Navigation – Plan du site
1. Témoignages

Questions à Roger Brunet sur les années 1965-1981

Entretien avec Christian Grataloup et Olivier Orain
Discussing the years 1965-1981 with Roger Brunet
Roger Brunet, Christian Grataloup et Olivier Orain
p. 8-13

Texte intégral

Quels ont été vos divers points d’observation sur ce qui se faisait dans la géographie française à partir de 1965 ?

R.B. – J’ai sans doute moins observé qu’agi… mais je comprends le sens de la question, qui me rappelle la célèbre exigence de 1968 : « d’où parles-tu ? ».

Ces points se sont trouvés sur un itinéraire Toulouse-Reims-Paris. En 1965, je soutiens mes thèses à Toulouse, où je suis nommé professeur titulaire. Je choisis d’aller à Reims l’année suivante par besoin d’indépendance. J’y établis des relations locales : GEM de l’urbanisme, présidence du CELAM (Comité d’étude et de liaison pour l’aménagement de la Marne), fondation de l’IATEUR (Institut d’aménagement du territoire et d’environnement de l’université de Reims, avec des collègues des Facultés de Droit et de Sciences), réalisation de l’Atlas régional avec l’ARERS (Association régionale pour l’étude et la recherche scientifique) ; et des relations interrégionales (avec Strasbourg, le groupe Dupont) et internationales (Canada, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne…).

J’ai en même temps des bases à Paris par la commission de géographie du CNRS et certaines organisations professionnelles (secrétaire de l’Association des professeurs et maîtres de conférences de géographie, Comité National de Géographie avant 1971), la présidence du CEIBAP (Centre d’études Interuniversitaires du Bassin Parisien), la direction de Découvrir la France, publication hébdomadaire Larousse sur 112 numéros), le jury de l’agrégation d’histoire, les réunions du Comité de rédaction de l’Espace Géographique — mais je décline l’offre d’un poste rue Saint-Jacques, où les moyens de travail sont alors, à mes yeux, médiocres et strictement individuels.

En 1974 j’accepte la proposition que me fait le CNRS de diriger le CDHS (Centre de Documentation des Sciences de l’Homme) et le centre de documentation en géographie (Intergéo). Je quitte donc Reims, l’Université et me consacre aux sciences sociales et humaines dans leur ensemble, pour une autre décennie ; avec comme lieu principal la Maison des Sciences de l’Homme, et de nombreux voyages à l’étranger pour l’information scientifique. Cela m’amène à prendre quelque distance avec le milieu de la géographie, sauf la commission du CNRS à laquelle je suis encore élu en 1980, et bien entendu Intergéo et l’Espace Géographique.

Comment décririez-vous l’évolution de la géographie en France des années 1960 aux années 1980 ?

R.B. – C’est une très vaste question, mais à laquelle j’ai déjà donné des éléments de réponse dans mon rapport de 1982 (mission Godelier, publié dans l’Espace Géographique, avec l’aide de Catherine Rhein). Je préfère donc commencer par le début : d’où partions-nous ? — à mon point de vue, bien entendu.

Au début des années 1960, la géographie en France formait un système cohérent, en partie séduisant et efficace, comportant un grand art de la reproduction et des rituels bien établis (excursions interuniversitaires, système des thèses d’État et de l’agrégation), joints à une certaine condescendance à l’égard de l’étranger.

S’y distinguaient la solidité de la géomorphologie et de ses méthodes, jusqu’à des innovations et même l’emploi de modèles, avec pour symboles le lancement de la Revue de Géomorphologie Dynamique par Tricart et Cailleux, et du Centre de Géomorphologie de Caen (CNRS, 1966) ; la place éminente de la géographie « tropicale », héritage d’une tradition coloniale, concrétisée par la création de l’autre « grand laboratoire », le CEGET (Centre d’études de géographie tropicale, 1967) et la présence de géographes à l’ORSTOM, encore un peu à part. Ajoutons la faveur de la géographie rurale, cet autre exotisme, même si Pierre George avait lancé avec succès des thèses de géographie urbaine. Tout cela s’opposait au vide attristant de la géographie humaine et économique des pays développés et à la grande faiblesse méthodologique de la géographie régionales — en dépit d’intuitions (André Cholley, Pierre George), ainsi que d’un début d’intérêt pour l’aménagement du territoire : “Géographie et action” de Michel Phlipponneau est de 1960, la création de la DATAR de 1963.

Or on pouvait percevoir dans les années 1960 qu’il existait de nouveaux outils scientifiques très intéressants pour nous, mais hors de la géographie, ou à l’étranger. Ceci est vrai notamment pour les apports de la cybernétique et des théories des systèmes, les méthodes de calcul, traitement des données, corrélations — je me souviens avoir découvert avec envie les régressions dans la thèse de Paul Rey, botaniste de la Faculté des sciences de Toulouse —, le travail sur les modèles et la modélisation, et les premières publications à contenu épistémologique en géographie anglophone.

C’est sur ces points qu’il fallait progresser, et que nous avons progressé en effet. Dans l’ensemble, je perçois les années 1965-1975 comme un temps de mise en œuvre de nouvelles approches en géographie humaine et régionale, avec un état d’esprit plus favorable à l’amélioration des outils, des méthodes, des problématiques scientifiques et des réflexions théoriques. Certains ont pu bénéficier et nous faire bénéficier de formations sérieuses (je pense à Jean-Bernard Racine ou Bernard Marchand, sans oublier Charles-Pierre Péguy et les cours de mathématiques en sciences sociales de Barbut).

On a vu se rapprocher des chercheurs de milieux différents (Université, CNRS, ORSTOM et même INRA), et des géographes travailler efficacement avec d’autres chercheurs en sciences sociales et des géographes étrangers. On a vu se diversifier heureusement les thèmes d’études et leurs approches, progresser les bases scientifiques et, d’une façon générale, s’élever le niveau de la géographie humaine et régionale. Mais avec de très grandes inégalités selon les lieux, et au prix d’une augmentation des tensions internes.

Mon “Rapport sur la Géographie” de 1982 montre que nous étions loin d’avoir déblayé les blocages et barrages anciens, parfois aggravés par les suites de 1968, le raidissement et même l’agressivité des milieux conservateurs, et affectés par la régression des moyens et la mise en place du nouvel ordre économique mondial à partir de 1975. J’ai relu dernièrement ce Rapport, je n’en enlève rien.

Ces changements (et permanences) que connait la géographie universitaire en France des années 1960 aux années 1980 sont-elles, pour vous, plutôt dues à une dynamique scientifique interne à la discipline ou aux effets des transformations plus générales des conditions de la recherche (massification de l’enseignement supérieur et croissance démographique significative du nombre des universitaires, avec un net rajeunissement, apparition des premiers outils informatiques, contexte social et politique plus critique…) ?

R.B. – Essayons de classer : je mettrais en première position les progrès des problématiques et des sciences voisines (sociales et physiques) et à l’étranger. Il s’est agi d’une dynamique externe : les progrès ont été importés. Les géographes français n’ont pas été pionniers, par carence à la fois de formation philosophique et de formation scientifique.

Je mettrais en seconde position une autre impulsion externe : 1968 et ses libérations — en second parce que le mouvement scientifique avait commencé auparavant. Outre l’état d’esprit plus ouvert et plus critique, ont joué après 1968 les changements structurels comme la réforme du doctorat, et l’évolution mandarinale : les plus intelligents des patrons ouverts aux innovations (je pense par exemple à Etienne Juillard, Jacqueline Beaujeu, Philippe Pinchemel, Gilles Sautter), les plus médiocres devenus hargneux, jusqu’à prétendre chasser les sorcières.

Troisièmement, ces deux effets externes ont permis de déclencher des dynamiques nouvelles internes, avec des formes partielles mais efficaces d’organisation et de coopération (l’Espace Géographique, le groupe Dupont, Espace-Temps, certaines structures de recherche coopérative — d’autres disciplines les avaient engagées plus tôt, certaines pas du tout.

Pour la période considérée, le changement de dimension par la croissance des effectifs me semble avoir assez peu joué, si ce n’est par un début de rajeunissement du corps enseignant et une augmentation de la part des débouchés hors de l’enseignement.

Je dois faire ici deux remarques de fond : 1. en 1980, nous ne disposions pas encore des moyens vraiment modernes qui sont à présent familiers (ordinateurs maniables, cartographie informatisée, mail et Internet), ce qui limitait le champ des possibles : d’autres changements datent des années 1985-1990 ; 2. nous étions encore dans les Trente Glorieuses jusque vers 1976, avec de réelles augmentations de moyens et beaucoup de souplesse, mais déjà se mettaient en place les premiers effets du changement de la doxa économique, dont les freinages et blocages du tardigiscardisme sous le ministère Barre et la calamiteuse A. Saunier-Séité, ministre et ancienne géographe : nous ressentions une réelle une distorsion entre ce mouvement interne bien lancé et le resserrement de l’environnement économique — qui reprendra après un soulagement momentané de 1981 à 1984.

Dans quelle mesure le département de géographie de l’université de Reims a été un laboratoire de cette dynamique ?

R.B. – De cela je ne peux être juge, ayant été acteur et témoin — et avec plus de 40 ans de décalage. Je commencerai par un rappel : un département universitaire de géographie n’est pas un laboratoire de recherche : il lui faut d’abord former des étudiants et préparer leur emploi futur. Je considérais que la préparation aux concours d’enseignement et à la formation de futurs chargés d’études était essentiel. Le recrutement a donc d’abord été fonction de besoins de l’enseignement : il est d’autant plus difficile de former une véritable équipe de recherche.

Fort heureusement le groupe rémois a été coopératif, et a bénéficié notamment de la présence d’Alain Reynaud, puis de Guy Lemay, de certains visiteurs, puis de doctorants extérieurs et d’étudiants de maîtrise dont les recherches ont profité à tous ; même les étudiants ont participé à des travaux de terrain (inventaires urbains systématiques) qui se sont révélé ensuite utiles aux organismes d’urbanisme et d’aménagement. Les TIGR (Travaux de l’Institut de Géographie de Reims) eux-mêmes se sont montrés utiles, tant pour la publication de résultats de recherche que pour l’accueil de contributions extérieures : les géographes de Pau, par exemple, y ont été volontiers publiés. L’essentiel a peut-être été de montrer que l’on pouvait oser et obtenir des résultats dans de petites unités et des universités nouvelles.

Pourriez-vous nous parler de votre rôle dans le développement des revues en France ? Qu’est-ce qui vous amené à en créer plusieurs successivement ?

R.B. – J’ai cherché, dans la mesure de mes moyens, à offrir des lieux d’expression ouverts et sérieux. Pas pour moi bien entendu, qui n’ai jamais eu de problème pour publier, dans des dizaines de lieux différents ; ni pour « faire école » ou canaliser : les membres des comités de rédaction le savent. Mais pour aider à la diffusion des idées et méthodes nouvelles et à leur foisonnement, notamment en encourageant les jeunes chercheurs et le rapprochement des différents lieux et communautés de recherche.

C’est aussi le fruit d’une inclination de longue date : j’ai été de ces élèves qui ont créé un journal dans leur collège — le Calorimètre de Berthelot, qui m’a valu trois jours d’exclusion —, j’ai dirigé et en partie écrit à Toulouse l’Étudiant Républicain (et alimenté le quotidien le Patriote), puis j’ai été secrétaire de rédaction de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest — je note ici que, hormis deux rapports de recherche confidentiels pour la Restauration des Terrains en Montagne, ma première publication scientifique a été dans le Bulletin de l’Association de Géographes Français, en 1953 (voici 61 ans…) ; le tout en géomorphologie évidemment.

C’est ainsi et avec ces formations pratiques qu’au début des années 1970 je me suis chargé du lancement, de la direction et d’une part du contenu de trois périodiques : les Travaux de l’Institut de Géographie de Reims (TIGR) en 1969, avec trois livraisons en 70, devenu trimestriel en 1971, avec numéros thématiques et collaborations extérieures à partir de 1972 ; Découvrir la France chez Larousse, hebdomadaire en couleurs à grand tirage, c’était la mode à l’époque et ce fut une expérience éditoriale rigoureuse et exigeante ; l’Espace Géographique en 1972 — il continue et j’en sais gré à mes successeurs et à tous ses collaborateurs.

Pour l’Espace Géographique, il s’agissait bien de marquer un changement et une offre : un lieu d’expression des nouvelles recherches et d’un nouvel état esprit de la recherche géographique. Bien entendu, il pouvait sembler s’opposer aux périodiques établis : mais l’esprit n’était pas « contre » l’existant, il était « pour » quelque chose d’autre. D’ailleurs l’accueil a été sans problème chez les « autorités » françaises et étrangères, comme le montre la composition du conseil de patronage — le comité de rédaction étant d’une plus jeune génération. Il ne s’agissait pas de faire une revue plus ou moins militante de « littérature grise », mais de donner confiance (aux chercheurs et aux lecteurs) en visant délibérément le haut niveau et en s’en donnant les moyens ; le pari a été gagné dès première année avec un millier abonnés dont la moitié à l’étranger.

De cette expérience j’ai tiré deux enseignements que j’aimerais transmettre : une grande confiance dans les vertus et les qualités des publications scientifiques, du moins à comités de rédaction sérieux et exigeants, qui respectent leurs lecteurs comme leurs auteurs ; en proportion inverse, une grande méfiance devant les médias grand public, et l’âge médiocratique — celui des prétendus réseaux sociaux et qui assure qu’une écharpe rouge ou un col danton vous instituent grand penseur.

Certes, la question ne se posait pas dans les années 1970 comme aujourd’hui —toutefois La Société du spectacle de Guy Debord est de 1967 — et j’ai pu travailler avec des journalistes sérieux, encore dans les années 1980. Elle s’est aggravée depuis, et d’anciens scientifiques se sont laissés aller « communicants ». Qu’il me soit permis de dire ici : sachez raison garder dans la communication, et conserver la maîtrise de votre expression de géographes. Comme d’ailleurs de votre recherche : je suis très réservé (c’est une litote) sur la recherche commandée (surtout par les entreprises ou telle machine européenne) et les « agences » qui en monopolisent les moyens principaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Brunet, Christian Grataloup et Olivier Orain, « Questions à Roger Brunet sur les années 1965-1981 », Bulletin de l’association de géographes français, 92-1 | 2015, 8-13.

Référence électronique

Roger Brunet, Christian Grataloup et Olivier Orain, « Questions à Roger Brunet sur les années 1965-1981 », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 92-1 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/394

Haut de page

Auteurs

Roger Brunet

Professeur des universités, directeur de recherche émérite au CNRS émérite, Université Paris 8 – Courriel : roger.brunet[at]wanadoo.fr

Christian Grataloup

Professeur émérite à l’Université Paris 7 Denis Diderot – Courriel : grataloup.c[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Olivier Orain

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals