Navigation – Plan du site

Servir le futur. Écueils et perspectives pour la géographie de demain définis à partir de l’histoire du Groupe Dupont

Serve the future. Pitfalls and perspectives for the geography of tomorrow defined from the history of the Dupont Group
Philippe Martin
p. 400-426

Résumés

Le Groupe Dupont a été créé en 1971. C’est un moment de basculement démographique, anthropologique, culturel, technique… des sociétés occidentales. Le GD est une illustration de cette révolution culturelle, mais en est un acteur majeur en géographie.
Son histoire est ici envisagée à partir du désir mimétique théorisé par R. Girard et de la volonté de puissance analysée par F. Nietzsche. Le GD a eu comme modèle implicite la géographie physique et en particulier les théories (ou modèles) développées en climatologie et géomorphologie (cycle d’érosion…). Il a affronté ce modèle girardien dans une crise mimétique dont il est sorti vainqueur. Sa promesse de développer une géographie théorique (et non plus seulement une géographie physique théorique) n’a toutefois pas été tenue. C’est pourquoi, pour servir l’avenir, nous reprenons ce projet et proposons une méta théorie pour la géographie basée sur la thermodynamique des phénomènes irréversibles et quatre rapports (de position, scalaire, énergétique, et esthétique), tout en articulant une approche physique et structurale.
La volonté de puissance du GD a conjugué deux dynamiques : d’une part le marxisme finissant et d’autre part des solutions théoriques occidentales d’essence plutôt libérales. Cette association a débouché sur une domination brève de l’analyse spatiale en géographie basée sur une conception systémique en grande partie grâce au développement de l’informatique et donc des SIG.
Ces approches anthropologiques et philosophiques peuvent être articulées en remarquant que la crise mimétique ne peut exister sans complexification et flux d’énergie traversant l’entité concernée. Dès lors le problème essentiel est une question de modalité de dissipation d’énergie, laquelle génère des organisations (physique et sociales) et en particulier des morphologies qui accroissent le taux de dissipation (3e loi de la thermodynamique). Le très grand risque pour nos sociétés, et en particulier pour nos villes, est donc de voir ce flux se tarir ou au moins fortement diminuer. Une production nationale d’énergie est donc très souhaitable. C’est la voie choisie par les USA.
De ce point de vue le projet de la géographie devrait être d’étudier l’espace géographique conçu comme une structure dissipative mise en forme par des flux d’énergie. Cela ne peut se faire qu’en re-naturalisant la discipline, en développant une géographie théorique basée sur un formalisme physique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Servir le futur
2. Bain culturel et développement du Groupe
3. La Nouvelle géographie n’est pas allée jusqu’au bout de son rêve
4. Volets esthétique et scientifique de la connaissance
5. Processus sans sujet et avenir de la géographie
6. Feu (sur) la géographie physique
7. Manifestation de la puissance
7.1. Volonté de puissance et énergie des systèmes économiques
7.2. Affrontement des volontés de puissance
7.3. Volonté de puissance : quelle leçon tirer ?
8. Énergie et théorie géographique
9. Morphogenèse et chaos
10. Les quatre rapports de base de la géographie théorique
En guise de conclusion

Aperçu du texte

« Vouloir se conserver soi-même c’est l’expression d’une situation de détresse, une restriction du véritable instinct fondamental de la vie, qui tend à l’élargissement de la puissance, et qui, fort de cette volonté, met souvent en question et sacrifie la conservation de soi » F. Nietzsche, Le gai savoir, 1882, §349 (traduction, 1993, TII, p. 214)

« L’avenir […] tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre » A. de Saint-Exupéry, 1948, Citadelle

1. Servir le futur

Le Groupe Dupont s’efface, en tant qu’infrastructure de recherche autoconstituée en 1971 de la géographie française. Cette disparition peut-elle avoir un intérêt ? Certains ont souhaité un au revoir signifiant. Cela implique d’abord de se poser la question de savoir de quoi le Groupe Dupont a été le nom. Quelles logiques furent les siennes ? Quel projet a-t-il poursuivi, consciemment ou inconsciemment ?

Nous utiliserons donc cette opportunité pour essayer de proposer des réponses qui puissent servir le futur. Mais comment dès ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martin, « Servir le futur. Écueils et perspectives pour la géographie de demain définis à partir de l’histoire du Groupe Dupont », Bulletin de l’association de géographes français, 95-3 | 2018, 400-426.

Référence électronique

Philippe Martin, « Servir le futur. Écueils et perspectives pour la géographie de demain définis à partir de l’histoire du Groupe Dupont », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-3 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/3766 ; DOI : 10.4000/bagf.3766

Haut de page

Auteur

Philippe Martin

Professeur à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse. UMR 7300 ESPACE – Courriel :philippe.martin[at]univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals