et du caractère amical de toute rencontre d’un autre navire en mer. Ensuite, les bateaux de pêche, qu’il estime au nombre de 250 000, devront être contrôlés car ils sont susceptibles de transporter des armes ou des hommes vers les côtes indiennes. Enfin, technologiquement, un ensemble de radars visant à surveiller les côtes sensibles à proximité des grandes métropoles a été lancé en 2012 et fait partie du National Command Control Communication Intelligence network, dénommé sous l’acronyme NC3I.

Carte 2 – L’indian Navy, outil au service de la diplomatie indienne

Carte 2 – L’indian Navy, outil au service de la diplomatie indienne

38L’autre défi islamiste est le développement rapide de l’État Islamique en Irak et en Syrie. Cette menace a une double conséquence maritime. La première est que l’accès aux côtes indiennes doit être dénié à toute embarcation susceptible de fournir en armes une organisation terroriste en Inde. La seconde est que l’Indian Navy est aussi un instrument de projection de la force contre les camps d’entraînement de terroristes menaçant l’Inde. Le terrorisme, malgré le nombre relativement restreint d’attentats, mobilise un effort considérable de modernisation des outils de surveillance navale, jusqu’à l’immatriculation des bateaux de pêche et la carte d’identité des pêcheurs, et de la marine elle-même pour pouvoir agir aussi en haute mer contre les intérêts de ces organisations.

39Voyons maintenant comment grâce aux thématiques de la libre circulation sur les mers, de la lutte contre le terrorisme, l’Indian Navy permet à l’Inde de tenter de centrer autour d’elle tout l’Océan Indien.

4. L’Indian Navy permet à l’Inde de s’affirmer comme un leader régional

4.1. La création d’une structure de coopération : l’IONS

40Pour mieux faire accepter l’idée d’une sécurité maritime de l’océan Indien obtenue par les riverains eux-mêmes, l’Inde a créé en 2008 un forum de discussion des États-majors des marines des États de l’Océan indien, l’Indian Ocean Naval Symposium. Cette réunion, dont la thématique est la sécurité maritime, a lieu tous les deux ans. La tenue des réunions est organisée par un des États membres, en 2008 l’Inde, en 2010 les Émirats Arabes-Unis, en 2012 l’Afrique du Sud, en 2014 l’Australie. L’adhésion y est volontaire et les réunions de Perth du 25 au 28 mars 2014 ont accueilli 22 délégations des États membres : Afrique du Sud, Arabie saoudite, Australie, Bangladesh, Émirats Arabes Unis, France, Inde, Indonésie, Iran, Maldives, Maurice, Mozambique, Myanmar, Oman, Pakistan, Royaume-Uni, Seychelles, Singapour, Sri-Lanka, Thaïlande, Timor oriental. Quatre États observateurs ont été acceptés, la Chine, le Japon, Madagascar et la Malaisie. L’armature est strictement océanique. La sécurité est en tête des préoccupations, mais de plus en plus ce sont les aspects de développement économique mutuel des membres qui occupent les débats. À partir d’une préoccupation mutuelle de lutte contre la piraterie en 2008, apparaît peu à peu une thématique générale de création d’un espace économique sécurisé et prospère grâce aux échanges intra-océaniques. Le premier séminaire de 2014 intitulé « le commerce maritime dans l’Océan Indien » montre ce qui importe manifestement pour l’Inde. Créer une coopération navale profitant à tous en termes de sécurisation des échanges maritimes et permettant aussi à l’Inde de s’y développer voire d’en être un leader militaire, intellectuel et commercial. La collaboration voire l’interopérabilité des marines est visée. Pour cela, il a été imaginé un zonage de l’Océan indien : Afrique du sud et de l’est, littoraux ouest asiatiques, littoraux est-asiatiques, littoraux d’Asie du sud-est et d’Australie. En somme, l’Inde encourage la coopération navale à tous les niveaux, ce qui lui permet d’entrevoir la création d’un espace d’échanges commerciaux plus importants et des approvisionnements en hydrocarbures et en minéraux, proches et sécurisés. L’IONS lui donne même les moyens de travailler avec le Pakistan. Elle offre aussi à tous les États riverains une option alternative à la sécurisation par les États-Unis. Elle joue aussi de son "soft power", rappelant les liens anciens existant entre ses populations et les populations des États de l’océan Indien. L’Indian Navy contribue ainsi à baliser et sécuriser des voies maritimes que le pouvoir politique désire dynamiser au profit de l’économie nationale, engageant de nouvelles initiatives.

4.2. La construction d’un espace d’échanges pacifié : l’IORA

41Depuis 1997, l’Inde tente de créer des connexions internes à l’Océan Indien à l’aide de l’IORA, l’Indian Ocean Rim Association. En 1995, lors d’une visite en Inde, Nelson Mandela évoque l’importance de créer une plateforme unique regroupant les États du pourtour de l’océan Indien, pour une coopération socio-économique. Cette idée prend forme en 1997 avec l’IOR Association for Regional Cooperation [Saint-Mézard 2012]. Afrique du Sud, Australie, Inde, Indonésie, Kenya, Madagascar, Malaisie, Maurice, Mozambique, Oman, Singapour, Sri Lanka, Tanzanie, Yémen y adhèrent. Ils sont rejoints en 1999 par le Bangladesh, les Émirats arabes unis, l’Iran et la Thaïlande, puis en 2011 par les Seychelles et en 2012 par les Comores. L’IOR réunit donc actuellement vingt membres. Certains États sont acceptés comme partenaires de dialogue, ce sont la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, le Japon et l’Egypte. Les thématiques abordées sont pragmatiques afin de développer les coopérations : sécurité maritime, gestion des risques de catastrophes, amélioration des conditions d’investissements et du commerce entre les membres, coopérations universitaires scientifiques et technologiques, amélioration du sort des femmes, gestion durable des ressources, développement touristique et des échanges culturels, développement d’une « économie bleue » centrée sur l’Océan Indien. En septembre 2015, quatre thématiques sont discutées : pêche et aquaculture, énergie renouvelable et océan, ports et transport maritime, exploration des fonds marins et ressources minérales. Les programmes cernent des activités pouvant bénéficier à tous et surtout transformer cet océan, d’un espace de transit éclaté en espace de production et d’échanges s’auto-dynamisant. C’est précisément la stratégie de l’Inde, que l’IONS lui permettait de mettre en oeuvre sous son aspect sécuritaire. On retrouve aussi une de ses constantes diplomatiques qui consiste à sortir des instances décisionnelles les grandes puissances qu’elle estime extrarégionales, comme la Chine, le Royaume-Uni, la France, les États-Unis. Cette initiative révolutionnaire tente de créer un espace de prospérité océanique, comme l’espace méditerranéen antique qui échangeait au profit de Rome (carte 3). Pour accentuer cet engagement dans cet espace, l’Indian Navy y mène des actions humanitaires dont la réussite promeut le statut de puissance régionale de l’Inde.

Carte 3 – La stabilité de l’Océan Indien et l’Indian Navy

Carte 3 – La stabilité de l’Océan Indien et l’Indian Navy

4.3. La démonstration des capacités par les actions humanitaires

42En décembre 2014, aux Maldives, ce sont les navires indiens qui ont fourni de l’eau potable à la population de Male dont l’unique usine de production d’eau potable venait de tomber en panne. Au Yémen, en avril 2015, alors que la guerre fait rage, l’Inde dépêche plusieurs navires pour évacuer ses ressortissants depuis le port d’Aden. Trois navires portent secours et évacuent vers Djibouti plusieurs centaines de personnes. À la demande de nombreux pays, incapables d’intervenir, ils portent aussi secours à des réfugiés non indiens, dont de nombreux ressortissants du Bangladesh. D’après le Times of India du 21 avril 2015, ce sont ainsi 1 621 personnes, dont 705 ressortissants étrangers appartenant à plus de 30 États, que l’INS Sumitra évacue. Cette opération prouve aux yeux de la communauté internationale la réactivité et la capacité opérationnelle de la marine indienne, ainsi que l’intérêt que cela présente de faire partie de ses alliés.

Conclusion 

43L’Indian Navy bien plus qu’un instrument militaire [Sheldon-Duplaix 2012] est actuellement un outil d’influence de l’Inde. Celle-ci permet au pays d’agir à plusieurs échelles : à l’échelle nationale, l’Indian Navy protège sa sécurité et prépare l’exploitation de sa ZEE ; à l’échelle océanique, elle permet de sécuriser la zone et les échanges maritimes en préparant une nouvelle aire centrée sur l’Inde et regroupant tous les États du pourtour de cet Océan ; à l’échelle mondiale, elle construit une force crédible susceptible de positionner l’Inde en qualité de puissance régionale en l’Asie du Sud, alliée des puissances démocratiques de chaque continent (France et Royaume-Uni en Europe, États-Unis et Brésil en Amérique, Afrique du Sud en Afrique, Australie en Océanie, Japon en Asie de l’est notamment), rivale de la Chine. L’argumentaire naval décriant les incursions chinoises crée une image d’un monde multipolaire dans lequel l’Inde aurait sa sphère d’influence correspondant à « son » océan.

44À chacune de ces échelles, l’Indian Navy promeut une approche diplomatique, faite de discussions bilatérales, et démontre la capacité indienne à produire de la haute technologie. Enfin, les équipages valorisent la culture indienne, insistant sur son ancienneté, sur les échanges commerciaux et religieux anciens et sur les apports que ce grand pays a pu offrir aux autres. Ainsi, l’Indian Navy contribue à construire une image positive de l’Inde auprès d’autres États. L’Inde pourra s’en servir à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Boquerat, G. (2010) – « Les relations indo-pakistanaises : retour sur une normalité conflictuelle », Hérodote, n° 139, 2010/4, Géopolitique du Pakistan, pp. 143-155.

Coutau-Begarie, H. (2007) – L’Océan globalisé. Géopolitique des mers au XXIe siècle, Paris, Economica, coll. Bibliothèque stratégique, 316 p.

Jaffrelot, C. (2010) – « Le syndrome pakistanais ou la quête souvent irréaliste d’une coûteuse parité », Hérodote, n° 139, 2010/4, Géopolitique du Pakistan, pp. 51-68.

Lamballe, A. (2015) – « L’Inde en quête de sécurité », in P. Cadène & B. Dumortier (dir) – L’Inde : une géographie, Paris, Armand Colin, pp. 127-148.

Roger-Lacan, V. (2012) – « Lutte contre la piraterie, facteur structurant de sécurité en Océan Indien ? », Hérodote, n° 145, 2012/2, Géopolitique de l’Océan Indien, pp. 118-128.

Saint-Mézard, I. (2012) – « Quelles architectures de solidarité pour l’Océan Indien ? », Hérodote, n° 145, 2012/2, Géopolitique de l’Océan Indien, pp. 129-149.

Sheldon-Duplaix, A. (2012) – « L’Indian Navy, gendarme de l’Océan Indien ? », Hérodote, n° 145, 2012/2, Géopolitique de l’Océan Indien, pp. 83-103.

Sitographie

www.indiannavy.nic.in.
La marine nationale indienne, pour toutes les données concernant ses bâtiments, son évolution, son activité.

www.ions.gov.in.
Sur le symposium naval de l’Océan Indien.

www.iora.net.
Sur l’Indian Ocean Rim Association.

www.icc-ccs.org/piracy-reporting-centre.
L’International Commercial Crime Services et son centre de recensement des actes de piraterie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les principales bases de l’Indian Navy
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 2 – L’indian Navy, outil au service de la diplomatie indienne
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 3 – La stabilité de l’Océan Indien et l’Indian Navy
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Péné, « L’Indian Navy : de la défense littorale à la puissance océanique », Bulletin de l’association de géographes français, 94-1 | 2017, 167-182.

Référence électronique

Nicolas Péné, « L’Indian Navy : de la défense littorale à la puissance océanique », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-1 | 2017, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/375 ; DOI : 10.4000/bagf.375

Haut de page

Auteur

Nicolas Péné

Doctorant en géographie, Université de Reims –
Courriel : nicolas.pene[at]orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals